Navigation – Plan du site
Le Québec et ses lieux d'immigrations : représentations et perceptions

La transmission de la mémoire dans les romans de Marie-Claire Blais

The Transmission of Memory in the Novels of Marie-Claire Blais
Eva Pich-Ponce

Résumés

Marie-Claire Blais est l’une des figures les plus importantes de la littérature québécoise. Dans Le Sourd dans la ville (1979), Visions d’Anna (1982) et Soifs (1995), des dizaines de voix se juxtaposent pour évoquer les images d’horreur du XXe siècle et du siècle naissant. La mémoire et sa transmission deviennent les thèmes essentiels de ces textes qui confondent les espaces et les temporalités dans une volonté de dévoiler les « abus de la mémoire » (Todorov, 1995). La sélection des faits qui sont transmis ou oubliés, l’usage institutionnel et social de la mémoire, l’importance que celle-ci acquiert au sein de l’identité sont mis en évidence dans ces textes. Le lieu devient l’emblème d’un passé qui se révèle aux personnages. Ricoeur a souligné l’importance du lien entre la « mémoire corporelle » et la « mémoire des lieux », entre l’ « ici /maintenant » et le « là-bas » géographique et historique. Dans ces romans, nous observerons en effet la relation étroite qui s’établit entre l’ ‘ici » constitué par l’espace où habite la plupart des personnages et le monde international et historique qui hante leurs pensées. Nous verrons comment se tisse une mémoire marquée par les souvenirs des personnages et les récits d’autres époques. Au passé violent s’ajoute la brutalité du monde contemporain aux personnages qui laisse entrevoir un futur apocalyptique. Seules l’art et l’action solidaire apporteront une certaine lueur d’espoir.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Etats-Unis, USA

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans les dernières décennies, la multiculturalité est devenue un thème majeur et de nombreux auteurs explorent les manières dont la mémoire préserve ou transmet les identités collectives et personnelles dans un contexte de mondialisation. Dans l’œuvre romanesque de Marie-Claire Blais, la mémoire et sa transmission constituent des thèmes essentiels. La sélection des faits qui sont transmis ou oubliés, l’usage institutionnel et social de la mémoire, l’importance que celle-ci acquiert au sein de l’identité sont des questions que posent ses romans. Saisi dans cette perspective mémorielle, le personnage du déplacé devient, dans l’œuvre de Marie Claire Blais, une figure clé, qui se voit tiraillée entre une mémoire difficile et un futur incertain. Comme l’explique Pierre Ouellet :

le déplacé fait un trou dans le temps et dans l’espace, où il vit et se survit, entre une mémoire et un espoir qui ne forment nulle part un territoire, mais un gouffre ou un abîme, dans lequel il trouve paradoxalement refuge, refugere voulant dire « se retirer », de fugere qui signifie « fuir » : se retirer dans la fuite, fuir en une retraite du temps et de l’espace, autant dire du monde et de l’histoire [...] (Ouellet, 2005, 12)

2Comme le laisse entendre cet extrait, la figure du déplacé entretient un rapport existentiel avec la mémoire et l’histoire. C’est dans cette perspective mémorielle que s’inscrivent les romans de Marie Claire Blais, Le Sourd dans la ville (1979), Visions d’Anna (1982) et Soifs (1995), dans lesquels l’exil physique et/ou psychologique caractérise la plupart des personnages, qui se déplacent physiquement, ou bien à travers leur mémoire. Les figures romanesques deviennent des consciences tourmentées et solitaires, marquées par leur pays d’origine, leur milieu social ou par leur filiation. Les personnages, tiraillés entre une mémoire qui les hante et un futur incertain, semblent vivre dans cet « abîme » dont parle Ouellet, dans un entre-deux en retrait du temps et de l’espace, un « gouffre » qui constitue à la fois un lieu de refuge et d’aliénation. En juxtaposant les espaces et les moments historiques, la structure des œuvres reflète le va-et-vient constant, temporel et spatial, des pensées des personnages, et plonge le lecteur à son tour dans ce « trou » symbolique.

3Cette étude vise à examiner la relation qui apparaît dans ces trois romans entre la représentation du lieu, la temporalité et la mémoire. Dans une première partie, nous examinerons comment la thématique de la mémoire se manifeste dans les textes. Nous analyserons ensuite l’importance qu’acquièrent les notions de transmission et de filiation. Face au passé qui hante les personnages apparaît l’espoir, mais il s’agit d’un espoir obscurci par la violence et par un discours prophétique qui annonce la fin du monde. La solidarité et l’art apporteront cependant une certaine lumière à ces univers, car, comme l’affirme Marie-Claire Blais, « la lumière est toujours dans une œuvre littéraire proportionnée à la nuit. Du moins pour [elle], cette lumière distillée est essentielle comme l’est la musique des mots, qui est aussi un ensoleillement, une autre forme de lumière » (Blais, 2002, 25).

Des romans mémoriels

4Comme le souligne Tzvetan Todorov, « la représentation du passé est constitutive non seulement de l’identité individuelle – la personne présente est faite de ses propres images d’elle-même –, mais aussi de l’identité collective » (Todorov, 1995, 52). Dans Le Sourd dans la ville, Visions d’Anna et Soifs, Marie-Claire Blais est déterminée à déterrer, par l’écriture, les voix du passé oubliées. Il s’agit d’un passé international et violent, qui provoque les déplacements de nombreux personnages qui s’éloignent de leurs pays à la recherche d’un futur meilleur. Les crimes de l’histoire sont constamment évoqués : les camps de concentration nazis, les bombes d’Hiroshima et de Nagasaki, les massacres d’Indochine. Dans Le Sourd dans la ville, Judith parle à ses étudiants de nombreuses morts qui se sont produites à Mauthausen. Elle évoque les horreurs du nazisme, les séparations des familles, car « la mort était la plus grande des douleurs, mais avant la mort il y avait eu l’agonie de la séparation » (Blais, 1996 [1979], 35). Les génocides et les injustices du XXe siècle sont également soulignés dans Visions d’Anna. Il est intéressant, toutefois, d’observer que dans ce roman ces génocides sont mis en rapport avec le présent, sont perpétués à l’époque contemporaine aux personnages. Le texte fait référence à « l’armée de nazis contemporains, les plus savants, les plus subtils de notre Histoire », qui entreprennent des « guerres expérimentales » (Blais, 1990 [1982], 54). De la même manière, tout en dénonçant la discrimination sexuelle de la société et des tribunaux, les pensées de Liliane rapprochent le présent des crimes staliniens : « à Dallas ou ici, on pouvait broyer des vies, la terreur stalinienne n’était pas un événement du passé » (Blais, 1990 [1982], 200). Les crimes de l’histoire et les crimes contemporains sont identifiables dans « cette terre des hommes où le passé, le présent se confondaient en une seule idée fixe, la dégradation de l’âme humaine » (Blais, 1990 [1982],187).

5Les conflits du passé sont étroitement liés à la vie de certains personnages, comme Philippe, dont les parents et les grands-parents sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans Soifs, le père de Daniel conserve sur sa peau la marque de sa captivité dans les camps nazis. De nombreux personnages de ce roman ont dû fuir leur pays d’origine à cause de la violence ou de la pauvreté. Cette œuvre évoque la guerre de 1944, les menaces nucléaires, le massacre de Jonestown, les bombes sur Bagdad, les « boules de neige striées de sang qu’échangeaient de jeunes garçons dans les rues de Sarajevo » (Blais, 1996 [1995], 264).

6Le texte effectue toute une série de déplacements qui bouleversent la temporalité historique des références évoquées. Si Visions d’Anna mettait en relation les crimes du passé avec ceux du présent, Soifs juxtapose les évènements historiques indépendamment des époques auxquelles ils appartiennent. Bien que l’action soit située lors des derniers jours du XXe siècle, certains personnages affirment avoir connu les horreurs de l’esclavage aux États-Unis, alors que celui-ci fût aboli à la fin du XIXe siècle. De la même manière, les assassinats des panthères noires à Chicago qui sont évoqués dans le texte comme étant contemporains au moment de l’action, ne sont pas sans rappeler les évènements qui se sont déroulés à Chicago à la fin des années 60. D’autres références restent imprécises dans le roman bien qu’elles s’inspirent d’une réalité sociale concrète : les meurtres commis par le troubadour rappellent la mort de plusieurs jeunes filles dans un campus de Floride. La référence à la « guerre de janvier » qui revient fréquemment dans le texte nous renvoie au souvenir de la Guerre du Golfe. En déplaçant certaines références historiques ou en maintenant l’imprécision de certaines autres, ce roman universalise les crimes contre l’humanité et les rend extrêmement actuels.

7Soifs insiste notamment sur les horreurs de l’esclavage. Le navire Henrietta Marie, que l’on découvre au fond des eaux, devient l’emblème de la cruauté du passé. Or, à son intérieur, on ne découvre pas les trésors espérés, mais au contraire, des hommes et des femmes « aux pieds encore encerclés de fer » (Blais, 1996 [1995], 234). Le texte effectue à nouveau un déplacement temporel : ce navire fut effectivement découvert près de Key West en 1972 et devint un symbole, pour l’Amérique, de son héritage troublant. Dans Soifs, la découverte de ce bateau d’esclaves se confond aux festivités qui célèbrent l’arrivée du nouvel an. Le Henrietta Marie devient un char de plus, promené dans cette ville où se succèdent les carrosses du « sphinx géant […] le défilé des chars que tiraient des pharaons; partout des êtres hybrides avançaient sous le ciel » (Blais, 1996 [1995], 223).

8Les références mythiques, bibliques et historiques se mélangent et se répandent dans ce roman, et donnent à celui-ci toute sa complexité. Les déplacements et la (con)fusion des différentes références sont mis en abîme à la fin du texte par le personnage de Fred, dont les troubles de la mémoire conduisent celui-ci à mélanger et à confondre le présent et le passé, la réalité qui se tient devant lui et celle dont il se souvient ou qu’il imagine :

[…] où suis-je maintenant, quelle est ma destination, voici Cornélius mené dans une charrette par un cheval vers l’arbre maudit, le nœud coulant tronçonnant la nuque, le voici qui pleure dans son mouchoir, j’entends leur musique, je danse avec eux, easy, easy living, qu’ils fussent de l’artillerie, de l’infanterie de l’ennemi, leurs jambes, leurs bras étaient déchiquetés comme l’étaient nos cadavres, au pieu d’une clôture, sur les murs d’une enceinte, Noël de sang, des épouvantails brûlés sur ce pieu, c’était à Bastogne, par un Noël de sang, décembre 1944 […] (Blais, 1996 [1995], 250-251)

9La fête et la procession des chars se confondent dans son esprit avec des images de captivité et de violence. L’empreinte des génocides du passé demeure visible de nos jours et se matérialise dans l’espace. De nombreux historiens ont montré la relation qui existe entre le lieu et la mémoire, et la manière dont les lieux contribuent à la construction de l’identité sur un plan aussi bien collectif que personnel. Certains espaces et notamment certains monuments se transforment en des lieux mémoriels qui évoquent les horreurs du passé. Pierre Nora a expliqué que les lieux de mémoire constituent surtout des constructions artificielles où « se cristallise et se réfugie la mémoire » (Nora, 1997, 23). Mauthausen devient un musée – une « représentation de l’histoire » selon l’expression de John Urry (1990, 130) – que les étudiants visitent « pour ne pas oublier, ils regardaient, touchaient à ces instruments qui avaient lacéré, broyé des corps adolescents » (Blais, 1996 [1979], 35). Certains voyages des personnages ont des raisons culturelles et des sites comme les pyramides d’Égypte ou même la ville de Tchernobyl se transforment en des lieux qui sont chargés d’un poids historique et qui sont donc dignes d’être visités. Ainsi, comme l’a également constaté Dean MacCannell, des espaces historiques comme les crématoires de Dachau deviennent des sites touristiques (1976, 7).Paul Ricœur a souligné l’importance du lien entre la « mémoire corporelle » et la « mémoire des lieux », entre l’« ici /maintenant » et le « là-bas » géographique et historique (Ricœur, 2000, 51). Judith, en observant une cathédrale pense « au sang versé sur les marches » (Blais, 1996 [1979], 111). Les monuments deviennent des emblèmes non pas des grandes prouesses d’une civilisation, mais au contraire, de ses tortures.

10Les noms de certains personnages qui ont combattu ou survécu aux crimes se dégagent pourtant de ce passé meurtrier. Dans Visions d’Anna, des noms comme ceux de Rosa Luxemburg ou Käthe Kollwitz (Blais, 1990 [1982], 198), et leur mémoire, deviennent importants pour combattre le présent, pour apprendre à survivre malgré les fléaux. À travers ces noms de femmes, le texte insiste sur l’existence d’héroïnes qui se sont opposées à un certain état des choses. Luce Irigaray a mis en évidence l’importance d’une généalogie de femmes qui est souvent cachée, censurée par le discours patriarcal (Irigaray, 1981, 29-30). Les romans de Marie-Claire Blais refusent de passer sous silence l’expérience féminine et l’existence de cette généalogie de femmes qui est très présente dans la mémoire historique qu’elle évoque.  

11Dans Soifs, Jenny songe également aux noms des héroïnes qui ont agi en faveur de la communauté noire : Mary Ann Schald Cary, Crystal Bird Fauset, Ida B. Wells Barnett, Nina Mae McKinney, Ida Gray. Toutefois la question de la mémoire et de sa transmission se voit elle-même conditionnée par le racisme ou les préjugés. Si Liliane, dans Visions d’Anna, n’avait jamais entendu parler de ces héroïnes féminines auparavant, dans le cas des héroïnes noires, la mémoire est complètement dénigrée par la société :

[…] Jenny serait plus tard l’une de ces héroïnes dont elle relisait souvent la défiante histoire, dans son album, bien que pour les Blancs ces héroïnes ne fussent que des vestiges, pensait Jenny, leurs photographies dans les journaux étaient entourées d’un trait de cendres, elles étaient de retour dans ces limbes de la ségrégation, de l’oubli, où elles avaient toujours vécu […] (Blais, 1996 [1995], 129) 

12Comme l’a bien montré Tzvetan Todorov, la mémoire est une sélection. Les systèmes totalitaires du XXe siècle ont voulu contrôler la mémoire et ont éliminé certaines traces du passé. Les régimes démocratiques favorisent également l’oubli et le règne de la barbarie, à travers la surabondance des biens et des informations qui caractérise les sociétés des loisirs (Todorov, 1995, 10-13). Les romans de Blais interrogent la sélection des faits qui sont transmis ou oubliés.

13Anna, enfermée dans sa chambre, revoit à travers son souvenir les personnages qu’elle a rencontrés le long des routes, le long de ses voyages. De la même manière, Florence et Tim, dans Le Sourd dans la ville, songent à leur bonheur passé. Florence pense à sa vie d’épouse, aux voyages qu’elle a réalisés, aux personnes qu’elle a rencontrées. Tim retrouve dans ses rêves son Irlande natale. De nombreux personnages dont se souviennent Anna ou Florence sont des figures pauvres, marginales, comme Manon, Tommy, la fille qui a eu froid tout l’hiver. Ce sont des personnages qui ne sont pas considérés par la société ou l’histoire, des figures susceptibles d’être oubliées, comme Rita dans Visions d’Anna ou la famille naufragée de Julio dans Soifs. La société évacue de la mémoire historique l’existence des figures pauvres, marginales, déplacées. La bannière multicolore que Julio imagine dans Soifs et les noms qui y sont inscrits témoignent de l’importance de maintenir la mémoire de ces personnages vivante :

[…] Julio, ne voyait-il pas au-dessus des vagues cette bannière multicolore, d’une telle ampleur qu’elle eût traversé la moitié de la ville, dont l’étoffe avait été brodée de tous leurs noms, José, tué le 11 mars, Pinar del Rio, Candido, victime de la violence policière, le 4 novembre, Ovidio, tué en combat clandestin, Andrès, abattu en essayant de fuir son pays, tous noyés ou tués, José, Candido, Ovidio, Ramon, Oreste, Edna, la mère de Julio, leurs noms étaient brodés, cousus dans la transparente étoffe d’une bannière se mouvant au-dessus des eaux […] (Blais, 1996 [1995], 235)

14Cet extrait fait référence à la répression policière, mais aussi aux déplacements qui s’effectuent en radeaux et qui provoquent la mort de nombreux personnages, noyés dans la mer. L’écriture de Marie-Claire Blais accorde une importance particulière à ce type de personnages déracinés, invisibles pour la société et les institutions. Ces romans essayent d’éviter leur oubli et de souligner l’importance d’une mémoire capable de considérer les différents secteurs de la société.

15La procession des chars qui apparaît à la fin de Soifs, comme le parcours physique ou psychologique des personnages, se transforme en un « sentier de la mémoire, du souvenir » (Blais, 1996 [1995], 224). Ce sentier de la mémoire souligne, à travers l’évocation des grands crimes de l’histoire et surtout à travers la figure de la Folle du sentier, l’intolérance et le racisme passés et présents. La Folle du sentier tient un balai à la main. Elle veut « nettoyer » la ville de tous « ces jeunes, de ses Juifs et de ses Chinois » (Blais, 1996 [1995], 229), de tous les personnages qui incarnent un déplacement par rapport à la « norme » de l’élite éminemment blanche à laquelle elle appartient. Ce personnage devient symboliquement l’image d’une censure qui évacue de la Mémoire les faits ou les personnages considérés « dérangeants » pour une partie de la société.

16Relativement à cela, la parole orale ou écrite devient fondamentale pour garantir la permanence du souvenir. Dans Soifs, Jenny raconte à Augustino les calamités de l’esclavage à travers une berceuse. Judith, dans Le Sourd dans la ville, enseigne dans ses cours les horreurs de l’histoire, et elle énumère dans ses carnets différents crimes contre l’humanité. Michelle, dans Visions d’Anna, conserve un album où elle recueille toutes les données sur les jeunes qui se sont suicidés. Cet album constitue pour elle un objet mémoriel qui tente d’empêcher l’oubli de ceux qui sont morts, leur anéantissement complet. Ces personnages revendiquent l’importance de la mémoire, qui seule peut rendre hommage aux victimes : « souvenez-vous, vous aussi, souvenez-vous » (Blais, 1996 [1979], 34), dit Judith à ses étudiants. De la même manière, dans Soifs, une femme exclame au cimetière d’Oakland, où reposent les victimes du massacre de Jonestown : « souvenez-vous, ici reposent un frère, une sœur, un fils, souvenez-vous, et un appareil, comme l’appareil de Caroline, témoignerait de l’immensité de cette catastrophe » (Blais, 1996 [1995], 264). Selon Paul Ricœur, le concept de témoignage est essentiel et « constitue la structure fondamentale de transition entre la mémoire et l’histoire » (Ricœur, 2000, 26).

17Ces trois textes posent la question de l’importance du souvenir. À travers la polyphonie des voix, ces romans nous font entendre des opinions différentes sur ce sujet, car la mémoire est « démesurément lourde », comme la valise verte de Florence, « qui ne contenait peut-être que des cendres » (Blais, 1996 [1979], 30). Le poids de la mémoire, du souvenir se perçoit clairement à travers cet objet qu’elle porte avec elle et qui « l’incline vers le sol » (Blais, 1996 [1979], 30) : la mémoire est à la fois ce qui la maintient en vie et ce qui pousse Florence, abandonnée par son mari, vers la mort. C’est sans doute pour cela que, face à la tâche mémorielle que défendent certains personnages, apparaît l’idée d’un oubli nécessaire. Adrien souligne la nécessité du pardon et de l’oubli au nom de la survie et de la tolérance (Blais, 1996 [1995], 227). De la même manière, en choisissant de ne pas raconter à ses enfants son expérience dans les camps de concentration, Joseph évacue dans Soifs cette mémoire douloureuse, et s’oppose en ce sens à Judith qui soutenait, dans LeSourd dans la ville, la nécessité de se souvenir des tortures de Mauthausen.

18Le caractère dialogique de ces romans et de ces narrations, dans lesquelles les différents discours se répondent et se contredisent, met en relief la pluralité des opinions et le manque d’un consensus quant à la manière d’aborder les conflits du monde et leur mémoire. Comme le souligne Bianca Zagolin, la structure associative de ces romans insiste sur le rôle de la mémoire qui assemble les fragments de la conscience, et en assure la continuité tout en lui imposant le poids d’un passé que l’on doit assumer (Zagolin, 1981). Bien que ces romans mettent en dialogue des opinions différentes sur le sujet de la transmission de la mémoire, l’écriture de Marie-Claire Blais réalise elle-même une tâche mémorielle indéniable. Ces textes, en insistant sur la violence des événements du passé et en nommant certaines des victimes ou des personnages héroïques, les maintiennent vivants dans le souvenir, dans l’écriture. Il y a donc une volonté de transmission de cette mémoire qui se fait au niveau narrateur-lecteur à propos de laquelle Marie-Claire Blais souligne : « J’utilise des événements qui sont relatés dans les journaux et dans les photos que nous voyons, parce que je ne veux pas qu’on les oublie » (dans Ricouart, 2008, 28).

19Tzvetan Todorov distingue la « mémoire littérale » de la « mémoire exemplaire ». La mémoire littérale sacralise la mémoire sans l’interroger. La mémoire exemplaire, au contraire, établit des comparaisons, met en relation les événements afin d’observer les ressemblances et les différences qui les caractérisent. En ce sens la mémoire exemplaire est libératrice : « Loin de rester prisonniers du passé, nous l’aurons mis au service du présent, comme la mémoire – et l’oubli – doivent se mettre au service de la justice » (Todorov, 1995, 61). En associant les faits du passé avec ceux du présent et en tissant des liens constants dans ses romans, Blais insiste sur l’importance de cette mémoire exemplaire susceptible d’encourager une prise de conscience de la brutalité du monde.

Transmission et filiation

20L’héritage qui est laissé aux enfants est celui de la violence, de la mémoire du génocide. Si la mémoire exemplaire encourage une prise de conscience de l’atrocité des crimes, de nombreux personnages se limitent à perpétuer la violence des adultes qui les entourent.  Les romans de Marie-Claire Blais essayent de comprendre aussi bien les sensations des victimes que celles des criminels. Le bourreau, celui qui est capable de commettre des crimes atroces et d’assassiner son semblable, est dans ces textes une figure ambivalente, capable d’éprouver des sentiments de bonté et de sensibilité. D’une part, le bourreau est l’incarnation de la mort, notamment dans les camps de concentration décrits dans Le Sourd dans la ville, où « très souvent, la mort venait vers vous, aveugle et sourde, même sous l’aspect d’un bourreau aveugle et sourd » (Blais, 1996 [1979], 35). Le bourreau peut toutefois être « sensible, un homme comme tous les autres » (Blais, 1996 [1979], 34). Cette généralisation met en évidence la cruauté dont est ontologiquement capable la condition humaine. Les criminels sont souvent des hommes ordonnés pour qui l’assassinat ne constitue qu’« un devoir » (Blais, 1996 [1979], 58). Le génocide se transforme ainsi en un crime impersonnel, un devoir imposé et réalisé par des hommes apparemment respectables, « de bons pères de famille, de généreux amants, et pourtant à Mauthausen ils avaient élevé pour leur descendance un monument à la Cruauté » (Blais, 1996 [1979], 33).

21Ces romans examinent la relation entre filiation et violence. Judith souligne dans Le Sourd dans la ville les conséquences dramatiques que la culpabilité du père a sur ses enfants, qui sont marqués à jamais par la honte et le doute. Les enfants défendent les actions de la figure paternelle, car « cela, ce n’était pas leur père, mais une victime de son Devoir, une victime de l’Histoire, et ils ne comprenaient pas, non, ils ne comprenaient pas, on leur présentait des chiffres, des montagnes de cadavres et ils ne savaient de quoi on parlait » (Blais, 1996 [1979], 71).

22Aux yeux de la société, les héritiers de cette violence portent en eux la marque de l’infamie de leurs pères. À travers son ouvrage Les Étranges Années, Daniel examine dans Soifs la position difficile dans laquelle se trouvent ces figures héritières de la terreur qui sont désormais condamnées aux yeux de la société, puisque « nul n’avait pitié de ces âmes innocentes nées de la damnation » (Blais, 1996 [1995], 192). L’idée d’un jugement humain également divin apparaît dans Le Sourd dans la ville. Mike interprète sa maladie comme une punition, une expiation des crimes de son père :

[…] Mike perdait silencieusement son sang, goutte à goutte, pour le père disparu comme pour le fils héritier de ses instincts, car le sang avait été versé et il le serait encore, s’il neigeait, s’il pleuvait, Mike se disait que c’était le torrent, le déluge d’un sang silencieux, le sang des victimes qui rafraîchissait ainsi la terre, et que demain ou plus tard, au printemps, en été, la terre serait enfin propre […] (Blais, 1996 [1979], 116)

23L’image de la « buée de sang qui s’exhalait de la terre » (Blais, 1996 [1979], 34) est reprise par Judith pour mettre en relief non pas la justice qui nettoierait le monde, mais au contraire, la permanence des horreurs du passé. La terre et le sang symbolique qui la recouvre deviennent le reflet d’une violence qui ne peut pas et qui ne doit pas être oubliée.  

24Les trois textes s’interrogent sur la relation entre la violence et la filiation. Certains personnages, comme Florence dans Le Sourd dans la ville, ou Mère dans Soifs, pensent que le passage des générations enfante non pas la guerre, mais la survivance :   

Florence eût aimé dire à Judith Lange qui voyait partout les stigmates du passé, que le passage des générations apprenait à leurs morts la survivance […] ne fallait-il pas oublier même ces semences cancéreuses qu’Hiroshima avait laissées en vous, en votre mère, en votre descendance, la qualité la plus admirable de l’homme, pensait Florence, c’est cette survie contre toutes ces meurtrières atrocités nées de lui-même (Blais, 1996 [1979], 173-174)

25Mère considère que « de la mort renaissait la vie, Samuel était ce glorieux phénix renaissant de ses cendres » (Blais, 1996 [1995], 99). L’idée de la résurrection est particulièrement importante dans ce roman et dans toute la série de romans inaugurée par Soifs. Si le texte insiste sur la transmission de la mémoire à travers les générations, c’est l’âme elle-même qui semble se réincarner progressivement. Les personnages photographiés dans les camps d’Auschwitz « [expriment] dans un sourire harassé l’espoir, l’espérance de bientôt revivre […] ce sourire dans la blessure et le deuil, quand des cendres renaissait la vie » (Blais, 1996 [1995], 271). L’oncle Samuel, fusillé, devient symboliquement par la nomination l’enfant Samuel, qui mène une vie oisive dans un autre pays, comme si ces réincarnations et le passage du temps introduisaient une certaine justice.

26Si certains personnages pensent à la paix et à la résurrection qu’engendre le passage du temps, d’autres figures romanesques montrent jusqu’à quel point la jeunesse perpètre les crimes des adultes. La violence engendre la violence. Dans Le Sourd dans la ville, Luigi voudrait être un tueur, comme son père. Judith Lange insiste sur la lignée irréversible de violence qui s’établit à travers la filiation et le passage des générations, car « d’autres générations, nées de la Terreur, enfantaient la terreur et une liturgie de violence et de mort qui serait implacable » (Blais, 1996 [1979], 40). Soifs évoque les enfants-soldats d’Angola, du Cambodge, qui perpétuent, malgré leur jeune âge, la guerre des adultes :

[…] les enfants-soldats n’aimaient-ils pas la guerre, kidnappés sans rançon dans leur famille, dans leur village, ils perpétuent les atrocités de leurs aînés, dociles au commandement, on disait d’eux qu’ils apprenaient vite […] on leur disait, tue ton père, ta mère, découpe-le comme tu le ferais avec ton couteau d’un oignon, et ils obéissaient […] (Blais, 1996 [1995], 206-207)

27Visions d’Anna présente aussi l’exaltation et le sadisme dans lesquels ont été commis, notamment par des jeunes, certains crimes contre l’humanité. Les jeunes « tuaient, tuaient, sans remords […] exaltés, oui, pas seulement par la frénésie que leur procuraient le LSD ou d’autres drogues, mais par ce brouillard de sang qui montait de la terre dévastée » (Blais, 1990 [1982], 88). 

28Ces romans insistent sur l’idée d’une violence héritée qui se serait généralisée et qui deviendrait souvent sadique, gratuite. L’idée du « devoir » du bourreau, qui était suggérée non sans ironie dans Le Sourd dans la ville, disparaît dans les générations plus jeunes. Comme les enfants-soldats de Soifs qui arrivent à aimer la guerre, les jeunes assassins du Sourd dans la ville et de Visions d’Anna se complaisent dans la violence, ressentent le « goût du meurtre » (Blais, 1996 [1979], 79).

29Dans Visions d’Anna, c’est grâce à un couteau trouvé, qui avait appartenu à un soldat, que le personnage du troubadour « vêtu de son complet avec cravate comme s’il fût un homme d’affaires » viole, mutile et assassine les jeunes filles en ressentant « un plaisir sadique » (Blais, 1990 [1982], 122). La transmission de la violence ne se fait pas seulement sur le plan mémoriel ou filial, mais aussi sur le plan matériel, et elle débouche sur un non-sens commun, sur une cruauté sans bornes, arbitraire et omniprésente. Les générations adultes qui avaient engendré la violence deviennent alors elles-mêmes les victimes de la génération suivante : des vieillards, dans Soifs, sont ainsi abandonnés dans un navire par le « jeune équipage cynique, cruel » (Blais, 1996 [1995], 241). De la même manière, dans Visions d’Anna, des jeunes filles menacent leurs mères avec des couteaux, défoncent à coups de hache les murs qui les emprisonnent : la jeunesse devient un « peuple massacreur » (Blais, 1990 [1982], 162). D’ailleurs, dans le roman suivant de Marie-Claire Blais, Pierre, les protagonistes seront caractérisés par une soif de destruction : Pierre ne songera qu’à la bombe atomique et à la destruction du monde, fasciné par les images violentes qu’il perçoit dans les médias.   

30Il s’agit d’une violence qui n’a plus de frontières, de barrières. Selon Anna, le destin des jeunes n’est autre que celui de devenir les témoins involontaires de la barbarie :

[Anna] n’avait pas même la liberté de choisir, comme sa mère l’avait fait avant elle, aucun choix, peut-être, pensait-elle, sinon de devenir demain l’involontaire témoin du génocide de sa génération, y avait-il une injustice plus grande que celle de comprendre qu’on vous avait donné la vie tout en vous en privant, et que cette tâche de sauver des vies, qui exigeait tant de soins et de délicatesses était confiée à des brutes séniles qui tenaient en leurs pouvoirs vos destinées encore vierges […] (Blais, 1990 [1982], 37)

31Pour Anna, Tommy et Manon sont les « produits eux aussi d’une civilisation violente » (Blais, 1990 [1982], 97). Cette jeunesse délinquante est à la fois l’incarnation d’une opposition aux valeurs sociales et le reflet du monde barbare qui les entoure. En se révoltant contre le système, ils ne font que devenir l’image même de ce monde contre lequel ils luttent et dont ils reproduisent la violence. Si les grandes institutions cherchent à dominer le monde par en haut, ces jeunes cherchent à « conquérir le monde et ses splendeurs, par en bas, avides et consciencieux, dans la destruction de cette charpente » (Blais, 1990 [1982], 95).

32Les enfants sont les victimes du siècle et même les adultes sont marqués par les calamités du passé et du présent. Daniel tombe dans la drogue pour oublier le passé de son père, victime des camps de concentration. Philippe, dans Visions d’Anna, devient toxicomane pour effacer la mort de sa famille pendant la Seconde Guerre mondiale. En pensant au futur de son fils, la mère de Stéphane dans Le Sourd dans la ville se demande : « le monde deviendrait-il meilleur, ou ne préférerait-il pas noyer ses déceptions de nous dans l’alcool et les drogues? » (Blais, 1996 [1979], 108). C’est d’ailleurs cette deuxième attitude qui est adoptée par Anna et ses amis. Face à l’omniprésence de la violence, la notion d’avenir est chargée d’un pessimisme flagrant. Aux images du passé et du présent, les textes juxtaposent des scènes qui se veulent prophétiques et qui annoncent l’anéantissement du monde.

L’anéantissement du monde et de l’espoir

33La permanence de la violence, les crimes nucléaires, la pollution semblent conduire l’humanité à sa fin. Dans Le Sourd dans la ville, Judith Lange demande à ses étudiants « s’ils étaient conscients d’être peut-être cette dernière vague humaine qui passait sur la terre » (Blais, 1996 [1979], 40). Florence est hantée par la mort tout comme Judith est incapable d’oublier les crimes contre l’humanité : « Florence ou Judith, qui était donc, à bien y penser, l’enfant de l’apocalypse, l’une et l’autre peut-être » (Blais, 1996 [1979], 58). Hiroshima et la menace nucléaire traversent les pensées de nombreux personnages. Berthe pense que « sous le couchant nucléaire toutes les vies seraient expulsées de la terre en quelques instants » (Blais, 1996 [1979], 98).

34Dans ces trois romans, la mémoire du passé et le futur se confondent. Les images du passé sont réutilisées au sein d’un discours apocalyptique. Les images de la « fumée noire » (Blais, 1996 [1979], 154), de la « fumée du sacrifice » (Blais, 1996 [1979], 59), qui évoquent dans Le Sourd dans la ville les horreurs des fours crématoires et des génocides, sont reprises afin de mettre en relief cet anéantissement futur du monde. La fumée, tout comme la « vapeur sanglante » (Blais, 1996 [1979], 39) qui émane encore de la violence passée, restent perceptibles à l’époque contemporaine. L’image du sang met en relief les horreurs des crimes qui se perpétuent. Les meurtres de Mauthausen étaient commis dans un « brouillard de sang et de plaintes » (Blais, 1996 [1979], 34). Lorsque l’on parcourt les sites du crime, ce sang est encore palpable dans l’air :

[…] lorsque les trains passaient tout près de Mathausen et de tous les autres lieux de supplice, une buée de sang s’exhalait de la terre […] le voyageur apercevait soudain cette vapeur sanglante qui montait de la terre, et l’angoisse des victimes était encore si forte qu’elle secouait le train sur les rails […] et partout ailleurs où un fleuve de sang avait été versé, quarante ans après on les entendait encore […] (Blais, 1996 [1979], 34-35)

35Les lieux mémoriels deviennent ainsi des espaces fantasmagoriques, qui conservent l’empreinte des cris et de la souffrance des victimes d’autrefois. Dans Visions d’Anna, le sang qui se répand est celui des victimes, mais aussi celui des vivants : Anna « était hantée par une seule obsession, le sang, ce sang de sa vie, de leurs vies, qui s’en allait, sans retour, goutte à goutte, et dont à leur insu, on les privait » (Blais, 1990 [1982], 77). Dans ce roman, les images de sang et de fumée évoquent les crimes du passé, mais surtout les horreurs du présent et du futur. En observant le dessin d’un nuage noir que fait sa fille, Peter imagine « le feu, les cendres, la dispersion des corps mutilés », les conséquences de ce « mince nuage noir qui avançait paisiblement vers la terre […] et qui, en quelques instants, tuait toute vie » (Blais, 1990 [1982], 194-195). Cette boule de gaz dans le ciel, qui était au début un simple dessin et un élément qui n’existait que dans la pensée des personnages, se matérialise dans le ciel qu’observe Liliane et qui « annonçait l’orage » (Blais, 1990 [1982], 195).

36Les pensées de Michelle reprennent cette vision catastrophiste du futur : « comme hier, elle disait à sa sœur, ‘il ne faut pas aller au collège, aujourd’hui, la terre pourrait exploser’, le volcan atomique était là, habitant toutes ses pensées, c’est ainsi qu’elle avait grandi, dans la terreur » (Blais, 1990 [1982], 130). Nous retrouvons ces images apocalyptiques dans Soifs, à travers le personnage d’Augustino :

[…], mais qu’avait donc raconté Augustino, ce matin-là, papa, maman, ne reviendraient plus, ce feu dans le ciel, cette odeur de poussière calcinée que l’on respirait dans les rues […] un homme à la télévision avait dit qu’à l’avenir il était inutile de se brosser les dents avant de partir pour la maternelle ou l’école […] en cet obscur matin de janvier, son fils Augustino qui avait quatre ans lui avait demandé si c’était aujourd’hui qu’ils allaient tous mourir. (Blais, 1996 [1995], 64-65)

37Dans ce roman, les images du nuage noir, de la fumée, sont aussi mises en relief à travers le tableau de Mélanie, dans lequel des femmes sautent dans un ravin avec leurs enfants devant une ville en flammes. L’homme est le responsable de cette fin du monde qui approche. Comme le souligne Alexandre dans Visions d’Anna, « chacun sentait venir vers lui la vague d’un suicide collectif qui allait le submerger » (Blais, 1990 [1982], 17). Cette agonie universelle a des causes sociales, politiques, mais aussi environnementales. Il n’est pas indifférent que ces trois romans insistent autant sur les images de nuages noirs, de boules de gaz, de fumées qui se répandent dans le ciel. Le souci écologique est très présent.

38Dans Soifs, les événements d’Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, les incendies des villages lors des différentes guerres, et ceux des églises et des maisons par les membres du Ku Klux Klan sont repris dans les textes pour souligner la perpétuation de la violence :

[…] Carlos entendit à ses tempes la sirène stridente des patrouilleurs, Vénus qui chantait à l’Église baptiste, Mama, avaient-elles entendu les pas des Blancs Cavaliers qui marchaient dans la ville, lançant leurs flambeaux dans les charpentes branlantes des maisons, des écoles, des collèges, ils embrasaient ces cabanes plates comme des cases de la rue Bahama, de la rue Esmeralda, longtemps après, un chien maigre errerait autour des pelouses rasées par le feu, tous, ils seraient tous massacrés […] (Blais, 1996 [1995], 82)

39Cet extrait montre bien comment les concepts hérités du passé sont projetés dans les visions prophétiques des personnages. Les Cavaliers de l’Apocalypse se voient identifiés au Ku Kux Klan, ce qui est mis en relief par l’adjectif « blanc » qui est antéposé au nom de ces figures bibliques (d’ailleurs, certaines sociétés secrètes qui encourageaient la violence, proches du Ku Klux Klan optaient pour le terme cavalier dans leur nomination : Knights of the White Camellia, the Knights of the Golden Circle, Knights of Mary Phagan). Les Cavaliers bibliques sont traditionnellement associés à la Peste, à la Guerre, à la Famine et à la Mort. Les textes blaisiens font référence à ces différents fléaux qui caractérisent certaines parties du monde. Ces calamités rapprochent la condition humaine de l’apocalypse représentée par ces figures bibliques.

40Par ailleurs, dans la Bible, ces Cavaliers sont associés à des couleurs : le premier est blanc, le deuxième est rouge feu, le troisième est noir et le quatrième, qui est vert et qui est le seul nommé, est la Mort. Nous avons déjà observé l’importance qu’acquièrent les images du sang, du feu, la couleur noire du nuage et de la fumée. La couleur verte est également récurrente et l’image des « squelettes aux vertes réverbérations de la lumière sur la peau » (Blais, 1996 [1995], 225) devient très significative. Jean-Mathieu se demande : « qui sait si ne sortirait pas soudain des églises, de leurs panneaux de verre, une délégation de saints et d’apôtres vêtus de vert » (Blais, 1996 [1995], 173). Ces images (con)fondent la fête et la mort, les déguisements phosphorescents et les figures spectrales.  

41Si l’image du feu unit le passé et les fléaux du présent et du futur, l’image de l’ombre est celle qui révèle le plus, dans Soifs, la présence d’une menace qui pèse sur l’humanité. L’Ombre est caractérisée par sa « clameur », sa « voix sinistre » (Blais, 1996 [1995], 111), sa « main de fer » (Blais, 1996 [1995], 129). Il s’agit d’un « spectre coiffé d’une cagoule » (Blais, 1996 [1995], 127). Cette figure, perçue par de nombreux personnages, prend différentes incarnations : « c’était ce souvenir du passé de Mama, ce sang qu’elle voyait partout »; « cette Ombre, n’était-elle pas celle du Shérif, les ombres redoutables de ses amis […] fantômes à cagoule qui hantaient jadis les marécages des bois, décimant le Noir » (Blais, 1996 [1995], 128); ou bien ce serait l’ombre du frère de Marie-Sylvie de la Toussaint, devenu à son tour un meurtrier.Cette image englobe les souvenirs, les peurs, les menaces qui ont marqué ou qui marquent encore les différents personnages. La cagoule rend l’Ombre anonyme : si elle la rapproche du Ku Klux Klan, elle permet également de l’identifier à une violence universelle, innommable.

42L’image de l’ombre est utilisée dans Le Sourd dans la ville pour désigner la mort qui poursuit Mike. Elle apparaît dans Soifs avec une intensité qui révèle la menace imminente qui pèse sur les personnages et qui justifie leurs angoisses. Les figures romanesques imaginent que cette ombre qui « frôl[e] la clôture » envahit tout le territoire : « ces ombres grimpaient aux murs de la maison, vers la chambre où dormait Vincent » (Blais, 1996 [1995], 191); « l’Ombre s’étendait partout sous le ciel cuisant » (Blais, 1996 [1995], 128). C’est l’ombre du passé qui revient, l’ombre du futur qui s’annonce. La filiation est ici encore une fois essentielle et perpétue cette figure spectrale :

[…] les fils de l’Ombre, abondamment alimentés du carnage des bestiaux, ces fils dont les corps semblaient avoir une consistance gélatineuse, ces enfants massifs de l’Ombre, cette peuplade si rudimentaire qu’elle n’était plus humaine, eux tous s’attaqueraient grossièrement à la beauté, à la grâce de Samuel, Augustino, Vincent, tuer les enfants de Mélanie serait leur revanche sur ce monde défavorisé dans lequel ils étaient nés […] (Blais, 1996 [1995], 212-213)

43Ces fils de la haine sont notamment ceux qui ont été victimes de la violence, de l’injustice et que la cruauté du monde a transformés à leur tour en des meurtriers. Dans Soifs, Augustino se tient dans une position fragile, près de l’Ombre, avec sa cape de surhomme. À travers la voix de cet enfant, qui témoigne d’une lucidité profonde, Marie-Claire Blais soulignera dans les différents volumes, et notamment dans Augustino ou le cœur de la destruction, les dangers d’une perte généralisée des valeurs humaines. Sans solidarité ni compassion, le destin d’une humanité submergée dans l’horreur serait critique :

[…] nous pourrions bien nous lever, un jour, et ne plus rien reconnaître autour de nous […] découvrir que nous n’avons rien, et dire à ceux qui sont autour de nous, pouvez-vous nous ouvrir votre porte, alors si personne n’ouvre sa porte, craignant que nous leur volions le peu de villes qui leur restent, le peu de maisons, le peu de pain et de feu, oui alors, que nous arrivera-t-il […] (Blais, 2006 [2005], 299)

44Malgré cette vision apocalyptique du monde, les romans blaisiens laissent aussi entrevoir un certain espoir et d’ailleurs, l’auteure manifeste dans une entrevue son optimisme quant à l’avenir :

[il s’agit pour elle d’] un monde où malgré tout l’on devient plus humain, où les lois défendent peu à peu les plus fragiles et ceux qui vivent à l’écart d’une société trop solidifiée sur des principes injustes. (dans Ricouart, 2008, 32)

45Il est intéressant de constater que l’action de Soifs commence après Noël, et se conclut avec les festivités qui célèbrent le Nouvel An, un Nouvel An qui, comme le bébé Vincent, qui naît, est porteur d’espoir, mais aussi d’inquiétudes. Les images de naissance et d’apocalypse s’entrecroisent, se complémentent tout en mettant en question l’idée d’un futur possible. Si le mal est omniprésent dans Soifs, les figures qui luttent pour la justice et la paix sont aussi nombreuses. Le texte insiste sur les responsabilités de la condition humaine, sur l’importance de son action qui seule peut sauver le monde de sa fin. Dans Le Sourd dans la ville, l’attitude solidaire de Gloria, de Judith, de Gabrielle Dubois témoigne d’une bonté qui existe encore dans cet univers rongé par la mort et le crime. Gloria représente dans le texte l’amour maternel, mais aussi l’amour humain, solidaire. Malgré sa pauvreté, elle accueille chez elle les plus démunis, les « voyageurs », les criminels, et tous ceux qui sont, comme Florence, marqués par le désespoir.

46Dans Visions d’Anna, Liliane participe à un groupe écologique avec ses amies, car « si elles ne pensaient pas à sauver la planète, qui le ferait à leur place » (Blais, 1990 [1982], 126). En s’inspirant de l’attitude active de certaines femmes du passé, Liliane veut sauver la Terre, aider sa sœur, « affronter les meurtriers de notre temps » (Blais, 1990 [1982], 200). Michelle cache parfois des vagabonds dans sa chambre. Philippe veut dessiner les plans d’une cité future, construire un monde meilleur pour ces errants, car « il pressentait qu’un jour ils auraient besoin d’abri, de chaleur » (Blais, 1990 [1982], 113). Alexandre « défen[d] toujours les faibles » (Blais, 1990 [1982], 157). Guislaine veut partir au Brésil comme médecin bénévole. Dans Soifs, ainsi que dans les autres volumes de la série, la mobilisation humanitaire de nombreux personnages témoigne aussi de la volonté de ces derniers de revendiquer de nouvelles valeurs sociales : Mélanie est une activiste politique engagée qui dénonce la situation des femmes et l’esclavage; Renata défend la condition féminine à travers son métier d’avocate et elle s’oppose à la peine de mort; Jenny veut partir au Tiers Monde pour participer à des missions humanitaires.

47Si les romans blaisiens présentent la violence et la mort qui caractérisent l’humanité, ils insistent aussi sur la joie de vivre et notamment sur les plaisirs dont jouit l’être humain. Les textes célèbrent l’instant vécu dans sa plénitude. Mike dans le Sourd dans la ville ou Anna dans Visions d’Anna, sont capables de savourer les bienfaits du printemps, assis contre un arbre dans le parc. Soifs revendique tout un monde de sensations. L’endroit paradisiaque où se situe l’action exalte les sens, et il met en relief la beauté de la vie. Nathalie Roy a bien souligné la polarisation de l’espace qui apparaît dans Soifs et jusqu’à quel point l’île se transforme tour à tour en paradis et en enfer (2008, 91). L’île est caractérisée par la végétation luxuriante, par des espaces oisifs comme le casino, par les fêtes privées ou populaires. Les chansons de Samuel et de Vénus évoquent la joie de vivre : Easy, Easy Living et Que ma joie demeure. La musique, et l’art en général, sont souvent porteurs de lumière et d’espoir. Pour Madame Langenais, dans Le Sourd dans la ville, la cantate de Bach incarne le bonheur de vivre, l’espérance. Cette musique qu’elle écoute chaque jour représente la vie, alors que la Messe de Mozart évoque pour Florence la mort. Florence associe la fin de sa vie à celle de Mozart, à la sensation de délivrance qu’il a sans doute connue. Pour Jacques, dans Soifs, la « céleste musique » (Blais, 1996 [1995], 70) de Mozart ou de Beethoven appartient au domaine du sacré, et il l’écoute « pieusement » (Blais, 1996 [1995], 236).

48L’œuvre d’art est aussi prophétique et elle dénonce les injustices et les calamités du monde. Elle annonce la catastrophe, la guerre, les fléaux : « l’écriture était prophétique, et ses prophéties, même les plus sombres, nous avions tendance à les réaliser toutes » (Blais, 1996 [1979], 134) Les Trois jeunes filles sur le pont, de Munch, évoquent pour Florence l’aveuglement humain, car « cet avenir, ou ce présent, on préférait le voir venir de dos » (Blais, 1996 [1979], 134). Comme la mémoire exemplaire, l’art peut susciter une prise de conscience qui seule peut sauver l’être humain. C’est notamment à travers l’amour, la solidarité humaine et l’art que ces romans introduisent la lumière, l’espoir.

Conclusion 

49Dans Le Sourd dans la ville, Visions d’Anna et Soifs, Marie-Claire Blais présente des univers marqués par le crime et la violence. Si de nombreux personnages se déplacent à la recherche d’un futur meilleur, ils trouvent souvent dans leur nouveaux pays des formes similaires de violence et d’intolérance. La cruauté n’a pas de frontières et les figures romanesques croient reconnaître partout « l’ombre » des menaces qui les ont guettés autrefois, qui les guettent encore malgré leurs déplacements. Tiraillés entre la mémoire du passé et un présent de plus en plus violent, de nombreux personnages sombrent dans la déception, les drogues, l’alcool. D’autres essayent en vain d’oublier le passé et se réfugient dans les commodités d’une vie bourgeoise et indifférente.

50La mémoire et sa transmission deviennent les thèmes essentiels de ces textes qui confondent les espaces et les temporalités dans une volonté de dévoiler les « abus de la mémoire » (dans le sens que Tzvetan Todorov a donné à cette expression). La mémoire du passé et le discours apocalyptique se confondent, ce qui permet à l’auteur de mettre en relief la perpétuation de la violence. Les jeunes générations doivent faire face aux valeurs vides de la société tout en observant les fléaux internationaux, la faim, la misère et l’hypocrisie des gouvernements. La notion d’avenir est chargée d’un grand pessimisme et les scènes cataclysmiques reviennent dans les textes pour annoncer une fin du monde, marquée par les crimes sociaux et écologiques. L’action solidaire de certains personnages et notamment l’art apportent toutefois une lueur d’espoir à ces univers submergés dans le chaos.

Haut de page

Bibliographie

BLAIS, Marie-Claire, Le Sourd dans la ville [1979], Montréal, Boréal, 1996.

BLAIS, Marie-Claire, Visions d’Anna ou le vertige [1982], Montréal, Boréal, 1990.

BLAIS, Marie-Claire, Soifs [1995]. Paris, Éditions du Seuil, 1996.

BLAIS, Marie-Claire, Écrire. Des rencontres humaines, Québec, Éditions Trois-Pistoles, 2002.

BLAIS, Marie-Claire, Augustino et le chœur de la destruction [2005], Paris, Éditions du Seuil, 2006.

DURAND, Gilbert, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bordas, 1969.

GALLAYS, F., S. SIMARD et R. VIGNEAULT , dir., Le Roman contemporain au Québec (1960-1985), tome VIII, Montréal, Fides, 1992.

IRIGARAY, Luce, Le corps-à-corps avec la mère, Ottawa, Les éditions de la pleine lune, 1981.

MACCANNEL, Dean, The Tourist: a new theory of the leisure class, New York, Schocken Books, 1976.

NORA, Pierre, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

OUELLET, Pierre, L’Esprit Migrateur : Essai sur le non-sens commun, Montréal, VLB Éditeur, 2005.

RICOEUR, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Éditions du Seuil, 2000.

RICOUART, Janine, « Poète et politique : entretien avec Marie-Claire Blais », dans J. Ricouard et R. Dufault, Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2008, p. 26-34.

RICOUARD, Janine et Roseanna DUFAULT, Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Editions du remue-ménage, 2008.

ROY, Nathalie, « La caractérisation de l’espace dans Soifs : considérations sur les valeurs mythiques du décor romanesque », dans J. RICOUART et R. DUFAULT, Visions poétiques de Marie-Claire Blais, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2008, p. 90-107.

TODOROV, Tzvetan, Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 1995.

URRY, John, TheTourist Gaze: Leisure and travel in contemporary societies, Londres, Sage Publications, 1990.

ZAGOLIN, Bianca, 1992, « Marie-Claire Blais : la fureur sacrée de la parole », dans F. Gallays, S. Simard et R. Vigneault, dir., Le Roman contemporain au Québec (1960-1985), tome VIII, Montréal, Fides, 1992, p. 145-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Pich-Ponce, « La transmission de la mémoire dans les romans de Marie-Claire Blais », Conserveries mémorielles [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/1391

Haut de page

Auteur

Eva Pich-Ponce

est actuellement professeur à l’Université de Séville, en Espagne. Elle est docteur en philologie française de l’Université de Valencia (2010) avec la thèse « Espaces de l’identité et de la multiculturalité dans l’oeuvre romanesque de Marie-Claire Blais ». Eva Pich-Ponce a été lauréate de la bourse Jean Cléo Godin, décernée par le CRILCQ en 2007, et de la bourse d’excellence Gaston Miron décernée par l’AIEQ en 2008. Actuellement, ses recherches se concentrent sur la littérature québécoise contemporaine, et particulièrement sur les oeuvres de Marie-Claire Blais, Madeleine Monette, Carole Fréchette et Evelyne de la Chenelière.

Eva Pich-Ponce works as a Professor at the University of Séville, in Spain. She became Doctor in French Philology (University of Valencia, 2010) with her thesis "Espaces de l’identité et de la multiculturalité dans l’oeuvre romanesque de Marie-Claire Blais". In 2007, she was awarded the Bourse Jean Cléo Godin by the CRILCQ. The following year she received the Bourse d’Excellence Gaston Miron from the AIEQ. Her current research is focused on Quebec literature, and particularly on the works of Marie-Claire Blais, Madeleine Monette, Carole Fréchette and Evelyne de la Chenelière.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org