Navigation – Plan du site
Documents et témoignages

Sorti d’usine

Robert Kosmann

Texte intégral

1 Le texte  qui suit date maintenant de  1992. Après avoir travaillé durant 18 ans à la Régie Renault, l’usine d’outillage de St Ouen (93) de ce  constructeur automobile a fermé.  J’ai alors cherché du travail, sans résultat, ne disposant à l’époque que d’un CAP de fraisage et d’un diplôme peu qualifiant de fin de collège (BEPC). Militant syndical, j’avais de plus un dossier qui ne me permettait pas d’embauche pour quelque poste que ce soit dans l’industrie si les services de ressources humaines (on disait alors service du personnel) se renseignaient sur mon activité syndicale et politique. Après 6 mois de recherche infructueuse, j’ai dû, contre mon gré, trouver une conversion. J’ai alors postulé à une formation de ferronnerie et en parallèle à une inscription à l’université de Paris 8 (93), à côté de chez moi, qui permettait depuis 1968 l’entrée en première année, sans condition de diplôme antérieur. Il suffisait d’avoir travaillé trois ans, à plein temps, de manière continue, et de réussir une épreuve de français pour vérifier une connaissance minimum de la langue. Cette facilité était, et est encore en 2010 une survivance des conquêtes obtenues par le mouvement étudiant et enseignant  après mai 1968 pour permettre l’accès à  la culture des salariés sans diplôme.

2Le stage de ferronnerie tarda à répondre à l’inscription, ce fut l’université  qui me répondit en premier. J’y entrai et l’une des premières épreuves était une « unité de valeur de préprofessionnalisation ». En effet les jeunes étudiants avaient dû effectuer un stage en entreprise avant d’intégrer le cursus universitaire. Ils devaient en faire un compte rendu. J’étais dans le cadre commun, avec un parcours spécifique. Je dus me plier à la règle, c’est l’objet du texte qui suit.

3 Mais avant quelques lignes de biographie contextuelle : je suis né en 1948, à Paris. Mon père était peintre en bâtiment, ma mère travaillait à la Poste et s’est arrêtée peu de temps après ma naissance pour élever ses enfants. Aucun de mes parents ne s’intéressait aux questions politiques ou syndicales et ce n’était pas un sujet de discussion à la maison. J’ai effectué des études jusqu’à la classe de seconde, comme boursier. A l’adolescence la discipline du collège et du lycée m’ennuyait, je travaillais peu, j’aurais du redoubler la classe de seconde, mais en cas de redoublement la bourse d’Etat était supprimée. Les finances familiales étant modestes, j’arrêtai là le lycée et entrai comme coursier à 15 ans dans une grande banque le Crédit Lyonnais (aujourd’hui LCL). J’y restai cinq ans sans enthousiasme faisant divers métiers non qualifiés (mécanographe, mise sous enveloppe de courrier manuel et sur machine….) jusqu’à l’année 1968 où les bouleversements intervenus à la suite des victoires du peuple vietnamien contre la puissance US mobilisèrent dans le monde entier une jeunesse nombreuse, enthousiaste et révoltée. Cette agitation intellectuelle et politique me décidèrent définitivement à quitter des emplois de la banque qui m’apparaissaient sans intérêt, je démissionnai.

4 Sur le plan militant, après avoir passé plusieurs années à la JOC (jeunesse ouvrière chrétienne), je suis entré au PSU (Parti Socialiste Unifié) en 1968 pour en sortir en 1972 avec la fraction maoïste et j’ai ensuite participé à un groupe marxiste léniniste (Combat prolétarien) qui a soutenu la Chine, puis l’Albanie. La rupture, tardive, avec ces modèles s’est produite lors de la condamnation infâmante de Mehmet Shehu, numéro deux du régime albanais par le secrétaire général de l’époque Enver Hoxha qui m’est apparue alors comme un tissu d’accusation qui ne pouvait plus être crédible.

5 Sur le plan professionnel, le marché du travail était alors encore ouvert, je travaillai ensuite dans divers métiers jusqu’en 1973 où je rentrai chez Renault comme OS intérimaire.

Septembre 1992

Stage de « préprofessionnalisation » à la Régie Renault 1973-1991

6 Mon expérience professionnelle à la Régie Renault a débuté en septembre 1973  comme OS intérimaire au département 14 à Boulogne Billancourt. Elle s’est terminée contre mon gré par la fermeture de l’usine de St Ouen le 1.5.1991, usine d’outillage-carosserie dans laquelle j’avais été muté fin 1975 où j’étais devenu fraiseur P2.

7Sur ces 18 ans on peut dégager six périodes assez distinctes.

  • Dans un premier temps, j’ai travaillé pendant un an à Boulogne comme OS (ouvrier spécialisé) intérimaire, sans droits, entouré d’une majorité d’OS immigrés.

  • Puis j’ai été à l’usine de Choisy (94) comme OS mais cette fois ci au milieu d’un environnement d’OS français plus âgés

  • Espérant une professionnalisation, je suis allé à l’usine de St Ouen où j’ai travaillé un an et demi comme OS au milieu d’ouvriers professionnels.

  • La quatrième période qui va de 1977 à 1983 m’a permis en devenant « scieur P1 » de commencer à m’intégrer dans ce monde des professionnels.

  • Puis à partir de 1984 d’exercer pleinement mon métier nouvellement appris de fraiseur

  • Enfin une dernière période s’est manifestée par la cessation d’activité de  Renault St Ouen et la visite des ateliers  de Maubeuge où on me reproposait une place d’OS.

8Ce qui me frappe sur ces années passées dans l’industrie automobile, c’est la dégradation des conditions de vie et de travail pour ceux qui y sont toujours occupés. Cet aspect est  peu montré en 1992. L’accent  est mis aujourd’hui sur « la fin de la classe ouvrière » à travers différentes émissions ou publications. L’émission de télévision « La marche du siècle» du 24/06/1992 consacrée à ce thème montrait d’émouvants témoignage ouvriers. Dans cette même émission, le sociologue Michel Verret y déclarait que les robots avaient allégé le travail ouvrier, c’est à mon sens l’inverse qui est vrai. Deux publications récentes « L’Homme et la société » (n°98) sur « la crise du mouvement ouvrier » et la revue « Autrement » de janvier 1992 tentent de faire un bilan de la classe ouvrière. On n’y trouve que trois pages sur la question de l’intensification du travail sur 375 pages dans les deux revues qui annoncent le décès du prolétariat. C’est à mon avis privilégier une partie de la réalité en France : les licenciements et le peu de défense ouvrière, dans une période de crise économique et de restructuration aigüe.

9Par contre ce qui est général est sûrement l’intensification du travail partout à l’échelle mondiale, mais à des degrés différents suivant les conditions économiques, politiques, culturelles de chaque pays  ou région. Selon ces conditions la résistance ouvrière s’oppose à une exploitation qui n’est atténuée que par cette résistance. J’ai pu voir se déliter cette résistance progressivement sur une période de 20 ans.

10Mais plus concrètement je suis rentré au « 14 », l’atelier de chaîne moteur de Billancourt en septembre 1973. Ce qui me fit le plus  d’impression en entrant était le bruit auquel je n’étais pas habitué dans une usine aussi grande. On me remit des chaussures de sécurité et une paire de bleus et je commençai mon poste en équipe en 2X8, non pas sur chaîne mais sur une machine tranfert (qui fraisait des bielles  de moteur) située à côté de la chaîne. Nous étions deux ouvriers, on disait alors « agent productif » au lieu d’OS chez renault depuis 1968, devant un plateau pivotant circulaire où, pendant que nous enlevions chacun les quatre bielles usinées devant nous pour les remplacer par quatre autres non encore travaillées, huit têtes de fraisage faisaient des copeaux pendant ce temps de l’autre côté de la machine, puis celle ci faisait un demi tour et l’opération recommençait. Ceci 943  fois par jour pour une durée légèrement supérieure à huit heures. Le travail était intensif, il fallait débloquer un vérin de serrage des bielles, les retirer  de leurs fixations, toutes les 50 pièces environ, les contrôler avec un calibre, puis remetre les quatre bielles neuves , refermer le vérin, ceci avant que la machine n’ait fini son cycle pour retourner ensuite d’un demi tour. Pour fumer, par exemple il fallait s’y reprendre à deux fois, une fois pour sortir le paquet et en tirer une cigarette, une seconde fois, au tour suivant pour l’allumer .

11Ceci pour montrer que les conditions de travail de cette époque n’étaient pas douces, les murs et les tracts dénonçaient alors « les cadences infernales ». Les ouvriers immigrés qui travaillaient majoritairement dans ces postes non qualifiés de l’industrie automobile étaient alors célibataires sans enfants, et faisaient peu parler de leur condition. Les mêmes, qui ont vieillis, aujourd’hui, sont chômeurs après 20 ans de chaîne et sont considérés comme gêneurs, géniteurs de « zoulous » et incapables de s’intégrer !

12Après nos 943 tours de machine, enregistrés au compteur, que chaque ouvrier incrémentait également à la main, en trichant, ce qui nous faisait gagner environ 50 tours, nous étions libres de notre temps. Nous pouvions finir en huit heures. Mon camarade et moi aimions bien finir le plus vite possible, ce qui était vrai pour une majorité d’OS, et finissions le travail en 6h30. Il restait 1h30 pour dormir à sa place, boire le café à la machine, faire la causette ou lire le journal.

13L’ambiance était à cette époque très vive, nous avions tous les jours des tracts, soit des organisations d’extrême gauche, soit du PCF ou des syndicats. Certains jours nous avions quatre ou cinq tracts différents à l’entrée et un ou deux à la sortie. Il existait une culture d’opposition très importante, le régleur était l’ennemi et toutes les « blouses blanches » (contremaîtres, chefs d’ateliers) particulièrement haïs biens que craints. Les bousculades avec les gardiens à la sortie étaient quotidiennes quand ils fouillaient les sacs personnels. Malgré cela le chapardage était un sport prisé mais qui portait peu à conséquence, les bielles et les pistons que nous fabriquions étant peu écoulables à l’extérieur.

14En tant qu’intérimaire je n’avais aucun droit mais pour les fixes, les embauchés, il existait alors une indemnisation en cas de maladie qui permettait de conserver son salaire intégral pendant 75 jours et avec l’ancienneté, jusqu’à 90 jours, la régie compensant ce que ne versait pas la sécurité sociale. Ces acquis permettaient d’une part aux malades de n’être pas trop pénalisés mais aussi de se reposer quand on était fatigué. Cela permettait aussi, souvent, de refaire le papier peint à la maison, ou de partir, pour les militants, en stages politiques qui n’étaient pas payés  au contraire des stages syndicaux indemnisés.

15Les conditions de production étaient comparables ailleurs, Citroën à l’époque considéré come une « sale taule » faisait travailler dans des conditions identiques 7 heures dans la journée au lieu de 6h30 au « 14 ».

16Je garde de très bons souvenirs de Boulogne, la tête des voyageurs du premier métro le matin, qui, s’ils n’ont pas une unité de couleur l’ont de style et de physionomie.

17La marche à pied depuis le métro Billancourt par la rue de la Ferme jusqu’à la place Bir Hakeim et la rue E. Zola qui arrivait à la porte de l’usine où fut assassiné Pierre Overney :  ces vingt minutes  de marche pour arriver au fond de l’usine, au même pas, sans un mot, avec la même tête, pas encore réveillée, de centaines d’ouvriers qui marchent ensemble quelle que soit l’heure entre 5h30 et 6h m’apparaissait comme une force collective que je n’avais pas  rencontré avant, dans d’autres entreprises. Il y avait aussi, à Boulogne, une vie liée à la taille de l’usine. Toute la rue E. Zola et la place Nationale étaient prises par un marché de petits commerçants, vendeurs de thé, de menthe, d’outillage bon marché, d’épices, de fruits, de cacahuètes en vrac qui cotoyaient les ouvriers qui flânaient à la sortie d’équipe et les militants de toutes organisations qui, par tracts, par panneaux ou au mégaphone diffusaient leurs idées. J’y suis retourné quelquefois depuis la femeture, le « 14 » a été remplacé par la résidence « Les Nouvelles Hespérides », la porte Zola est bouclée, il n’y a bien sûr plus d’ouvriers ni de commerçants. C’est beaucoup moins vivant !

18Mes chefs, contents de mon travail, appuyèrent ma demande d’embauche définitive qui fut refusée deux fois à Billancourt (sans justification donnée) et ... acceptée à Renault Choisy où j’avais fait une demande parallèle. Je rentrai dans les effectifs de la régie le 1/10/1974 à Renault Choisy le roi comme « agent productif machine, catégorie B » où je fabriquais des ressorts, puis rectifiai des tubes sur machine, les poinçonnai sous presse pendant un an dans des conditions de travail semblables à celle du « 14 » mais avec une ambiance différente et une combativité beaucoup plus faible. L’usine de Choisy n’avait que 1.200 ouvriers contre 32.000 à Boulogne, on n’y voyait que peu de tracts distribués par les  militants à l’intérieur, il y avait peu d’immigrés, peu de professionnels, la plupart des OS étaient français, âgés, avaient pas mal « roulés » dans leur vie et eut des difficultés de tous ordres pour être restés à 40 ou 50 ans très faiblement qualifiés. Mon poste le plus  dur fut un atelier de fabrication de boulons (filetage) et de lavage de pièces à la machine, au trychloréthylène. Je travaillais au milieu des vapeurs toute la journée, nous nous lavions même directement les mains avec ce produit. D’autre part je tombai sur un chef d’équipe très violent, plus lumpen qu’ouvrier avec lequel il me fallut composer. Il ne supportait pas la remise en cause de son autorité, avait une grande habitude des rixes de café, de nombreuses cicatrices l’attestaient. Il « jouait » avec les OS qui acceptaient  son jeu, à envoyer des marteaux à la volée à travers l’atelier ; il était raciste et bousculait systématiquement les immigrés. Vingt ans après, j’en garde un très mauvais souvenir. Je n’avais cependant pas l’intention de le laisser  faire et protestai à plusieurs reprises contre les conditions de  travail auprès de lui, du contremaître, et des délégués CHS. Cela n’eut pas de  conséquence sinon qu’il me provoqua physiquement par trois fois. Je répondis que nous n’étions pas à égalité à l’atelier, si un chef  et un ouvrier étaient pris à se battre, l’ouvrier était licencié et le chef recevait un blâme, mais qu’il pouvait toujours m’attendre à la sortie de l’usine... ce qu’il ne fit pas, et j’en suis toujours bien content ! La seule crainte qui l’inspirait était l’opposition collective, et le syndicalisme qui pour lui étaient des mondes étrangers. Mes relations importantes avec tous les  élus tant CGT que CFDT lui firent penser qu’il valait mieux  cohabiter que chercher la loi du plus fort.

19Le travail d’OS ne me déplaisait pas, malgré la fatigue physique, j’aimais l’ambiance, la camaraderie qui règnait que je ne retrouverai plus chez les professionnels. Des défoulements collectifs avaient lieu fréquemment. Sans raison apparente un ouvrier se mettait à crier de toutes ses forces sur un ton modulé, puis ses voisins reprenaient, puis tous les ouvriers de la travée s’y mettaient et en moins d’une minute une cinquantaine d’OS hurlaient consciencieusement, en cadence jusqu’à ce que les blouses blanches, inquiètes, sortent de l’aquarium  (leur bureau insonorisé en verre) pour voir ce qui se passait, demandaient à l’un d’entre nous ce qu’il y avait. L’interrogé répondait régulièrement « rien, pourquoi ? » et tout le monde éclatait de rire quand l’agent de maîtrise en haussant les épaules rentrait dans son aquarium ;

20Je ne souhaitais cependant pas finir OS. D’abord pour des raisons de promotion et de salaire, ensuite parce qu’un copain m’avait initié à la forge . J’aimais beaucoup le travail de transformation au marteau. Je m’adressai donc au service du personnel en demandant à suivre un stage de chaudronnerie. La promotion ouvrière était encouragée à cette époque. Il y avait déjà l’école Renault pour les aprentis ; si le postulant avait de la famille à la régie, il bénéficiait officiellement de plusieurs points de bonification à son examen d’entrée, ce qui a créé un certain nombre de « familles Renault » (fils, père, frère, grand père et même  grand mère). Il existait également des cours du soir et du samedi après le temps de travail qui amenaient au CAP en trois ans. Ceux qui voulaient continuer jusqu’au bac technique ou au BTS pouvaient suivre des cours de français, maths, langues. J’étais alors militant, n’avais pas le temps de consacrer trois ou quatre soirées par semaine plus le samedi aux cours. D’autre part, l’intérêt, pour une fois, entre ouvrier et patron était commun, l’entreprise avait besoin de professionnels  et les OS avaient besoin de qualification. Je demandai donc un stage de chaudronnerie à plein temps sur le temps de travail.

21 Après les entretiens, délais, psychologues, essais manuels, on m’expliqua que  le métier était  en voie de disparition mais que j’avais la possibilité de devenir ajusteur si j’acceptais d’aller travailler à l’usine de St Ouen, usine de professionnels outilleurs.
J’acceptai, déménageai et arrivai à St Ouen le 1/12/1975. On me promit de passer ajusteur dans quelques mois, en attendant je devais nettoyer les machines des professionnels et les aider à serrer  les boulons des pièces bridées sur leurs fraiseuses. J’étais donc au secteur du fraisage, dans une ambiance très différente, et de Boulogne, et  de Choisy. Le « 37 », département d’outillage carosserie fabriquait les outils mâles et femelles qui emboutissaient la tôle en la déformant une fois montés sur une presse. C’étaient des pièces uniques pour emboutis, portes, capots, hayons, etc. qui se renouvelaient à chaque modèle Renault. Il y avait environ 600 professionnels et une cinquantaine d’OS, les « pros » étaient très qualifiés, il fallait entre sept et dix ans  après le CAP pour connaître totalement le métier d’outilleur. C’était aussi un microcosme, (comme le département « 70 » d’où sont issus les « 10 » de Billancourt), un fief PC-CGT. Sur 650 ouvriers environ, 342 étaient syndiqués à la CGT, une vingtaine à la CFDT et 4 à FO. En 1975, le PCF avait, dans l’atelier, 135 adhérents. L’ambiance était très politisée, les grèves fréquentes, toutes les journées  d’action, tous les problèmes internes ou de solidarité avec d’autres usines donnaient lieu à des débrayages. J’ai vu plusieurs fois les dirigeants syndicaux actionner les sirènes des ponts roulants et, avant toute explication, rassembler en grève plus de 60% du personnel, simplement sur un appel sonore, ce qui était impossible à la même époque chez les OS. La culture ouvrière était  aussi plus développée, tous les militants (une soixantaine environ) lisaient le journal chaque jour. « L’Humanité » et « Lutte Ouvrière » étaient affichées en permanence et chaque mouvement social était répercuté par affiches (grèves du Parisien Libéré, Sonacotra, meeting contre les lois immigrées Bonnet Stoléru, meetings de soutien au peuple Saharaoui, etc.).  Une minorité importante achetait des livres, ; les plus aisés et cultivés dans la collection du « Livre Cub Diderot » : les collections Histoire de la Commune, de la Guerre d’Espagne, de la Résistance mais aucun ne les avait lus complètement. De très nombreuses brochures ainsi que les ouvrages classiques du marxisme-léninisme circulaient abondamment dans l’atelier.

22J’eus du mal à me faire respecter tant comme militant d’extrême gauche qu’en tant qu’ OS. Les fraiseurs sur les grosses machines ne nettoyaient pas eux mêmes leurs copeaux. Lorsqu’ils avaient  fini d’usiner une pièce, je devais les aider à la démonter (déserrer les boulons de fixation) puis balayer et essuyer la table de travail qui faisait plusieurs mètres de longueur et de largeur. Pendant ce temps d’autres OS, les pontiers et les élingueurs (ceux qui fixent la pièce au crochet du pont) emportaient l’outil vers une autre machine pour une opération suivante. J’étais un peu le domestique des ouvriers professionnels et ils me le faisaient sentir. Ce que je supportais bien, car en contrepartie mon travail me permettait de passer d’une machine à l’autre, de connaître tous les ouvriers de la travée, de discuter beaucoup. Lorsqu’il n’y avait pas de pièces à démonter, j’étais libre de continuer les discussions à la machine à café ou à côté des fraiseuses au prix d’accrochages verbaux avec la maîtrise, mais on ne me confiait pas d’autres tâches.

23En mai 1977 je n’étais toujours pas ajusteur malgré les démarches quasi mensuelles accompagné des délégués. Il manquait alors un scieur en 2X8, on me proposa le poste, j’étais déjà en équipe, j’acceptai. Sur le plan professionnel ce furent de 1977 à 1984 des années heureuses. Le travail me plaisait beaucoup, je travaillais sur une scie à ruban comme celle des menuisiers mais avec un moteur beaucoup plus puissant qui permettait de scier l’acier, y compris celui qui était trempé, cela dans  une gerbe d’étincelles avec un bruit aigu qui couvrait le reste des machines, pourtant bruyantes. Malgré l’appréhension, ce travail sur l’acier trempé, qui ne revenait qu’une fois par mois environ, me plaisait à cause de la beauté des étincelles et de la force représentée. Aucune lime ni autre machine ne pouvait usiner de l’acier trempé. J’étais aussi content de la poignée de spectateurs réguliers qui, à bonne distance, regardaient si l’ouvrier allait gagner sur la machine ou bien l’inverse. En dehors de ce travail exceptionnel, je découpais des plaques de tôle d’épaisseurs et de formes variables qui nécessitaient une assez bonne dextérité manuelle. Au bout d’un an je passai un examen difficile en cinq heures et demie  où l’on me demandait une précision au dixième de millimètre pour devenir P1-scieur. Cet essai réussi me permit d’acquérir un peu plus de considération de la part des professionnels. De plus il n’y avait qu’un scieur dans l’atelier par équipe, j’organisais seul mon travail, pouvais accélérer ou ralentir et faire passer des commandes  avant d’autres ce qui me valait une très grande amabilité de la part  des chefs d’équipes qui avaient besoin d’une pièce rapidement ! Le sciage était le début du processus  d’usinage, c’est là qu’on sortait  la matière pour la débiter avant les différentes opérations. C’était donc un poste stratégique pour fabriquer « la perruque », les pièces  réalisées avec la matière première, le matériel et sur le temps de travail du patron. Je travaillais assez vite, finissais ma journée en quatre ou cinq heures, ce qui était le temps de travail moyen d’un outilleur au « 37 », puis je rendai service en faisant une bonne heure et demie de perruque ou bien perruquais pour moi même, il me restait encore deux bonnes heures pour aller discuter. Ces années heureuses dans mon travail se terminèrent fin 1983. Il y avait alors une place de fraiseur à prendre, le sciage s’arrêtait à l’échelon P1, cela faisait neuf ans que je demandais l’accès à un statut professionnel, j’acceptai d’aller en stage AFPA de huit mois pour apprendre le fraisage.

24Je découvris alors la grande différence entre le travail d’OS, y compris scieur P1 avec le travail professionnel où il fallait non seulement de l’habileté, mais des connaissances sérieuses en trigonométrie, une maîtrise du dessin pour représenter les formes les plus complexes en trois dimensions et surtout une pratique de patience et de précision que j’eus beaucoup de mal à acquérir. Je réussis tout de même le CFPA puis le CAP de fraiseur en candidat libre et devint, un an plus tard, P2 fraiseur  au « 37 », cette fois reconnu (au bout de 10 ans !) comme un égal par les professionnels. Je pouvais alors, enfin, dénoncer avec plus d’écho cette mentalité élitiste qui, s’appuyant sur des différences culturelles réelles, creusait un écart entre OP et OS qui à mon sens n’avait pas lieu d’être. Le travail n’était pas plus intensif au fraisage qu’à la scie (4 à 5h quotidiennes) mais plus fatigant, il fallait réfléchir beaucoup plus, comprendre les dessins, il n’existait pas de détente nerveuse, le travail de précision permanente demande une attention constante et l’ouvrier  doit être attentif au bruit de la fraise qui peut casser pour de multiples  raisons, faire « voler » la pièce ou, tout simplement « bouffer la cote »,  ce qui a pour effet de détruire tout le travail précédent, quelquefois plusieurs dizaines d’heures.

25A partir de 1985, l’ambiance commença à changer dans l’usine. Le début du « plan social » incita les jeunes, autrefois obligés de se déterminer entre deux camps : les « jaunes » ou les syndicalistes, à prendre leur compte sur la base : « je ne finirai pas mes jours à la régie ». Puis l’unité  ouvrière qui existait malgré les violentes oppositions politiques, se désagrégea progressivement sous les coups des pressions psychologiques, de la démoralisation, des départs toujours plus nombreux et de la crainte entretenue, permanente pendant six ans, de fermeture de l’usine. Jusqu’au 22 mars 1991 où les 200 ouvriers restants sont partis en « congés de conversion » : pour la moitié au chômage, pour l’autre : les plus jeunes, les plus qualifiés, dans des petites entreprises ou comme travailleurs intérimaires.

26Malgré tous mes efforts il m’a été impossible de me reclasser comme fraiseur, tant pour des raisons d’embauche rarissime sur le marché du travail que pour des raisons de dossier militant. Pour les camarades qui ont retrouvé du travail comme intérimaires ils n’ont pas plus de droits que je n’en avais en 1973 à Boulogne au « 14 ». Pour ceux qui ont une place fixe, aucun n’a retrouvé du travail dans une grande entreprise ce qui signifie : plus de CE (et ses services : bibliothèque, vidéothèque, arbre de noël, discothèque, permanence juridique, etc.), plus de service social, plus de colonies de vacances pour les enfants, plus de syndicat (ou bien ce dernier étique), plus de moyens de se défendre sinon individuellement.

27La paie reste comparable mais ce ne sont plus cinq heures de production à effectuer mais huit ce qui fait un changement notable. Il n’y a plus d’OS pour desserrer les boulons, nettoyer, prendre le pont, élinguer les pièces. Dans les petites boîtes, le compagnon doit tout faire. Ce n’est plus la prise du café de 20 minutes le matin, ni le même temps consacré à l’apéritif le midi mais la tête dans les manivelles, la rage au cœur pendant toute la journée.

28Un camarade proche qui n’avait jamais travaillé ailleurs qu’à la régie (2 ans comme « arpette » à l’école Renault, puis 19 ans  au « 37 ») m’expliquait  qu’il avait l’impression d’avoir changé de milieu en travaillant chez les petits patrons, tellement les conditions et les mentalités étaient différentes, qu’il n’avait plus de repères, alors qu’il était toujours fraiseur et faisait  le même travail qu’au 37.

29Pour les OS, le « plan social » prévoyait  des reclassements dans d’autres usines, reclassements bidons, en fait réservés à une minorité de jaunes ou d’agents de maîtrise, toutes les « usines  régie » étant déclarées en « sureffectifs ». On nous proposait des places d’OS en chaîne à Douai, Maubeuge ou Sandouville avec maintien du salaire actuel. Je n’avais nulle intention de partir mais exigeai de visiter les postes proposés. Je ne pus voir que Maubeuge, les deux autres usines m’étant fermées  d’office de manière tout à fait illégale ; mais la légalité et le respect de cette légalité n’entérinant qu’un rapport de forces, celui ci était en notre défaveur... Je partis en mars 1991 toute une journée avec les deux autres collègues volontaires, emmenés en R21 de service par... mon chef d’atelier !

30MCA, Maubeuge Construction automobile est la filiale la plus moderne de la régie, elle est indépendante formellement du groupe Renault ce qui lui permet  d’avoir  son propre statut (et de casser celui antérieur) mais ne fabrique que des Renault. C’est là qu’a été repris le montage de « l ‘Express » fabrquée jusqu’en avril 1992 dans l’île Seguin. Plusieurs milliers d’ouvriers y travaillent, cohabitant avec des lignes de robots, mais il faut une grande habileté aux cadreurs de télévision pour filmer les robots  sans les ouvriers. Ceux ci sont omniprésents, tout autour, prêts à intervenir ou approvisionnant les chaînes. De nombreux postes qui pourraient l’être ne sont pas mécanisés, permettant une plus grande flexibilité en cas de panne, tel l’atelier des pinces à souder, où se situait l’emploi qu’on me proposait. Les cadences y étaient très rapides, les pinces énormes. Les collègues de Talbot Poissy (78) dans les années 1970 appellaient l’atelier de soudage « Vietnam » à cause des étincelles, on pourrait l’appeler pareillement à MCA. Les salaires sont plus bas qu’à la régie, il n’existe plus un poste déterminé. Avec la polyvalence, la mobilité, lorsque le travail est fini aux presses, on passe à la manutention, pontier ou cariste. C’était inimaginable il y a 20 ans dans l’organisation. Un pontier le restait, si le pont était en panne, tant mieux, l’ouvrier se reposait en attendant la réparation. On note une plus grande fiabilité des matériels et les pannes sont moins fréquentes. Aux presses il n’existe plus de cotation par poste, plus de prime de presse. Les petites presses sont réservées aux femmes, aux handicapés, aux malades, le contremaître qui nous recevait m’a expliqué que le lendemain d’un arrêt maladie ou accident du travail la direction téléphonait systématiquement au malade pour lui offrir un poste « plus doux » du type petite presse, ce qui est le plus souvent accepté. La compétition entre équipes est affichée pour la qualité, la productivité, par modules de 5 à 10 ouvriers responsabilisés qui se tirent dans les pattes si l’un n’avance pas ou est malade. Il existe deux fois 12 minutes de pose dans la journée plus une demie heure de casse croûte. En fait MCA gagne une heure sur Billancourt en 1974, par jour et par ouvrier, j’ai pu, personnellement, comparer les deux.

31Il existe de plus tout un arsenal visant à assimiler l’intérêt de l’usine à celui du travailleur : groupes « starter », groupes « schwartz », groupes « expression », , « cercles de qualité » qui visent tous à rentabiliser le travail. Tout le personnel y va. Le département du Nord détient le record du chômage en France (plus de 20%), les mineurs et sidérurgistes licenciés étaient très réticents par rapport à la chaîne : MCA devait travailler il y a 15 ans avec 85% d’immigrés, ils ne sont plus aujourd’hui que 15% ; les travailleurs français  du Nord les ont remplacés, l’extension du chômage dans leur région les a convaincu.

32 J’ai essayé de montrer à travers mon expérience, l’aggravation des conditions de vie et de travail par rapport à un passé  de 20 ans. Il me paraît difficile de contester cet aspect peu montré. En particulier dans l’automobile où l’alignement sur les méthodes japonaises amène des rythmes d’enfer du type 4X10 comme à Talbot Poissy mais plus largement pour les 6,3 millions d’ouvriers encore occupés (1 million sont chômeurs) il m’apparaît que les conditions de vie et de travail se sont beaucoup  dégradées depuis les débuts de la crise économique.

33 Ce stage de pré-professionnalisation m’a apporté beaucoup, tant sur la connaissance de différents métiers, que sur les relations humaines, que sur les amitiés que j’y ai noué. Il m’a permis aussi une acquisition de « capital culturel » particulier, qui, par les circonstances de l’existence m’a permis d’accéder à la fin de la première année du Deug Histoire-Sociologie.

34 Ce stage m’aura beaucoup intéressé, il m’a finalement paru trop court.

    juin 2010

  • 1  L’Union syndicale Solidaires Industrie qui regroupe les syndicats SUD de la métallurgie, de l’agro (...)

35 En 2010, les souvenirs de cette époque sont encore très vifs. Le cursus d’histoire universitaire m’avait beaucoup intéressé. J’ai pu y approfondir les connaissances pratiques et livresques mais largement incomplètes que m’avait permis la vie militante. Le chômage indemnisé m’ayant octroyé trois années d’études payées au SMIC, je continuai encore une année sans aucune allocation cette fois. Je m’étais marié entre temps, j’avais deux enfants et au bout de cette année difficile, malgré la solidarité familiale, je dus reprendre un travail salarié. Le seul qui me fut offert était une place de gardien de nuit, ressentie comme humiliante, fatigante, mais qui me permettait de continuer mes études à Paris 8. Je restai cinq ans comme gardien et sur le plan universitaire j’obtins un DEA d’histoire sociale (aujourd’hui Master 2) et commençai un doctorat pendant trois ans (que je n’ai pas fini). La fatigue commençait à se faire sentir d’un travail de nuit et d’études le jour. Un « étudiant salarié », comme moi, me proposa un jour de passer un concours administratif, aux impôts. Depuis ma jeunesse, je n’avais toujours pas d’inclination pour les chiffres mais le travail de nuit devenait très fatigant. Je me présentai sans conviction au concours, mon cursus universitaire m’avait permis une structuration de l’écrit et le concours  portait  seulement sur la culture générale. Je fus admis, entrai dans l’administration comme contrôleur des impôts et je suis toujours payé comme tel. Le contrôle et le travail administratif restaient une difficulté pour moi malgré l’aide apportée par les collègues et les syndicalistes du SNUI (syndicat majoritaire des impôts) . J’avais déjà une carrière et une expérience syndicale, j’optai pour cette fonction comme représentant des personnels des impôts puis devint « détaché » complètement, d’abord pour le SNUI  puis pour notre Union syndicale Solidaires qui regroupe l’ensemble des syndicats de métiers, dont les syndicats « SUD ». Mes fonctions actuelles de permanent syndical   consistent à  développer une Union de la métallurgie et de l’Industrie naissante1 dans « Solidaires ». Ce n’est pas sans un plaisir non dissimulé qu’encore aujourd’hui j’aide à la création de nouveaux syndicats Sud/Solidaires, chez Renault (et ailleurs). C’est en plus d’un travail utile, qui permet la défense syndicale d’ouvriers touchés par la crise, une revanche sur la maison Renault qui a liquidé la moitié de ses ouvriers dans les années 1990 et une continuité après un intermède de près de quinze ans.

Nouvelle génération.

36 La situation sociale, en France, en 2010 est largement éloignée de celle que j’ai vécue pendant 18 ans chez Renault. La fierté ouvrière a considérablement reculée, la notion de classe est peu développée dans les générations ouvrières nouvelles, le travail est beaucoup plus intensif qu’il ne l’était pour les jeunes ouvriers des années 1960 et l’espoir d’un bouleversement socialiste a été perdu soit par l’échec du « socialisme réel » (Chine, URSS, Cuba, Albanie…), soit par la compromission de la gauche, au pouvoir à partir de 1981, qui a géré consciencieusement les restructurations « libérales » du capitalisme en France et fait disparaître deux millions d’ouvriers. J’ai participé à la réalisation d’une brochure d’histoire sur le mouvement ouvrier en France à « Solidaires Industrie », dans laquelle nous estimons qu’une période et une combativité ouvrière spécifique dans l’histoire du mouvement ouvrier français a été présente entre 1963 (grève des mineurs) et 1979 (grèves des sidérurgistes contre le démantèlement  de la sidérurgie). C’est le temps de ma jeunesse et des espoirs que j’ai construits à cette époque.

37 De manière récente, avec la crise, des pratiques ouvrières  radicales (occupations d’usines, séquestrations de cadres, violences ouvrières) sont réapparues dès l’automne 2009. Ces formes d’action étaient répandues dans les années 1970, elles avaient quasiment totalement disparues dans les deux décennies suivantes. La vision des fermetures d’usine  qu’avaient les médias s’est transformée. La télévision ne présente plus des ouvrières en larmes comme dans les années 1980, mais des ouvriers licenciés qui menacent de faire sauter leur usine pour obtenir de meilleures indemnités de licenciement.

Mémoire et Histoire.

38 Mon cursus universitaire m’a fait découvrir la différence entre mémoire et histoire. Le texte de 1992 est totalement inclus, par nature, dans la première de ces catégories. A la différence de mémoires ouvrières célèbres du dix neuvième (Agricol Perdiguier, Abel Boyer, Jean Baptiste Dumay, Martin Nadaud…) qui ont été publiées des dizaines d’années après leur parcours à l’usine ou au chantier, le témoignage qui précède a été écrit à chaud, juste après un licenciement difficile.

39Si le temps n’a pas altéré la mémoire des évènements, la relecture de ce récit 18 ans après me permet d’observer les pièges de la mémoire, surtout la construction d’un texte qui sélectionne de manière consciente, ou non, les évènements relatés. Le texte de 1992 est à destination des enseignants de l’université il veut être au plus près de la réalité de l’usine, il privilégie la description terre à terre du système productif à travers une sociologie d’atelier. Il se situe  dans un style réaliste. En même temps il se veut une dénonciation de l’opinion générale de 1992 qui voyait la fin de la classe ouvrière et ignorait l’intensification du travail. Le texte insiste sur la différence OS/OP qui avait été une découverte et une déception, pour moi, à l’époque. Par contre il y manque des évènements : les blagues, les repas, la convivialité d’atelier qui m’apparaissaient probablement à l’époque superficielles dans une relation destinée à des enseignants. Il manque aussi l’épisode d’un accident de travail léger (chute d’une échelle) au début de mon arrivée à St Ouen. Il manque surtout la description des relations entre ouvriers à la fermeture de l’usine. Relations douloureuses : conflits entre ceux qui voulaient rester et ceux qui acceptaient, contraints,  la fermeture : désespérance, chagrin pour presque tous. Ces moments douloureux sont évacués du texte probablement par pudeur mais aussi parce qu’ils étaient trop proches de l’auteur  en 1992 et que le « deuil » de l’usine n’avait pas encore été fait.

40 Plus globalement, les historiens sont attachés à la différence mémoire/histoire qui légitime leur profession, la différence est parfois plus difficile à cerner même si elle est réelle. Surtout il n’existe pas d’histoire qui ne parte pas du temps, des préoccupations et du point de vue de celui qui écrit. Toute la gamme politique des historiens existe sur l’histoire syndicale, coloniale, sur l’expérience des révolutions russes et chinoises…. Devant une masse d’archives, de mémoires diverses, l’historien trie, choisit, et même s’il respecte la déontologie de la profession, des histoires concurrentes existent comme il existe des mémoires concurrentes. Surtout l’historien, comme le mémorialiste écrit dans un temps donné. Marc Bloch aimait à citer ce proverbe arabe « On est plus fils de son temps que fils de son père ».  Une seule illustration de cette évidence, le grand historien de l’Asie Jean Chesneaux, récemment décédé, écrivait en 1980 l’article « Chine » pour l’Encyclopédie Universalis, il y développait un point de vue d’une grande sympathie pour le maoïsme, on n’écrit plus comme ça de nos jours…

Ruptures et Continuités.

41 Une autre exigence de l’apprentissage en histoire universitaire consiste à détecter les ruptures et les continuités dans les processus historiques. Cet exercice  intellectuel  recoupe aussi la « petite » histoire, celle des biographies. Comme tout un chacun j’aspire à des continuités, qui passent forcément par des ruptures, aléas de l’existence. Pour autant j’ai le sentiment aujourd’hui après un licenciement douloureux (perte d’identité, suicide d’un collègue par pendaison pendant la procédure de licenciement, décès de trois ouvriers de l’usine dans l’année qui a suivi, déclassement pour beaucoup, chômage continu pour certains,  précarité pour presque tous….), d’être revenu dans une continuité qui donne sens à mon travail actuel, qui prolonge un engagement de jeunesse et une histoire familiale ouvrière (deux grand mères étaient couturières, un grand père travaillait comme gardien chez Citroën et son père était forgeron/étameur, compagnon du tour de France et avait été employé à Paris aux usines Panhard).

42 L’occasion qui m’a été donnée de me structurer en histoire de manière « scientifique » (comme disent les historiens….) me permet certainement aujourd’hui de ne pas être touché par la désespérance de beaucoup devant la désindustrialisation (relative) que connaît la classe ouvrière en Europe de l’Ouest et surtout de la perte de son identité. Les fermetures d’usines que nous connaissons en France depuis le début des années 1980 sont certes une rupture avec des conquêtes sociales, liées à une économie de croissance économique depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Mais elles rappellent une précarité de condition qui existait  pour les ouvriers des années 1930 sans compter la vie difficile de ceux/celles qui travaillaient à l’usine ou sur les chantiers au dix neuvième siècle. Sur une histoire longue la précarité de la condition ouvrière est consubstantielle à son statut.

43 Une autre caractéristique du parcours, décrit supra, c’est qu’avoir 20 ans en 1968 et s’engager alors m’a permis  une vision du monde qui englobe l’ensemble de la planète. Je n’ai pas quitté cet esprit. Si la classe ouvrière se réduit en France (entre cinq et six millions d’ouvriers aujourd’hui quand elle était à son plus haut niveau en 1970 avec huit millions de participants) elle se développe de manière exponentielle dans le monde et les observateurs, les historiens font peu ce parallèle. Comme si le monde ouvrier dans l’hexagone français était un monde fini d’une part et la croissance de la classe ouvrière en Asie et ailleurs, une histoire totalement déconnectée d’autre part. Les combats actuels pour la régularisation des ouvriers « sans papiers » qui viennent du monde entier chercher du travail en France, en Europe et aux USA  est une illustration vivante de cette interpénétration des mondes. Le concept de classe ouvrière n’a jamais été strictement national et à l’époque des fondateurs du socialisme, du milieu à la fin du dix neuvième siècle on pouvait compter seulement quelques millions d’ouvriers répartis entre l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest. C’est pourtant un des moments où sa visibilité a été la plus grande, « classe laborieuse, classe dangereuse » les économistes, médecins, philosophes, historiens ont alors forgé le concept de « classe ouvrière ». En 2010, je reste étonné de la vision étroite des analystes français sur le monde ouvrier qui ne voient pas plus loin que l’hexagone, et qui annoncent la fin de la classe ouvrière.  Le dernier chiffre recensé des ouvriers d’usine dans le monde date maintenant de 1990 il était de un milliard et demi et, depuis, les ateliers du monde que sont la Chine et l’Inde ne cessent de développer de nouvelles usines et un prolétariat moderne.  La renaissance dans ces pays  d’une régulation du travail par la création d’un syndicalisme indépendant  face au « libre » développement de l’exploitation sans frein m’apparaît comme inéluctable, même si ses structures sont encore interdites et combattues. En Europe, en France, le syndicalisme est jeune, par rapport à une histoire longue. Les premiers syndicats n’ont été autorisés qu’en 1884, il reste encore beaucoup de travail pour rénover un syndicalisme français dont les principales composantes confédérées sont devenues des structures d’accompagnement des réformes « libérales ». Même si le taux de syndicalisation est faible en France, le travail syndical a un avenir certain.

44 A un moment où la crise se paie sur le dos des travailleurs, où les droits acquis pendant 60 ans sont remis en question les uns après les autres, j’ai le sentiment, de participer à des contre pouvoirs indispensables. Les ruptures ont été nombreuses dans ma vie de travail, la lutte syndicale, classe contre classe, m’apparaît en contrepartie comme une continuité au-delà d’un parcours personnel. D’autres m’ont précédé, avec d’autres illusions que celles de ma génération, d’autres suivront avec leurs propres chemins, mais avec un but d’émancipation qui nous est commun.

  • 2  CHESNEAUX  Jean   Du passé faisons table rase, Maspéro, 1976.    Bien sûr, pour l’auteur, ceux « q (...)

45 Pour revenir à ce parcours personnel, profitant d’une formation universitaire que les aléas de l’économie, m’ont permis de suivre j’ai tenté de valoriser cet acquis en le mettant en relation avec ce que vivent les ouvriers et ce que j’avais vécu moi même. J’ai essayé, à travers quelques articles et publications, en même temps qu’un engagement militant continu, d’atténuer la différence que voulait réduire Jean Chesneaux, et qu’il avait tenté de dépasser dans un cadre universitaire,  à son époque, entre « ceux qui font l’histoire et ceux qui font de l’histoire » 2. Si le licenciement de 1991 fut une rupture par rapport à cette production, la possibilité d’écrire sur le sujet  aujourd’hui m’apparaît comme une continuité.

Perruque et représentation

  • 3  KOSMANN Robert, « La perruque un travail détourné » in Histoire et Sociétés n° 17. 2006
  • 4  MOULENE Jean Luc, 39 objets de grève, Hazan, 2003, l'ensemble des photos d'objets de grève est dis (...)

46Dans les ruptures consécutives au licenciement il faut inclure, à titre personnel, la fin de la perruque. Si la définition de la perruque est la suivante : l'utilisation de matériaux et d'outils par un travailleur sur le lieu de l'entreprise, pendant le temps de travail, dans le but de fabriquer ou transformer un objet en dehors de la production réglementaire de l'entreprise3 la fin du travail à l’usine fut la fin de ma production perruquière. Les chômeurs ne font pas de perruque… J’aimais beaucoup cette pratique qui permettait la réappropriation d’un savoir faire sur le dos du patron. Même si la perruque était souvent tolérée, elle était tout de même interdite et sanctionnée. Des exemples de licenciement de perruqueurs sont connus, tous les règlements intérieurs d’usine l’interdisent et j’ai moi-même été sanctionné pour en avoir produit. Cette production modeste en tout, était un besoin, un amusement et n’avait alors aucune prétention. En 2010 la représentation au sein de la société de ces travaux réalisés plus ou moins illégalement en usine a changé. Des objets de grève fabriqués par les ouvrier-es en lutte pour populariser leurs occupations d’usine ont été photographiés par un artiste réputé4 et les clichés achetés par le Centre Beaubourg Centre Georges Pompidou à Paris, les objets eux-mêmes ont été confiés aux Archives du monde du travail à Roubaix. Quant à la perruque elle a fait l’objet de plusieurs expositions récentes qui ont mis en valeur la production perruquière. En 2007 à Saint Etienne et la même année à Aix en Provence, des perruques réalisées chez les verriers et chez les outilleurs aux usines Renault à Saint Ouen (93), figurent dans des expositions d'art contemporain.

  • 5  Une enquête de l’Insee, de 1990, indiquait que 28 % des ouvriers affirment : fabriquer [fréquemmen (...)
  • 6  Elle est attestée au moins depuis le dix septième siècle où le ministre Colbert fait publier deux (...)

47Le regard a changé sur la perruque. L’exposition des verriers à Saint Etienne, menacée d’interdiction en 1997, qui avait vu la visite d’un huissier de justice mandaté par le patronat a été renouvelée dix ans plus tard et inaugurée par le maire et les édiles de la ville… Une partie de l’intelligentsia inquiète de la disparition d’une part de savoir faire ouvrier en France, fait accéder la perruque à un statut que les bricoleurs de l’usine n’avaient jamais envisagé. Je ne peux plus en réaliser mais ma place ancienne à l’usine et la formation universitaire reçue m’ont permis de produire plusieurs articles qui contribuent à sortir de l’ombre une pratique ouvrière méconnue (par nature) qui a rempli et continue de remplir les interstices de travail qui échappent au patronat5. Cette forme de résistance, mineure et ambigüe, est loin des espérances de la génération des années 1970. Pour autant, elle existe probablement depuis aussi longtemps que le travail salarié6, elle continue dans une ombre discrète. Si le licenciement de 1991 fut une rupture par rapport à cette production, la possibilité d’écrire sur le sujet aujourd’hui m’apparaît comme une continuité.

Haut de page

Notes

1  L’Union syndicale Solidaires Industrie qui regroupe les syndicats SUD de la métallurgie, de l’agro alimentaire et du bâtiment  pour l’instant.

2  CHESNEAUX  Jean   Du passé faisons table rase, Maspéro, 1976.    Bien sûr, pour l’auteur, ceux « qui font l’histoire » sont les masses populaires, la paysannerie révoltée, les ouvrier-es en grève, les salarié-es en mouvement.

3  KOSMANN Robert, « La perruque un travail détourné » in Histoire et Sociétés n° 17. 2006

4  MOULENE Jean Luc, 39 objets de grève, Hazan, 2003, l'ensemble des photos d'objets de grève est disponible sur internet.

5  Une enquête de l’Insee, de 1990, indiquait que 28 % des ouvriers affirment : fabriquer [fréquemment ou occasionnellement] quelque chose ou réaliser un travail qui n’est pas destiné à l’entreprise [sur les lieux de celle ci].

6  Elle est attestée au moins depuis le dix septième siècle où le ministre Colbert fait publier deux ordonnances en 1674 et en 1689 à propos des ouvriers de l’arsenal de Brest leur enjoignant de mettre fin à la pratique qui consiste à fabriquer, en perruque, des embarcations de pêche ou de promenade aux frais de la Marine, « Il ne sera entretenu dans le port que le nombre de chaloupes et canots ordonné par Sa Majesté… ». Cité par Serge BORVON, mémoire de master 1 en ethnologie « Etre ouvrier à l’arsenal de Brest », Université de Bretagne Occidentale, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Kosmann, « Sorti d’usine », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/1053

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org