Navigation – Plan du site
Le Québec et ses lieux d'immigrations : représentations et perceptions

« Duplessis ne donne pas aux étrangers. » Le regard du caricaturiste Robert La Palme sur les politiques du gouvernement Duplessis en matière d’immigration, 1944-19591

« Duplessis ne donne pas aux étrangers. » The view of caricaturist Robert La Palme on government Duplessis’ policies on immigration matters, 1944-1959
Alexandre Turgeon

Résumés

Entre 1944 et 1959, au sein des journaux Le Canada et Le Devoir, le caricaturiste Robert La Palme livre une critique assidue à Maurice Duplessis, premier ministre de la province de Québec. Durant ces années, La Palme produit des milliers de caricatures, un véritable théâtre où s’anime la société canadienne-française, dans laquelle le caricaturiste tire à boulets rouges sur celui que l’on appelait le « cheuf », son parti, l’Union nationale, et son gouvernement, qualifié de « régime ». Ce faisant, La Palme consacre un pan important de son œuvre aux questions sensibles et délicates de l’immigration, des étrangers, de l’« autre » qui ponctuent son récit, faisant écho aux débats ayant alors cours dans le Québec d’après-guerre. Dans cet article, nous nous proposons d’analyser le regard que le caricaturiste pose sur ces questions. En nous intéressant aux débats concernant la chose sous l’ère duplessiste, nous étudierons le traitement qu’en fait l’artiste dans ses caricatures, c’est-à-dire la manière dont il amène ces enjeux dans l’espace public, plus précisément dans un contexte électoral où s’affrontent unionistes et libéraux, en recourant à un arsenal de stéréotypes, de clichés et de codes visuels. Si le caricaturiste traite fréquemment de ces enjeux pour ce qu’ils sont, soit des questions brûlantes d’actualité, La Palme, en bon polémiste, le fait d’abord et avant tout dans l’optique d’attaquer et de faire un mauvais parti à l’Union nationale et à son chef, son ennemi de toujours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’auteur tient à remercier Martin Pâquet d’avoir amicalement transmis certains de ses travaux, don (...)

1Caricaturiste titulaire des journaux Le Canada et Le Devoir, mais également collaborateur à L’Action catholique, à Vrai et à La Presse, pour ne nommer que ces quelques titres, Robert La Palme possède une vision particulière de son époque – et de l’immigration –, vision qu’il expose au fil de ses caricatures. Son œuvre, véritable théâtre où s’anime la société canadienne-française d’après-guerre et dont les principaux acteurs, à défaut de reprendre des couleurs, retrouvent néanmoins des traits vifs. Elle est doublée d’une critique lourde, implacable, portée contre Maurice Duplessis, premier ministre de la province de Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. Ses attaques contre le « cheuf », parmi les plus mordantes qui soient et que n’aient jamais connu le Québec, le caricaturiste les concentre au Canada et au Devoir où il séjourne de 1943 à 1951 pour l’un, de 1951 à 1959 pour l’autre. Deux quotidiens dont les points communs dépassent amplement leur opposition au chef de l’Union nationale et au caricaturiste qu’ils se partagent.

  • 2  Le jour même de sa fermeture, la direction du Canada en avise Gérard Filion, directeur du Devoir, (...)

2Tous deux des journaux de qualité et d’élite, Le Canada et Le Devoir se disputent sensiblement la même clientèle, soit un lectorat cultivé, provenant des classes aisées, principalement montréalais (De Bonville, 1995, 42), au fait des affaires publiques et de la chose politique. Tandis que le premier est le journal du Parti libéral, et s’en fait la voix d’un océan à l’autre, le second est indépendant et se targue, depuis sa fondation, d’être libre de toute attache politique, quelle qu’elle soit. Le Canada et Le Devoir sont parmi les voix qui résonnent le plus fort dans le Québec d’après-guerre. Des voix qui tonnent et vocifèrent contre le gouvernement Duplessis. Or, au cours des années 1940, Le Canada stagne, son lectorat périclite (De Bonville, 1995, 43). Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, les revenus publicitaires grandissants permettent aux journaux de ne plus dépendre uniquement du financement des partis politiques (Saint-Pierre, 2007, 133-134). Dans ce contexte, ne voyant plus l’intérêt de conserver son propre organe dans une logique partisane, le Parti libéral délaisse Le Canada. La fermeture du quotidien, inévitable, survient le 17 novembre 1953. Profitant de cette opportunité inespérée2, Le Devoir s’impose comme le grand quotidien opposé à Duplessis, un rôle qui a fait sa marque dans l’historiographie (Gélinas, 2008, 4-5; Lamonde, 1991, 13-18). Antiduplessiste convaincu, Robert La Palme, pour sa part, se greffe avec aisance à l’une ou l’autre des lignes éditoriales, où il se trouve à ses aises (Hardy, 2006, 156-363). Dans ses caricatures, il décoche des traits sanglants et savoureux vis-à-vis du chef de l’Union nationale.

3Au fil des critiques qu’il porte au gouvernement Duplessis, La Palme consacre un pan important de son œuvre aux questions sensibles et délicates de l’immigration, des étrangers, de l’« autre », qui ponctuent son récit, faisant écho aux débats ayant alors cours dans le Québec d’après-guerre. La Seconde Guerre mondiale se termine à peine que déjà la Guerre froide jette son ombre sur l’Europe. S’inscrivant dans ces dynamiques, les flux migratoires ravivent les tensions entre la société d’accueil et les nouveaux arrivants. Les responsables politiques, au premier chef, sont appelés à agir. Parmi eux, Mackenzie King et Louis St-Laurent, qui s’exercent au fédéral, et Maurice Duplessis, premier ministre du Québec.

4Dans ce contexte, quel est le regard que La Palme, adversaire déclaré et invétéré de Duplessis, pose sur ces questions? Sur les interventions de Duplessis en la matière? Comment instrumentalise-t-il ces thèmes dans son œuvre? Telles sont les questions que nous explorerons dans cet article. En nous intéressant aux débats concernant la chose sous l’ère duplessiste, nous étudierons le traitement qu’en fait La Palme dans ses caricatures, c’est-à-dire comment il amène ces enjeux dans l’espace public, plus précisément dans un contexte électoral où s’affrontent unionistes et libéraux, en recourant à un arsenal de stéréotypes, de clichés et de codes visuels. Si le caricaturiste traite fréquemment de ces enjeux pour ce qu’ils sont, soit des questions brûlantes d’actualité, La Palme, en bon polémiste, le fait d’abord et avant tout dans l’optique d’attaquer et de faire un mauvais parti à l’Union nationale et à son chef, Duplessis, son ennemi de toujours. Afin de répondre à ces questions, nous travaillons à partir d’un corpus de quelque 2 000 caricatures que l’artiste consacre à Duplessis, son régime, son époque au sein des pages des journaux Le Canada, Le Devoir, Vrai et La Presse. De ces caricatures, nous avons systématiquement recueilli toutes celles concernant de près ou de loin les questions de l’immigration ou de l’« autre », pour un total de 107 caricatures ayant paru depuis le retour de Duplessis à la tête de l’État québécois, le 8 août 1944, jusqu’au trépas de ce dernier. Notons que ces 107 caricatures sont parues au Canada et au Devoir.

5Dans un premier temps, nous dresserons quelques considérations théoriques et conceptuelles concernant l’usage de la caricature, pour ensuite brosser un bref portrait de l’immigration au Québec sous Duplessis. Cela étant établi, nous aborderons de front les flux migratoires dans la conception du caricaturiste. Pour conclure, nous nous intéresserons de plus près à l’instrumentalisation de la peur de l’« autre » lors des élections provinciales de 1948 de part et d’autre des affiches publicitaires de l’Union nationale et des caricatures de La Palme.

La caricature et son univers de représentations

  • 3  Les historiens de l’art portent d’ailleurs un grand intérêt aux caricaturistes eux-mêmes, eux qui (...)
  • 4  De plus en plus de recherches s’intéressent également à la représentation des minorités, aux stéré (...)

6Jusqu’à tout récemment, la caricature restait pour les historiens l’exutoire du menu peuple, opprimé, incapable de se défendre, de se faire valoir (Champfleury, 1877; Nadeau, 1997, 15). Se mettant au service des masses analphabètes et sans défense, le caricaturiste aurait transposé sur le papier ses rages, ses fantasmes, l’image permettant, facilitant la communication et la circulation des idées dans une certaine mesure. De nos jours, une telle conception de la caricature est toutefois en perte de vitesse. La double re(con)naissance de la caricature, comme source historique et objet d’histoire – en particulier pour les historiens de l’art (Allard, 1997; Hardy, 1997; 2006)3 – à part entière (Delporte, 1993, 8), s’effectue à partir des années 1970, de pair avec la montée de l’histoire des mentalités, devenue elle-même histoire des représentations (Chartier, 1989). Dans cette foulée, la caricature cesse de n’être qu’un banal dessin à caractère humoristique pour devenir le réceptacle de représentations d’évènements et de personnages à un moment donné, qui rendent compte d’opinions, d’idées et de lieux communs circulant dans la société, à une époque particulière. L’ensemble des sociétés trouve leur compte dans l’étude de la caricature, que ce soit en Amérique, en Europe ou en Asie (Lamb, 2004; Koch, 1992; Tillier, 1997; Yvanlin, 1992). Le fait politique – en particulier la propagande (Delporte, 1993; Brisson, 1998) – est d’ailleurs prisé par les chercheurs. Rien d’étonnant à cela, considérant que les responsables politiques sont parmi les victimes préférées des caricaturistes, et ce, de tout temps, de tous lieux4.

7Véritable témoin de son temps, dont il établit en quelque sorte la chronique, le caricaturiste trempe sa plume dans une encre tantôt ironique, tantôt satirique. Humoriste, « bouffon du roi » dirait Raymond N. Morris (1989; 1995), pionnier dans l’étude de la caricature au Canada, le caricaturiste doit également être considéré dans son cadre d’activité premier, le journal. Il œuvre en effet au sein d’un média, le plus souvent écrit, et de ce fait se doit d’agir en deçà d’une certaine ligne éditoriale. Pour Réal Brisson (1997, 17), la caricature est la « version délinquante de la pensée éditoriale », en cela qu’elle s’insère dans la ligne éditoriale du journal, au même titre que les autres éditoriaux, tout en étant des plus généreuses avec celle-ci. Le caricaturiste est en fait un véritable « loose cannon » dont la délinquance, pour le dire avec Brisson, est non seulement bien connue, mais également acceptée à un certain point par la direction. Aussi pourrait-on croire que le caricaturiste, après s’être émancipé de la ligne éditoriale, n’a plus d’autres limites que celles de sa propre imagination.

8Ce que G. Bruce Retallack (2006) réfute, lui qui déboulonne ce mythe d’un caricaturiste autonome, libre de toutes contraintes, de toutes attaches. Pour l’historien, le caricaturiste est carrément un agent au service des élites, qui ne défonce aucune barrière, n’évoque nullement les non-dits et ne met guère en scène les tabous de la société. Dans la perspective de Noam Chomsky (2003 [1991], 45-73; Retallack, 2006 , 75 et 83), le caricaturiste participe plutôt aux « nécessaires illusions » sans lesquelles les démocraties ne sauraient fonctionner, c’est-à-dire l’illusion que tout peut être dit, que l’on peut débattre de tout en société, une illusion qu’il est nécessaire de cultiver. À vrai dire, on peut considérer que le caricaturiste contribue à baliser l’espace du pensable (Turgeon, 2010, 250-252), du dicible, c’est-à-dire que les excès du caricaturiste, déposés sur le papier, deviennent en quelque sorte les limites convenues que nul n’ose franchir, que nul ne dépasse.

9Avant de passer aux caricatures que La Palme consacre aux flux migratoires, maintenant que nous avons précisé de quelle manière nous utiliserons cette source, il convient de présenter un portrait, si bref soit-il, de la situation de l’immigration dans le Québec d’après-guerre.

L’immigration au Québec sous Maurice Duplessis

10Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, les flux migratoires reprennent de la vigueur tant au Québec qu’au Canada. Entre 1946 et 1960, le Canada accueille en son sein quelques 2 000 000 d’immigrants, dont près de 400 000 s’installent au Québec (Linteau et al., 1989 [1979], 218-223). Ces nouveaux arrivants sont des réfugiés ou des exilés, les uns délaissant une Europe dévastée par les derniers conflits, les autres fuyant les affres du communisme au début de la Guerre froide. Ils proviennent en grande partie des pays européens du sud (32 %), singulièrement d’Italie (16 %) et des îles britanniques (18 %). Combinés au baby-boom, ces flux migratoires apportent des changements de fond à la société canadienne-française. Les responsables politiques canadiens et québécois sont dès lors appelés à réagir, à légiférer en la matière. Au Canada, le 1er mai 1947, Mackenzie King annonce que

  • 5  Cité dans Citoyenneté et Immigration Canada, « Les artisans de notre patrimoine : La citoyenneté c (...)

[l]a politique du gouvernement est de favoriser la croissance de la population du Canada en encourageant l’immigration. Le gouvernement verra par voie législative, réglementaire et par une administration rigoureuse à assurer la sélection judicieuse et l’établissement permanent de ces immigrants, et cela, aussi avantageusement que possible pour notre économie nationale5.

11Au Québec, Maurice Duplessis est sommé d’agir. Or, le chef de l’Union nationale ne possède pas une politique clairement établie relativement à l’immigration, contrairement à d’autres tenants de la droite. Sa pensée et son action politique, ambivalentes, se résumeraient plutôt à un « repli calculé » où Duplessis instrumentalise les divers enjeux reliés aux questions de l’immigration à des fins électoralistes, et ce, tout au long de sa carrière parlementaire (Pâquet, 2010, 245-246). Au cours des élections provinciales de 1948, alors que le plan Marshall est en vigueur, l’Union nationale récupère l’affaire. Amalgamant libéraux fédéraux et provinciaux sous la même coupe, la publicité suivante paraît dans Le Devoir : « Duplessis donne à sa province. Les libéraux donnent aux étrangers. » (27 juillet 1948) Nous y reviendrons. Avec la mise en place de la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels, en février 1953, l’occasion est belle pour le gouvernement québécois de revoir sa position par rapport à l’immigration. Or, le rapport de la Commission est sitôt déposé, le 15 février 1956, qu’il est tabletté par le gouvernement Duplessis, qui ne tient pas compte de ses recommandations, en particulier pour ce qui a trait à l’immigration (Pâquet, 1996).

12À maintes reprises, l’immigration a fait couler encre et salive dans le Québec d’après-guerre. Nous nous arrêterons ici sur quelques-unes de ces polémiques qui ont marqué l’époque et qui ont su inspirer Robert La Palme tout au long de sa carrière.

Maurice Duplessis, les Juifs et les Témoins de Jéhovah

  • 6  Duplessis récupère d’ailleurs une stratégie qu’il avait utilisée et 1933, couronnée alors d’un cer (...)

13Le 7 novembre 1943, à Sainte-Claire-de-Dorchester, Maurice Duplessis livre la dernière assemblée de sa tournée électorale qui l’a amenée à parcourir le Québec en prévision des prochaines élections. Sur la tribune, Duplessis brandit un document, lequel prouve hors de tout doute, selon celui-ci, que les Juifs financent la campagne électorale des libéraux d’Adélard Godbout, en échange de quoi ceux-ci accepteront l’établissement en sol québécois de quelque 100 000 réfugiés juifs. Réfugiés qui prendront, prétend-il, la place de quelque 100 000 Canadiens français (Black, 1977, 441-442)6. L’affaire aura des suites. Le 14 mars 1944, Duplessis fait allusion à ses propos en les retournant contre ses adversaires : « Ce n’est pas nous qui avions soulevé la question de race. C’est le député israélite de Montréal-Saint-Louis (Maurice Hartt) et son ami, le secrétaire de la province (Hector Perrier), qui ont soulevé des questions de race » (Pâquet, 2010, 250). Maurice Duplessis persiste et signe. Lors d’une causerie radiophonique, le 12 juillet 1944, il déclare (Roy, 1971, 316) qu’

[a]vec l’Union nationale au pouvoir, vous aurez un gouvernement ferme et énergétique qui empêchera les immigrés et étrangers de prendre la place des nôtres sur le sol québécois et qui combattra tout projet d’immigration tant et aussi longtemps que les Canadiens d’origine n’auront pas été réhabilités à la vie civile et à des occupations rémunératrices.

14En temps de guerre, il est facile – et rentable – de jouer la carte de ces étrangers qui viendront voler nos terres, et nos « jobs », tandis que les nôtres se font tuer sur les champs de bataille sous de vagues airs d’antisémitisme. Or, comme le souligne Martin Pâquet (2010, 251-252), Duplessis peut également jouer la carte du philosémitisme. Du moins c’est ce que Joseph-Grégoire Bélanger, député de Dorion, lui reproche en Chambre, en février 1939. Duplessis avait alors réussi à faire élire Louis Fitch dans Montréal–Saint-Louis, une circonscription comprenant une importante communauté juive. Duplessis a également maille à partir avec un autre groupe minoritaire, les Témoins de Jéhovah, dans ce qui est passé à la postérité comme étant l’affaire Roncarelli (Sarra-Bournet, 1986). En pleine tourmente, le 21 novembre 1946, Duplessis fait une distinction nette entre « bons » et « mauvais étrangers », ceux qui s’intègrent et ceux qui ne s’intègrent pas dans le giron de la société canadienne-française, les Témoins de Jéhovah faisant partie de ces derniers (Pâquet, 2010, 248).

L’affaire Jacques de Bernonville et les réalités de la Guerre froide

  • 7  Parmi ces personnalités publiques prenant parti pour Jacques de Bernonville, notons Roger Duhamel, (...)

15Les péripéties entourant le comte Jacques de Bernonville méritent que l’on s’y arrête, immortalisées dans ce que l’on a appelé l’affaire Bernonville (Lavertu, 1994; 2010). Cet aristocrate français, collaborateur sous le régime de Vichy, se réfugie au Québec et s’y cache sous un faux nom. Démasqué en janvier 1948, il est arrêté le 2 septembre par les autorités de l’immigration canadienne. Dès lors, nombreux sont les ténors de la société canadienne-française à déchirer leur chemise en sa faveur sur la scène publique7. L’affaire traîne en longueur durant plus d’un an. Le 16 février 1950, les autorités de l’immigration annoncent leur intention de déporter Jacques de Bernonville. Quelque deux semaines plus tard, le député libéral de Bonaventure, Bona Arsenault, se lève à la Chambre des Communes afin de défendre l’aristocrate. Marchant littéralement sur des œufs, le gouvernement fédéral n’appuie ses fonctionnaires dans le cadre de cette affaire qu’en février 1951. Le comte de Bernonville est finalement expulsé le 17 août de cette année.

16En février 1948, le gouvernement québécois se voit confronté de plein fouet aux dures réalités de la Guerre froide. Le gouvernement de Varsovie réclame le retour des trésors polonais, confiés à la province de Québec à l’aube du second conflit mondial. Duplessis refuse de s’y résoudre. « Les trésors sont là, ils vont rester là, sous la garde du gouvernement du Québec, déclare-t-il en Chambre (Le Temps, 22 janvier 1958). Et jamais, au grand jamais, ils ne seront remis à un gouvernement communiste, à moins que les vrais propriétaires consentent à ce qu’il en soit disposé de cette manière. » Dans la même veine, l’année précédente, soit en 1957, le gouvernement de la province de Québec met en place un comité afin de venir en aide aux réfugiés hongrois qui fuient les représailles de l’Armée rouge. Ces initiatives du gouvernement québécois, sous le couvert du projet de loi 38, s’inscrivent à l’intérieur du cadre des compétences provinciales, et donc dans l’esprit de l’autonomie provinciale (Pâquet, 2010, 260-261).

Immigration, émigration et flux migratoires dans la vision de Robert La Palme

17C’est dans ce contexte bien particulier, s’alimentant à ces débats, se nourrissant de ces polémiques, que Robert La Palme met en scène les questions de l’immigration, de l’émigration et des flux migratoires en les ramenant, en les résumant à quelques images-chocs. La force de la caricature est d’ailleurs de pouvoir expliquer de quelques traits, de quelques lignes bien placées, bien tracées, des concepts, des réalités complexes que l’artiste, par son talent, met soudain en lumière, relevant les apories, les non-sens, les absurdités dans les discours. Une image vaut 1 000 mots, dit-on. C’est encore bien peu lorsque vient le temps de parler des questions reliées à l’immigration et à l’émigration. Or, tel est le pari de La Palme, qui leur consacre quelques caricatures. Examinons-les de plus près.

Figure 1 : Robert La Palme, Le Devoir, 19 mai 1951, p. 4.

Figure 1 : Robert La Palme, Le Devoir, 19 mai 1951, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

  • 8  Il est bien possible que Robert La Palme fasse ici allusion aux « hordes de Nordiques » qui menaça (...)
  • 9  Ils sont qualifiés de « Sudistes », en opposition aux « Nordiques » précédemment nommés.

18Au centre du tableau, une terre, aux pourtours vaguement dessinés, entourée de toutes parts d’eau. Ces eaux sont représentées sous la forme de traits lancinants, telles des vagues ou quelques dunes. De cette terre, un territoire est circonscrit, se distingue de la carte. Noir sur blanc, il attire le regard. Tel est le lieu de la scène qui se déroule sous nos yeux. Une scène fébrile, véritable carrefour achalandé où vont et viennent une panoplie d’individus. Aucun de ces personnages ne regarde en arrière, n’a une quelconque pensée pour le passé, laissé en plan. Imperturbables, ils regardent tous droit devant. À gauche, ceux-là partent; à droite, ceux-ci arrivent. Les uns remplacent les autres. En haut, ces personnages se suivent à la queue leu leu, dans deux séries successives qui se répondent mutuellement. En bas, l’un monte avec empressement, l’autre déguerpit tout aussi promptement. D’un côté arrivent les Nordiques8, les bras empêtrés de leurs derniers biens, le dos voûté sous le poids de leurs dernières possessions, tandis que les soldats9, au garde-à-vous, le regard vide, sans personnalité, quittent du même pas de l’oie. De l’autre côté pénètre le gangster, pistolet bien en évidence dans la poche arrière de son pantalon, alors que l’intellectuel, les bras pleins de livres, quitte ce navire en perdition. Véritable roue de fortune, laquelle tourne au même rythme continu, inexorable, inlassable, ainsi vont l’émigration et l’immigration au Canada tels que se les représente et les conçoit Robert La Palme dans les pages du Devoir, en 1951.

19Le 28 janvier 1946, l’action se transpose du Canada vers le Québec sous le titre suivant : « Immigration – Émigration. Qu’est-ce qui les attire? Qu’est-ce qui les éloigne? » Deux hommes, côte à côte, placés dans une symétrie apparente, sont tous deux positionnés au Québec. Le premier est au garde-à-vous, les épaules carrées, les bras le long du corps. Les lèvres figées dans un rictus, il nous fixe du regard. Le second se tient droit lui aussi, les bras toutefois chargés de ses affaires personnelles, mais lui ne nous regarde pas. Son regard est plutôt rivé vers un point situé à l’extérieur, au-delà du champ de la caricature. En raison de sa posture même, le torse légèrement tourné vers la droite, force est de constater que l’homme est sur son élan, qu’il s’apprête à partir à tout moment, et que rien ni même personne ne le retient au Québec. L’homme de gauche est manifestement un nazi. Son imperméable, récemment acquis – le prix de vente y est toujours accroché… – ne parvient pas à dissimuler sa croix gammée, grossièrement « camouflé[e] ». L’homme de droite, pour sa part, est un intellectuel. Musicien, cultivé, homme de science tout à la fois, sous ses bras se trouvent pêle-mêle un violon, un journal, des livres ainsi qu’une trousse de docteur.

Figure 2 : Robert La Palme, Le Canada, 28 janvier 1946, p. 4.

Figure 2 : Robert La Palme, Le Canada, 28 janvier 1946, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

20Dans cette caricature, le message de La Palme est limpide : tandis que le Québec accueille d’un côté des nazis, de la racaille, de l’autre il perd ses meilleurs éléments, les intellectuels, des hommes de savoir, des hommes cultivés. Non seulement ces derniers quittent-ils le Québec, on pourrait même arguer qu’ils le fuient. Soulignons d’une part la posture de l’homme; remarquons d’autre part son regard, tourné vers l’extérieur, détourné non seulement du Québec, sa patrie d’origine qu’il rejette, qu’il renie, mais détourné également du lecteur. Dans la mise en scène du caricaturiste, le lecteur fait face au nazi, qui le fixe de son regard malfaisant, tandis que l’intellectuel lui offre plutôt son profil, ne daignant pas même le regarder. Un contraste qui ne raffermit que davantage le message de la caricature.

  • 10  Le caricaturiste représente en effet le chef de l’Union nationale comme tel à plus d’une occasion, (...)

21La critique du caricaturiste va toutefois au-delà des flux migratoires en eux-mêmes, pour se tourner vers la société canadienne-française, vers le Québec. Ces hommes ne vont pas et viennent au Québec. Les uns sont attirés, les autres éloignés. Par qui, par quoi? Il s’agit bien certainement du cancer qui ronge le Québec de l’intérieur, ce cancer qu’est Maurice Duplessis10. Deux ans avant qu’éclate l’affaire Jacques de Bernonville, La Palme reproche déjà au « cheuf » de favoriser la venue d’anciens collaborateurs nazis. Non pas que le caricaturiste soit ici devin ou que cette caricature annonce de quelque manière que ce soit les attaques et critiques à venir. Cela nous révèle plutôt de quelle manière La Palme se représentait à l’époque Duplessis et son gouvernement, qu’il range d’une part du côté des nazis et, d’autre part, parmi les antiintellectuels.

22S’inscrivant dans un tout autre registre, La Palme peut également traiter de l’immigration avec ironie – du moins en apparence. Dans les pages du Devoir, le 1er août 1957, La Palme commente la situation de l’immigration, à la baisse après quelques années fastes. « Arrêt quasi complet de l’immigration », peut-on lire à la une du journal que l’homme brandit et qu’il montre à son épouse. En effet, de 1957 à 1958, l’immigration au Québec passe de 55 073 à 28 443 nouveaux arrivants (Pâquet, 1997, 23).

Figure 3 : Robert La Palme, Le Devoir, 1er août 1957, p. 4.

Figure 3 : Robert La Palme, Le Devoir, 1er août 1957, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

  • 11  La Palme fait ici un parallèle entre l’immigration et l’importation, soit entre l’arrivée de nouve (...)
  • 12  Il se pourrait également que La Palme, dans cette caricature, prenne à partie ses compatriotes en (...)

23Comment Baptiste, ce personnage symbolique personnifiant le peuple canadien-français, réagit-il devant cette nouvelle, selon le caricaturiste? Il semble bien prendre la nouvelle, si l’on se fie à son sourire. On ne peut en dire autant de sa compagne. Affairée à laver la vaisselle, c’est avec surprise, voire avec inquiétude qu’elle apprend la chose. Le caricaturiste semble ici se faire le porte-parole de ses angoisses : « Pus d’importation // Nous retournons à l’artisanat »11. Comme si elle avait besoin, en plus de ses travaux ménagers, d’une charge de travail plus imposante! Qui plus est, La Palme indique que l’immigration signifie également, à son avis, un progrès notable. L’arrêt de l’immigration ne représente pas qu’un simple arrêt des flux migratoires, mais aussi un retard, une régression de la société canadienne-française, sur le plan techn(olog)ique en particulier12.

24Ainsi donc, que retenir des flux migratoires selon la vision qu’en a Robert La Palme? Pour celui-ci, il s’agit d’un feu roulant de gens qui traversent la frontière de part et d’autre. Premièrement, sous – l’inspiration de – Duplessis, la société canadienne-française se départit de ses meilleurs éléments pour accueillir à bras ouverts les bas-fonds de l’humanité. Deuxièmement, l’immigration est étroitement associée au progrès, à la modernité – dans son sens le plus large –, le caricaturiste étant particulièrement sévère envers ceux qui s’opposent à l’immigration. Non pas que toute immigration, quelle qu’elle soit, soit bonne et souhaitable, bien au contraire. La Palme dénonce avec véhémence l’immigration sélective pratiquée par Maurice Duplessis et George Drew, premier ministre progressiste-conservateur de l’Ontario entre 1943 et 1948, dont les vues sur l’autonomie des provinces sont partagées (Sarra-Bournet, 2010, 294-300). Deux comparses, pour ne pas dire deux complices dans l’esprit de Robert La Palme (Turgeon, 2009, 75- 79).

Figure 4 : Robert La Palme, Le Canada, 9 septembre 1947, p. 4.

Figure 4 : Robert La Palme, Le Canada, 9 septembre 1947, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

25D’un côté, George Drew, représenté dans cette caricature (9 septembre 1947) sous les traits d’un savant fou, se frottant les mains de contentement, qui nourrit l’Ontario des restes de l’Angleterre, exsangue à la suite du second conflit mondial. « Du plus faible au plus fort », telle est sa devise, le personnage symbolisant l’Albion n’ayant que la peau sur les os, alors que celui personnifiant l’Ontario est bien pourvu en chair et tout en muscles, fumant même avec délectation une cigarette qu’il savoure.

Figure 5 : Robert La Palme, Le Canada, 25 mars 1948, p. 4.

Figure 5 : Robert La Palme, Le Canada, 25 mars 1948, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

26D’un autre côté, agissant dans les meilleurs intérêts de son grand ami et complice, Maurice Duplessis (25 mars 1948) fait tout en son pouvoir pour bloquer l’immigration française en sol québécois : « Ça ferait trop de peine à Drew! » clame-t-il. La trame narrative déployée par La Palme dans cette caricature est d’ailleurs frappante à de nombreux égards. D’abord, il insiste une fois de plus sur l’association entre « immigration » et « modernité », symbolisée ici par cet avion qui file droit vers l’ouest, et qui survole la « réserve québécoise », figée dans le temps – « d’avant la colonie », dit-il –, fermée à toute immigration. Dans les airs, l’avion moderne, performant, rapide. Au sol, la réserve québécoise, labourée à la main par des hommes à moitié nus, vêtus d’un pagne. Et comment Duplessis s’y prend-il pour bloquer l’immigration française, cette immigration susceptible de remettre en question l’ordre des choses? Il pousse de toutes ses forces une énorme pierre afin d’écraser ces quelque « 5 000 Normands (qui) désirent émigrer chez nous »…

Instrumentalisation de la peur de l’« autre » dans le discours de l’Union nationale et les caricatures de Robert La Palme : la campagne électorale de 1948

27Jamais Maurice Duplessis n’excite davantage la peur de l’« autre », des étrangers, que lors des élections provinciales du 28 juillet 1948. Ces élections coïncident avec la mise en application du plan Marshall, le 2 avril 1948, dont l’annonce avait d’ailleurs été faite le 5 juin 1947 (Masson, 1989, 531). Un plan soutenu par le gouvernement libéral de MacKenzie King et de son successeur, Louis St-Laurent. Fin stratège politique, Duplessis n’allait pas rater pareille occasion de retourner la situation à son avantage. Sous son initiative, la contribution canadienne – libérale, dirait certainement le « cheuf » – au plan Marshall devient l’un des principaux enjeux des élections provinciales québécoises de 1948. Du moins dans la guerre publicitaire que se livrent le Parti libéral et l’Union nationale dans les pages du Devoir à grand renfort de placards dans les trois semaines précédant les élections.

Les affiches électorales de l’Union nationale dans les pages du Devoir : des slogans percutants

28L’Union nationale commence la campagne sur les chapeaux de roue en clamant haut et fort que les « Libéraux donnent aux étrangers. Duplessis donne à sa province » (Gagnon et Lévesque, 1997, 71). Répété ad nauseam, ce slogan force les libéraux à se mettre sur la défensive. Entre les 6 et 17 juillet, sept placards paraissent dans les pages du Devoir où l’organisation libérale se défend des accusations de Duplessis. Revenant sur les « fameux “dons” de M. Duplessis à “SA” province » (6 juillet 1948), le Parti libéral cherche à rectifier les faits, le 9 juillet.

Duplessis prétend que « les libéraux donnent des milliards aux étrangers ». C’est faux! Les Libéraux ne donnent absolument rien. Depuis la guerre, ils prêtent aux Anglais, aux Français, Belges, Hollandais, Norvégiens et autres « étrangers » – nos frères d’armes dont Hitler a ravagé les foyers. […] Et l’argent prêté à ces « étrangers » – selon le vœu même du souverain Pontife, voici à quoi il sert…

29Que l’argent n’est pas donné, mais bien prêté, les libéraux sentent le besoin non seulement de le spécifier, mais de le souligner – littéralement. Qui plus est, ils vont jusqu’à invoquer l’autorité morale du Saint-Père afin de légitimer leurs actions. C’est dans cet esprit qu’ils en appellent à la solidarité chrétienne des électeurs québécois en déclarant que « contre le Communisme les Chrétiens agissent » (8 et 9 juillet 1948). De son côté, l’Union nationale martèle le même message : « Duplessis donne à sa province » (8, 16, 17, 19, 20, 21, 23, 26 et 27 juillet 1948). Plutôt discret dans les premières semaines de juillet – un seul placard contre six pour le Parti libéral du 6 au 15 –, l’Union nationale redouble d’ardeur à l’approche du jour J. Du 16 au 27 juillet paraissent huit affiches électorales de l’Union nationale alors que les libéraux, dès le 18, abandonnent ce terrain. Loin de s’en contenter, les unionistes en rajoutent. Le 26 juillet, soit 48 heures avant les suffrages, on peut lire :

Non contents de donner vos milliards aux étrangers, les libéraux font entrer au pays 180,000 immigrants qui s’empareront bientôt de votre logement; votre commerce; votre industrie; votre situation; votre travail; votre capital; votre avenir; votre ferme; etc. etc. etc. DUPLESSIS ne donne PAS aux étrangers…

30L’Union nationale joue ici à fond la carte de la xénophobie, de la peur de l’« autre », de la hantise des étrangers. Dans ce placard, non seulement reviennent-ils une énième fois sur les dons faits par les libéraux aux étrangers – dons faits dans leur argumentaire au détriment des Canadiens français, négligés par les libéraux –, mais les unionistes attisent ouvertement les flammes de la xénophobie en dépeignant les immigrants, ces nouveaux arrivants, comme des « voleurs de jobs » qui prendront tout – mais vraiment tout – aux Canadiens français. À des fins électoralistes, l’Union nationale fait de l’immigration le plus grand fléau qu’aient jamais connu les Canadiens français et la présente comme telle, encore et toujours.

Figure 6 : Affiche électorale de l’Union Nationale, Le Devoir, 27 juillet 1948, p. 9.

Figure 6 : Affiche électorale de l’Union Nationale, Le Devoir, 27 juillet 1948, p. 9.

31Aussi, à la veille des élections, le choix qui s’offre à Baptiste est on ne peut plus clair. Entre « Duplessis (qui) donne à sa province » et « [l]es libéraux (qui) donnent aux étrangers », Baptiste sait auprès duquel inscrire sa croix. De fait, il choisit la première option, sous l’œil bienveillant du « cheuf », du père de la nation, fidèle au poste, dont l’image occupe d’ailleurs l’ensemble de la page 9 (27 juillet 1948).

32Nonobstant le résultat des élections provinciales du 28 juillet 1948, qui ont vu Maurice Duplessis triompher d’Adélard Godbout, il n’en reste pas moins que l’immigration – et plus largement les questions de l’« autre », des étrangers– a été au cœur des débats ayant cours dans la campagne électorale. Nous avons vu quelle fut la stratégie du Parti libéral dans ces différents placards publiés dans les pages du Devoir: elle a été sur la défensive, à tenter autant que faire se peu de rectifier les faits tout en essayant de légitimer ses actions. Or quelle critique formule en fait La Palme dans les pages du journal Le Canada, alors qu’il est appelé à commenter la campagne? Allons voir de plus près.

La réplique de Robert La Palme ou comment retourner contre lui les propres armes de l’adversaire

33Selon Dominic Hardy (2006, 201), le caricaturiste Robert La Palme constitue pour l’establishment libéral la meilleure réponse qu’elle peut fournir à la menace montante que représente le chef de l’Union nationale. Aussi voyons maintenant, dans le cadre de ces débats enflammés sur ces « fameux dons aux étrangers », de quelle manière La Palme tire son épingle du jeu. Au contraire du Parti libéral – dont il défend pourtant les couleurs, alors qu’il travaille pour le Canada –, La Palme ne cherche pas, d’abord et avant tout, à démystifier les slogans incendiaires de l’Union nationale ou à rectifier les faits. Il reprend plutôt ces slogans tels quels, sans nécessairement les critiquer sur le fond. Travaillant à même ces slogans, nommément « les libéraux donnent aux étrangers. Duplessis donne à sa province », les ajustant parfois quelque peu pour les besoins de la cause, La Palme les met en scène dans son œuvre, les déploie dans ses caricatures afin de faire ressortir l’absurde de cet argumentaire. Il ne parvient toutefois pas à se déprendre des filets lancés par Duplessis et l’Union nationale. C’est sur leur propre terrain, choisi par les unionistes, que le caricaturiste s’avance et leur livre bataille.

Figure 7 : Robert La Palme, Le Canada, 14 janvier 1948, p. 4.

Figure 7 : Robert La Palme, Le Canada, 14 janvier 1948, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

34Prenons cette caricature de La Palme, parue le 14 janvier 1948. Sur deux plans (a)symétriques, l’artiste représente la répétition d’une seule et même scène, à quelques acteurs près, sous un titre dédoublé des plus révélateurs : « Les libéraux donnent aux étrangers… Duplessis à la Hollinger et aux Francheschini », deux compagnies minières proches du gouvernement québécois sous l’Union nationale. La Palme reprend ici l’argumentaire avancé par l’organisation libérale, selon lequel l’argent octroyé par le gouvernement fédéral dans le cadre du plan Marshall sert à enrayer, d’une part, la famine qui sévit en Europe et, d’autre part, à contenir la menace communiste à l’Est. Légèrement incliné, Mackenzie King donne d’une main du pain à ces enfants décharnés, « les affamés d’Europe », tandis que de l’autre il repousse le diable communiste. De son côté, Maurice Duplessis est tout autant incliné que son homologue fédéral. Toutefois, tandis que Mackenzie King se penchait afin d’être au niveau des enfants auxquels il s’adressait, l’inclinaison de Duplessis connote plutôt pour sa part sa soumission, sa servilité vis-à-vis de ses interlocuteurs que sont la Hollinger et les Francheschini, bien pourvus en chair. Le chef de l’Union nationale leur remet les lingots de fer provenant du sous-sol québécois, à l’ombre du diable communiste qui se réjouit de l’affaire. Tant et aussi longtemps que continueront de telles tractations entre le « cheuf » et les « trusts », sans le moindre égard/regard pour l’extérieur, le communisme continuera de proliférer en Europe, laisse-t-on sous-entendre. Dans le même ordre d’idées, le 18 mars 1948, le caricaturiste met de nouveau en scène Mackenzie King et Maurice Duplessis à l’œuvre, chacun donnant selon leur conscience, le premier du pain, du lait et autres vivres aux affamés d’Europe, le second des liasses de billets aux « contracteurs de grands chemins ». « Puis n’oublie de passer à la caisse! », lui rappelle Duplessis, méfiant, qui jette un regard derrière lui vers King, serein, la conscience tranquille.

35Le caricaturiste cherche également à ridiculiser cette notion selon laquelle Ottawa ne donnerait qu’aux seuls étrangers. Toutes ces femmes, bénéficiant du programme fédéral d’allocations familiales instauré par le gouvernement King en 1945 (Bélanger, Jones et Vallières, 1994, 165), seraient-elles pour autant des étrangers? Bien sûr que non, cela va de soi. Tel est le message que le caricaturiste livre le 28 février 1948, alors qu’un bébé, sa mère et sa grand-mère viennent tout juste de recevoir les allocations familiales et les pensions de vieillesse (Dumont et Toupin, 2003, 379), le père et le grand-père étant absents de la scène. Leur absence est significative. En ne les représentant pas physiquement dans la caricature, La Palme insiste ici sur la situation précaire, voire déplorable de ces femmes. Le fait qu’il n’y ait pas d’homme pourvoyeur dans le portrait justifie dès lors l’importance de ces deux programmes fédéraux. Dans cette caricature, La Palme joue le jeu de l’Union nationale. Il met de l’avant une dichotomie entre Canadiens français et étrangers, entre le « soi » et l’« autre », comme si l’on ne pouvait porter une attention particulière à l’un sans discriminer l’autre, et vice-versa. Soit l’on donne aux étrangers, soit l’on donne à la province. Il n’y a pas d’autres possibilités, et ce même chez La Palme. Cela constitue une victoire nette de la machine électorale unioniste qui a réussi à imposer ses termes, ses enjeux dans le débat.

  • 13  Cité dans (« Canadian Council for Reconstruction Through Unesco », A Report of Activities, July 19 (...)

36À la manière de l’organisation libérale, qui se tourne vers le Saint-Père pour justifier l’aide accordée, « prêtée » aux étrangers, La Palme puise également dans le monde chrétien des modèles à suivre. Le 26 avril 1948, il cite en exemple Mgr Olivier Maurault, recteur de l’Université de Montréal, qui fait parvenir des livres d’occasion aux étudiants d’Europe dans le cadre d’une campagne intitulée « En avant les livres »13. « Mgr Olivier Maurault nous invite à donner aux étrangers », de dire La Palme, servant un argument d’autorité à ses lecteurs.

Figure 8 : Robert La Palme, Le Canada, 24 juillet 1948, p. 4.

Figure 8 : Robert La Palme, Le Canada, 24 juillet 1948, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

  • 14  Il s’agit là d’ailleurs d’un procédé fort utilisé de nos jours. Au Québec, le caricaturiste Serge (...)

37Pour finir, La Palme verse dans le réalisme à la veille des élections. Le 24 juillet, il y va de sa caricature la plus réaliste du « cheuf » – dont le regard est d’ailleurs fuyant… –, en deux tons, blanc sur noir et noir sur blanc. Le caricaturiste reprend ici un placard de l’Union nationale en conservant certaines lignes pour en modifier d’autres14, allant même jusqu’à affirmer que ce « panneau-réclame a été retenu et payé par l’organisation de l’union nationale. » On peut également y lire :

  • 15  Cet extrait, que nous avons souligné, est tiré textuellement d’un placard de l’Union nationale.

Pour combattre le communisme les libéraux donnent aux étrangers. Duplessis nous donne des clubs de nuit [boîtes de nuit]
Un VOTE pour DUPLESSIS est un VOTE CONTRE VOUS
car Duplessis ne donne pas aux étrangers15.

38À ces lignes dactylographiées, La Palme ajoute quelques mots rapidement griffonnés. Dans le coin supérieur droit, il y va de cet avertissement aux lecteurs : « Si cette ressemblance est ratée ne vous en prenez qu’au coquet chef de l’U.N. qui surveille de près la redistribution de sa bobine ». En bas, répondant au fait que « Duplessis ne donne pas aux étrangers », La Palme rétorque dans son style bien à lui : « non, il vend sa province au profit de sa caisse », alors qu’il essaie de mettre en lumière le double discours de Duplessis.

Conclusion

  • 16  Pour Leon Festinger, tout individu ne peut vivre qu’en consonance avec son environnement, c’est-à- (...)

39Dans ses caricatures, Robert La Palme puise à même les débats et polémiques de son temps concernant – de près ou de loin – les sujets chauds de l’immigration, de l’« autre » – bref, des étrangers, qu’ils soient en deçà ou au-delà des frontières –, afin d’amener de l’eau à son moulin, afin d’amasser de nouvelles armes dans son arsenal rhétorique qui serviront dans la guerre sans merci qu’il livre au « cheuf ». Ce faisant, le caricaturiste dépeint dans son œuvre les peurs, les hantises, les angoisses de ses contemporains, les craintes – réelles ou imaginées – qu’ils peuvent ressentir, et que le caricaturiste emploie précisément pour qu’il y ait consonance – ou dissonance (Festinger, Riecken et Schachter, 1956)16, selon les vues que La Palme cherche à atteindre – chez ses lecteurs.

40Au fil de son œuvre, il en ressort que les Canadiens français n’ont pas le moindre répit. Ils doivent constamment être sur le qui-vive. Dès 1944, l’ombre menaçante de George Drew plane à l’ouest, bien épaulé qu’il est par son fidèle acolyte à l’est, Maurice Duplessis.

Figure 9 : Robert La Palme, Le Devoir, 10 décembre 1957, p. 4.

Figure 9 : Robert La Palme, Le Devoir, 10 décembre 1957, p. 4.

Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat

  • 17  Rappelons que George Drew s’en prend au programme d’allocations familiales proposé par le gouverne (...)

41La revanche des berceaux, c’est-à-dire la survie du fait français en Amérique (Comeau, 1982, 117), serait compromise, insinue La Palme (29 novembre 1948), par les attaques sournoises de George Drew qui cherche à angliciser le Canada Ad Mare Usque Ad Mare17. Baptiste a d’ailleurs les mains liées devant les attaques, les affronts qui lui sont continuellement faits, en particulier lors de l’affaire de l’hôtel Queen’s Elisabeth du Canadian National, que d’aucuns voulaient voir s’appeler le Château Maisonneuve (Durocher, 2008, 285). Ces affronts aux Canadiens français sont d’ailleurs décriés avec virulence par La Palme dans une série de caricatures (19 décembre 1955, 6 février 1956). Dans la mise en scène du caricaturiste, Baptiste voudrait-il répliquer qu’il se fait rétorquer par Duplessis ou un ponte anglophone qu’il ne faudrait pas qu’il soulève « le cri de race » (10 décembre 1957)… Les peurs des Canadiens français envers les étrangers – à la réputation tenace d’être des « voleurs de jobs » – sont également attisées, excitées dans les débats et les discours de l’époque. L’Union nationale joue certes cette carte, fort bien d’ailleurs, comme le fait remarquer Martin Pâquet (2010, 262), mais le Parti libéral et ses tenants jouent eux-mêmes le jeu de l’Union nationale en y allant de divers arguments à l’autorité – chrétienne –, de Mgr Maurault au pape Pie XII lui-même pour justifier leur participation au plan Marshall.

  • 18  Maurice Duplessis est reconnu pour ses jeux de mots qu’il sert à ses adversaires, en pleine joute (...)

42Pour ce qui est de La Palme, l’un de ses principaux modus operandi consiste à récupérer les armes, les stratégies, les slogans, voire les calembours mêmes de Duplessis18, pour ensuite les retourner contre leur propriétaire. Cela se voit fort bien, en particulier, dans les caricatures que La Palme consacre au chef de l’Union nationale à l’approche des élections provinciales de 1948 et qui concernent l’immigration, et plus largement aux étrangers. Sur ces questions, La Palme ne fait pas qu’utiliser les armes de Duplessis; il s’approprie également sa posture. Autant Duplessis joue-t­-il avec l’immigration, l’instrumentalisant à sa guise, à des fins électoralistes, autant La Palme s’en sert-il de la même manière, mais aux fins d’attaquer, de critiquer Duplessis, sans égard au fait qu’il s’agit là de questions délicates, qui requièrent des nuances, des teintes de gris. Prenons deux cas tirés de la fin des années 1950, soit l’affaire des trésors polonais et l’adoption du projet de loi 38 afin de favoriser la venue de réfugiés hongrois fuyant la répression de l’armée soviétique, dépêchée dans leur pays.

  • 19  Il s’agit d’ailleurs d’un ouvrage des plus controversés de l’historien Robert Rumilly qui avait fa (...)

43D’un côté, La Palme s’amuse à mettre en évidence la rapacité et l’entêtement du chef de l’Union nationale qui ne veut pas rendre ces trésors à la Pologne (5 janvier 1959). Durant des années, Duplessis s’appuie sur le fait que le gouvernement polonais en exil à Londres les lui avait confiés, gouvernement dûment reconnu par le Vatican. Aussi, lorsque le Vatican cesse de le reconnaître – sans pour autant reconnaître officiellement et légalement le gouvernement de Varsovie (Mourin, 1965, 231-232) –, que faire de ces trésors? Duplessis ne peut ni les remettre à Varsovie – nid de communistes –, ni continuer de les garder en fiducie pour le gouvernement en exil de Londres. Tout sourire, Baptiste considère que ces trésors lui reviennent dès lors de droit. Comment diable Duplessis pourrait-il se sortir de cette impasse? Il n’a qu’à se tourner vers son fidèle sbire, l’historien Robert Rumilly, qui lui propose son dernier pamphlet, tout à propos : « Le gauchisme au Vatican », allusion bien peu subtile à L’infiltration gauchiste au Canada français qu’il fit paraître en 195619. Le Vatican étant par le fait même discrédité, Duplessis n’aurait plus à se conformer à ses politiques. Et voilà, le tour est joué!

44Or, sur le projet de loi 38 du gouvernement Duplessis, projet qui pave la voie à l’accueil des réfugiés hongrois, La Palme ne dit mot. Muet comme une tombe, il n’y fait nulle part mention dans ses caricatures. En bref, La Palme est incapable de reconnaître le moindre bon coup de la part de Duplessis et de son gouvernement en la matière, alors qu’il se délecte de ses erreurs, de ses travers, de ses moins bons coups. La position de La Palme se rapproche ici de celle de son ennemi abhorré. Tous deux utilisent l’immigration – et les questions reliées à l’« autre », aux étrangers – afin de marquer des points contre leurs adversaires respectifs. En cela, le caricaturiste Robert La Palme ne fait guère mieux que son sujet, Maurice Duplessis, qu’il dénonce avec véhémence, et ce, autant dans les pages du Canada que celles du Devoir. La Palme avait d’ailleurs déclaré, concernant Léo Guindon, président de l’Alliance des professeurs catholiques de Montréal qui eut maille à partir avec la Commission scolaire de Montréal – et par conséquent avec Duplessis, par la même occasion (Rouillard, 1989, 275-278) – que « [c]ertains finissent… par ressembler à leurs ennemis. » (3 mai 1958) L’adage est d’autant plus vrai qu’il s’applique à son auteur à bien des égards. Il s’agit, peut-être, d’un indice supplémentaire de l’influence marquante qu’a exercée Maurice Duplessis sur son époque, une infçluence qui a laissé des traces parfois inusitées.

Haut de page

Bibliographie

Sources

« Canadian Council for Reconstruction Through Unesco », A Report of Activities, July 1947 – March 1949, créé le 1er février 1998, consulté le 31 mars 2001, http://www.collectionscanada.gc.ca/massey/h5-318-e.html.

CHAMPFLEURY, Jules, Histoire de la caricature sous la république, l’empire et la restauration, Paris, E. Dentu, 1877, 363 p.

LAPALME, Georges-Émile, Mémoires. Tome 2 : Le vent de l’oubli, Montréal, Leméac, 1970, 295 p.

ROY, Jean-Louis, Les programmes électoraux du Québec : un siècle de programmes politiques québécois. Tome 2 : 1931-1966, Montréal, Leméac, 1970, 465 p.

Journaux

L’Ami du peuple

Le Canada

Le Devoir

Le Temps

Études

ALLARD, Nicole, Hector Berthelot (1842-1895) et la caricature dans la presse satirique au Québec entre 1860 et 1895, mémoire de maîtrise (histoire de l’art), Québec, Université Laval, 1997, 239 p.

BÉLANGER, Réal, Richard JONES et Marc VALLIÈRES, Les grands débats parlementaires, 1792-1992, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1994, 487 p.

BLACK, Conrad, Duplessis. Tome 1 : L’ascension, Montréal, Éditions de l’Homme, 1977, 487 p.

BRISSON, Réal, La représentation d’Oka – Une crise vue par la caricature, thèse de doctorat (histoire), Québec, Université Laval, 1998, 298 p.

CITOYENNETÉ ET IMMIGRATION CANADA, « Les artisans de notre patrimoine : La citoyenneté canadienne et l’immigration au Canada de 1900 à 1977 », modifié le 1er octobre 2000, consulté le 31 mars 2010,

http://www.cic.gc.ca/Francais/ressources/publications/patrimoine/chap-5a.asp#chap5-5.

CHARTIER, Roger, « Le monde comme représentation », Annales ESC, Paris, Armand Colin, no 6, novembre-décembre 1989, p. 1505-1520.

CHOMSKY, Noam, Necessary Illusions: Thought Control in Democratic Societies, Toronto, House of Anansi Press Limited, 2003 [1991], 422 p.

COMEAU, Paul-André, Le Bloc populaire, 1942-1948, Montréal, Québec/Amérique, 1982, 478 p.

DE BONVILLE, Jean, Les quotidiens montréalais de 1945 à 1985 : morphologie et contenu, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1995, 223 p.

DELPORTE, Christian, Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessin politique sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions, 1993, 223 p.

DUMONT, Micheline et Louise TOUPIN, La pensée féministe au Québec : anthologie, 1900-1985, Montréal, Éditions du Remue-ménage, 2003, 750 p.

DUROCHER, René, « Les germes du changement », dans Michel Plourde et Pierre Georgeault (sous la direction de), Le français au Québec : 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Fides, 2008, p. 283-292.

FESTINGER, Leon, Henry W. RIECKEN et Stanley SCHACHTER, When Prophecy Fails, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1956, 256 p.

GAGNON, Alain-G. et Louiselle LÉVESQUE, « Le Devoir et La Gazette face aux gouvernements Duplessis », dans Alain-G. Gagnon et Michel Sarra-Bournet (sous la direction de), Duplessis : entre la Grande Noirceur et la société libérale, Montréal, Québec/Amérique, 1997, p. 55-85.

GÉLINAS, Xavier, La droite intellectuelle québécoise et la Révolution tranquille, Québec, Presses de l’Université Laval, 2008, 486 p.

GINGRAS, Pierre-Philippe, Le Devoir, Montréal, Libre Expression, 1985, 295 p.

HARDY, Dominic, Drawn to Order: Henri Julien’s Political Cartoons of 1899 and His Career with Hugh Graham’s Montreal Daily Star, 1888-1908, mémoire de maîtrise (études canadiennes), Peterborough, Trent University, 1997, 274 p.

HARDY, Dominic, A Metropolitan Line. Robert LaPalme (1908-1997), Caricature and Power in the Age of Duplessis (1936-1959), thèse de doctorat (histoire de l’art), Montréal, Concordia University, 2006, 542 p.

KOCH, Ursula, « Satire et pouvoir à Berlin : des passions de 1848 à l’ordre bismarckien », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 28, 1992, p. 12-15.

LAMB, Chris, Drawn to Extremes: The Use and Abuse of Editorial Cartoons, New York, Columbia University Press, 2004, 281 p.

LAMONDE, Yvan, Territoires de la culture québécoise, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1991, 293 p.

LAVERTU, Yves, L’affaire Bernonville : Le Québec face à Pétain et à la Collaboration (1948-1951), Montréal, VLB éditeur, 1994, 217 p.

LAVERTU, Yves, La découverte. Les déboires d’un chercheur dans le dossier d’un criminel de guerre. Récit, Montréal, 2010, 278 p.

LINTEAU, Paul-André, René DUROCHER, Jean-Claude ROBERT et François RICARD, Histoire du Québec contemporain. Tome 2 : Le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1989 [1979], 834 p.

MASSON, Claude, « La politique commerciale », dans Paul Pinchaud (sous la direction de), De Mackenzie King à Pierre Trudeau : quarante ans de diplomatie canadienne, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989, p. 525-542.

MORRIS, Raymond N., Behind the Jester’s Mask: Canadian Editorial Cartoons About Dominant and Minority Groups, 1960-1979, Toronto, University of Toronto Press, 1989, 230 p.

MORRIS, Raymond N., The Carnivalization of Politics: Quebec Cartoons on Relations with Canada, England and France, 1960-1979, Kingston et Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1995, 148 p.

MOURIN, Maxime, Le Vatican et l’U.R.S.S., Paris, Payot, 1965, 298 p.

NADEAU, Jean-François, La Palme : la caricature et autres sujets sérieux, Montréal, Éditions de l’Hexagone, 1997, 159 p.

PÂQUET, Martin, « Des lettres mortes… La Commission Tremblay et l’immigration (1953-1960) », Journal of Canadian Studies/Revue d’études canadiennes, vol. 30, no 4, Printemps/Spring 1996, p. 52-74.

PÂQUET, Martin, Vers un ministère québécois de l’immigration, 1945-1968, Ottawa, Société historique du Canada, 1997, 29 p.

PÂQUET, Martin, Tracer les marges de la Cité : étranger, immigrant et État au Québec, 1627-1981, Montréal, Boréal, 2005, 316 p.

PÂQUET, Martin, « Un repli calculé. Maurice Duplessis et l’immigration », dans Xavier Gélinas et Lucia Ferretti (sous la direction de), Duplessis, son milieu, son époque, Québec, Éditions du Septentrion, 2010, p. 245-262.

RETALLACK, G. Bruce, Drawing the Lines: Gender, Class, Race and Nation in Canadian Editorial Cartoons, 1840-1926, thèse de doctorat (histoire), Toronto, University of Toronto, 2006, 780 p.

ROUILLARD, Jacques, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, 535 p.

SAINT-PIERRE, Jocelyn, Histoire de la tribune de la presse à Québec, 1871-1959, Montréal, VLB éditeur, 2007, 315 p.

SARRA-BOURNET, Michel, L’affaire Roncarelli : Duplessis contre les Témoins de Jéhovah, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1986, 196 p.

SARRA-BOURNET, Michel, « Maurice Duplessis et l’axe Toronto-Québec », dans Xavier Gélinas et Lucia Ferretti (sous la direction de), Duplessis, son milieu, son époque, Québec, Éditions du Septentrion, 2010, p. 285-312.

TILLIER, Bertrand, La RépubliCature : La caricature politique en France, 1870-1914, Paris, CNRS Éditions, 1997, 173 p.

TURGEON, Alexandre, Le nez de Maurice Duplessis. Le Québec des années 1940 tel que vu, représenté et raconté par Robert La Palme : analyse d’un système figuratif, mémoire de maîtrise (histoire), Québec, Université Laval, 2009, 445 p.

TURGEON, Alexandre, « De la démocratie au Québec : la société canadienne-française dans les caricatures de Robert La Palme, 1943-1951 », dans Jérôme Boivin, Valérie Lapointe-Gagnon, Patrick-Michel Noël et Mélissa S.-Morin (sous la direction de), Actes du 9e Colloque international étudiant du Département d’histoire de l’Université Laval, Québec, Artefact, 2010, p. 241-261.

YVANLIN, Huang, « Le grand timonier et les tigres de papier », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 28, 1992, p. 40-43.

Haut de page

Notes

1  L’auteur tient à remercier Martin Pâquet d’avoir amicalement transmis certains de ses travaux, dont un inédit à l’époque. Il remercie également les évaluateurs anonymes de l’article pour leurs commentaires et remarques des plus pertinentes, les directeurs de ce numéro thématique, Olivier Côté et Maria Neagu, pour cette occasion, ainsi que Me Jean-Pierre Pilon, fiduciaire de la Fondation Robert La Palme, pour lui avoir accordé l’autorisation de reproduire les caricatures de Robert La Palme dans le cadre de cet article. Enfin, la rédaction de cet article a été rendue possible grâce au financement du FRQSC.

2  Le jour même de sa fermeture, la direction du Canada en avise Gérard Filion, directeur du Devoir, quotidien qui paraissait le soir. En l’espace d’une nuit, toute l’équipe du Devoir travaille d’arrache-pied pour faire paraître l’édition du lendemain le matin suivant (De Bonville, 1995 : 44-45; Gingras, 1985 : 160-161).

3  Les historiens de l’art portent d’ailleurs un grand intérêt aux caricaturistes eux-mêmes, eux qui cherchent à replacer l’œuvre dans son contexte de production et par le fait même à mieux cerner la pensée du caricaturiste, ainsi que la portée et l’écho de son œuvre dans la société.

4  De plus en plus de recherches s’intéressent également à la représentation des minorités, aux stéréotypes employés pour les représenter dans l’espace public (Brisson, 1998 : 12; Retallack, 2006).

5  Cité dans Citoyenneté et Immigration Canada, « Les artisans de notre patrimoine : La citoyenneté canadienne et l’immigration au Canada de 1900 à 1977 », modifié le 1er octobre 2000, consulté le 31 mars 2010, http://www.cic.gc.ca/Francais/ressources/publications/patrimoine/chap-5a.asp#chap5-5.

6  Duplessis récupère d’ailleurs une stratégie qu’il avait utilisée et 1933, couronnée alors d’un certain succès (Pâquet, 2010 : 249).

7  Parmi ces personnalités publiques prenant parti pour Jacques de Bernonville, notons Roger Duhamel, Camilien Houde, Robert Rumilly, Philippe Hamel, René Chaloult, André Laurendeau, Gérard Filion, Paul Sauriol, Léo Guindon, Maxime Raymond, Claude-Henri Grignon et Camille Laurin, ainsi que les journaux Montréal-Matin, L’Action catholique et Le Devoir. Dans la tourmente, le journal Le Canada ainsi que la presse anglophone se déclarent en faveur de l’expulsion du comte.

8  Il est bien possible que Robert La Palme fasse ici allusion aux « hordes de Nordiques » qui menaçaient de déferler sur les terres québécoises auxquelles Dominic Beaudin, en 1948, fait référence dans les pages de L’Action nationale (Pâquet, 1996).

9  Ils sont qualifiés de « Sudistes », en opposition aux « Nordiques » précédemment nommés.

10  Le caricaturiste représente en effet le chef de l’Union nationale comme tel à plus d’une occasion, dont le 27 janvier 1948, dans les pages du Canada.

11  La Palme fait ici un parallèle entre l’immigration et l’importation, soit entre l’arrivée de nouveaux arrivants et l’importation de marchandises et de denrées. Dans l’esprit du caricaturiste, il semble que l’arrêt de l’immigration représente une fermeture des frontières, donc un arrêt de l’importation, le Québec se refermant sur lui-même, n’ayant dès lors plus d’autre option que de pratiquer l’autarcie, et par le fait même l’artisanat.

12  Il se pourrait également que La Palme, dans cette caricature, prenne à partie ses compatriotes en leur reprochant de se réjouir de l’arrêt de l’immigration pour des raisons de xénophobie. Cette xénophobie, si nous ne pouvons vérifier son existence factuelle, existait néanmoins dans les discours, dans les représentations, non seulement des responsables politiques (Pâquet, 2005 : 173-174), mais également des médias, notamment chez le caricaturiste La Palme.

13  Cité dans (« Canadian Council for Reconstruction Through Unesco », A Report of Activities, July 1947 – March 1949, créé le 1er février 1998, consulté le 31 mars 2010, http://www.collectionscanada.gc.ca/massey/h5-318-e.html.

14  Il s’agit là d’ailleurs d’un procédé fort utilisé de nos jours. Au Québec, le caricaturiste Serge Chapleau de La Presse est passé maître dans l’art de travailler à partir d’une photographie et d’y changer quelque chose, soit en y ajoutant un élément – petit ou gros –, soit en y soustrayant un élément.

15  Cet extrait, que nous avons souligné, est tiré textuellement d’un placard de l’Union nationale.

16  Pour Leon Festinger, tout individu ne peut vivre qu’en consonance avec son environnement, c’est-à-dire que ses valeurs doivent être cohérentes avec celui-ci. Or la consonance peut cesser. L’individu se retrouve dès lors en dissonance avec son environnement, situation intenable qu’il ne peut endurer. Il tentera alors de rétablir la consonance, soit en actualisant ses valeurs à cette nouvelle réalité, soit en délaissant celles-ci pour se convertir à de nouvelles valeurs.

17  Rappelons que George Drew s’en prend au programme d’allocations familiales proposé par le gouvernement fédéral de MacKenzie King, en octobre 1944. Il déclare alors que la « loi des allocations familiales est une loi inique qui ne vaut pas le papier sur laquelle elle est écrite; c’est une loi qu’il faut battre parce qu’elle est appelée à favoriser la province de Québec et les Canadiens français en général aux dépens des autres provinces ». Ces propos ont été rapportés dans une publicité négative du Parti libéral de l’Ontario intitulée « L’attitude de l’Honorable Drew et les allocations familiales et l’immigration » (L’Ami du peuple, 27 mai 1948).

18  Maurice Duplessis est reconnu pour ses jeux de mots qu’il sert à ses adversaires, en pleine joute oratoire. Par exemple, à la question d’un journaliste qui lui demande ce qu’il pense de [Georges-Émile] Lapalme, tout récemment nommé chef du Parti libéral du Québec, Duplessis lui répond : « Lequel? Le caricaturiste, ou la caricature? » (Lapalme, 1970 : 115). La Palme fera sienne cette manie du chef de l’Union nationale de recourir autant aux calembours.

19  Il s’agit d’ailleurs d’un ouvrage des plus controversés de l’historien Robert Rumilly qui avait fait un « tollé » à l’époque (Gélinas, 2008 : 11).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Robert La Palme, Le Devoir, 19 mai 1951, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 2 : Robert La Palme, Le Canada, 28 janvier 1946, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3 : Robert La Palme, Le Devoir, 1er août 1957, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4 : Robert La Palme, Le Canada, 9 septembre 1947, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 5 : Robert La Palme, Le Canada, 25 mars 1948, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 6 : Affiche électorale de l’Union Nationale, Le Devoir, 27 juillet 1948, p. 9.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-6.png
Fichier image/png, 101k
Titre Figure 7 : Robert La Palme, Le Canada, 14 janvier 1948, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 8 : Robert La Palme, Le Canada, 24 juillet 1948, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 9 : Robert La Palme, Le Devoir, 10 décembre 1957, p. 4.
Crédits Diffusion autorisée par son fondé de pouvoir Me Jean-Pierre Pilon, avocat
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1366/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Turgeon, « « Duplessis ne donne pas aux étrangers. » Le regard du caricaturiste Robert La Palme sur les politiques du gouvernement Duplessis en matière d’immigration, 1944-1959 », Conserveries mémorielles [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://cm.revues.org/1366

Haut de page

Auteur

Alexandre Turgeon

 est candidat au doctorat en histoire à l’Université Laval. Financées par le FRQSC, ses recherches portent sur le rôle du caricaturiste Robert La Palme dans la conception et la diffusion du mythistoire de la Grande Noirceur au sein de la société québécoise. Il s’intéresse plus particulièrement au rôle du caricaturiste dans la Cité et aux mythes et mythistoires du Québec contemporain, soit les rapports qui lient le vrai, le faux et le fictif. Il a exploré ces thématiques dans quelques articles, dont « Les femmes et la politique dans les caricatures de Robert La Palme, 1943-1951 », dans la Revue d’histoire de l’Amérique française, et « Savoir se passer du présent – savoir ce passé du futur. Les caricatures de Robert La Palme du 29 mai 1956 », dans Recherches sociographiques.

Alexandre Turgeon is a doctoral candidate in History at Université Laval. Financed by the FRQSC, his researchs are based upon the role of the caricaturist Robert La Palme in the conception and diffusion of the mythistory of the Great Darkness in the Québec society. He’s most interested in the caricaturist’s role in the City and the myths and mythistories of contemporary Québec, which are the links between true, false and fictive. He explored these thematics in a few articles, including « Les femmes et la politique dans les caricatures de Robert La Palme, 1943-1951 », in the Revue d’histoire de l’Amérique française, and « Savoir se passer du présent – savoir ce passé du futur. Les caricatures de Robert La Palme du 29 mai 1956 », in Recherches sociographiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org