Navigation – Plan du site

Frontières, barrières, horizons. Réinterroger l’histoire et les mémoires de la migration

Maria Neagu et Olivier Côté

Texte intégral

1Si la carte du monde est aujourd’hui tracée de frontières diverses - qu’elles soient géographiques, ethniques, nationales ou culturelles, entre autres, au fondement de nos sociétés modernes se trouvent les mouvements migratoires humains (Harziq, Hoeder et Donna, 2009 ; Castles et Miller, 1998). Des individus se déracinent depuis des siècles pour un « ailleurs où l’herbe serait plus verte ». Certains sillonnent le monde en quête de nouvelles terres, d’hypothétiques fortunes et des savoirs divers ; d’autres rêvent de découvrir l’Eldorado mythique où prendraient forme leurs projets de vie. Sans oublier ceux qui partent vers l’inconnu à la recherche d’une vie meilleure, de la liberté, d’asile ou d’exil et ceux qui fuient la guerre, la misère, les désastres climatiques et autres calamités écologiques (Wendel, 2010). De fait, depuis son apparition sur Terre et jusqu’à son envol vers les horizons de la Galaxie, l’homme n’a cessé de s’inventer des modes de mobilité afin d’explorer le monde « et faire siennes [s]es ressources » (H. Citroën) (Zehraoui, 1994, 7). Ainsi prennent sens ses déplacements nomades, les grandes migrations et les croisades, les fameuses routes de l’étain et de l’ambre, du sel, de la soie et des fourrures, de même que son départ - « dans le ventre du bateau » disent métaphoriquement certains romanciers - pour le Nouveau monde. Cette « révolution nautique » ouvre une nouvelle ère marquée par l’avancement des technologies de transportation et de communication, faisant en sorte que dès lors « les flots des migrants deviennent vagues » (Froidure, 2008). Autant donc de parcours exploratoires tissent l’histoire de l’humanité, soulignant que ce qu’on nomme aujourd’hui « mondialisation » est en effet un phénomène qui tire ses origines dans les premiers déplacements de l’homme dans ce monde. Gildas Simon parle à cet égard de « temps long de la mondialisation migrante » et de « mondialisations précédentes » Simon, 2008).

2Mais malgré son historicité séculaire, la mondialisation n’est toutefois pas - ou pas encore- synonyme d’un monde sans frontières (Joly, 2004). Dans ces déplacements multiples et divers, l’homme a du composer avec des modèles de coexistence façonnés selon les rythmes des époques et les sensibilités des civilisations émergeant aux quatre coins du monde. Qu’on pense à la tribu ou à l’État-nation, aux grands empires ou aux confédérations, chacune de ces formes de « vivre-ensemble » a conditionné les parcours et les destins des individus migrants. Car si, le plus souvent, l’épopée migrante se vit individuellement ou en famille, il n’empêche que ses protagonistes sont, avant tout, les membres d’une société, tributaires ou bénéficiaires de ses valeurs et références culturelles, des normes, des codes et des principes qui structurent ses fondements. C’est donc d’abord à travers ces « cadres d’existence » que se dessinent les horizons et les limites de l’entreprise migrante de l’être humain. L’État-nation, né à l’époque moderne, pour prendre un seul exemple, a longtemps prétendu avoir pour spécificité des frontières politiques qui jalonneraient une communauté homogène, une communauté qui se définit dans le partage collectif des mêmes valeurs civiques et culturelles. L’immigration, dans un tel contexte, peut se révéler, autant pour les nouveaux arrivants que pour la société d’accueil, une expérience de solidarité, d’échanges réciproques de valeurs, de métissage ethnique et culturel, tout autant qu’elle puisse confiner les deux groupes dans un isolement profond. Cet isolement n’est pas fait « de pierres ou de barbelés », comme le remarquent avec justesse Claudette Beaudoin et Serge Fournier, mais il est plutôt « […] tissé d’appréhensions, de préjugés, de suspicions et de peurs » (Beaudoin et Fournier, 1993, 7). Il en va ainsi, car l’arrivée de nouveaux migrants dans le groupe sociopolitique déjà établi bouleverse forcément l’équilibre de ce dernier. Or, les immigrants n’arrivent pas sans « bagage ». Leurs traditions, leurs références identitaires, mémorielles et culturelles, ils les intègrent à leur nouvelle société (Bodnar, 1985), y créent des « lieux de l’immigration ».

3Autant l’individu migrant évolue dans un « entre-deux » identitaire, autant est-il habité par un « entre-deux » mémoriel. Il lie et délie ses repères mémoriels individuels aux références mémorielles collectives des sociétés qu’il quitte et de celles qui l’accueillent. Quelquefois également, il réalise la médiation culturelle, l’hybridation de sa mémoire collective d’origine avec celle de sa société d’accueil. Il s’affranchit parfois de ses souffrances et traumatismes, douloureusement enracinés dans sa mémoire individuelle, pour mieux embrasser l’amnésie. Et, dans certains cas, déçu de sa condition de migrant, il porte un regard nostalgique sur son pays de naissance, au point de nourrir une certaine violence envers l’Autre ou de susciter un repliement sur Soi (Barou, 1993, 18). Les repères identitaires et mémoriels du migrant sont, il va sans dire, en mouvement : ceux-ci transcendent les frontières nationales pour peupler un autre univers mental, changeant et mondialisé (Vijay, 2005). Les moyens de communication et les médias de masse, qui permettent au migrant un contact constant avec son pays d’origine et la « culture planétaire», concourent grandement à ce développement. Autant dire que ces mémoires et identités migrantes mondialisées redéfinissent les rapports entre la composante majoritaire de la société et ses minorités.

4Repenser l’expérience migrante en termes de frontières, de barrières et d’horizons sous l’angle de l’histoire et de la mémoire, c’est donc surtout renouveler un ample questionnement qui tire sa source dans l’actualité même. Cette actualité polémique et politique ne surprend guère l’observateur contemporain qui saisit dans les phénomènes migratoires « un révélateur de l’état du monde, avec ses changements, ses déséquilibres, ses tensions et ses fractures », selon les mots de Gildas Simon (Simon, 1995). Ainsi, étudier les migrations transnationales, c’est se donner les moyens d’analyser la « tectonique profonde du monde »(Simon, 1995).

5Le présent numéro s’inscrit dans la mouvance de ces courants réflexifs sur le monde par la voie d’une sélection d’études traitant directement des migrations. Les déplacements humains y sont étudiés dans la complexité de leurs trajectoires historiques, expressions sociales, portées économiques et consonances identitaires et mémorielles.

6Notre numéro se veut original par l’ambition qu’il affiche de proposer au lecteur des études qui réactualisent la problématique de la migration/de l’immigration à travers des approches multidisciplinaires. Ce choix prend acte de l’utilité que peuvent avoir les sciences humaines et sociales sur la compréhension du monde et de sa population lorsqu’elles corroborent leurs (re)sources et leurs outils d’analyse.

7Sans égard à une inscription géographique particulière, les articles réunis dans le présent numéro interrogent le vécu migratoire des individus tiraillés entre l’étau des États-nations et les horizons imperceptibles du monde mondialisé. Ils s’intéressent successivement aux récits et aux lieux de l’immigration, aux cadres nationaux de « vivre-ensemble » autant qu’aux perspectives et défis que pose la mondialisation à l’expérience migratoire.

8La première partie du numéro regroupe des textes qui analysent le vécu narratif des individus partis à l’aventure migratoire en solo ou en famille. Telle la famille italienne D’Angelis suivie par Antonella Viola dans son périple d’Italie au Chili, en passant par l’Inde. L’auteure décortique avec finesse les aléas de l’expérience migratoire de quatre générations d’Italiens, ainsi que leurs métamorphoses identitaires. Ancrages traditionnels et emprunts culturels se croisent et se chevauchent à travers l’histoire générationnelle de cette famille dont l’étude permet de redéfinir les « cadres sociaux » de l’expérience migratoire.

9L’aventure migratoire mise en narration par Zied Hadfi, à la première personne, est teintée d’un vécu plus brutal et de rapports interculturels plus distants. L’auteur se transpose en protagoniste de l’histoire pour confectionner le récit « épique » de la migration clandestine. Suivant le périple des jeunes Maghrébins à la recherche d’un monde meilleur en Europe occidentale, que l’auteur a lui-même interviewés, le lecteur est amené dans les lieux macabres du passage et de la traite, bousculé dans ses certitudes par l’angoisse et les doutes des personnes qu’il observe. La condition identitaire s’invite dans l’analyse à travers les croyances et les affections religieuses du migrant, dont transpirent ses témoignages si délicatement captés par l’auteur.

10Du périple migratoire nous passons, dans la deuxième partie du numéro, aux ancrages mémoriels et culturels des immigrés dans les sociétés d’accueil. Nous y ferons la connaissance des individus et des groupes ethniques dans les lieux où ils se sont enracinés, de façon temporaire ou permanente, en observant leurs lieux d’existence, d’affirmation, de pérennisation… C’est l’aventure à laquelle nous invite Anthony Goreau-Ponceaud qui s’intéresse à La Chapelle, quartier parisien investi par la diaspora tamoule originaire du Sri Lanka. Dans une perspective mémorielle, l’auteur analyse l’appropriation symbolique de ce quartier par les Tamouls, autant sur les plans de sa « socialité », de son « historicité » que de sa « spatialité ». Ce faisant, le chercheur se livre à un exercice réflexif palpitant, redessinant les pourtours des lieux mémoriels de l’immigration.

11Autre continent, autre temporalité, autre groupe ethnique, mais la même problématique de l’investissement culturel des nouveaux espaces de vie. C’est le cas de la migration du peuple des Basotho, au XIXe siècle, au sud-est du Zimbabwe, une migration scrutée ici par Joseph Mujere. Dans un contexte colonial et malgré son statut de minoritaire, ce peuple a réussi à s’enraciner dans son milieu et à se donner une visibilité sociale et culturelle. Son histoire est d’autant plus emblématique de la question mémorielle, car elle permet d’enrichir la liste des lieux de mémoire - les musées, les rues, les bibliothèques, etc. – en y insérant les fermes familiales et les cimetières. L’auteur les observe dans les plus fins détails, car s’il y a un constat à faire émerger de la problématique mémorielle ici interrogée, c’est que la spécificité des lieux et de leur « vie sociale » n’est pas à négliger. Or, c’est souvent dans les recoins les plus insoupçonnés de notre existence matérielle que loge la mémoire.

12La troisième partie de ce fascicule est un prolongement naturel des questionnements mémoriels, mais en prenant comme espace d’observation le Québec. Comment s’est forgé l’imaginaire québécois ? Quelles représentations du Soi et de l’Autre retrouve-t-on dans cet imaginaire ? Telles sont les questions auxquelles tente de répondre l’historien Alexandre Turgeon en retraçant, dans son analyse des caricatures de Robert La Palme des années 1944 à 1959, la représentation de l’Autre migrant dans le discours politique. Son analyse dévoile un discours teinté de préjugés et de stéréotypes, réinventé et sublimé sous la plume d’un caricaturiste engagé. La caricature se donne ainsi à lire comme un regard, subjectif sans doute, que La Palme pose sur son pays et sa diversité humaine. Miroir où se reflètent l’image du Soi et de l’Autre, la caricature participe d’un discours social qui modèle les consciences collectives, peuple les imaginaires. Nous arrivons aux mêmes constats en ce qui a trait à l’œuvre romanesque de Marie-Claire Blais analysée par Eva Pich-Ponce. L’auteure observe l’odyssée des personnages en exil et leurs rapports mémoriels. Que ce soit par la caricature ou par le roman contemporain, nos auteurs nous dévoilent un Québec aux lieux d’immigration et à l’univers mémoriel riches.

13Si certains auteurs se sont intéressés aux parcours migratoires et aux lieux mémoriels de l’immigration, d’autres ont choisi d’interroger les ressorts politiques de l’immigration. Comment s’articulent les politiques d’immigration et d’intégration des États ? Quelle place accorde-t-on aux nouveaux arrivants dans les sociétés d’accueil et quels sont leurs rapports avec l’État ? Dans cette veine réflexive s’intègrent les articles regroupés dans la quatrième partie, signés par quatre chercheuses qui s’intéressent aux réalités de l’immigration en France et en Italie. Caroline Trouillet s’interroge sur le rapport qu’entretient l’État-nation français avec les communautés tsiganes contemporaines. Finement documentée, son analyse met à nu les paradoxes et les incohérences du modèle hospitalier français, forgé autour du principe d’intégration-assimilation. Le vécu migratoire de la communauté tsigane se dessine ici à travers les contraintes du « village d’insertion », où l’expérience de l’immigration est encadrée par des règlements de tout acabit. Mais au-delà des règlements, des normes et des prescriptions, transparait une réalité où se négocient droits de rester et envies de s’évader. Toujours dans le contexte français, Marine Corde s’intéresse quant à elle aux initiatives de la société civile, en l’occurrence la Cité de l’immigration, visant à valoriser, dans l’espace public français, la reconnaissance du patrimoine de l’immigration. La parole des immigrants se délie lorsqu’ils sont interrogés sur leur expérience d’intégration, leurs mémoires explosent en éclats d’émotions. Agencés avec souci, ces témoignages nous ramènent dans l’univers du migrant, habité par ses espoirs et ses doutes, par ses craintes et ses élans. C’est cette mémoire de l’immigration, précieuse, que souhaitent « mémoriser » sur un DVD des groupes d’initiative français. Complémentaires sur le plan thématique, ces textes explorent deux facettes de l’immigration contemporaine en contexte français, à la fois familières et méconnues du public. Ils relèvent un modèle d’intégration français qui se développe à multiples vitesses : l’immigration par en haut, réalisée selon un modèle étatique qui, dans son souci obsédant de sécurité publique, se détourne malgré lui des valeurs de la république, et l’immigration par en bas, tissée d’initiatives civiles qui tentent de rapprocher le Soi de l’Autre.

14Elena Benelli s’attache, pour sa part, à faire la nomenclature des discours publics sur les migrants de l’Italie contemporaine. Elle montre comment l’arrivée massive d’immigrants en Italie concorde avec un certain rejet du migrant dans la rhétorique d’État, dans les lois adoptées et dans les médias, tout en exposant parallèlement le discours d’opposition des écrivains italophones qui tentent de transformer ce rejet de l’Autre en confrontant les Italiens à leurs préjugés et à leur perception de l’identité italienne. Si Elena Benelli retrace pour nous les quiproquos de l’immigration dans l’Italie contemporaine, Évelyne Ferron remonte aux origines de l’Italie pour ausculter les tenants et les aboutissants de l’appropriation de l’espace physique, géographique par l’Empire romain. Elle s’attache à faire état de la migration et de l’installation des représentants du pouvoir romain dans les oasis égyptiennes dès la fin du Ier siècle av. J.-C. L’auteur explicite les circonstances et les conséquences de la domestication de cette étendue au besoin de l’Empire, notamment eu égard aux contacts interculturels entre les représentants du pouvoir romain et la population locale. Comme pour le contexte français, les deux textes montrent la face et l’envers de la médaille. Ils nous proposent en effet un voyage fascinant dans l’histoire de la migration italienne/en Italie, ayant comme point de départ la Rome antique, en expansion, qui fait migrer ses troupes pour la conquête du monde, et comme destination la Rome d’aujourd’hui qui attire les convoitises des peuples anciennement colonisés.

15Nonobstant les époques ou les contextes géographiques, la migration s’impose comme un phénomène qui défie la notion de frontière culturelle, ethnique, nationale. Partant d’un « ailleurs » vers un « ici », d’un « là-bas » vers un « au-delà », le personnage migrant ne cesse de vivre dans un « entre-deux », sur un pont imaginaire qu’il bâtit lui-même de souvenirs et de découvertes. Comment crée-t-il cet univers ? De quoi le décore-t-il ? Comment construit-il son « antichambre imaginaire » d’un monde sans frontières ? Ces questions inspirent les analyses réunies dans la cinquième partie du numéro qui traitent du caractère transnational de la migration. Subhasri Ghosh nous invite dans l’univers des réfugiés du Bengale de l’Est vers le Bengale de l’Ouest au milieu du XXe siècle. Le vécu migratoire de ces réfugiés est marqué par les taillages politiques de l’Inde britannique. Le rapport du Soi à l’Autre se noue à travers des mémoires qui se chevauchent et des réalités politiques qui bifurquent. Les migrants indiens préoccupent aussi Michel Baas qui les suit jusqu’en Australie. Attentif à leurs trajectoires, Bass nous révèle une mémoire de la migration de jeunes indiens, une mémoire qui transcende les lieux cardinaux de leur odyssée migrante entre l’Inde et l’Australie. Leur aventure va au-delà de ces ancrages, explore sans cesse de nouveaux horizons. De fait, elle se veut de plus en plus mondiale et de moins en moins locale.

  • 1  La réalisation du présent numéro thématique fut un véritable tour de force. Aussi tenons-nous à re (...)

16Est-ce que ce monde mondialisé constitue l’horizon des possibles du migrant ? Ce numéro a justement pour ambition d’élargir la compréhension des dynamiques migratoires qui ont forgé le monde d’hier, et celles qui façonnent le monde d’aujourd’hui. Les efforts concertés des auteurs qui ont collaboré à notre numéro permettent de dégager un éventail de connaissances qui participeront à l’élaboration d’une meilleure compréhension des phénomènes migratoires à l’avenir1.

Haut de page

Bibliographie

BAROU, J. et. al., Mémoire et intégration, Paris, Syros, 1993.

BEAUDOIN, Claudette et Serge FOURNIER, Nouvelle terre, nouvelle vie. Fondation Travail sans frontières, Editions Stanké, Montréal, 1993, 172 pages.

BODNAR, John, The Transplanted, Bloomington, Indiana University Press, 1985, 294 p.

CASTLES, Stephen, Mark J. MILLER, The Age of Migration, Londres, MacMillan Press, 1998.

FROIDURE, Cyril, Compte rendu du livre de Gildas Simon, Migrants et migrations dans le monde. La documentation française, http://www.clionautes.org.

GILDAS, Simon, Géodynamique des migrations internationales dans le monde, Presse universitaire de France, Paris, 1995.

GILDAS, Simon, « Penser globalement les migrations », Ceras-revue Projet, no272, décembre 2002. URL : http://www.ceras-projet.com.

GILDAS, Simon, La planète migratoire dans la mondialisation, Ed. Armand Colin, 2008.

HARZIQ, Christiane, Dirk HOERDER et Gabaccia DONNA, What is Migration History ?, Cambridge, 2009, Polity.

JOLY, Danielle, dir. International Migration in the New Millennium : Global Movement and Settlement, 2004, Aldershot, Ashgate.

VIJAY, Agnew, Diaspora, Memory, and Identity: A Search for Home, Toronto, University of Toronto Press, 2005, 260 pages.

WENDEN, Catherine Wihtol de, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

Zehraoui, Ahsène, L’immigration de l’homme seul à la famille, Ed. Ciemi l’Harmattan, 1994.

Haut de page

Notes

1  La réalisation du présent numéro thématique fut un véritable tour de force. Aussi tenons-nous à remercier le comité scientifique de la revue, et au tout premier chef son rédacteur en chef, Vincent Auzas, pour leurs judicieux conseils. Nous ne pouvons par ailleurs passer sous silence le travail assidu des auteurs du présent numéro thématique, et le rôle majeur qu’ont joué les évaluateurs scientifiques à l’amélioration de la qualité de leurs articles respectifs. Finalement, nous tenons à souligner l’apport de l’ethnologue Van Troi Tran à la révision linguistique des articles publiés en langue anglaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Neagu et Olivier Côté, « Frontières, barrières, horizons. Réinterroger l’histoire et les mémoires de la migration », Conserveries mémorielles [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/1306

Haut de page

Auteurs

Maria Neagu

est détentrice d’un doctorat en Histoire de l’Université Laval. Sa thèse intitulée Conjuguer la nation au passé. Mémoire et identité dans les manuels moldaves d’histoire, 1918-2006, réalisée sous la direction de Jocelyn Létourneau et  lui a valu le Prix THEN/HIER pour publication 2012.
Maria Neagu est membre du comité de rédaction de la revue Histoireengagée.ca et collaboratrice à la revue Année Francophone Internationale (CIDEF-AFI, Québec-Paris). Ses recherches s’intéressent aux articulations discursives des identités collectives véhiculées par les discours publics, la production scolaire d’histoire et les médias officiels. Maria Neagu s’attache également aux questions touchant aux phénomènes de construction nationale, de métissage culturel et de vivre ensemble, de l’histoire des idées et de l’épistémologie de l’histoire.

Olivier Côté

est docteur en histoire de l’Université Laval. Il se spécialise dans la question des représentations identitaires dans les médias. Dans le cadre de sa thèse de doctorat intitulée « Mise en récit du passé à la télévision canadienne: production, articulation télévisuelle et réception du docudrame de la CBC/Radio-Canada Canada : A People’s History/Le Canada, une histoire populaire », il a entre autres analysé les nombreuses articulations discursives du vivre-ensemble libéral et multiculturel canadien. Il est l'un des membres fondateurs de la revue électronique en ligne HistoireEngagee.ca.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org