Navigation – Plan du site
Documents

Rencontre avec Frédéric Lebain autour de l’exposition Bibliothèques

Juliette Dutour
p. 233-240

Notes de la rédaction

Entretien réalisé avec Frédéric Lebain autour photographies présentées au public lors de l’exposition Bibliothèques, du 10 janvier au 16 février 2008, Galerie Philippe Chaume, 9 rue de Marseille 75010 Paris.

Texte intégral

1Les articles de « La bibliothèque autoportrait » présentent chacun une version et une image différentes de la bibliothèque, en mettant en valeur la diversité des formes qu’elle prend et du sens qu’elle revêt selon les contextes culturels, sociaux et historiques. A travers ses photographies, Frédéric Lebain propose de curieux portraits de bibliothèques aux légendes mystérieuses. En vidant le meuble de ses livres, et en les remplaçant par de petites planches de bois, il renvoie la bibliothèque à son utilité première, qui est de contenir de manière ordonnée et présentable les productions scientifiques, les romans, les essais et autres textes imprimés et édités sous la forme de livres de diverses tailles. Et, dans le même temps, il suscite une interrogation à propos de l’usage que chacun, nous faisons des livres que nous possédons et que nous conservons dans nos bibliothèques privées. En effet, une fois acquis, quelle est la proportion d’entre eux qui est classée et rangée sans être lue ? Ainsi, ces images, qu’il faut regarder attentivement pour comprendre que les livres ont disparu au profit d’avatars de bois, ne préfigurent-elles pas la fin de l’objet livre, maintes fois annoncé depuis ces dix dernières années ?

2Frédéric Lebain s’interroge et, sans apporter de réponses définitives à ces questions, pousse le visiteur à réfléchir sur sa propre bibliothèque. Car l’intérêt de ces photographies se situe au-delà de l’aspect froid et frontal de ces images de bibliothèques dépouillées, vides de livres et de présence humaine. En effet, ces photographies interrogent la capacité d’une bibliothèque à présenter un portrait de son ou de ses propriétaires, ou, sous un angle plus métaphorique, de son époque. Frédéric Lebain propose une réponse inédite à cette question en choisissant d’intituler chacune de ces photographies à partir du titre d’un des livres de la bibliothèque. Et, ce faisant, il lance au visiteur une discrète invitation à la lecture, envisagée dans ses formes, ses modalités et ses finalités les plus diverses. Dans chacune des bibliothèques qu’il visite pour la photographier, il cherche à débusquer un ouvrage en décalage avec le contenu général de la bibliothèque, ou, à l’opposé, particulièrement représentatif. De même, sa conception de la bibliothèque, qu’il envisage, à la manière des architectes, telle une « matériauthèque », incite à adopter une approche de la lecture à la fois utile et concrète. Si la bibliothèque est considérée comme un gisement de matières différentes et complémentaires, et que son utilité réside dans l’utilisation régulière qu’on en fait, pour construire une œuvre, chercher une réponse précise à une question ou un problème ou relire un roman, alors celle-ci est bien vivante. Enfin, pour faire ressortir la diversité des sujets des ouvrages que contiennent les bibliothèques privées qu’il photographie, Frédéric Lebain n’hésite pas à en extraire « le livre à l’intérieur qui parle de l’extérieur », qui, dans un cas, est un livre de recettes de cuisine consacré à la pomme de terre et, dans l’autre, un ouvrage de médecine douce à usage personnel, proposant de « Supprimer vos douleurs par simple pression d’un doigt ».

3Juliette Dutour : Comment avez-vous décidé de photographier les bibliothèques en premier lieu ?

4Frédéric Lebain : Au tout début c’était plus une question familiale : mon père avait une bibliothèque qui était assez conséquente mais qui n’était pas vivante parce qu’il y avait plein de livres dedans et qu’elle était très jolie, mais on ne s’en servait pas à la maison… Et donc à chaque fois je lui demandais quand il lirait ses livres et lui me répondait à chaque fois : « je les lirai à la retraite ». Ça m’avait à la fois marqué et amusé et ensuite j’ai commencé la photographie et je regardais chez les gens toutes ces installations, toutes ces bibliothèques qui, finalement, n’étaient pas forcément utilisées. Il y avait plus un lien ou social ou démonstratif : quand on rentre chez les gens et qu’on voit une bibliothèque, on sait tout de suite chez qui on est, et quel genre de gens ils sont, même si après l’intérieur va compléter cette impression. Mais c’est vrai que la bibliothèque est un marquant assez évident quand il y en a une chez les gens. Donc, dans un premier temps ça m’a amusé de les regarder et à chaque fois je consultais les bibliothèques des gens chez qui j’allais. Et je voyais bien qu’on rempli la bibliothèque en archivant ses bouquins d’une façon ou d’une autre, mais sans forcément se replonger dans les livres qu’on a posés. A partir de là, j’ai commencé à prendre quelques images, en ayant toujours la bibliothèque comme élément principal dans le cadre et un tout petit de chez les gens qui débordait pour fixer un tout petit plus le décor dans lequel on était, sans jamais les citer parce que ça n’avait pas d’intérêt, mais juste d’en extraire un livre qui faisait la légende de la photo.

5J. Dutour : Comme vous l’avez dit, quand on regarde les photos on ne se rend pas tout de suite compte que ce sont des morceaux de bois qui ont remplacé les livres et quand on s’en rend compte on se pose la question : pourquoi ce choix d’effacer les titres et mettre des morceaux de bois à la place ?

6F. Lebain : Pour revenir au motif, pour moi c’était l’idée de la matériauthèque : les architectes en ont une de tous les types de bois, des matériaux de finition, et ils sont souvent archivés comme ça de cette façon là, un peu comme une bibliothèque. Ça a été le principe de départ et ensuite j’ai voulu poser la question : et si on mettait des planches de bois à la place des livres est-ce que ça reviendrait au même ? Il y a aussi l’aspect écologique par rapport à la structure même du livre qui est issu du bois. On aurait ainsi un espère de retour à la matière première qui a été le livre, une sorte de métaphore. Il y aurait eu mille autres façons de traiter le sujet : ça aurait pu être de simplement retourner les livres et de n’avoir que les pages… L’idée était d’enlever les titres et d’en faire quelque chose de muet. Les livres représentent une source d’information importante : elle n’est pas importante pour un certain nombre de gens mais elle l’est aussi pour d’autres qui en ont et qui l’utilisent. Du coup, de la rendre stérile déclenchait un questionnement en ayant la photo devant soi.

7J. Dutour : Est-ce que c’est comme ça que vous considérez votre bibliothèque : est-ce que vous la fréquentez beaucoup, est-ce que vous relisez vos livres ?

8F. Lebain : Je me situe à mi-chemin entre les deux, c’est-à-dire que je lis mais pas énormément et je consulte régulièrement des livres d’art. Mais pour moi la bibliothèque est plus une base de données finalement, puisqu’elle me sert dans mon travail par rapport à une culture de la photographie ou d’autres médiums artistiques. Pour moi, la bibliothèque est un outil. Elle n’a pas la même fonction que chez beaucoup de gens où il n’y a essentiellement que du roman par exemple et qui constituent une bibliothèque qui n’est jamais revisitée.

9J. Dutour : À qui appartenaient les bibliothèques que vous avez photographiées ?

10F. Lebain : Il y a eu une seule bibliothèque publique, la bibliothèque de la mairie du 10ème arrondissement parce que c’est la bibliothèque qui a le plus gros fonds photographique de Paris. Je la connaissais, et les gens m’avaient sollicité pour une manifestation qui s’appelle Les rencontres du 10ème arrondissement, gérée par la mairie du 10ème. Ils souhaitaient que je vienne parler de projets que j’avais déjà faits et montrer mes travaux. Je leur ai dit que je ne me sentais pas de faire une conférence, que ça me séduisait pas, que je n’avais pas envie de ça ; par contre je leur ai dit que ça me faisait plaisir de participer en faisant une image un peu différente. A l’époque je travaillais déjà sur les bibliothèques. La photo que j’ai prise a fait l’objet d’une exposition dans la bibliothèque : en face du rayonnage photographié on avait installé un très grand tirage, à l’échelle 1, de l’interprétation que j’en avais faite. Ça faisait comme un trompe l’œil. Les responsables de la bibliothèque étaient ravis de l’idée, ça tombait bien.

11J. Dutour : Comment décidiez-vous qu’une bibliothèque était intéressante ?

12F. Lebain : Il y avait plusieurs aspects. Il y avait l’aspect du lieu, s’il était plus ou moins intéressant. Je n’ai pas voulu faire une compilation de bibliothèques, j’avais envie d’en avoir toujours des différentes, en faire à la campagne, en faire des petites, des grandes, des morceaux de cheminée, des appartements parisiens, des maisons à la campagne… Sur les vingt-cinq, j’ai essayé d’avoir un peu un panorama de ce qu’on peut trouver en général aujourd’hui dans les bibliothèques.

13J. Dutour : Avez-vous parlé avec les propriétaires des bibliothèques pendant que vous travailliez ?

14F. Lebain : Oui, il y en a qui me laissaient les clefs de chez eux et qui me laissaient, et puis il y en a d’autres qui étaient là et qui en profitaient pour vider, pour trier, pour reclasser, et puis aussi pour éventuellement m’aider à trouver le titre. Il y a eu quelques échanges comme ça mais pas tant que ça, le plus souvent c’était, « bon bah voilà je te laisse les clefs ». En plus, avec les gens que je ne connaissais pas, je n’avais pas forcément envie d’avoir un échange ou une explication, j’aimais bien me faire ma propre idée, ma propre histoire en ayant ce que j’avais sous les yeux, c’est-à-dire un intérieur x et un contenu de bibliothèque y qui étaient à découvrir en les consultant. C’était un peu comme rentrer dans une intimité et on ne rentre pas dans l’intimité de la même façon si les gens sont là ou pas. Les deux types de comportements étaient intéressants : l’échange était intéressant quand j’étais avec les gens mais le fait de se retrouver tout seul avait un côté un peu journal intime, et j’aimais bien l’idée.

15J. Dutour : Comment choisissiez-vous le livre qui allait prêter son nom à la photographie ?

16F. Lebain : La plus représentative par rapport au décalage compris dans le titre c’est celle que j’ai faite chez des petits vieux en province. Ils avaient une bibliothèque dans une espèce de truc fermé, où tu sais que ça n’a plus jamais été ouvert depuis trente ans ; et puis là tu regardes et tu avais le titre « Les extraterrestres ont atterri ». Et tu te dis que oui, forcément ils ont atterri ici. Et puis il y avait aussi des gens que je connaissais, chez qui je voyais un titre et je me demandais ce que ça faisait là en me disant qu’ils ne l’avaient jamais lu celui-là, les connaissant, et je me demandais pourquoi il était arrivé là. C’est amusant parce qu’il y a un côté un peu sacré dans le livre : peu de gens jettent leurs livres. C’est quand même un des derniers biens de consommation où tu ne jettes pas et où tu gardes forcément. Ou tu le donnes, tu le transmets, ou tu le vends, mais tu ne le jettes pas.

17J. Dutour : Par rapport à cette recherche de créer un décalage entre le titre et la collection qu’il y avait réellement dans la bibliothèque, qu’est-ce que vous cherchiez à déclencher comme réaction chez votre public ?

18F. Lebain : Je cherchais plutôt à déclencher un sourire. Quand tu regardes le titre, tu vois l’image…

19J. Dutour : Plus globalement, quand vous avez fait cette exposition, ce projet, est-ce que vous aviez envie de dire quelque chose aux gens, comme de leur dire d’arrêter de traiter leurs livres comme des objets par exemple ?

20F. Lebain : Oui et non. C’est un constat visuel, global, chez la majorité des gens qui m’amuse. Après, je n’ai pas de règle à établir pour les gens, et leur dire « arrêtez d’acheter des livres, faites attention à la forêt », c’était pas du tout le propos. C’était juste un constat qui est un constat de génération, parce que c’est vrai que c’est plutôt dans les cinquante dernières années qu’on peut faire ce constat là ; alors qu’avant les livres, peu de gens en avaient. C’est vraiment un constat contemporain.

21J. Dutour : Quelle serait la bibliothèque idéale pour vous ? La bibliothèque rêvée ?

22F. Lebain : Cette question me fait penser à la question des dix morceaux de musique que tu emporterais si tu t’isolais dans un endroit où il n’y aurait que ça à écouter… Je ne sais pas si je ne prendrais pas le truc à contre-pieds et que je prendrais des trucs que je n’ai jamais consultés finalement plutôt que d’avoir une compilation des choses que j’ai déjà vues et que je connais. Par curiosité, j’emporterais la bibliothèque que tu n’as pas choisie d’avoir, qui serait une surprise. Ça pourrait être des livres choisis par quelqu’un d’autre, quelqu’un que j’aimerais bien pour ne pas me retrouver avec des trucs qui soient à trois kilomètres de ce que j’aime. Je n’ai jamais consulté autant de livres que pendant ce projet, et j’ai eu des belles surprises, j’ai découvert des choses que je ne connaissais pas. Et il n’y a que comme ça que je pouvais les découvrir, parce que ce n’était pas en allant dans une bibliothèque spécialisée où je n’aurais rien cherché de particulier que j’aurais pu tomber sur des choses que j’ai aimé consulter, regarder, peut-être noter une référence, et avoir l’envie d’approfondir. C’est à cet égard là que le contre-pied m’intéresserait, parce que finalement tu fais de belles découvertes, des choses que tu ne soupçonnais pas avec cette idée-là.

A propos de quatre photographies de Bibliothèques

23J. Dutour : Dans cette photographie, qui s’intitule « Vingt mille lieux sous les mers », on a l’impression qu’il y a quelqu’un qui n’est pas loin, qui va s’asseoir pour prendre un livre et lire.

« Vingt mille lieux sous les mers »

« Vingt mille lieux sous les mers »

© Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.

24F. Lebain : C’est ton interprétation parce que ce n’est pas le cas du tout. On est ici dans un univers pour le coup décoratif, où il y avait des faux livres aussi, des tranches pour cacher des trucs, comme un bout de radiateur. Dans ce cas ce n’était pas pour afficher des livres en plus mais pour avoir un aspect d’époque décoratif, et qui cachait juste un bout de radiateur, ou un truc comme ça. Dans cet univers, le livre était un ornement. Et justement il y avait énormément de Jules Verne, beaucoup de beaux livres… Cette bibliothèque était assez cohérente et décorative parce que c’était des livres anciens, des beaux livres, certainement de collection, qui étaient entreposés là mais qui n’étaient pas consultés du tout.

25J. Dutour : Dans « Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre », qu’y avait-il comme ouvrages dans la bibliothèque ?

« Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre »

« Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre »

© Frédéric Lebain Galerie Philippe Chame

26F. Lebain : Beaucoup de livres de photographie. C’est chez un ami photographe qui collectionne les livres de photos donc il y avait énormément de livres de photographie. Dans ce cas, ce qui était amusant c’est qu’il devait y avoir juste un petit casier avec une dizaine de livres qui étaient peut-être ceux de sa femme qui adorait la cuisine et qui avait plein de bouquins de cuisine et notamment « Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre ». On est dans un univers campagnard puisque c’est au fin fond des Vosges, en pleine campagne, au deuxième plan on voit une ferme et des moutons. Et il a un univers qui est vraiment citadin alors que sa famille ce sont des paysans et lui il est photographe, il adore ça, il a une culture importante dans le domaine. Et le fait de trouver dans sa bibliothèque de collectionneur de livres de photos ce titre, c’est le livre à l’intérieur mais qui parle de l’extérieur. Pour le coup, cela collait parfaitement et au personnage et à l’environnement.

27J. Dutour : Dans « Recettes branchées pour homme seul », pour quelle raison les livres sont-ils en grande majorité posés et empilés à même le sol ?

« Recettes branchées pour homme seul »

« Recettes branchées pour homme seul »

© Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.

28F. Lebain L : Cet univers est peut-être celui ou les bouquins sont les plus consultés. Cette bibliothèque appartient à une personne qui lit beaucoup, qui ne relit pas forcément, mais qui lit beaucoup et qui est assez dans l’échange et le prêt, dans un truc un peu plus bohême, et qui vit seule. C’est pour ça que le choix du titre « Recettes branchées pour homme seul » est amusant. Je trouvais que ça fonctionnait bien, c’est celui qui m’a sauté aux yeux sur l’ensemble de la bibliothèque. Pour le reste, c’était beaucoup de romans, beaucoup de livres d’actualité, c’était très varié aussi. Mais c’était plutôt des livres un peu branchés quand même, c’est-à-dire des livres très contemporains.

29J. Dutour : Est-ce que de toutes vos photos il y en a une que vous préférez ?

30F. Lebain : J’aime bien « Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre ». Dans le décalage, graphiquement, je trouve que ça marche très bien. Il y en a aussi une autre que j’aime bien, et qui s’intitule « Supprimer vous-mêmes vos douleurs par simple pression d’un doigt », et je peux te montrer le livre. C’est juste un livre d’une autre époque. C’était chez les pires Baba cool qui puissent exister. Là, tout fonctionnait : les étagères étaient home made avec des trucs de récup’, c’était tout branlant, ça penchait dans tous les sens ; au milieu de ça tu avais l’ordinateur et puis tout un tas de bordel de livres, de trucs et avec un bouquin comme ça dedans… »

« Supprimez vous-mêmes vos douleurs par simple pression d’un doigt »

« Supprimez vous-mêmes vos douleurs par simple pression d’un doigt »

© Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Vingt mille lieux sous les mers »
Crédits © Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre « Le meilleur et le plus simple de la pomme de terre »
Crédits © Frédéric Lebain Galerie Philippe Chame
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre « Recettes branchées pour homme seul »
Crédits © Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/112/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre « Supprimez vous-mêmes vos douleurs par simple pression d’un doigt »
Crédits © Frédéric Lebain, Galerie Philippe Chaume.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/112/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Dutour, « Rencontre avec Frédéric Lebain autour de l’exposition Bibliothèques », Conserveries mémorielles, #5 | -1, 233-240.

Référence électronique

Juliette Dutour, « Rencontre avec Frédéric Lebain autour de l’exposition Bibliothèques », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 02 décembre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://cm.revues.org/112

Haut de page

Auteur

Juliette Dutour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org