Navigation – Plan du site
2- Les temps changent, les publics et leurs pratiques aussi

Étude des différents publics du théâtre et du cinéma lors de la généralisation du parlant à Lyon (1929-1932)

Study of the different audiences of the theatre and the cinema during the generalization of the talking movies in Lyon (1929-1932)
Marylin Marignan

Résumés

Lors de la généralisation du parlant, les rapports entre le septième art et l’art dramatique évoluent. Devant l’ampleur du succès des films sonores, le monde théâtral s’inquiète. À Lyon, entre les saisons 1928-1929 et 1931-1932, les directeurs des deux théâtres municipaux de la ville de Lyon : le théâtre des Célestins et le Grand-Théâtre dénoncent une concurrence redoutable du cinéma parlant drainant une partie de leur clientèle. Pourtant, la fréquentation des deux théâtres reste stable. Les publics et leurs attitudes restent les mêmes. Les deux salles sont des lieux de sociabilité élargie où plusieurs publics coexistent. Une hiérarchie sociale s’établit reproduisant celle de la ville où chaque catégorie de spectateurs a ses propres pratiques et rituels. En ce qui concerne les exploitations cinématographiques diffusant des films sonores, plusieurs publics existent également. L’arrivée du cinéma parlant n’a pas entraîné de bouleversements majeurs au sein de ces publics. On note encore une segmentation des publics en fonction de la catégorie et de la localisation de la salle. Toutefois, il faut bien reconnaître que le nombre de spectateurs augmente considérablement à cette période et que le nouvel intérêt de la presse pour le cinéma parlant permet de légitimer son rôle au sein de la société. Finalement, à Lyon, que ce soit au sein des deux théâtres municipaux ou pour les salles cinématographiques, on assiste, en partie, au même mouvement avec la présence de plusieurs publics et la recherche d’une distinction sociale.

Haut de page

Texte intégral

1La généralisation du parlant apparaît comme une période décisive pour étudier et comparer les publics du cinéma et du théâtre ainsi que leurs pratiques : l’arrivée du parlant a-t-elle eu des conséquences sur  la fréquentation de ces deux arts ? A-t-elle induit des changements dans les attitudes des spectateurs ? Il est vrai que le cinéma parlant devient un concurrent direct du théâtre, inquiet devant l’ampleur de son succès.

2Toutefois, les publics du cinéma et du théâtre ainsi que leurs pratiques, durant la généralisation du parlant, restent encore largement méconnus. Le manque d’archives et l’aspect lacunaire des sources rendent difficile la connaissance et la compréhension du fonctionnement de ces publics. Appréhender et cerner les attitudes des spectateurs de l’époque est un enjeu majeur pour comprendre les phénomènes sociaux et culturels connexes à l’histoire du cinéma et du théâtre. Étudier les pratiques spectatorielles de ces deux arts, lors de la généralisation du parlant, revient alors à définir les raisons de la sortie au cinéma ou au théâtre et à préciser comment le contexte social influence les spectateurs.

3À Lyon, à la fin des années 1920, la population dispose de nombreuses salles de spectacles. Le nombre d’exploitations cinématographiques est largement supérieur au nombre de salles de théâtre. En effet, la ville de Lyon possède 47 salles de cinéma commerciales contre moins d’une dizaine de salles de spectacles donnant régulièrement des représentations de type « théâtral ». Il faut bien évidemment séparer ces dernières, des deux théâtres municipaux de la ville, les deux catégories de salle ayant un statut bien distinct : ce sont les deux seuls établissements donnant exclusivement des pièces de théâtre durant la période. Face à l’organisation complexe du parc cinématographique et théâtral de Lyon, le passage au parlant et ses conséquences éventuelles amènent à s’interroger sur les publics et leurs pratiques dans les deux salles de théâtres municipales et dans les salles de cinéma de Lyon.

  • 1  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des (...)
  • 2  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théât (...)

4Au début des années 1930, la ville de Lyon est propriétaire de deux théâtres : le théâtre des Célestins et le Grand-Théâtre ‒ plus communément appelé l’Opéra. Ces deux établissements possèdent un statut privilégié par rapport aux autres salles lyonnaises. En effet, ces deux salles sont les plus anciennes de la capitale des Gaules ce qui leur confère une reconnaissance certaine. De plus, la municipalité, garant de leur bienséance, leur octroie une légitimité. Le théâtre des Célestins illustre le drame, la tragédie, la comédie, le vaudeville, l’opérette, la féérie, l’opéra-bouffe et les pièces à spectacle1. Le répertoire du Grand-Théâtre, quant à lui, se compose des opéras, drames lyriques, opéras comiques, traductions, ballets et, d’une manière générale des œuvres représentées à l’opéra et à l’opéra comique2.

  • 3  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont, Directeur du théâtre (...)

5Dès 1929, devant l’ampleur du succès des films sonores et parlants et face à l’afflux massif des spectateurs dans les salles de cinéma équipées en dispositifs sonores, les directeurs des deux théâtres municipaux sont inquiets. À diverses reprises, ils écrivent à la Municipalité des lettres houleuses dénonçant la concurrence déloyale, faite par cette nouvelle technologie, à leurs salles, en particulier, et aux théâtres, en général : « Vous voyez qu’il est difficile à l’heure actuelle de lutter contre le cinéma. Quoi que vous donniez au cinéma, on y va en foule, tandis qu’au Théâtre, si on ne donne pas des succès retentissants, il n’y a personne3. »

  • 4  Archives Municipales de Lyon : 1114 WP 029 : Lettre de monsieur Moncharmont à monsieur Rambaud, ad (...)

6À partir  de la saison 1928-1929, les courriers reçus par la ville de Lyon abondent dans ce sens. Ce constat devient récurrent dans différentes missives. Pour les deux hommes de théâtre, le cinéma parlant est un concurrent redoutable drainant une partie importante de la clientèle des théâtres séduite par l’aspect novateur de cette nouvelle technologie. Une différence de moyens financiers est également mise en avant : l’artisanat du théâtre ne pouvant rivaliser avec l’industrie cinématographique. De nombreux acteurs et auteurs délaissent le théâtre pour le cinéma parlant offrant de meilleurs salaires : « Voyez déjà, petit à petit tous les auteurs viennent au cinéma, ils ne travailleront plus pour le théâtre, vu qu’ils ont des bénéfices immédiats avec le cinéma. […] Quant aux artistes, entre les cachets qu’on donne au cinéma, et ceux donnés au Théâtre, la lutte est impossible !4 »

  • 5  Ibid.
  • 6  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont au Maire de la ville d (...)
  • 7  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont au Maire de la ville d (...)

7Selon le directeur du théâtre des Célestins, monsieur Moncharmont, « le théâtre agonise5 ». Chaque spectacle donné au théâtre des Célestins est déficitaire6. Cet état de fait apparu après la guerre avec entre autres l’augmentation des coûts des spectacles et les privilèges accordés aux salles parisiennes ayant la primeur des représentations, se serait amplifié avec l’apparition du cinéma parlant7.

8Pourtant, au regard de l’évolution des recettes nettes et de la tarification (en francs) des deux théâtres par saison, de 1928-1929 à 1931-1932, cette affirmation s’avère erronée :

Graphique 1. Le Grand-Théâtre : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932

Graphique 1. Le Grand-Théâtre : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932

Source : Réalisé à partir de : Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025, 1111 WP 019 et 1113 WP 010 : État journalier des recettes par spectacle. Le carton con tenant les bordereaux de l’état journalier des recettes nettes de la saison 1928-1929 est introuvable.

Graphique 2. Le théâtre des Célestins : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932

Graphique 2. Le théâtre des Célestins : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932

Source : Réalisé à partir de : Archives Municipales de Lyon : 86 WP 0011, 1111 WP 019 et 1113 WP 011 : État journalier des recettes par spectacle.

9De la saison 1928-1929 à 1931-1932, les recettes nettes moyennes des deux salles municipales de la ville de Lyon restent relativement stables. Le même constat est fait pour l’évolution du prix des places. En somme, de 1928-1929 à 1931-1932, les fréquentations du théâtre des Célestins et du Grand-Théâtre restent stables et ce, malgré la généralisation du parlant. Les lettres des directeurs des deux théâtres, envoyées à la Municipalité et exagérant les répercussions des films sonores sur le nombre d’entrées des deux scènes, permettent toutefois de mettre en évidence et de souligner les changements de rapport entre l’art dramatique et le cinéma devenu parlant. De cette manière, les deux directeurs suggèrent et expriment leur inquiétude face à la domination du cinéma sur le théâtre. Cependant, en ce qui concerne les spectateurs des deux théâtres municipaux de la capitale des Gaules, le cinéma parlant ne semble pas avoir modifié leurs attitudes à l’encontre de ces deux salles.

10À l’intérieur des deux théâtres municipaux de la ville de Lyon, plusieurs publics coexistent :

Le public [du théâtre des Célestins] va de l’académicien, du lettré raffiné, du musicographe averti, au plus humble des manœuvres, à la femme du peuple la plus naïve et de formation intellectuelle ‒ je ne dis d’intelligence ‒ nécessairement la plus restreinte. Entre ces couleurs extrêmes, convenez qu’il y a place pour une infinité de nuances.  [Vingt ans de théâtre à Lyon : Lyon de 1906 à 1927, [s.d.], p. 51]

11La situation géographique des deux établissements, au cœur de la ville, leur confère une position idéale, leur offrant une plus grande visibilité et un espace moins codifié socialement. Le Grand-Théâtre se situe derrière l’hôtel de ville dans le Ier arrondissement et le théâtre des Célestins dans le IIe arrondissement, place des Célestins.

12La tarification adoptée par ces deux salles montre cette accessibilité aux différentes couches sociales de la population lyonnaise. En effet, le large éventail des tarifs mis en place au théâtre des Célestins et au Grand-Théâtre souligne un important étagement social. Pour le Grand-théâtre, on ne note pas moins de treize tarifications différentes à chaque représentation :

Tableau n° 1 : Tarification adoptée au Grand-théâtre (en francs) en fonction des différents types d’évènements

Places

Tarif ordinaire (en francs)

Tarif ½ gala (en francs)

Tarif gala (en francs)

Prix de la noël (en francs)

Loges 1re galeries

25

30

35

40

Loges 2e galeries

20

25

30

35

Loges 3e galeries

14

17

20

25

Balcons

20

25

30

35

Fauteuils 1re série

20

25

30

35

Fauteuils 2e série

16

20

25

30

Fauteuils 3e  série

13

15

20

25

Premières galeries

14

17

20

25

Secondes 1re série

11

12

13

16

Secondes 2e série

10

11

12

15

Troisièmes 1re série

8

9

10

14

Troisièmes 2e série

7

8

9

13

Quatrièmes galeries

2,75

3

3,75

4,75

Location 1 franc pour les grosses places ; 0,50 francs pour les petites places et 0,25 francs de timbre en plus.

Source : Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 et 1114 WP 030 : Prix des places au Grand-Théâtre.

  • 8  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théât (...)
  • 9  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des (...)
  • 10  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 et 1114 WP 030 : Prix des places au Grand-Théâtre.
  • 11  Meunier R., « Aux Célestins », Le Cri de Lyon, n° 470, 25 janvier 1930.

13Les deux théâtres proposent plusieurs tarifs aux spectateurs en fonction de la place qu’ils occupent dans la salle ‒ système également mis en place dans les salles de cinéma, de manière moins prononcée. De cette manière, les deux salles, de conception à l’italienne, sont divisées en catégories : le parterre, la première galerie, la deuxième galerie, la troisième galerie et la quatrième galerie (dans le cas du Grand-Théâtre). Le prix des places de dernière galerie, réservées aux classes sociales les plus modestes, est fixé par la Municipalité. Le tarif des autres places est établi par le directeur de la salle et ne peut être en aucun cas modifié au cours de la saison. Le prix des places les moins onéreuses sont donc attribuées pour le Grand-Théâtre à la quatrième galerie, 2,75 francs8, et pour le théâtre des Célestins à la troisième galerie, 3,50 francs9. À cette époque, le salaire d’un ouvrier était environ de 2 à 3,50 francs de l’heure (Videlier, 2003, p. 57). Le public voulant se démarquer peut payer jusqu’à dix fois le tarif plancher : le prix ordinaire des loges de la première galerie est au Grand-Théâtre, de 25 francs10 et atteint 40 francs au théâtre des Célestins11. La répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie souligne la même constatation, plusieurs publics existent au sein des deux théâtres :

Graphique n° 3. Le Grand-Théâtre : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932

Graphique n° 3. Le Grand-Théâtre : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932

Source : Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933), page 29. Aucune modification n’est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).

Graphique n° 4. Le théâtre des Célestins : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932

Graphique n° 4. Le théâtre des Célestins : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932

Source : Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des Célestins (1930-1931 à 1932-1933), page 25. Aucune modification n’est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0086 WP 007)

  • 12  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théât (...)
  • 13  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre d’un spectateur du Grand-Théâtre Monsieur J. C (...)

14Pour les deux théâtres, plus du quart des places est alloué aux spectateurs des dernières galeries. Au Grand-Théâtre, la quatrième galerie a le nombre le plus important de places : sur un total de 1 781 places, elle compte 500 places dont 280 assises et 220 debout12. Les conditions de confort sont loin d’être de bonnes qualités. L’éloignement et la hauteur de ces galeries offrent par ailleurs une mauvaise vision. Ces caractéristiques expliquent les faibles tarifs de ces places. Au théâtre des Célestins, le plus fort pourcentage de places est celui du parterre : 32 %. Au Grand-Théâtre, il représente 26 %. À l’origine, cet emplacement était le moins convoité, il accueillait un public debout, agité et bruyant. À la fin du xviiie siècle, cet espace commence peu à peu à se transformer en « orchestre » offrant des places assises qui deviennent vite prisées par la haute société (Sajous d’Oria, 2007, p. 53-67). De nombreuses places sont également réservées au public louant les places les plus coûteuses, celles de la première galerie. Au théâtre des Célestins, les spectateurs de la deuxième galerie sont bien représentés. Par contre, au Grand-Théâtre, les deux galeries intermédiaires obtiennent le plus faible pourcentage : « Quel est le public habituel des troisième galeries [du Grand-Théâtre] ? Ce sont de petits artisans, de modestes employés de commerce […], de très petits commerçants […]13 ». Le niveau de salaire de ces spectateurs leur permet de se démarquer de la « populace » sans pour autant qu’ils soient intégrés au public de la première galerie et du parterre. Ces données laissent à penser que les différentes catégories sociales lyonnaises ont des goûts similaires en matière des représentations mises en scène dans les deux théâtres municipaux. Cependant, le manque d’archives ne nous permet pas de savoir si selon le type de pièce, le public d’une de ces catégories était plus ou moins représenté, ni si certains spectateurs pouvaient passer d’une catégorie à une autre selon leurs moyens financiers ou même, si le choix de la pièce pouvait induire un changement de catégorie.

15Dans une lettre datée du 12 février 1931, des membres du public du Grand-Théâtre écrivent sous la signature « un groupe de fervents du théâtre » au Maire de Lyon pour se plaindre des spectateurs de la quatrième galerie :

Je vous adresse cette réclamation pour mettre fin à un abus qui dure déjà voilà trop longtemps.

Depuis cette année l’opéra de Lyon est un véritable désordre, en continuant comme cela, les habitués des loges et fauteuils, qui paient les places des prix élevés, déserteront bientôt le théâtre.

Les premiers rangs des 4e galeries sont occupés par une bande d’énergumènes, qui troublent les représentations par des réflexions variées, ou encore interpellent les artistes au milieu des actes, alors dans ce cas la pièce est confondue avec le bruit.

  • 14  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre d’un groupe de fervents du théâtre au Maire de (...)

Puisque il y a une police des théâtres, elle devrait être respectée, et les perturbateurs mis à la porte. Du reste Mr le Maire vous auriez intérêt, à autoriser Mr Valcourt la saison prochaine de mettre ces places à 5 francs, des spectacles à 2,75 francs il n’en existe plus, vous auriez des spectateurs convenables qui critiqueraient à bon escient, et non à tort et à travers14.

16Ainsi, même si plusieurs publics coexistent, les classes aisées ne souhaitent, en aucun cas, être associées ou assimilées au public de la dernière galerie. D’ailleurs, des circulations distinctes au sein du théâtre sont proposées aux spectateurs pour séparer les différentes classes sociales (Chomarat, 2005, p. 260). Le témoignage de monsieur Bour réalisé en 1963, dessinateur et métreur en cartes dans une maison de soieries, corrobore la précédente déclaration : « Oh ! et puis cette ambiance des quatrièmes ! On ne se connaissait pas de nom, mais on se parlait, les hommes, les femmes, les jeunes, les vieux… l’ambiance était très chaude ! Oh ! là ! là ! » (Guaita, 1986, p. 9-10).

17La diversité à l’intérieur même du public de la quatrième galerie au Grand-Théâtre est soulignée. Il est composé de spectateurs aux moyens financiers les plus modestes tels que des ouvriers, des employés et des étudiants (ibid., p. 8). Pour cette catégorie de public, l’atmosphère festive pendant les représentations semble être un élément faisant partie intégrante du loisir théâtral. À l’inverse, selon madame Zuccone, qui fit une carrière dans l’enseignement, le public des fauteuils d’orchestre est plus discret : « Il y avait une ambiance générale plus respectueuse, un peu guindée, à la manière lyonnaise. Les lyonnais ont la réputation d’être des gens froids et cela se voit dans la discrétion de leurs applaudissements » (ibid., p. 9-10).

  • 15  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des (...)

18Le comportement de ce type de public semble davantage axé sur la bonne tenue et fait preuve de plus de discrétion lors des représentations. Ces places sont occupées par les spectateurs aux moyens financiers les plus élevés. Au début des années 1930, les loges se transmettent toujours de génération en génération et certains hauts fonctionnaires de la ville, de la préfecture et de l’armée en ont le privilège et la gratuité. L’obligation de réserver des places aux autorités fut notifiée dans le cahier des charges des directeurs à partir de 1819 (Gersin, 2007, p. 191). Des loges, des baignoires et des fauteuils sont ainsi réservés à l’année pour, entre autre, le Préfet du Rhône, le Maire de Lyon, le Gouverneur militaire de Lyon, les membres du conseil municipal…15 La présence de ces personnalités notables et influentes renforcent donc le caractère hétéroclite du public au sein du théâtre ainsi qu’au sein même d’une catégorie.

19Malheureusement, l’absence de sources complémentaires ne nous permet pas de définir plus finement la composition des différents publics fréquentant les deux établissements lyonnais. Les moyens financiers des spectateurs restent alors la méthode la plus juste pour appréhender ces différentes catégories.

  • 16  Le spectacle a lieu sur la scène mais se joue également dans la salle. Les caractéristiques qui dé (...)

20Incontestablement, le théâtre des Célestins et le Grand-théâtre apparaissent comme des lieux de socialité élargie. Néanmoins, la répartition des publics dans la salle met en valeur et renforce la hiérarchie sociétale. Cet héritage perdure depuis la Renaissance. À cette époque, le théâtre sort de l’enceinte du palais et s’installe au cœur de la ville. Dès lors, il devient un lieu accessible à toutes les classes sociales. Cependant, à l’intérieur s’organise un espace codifié où la hiérarchie sociale, reflet de la structure sociale au sein de la cité, est respectée. La conception à l’italienne des deux théâtres municipaux de la ville de Lyon accentue ce fonctionnement. En payant le prix fort, les spectateurs de la première galerie et du parterre acquièrent les places les plus luxueuses et les plus confortables de la salle bénéficiant ainsi de plus d’espace pour leurs jambes et d’une meilleure qualité de vision et d’audition. De surcroît, les loges et les fauteuils permettent de signifier aux autres spectateurs leur statut social et financier. En effet, le théâtre à l’italienne est un théâtre du spectateur où la place du regard est centrale (Banu, 1989, p. 10)16. On va au théâtre pour voir et surtout pour être vu. Bien que depuis le xixe siècle, l’éclairage au gaz plonge les spectateurs dans le noir durant le spectacle, il n’en reste pas moins que ce cérémonial a lieu avant le spectacle, pendant l’entracte et après le spectacle (Sajous d’Oria, 2007, p. 116). Pour le public de la première galerie et du parterre, la sortie au théâtre est bien avant tout un moyen de paraître. La sortie au théâtre s’accompagne d’un rituel hérité de longue date : choix de la tenue, des bijoux, de la coiffure. Ces artifices, symboles de richesse, destinés à être admirés, concourent à asseoir la position sociale de ces spectateurs :

Pour s’attirer et conserver l’estime des hommes, il ne suffit pas de posséder simplement richesse ou pouvoir ; il faut encore les mettre en évidence, car c’est à l’évidence seule que va l’estime. En mettant sa richesse bien en vue, non seulement on fait sentir son importance aux autres, non seulement on aiguise et tient en éveil le sentiment qu’ils ont de cette importance, mais encore, chose à peine moins utile, on affermit et préserve toutes raisons d’être satisfait de soi. [Veblen, 1970,p. 27]

21Le théâtre à l’italienne joue de cette ambivalence : le spectateur devient également acteur. Le public de la première galerie et du parterre se met en scène pour mieux affirmer sa distinction et sa supériorité au sein du groupe qui l’entoure. Au début des années 1930, les attitudes des spectateurs de la première galerie et du parterre sont donc liées en majeure partie à l’histoire des deux établissements théâtraux les plus illustres de la ville de Lyon. La sortie au théâtre s’articule autour de deux dimensions : sociale et théâtrale. Ces deux aspects expliquent que la fréquentation du théâtre des Célestins et du Grand-Théâtre ne soit pas affectée par le succès grandissant des films sonores.

  • 17  Le Lyon Républicain, le 8 mars 1929.
  • 18  Archives Départementales du Rhône : 4 M 485 : Renseignements sur la situation actuelle de l’Art ci (...)

22À Lyon, la première séance de cinéma « sonore » a lieu au Tivoli, le 8 mars 1929, avec le film les Ailes. Dans la presse lyonnaise, on peut lire : « Pour la première fois à Lyon, Venez Voir, Clara Bow et entendre les Ailes. Cette œuvre prestigieuse sera présentée comme au Paramount de Paris avec la synchronisation des SONS et les principales scènes projetées sur le Magnoscope (le plus grand écran du monde)17. » À l’origine, les Ailes est un film muet américain sorti en 1927. Réalisé par William A. Wellman, il a pour thème l’aviation militaire lors de la première guerre mondiale. En 1929, le film subit un remontage. Suite à la généralisation du parlant, on lui ajoute une musique jouée à l’orgue Wurlitzer et des effets sonores à l’aide du procédé d'enregistrement Photophone de la Radio Corporation of America. Le film reste à l’affiche du cinéma durant deux petites semaines. Par la suite, d’autres exploitations cinématographiques lyonnaises décident de donner des programmes de cinéma parlant, mais aucune ne s’équipe d’une installation permanente. Il faut attendre l’inauguration de l’Eldorado-Cinéma, le 10 décembre 1929. Dès lors, les grands établissements de la ville imitent la salle de la Guillotière. En mai 1931, un peu plus du quart des salles lyonnaises est équipé en cinéma sonore : vingt salles sur soixante-quinze18. On note alors que le nombre de salles de cinéma dans la capitale des Gaules est largement supérieur au nombre de salles de théâtre. En revanche, à la fin des années 1920, les salles de cinéma lyonnaises ont une capacité d’accueil moindre (entre 100 et 600 places). De plus, contrairement aux salles de théâtre, elles ne donnent pas de représentations tous les soirs. Le nombre important d’exploitations cinématographiques souligne le fait que le septième art attire de plus en plus de spectateurs. Après la première guerre mondiale, à Lyon, le spectacle cinématographique reprend son essor avec l’ouverture de salles et l’augmentation progressive de ses recettes. Une place de cinéma coûte alors, en moyenne de 1 à 2 francs (Videlier, 2003, p. 57). Avec l’apparition du cinéma parlant, la fréquentation des salles de cinéma diffusant des films sonores augmente d’autant plus. Le succès est immédiat. Un nouveau type de public semble séduit et se rend plus régulièrement dans les salles obscures. De cette façon, la presse constate que la nouvelle invention attire davantage les classes aisées qu’auparavant. Par exemple, concernant la ville de Calais, le journaliste G. Dejob de La Cinématographie française écrit en février 1931 : « Une chose certaine, toutefois, c’est que la clientèle bourgeoise et aristocratique se rend plus facilement au Cinéma parlant qu’au Cinéma muet. » (Dejob, 1931, p. 24).

23En effet, le cinéma parlant déplace les foules d’abord par son aspect novateur. L’esprit de curiosité pousse les spectateurs, même les plus réticents, à se rendre dans les exploitations cinématographiques pour découvrir la nouvelle attraction. Par la suite, les salles ne désemplissent pas. Au niveau national, on note une croissance de  56 % des recettes entre 1929 et 1931 (Choukroun, 2007, p. 16). À l’intérieur du parc cinématographique lyonnais, une distinction des publics est visible. En effet, le type de spectateurs varie en fonction de la catégorie et de la localisation de la salle. Cette séparation des publics à l’intérieur de l’espace urbain, loin d’être généré par la généralisation du parlant, perpétue le schéma existant à Lyon dans les années 1920. Il existe donc une hiérarchisation des salles. On distingue les établissements de 1ère vision, où l’on peut venir voir des films en exclusivité et des salles de 2ème et 3ème vision. Ce classement hiérarchique est basé sur la circulation des films. De plus, au début de la généralisation du parlant, il existe encore très peu de films sonores et les copies sont rares. Un film peut donc passer dans une salle de 1ère vision puis des mois peuvent s’écouler avant qu’il soit programmé dans une salle de 3ème vision. Les grandes exploitations cinématographiques ayant la primeur des films affichent des prix plus élevés que les petites salles de quartier les programmant plus tardivement.  A Lyon, l’implantation des grands établissements (salles de 1ère vision) se situe généralement dans le centre-ville, dans le quartier des Brotteaux et sur les grands axes du quartier de la Guillotière. Les salles de 2ème vision sont les petites salles du centre-ville. Enfin, les salles de 3ème vision se situent en périphérie de la ville : ce sont les petites salles de quartier. La hiérarchie des salles de cinéma entraîne donc une segmentation des publics selon leurs moyens financiers et leurs possibilités de déplacement dans l’espace urbain. Renaud Chaplain dans sa thèse intitulée Les cinémas dans la ville. La diffusion du spectacle cinématographique dans l'agglomération lyonnaise (1896-1945) remarque cette séparation des publics en fonction de l’établissement :

Les spectateurs, à vrai dire, ont le choix d’aller dans la salle de leur quartier ou de se rendre dans un établissement du centre-ville. Le développement des transports urbains met en effet la presqu’île à portée de tous. Tout dépend alors de l’âge, des usages de l’espace urbain, du rapport au cinéma, de l’univers culturel et des moyens financiers de chaque spectateur. Il reste que la diffusion du cinéma dans la ville contribue à déterminer une distinction culturelle des publics qui est indissociable de la division des espaces urbains. [Chaplain, 2007, p. 412]

24De fait, le type de public présent au cinéma le Royal, situé dans le quartier de la vieille bourgeoisie d’Ainay, ne ressemble guère à celui du petit cinéma le Family, salle de quartier à la limite de la Croix-Rousse et de la commune de Caluire. Une division des publics en fonction de la localisation de l’établissement existe donc pour le septième art.

25Avec la généralisation du parlant et la demande accrue de la population, cinq nouveaux établissements font leur apparition dans la capitale des Gaules, entre 1929 et 1933. Les salles sont de plus en plus grandes et offrent un meilleur confort pour les spectateurs. D’une contenance de 1 560 places, l’ouverture le 7 mars 1933 du Pathé-Natan, situé rue de la République dans le IIe arrondissement, en est le meilleur exemple. La Cinématographie française du 24 juin 1933 souligne le fait qu’« Avec son Pathé-Natan, Lyon possède une des plus modernes salles de France », puis décrit longuement la beauté et la grandeur de la salle :

Le vaste atrium, qui précède la salle, donne une impression de luxe et de grandeur incomparable. A gauche et à droite, deux escaliers encadrés de marbre noir, montent à la corbeille et se réunissent en un large pont au dessus de l’atrium. Partout d’immenses glaces, décuplant l’impression spacieuse de cet atrium. Au rez-de-chaussée, au fond, trois portes en palissandre, à double ventaux, permettent l’accès de l’orchestre et du parterre. Et deux escaliers conduisent au balcon ou seconde corbeille. [La salle] mesure trente mètres de long sur vingt-deux de large et dix-huit de haut. Et elle compte plus de 1800 places. […] La scène est encadrée d’une décoration dorée à la feuille, formée de deux groupes de larges cannelures. Le rideau est du même velours rouge que celui des fauteuils. […] Les conditions d’audition et de vision sont excellentes quelle que soit la place occupée par chaque spectateur. Le personnel est particulièrement bien stylé et complaisant. Et à chaque étage on trouve les toilettes, un vestiaire et un bar. [Saint-Maffre, 1933, p. 80-81]

  • 19  Le Progrès de Lyon, le 10 décembre 1929.

26Cette description permet de mettre en avant la volonté des salles de cinéma de séduire un large public susceptible d’apprécier les atouts d’une telle salle. Dans les années 1920, les salles de cinéma lyonnaises ont généralement une capacité d’accueil entre 100 et 600 places. Seules quelques rares salles font exception. Ces exploitations cinématographiques rivalisent, par leur conception, avec les plus prestigieuses salles de théâtre. Elles peuvent séduire et attirer un large public et en particulier les classes aux moyens financiers plus élevés, moins enclines à se rendre dans des salles plus modestes. La généralisation du parlant entraîne une augmentation du prix des places. Pour amortir l’équipement sonore très coûteux, les salles de cinéma augmentent d’environ 40 % leur tarification. Par exemple, lors de son ouverture en décembre 1929, le prix des places de l’Eldorado-Cinéma s’échelonne de 3 à 12 francs selon qu’il s’agisse des places de première, de seconde ou de troisième galerie19. Par l’échelle de ses tarifs, l’établissement peut donc attirer aussi bien un public populaire que des spectateurs plus aisés voulant se démarquer en payant pas moins de trois fois le tarif plancher. L’éventail des prix proposé par les salles de cinéma rappelle, bien que de manière moins prononcée, le fonctionnement des salles de théâtre. Le public aux moyens financiers plus élevés peut donc, tout comme au théâtre, s’afficher et montrer sa différence. En somme, pour les exploitations cinématographiques, deux phénomènes coexistent : une segmentation des publics selon les salles en fonction de leur localisation et selon une hiérarchie sociale à l’intérieur même des grands établissements du centre-ville.

27L’intérêt croissant porté au cinéma par la société est également visible à travers la presse de l’époque. De cette manière, les quotidiens lyonnais réservent une place plus importante aux articles portant sur le septième art et moindre à ceux concernant l’art dramatique. De cette façon, par exemple, avant décembre 1931, dans le quotidien lyonnais, Le Lyon Républicain, n’apparaissait que les programmes et les encarts publicitaires des exploitations cinématographiques. En contre partie, des articles sur les pièces de théâtres programmées au théâtre municipal des Célestins et au Grand-Théâtre étaient visibles. Après cette date, le nombre d’articles consacrés à l’art dramatique s’amenuise et les critiques deviennent de plus en plus succinctes. En revanche, une fois par semaine, une ou deux pages sont entièrement employées à présenter des films, des enquêtes sur le cinéma, des interviews de stars, l’histoire du cinéma et de l’évolution des films parlants… Plusieurs rubriques cohabitent ainsi, pour faire découvrir et faire partager aux spectateurs lyonnais des informations de toutes sortes concernant le septième art. Tous les quotidiens lyonnais adoptent, à cette époque, cette nouvelle façon de faire et préfèrent mettre en avant le septième art plutôt que l’art dramatique. Cette place, attribuée dans les journaux au cinéma parlant, prouve que l’intérêt des spectateurs lyonnais pour le cinéma sonore ne se cantonne plus au simple fait d’aller au cinéma. Désormais, ils vont voir un film. D’ailleurs, en 1932, le critique Claude Aveline insiste sur cette évolution :

Bien des gens vont encore au cinéma sans savoir ce qu’ils y verront. Ils ont adapté une salle proche de leur domicile et, cinquante deux fois par an, ils y jouissent, avec une confiance touchante, de la distraction qui leur y est donnée. Il n’y a pas si longtemps, nous étions tous comme eux. Le cinéma nous apparaissait comme un divertissement en soi et, tandis que nous n’aurions pas songé à nous rendre au théâtre sans en avoir auparavant consulté les programmes, l’écran et ses images nous attiraient pour eux-mêmes. Comme la route attire nombre d’automobilistes, indépendamment des villes d’art, des points de vue et des curiosités locales. Nous avons changé. Maintenant, nous n’allons plus au cinéma, nous allons voir un film. [Aveline, 1994, p. 34]

28Dans les années 1930, le cinéma devient pour le public un loisir de qualité dont on peut se préoccuper même en dehors de l’enceinte de la salle :

[…] la configuration sociologique du public de l’époque transforme la nature sociale du nouveau spectacle. La prédominance au sein du public des classes moyennes urbaines fait automatiquement du cinéma un loisir de qualité, le rapproche du théâtre (art national par excellence) et contribue à sa célébration dans les milieux intellectuels qui ne se réduisent plus à une avant-garde minoritaire […]. [Montebello, 2005, p. 12]

29Le septième art en devenant parlant s’enrichit d’un public plus nombreux et plus important encore, devient un loisir à part entière auquel on s’intéresse de diverses manières. La presse permet de donner une légitimité au septième art dans tous les milieux et en particulier, dans les milieux aisés. En vulgarisant certains articles sur l’histoire du septième art ou sur les procédés techniques, les journaux donnent de l’importance au cinéma parlant et le rendent familier. D’autres initiatives viennent consacrer la place du cinéma au sein de la cité lyonnaise. Par exemple, le 15 octobre 1930 ont lieu les premières Journées lyonnaises du cinéma où de nombreux acteurs sont invités pour donner plus d’ampleur à l’événement. À l’initiative de la presse cinématographique lyonnaise, cette manifestation rencontre, selon Le Cri de Lyon, un énorme succès. Elles seront reconduites jusqu’en 1934. Ces diverses actions menées par la presse autour du septième art, après son passage au parlant, permettent aux différentes classes sociales d’avoir une nouvelle approche du cinéma et révèlent de nouvelles pratiques spectatorielles. Pour le public lyonnais, le cinéma devient, puisque mis en avant, un élément de la vie quotidienne. Désormais, la critique influence le spectateur dans ses choix.

30La généralisation du parlant n’a donc pas eu de conséquences directes sur la fréquentation des deux théâtres municipaux de la ville de Lyon, celle-ci restant stable durant cette période. Les publics et leurs attitudes restent les mêmes. Les deux salles sont des lieux de sociabilité élargie où plusieurs publics coexistent. Une hiérarchie sociale s’établit reproduisant celle de la ville où chaque catégorie de spectateurs a ses propres pratiques et rituels. Ainsi, la sortie au théâtre n’est pas qu’un divertissement pour le public de la première galerie et du parterre aux moyens financiers les plus élevés, elle inclut également tout un jeu sur le paraître. En ce qui concerne les exploitations cinématographiques diffusant des films sonores, plusieurs publics existent également. L’arrivée du cinéma parlant n’a pas entraîné de bouleversements majeurs au sein de ces publics. En effet, en fonction de leur localisation géographique, de leurs moyens financiers et de la circulation des films, on observe encore une hiérarchisation des établissements s’accompagnant d’une segmentation des publics. Et, dans les grandes salles luxueuses du centre-ville offrant un large éventail de prix, il s’établit, en parallèle, une distinction sociale en fonction des moyens financiers des spectateurs. Toutefois, il faut bien noter que le nombre de spectateurs augmente considérablement à cette période et que le nouvel intérêt de la presse pour le cinéma parlant permet de légitimer son rôle au sein de la société. Finalement, à Lyon, que ce soit au sein des deux théâtres municipaux ou pour les salles cinématographiques, on assiste, en partie, au même mouvement avec la présence de plusieurs publics et la recherche d’une distinction sociale.

Haut de page

Bibliographie

Aveline, Claude, Chroniques d’un cinéphile, Paris, Séguier, 1994, 394 p.

Banu, Georges, Le Rouge et or : une poétique du théâtre à l'italienne, Paris, Flammarion, 1989, 287 p.

Bibliothèque de la ville de Lyon, Trois Siècles d'Opéra à Lyon : de l'Académie royale de musique à l'Opéra-nouveau, Lyon, Bibliothèque municipale, 1982, 213 p.

Chaplain, Renaud, « Les exploitants des salles de cinéma Lyonnaises. Des origines à la seconde guerre mondiale », Vingtième siècle. Revue d'histoire, Juillet-septembre 2003, n° 79, Dossier : L'aménagement du territoire, Paris, Les presses de sciences Po, p. 19-35, URL : <http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2003-3-page-19.htm>, consulté le 10 septembre 2009.

Chaplain, Renaud, Les Cinémas dans la ville. La diffusion du spectacle cinématographique dans l'agglomération lyonnaise (1896-1945), [en ligne], thèse de doctorat en Histoire (sous la direction de Sylvie Schweitzer), 2007, consulté le 15 octobre 2007, URL : <http://demeter.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/2007/chaplain_r>.

Chomarat, Michel dir., Les Célestins : du couvent au théâtre, Lyon, Mémoire active, 2005, 284 p.

Choukroun, Jacques, Comment le parlant a sauvé le cinéma français. Une histoire économique 1928-1939, Paris/Perpignan, AFRHC/Cinémathèque euro-régionale Institut Jean Vigo, 2007, 351 p.

Dejob, G., « Le cinéma parlant à Calais », La Cinématographie française, n° 642, 21 février 1931.

Gersin, Malincha,  La Vie théâtrale lyonnaise d’un empire à l’autre : Grand-Théâtre et Célestins, le temps du privilège (1811-1864), thèse de doctorat en Histoire, Université Lumière Lyon 2 (sous la direction de Olivier Zeller), 2007, 336 p.

Guaita, Micheline, Cinéma et public lyonnais 1895-1927, Paris, Service des archives du film du Centre national de la cinématographie, 3e trimestre 1986, 85 p.

Montebello, Fabrice, Le Cinéma en France depuis les années 1930, Paris, Armand Colin, coll. « Armand Colin Cinéma », 2005, 224 p.

Panofsky, Erwin, Trois Essais sur le style, textes rassemblés et présentés par Irving Lavin, Paris, Le Promeneur, 1996, 234 p. (1ère éd. anglaise : 1995).

Roy, Alain, Dictionnaire raisonné et illustré du théâtre à l'italienne, Paris, Actes Sud-Papiers, 2001, 134 p. (édition revue et augmentée ; 1ère éd. : 1992).

Saint-Maffre, « Le Pathé-Natan de Lyon », La Cinématographie française, n° 764, 24 juin 1933.

Sajous d’Oria, Michèle, Bleu et or. La scène et la salle en France au temps des Lumières 1748-1807, Paris, CNRS éditions, 2007, 277 p.

Veblen, Thorstein, Théorie de la classe de loisir, 1978, 278 p. (1ère éd. américaine : 1899 ; traduit de l'anglais par Louis Évrard ; paru initialement en France en 1970 dans « la bibliothèque des sciences humaines », Paris, Gallimard, coll. « Tel », 27).

Videlier, Philippe, Cinépolis, Genouilleux (La Colonne), éditions La passe du vent, coll. « Commune mémoire », 2003, 130 p.

Vingt ans de théâtre à Lyon : Lyon de 1906 à 1927, Lyon, Petit-Jean, s.d.

Haut de page

Notes

1  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des Célestins (1930-1931 à 1932-1933), article 12. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0086 WP 007).

2  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933), article 11. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).

3  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont, Directeur du théâtre des Célestins, à monsieur Serlin, adjoint au maire, datée du 13 décembre 1931.

4  Archives Municipales de Lyon : 1114 WP 029 : Lettre de monsieur Moncharmont à monsieur Rambaud, adjoint au Maire, datée du 2 septembre 1932.

5  Ibid.

6  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont au Maire de la ville de Lyon, datée du 18 décembre 1931.

7  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre de monsieur Moncharmont au Maire de la ville de Lyon, datée du 7 novembre 1930.

8  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933), article 24. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).

9  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des Célestins (1930-1931 à 1932-1933), article 19. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0086 WP 007).

10  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 et 1114 WP 030 : Prix des places au Grand-Théâtre.

11  Meunier R., « Aux Célestins », Le Cri de Lyon, n° 470, 25 janvier 1930.

12  Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933). Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).

13  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre d’un spectateur du Grand-Théâtre Monsieur J. Coulouf au Maire de Lyon, datée du 14 octobre 1929.

14  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Lettre d’un groupe de fervents du théâtre au Maire de Lyon, datée du 13 janvier 1931. Les fautes d’orthographe sont présentes dans la lettre.

15  Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des Célestins (1930-1931 à 1932-1933) : article 21. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0086 WP 007) et Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933) : article 27. Aucune modification est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).

16  Le spectacle a lieu sur la scène mais se joue également dans la salle. Les caractéristiques qui définissent ce type de salle en forme de fer à cheval avec des galeries permettent la circulation du regard autant vers la scène que dans la salle.

17  Le Lyon Républicain, le 8 mars 1929.

18  Archives Départementales du Rhône : 4 M 485 : Renseignements sur la situation actuelle de l’Art cinématographique et des industries qui s’y rattachent, salles de cinéma en fonctionnement dans le département – Enquête préfectorale (mai 1931).

19  Le Progrès de Lyon, le 10 décembre 1929.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Le Grand-Théâtre : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932
Légende Source : Réalisé à partir de : Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025, 1111 WP 019 et 1113 WP 010 : État journalier des recettes par spectacle. Le carton con tenant les bordereaux de l’état journalier des recettes nettes de la saison 1928-1929 est introuvable.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1155/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Graphique 2. Le théâtre des Célestins : évolution des recettes nettes (en francs) par saison, de 1928-1929 à 1931-1932
Légende Source : Réalisé à partir de : Archives Municipales de Lyon : 86 WP 0011, 1111 WP 019 et 1113 WP 011 : État journalier des recettes par spectacle.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1155/img-2.png
Fichier image/png, 63k
Titre Graphique n° 3. Le Grand-Théâtre : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932
Légende Source : Archives Municipales de Lyon : 0089 WP 025 : Cahier des charges pour l’exploitation du Grand-Théâtre (1930-1931 à 1932-1933), page 29. Aucune modification n’est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0089 WP 025).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1155/img-3.png
Fichier image/png, 34k
Titre Graphique n° 4. Le théâtre des Célestins : Répartition du nombre de places (en pourcentage) en fonction de leur catégorie de 1928-1929 à 1931-1932
Légende Source : Archives Municipales de Lyon : 1112 WP 018 : Cahier des charges pour l’exploitation du théâtre des Célestins (1930-1931 à 1932-1933), page 25. Aucune modification n’est à noter avec le Cahier des charges des trois saisons antérieures (1927-1928 à 1929-1930) (AML : 0086 WP 007)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1155/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marylin Marignan, « Étude des différents publics du théâtre et du cinéma lors de la généralisation du parlant à Lyon (1929-1932) », Conserveries mémorielles [En ligne], # 12 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://cm.revues.org/1155

Haut de page

Auteur

Marylin Marignan

prépare un doctorat en études cinématographiques. Sa thèse porte sur l’évolution de la fréquentation des théâtres et des cinémas à Lyon (1929-1939). Parallèlement à son doctorat, elle est chargée de cours à l’Université Lumière Lyon 2 pour le département des arts du spectacle.

Marylin Marignan is a Ph.D student in cinematographic studies. Her thesis’ subject is the evolution of the attendance of theatres and cinemas in Lyon (1929-1939). At the same time, she is in charge of course for the department of performing arts at the University Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Conserveries mémorielles

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org