Navigation – Plan du site
Le travail invisible des femmes

Travail, Mémoires et Femmes dans la ceinture industrielle de Lisbonne (Portugal)

Inês Fonseca
Traduction de Delphine Servoz-Gavin

Résumés

Au sein de la population féminine de Baixa da Banheira (bourg ouvrier à la périphérie de Lisbonne) une énigme persiste : Quelles sont les usines qui ont fait appel au travail de ces femmes ? Et quels noms figuraient sur les étiquettes qu’elles cousaient ?

Pendant près de deux décennies, ces femmes ont été rémunérées en échange de la fabrication d’articles sur des machines à tricoter. Durant les périodes de crise et pour de nombreux foyers, ce travail constituait une importante source de revenu. Pourtant, dans les histoires de vie de ces femmes, l’activité qu’elles ont développée et son importance sont confinées à l’oubli.

Nous rendons compte ici d’une enquête ethnographique portant sur la population de Baixa da Banheira et ses différents parcours professionnels. Les récits recueillis sur le travail des tricoteuses ont attiré notre attention sur la question de la mémoire collective des femmes et sur les questions méthodologiques liées à l’étude des processus de remémoration.

Dans cette analyse, nous considérons que ces processus révèlent non seulement un temps passé, mais qu’ils rendent aussi compte des opérations de la mémoire (oubli ou survalorisation des événements), de ses significations et de son importance. Il nous intéresse ici de nous interroger sur l’origine du silence qui entoure le travail des tricoteuses et nous avançons l’hypothèse que celui-ci est lié à l’invisibilité sociale des activités féminines dans leur ensemble et à la position subalterne que cette activité a occupée dans l’insertion de ces femmes dans le processus industriel capitaliste de la région.

Haut de page

Texte intégral

« Là-bas, à Baixa da Banheira, j’ai jamais eu d’emploi, mais j’ai toujours travaillé. Toujours, toujours, toujours. J’ai toujours travaillé » (extrait d’un entretien avec Maria Antónia, en 1995, au village d’Aivados – d’où elle a émigré à destination de Baixa da Banheira).

1Celle qui affirme de manière aussi péremptoire n’avoir jamais eu de travail salarié est une femme originaire d’un village du Bas Alentejo qui s’est installée à Baixa da Banheira dans les années 1960. Malgré sa réponse assurée, elle finira par révéler durant cet entretien et plus tard (au cours des années durant lesquelles nous avons maintenu le contact) avoir exercé plusieurs activités rémunérées tout au long de sa vie : ouvrière agricole, employée domestique, ouvrière d’usine, couturière-tricoteuse, cuisinière. Elle a par ailleurs appartenu à une coopérative de production regroupant des couturières et tricoteuses de Baixa da Banheira. Parmi les différentes activités effectuées par Maria Antónia, rares sont celles qu’elle a exercées en tant que salariée légalisée (avec les cotisations et les droits sociaux qui vont avec). Dans la majorité des cas, il s’agissait de travail informel, non déclaré.

2Comme elle, la majorité des femmes de Baixa da Banheira, ont tendance à ne pas considérer et à oublier d’inclure dans leurs récits biographiques les travaux rémunérés qu’elles ont pu exercer. C’est ce que révèlent les propos de Célia, Dilar, Maria Adelina, Maria Antónia et Rigoberta qui émaillent cet article, lorsqu’elles évoquent le travail de tricoteuses à domicile qu’elles ont exercé pendant presque deux décennies. L’objectif de ce texte est de s’interroger sur les raisons ayant pu conduire à ce passage sous silence.

Le mystère des tricoteuses de Baixa da Banheira

3Baixa da Banheira (commune de Moita) est l’une des bourgades de la "ceinture industrielle" de Lisbonne, située sur la rive sud du Tage (qui inclut d’autres communes telles qu’Alcochete, Almada, Barreiro, Montijo et Seixal). Toute cette région a connu, au cours du 20e siècle, une forte croissance économique et démographique.

4Durant cette période, on identifie deux temps forts du développement. Dans les années 1930-40, on assista à une première phase d’industrialisation (avec l’installation de plusieurs unités de préparation et de transformation du liège, la construction des lignes de chemin de fer du sud et du sud-est, et l’installation des ateliers généraux de l’entreprise Caminhos de Ferro). Une importante main d’œuvre, en provenance du sud du pays (des régions rurales et de pêcheurs de l’Alentejo et de l’Algarve) ainsi que de la région de Trás-os-Montes et de la Beira Baixa, vint travailler pour ces entreprises et commença à s’installer dans ces communes (surtout Almada, Barreiro, Moita, Seixal). À compter des années 1960, avec le développement et l’installation d’unités industrielles (agrochimie, chantiers navals, sidérurgie et diverses usines de la filière textile), toute la région connut un essor important.

5La commune de Moita n’échappa pas à cette croissance économique et urbaine, avec l’arrivée d’une population en quête de travail. La toute nouvelle paroisse civile de Baixa da Banheira ressemble, durant cette décennie, à un territoire-dortoir – les habitants faisant chaque jour la navette vers leur lieu de travail dans les localités voisines. L’occupation de ce territoire (due à la spéculation immobilière dans les communes limitrophes, plus proches des usines) est très précaire : les logements offrent de mauvaises conditions d’habitation et les infrastructures publiques sont inexistantes.

6Il faut préciser que ce marché du travail émergent accueillait une main d’œuvre essentiellement masculine, à l’exception, d’un côté, du groupe CUF qui disposait d’usines textiles et de filatures et de services sociaux destinés à ses employés (hôpital, infirmerie, assistance médicale, cantine, crèches, écoles, etc.) où s’est stabilisée une main d’œuvre féminine, et de l’autre, les usines de la filière textile qui employaient surtout des femmes, mais qui, du fait de leur existence moins longue, n’ont pas permis une stabilisation de la main d’œuvre. Ce groupe de femmes, lorsqu’elles se retrouvèrent sans emploi, intégra le groupe des femmes évoluant sur le marché du travail informel dans la région. Il s’agit d’une véritable main d’œuvre clandestine : elles ont officiellement le statut de femme au foyer, s’occupent de la famille et des tâches ménagères, mais effectuent quelques travaux rémunérés (nourrices, cuisinières, femmes de ménage, couturières, etc.).

7Au cours des trois dernières décennies, la région dans son ensemble a connu un phénomène de désindustrialisation et de croissance du secteur tertiaire (avec l’arrivée de grandes surfaces commerciales). Le secteur secondaire, qui continue d’exister mais à moindre échelle, est constitué surtout d’entreprises de petite et moyenne dimension (notamment du secteur du bâtiment). Cette modification du tissu productif de la région, du secondaire vers le tertiaire, s’accompagne non seulement d’une hausse du taux de chômage (résultant de la réduction des postes de travail nécessaires à la nouvelle activité économique) et des effectifs de retraités, mais aussi d’une détérioration des conditions d’emploi et de travail et des droits sociaux.

8De nos jours, cette population est confrontée dans sa majorité à une situation de chômage et de précarité professionnelle, économique et sociale. Cet article s’inscrit dans un travail de recherche en cours qui étudie les processus de précarisation sociale, s’attachant notamment à observer leurs effets sur la famille et les réseaux sociaux primaires.

9Lors des enquêtes de terrain, il arrive souvent aux anthropologues de tomber sur des informations inattendues sur les phénomènes étudiés. Une phrase, à priori sans importance, prononcée à propos d’un tout autre sujet, peut nous mettre sur la voie de faits intéressants. C’est ce qui s’est passé ici. Débutant ce travail, au moment d’établir les premiers contacts, il m’est apparue une référence inattendue sur une coopérative de production de tricoteuses que certaines des interviewées ont intégré.

10Ce qu’a attiré mon attention c’était, surtout, le fait que les femmes qui me parlaient de ça se présentaient à elles-mêmes en tant que femmes-au-foyer et me disaient n’avoir jamais travaillé. Le sujet s’est imposé et j’ai commencé à essayer d’exploiter cet aspect de leurs vies.

11Toutefois, l’investigation s’est révélée difficile : en partant uniquement du recours aux mémoires et histoires de vie des tricoteuses il est très difficile d’obtenir des informations complètes sur cette activité rémunérée des femmes de Baixa da Banheira, qui a eu une si grande importance pour leur survivance et de leurs familles, pendant les périodes de difficultés économiques traversées.

12Les obstacles rencontrés sont liés à l’absence de connaissances / mémoires sur certains aspects de l’activité des tricoteuses et renforcent le côté d’enquête policière qui caractérise aussi les enquêtes en sciences sociales. Simultanément, le mystère au tour de cette activité permet deux voies intéressantes pour la continuation de la recherche : d’un côté, l’idée que l’inexistence de données complètes comporte une information importante, rendant prioritaire la réponse à l’interrogation sur la signification du passage sous silence de ce travail ; d’un autre côté, le fait que dans une enquête ethnographique les informations obtenues par un seul type de sources ne soient pas suffisantes pour la compréhension du phénomène en cause – à savoir, le travail informel et son intégration dans le marché du travail régional – nous rappelle la nécessité de faire une critique des sources rigoureuse.

13Des anthropologues comme William Rivers (1900) ou Bronislaw Malinowski ([1922, 1ere éd.] 1989)  ont très tôt souligné l’importance et l’utilité de la pratique ethnographique, que permet de complémenter l’observation de ce que les gens ou les groupes en étude font et d’accéder à leur vision du monde, à ce qu’ils pensent et disent sur ce qu’ils font. Mais les anthropologues ont été aussi conscients des problèmes et des difficultés que cette pratique de recherche implique et ont alerté pour le devoir d’une confirmation de toutes les informations (par le croisement des déclarations de plusieurs personnes) et pour la nécessité de saturation de l’information (par son accumulation).

14La méthodologie utilisée dans cette recherche repose principalement sur la collecte d’histoires de vie accompagnée de quelques brefs séjours sur le terrain. Il convient de souligner que nous avions déjà rencontré certaines des personnes interrogées dans le cadre d’une autre enquête, et que nous entretenons depuis des liens d’amitiés avec elles. Cela pose des difficultés évidentes de distanciation scientifique et d’objectivité, mais permet également (du fait de la confiance instaurée) d’accéder plus facilement à certaines informations et d’accompagner les différentes générations au sein d’une même famille. C’est précisément cela qui nous a permis d’aborder des questions telles que le travail informel et d’obtenir des informations plus détaillées sur ces activités à faible visibilité publique.

15Cette pratique méthodologique s’est avérée insuffisante : les déclarations obtenues lors de la recherche ethnographique ne sont qu’un des éléments nécessaires à l’analyse scientifique et exigent d’être complémentées par d’autres sources d’informations. Par une méthodologie interdisciplinaire, qui dans ce cas inclue la consultation de documentation des archives historiques locales et l’observation de données statistiques, il devient possible d’attribuer un sens aux récits de vie et dévoiler le mystère sur le travail des tricoteuses de Baixa da Banheira.

16En réalité, il ne s’agit pas ici d’une méthodologie d’exception, parce que la méthode ethnographique est toujours basée sur la tension qui existe entre le nécessaire engagement du chercheur avec les personnes et les groupes étudiés (pendant le travail de terrain) et la distance indispensable pour une analyse scientifique par la confrontation entre informations d’origines diverses (permettant une mise en contexte de ce qui a été dit). C’est exactement dans ce mouvement d’éloignement et de rapprochement – ce jeu de va et vient au terrain – que consiste ce que Malinowski ([1922, 1ere éd.] 1989 : 62) a désigné l’“art magique de l’ethnographe”.

L’activité des femmes tricoteuses : un travail passé sous silence

17Des études  (Narotzky, 1988 et Leydesdorff et al., 1996) évoquant ce passage sous silence du travail féminin, par les femmes elles-mêmes, arrivent à la conclusion que lorsqu’elles nient l’existence d’un travail, elles entendent généralement par là l’inexistence d’un travail rémunéré, régulier et qualifié, leur permettant de s’acquitter des cotisations sociales et de bénéficier des droits liés à la condition de salarié (assistance médicale, allocations de chômage, congé de maternité, retraite, etc.).

18En réalité, ce que révèle la littérature de l’anthropologie du travail (Ortiz, 2002) – et qui est manifeste dans cette autodévalorisation des activités féminines –, c’est l’ambiguïté (constatée dans différents contextes culturels et géographiques) qui prévaut par rapport au travail féminin. Ce dernier (par le type de fonctions et le lieu de travail) a tendance à être confondu avec les tâches ménagères que les femmes sont censées effectuer ou avec les activités associées aux loisirs, mais bénéficiant au foyer (la couture), ou encore avec des activités de solidarité et d’entraide (les soins à la personne). Ces travaux (très variés et irréguliers) sont habituellement considérés comme secondaires. Tout comme l’argent qu’ils rapportent est considéré comme accessoire. Cette situation est révélatrice de la valeur sociale attribuée au travail masculin et au travail féminin et des constructions culturelles qui les entourent (Masur, 1984).

19Dans le cas de Baixa da Banheira, il existe une activité à laquelle les femmes se sont consacrées pendant plus de deux décennies, pour laquelle elles ont été rémunérées et en sont venues à exprimer des revendications et à tenter de s’organiser en coopérative. Cependant les premières allusions à cette activité ont surgi presque par hasard et alors que l’on abordait d’autres sujets lors des entretiens.

20Maria Antónia, par exemple, n’a pas évoqué son travail de tricoteuse lorsque nous l’avons interrogée sur ses activités professionnelles destinées à compléter le revenu de son mari. Ce n’est que lorsque a été évoquée la crise de la Lisnave (entre 1982 et 1984, période durant laquelle son mari, employé de cette entreprise, avait des salaires en retard) et au moment d’énumérer l’ensemble des sources de revenu du foyer (permettant de faire face à cette période de crise), qu’elle explique : « Et moi j’avais ma machine à tricoter », « J’avais ma machine à tricoter : je faisais ça la journée et puis, le soir je faisais du tricot, avec ma mère. Et alors, il y avait la crise de la Lisnave, mais c’était toujours mieux que mon frère ». Auparavant déjà, lors d’une conversation entre amies, il avait été brièvement fait allusion à une coopérative de femmes dont Maria Antónia avait fait partie avec d’autres membres du groupe, mais l’événement avait été circonscrit à la période post 25 avril et n’était pas présenté (ni perçu) comme le prolongement d’une activité qu’elles exerçaient antérieurement.

21Ce n’est qu’après ce commentaire initial, au cours des entretiens individuels, que nous avons commencé à saisir la véritable dimension de cette activité : il s’agissait de fabriquer des vêtements en maille (pour bébés, enfants et adultes) commandés par des intermédiaires des usines ("les entrepôts"), pour lesquels ces femmes travaillaient à la pièce.

22Il semblerait que cette activité ait débuté aux années 1960 et qu’elle ait perdurée jusque dans les années 1980. Toutefois, s’agissant d’un travail informel, il n’existe aucun registre (fiches de salaires, reçus de cotisations à la sécurité sociale ou de paiement des impôts) permettant de confirmer cette information. À ce stade de la recherche, il n’a pas été possible d’établir le circuit complet de la production de ces articles d’habillement. Grâce aux descriptions des anciennes tricoteuses, nous pouvons établir toute l’organisation du travail, de la commande des intermédiaires aux différentes sous-traitances des femmes entre elles, mais nous ne sommes pas en mesure d’aller plus loin et de savoir quelle était la destination de ces pièces.

23Sur ce point, nous sommes par conséquent entièrement tributaires de la mémoire de ces femmes. Et celle-ci est influencée par la représentation qu’elles se font (et que se font les autres) de leur travail, par leurs visions du monde, leurs valeurs et leurs perceptions des rapports entre femmes et hommes et du travail réalisé par les unes ou les autres.

24Les souvenirs de ces femmes de leur activité de tricoteuses ont surtout trait aux ouvrages réalisés. Maria Antónia se souvient encore de façon assez détaillée de certains modèles : «J’me souviens encore d’un grand gilet, ça faisait du…60… 200 et je sais pas combien de mailles. L’ourlet, il avait 40 passages, Je m’en rappelle encore. Et de l’ourlet jusqu’ici [elle lève le bras jusqu’à l’emmanchure], 200 et quelques passages». Ou encore Célia, qui faisait la partie broderie et qui raconte : «Y avait des petites roses, ou bien des ponts en V là, mais ça c’était pour l’hiver, les roses c’était pour l’été». Elles se souviennent parfaitement des intermédiaires (le nom des personnes et l’emplacement des "entrepôts") qui leur donnaient du travail. Par contre, elles ne se souviennent pas du tout (probablement parce qu’à l’époque elles n’en avaient pas connaissance ou n’y accordaient pas d’importance particulière) de la destination des articles une fois livrés à l’intermédiaire, même si elles-mêmes cousaient les étiquettes portant la marque des vêtements, comme nous l’a expliqué Dilar : « Nous, quand on cousait, on mettait tout de suite les étiquettes et tout ça. Je sais qu’on mettait ces petites étiquettes, mais le reste je m’en rappelle plus ».

25D’un autre côté, le discours des tricoteuses sur les revenus générés par ce travail repose sur une manipulation des souvenirs, un mythe selon lequel certaines femmes se seraient enrichies avec cette activité – « Y en a qui ont gagné beaucoup d’argent avec ça ! » (Maria Adelina). Bien évidemment, cela ne concerne aucune de nos interlocutrices et aucune d’entre elles n’a été capable de nommer quelqu’un (en particulier) ayant fait fortune comme tricoteuse. Lorsqu’elles décrivent plus en détail leur travail, il ressort que pour en retirer un revenu suffisant il fallait souvent son intensification. Elles étaient donc conscientes d’être exploitées, et ce en dépit du mythe de « l’argent facile » à obtenir, qui semble avant tout justifier leur participation à cette activité.

26Les travaux de recherche consacrés à la question de la construction sociale de la mémoire (Berliner, 2005 ; Fentress et Wickham, 1994 ; Leydesdorff et al., 1996 et Kergoat et Silvia, 2003) sont unanimes pour dire qu’il existe des différences qualitatives dans la manière qu’ont les femmes et les hommes de se souvenir, en raison de vécus distincts et du fait que les hommes dominent la sphère publique alors que les femmes sont plus centrées sur la famille et la sphère domestique. Aussi, les études sur la mémoire accordent une attention particulière à l’intersection entre ces deux mondes (féminin et masculin) et aux rapports de pouvoir (subordination et domination) qui s’instaurent entre eux. D’un autre côté, bon nombre des travaux actuels sur la mémoire s’intéressent à la façon dont les sociétés se remémorent le passé, et notamment aux raisons qui font que certains événements sont mémorisés et d’autres oubliés.

27La réflexion que nous menons ici se trouve à la confluence de ces deux vecteurs et tente de saisir comment et pourquoi les rapports entre femmes et hommes font que certaines mémoires se construisent et sont transmises au détriment des autres. Au fond, il s’agit d’examiner en quoi l’oubli et la subordination de souvenirs donnés sont liés à d’autres formes de domination (Kergoat et Silvia, 2003).

28Le travail des couturières et tricoteuses et la manière dont il est évoqué dans les récits biographiques de ces femmes (ce qu’elles racontent sur le sujet, ce dont elles se souviennent et les silences) nous montre combien leur activité professionnelle a toujours été subordonnée, d’une part, à des principes et des valeurs qui tendent à la dévaloriser et, d’autre part, à une organisation de la production qui les subalternise. En ce sens, les discours contradictoires qu’elles produisent – en niant l’existence d’un quelconque emploi, alors même qu’elles exerçaient plusieurs activités professionnelles rémunérées, ou en omettant de mentionner leur activité de tricoteuse (qui a joué un rôle crucial dans les périodes de crise économique pour leurs familles) – sont le résultat d’une conception hégémonique du travail féminin (qu’il soit reproductif ou productif), à laquelle participent non seulement le groupe auquel ces femmes appartiennent, mais aussi leurs patrons (au travers des pratiques de recrutement des usines textiles) et l’Etat lui même (au travers des politiques axées sur la famille et le travail féminin).

29L’hypothèse que nous avançons place la question des tricoteuses de Baixa da Banheira et des souvenirs qu’elles ont de cette activité dans le débat général sur l’arrivée des femmes sur le marché du travail et ses répercussions, qui est loin d’être un processus linéaire.

Couturières, brodeuses et tricoteuses : des professions invisibles

30Dans les années 1960, le Portugal a connu un boom des machines à coudre et à tricoter domestiques, qui s’est produit parallèlement à la croissance de l’industrie de la filature (production de fils pour le tricot manuel et l’industrie de la maille) et à la délocalisation vers le pays de nombreuses entreprises textiles, originaires de pays développés européens spécialisés dans la production textile et la confection d’articles en maille.

31Cette évolution du secteur industriel national a accompagné, au niveau international, l’orientation de l’industrie vers l’exportation (Nash, 1983). Dans les années 1960-1970, la pénétration des relations de production capitalistes dans les pays dits en voie de développement en a fait de sérieux concurrents pour les pays industrialisés. Par réaction et en vue de maintenir leur compétitivité, de nombreux pays aux économies capitalistes avancées ont délocalisé leurs unités de production vers des pays à la main d’œuvre abondante (due à l’exode rural et aux surnuméraires que celle-ci entraînait) et dotés de politiques de bas salaires. Les coûts de production élevés des pays d’origine des entreprises délocalisées sont corrigés par la transformation des pays non industrialisés en sources de main d’œuvre bon marché. Le Portugal figurait (durant la première phase de ce processus) parmi les pays attractifs pour les industries gourmandes en main d’œuvre.

32Dans son analyse de l’apparition d’une nouvelle division internationale du travail, Nash (1983) indique que lorsqu’un poste de travail est exporté, fréquemment, la main d’œuvre féminine des pays en voie d’industrialisation (moins chère et non organisée) devient une main d’œuvre intéressante (permettant une réduction des coûts de production) pour les entreprises délocalisées. Comme le rappelle Safa (1983), les femmes représentent souvent une force de travail bon marché pour le capitalisme industriel axé sur l’exportation.

33L’existence de différents profils de main d’œuvre féminine, auxquels correspondent tout autant de modèles d’insertion sur le marché du travail, a généré beaucoup de débat autour de l’essor du système capitaliste. Dans ces travaux, une idée s’impose : cette insertion varie en fonction de la situation initiale des économies nationales et aussi du moment (dans la vie des travailleuses et de leurs familles) où elles sont recrutées sur le marché du travail. La conjugaison de ces facteurs (structurants pour la production et la reproduction) détermine les stratégies familiales face au travail féminin salarié – car, comme le rappelle Almeida (1985 : 10), «les jeunes ouvrières, bonnes ou femmes de ménage d’origine rurale qui s’installent en ville, loin d’être des femmes révoltées et contestataires, sont des filles, des épouses ou des mères forcées de travailler pour répondre aux exigences de survie du groupe familial auquel elles appartiennent». Nous voyons dès lors comment s’est opérée, dans un contexte de pénétration capitaliste, l’entrée dans le monde du travail des femmes de Baixa da Banheira et les différentes formes qu’elle a revêtues.

34Parmi les femmes qui se sont installées à Baixa da Banheira dans les années 1960, rares sont celles qui sont nées en milieu urbain (comme Barreiro ou Lisbonne). Par ailleurs, dans la majeure partie des cas, l’arrivée en ville ne coïncide pas avec leur entrée sur le marché du travail, puisque déjà avant la migration (quand elles habitaient avec leurs parents ou leur mari au village), elles assumaient les tâches ménagères et se consacraient aux travaux des champs (désherbage, fauchage et récolte) comme salariées agricoles. Leur travail dans l’agriculture était considéré comme secondaire et elles recevaient un salaire moins important que les hommes. Leur contribution aux revenus du foyer était perçue comme accessoire et non comme un véritable travail salarié. Le rôle de chef de famille, chargé d’assurer la subsistance de tous, revenait au mari (Fonseca, 2006).

35Arrivées à Baixa da Banheira, ce sont surtout les femmes mariées sans enfants et les jeunes célibataires – sans grande responsabilités familiales – qui vont trouver un travail salarié. Ces emplois dans les usines de la région constituèrent un saut qualitatif dans leur vie. Elles commencèrent à gagner un salaire fixe (et plus élevé que ce qu’elles gagnaient jusque là), et à jouir des droits sociaux liés à leur condition de salariées (congés maladie, cotisations pour la retraite, etc.). Cette expérience constitua aussi un changement de statut important, puisqu’elle leur permettait de travailler hors de la sphère domestique, d’acquérir une autonomie financière et d’intégrer d’autres groupes de sociabilité (avec les collègues de travail).

36Mais ces migrantes ne vont pas toutes trouver un emploi à l’usine. Quand elles arrivent en ville très jeunes (encore jeunes filles), elles trouvent du travail comme employées domestiques à plein temps chez des particuliers, où elles perçoivent un salaire peu élevé (en plus de l’alimentation et du logement, sans pour autant bénéficier des cotisations et avantages sociaux correspondants). En général, c’est un emploi qu’elles conservent jusqu’à ce qu’elles se marient. Quant aux femmes mariées, qui ont des enfants en bas âge dont elles doivent s’occuper, dans la plupart des cas il leur est difficile de trouver un emploi salarié. Dans un premiers temps, elles s’installent dans cette nouvelle vie comme maîtresses de maison, et à mesure que leur réseau de connaissances (personnes originaires du même village ou de villages voisins, parents d’elles ou de leur mari, voisins, etc.) se consolide, elles commencent à avoir de petits emplois informels (nourrices, couturières, femmes de ménage, etc.). C’est dans ce groupe de femmes que l’on rencontre la majorité des couturières-brodeuses-tricoteuses à domicile.

37Fréquemment, ces activités (manuelles) – coudre, broder et tricoter – faisaient déjà partie des tâches domestiques auxquelles s’adonnaient ces femmes avant de quitter leur village. A une époque où la société portugaise ne s’était pas encore ouverte aux facilités de la société de consommation, les travaux de couture (pour l’habillement, le linge de maison, le trousseau, etc.) revenaient aux femmes au foyer (Durand, 2006; Verdier, [1979] 1994). Avec l’arrivée en milieu urbain, où existait un petit groupe de femmes consommatrices (des femmes travaillant et n’ayant pas le temps de réaliser ces tâches), ces activités acquirent une nouvelle utilité sociale et devinrent de potentielles activités rémunérées (relevant toutefois du secteur économique informel). Maria Antónia fait partie des femmes qui ont mentionné ces travaux de couture, indiquant qu’elle en avait toujours fait et qu’elle avait commencé à être rémunérée en échange après son arrivée à Baixa da Banheira : « Moi, j’ai toujours aimé coudre, et j’ai commencé à faire des petites choses par-ci par-là... avant d’avoir la machine à coudre. Des petites robes, des pantalons, bref... et j’en avais, plus ou moins, que je faisais pour les autres. Les gens me disaient et puis moi je faisais, et alors ils me donnaient tant ».

38De son côté, Rigoberta raconte comment elle a dû arrêter son activité comme ouvrière à la CUF (par maladie) pour (apparemment) devenir femme au foyer: «Ma mère, elle voulait plus que j’aille travailler. Mon mari il voulait pas non plus, on se fréquentait déjà à l’époque. J’me suis mariée à 22 ans. J’me suis mariée et puis, ben, j’ai fait les petites tâches de la maison ». Plus avant au cours de l’entretien, en se référant à l’époque qui a suivi son départ de l’usine et précédé son mariage, elle dit : « C’est après que je me suis mise à la couture, à la broderie, c’est ma mère qui m’a poussée à la broderie, à apprendre. Dans le temps il fallait payer. Et c’est ce que j’ai fait, j’ai appris, j’ai appris à broder. Ça m’a beaucoup servi, parce qu’après quand j’me suis mariée, il y a avait que le salaire de mon mari, j’ai commencé à broder à la main, tout à la main (le trousseau, pour les gens qui voulaient, vous voyez)... à faire des dentelles, des napperons, j’ai gagné beaucoup d’argent en faisant des napperons avec cinq aiguilles, à l’époque ça s’faisait beaucoup, c’était la mode. Je gagnais de l’argent comme ça, je reprisais des bas, c’est des choses qui se faisaient dans le temps. Je gagnais mon argent comme ça, et puis voilà ».

39C’est dans le prolongement de ces activités que survient l’arrivée des machines à coudre et à tricoter dans les foyers de Baixa da Banheira. L’achat de ces machines, qui facilitent la tâche et permettent une intensification du travail (et par conséquent une augmentation des rémunérations), intervient en pleine période d’essor de la société de consommation au Portugal, ce qui veut dire que leur prix devient plus abordable pour un plus grand nombre et qu’il existe un groupe de consommateurs des articles fabriqués. Pour les familles, l’achat d’une machine à coudre ou à tricoter ne signifie pas l’acquisition d’un objet de luxe, mais d’un bien nécessaire (un outil de travail) offrant une importante source de revenus. Pour Maria Antónia, au début, le travail à la machine à tricoter à domicile n’était rentable uniquement parce que sa mère l’aidait dans les tâches ménagères, pour lesquelles elle ne disposait pas encore d’appareils électroménagers : « Et... ma mère, elle repassait – mais on avait pas de machine à laver, on avait un bac – ma mère elle lavait dans le bac – après, on a eu la machine à laver – elle étendait, elle repassait… et puis voilà. ». On en déduit que ces machines à coudre et à tricoter entrèrent dans les foyers avant la machine à laver le linge ou n’importe quel autre appareil électroménager moderne.

40Les machines pouvaient être achetées d’occasion (moins chères) – comme dans le cas de la machine à coudre de Dilar : « Je l’ai achetée d’occasion, pour voir si j’y gagnais, pour faire plus… j’ai acheté la machine d’occasion. J’ai mis de côté l’argent que je gagnais, après j’ai acheté la machine » – ou bien neuves, à crédit. Et dans la majorité des cas, ces acquisitions se faisaient non seulement en fonction des possibilités économiques, mais aussi des bénéfices potentiels que pouvait apporter l’activité de couturière ou de tricoteuse en fonction des époques et des modes, comme l’explique Maria Antónia lorsqu’elle parle du début de son activité de tricoteuse : « Après, j’en ai eu assez de la couture. A l’époque, c’était vraiment en vogue les machines à tricoter, ça rapportait. C’était pas grand chose, mais bon, celle qui passait une journée entière devant une machine à tricoter, elle faisait de l’argent ». C’est donc dans le contexte d’une industrie gourmande en main d’œuvre bon marché, qu’est apparu à Baixa da Banheira un marché du travail informel, dans lequel ces femmes virent une possibilité de rémunération.

Sous-traitances entre proches et amis : « faire de la machine un emploi »

  • 1  Cependant, comme le font remarquer certains auteurs (Alonso, 1983), cette situation diffère de l’é (...)

41L’économie portugaise occupe une position périphérique dans le système capitaliste mondial, attirant l’investissement de capitaux surtout en raison du faible coût de la main d’œuvre (non qualifiée), ce qui place ces femmes dans une situation d’instabilité en ce qui concerne leur intégration sur le marché du travail et de fragilité face aux entreprises les employant (notamment en ce qui concerne les modalités de contrat). L’organisation de la production du secteur de l’industrie de la maille dans la région, et au niveau national (Vieira, 1999-2000), présente quelques particularités semblables à celles des proto-industries du début de l’industrialisation des pays européens développés1 : elle s’appuie sur un système de sous-traitances ayant pour point de départ les intermédiaires des usines de tricotage et dont l’organisation s’appuie sur les réseaux sociaux (de parenté, amitié, voisinage) de chacune de ces travailleuses.

42Ce phénomène a fait que bon nombre de femmes de Baixa da Banheira ont connu une situation d’exploitation lors de leur entrée dans le monde du travail, du fait de la position qu’elles occupaient dans l’organisation du travail. Cette dernière avait son origine dans les fabriques mêmes qui commencèrent à imposer une externalisation de la production (par l’entremise de magasins de fil à tricoter) et son intensification (avec la sous-traitance du travail à la pièce). Maria Antónia nous a parlé de l’un de ces "entrepôts" dont elle recevait des commandes de travail : « Il y avait une femme qui s’appelait Dona Almerinda, elle donnait aussi du travail, elle avait de la laine, elle vendait de la laine, c’était quelqu’un qui vendait de la laine. Elle avait un magasin : elle vendait de la laine, du fil, toutes sortes de choses. Et après, comme c’était la mode de la maille, elle s’est lancée aussi ».

43De son côté, Rigoberta occupait la position la plus basse dans cette hiérarchie, puisqu’elle travaillait pour quelqu’un qui servait d’intermédiaire pour un "entrepôt" : « J’travaillais pour un patron. Une patronne, qui savait bien exploiter. C’était comme ça : elle me vendait la laine, c’était vraiment de l’exploitation, elle me vendait la laine et après elle me commandait le travail. Elle me vendait la laine, les boutons, les boutons-pression, tout ce qu’elle pouvait… Elle avait pas de magasin du tout, elle allait acheter aux entrepôts. Et elle gagnait deux fois. Elle gagnait deux fois. Elle savait déjà bien exploiter celle là”. [Intervention du mari : « Si on regarde bien les choses – excusez-moi –, qu’est-ce qu’elle faisait ? Celle-là et toutes les autres qui fonctionnaient avec ce système, elles achetaient la laine à X, mais après elles la vendaient à celles qui faisaient le travail pour elles, elles ajoutaient au prix de la laine le coût de la main d’œuvre du travail qu’elles commandaient à ces femmes. Bref, celle qui payait le travail… Bref, ma femme, elle gagnait rien du tout, parce que le prix total de la laine qu’elle payait incluait son bénéfice, qui payait la main d’œuvre du travail qu’elles commandaient »] Et Rigoberta d’ajouter : « Je devais travailler jour et nuit pour pouvoir gagner quelque chose ». Dans le cas des personnes qui travaillaient directement pour les entrepôts, la matière première était fournie (pas vendue) par l’intermédiaire lui-même – c’était une situation plus bénéfique pour les travailleuses.

44La commande du travail était faite conjointement à la livraison de la matière première par les "entrepôts", avec toute l’information nécessaire concernant les modèles et la taille des pièces à confectionner. Maria Antónia explique : « Elles donnaient les mesures avec le mètre, et nous on faisait en premier le dos, après on mesurait. Il y avait trois tailles. Et en faisant à partir de cette mesure, on savait déjà. Elle disait : « Cette veste, elle doit avoir… c’est tant. » et nous on savait déjà. Taille 1, taille 2, taille 3, taille 4... on savait déjà combien de passages il fallait faire pour la taille 1, la taille 2, la taille 3… On savait combien ça faisait. C’était toujours la même chose, toujours pareil. Elle, elle disait. Il y avait presque toujours des torsades, ici devant. C’est elles qui disaient ».

45Pour que cette activité rapporte un revenu suffisant, une division du travail s’est mise en place autour d’un clivage entre les femmes. Celles qui possédaient une machine à tricoter confectionnaient les articles en maille, et celles qui travaillaient manuellement s’occupaient des finitions (elles cousaient et assemblaient les différentes parties de chaque article, posaient les boutons et faisaient les boutonnières ou brodaient les motifs selon les modèles). Maria Adelina nous a expliqué comment sa mère avait intégré ce réseau de sous-traitances à la position la plus basse de la hiérarchie : « Ma mère avait pas de machine. Donc il y avait celles qui avaient une machine, qui allaient chercher le fil à l’entrepôt et qui rapportaient, par exemple, 100 articles à faire en 15 jours. Elles faisaient les 100 articles : le dos, une manche, ensuite le devant… Et après ma mère montait le gilet et brodait, elle brodait au point de croix ». Pour Rigoberta (qui, comme on l’a vu, a commencé à faire des broderies à la main), l’argent qu’elle avait réussi à mettre de côté grâce à cette activité lui avait permis d’acquérir sa propre machine à tricoter, et de sous-traiter à son tour les finitions à d’autres : « Après, une fois mariée, il y a eu les machines à tricoter, j’ai commencé à travailler, j’ai commencé à broder les tricots, à coudre, mais plus à broder. J’aimais plus broder. Et puis, j’avais une belle sœur qui avait deux machines, et elle avait une petite qui travaillait pour elle. Et bon, pour elle, ça faisait beaucoup de travail, elle a voulu se défaire d’une machine, je lui ai acheté la machine et j’ai commencé à travailler ».

46Ces relations de sous-traitance du travail entre les femmes s’établissaient en respectant un critère essentiel : c’était à l’intérieur du réseau familial et des proches connaissances que chacune d’elles établissait son réseau en vue de recevoir ou commander du travail. Celles qui n’étaient pas en mesure de réaliser tout le travail (y compris les finitions) se voyaient obligées de sous-traiter l’exécution de certaines tâches, comme l’a expliqué Rigoberta : « Moi, en plus de ça, je devais payer celle qui me faisait la broderie, parce qu’il y avait des ouvrages qui étaient brodés. Je devais payer celle qui cousait, parce que moi je pouvais pas coudre, vous voyez. J’avais toujours quelqu’un pour me coudre le travail. Et une autre pour broder, c’était comme ça ». Mais les familles qui (du fait de leur configuration et de leur composition) permettaient une spécialisation du travail sans avoir recours à des personnes de l’extérieur étaient en position de force, comme l’a expliqué Maria Antónia en évoquant l’aide qu’elle recevait de sa mère, qui lui permettait de confectionner entièrement chaque article : « Et alors, moi, c’était pendant la journée. Le soir, avec ma mère, on cousait. Pour pas donner à d’autres l’argent qu’on gagnait ». Dans ce circuit de sous-traitances destiné à la production d’articles en maille, la division du travail à l’intérieur d’une même famille constituait souvent une autre forme de sous-traitance et une source de revenu pour les membres les plus jeunes de la famille, comme l’a rappelé Célia : « Ma mère [propriétaire d’une machine à coudre] cousait, donc, des petites vestes pour bébés, elle cousait à la machine et moi je brodais. J’en ai brodé des tricots ! Je me rappelle que c’était 20 escudos [10 centimes] la pièce, ma mère me payait 20 escudos. Elle recevait plus pour la couture ».

47Dans d’autres cas, un compromis était trouvé au sein de la famille afin que l’un des éléments se spécialise dans les activités ménagères, et que l’autre puisse se consacrer entièrement au travail à la machine à tricoter. Maria Antónia  décrit son quotidien de travail à domicile de la façon suivante : « Alors c’était : le matin, je me levais, je me mettais à la machine… je faisais mon ménage, et une fois fait, je me mettais à la machine. Ma mère elle me faisait… elle lavait la vaisselle. «-Maman, fais moi ci, fais moi ça ! Pour l’déjeuner, pour l’dîner », et ma mère le faisait ».

48Le système de sous-traitance auquel elles étaient soumises (le travail à la pièce) entraînait une situation d’exploitation de leur travail, qui se manifestait au travers de nombreux facteurs découlant du fait qu’il n’y avait pas de recrutement collectif leur permettant d’exercer leur activité professionnelle au sein d’une unité de production : a) précarité, du fait de la dépendance face à des intermédiaires pour recevoir (ou non) des commandes de travail ; b) responsabilisation individualisée de chacune des travailleuses par rapport au travail à exécuter, ce qui rend difficile toute organisation syndicale et empêche l’existence de revendications ; et pour finir, c) la non-émergence d’un collectif de travailleuses affirmant une identité propre.

49Outre cette situation d’exploitation due aux conditions de travail, on constate également que ces femmes sont exploitées du point de vue salarial, ce que plusieurs d’entre-elles évoquent lorsqu’elles parlent du rythme de travail qu’elles étaient obligées de s’imposer à elles-mêmes – « C’est pour ça que j’y passais des nuits entières, plus j’en faisais, plus je gagnais. [...] C’était aussitôt cousu à la main, mais après on a fait coudre à la machine, et là on en faisait beaucoup. C’était plus rapide » (Dilar) –, ou lorsqu’elles font allusion à la pression exercée (sur celles qui se trouvaient en bas de la hiérarchie de la sous-traitance) pour respecter les délais de livraison des commandes – « Parce que les dames, elles prenaient du retard… Elles emportaient les fils et puis elles passaient deux ou trois jours sans rien faire et après, bien sûr, quand le délai était presque fini, elles disaient : «-Ah, c’est pour tel jour ! ». Moi, des fois, ça m’énervait tellement : «-Franchement, maman ! Ça fait un bout de temps qu’elles ont ça chez elles et maintenant, c’est toi qui doit y passer tes soirées ». Après quoi moi je disais que je l’aidais pas, mais après j’avais pitié d’elle, alors je m’y mettais et je l’aidais à coudre et à broder toutes ces choses là ».

  • 2  Une réalité semblable a été abondamment décrite dans la bibliographie sur les “maquilladoras” en A (...)

50Ces femmes se trouvaient précisément à la fin d’une chaîne de production organisée et intégrée au niveau mondial, ayant pour objectif l’exploitation de leur force de travail. Elles même le reconnaissent lorsqu’elles évoquent la destination des articles qu’elles fabriquaient : « Ça se vendait bien, c’était pour l’étranger et tout… Il y avait beaucoup d’entrepôts où les tricots partaient à l’étranger. Il y en avait, à Lisbonne, il y avait beaucoup d’entrepôts à Lisbonne » (Maria Antónia), « La majeure partie du travail qui était fait par les tricoteuses, il était pas vendu au Portugal. C’était plus pour exporter » (Rigoberta). Il est également important de souligner que, même si ce système de sous-traitances semblait obéir à un ordre naturel et spontané, les descriptions qui en sont faites permettent de conclure que ce fut la décision des entreprises d’externaliser la production et de payer à la pièce qui détermina toute l’organisation du travail entre les couturières-tricoteuses de Baixa da Banheira2. En réalité, il s’agit d’une adaptation des réseaux familiaux et de sociabilité à des conditions de travail imposées, pour rentabiliser un peu l’activité – ou, selon les propos de Maria Antónia : « Ça a rapporté, ça a rapporté beaucoup d’argent. Ça a rapporté… Ça rapportait pas à celle qui… qui s’y mettait une heure et qui arrêtait… Mais pour celle qui s’y mettait vraiment : elle faisait de la machine un emploi, ça rapportait de l’argent ».

L’importance économique et politique des tricoteuses : la Coopérative du 8 mars

51Dans un travail sur la participation des institutions traditionnelles dans les économies capitalistes avancées, Griffith (1987) explique comment les employeurs rencontrant des difficultés de recrutement de main d’œuvre, au lieu de s’appuyer sur les mécanismes du marché, ont recours à des systèmes informels pour mobiliser et organiser la force de travail. Il s’agit d’une organisation de la production basée sur le recrutement auprès des réseaux de parenté et de sociabilité (amitié, voisinage, connaissance). Parallèlement, pour l’auteur, cette organisation devient un principe structurant de la société et des relations entre femmes et hommes, renforçant la division sexuelle du travail dominante, qui attribue le travail salarié aux hommes (les valorisant) et le travail domestique et les activités auxiliaires aux femmes (les dépréciant).

52Cette question nous place au centre du débat scientifique relatif à l’intégration des pays en voie d’industrialisation dans le système capitaliste et à la signification de l’entrée de la main d’œuvre féminine sur le marché du travail dans ce contexte. Les relations de production, qui encadrent le travail des femmes, constituent-elles une libération et un épanouissement personnel pour ces femmes ou (au contraire) une subalternisation et le renforcement de leur domination ? Les réponses à ce dilemme sont nombreuses et font débat. La rencontre de deux sphères que nous avons tendance à considérer comme isolées l’une de l’autre – la sphère domestique, familiale et de la reproduction et la sphère professionnelle, publique et de la production – ne peut être ignorée dans le cadre du débat relatif à la condition des femmes du fait de leur entrée sur le marché du travail.

53Le cas des tricoteuses de Baixa da Banheira et du système de sous-traitances au sein des réseaux familiaux et de sociabilité est un excellent exemple de la dépendance entre reproduction et production. Sur cette question, différents auteurs (Almeida, 1985; Griffith, 1987 et Lamphere, 1986) sont unanimes pour dire que les caractéristiques du marché du travail local (le type d’emplois disponibles, les critères de recrutement, etc.), la position des travailleurs masculins dans l’économie locale ou la phase du cycle familial du couple, des enfants, et des autres éléments de la famille (jeunes mariés, avec enfants en bas âges ou déjà grands, en présence de plus de deux générations, etc.), la possibilité de s’en remettre à des réseaux d’entraide familiaux ou amicaux, sont des facteurs à prendre en compte pour expliquer la présence des femmes sur le marché du travail et leurs conditions de travail.

54L’observation du travail des tricoteuses de Baixa da Banheira nous permet de conclure qu’il existe une symbiose entre des facteurs structurants de l’organisation de la production (qui tend à les précariser) et la représentation dominante du travail féminin (qui tend à le considérer comme secondaire). Dans la majorité des cas, l’argent perçu par ces tricoteuses en échange de leur travail est considéré comme un complément au principal revenu de la famille (le salaire du mari) – et cela même quand ce dernier est bas, comme l’a démontré Dilar : « Je cousais des tricots jusque tard dans la nuit, pour gagner quelque chose, parce que lui [le mari], il gagnait pas grand chose ». Quand le salaire de l’homme était suffisant pour subvenir aux besoins de la famille, le salaire de la tricoteuse offrait la possibilité d’une épargne familiale, étant encore une fois considéré comme secondaire. C’est ce qui est arrivé à Rigoberta, qui nous a parlé de l’utilisation de l’argent qu’elle gagnait : « C’était pour nous, on a mis d’côté, on a acheté un terrain. On y a fait une petite maison, c’est mon mari qu’a tout fait, avec des amis et les enfants, hein… Et moi, j’ai beaucoup travaillé pour la faire, la maison ! Tout ça, c’est grâce à l’argent que j’gagnais ! ». Ceci étant, les valeurs prépondérantes au sein de cette population récemment émigrée révèlent une préférence pour le maintien des femmes dans la sphère domestique.

55Maria Antónia nous a parlé de l’époque où elle travaillait dans une usine à Barreiro, et où son mari travaillait à la Siderurgia Nacional, comme d’une période de leur vie (un an et demi) où les tâches reproductives et de production étaient réparties de manière plus équitable. En son absence par exemple, son mari assumait quelques-unes des tâches relatives aux enfants :

« Mon Chico [le mari], il commençait à 4 heures. Il quittait la maison vers 3 heures je crois. Et moi je sortais de l’usine à 3 heures. C’était dans ces heures là. Des fois il les laissait tout seuls à la maison. Et le soir, c’était la même chose. Quand il commençait à minuit, je sortais à minuit. Ils étaient couchés, ils dormaient. Il partait au travail, et moi j’arrivais après ». Mais quand je lui ai demandé pourquoi elle n’avait travaillé qu’un an et demi à l’usine, Maria Antónia répond : « Parce qu’après, j’avais plus personne à qui les laisser [les enfants] ».

56D’un autre côté, elle justifie le fait d’avoir accepté un travail salarié hors du domicile, des années plus tard, par la présence d’une autre femme (sa mère) pour assurer les tâches ménagères. Cette fois-ci, il s’agissait d’un travail d’aide-couturière pour une amie : « Et comme ma mère était chez moi, j’y suis allée ! Je m’en allais, ma mère était ici, elle s’occupait de la maison, elle faisait le déjeuner, et tout le reste… Moi, j’rentrais à l’heure du déjeuner, j’déjeunais, et puis j’repartais, et puis le soir j’sortais à 7 heures… ça dépendait : des fois j’rentrais plus tôt, des fois plus tard, des fois – fallait terminer le travail – j’devais rester un peu plus longtemps ». Au travers de cette description, on s’aperçoit que l’entrée des femmes sur le marché du travail ne les a pas éloignées des tâches ménagères : dans les familles (mari, enfants, et autres membres  du foyer), on attendait et on exigeait toujours une présence féminine.

57En fait, l’évolution des mentalités vis-à-vis du partage des tâches ménagères entre mari et femme est restée très modérée. Et le travail des couturières, brodeuses et tricoteuses à domicile n’a pas œuvré en faveur d’un processus d’émancipation. Aussi bien Maria Antónia que Rigoberta ont évoqué une forme de collaboration de leurs maris respectifs qui s’est traduite par une aide dans le travail de tricotage. Rigoberta nous a raconté : « Et après j’ai appris à mon mari, lui il m’aidait le soir, en rentrant du travail, à faire le dos des... Exactement, il travaillait aussi à la machine, pendant que je faisais le dîner, ou que je faisais la toilette des enfants, ou… Enfin, au moins du petit, et ça m’avançait un peu, c’est lui qui m’aidait à la machine. Il travaillait jusqu’à minuit ». S’agissant d’une activité rémunérée, dont la réalisation impliquait la manipulation d’une machine, celle-ci était considérée comme appropriée pour un homme (à la différence des tâches ménagères). Les discours faisant état de situations où l’homme s’occupe des tâches ménagères relevant du quotidien des maîtresses de maison sont inexistants.

  • 3  Ces mêmes priorités (dans une situation de sous-traitance informelle destinée à faire face à une d (...)

58Par ailleurs, l’analyse des témoignages recueillis montre que les cas où les maris ont apporté un soutien à la machine à tricoter doivent être considérés comme exceptionnels et comme des solutions de dernier recours, puisque dans les familles ayant des enfants en âge d’aider leurs mères tricoteuses, on préfère faire appel au travail de ces derniers (premièrement des filles, et seulement après, des garçons)3.

59Il est toutefois intéressant de noter que cette situation diffère radicalement de celle observée quelques fois dans les familles d’où elles venaient (avec leurs parents, frères et sœurs), où les hommes comme les femmes avaient un emploi salarié. C’est le cas de Rigoberta, dont toute la famille a travaillé (à commencer par ses grands-parents, puis ses parents, ses deux sœurs et son frère) dans les usines du groupe CUF : « [Mon père] est entré à la CUF, comme affineur, ma... c’est là qu’il a connu ma mère, parce qu’elle travaillait aussi là-bas ma mère, dans les tapis. Et bon, ils se sont fréquentés, ils se sont mariés. [Question : Et votre mère a continué de travailler ?] Elle n’a pas arrêté jusqu’à la retraite. Elle a travaillé 40 ans ». De leur côté, ses sœurs (employées chez Quimigal) ont aussi arrêté de travailler lorsqu’elles sont arrivées à l’âge de la retraite. Une situation bien différente de celle des femmes qui n’ont pas travaillé à l’usine (la majorité).

60Pour l’ensemble des femmes de Baixa da Banheira, le marché du travail et l’organisation de la production dans les secteurs où elles exercent leurs activités les renvoient en permanence à la sphère domestique et familiale. Et ce, du fait de la position subalterne qu’elles occupent. Cette situation de double subordination (statut secondaire de leur activité et de leurs revenus au sein de l’organisation familiale et exploitation dont elles font l’objet en tant que tricoteuses) va perdurer pendant relativement longtemps, apparemment sans éveiller aucune résistance.

  • 4  Ce mouvement voit le jour en 1969, sous l’élan du parti communiste portugais. Dans le contexte des (...)

61Cependant, après le coup d’Etat en 25 avril 1974, qui a instauré un régime démocratique au Portugal, les voix mécontentes des femmes commencent à se faire entendre. Tout a commencé avec une assemblée organisée par la section de Baixa da Banheira du Movimento Democrático de Mulheres (MDM)4Mouvement Démocratique des Femmes –, dont l’objectif était de donner la parole aux travailleuses de la localité, d’écouter leurs problèmes, de les recenser et de rallier les femmes à la lutte syndicale et politique. Lors de cette assemblée, les ouvrières des usines de la région, tout comme les tricoteuses à domicile purent exprimer leurs difficultés et leurs revendications. Cet événement va être le déclencheur du mouvement de revendication dans lequel va s’engager une partie de ces travailleuses.

62La première forme de mobilisation a consisté à essayer d’obtenir la légalisation de leur situation de travailleuses à domicile auprès des intermédiaires qui faisaient appel à leurs services, comme l’a expliqué Rigoberta (la première responsable du MDM de Baixa da Banheira, dans la période post 1974) : « Après, vu que c’était une grande exploitation, avec le 25 avril, les tricoteuses ont commencé à s’organiser, au niveau du syndicat, de l’inter [...]. Et alors, on est allées parler avec eux, on est allées à Lisbonne et c’est eux qui nous ont expliqué, pour qu’on… pour que les patronnes, les patrons nous légalisent, mais eux ils ont rien fait. Bref, personne a voulu prendre cette responsabilité et puis aussi, à l’époque, les gouvernements étaient provisoires ». Mais cette première défaite ne marqua pas la fin de la mobilisation. Le MDM poursuivit son action dans les mois qui suivirent et les femmes menèrent une importante activité civique. Elles prirent part aux commissions d’habitants, aux diverses collectivités locales, aux travaux de recensement électoral, et aux multiples activités du MDM (groupes de théâtre, cours d’alphabétisation, cours de couture, etc.). C’est dans ce contexte qu’a surgit l’idée de créer une unité collective de production des couturières et des tricoteuses. Maria Antónia en fut l’une des fondatrices (aux côtés de Rigoberta). Pour ces femmes, le travail au sein de la Coopérative du 8 mars s’inscrivait dans le prolongement de leur participation politique et civique à l’époque, mais aussi et surtout leur donnait la possibilité (pour la première fois dans leur vie) de toucher un salaire mensuel garanti et d’avoir un travail légal (avec les cotisations et droits sociaux qui leur sont associés).

63Le fait d’avoir participé aux activités du MDM ou d’avoir appartenu à la coopérative surgit spontanément dans leurs conversations – il faut rappeler ici que le travail de tricotage (exécuté par Rigoberta et Maria Antónia) n’a été mentionné que lors de l’évocation de leurs activités au sein du MDM et de la coopérative (sans quoi il aurait été ignoré). C’est un aspect de leur vie dont elles sont très fières, en dépit du fait que la coopérative ait traversé d’importantes difficultés, au point de clore son activité, et que le mouvement des femmes ait déjà connu des jours meilleurs en termes de mobilisation. Nous pouvons même en déduire que la période et les événements qui ont contribué à un début de transformation des mentalités et des comportements face aux inégalités existantes entre les sexes se situent après le 25 avril 1974. Durant cette période, les femmes de Baixa da Banheira s’engagèrent dans une participation politique et civique inédite jusque-là.

64Dans leurs discours actuels, elles évoquent surtout l’importance de ce qu’elles ont appris en participant à toutes ces activités : réunions à l’extérieur de Baixa da Banheira (impliquant des voyages sans la famille), contacts avec d’autres associations et coopératives, gestion des clients et de toute la bureaucratie relative à la coopérative, travail aux côtés de figures politiques et de spécialistes de certaines questions (lors de débats organisés sur des thèmes liés à la condition féminine : planning familial, conditions de travail des ouvrières, etc.). En revanche, leur participation au monde du travail (comme nous l’avons vu) s’est soldée par un renforcement de l’idéologie dominante vis-à-vis de la famille et du rôle des hommes et des femmes dans les sphères de reproduction et de production, en vertu de laquelle le travail domestique revient à la femme et le soutien de famille à l’homme. En réalité, en raison du type de recrutement pratiqué par les usines, les femmes ont fait partie de l’un des groupes les plus précarisés de cette population et ont toujours été confinées à l’espace domestique.

Les souvenirs n’ignorent ni la classe, ni le genre – une conclusion

65Aujourd’hui, les machines à tricoter ont disparu des foyers de Baixa da Banheira. Maria Antónia ne mâche pas ses mots quant au destin de la sienne : « Elle est partie à la poubelle ! ». Pourtant, lors de conversations plus informelles ou d’entretiens avec ces femmes, il arrive qu’il y soit fait allusion – par exemple, lorsqu’elles évoquent la coopérative de production des couturières et tricoteuses et la manière dont chacune a exercé ces activités.

66Depuis les travaux de Halbwachs ([1950, 1ere éd.] 1968 et [1925, 1ere éd.] 1994), la mémoire est entendue comme un phénomène social et partagé entre les individus. Ainsi, la continuité et la stabilité des groupes sont des conditions essentielles à la transmission des souvenirs. Toutefois, les groupes retiennent et transmettent les souvenirs qui ont trait à des faits et des événements qui ont eu et continuent d’avoir une signification pour eux. Ce faisant, nombreux sont les auteurs (Fentress et Wickham, [1992, 1ere éd.] 1994, Leydesdorff et al., 1996 et Berliner, 2005) qui affirment que le fait qu’une mémoire collective donnée oublie ou ignore certains aspects de la vie des personnes (et pas seulement ce qu’elle en retient) a également une signification qu’il importe de comprendre.

67Dans l’ancienne "ceinture industrielle" de Lisbonne, la mémoire historique qui s’est construite s’appuie essentiellement sur des références au processus d’industrialisation, célébrant les grandes entreprises et leurs patrons respectifs et les grandes grèves et mouvements de lutte ouvrière. Aussi bien du côté des principales entités patronales que des syndicats ou du pouvoir politique local, les protagonistes de cette histoire sont des hommes. La commémoration du centenaire du groupe d’entreprises CUF ("la CUF") à Barreiro en 2008 en est la parfaite illustration.

68Ce groupe industriel a été le principal agent du processus d’industrialisation capitaliste dans la région. L’anniversaire de l’inauguration de la première usine (en 1908) a servi de prétexte à une célébration orchestrée par le groupe lui-même et (étonnamment) par le pouvoir local communiste, centrée sur la figure de l’un de ses patrons (Alfredo da Silva) présenté comme le principal responsable de l’élan industriel et de l’essor économique que la CUF a apporté à Barreiro et à l’ensemble de la région. Des contre-commémorations du centenaire furent organisées, à l’initiative d’un parti politique de gauche (Bloc de Gauche) et de certains de ses militants (professeurs universitaires et historiens de renom, spécialistes de l’époque du régime dictatorial portugais – 1926-1974). L’objectif de ces contre-commémorations était de souligner la participation des ouvriers et l’importance de leur lutte dans le contexte de la résistance à la dictature ainsi que du développement de l’entreprise.

69Entre la glorification de la figure d’un entrepreneur et l’héroïsation du mouvement des travailleurs (hommes), tout semble indiquer que nous sommes en présence de deux mémoires – l’une dominante et l’autre dominée. Toutefois, une observation plus rigoureuse nous permet de constater que toutes deux intègrent les institutions du pouvoir – qu’il s’agisse du pouvoir politique et économique, ou du pouvoir symbolique et culturel des groupes sociaux qui les soutiennent. Par ailleurs, toutes deux ont accès aux structures permettant la divulgation de leurs discours respectifs dans le cadre dudit centenaire – au travers de l’utilisation des services de la municipalité et de l’entreprise (mis au service de la commission officielle des commémorations), ou au travers d’un réseau de relations basé sur les syndicats et collectivités locales (mis à disposition du groupe organisateur des contre-commémorations).

70Nous sommes donc en présence de deux mémoires qui se contredisent (avec des versions distinctes de l’histoire du travail et de cette population ouvrière), mais qui sont toutes deux à même de circuler et de se perpétuer. L’une comme l’autre – les deux faces d’une même pièce – ont une existence publique, bien que dans des espaces (physiques et sociaux) différents. Elles sont associées à des groupes sociaux distincts, ayant chacun des principes, des valeurs et des visions du monde qui lui sont propres, mais elles ont un dénominateur commun – elles mettent en exergue l’univers masculin (dominant) des entreprises et du mouvement ouvrier.

71Le cas de la mémoire du travail des tricoteuses (qui semble ne pas avoir existé) est bien différent. C’est une "mémoire hors de la mémoire" (selon l’expression de Halbwachs, reprise par Namer [1987]). L’oubli associé au travail féminin reflète son invisibilité et la relégation au second plan de son importance qui l’ont toujours caractérisé et que les femmes elles-mêmes ont intégré. Dans leurs discours, elles ont du mal à considérer ce travail comme une activité professionnelle à part entière : elles oublient de le nommer, le considèrent comme négligeable en termes de rémunération, et privilégient les aspects informels liés à ce travail.

72À l’inverse des hommes, elles n’ont jamais formé un collectif suffisamment solide et cohérent pour construire et faire se perpétuer la mémoire de leur activité de tricoteuses. Compte tenu de la diversité de leurs parcours professionnels, de leurs expériences et de leurs attentes par rapport au travail, il nous sera difficile de les considérer comme un groupe professionnel. Elles ont en commun le fait d’être des femmes de la classe ouvrière (filles, épouses et mères d’ouvriers). Pourtant les tricoteuses de Baixa da Banheira ont existé. Et parfois, il leur arrive de s’en souvenir.

Haut de page

Bibliographie

- Entretiens enregistrés avec:

Dilar Gonçalves Rosa (et sa fille, Célia) – 2009 (Baixa da Banheira)

Maria Adelina Flor – 2009 (Baixa da Banheira)

Maria Antónia Mestre – 1995 (Aivados) e 2009 (Baixa da Banheira)

Rigoberta Presumido – 2009 (Baixa da Banheira)

- Bibliographie:

ALMEIDA, Ana Nunes de, “Trabalho feminino e estratégias famliares”, Análise Social, XXI, 85, 1985, pp.7-44.

ALONSO, José A., “The domestic clothing workers in the Mexican metropolis and their relation to dependent capitalism” dans June Nash et María Patricia Fernández-Kelly (sous la direction de) Women, Men and the International Division of Labor. Albany, State University of New York Press, 1983, pp. 161-172.

BERLINER, David, “The Abuses of Memory: reflections on the memory boom in anthropology”, Anthropological Quarterly, 78 (1), 2005, pp.197-211. Consulté sur Internet, le 20 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/4150896.

DURAND, Jean-Yves, “Bordar: masculino, feminino”, Reactivar saberes, reforçar equilíbrios locais. Vila Verde, Aliança Artesanal, 2006, 24 pages. Consulté sur Internet le 20 septembre 2009 à l’URL: http://hdl.handle.net/1822/5480.

ENLOE, Cynthia H., “Women textile workers in the militarization of Southeast Asia” dans June Nash et María Patricia Fernández-Kelly (sous la direction de) Women, Men and the International Division of Labor. Albany, State University of New York Press, 1983, pp. 407-425.

FENTRESS, James et Chris Wickham, Memória Social [Social Memory]. Lisboa, Editorial Presença, [1992, 1ere éd.] 1994.

FONSECA, Inês, Aivados. Posse da Terra, Resistência e Memória no Alentejo. Lisboa, Edições Dinossauro, 2006

GRIFFITH, David C., “Nonmarket labor processes in an advanced capitalist economy”, American Anthropologist, 89 (4), 1987, pp.838-852. Consulté sur Internet, le 7 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/677859.

HALBWACHS, Maurice, La Mémoire Collective. Paris, Presses Universitaires de France, [1950, 1ere éd.] 1968.

HALBWACHS, Maurice, Les Cadres Sociaux de la Mémoire. Paris, Editions Albin Michel, [1925, 1ere éd.] 1994.

KERGOAT, Danièle et Haydee Silvia, “De la relación social de sexo al sujeto sexuado (From the social sex relation to the sexed subject)”, Revista Mexicana de Sociología, 65 (4), 2003, pp.841-861. Consulté sur Internet, le 23 novembre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/3541585.

LAMPHERE, Louise, “From working daughters to working mothers: production and reproduction in an industrial community”, American Ethnologist, 13 (1), 1986, pp.118-130. Consulté sur Internet, le 7 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/644590.

LEYDESDORFF, Selma; Luisa Passerini et Paul Thompson (sous la direction de), Gender and Memory: International Yearbook of Oral History and Life Stories. Oxford e New York, Oxford University Press, 1996.

LIM, Linda Y. C., “Capitalism, imperialism and patriarchy: the dilemma of Third-World women workers in multinational factories” dans June Nash et María Patricia Fernández-Kelly (sous la direction de) Women, Men and the International Division of Labor. Albany, State University of New York Press, 1983, pp.70-91.

MALINOWSKI, Bronislaw, Les Argonautes du Pacific occidental [Argonauts of the Western Pacific. An account of native enterprise and adventure in the archipelagoes of Melanesian New Guinea]. Saint-Amand, Editions Gallimard, [1922] 1996.

MASUR, Jenny, “Women’s work in rural Andalusia”, Ethnology, 23 (1), 1984, pp.25-38. Consulté sur Internet, le 16 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/3773391.

NAMER, Gérard, Mémoire et Société. Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

NAROTZKY, Susana, Trabajar en Familia. Mujeres, Hogares y Talleres. Valencia, Edicions Alfons El Magnànim, 1988.

NASH, June, “The impact of the changing international division of labor on different sectors of the labor force” dans June Nash et María Patricia Fernández-Kelly (sous la direction de) Women, Men and the International Division of Labor. Albany, State University of New York Press, 1983, pp.3-38.

OLICK, Jeffrey K. et Joyce Robbins, “Social memory studies: from ‘collective memory’ to the historical sociology of mnemonic practices”, Annual Review of Sociology, 24, 1998, pp.105-140. Consulté sur Internet, le 23 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/223476.

ORTIZ, Sutti, “Laboring in the factories and in the fields”, Annual Review of Anthropology, 31, 2002, pp.395-417. Consulté sur Internet, le 16 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/4132886.

RIVERS, William H. R., “A genealogical method of collecting social and vital statistics”, The Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol.30, 1900, pp.74-82. Consulté sur Internet, le 16 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/2842619.

ROTHSTEIN, Frances Abrahamer, “Declining odds: kinship, women’s employment and political economy in rural Mexico”, American Anthropologist, 101 (3), 1999, pp.579-593. Consulté sur Internet, le 21 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/683849.

SAFA, Helen I., “Women, production and reproduction in industrial capitalism: a comparison of Brazilian and U.S. factory workers” dans June Nash et María Patricia Fernández-Kelly (sous la direction de) Women, Men and the International Division of Labor. Albany, State University of New York Press, 1983, pp. 95-116.

SCHNEIDER, Jane, “The anthropology of cloth”, Annual Review of Anthropology, 16, 1987, pp.409-448. Consulté sur Internet, le 21 octobre 2009 à l’URL: http://www.jstor.org/stable/2155878.

THOMPSON, Paul, The Voice of the Past: Oral history. Oxford e New York, Oxford University Press, [1978] 1992.

VERDIER, Yvonne, Façons de Dire, Façons de Faire : la laveuse, la couturière, la cuisinière. Paris, Editions Gallimard, [1979] 1994.

VIEIRA, Maria Laura Lima, “A organização do sistema produtivo da malha em Barcelos e a sua inserção internacional”, Revista da Faculdade de Letras: Geografia I série, XV/XVI, 1999-2000, pp.181-197. Consulté sur Internet (site de la Faculdade de Letras da Universidade do Porto – Biblioteca Digital), le 30 septembre 2009 à l’URL http://ler.letras.up.pt/uploads/ficheiros/1626.pdf.

Haut de page

Notes

1  Cependant, comme le font remarquer certains auteurs (Alonso, 1983), cette situation diffère de l’époque de la première industrialisation, car cette organisation de la production favorise une accumulation de capital entre les mains d’une élite industrielle contribuant à la croissance économique et au progrès technologique du pays.

2  Une réalité semblable a été abondamment décrite dans la bibliographie sur les “maquilladoras” en Amérique Latine (surtout au Mexique), terme faisant référence aux travailleuses d’ateliers de couture (ou autres), dont l’activité consiste à assembler des articles d’habillement qui arrivent entre leurs mains prédécoupés. Certains auteurs, (Alonso, 1983 et Rothstein, 1999) décrivent un réseau sophistiqué de sous-traitances et de spécialisation du travail, avec l’existence de petits lieux de production (physiquement) indépendants de la résidence de ces femmes ou encore, le recours à des employées hors du cercle des proches et des connaissances – situation non vérifiée à Baixa da Banheira où l’activité des tricoteuses est restée circonscrite aux foyers des femmes et aux réseaux sociaux les plus proches (famille et amies).

3  Ces mêmes priorités (dans une situation de sous-traitance informelle destinée à faire face à une demande d’intensification du travail) ont été recensées par Durand (2006) concernant le travail des brodeuses de “lenços dos namorados” (mouchoirs des amoureux).

4  Ce mouvement voit le jour en 1969, sous l’élan du parti communiste portugais. Dans le contexte des élections législatives de 1969, plusieurs commissions électorales féminines furent créées par ce parti d’opposition au régime. Après, il fut décidé de créer le MDM, dans l’objectif d’organiser la lutte des travailleuses, maintenues à l’écart de l’organisation partisane clandestine (dominée par les hommes). Le mouvement mène une action de lutte pour de meilleurs salaires pour les femmes et contre l’augmentation du coût de la vie, pour l’égalité et la défense des droits des femmes (égalité juridique, conditions de travail, planning familial, droit à l’avortement, protection de la maternité, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inês Fonseca, « Travail, Mémoires et Femmes dans la ceinture industrielle de Lisbonne (Portugal) », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/1007

Haut de page

Auteur

Inês Fonseca

anthropologue, enseignante à l’Universidade Nova de Lisboa et effectue un post-doctorat au Centro em Rede de Investigação em Antropologia (Portugal). Elle a réalisé différents travaux de recherche sur le thème de la mémoire de mouvements sociaux en milieu rural sous la dictature portugaise (1926-1974). Actuellement, elle étudie les phénomènes de précarisation dans la société portugaise et leurs répercussions sur la famille et les réseaux sociaux primaires.   Inês Fonsecais an anthropologist, teaching at Universidade Nova de Lisboa and postdoctoral fellow at Centro em Rede de Investigação em Antropologia (Portugal). Her work focused on the memories of social movements in rural context under the portuguese dictatorship (1926-1974). Now, she is interested on the precarization of the portuguese society and its effects on families and primary social networks

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org