Navigation – Plan du site
Immigration et "vivre-ensemble" : politiques et discours

Conquête d’un milieu, adaptation à une multitude de réalités : l’exemple de la conquête romaine des espaces oasiens égyptiens

Conquering a marginal region, an adaptation to a multitude of realities: the roman conquest of the oases of Egupt
Evelyne Ferron

Résumés

Dans le désert occidental d'Égypte se trouvent cinq oasis habitables, isolées de la Vallée du Nil par des kilomètres de désert aride. Les fouilles archéologiques y ont commencé tardivement, mais permettent aujourd'hui aux historiens de l'époque romaine de s'y intéresser en raison de la quantité d'artefacts et de documents disponibles pour cette période. Intégrées à l'Égypte dès l'époque pharaonique, puis intégrée à l'Empire romain à la fin du Ier siècle av. J.-C., elles connurent un développement agricole et économique important au cours de l'époque romaine. Le but de cet article est d'étudier la migration de représentants du pouvoir romain vers ces milieux, en regardant plus particulièrement les stratégies d'adaptation des Romains aux diverses particularités oasiennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Bien que le but de cet article ne soit pas d'aborder l'historiographie relative à l'ensemble de la (...)

1L’histoire de l’Empire romain, qu’elle soit globale ou régionale, est sans conteste liée à la migratio, au passage d’un lieu à un autre, où les rencontres culturelles furent inévitables et au cœur du développement de nombreux territoires de cet empire méditerranéen. La conquête de nouvelles régions au cours de l’époque républicaine (Ve-Ier siècle av. J.-C.) et leur administration au cours de l’époque impériale (Ier-IVe siècle ap. J.-C.) fut synonyme du déplacement de représentants du pouvoir romain vers les régions intégrées à l’Empire, soit par conséquent d’une importation de nouvelles pratiques politiques, administratives, économiques et, dans certains cas, de changements sociaux. Dans cette optique, l’historiographie relative à l’histoire romaine s’est longtemps concentrée sur le conquérant romain, sur son rôle de transformateur des lieux qu’il intégra à l’Empire en construction et sur les conséquences d’une telle intégration (Le Roux, 2004, 287-289 ; Inglebert, 2005, 421-449 ; Moatti, 2006, 109-110). Cette approche, trop souvent basée sur une relation dominant-dominé, a maintes fois occulté la complexité de la dynamique d’intégration de nouvelles provinces à l’Empire romain, notamment en regard de l’installation de Romains sur ces nouveaux territoires et des réalités auxquelles ils furent confrontés1.

  • 2  Le concept de romanisation est beaucoup plus employé que celui d’acculturation par les spécialiste (...)

2En effet, la mise en place d’une administration romaine dans certaines régions du monde méditerranéen n’a pu être aussi simple et directe qu’il y paraît. Notamment lorsque les secteurs conquis étaient diamétralement différents de l’Italie d’un point de vue environnemental et climatique. Dans de tels cas, les Romains eurent à s’adapter, dans un premier temps, à la réalité régionale de l’espace à administrer et souvent à développer. Si on utilise fréquemment les concepts de romanisation et de romanité2 dans le cadre de tels développements régionaux (David, 1997 ; Veyne, 2002 ; Macmullen, 2003 ; Le Roux, 2004, 287-289 ; Inglebert, 2005, 421-449 ;  Moatti, 2006, 116 ; Madeline, 2007, 222-223), ces derniers conduisent souvent à une interprétation trop rigide des conséquences de l’intégration d’un nouveau territoire dans l’Empire et surtout de la migration de représentants du pouvoir romain afin de l’administrer selon les règles impériales. Ces concepts empêchent souvent l’étude des interactions entre les cultures. Voilà pourquoi nous préférons partir plutôt du concept d’adaptation, lié aux actions conquérantes et migratoires. Nous proposons de ce fait de regarder ce processus par l’intermédiaire d’un exemple concret, soit la conquête des oasis du désert de l’Ouest égyptien, conquête intimement liée à l’intégration de l’Égypte à l’Empire romain à la fin du Ier siècle av. J.-C.

Figure 1 : Position des oasis d’Égypte

Figure 1 : Position des oasis d’Égypte

Basée sur la carte du NKOS, http://www1.aucegypt.edu/​academic/​northkhargaoasissurvey/​home.htm 

3À l’aide de la documentation existante sur les oasis de Khargeh et Dakhleh aussi reconnues comme la Grande Oasis à l’époque impériale, nous désirons nous pencher sur la dynamique d’adaptation du pouvoir romain aux espaces oasiens — de même qu’à leur population —  lorsque ce dernier tenta de développer leur potentiel agricole en cherchant à augmenter les espaces cultivables à l’aide de techniques hydrauliques qui permettaient l’utilisation des nappes d’eau souterraines. De cette façon, nous voulons nous dégager du piège d’une histoire linéaire du conquérant et du conquis en abordant la thématique de la migration et étudier le déplacement de l’administration romaine en Égypte et dans les oasis dans une optique plus interactive. Cela nous permettra de nous intéresser à tous les aspects de la conquête et de la migration (conquête d’un milieu naturel, apprivoisement d’espaces marginaux, adaptation à de nouvelles contraintes environnementales, adaptation du système fiscal aux réalités oasiennes, communication avec d’autres cultures, etc.), de façon à comprendre du même souffle comment le pouvoir romain s’est défini dans le développement d’espaces reconnus comme marginaux et isolés dans l’Empire. Nous chercherons également à savoir comment il les a perçus, les Romains se sentant souvent porteurs de l’humanitas, soit de civilisation, de culture et donc d’une certaine forme de civilité (Veyne, c2002, 437 ; Le Roux, 2004, 290-295).

  • 3  Depuis la fin des années 1970, ces deux oasis ont été le théâtre de fouilles archéologiques remarq (...)
  • 4  Comme le rappelle entre autres Hunter (2005, 274-276), les migrations sont incontestablement liées (...)

4Dans cette optique nous amenant à considérer le migrant non pas comme une personne, mais plutôt comme une domination politique, nous mettrons en lumière, dans un premier temps, le contexte d’intégration de l’Égypte et des oasis à l’Empire romain, de façon à illustrer la vision romaine de ces milieux dès la conquête de l’Égypte et à comprendre les premières actions de développement à la suite de cette annexion. Cette mise en contexte nous permettra ensuite de nous pencher sur la conquête romaine des oasis de Khargeh et Dakhleh3. De ce fait, nous nous intéresserons à la migration de représentants romains dans ces régions isolées, migration qui visait à développer un système hydraulique permettant une augmentation des espaces cultivables et forçant une adaptation romaine à un milieu désertique, tant des points de vue environnemental, technique que fiscal.4 Cette première partie nous aidera à comprendre ce que pouvait représenter la conquête d’espaces marginaux par le pouvoir romain. Une telle approche nous conduira de plus à considérer les oasis comme des espaces géopolitiques et administratifs, des espaces que les Romains installés en Égypte eurent à apprendre à gérer notamment d’un point de vue fiscal. Finalement, nous nous aborderons brièvement, en guise d’ouverture, les enjeux culturels et identitaires de l’installation d’une administration romaine dans ces deux oasis en ne perdant jamais de vue que les migrations sont étroitement liées à une interaction culturelle.

  • 5  Le lecteur doit prendre en considération qu’en raison de la nature globalisante de la problématiqu (...)

5Bien que les sources en histoire ancienne, et plus encore pour l'histoire des oasis égyptiennes, soient réputées pour être fragmentaires et que le sujet même de la migration de Romains en Égypte ne soit pas le plus documenté par les textes littéraires ou la papyrologie, nous pourrons néanmoins répondre à nos questionnements grâce à un corpus de base varié, comprenant à la fois des textes grecs et latins rédigés par des Romains et des sources papyrologiques et archéologiques qui nous aideront à interpréter les actions romaines dans les oasis5.

La conquête romaine de l’Égypte à l’aube du Principat et la découverte de nouveaux espaces agricoles

6Lors de chaque conquête de territoire pour l'Empire, des Romains ont migré vers ces nouvelles régions, soit pour participer à leur gestion et leur administration, soit pour bénéficier de nouvelles terres agricoles - à titre d'exemple, pour les vétérans de l'armée - ou afin d'y construire une résidence secondaire pour les mieux nantis. Dans bien des cas, les immigrants romains représentaient les vainqueurs à la suite d'une guerre, par qui venait un risque que l'on pourrait qualifier « d'impérialisme économique et culturel ». Leur acceptation en dehors des hautes sphères administratives fut probablement difficile auprès de la masse populaire (voir entre autres David, 1997, 153-196 ; Veyne, c2002, 460-461 ; Macmullen, 2003, 15-45). En raison du statut particulier octroyé par Octave à l'Égypte, et afin d'avoir un point de vue plus globalisant sur le phénomène de migration romaine dans ce pays, il est nécessaire de nous intéresser brièvement aux circonstances de l'intégration de cette province avant de nous attarder plus spécifiquement au cas des oasis d'Égypte.

  • 6  Cette reconnaissance romaine de la richesse de l’agriculture égyptienne sous les souverains ptolém (...)

7En septembre 31 av. J.-C., Octave défit la flotte navale de Marc-Antoine et de la reine d’Égypte, Cléopâtre VII, à Actium. Si cet événement n’a plus besoin de présentation, ses conséquences pour l’Égypte méritent quant à elles que l’on s’y intéresse rapidement. Par cette victoire décisive, Octave parvint à intégrer un territoire très convoité par les Romains depuis que ces derniers s’impliquaient de différentes façons dans les guerres hellénistiques, soit le royaume d’Égypte, réputé pour son climat favorisant l’abondance agricole6. Après Actium, l’Égypte devint donc une province romaine, qui allait être officiellement gérée par l’Empire romain dans la tradition administrative romaine. Or, à cette époque, la ville de Rome était très peuplée et les surplus alimentaires en cas de catastrophes naturelles, de guerres destructrices pour les récoltes ou simplement de mauvaises conditions climatiques, étaient somme toute insuffisants.

  • 7  Bien que notre réflexion soit reliée à toute la période romaine en Égypte, l’époque augustéenne se (...)
  • 8  « Aegyptum imperio populi Romani adieci […] » (Res. Gest., 27)

8Lorsqu’Octave conquit l’Égypte, il avait à sa portée des terres agricoles favorisées par un climat chaud et sec et enrichies par un compost aux fortes propriétés fertilisantes qu’était le limon apporté annuellement par les crues du Nil, dont les eaux, bienfaitrices, pouvaient être conservées dans des bassins pour l’irrigation des cultures au gré des besoins. Dans cette optique, la gestion et le développement de cette nouvelle province apparaissent comme ayant été une priorité pour celui qui allait devenir Auguste en 27 av. J.-C. et qui, dès le départ, décida de contrôler l’immigration de Romains en Égypte en la déclarant bien personnel de l’empereur, afin d’éviter entre autres un contrôle privé des riches terres égyptiennes (Lewis, 1983, 15-17; Capponi, 2005, 17-25)7. L’objectif fut aussi d’augmenter son aura de bienfaiteur pour le peuple romain : « Auguste, en ne donnant pas constitutionnellement l’Égypte à Rome, peut offrir les revenus de cette vallée fertile comme un don personnel au peuple romain; il est alors le généreux détenteur de l’annone, et vient au secours du trésor quand besoin est » (Bonneau, 1964, 151). Toujours en regard de cette stratégie visant à le faire accepter comme un dirigeant unique, il affirma qu’il avait ajouté l’Égypte à l’Empire du « peuple romain »8. Ainsi, pour parvenir à faire de l’Égypte une réserve alimentaire importante pour Rome et l’Empire, Octave-Auguste dut mettre en place une série de mesures lui permettant de remettre en état l’agriculture égyptienne, durement éprouvée au cours des conflits des dix dernières années, mais lui permettant aussi une maximisation des espaces cultivables en Égypte. De cette façon, il put obtenir les surplus désirés qui seraient envoyés à Rome sous forme d’impôt, ce que nous explique entre autres Suétone (Aug., XVIII, 2) dans une vision quelque peu belliqueuse de l’intégration de territoires à l’Empire :

Il réduisit l'Égypte en province romaine; et, afin de la rendre plus fertile et d'une plus grande ressource pour Rome, il fit curer par ses soldats tous les canaux faits pour recevoir les inondations du Nil, et qui, de temps immémorial, étaient engorgés de limon.

9C’est dans ce contexte que, dès l’annexion de l’Égypte à l’Empire romain, des efforts furent déployés afin de favoriser une augmentation des cultures dans les zones frontalières habitées de l’Égypte, les oasis du désert occidental, notamment parce que ces régions n’étaient pas dépendantes des crues annuelles du Nil, ce qui pouvait signifier une agriculture moins sujette aux humeurs du fleuve nourricier. Mais le développement de ces milieux nécessita une première adaptation à la réalité de ces nouveaux espaces conquis par Rome, une adaptation à l’environnement particulier des zones oasiennes.

Avant le développement agricole, la compréhension de l’environnement oasien

  • 9  C'est en fait la 3e légion d'Auguste, composée de 12 000 hommes, qui prit en charge ces travaux, e (...)

10À la suite de la conquête de l’Égypte, un lieu de migration perçu comme un lieu de possibilités agricoles et, par conséquent, économiques, Octave-Auguste limita dans un premier temps l’accès à cette nouvelle province à ceux qui allaient pouvoir l’aider à maintenir et à accroître la productivité des espaces cultivables : l’armée, des ingénieurs et des administrateurs. Ces Romains étaient importants pour le plan augustéen en regard de l’Égypte, car après des années de guerre, plusieurs systèmes d’irrigation et de réservation de l’eau limoneuse semblaient avoir été négligés par la dernière administration lagide, les canaux étant bouchés et certains systèmes n’étant tout simplement plus utilisés (Bonneau, 1964, 154-156). Comme le soulignait Suétone, il était urgent pour l’administration romaine de remédier au problème hydraulique avant toute chose. En plus d’utiliser l’armée pour le nettoyage et la remise en fonction des systèmes hydrauliques existant le long de la Vallée du Nil et même au Fayoum9, les Romains tentèrent rapidement de comprendre le cycle naturel des crues et les manières d’en tirer le maximum, comme les Égyptiens, les Perses et les Lagides avant eux. Les Romains devaient ici posséder une conscience accrue des risques plus négatifs associés aux crues annuelles. Pline l’Ancien (Hist. Nat., V, 9) mentionne à cet effet une importante sécheresse en 48 av. J.-C., alors que Sénèque (Quest. Nat., IV, ii, 16) affirme que le pays d’Égypte avait souffert de deux mauvaises crues de suite en 43 et 42 av. J.-C. sous le règne de Cléopâtre :

Le Nil, autrefois, roulait une onde salée comme celle de la mer, au rapport de Théophraste. Il est constant que deux années de suite, la dixième et la onzième du règne de Cléopâtre, le Nil ne déborda point, ce qui prophétisait, disait-on, la chute de deux puissances : Antoine et Cléopâtre virent, en effet, crouler la leur.

  • 10  Dès l'installation de Ptolémée Lagos en Égypte, des travaux hydrauliques furent entrepris afin d'a (...)

11Lorsque Rome conquit l’Égypte, les membres de l’administration romaine avaient ainsi une certaine connaissance des particularités climatiques et surtout hydrauliques du pays, du moins en ce qui concerne la Vallée du Nil. Outre les possibilités de sécheresses et par conséquent de crues trop peu abondantes, les Romains mandatés par Auguste pour stabiliser et maximiser l’agriculture égyptienne devaient de surcroît prendre en considération la possibilité opposée, soit la présence de crues trop élevées tout aussi nuisibles. Si le Nil assura à l’Égypte sa prospérité, il devint un risque à gérer pour la nouvelle administration romaine qui migra dans cette nouvelle province. Comme le pouvoir ptolémaïque l’avait fait avec la région du Fayoum, située en retrait de la Vallée du Nil et irriguée par l’eau limoneuse grâce à une branche du Nil qui s’y faufilait, le Bahr Yussuf, la première administration romaine, eut à trouver de nouvelles zones agricoles moins sujettes aux humeurs nilotiques (Bonneau, 1964 ; Préaux, 1978, 477-478 ; Baslez et al., 2004, 308-312)10. Les oasis de Khargeh et Dakhleh se révélèrent un choix intéressant, mais nécessitant des efforts de développement considérables en raison des particularités écosystémiques de ces milieux isolés, situés dans le désert hyperaride à l’ouest de la Vallée du Nil.

12La conquête des espaces oasiens et la migration qui s’ensuivit se firent donc en deux temps. Tout d’abord, il fallut comprendre les caractéristiques principales de la Vallée du Nil, cœur de l’agriculture, mais aussi de la vie sociale, politique et économique égyptienne. Ensuite, il fallut s’adapter aux particularismes des zones périphériques comme les oasis. Mais avant de nous intéresser de plus près aux actions romaines dans ces milieux singuliers, il nous faut les définir d’un point de vue écogéographique.

  • 11  Voir l'annexe A.
  • 12  Ces dépressions géologiques, qui leur valurent le nom de « ouhat » en langue égyptienne, soit litt (...)

13Le désert libyque, ou désert occidental d'Égypte, fait partie de l'immensité du Sahara et représente l'un de ses secteurs les plus arides avec moins de 50 mm de précipitations par année. Bien que représentant près des deux tiers du territoire égyptien, seulement cinq zones de ce désert inhospitalier sont habitables, soit les oasis de Khargeh, Dakhleh, Farafra, Bahariya et Siwa11. Elles peuvent permettre la présence humaine, en raison notamment de leurs riches réserves en eau souterraine, accessibles uniquement par ces oasis qui sont géologiquement des dépressions situées sous le niveau de la mer12. Une partie de cette eau était de surface et était de ce fait facilement utilisable par le biais des sources jaillissantes dans les oasis. Mais une grande partie de cette immense nappe phréatique était de nature artésienne, soit souterraine, et nécessitait une certaine technicité humaine pour pouvoir être utilisée. Mais même si les oasis bénéficiaient de la même eau, leurs caractéristiques géologiques et lithiques différaient, à telle enseigne qu’un accès différent à cette richesse hydraulique était nécessaire. Les oasis plus au sud (Khargeh, Dakhleh et Bahariya) ont effectivement une eau plus douce, alors que certaines sources de l'oasis de Siwa au nord de l'Égypte sont plutôt salines (Vivian, 2000, 13). De plus, les eaux souterraines des deux oasis qui nous intéressent particulièrement, dans le cadre de la présente étude, ne sont pas logées de la même façon sous la surface. Si, dans les deux cas, l'eau est capturée dans les grès poreux de Nubie, qui favorisent de ce fait la capture et la circulation de l'eau souterraine, l'eau dite de surface de Khargeh était plus facile d'accès à flanc de colline. Celle de Dakhleh devait être puisée plus en profondeur (Bousquet, 1996, 25-31; Bousquet et Reddé, 1992, 81-82; Wuttmann, 1998, 388-390).   Les oasis d'Égypte étaient donc considérées, depuis Hérodote au Ve siècle av. J.-C., comme des « iles perdues dans un océan de sable » (Hist., IV, 181-184 ; Strabon, Geo., XVII, 791). Elles étaient effectivement éloignées de la Vallée du Nil, donc difficiles d'accès. Elles ne tiraient pas profit des eaux limoneuses annuelles du Nil, puisque l'eau provenait de la nappe artésienne, formée en partie par l'assèchement de la mer du Sahara, assèchement amorcé il y a plus de 70 millions d'années (Bousquet, 1996, 46-50; Vivian, 2000, 62-63 ; Thurston, 2003, 10-16).

14Habitées depuis le Néolithique, les oasis de Khargeh et Dakhleh ont été par la suite développées par le pouvoir pharaonique dès l'Ancien Empire (2600 av. J.-C. à 2200 av. J.-C), puisque ces secteurs représentaient des postes frontaliers et des douanes commerciales importantes dans le réseau de routes caravanières qui se mettait en place dès cette époque (Wagner, 1987, 140-146 ; Valloggia, 2004, 35-40). Si les Égyptiens y ont importé des techniques d'irrigation et de réservation de l'eau, les habitants des oasis à l'époque pharaonique semblent avoir uniquement utilisé l'eau jaillissante des sources souterraines. Lorsque les Perses conquirent l'Égypte au VIe siècle av. J.-C., le pays vit immigrer des spécialistes de la gestion de l'eau en milieu désertique. Ces derniers s'intéressèrent aux oasis, notamment à celles de Khargeh et Dakhleh, où ils développèrent les systèmes des qanâts. En effet, les récentes découvertes archéologiques réalisées en Égypte tendent à illustrer une très rapide intégration de la satrapie égyptienne au commerce fort actif de l’Empire perse des VIe-IVe siècles av. J.-C., possiblement en raison de l’heureuse situation des frontières au cœur d’un réseau grandissant de routes caravanières africaines (Wuttmann et Marchand, 2005, 99-117). Cette intégration nécessita une agriculture de qualité et variée. Le climat chaud et sec des oasis, jumelé à la possibilité d’y contrôler les arrosages, ont selon toute probabilité incité les Perses à y développer des systèmes hydrauliques permettant d’avoir accès à l’eau non jaillissante, accès possible grâce à l’acheminement de l’eau à l’aide du système novateur du qanât. Ce système consistait en des tunnels creusés à même une colline afin d’atteindre les réserves aquifères qui s’y trouvaient. Ces tunnels étaient creusés de façon à être légèrement en pente par rapport à la colline, permettant ainsi de transporter l’eau vers des canalisations par la simple gravité (Bousquet, 1996, 166-174 ; Hodge,  2000, 19-23 ; Schacht, 2003, 413-422).

15Le manque de sources documentaires et surtout de données archéologiques nous empêche de nous prononcer pour le moment sur les stratégies d’adaptation ptolémaïque au milieu oasien. Mais les efforts déployés par cette longue domination politique au Fayoum peuvent nous laisser penser que les Ptolémées ont également contribué, dans une certaine mesure, au développement hydraulique et agricole des oasis de Khargeh et Dakhleh, qui n’atteignit son paroxysme qu’à l’époque romaine. En regard de ce que nous avons expliqué quant au projet augustéen pour l’Égypte, c’est sans surprise que, grâce à l’archéologie (voir les résumés de Jackson, 2002, 200-213 ; Thurston, 2003, 216-219 ), nous pouvons constater que l’armée et les premiers ingénieurs romains arrivèrent dans les oasis de Khargeh et Dakhleh dès la fin du Ier siècle av. J.-C., car, administrativement, elles étaient liées à l’Égypte depuis l’époque pharaonique, comme le mentionne entre autres Strabon (Geo., XVII, 5) : « […] et les Romains, à leur tour, héritiers des Ptolémées, conservèrent l’Égypte, devenue province romaine, en vertu d’un décret, les mêmes limites que ces princes lui avaient assignées ».

16En tant que voyageur et géographe qui eut la chance d’avoir pour amis les premiers préfets d’Égypte, Strabon fut un témoin important des premiers travaux de développement du pays et des zones périphériques comme les oasis. Fin observateur des politiques romaines dans les provinces, mais aussi et surtout des caractéristiques géographiques et environnementales de ces dernières, il nous permet de réaliser que l’administration romaine, lorsqu’elle s’installait sur un nouveau territoire, était généralement bien renseignée sur ses caractéristiques écogéographiques. Que savaient donc les Romains à propos des oasis et du désert occidental, eux qui venaient d’Italie, une contrée caractérisée par un climat de type méditerranéen et non désertique? Bien que nos sources littéraires gréco-latines soient limitées sur le sujet, nous pouvons déceler deux types de perceptions quant aux oasis et au désert occidental. D'une part, le désert aride effrayait en raison de son caractère inhabitable et de sa stérilité et, d'autre part, les oasis étaient considérées comme des lieux propices à une vie agréable en raison de leur climat chaud et de l'accès à l'eau fraîche non limoneuse. (Wagner, 1987,113-120; Aujac, 2002, 15-24).

17Du point de vue romain, la vie citadine était un idéal porteur de civilisation. Le désert et sa nature indomptable représentaient donc l'antithèse de la possibilité d'une vie agréable, à moins de connaître suffisamment le désert pour s'y adapter et surtout pour le maîtriser... Bien qu'il n'ait pas écrit sur les oasis égyptiennes, Columelle (De Agr., IV) explique bien cette volonté romaine de dominer les espaces agricoles afin d'en augmenter la productivité, un apprentissage qui ne cessait de se parfaire au fil des générations et qui peut expliquer la conquête du désert occidental et la migration d'ingénieurs romains dans ces lieux isolés. Ces ingénieurs possédaient le savoir leur permettant de s'adapter aux particularités oasiennes, mais aussi d'adapter ses particularités à leurs besoins lorsque possible :

Il y parviendra d'autant plus facilement, que nos pères nous ont transmis beaucoup de moyens de remédier à l'insalubrité de l'atmosphère, d'atténuer la violence des maladies pestilentielles, et d'autres à l'aide desquels l'habileté et l'activité du cultivateur peuvent vaincre la maigreur d'un sol improductif. Nous parviendrons à ce but, si nous avons confiance, comme à un oracle, à un poète éminemment véridique, qui dit : « Ayez soin de connaître d'avance les vents et les variations du ciel, les pratiques du pays, la disposition du terrain, et ce que la contrée peut rapporter et ce qu'elle refuse de produire ».

  • 13  Bien que différentes d'un point de vue géologique, selon la documentation administrative de l'Égyp (...)

18Strabon et Pline l'Ancien (Hist. Nat., XIII, 63-64)  nous montrent de leur côté que l'administration romaine qui migra en Égypte connaissait non seulement l'existence de ces oasis habitables, mais avait, dès le départ, réalisé l'importance de ses réserves en eau et, de ce fait, de ses possibilités agricoles. Strabon (Geo., XVII, 42) affirme en effet que lorsqu'il visita l'Égypte, soit quelques années après l'annexion de ce territoire à l'Empire romain, la Grande Oasis (soit Khargeh et Dakhleh réunies)13, située près d'Abydos mais à sept jours de marche dans le désert, était déjà un centre de population important, ce qui s'expliquait par l'abondance de ses eaux et la fertilité de son sol, qui se prêtait bien à la culture de la vigne. Conscients du climat désertique et des réserves en eau artésienne qui pouvaient permettre un arrosage contrôlé des cultures sans la crainte de bonnes ou mauvaises crues du Nil, les ingénieurs romains furent envoyés dans les oasis afin d'y augmenter la superficie cultivable en gagnant un combat contre le désert. Après les connaissances de base sur l'environnement oasien, le deuxième défi de la migration romaine dans ces milieux fut donc d'ordre technique. Les Romains eurent à adapter leurs systèmes hydrauliques performants aux nappes souterraines du désert libyque. Dans ce contexte très précis, le phénomène migratoire est donc associé à la transmission des savoirs techniques.

La conquête des espaces oasiens, un défi technologique?

19En effet, le passage de l'armée, des ingénieurs et des membres de l'administration romaine de l'Italie à l'Égypte, puis dans les oasis du désert occidental, ne put se faire sans une certaine adaptation des connaissances hydrauliques romaines aux particularismes de l'environnement oasien. Si les ingénieurs romains ont atteint, au cours de l'Antiquité, une maîtrise admirable de la gestion de l'eau, que ce soit dans son accessibilité, dans son transport ou même dans l’amélioration de sa qualité, comme en font foi les travaux de Frontin (De Aqua., IV, 94-99; Hodge, 2002, 8-17), ils eurent néanmoins à comprendre l'eau en milieu désertique afin d'être, par la suite, en mesure de la déplacer là où ils le désiraient. Lorsqu'ils arrivèrent dans les oasis de Khargeh et Dakhleh, ils purent, dans un premier temps, tirer profit des travaux qui avaient été réalisés avant eux par les dominations pharaonique, perse, et, selon toute vraisemblance, ptolémaïque.

  • 14  Dans les environs de l'oasis de Khargeh, l'eau souterraine s'écoule au rythme de 11 millions de ga (...)

20Comme nous l'avons mentionné précédemment, nous devons tenir compte du fait que le développement agraire des oasis avait commencé avant l'arrivée du pouvoir romain en Égypte. Si la migration d'une administration romaine et d'ingénieurs romains vers ces régions fut synonyme d'adaptation à la réalité environnementale oasienne, cette adaptation s'est sans conteste réalisée grâce à l'étude et à la compréhension des techniques utilisées par leurs prédécesseurs afin d'utiliser l'eau souterraine et d'assurer la productivité agricole dans les oasis. Les récentes fouilles archéologiques, mais aussi les études géologiques menées par les équipes de l'IFAO et du Dakhleh Oasis Project nous montrent, d'une part, que les caractéristiques géologiques de Khargeh et Dakhleh diffèrent et que les Romains ont su, d'autre part, adapter leurs systèmes hydrauliques à ces différences. En effet, si l'eau souterraine des deux oasis provient du réservoir d'eau fossile du désert occidental, qui s'étend sur près de 2 millions de km2, à Dakhleh l'eau était accessible par les sorties artésiennes, alors qu'à Khargeh, elle était logée plus en profondeur, mais souvent dans des monticules plus hauts que les plaines agricoles. L’eau pouvait ainsi être extraite par le biais de la gravité (Bousquet, 1996, 10-11 ; Wuttmann, 2005, 167-169)14.

21Le fait que les Romains aient favorisé le développement de ces deux oasis avant celles plus au nord est aussi un témoignage de leur capacité à étudier et comprendre la gestion de l'eau en milieu désertique : en raison des différences lithiques dans le désert occidental d'Égypte, la qualité de l'eau artésienne varie selon les oasis. Bien que nous ne possédions aucun document nous expliquant comment les ingénieurs hydrauliques romains ont compris ces particularités, nous pouvons voir aujourd'hui, en raison des vestiges de leurs systèmes d'irrigation et de réservation de l'eau oasienne, qu'ils ont modifié et adapté leurs canalisations et moyens de déplacer l'eau selon l'accessibilité de cette dernière. Ils privilégièrent de ce fait les puits artésiens dans l'oasis de Dakhleh de façon à atteindre directement, par pression, la nappe souterraine et ils réutilisèrent, allongèrent et modifièrent les systèmes de qanâts perses dans l'oasis de Khargeh, plus particulièrement dans les secteurs de Tell Douch et Ayn Manawir. Les puits artésiens permettaient d'avoir un accès direct aux sources sous pression. Cette eau était ensuite déviée vers des canaux qui atteignaient les parcellaires et les fermes ou des bassins de réservation, de façon à avoir une réserve d'eau d'irrigation pour faire l’arrosage selon les besoins des différentes cultures. Ce système a notamment permis aux Romains d'agrandir les espaces cultivables dans l'oasis de Dakhleh, où plus de 420 puits ont été mis au jour, et de gagner ainsi des terres arables sur le désert (Reddé et Bousquet, 1992, 73 ;  Vivian, 2000, 13-14). Les qanâts, quant à eux, sont des systèmes de galeries drainantes en pente qu’ils modifièrent en y annexant parfois des puits artésiens et des réservoirs. Ils permettaient l’accès à l’eau logée à flanc de collines et son transport par gravité vers des canalisations qui atteignaient les parcellaires et les champs ou, comme dans le cas de l’oasis de Dakhleh, des bassins de réservation de l’eau (Reddé et Bousquet, 1992, 73-76). Les récents travaux de l’IFAO dans le secteur d’Ayn Manawir dans l’oasis de Khargeh tendent à illustrer que les Romains ont cherché à s’adapter à une autre particularité de l’eau artésienne au gré de leurs développements agricoles dans les oasis, soit à la possibilité que certaines sources se tarissent. De fait, les récentes analyses effectuées sur les qanâts 3 et 4 de ce secteur ont mis au jour des modifications dans les tronçons de transport de l’eau, de façon notamment à leur faire suivre la nappe d’eau au gré de son assèchement (Voir Reddé et Bousquet, 1992, 81 ; Wuttmann,  1998, 412-422).

22Ce problème de tarissement est entre autres perceptible dans certains documents administratifs romains, comme le S.B. XIV 11938  3018, aussi surnommé « Wells of Hibis » depuis sa première analyse (et la plus exhaustive jusqu’à aujourd’hui) au tout début des années 1970 par P. J. Parsons. Ces neuf tablettes de bois inscrites à l’encre sont en fait un rapport d’évaluation du fonctionnement de 86 systèmes hydrauliques (hydreumata) d’un secteur de la ville d’Hibis dans l’oasis de Khargeh, rédigé de 246 à 249 de notre ère par l’amphodarque, soit le superviseur des systèmes hydrauliques pour l’administration romaine. Bien qu’incomplet, ce document nous prouve que certains systèmes de qanâts n’assuraient plus, à cette époque, l’irrigation de certaines parcelles de terre pour différentes raisons : soit l’eau ne s’écoulait plus et était devenue par conséquent stagnante dans les canaux (peut-être par manque d’entretien), soit des terres agricoles étaient déclarées non productives par manque d’eau, témoignant aussi d’une dysfonction des puits ou des qanâts. Au IIIe siècle de notre ère, époque de rédaction de ce rapport, plusieurs régions égyptiennes semblent avoir éprouvé des problèmes en lien avec l’approvisionnement en eau. C’est entre autres le cas dans le Fayoum, région périphérique de la Vallée du Nil, où plusieurs papyri retrouvés sont en fait des documents de plaintes d’habitants de divers villages de ce secteur, se plaignant spécifiquement d’un manque d’eau ou de taxation sur des terres non irriguées en raison de canalisations bouchées (voir ces exemples connus et révélateurs : P. Sakaon, 33, 35 et 44, de même que Rathbone, 1991, 407-408).

23Au cours du IIIe siècle de notre ère, ces problèmes sont dans un premier temps liés de près à la situation générale de l’Empire romain, qui affectait les zones les plus marginales de cet immense territoire administratif. Lorsque la haute administration impériale éprouvait des problèmes de frontières ou des problèmes économiques, comme au cours de la deuxième moitié du IIIe siècle, les administrations provinciales en étaient souvent affectées. Ce qui semble avoir été le cas en Égypte à cette époque. Comme nous l’avons vu précédemment, Auguste avait compris l’importance du bon entretien des systèmes hydrauliques en Égypte pour assurer une agriculture productive. Or, en raison des crises que Rome a dû gérer sur tout son territoire au cours du IIIe siècle, la surveillance de petites localités marginales, comme celle du Fayoum et de ses oasis, et par conséquent la logistique d’entretien des canalisations, pouvaient en souffrir. C’est effectivement ce que tendent à mettre en lumière les études réalisées sur le Fayoum depuis une dizaine d’années (voir Carrié et Rousselle, 1999, 67 ; Scheidel, 2001 ; Manning, 2003, 99-125 ; Ferron, 2005, 79-87 ; Davoli, 2007). Or, les oasis étaient des régions encore plus éloignées et encore plus sujettes aux aléas de la nature, comme en témoigne l’avancée des dunes sur les terres agricoles. Comme le soulignent M. Reddé et B. Bousquet (1992, 81), « […] ce milieu fragile était une conquête humaine marginale, à l’équilibre écologique toujours instable ». Malgré les connaissances des ingénieurs romains, l’environnement oasien représentait donc une menace constante pour l’équilibre agricole qu’ils avaient mis en place à partir de la fin du Ier siècle av. J.-C.  

24Mais le défi technologique de la conquête des oasis du désert occidental dans un objectif de maximisation des terres agricoles, afin de mieux pourvoir Rome entre autres en denrées alimentaires, ne s’est pas limité à la gestion de l’eau souterraine. Le désert hyperaride était de surcroît une menace constante pour les champs et les habitations des villes et villages des oasis. Les fouilles réalisées dans les oasis de Khargeh et Dakhleh, depuis la fin des années 1970, ne cessent de mettre en évidence les stratégies employées par les habitants des milieux oasiens égyptiens à toutes les époques de l’Antiquité pour contrer l’avancée des dunes, avancée inévitable en raison de la dynamique éolienne dans le désert occidental. À titre d’exemple, les Perses avaient fait construire des « becs » à angle à même l’un de leurs temples dans le secteur d’Ayn Manawir dans l’oasis de Khargeh en vue de permettre l’écoulement constant du sable (Wuttmann, 1998, 431). Ce problème d’ensablement semble avoir été plus important à partir du IIIe siècle de notre ère, puisque les fouilles réalisées dans l’oasis de Dakhleh, et plus particulièrement sur le site de l’ancienne Kellis, montrent que les habitants de l’époque romaine construisaient des murs à l’avant de leurs maisons pour éviter que ces dernières ne soient totalement ensablées. Cette stratégie ne semble pas avoir été efficace dans tous les cas, puisque plusieurs maisons ont dû être abandonnées à cette époque et furent préservées en partie jusqu’à aujourd’hui grâce à cet ensablement protecteur (Jackson, 2002, 204-212; Thurston, 2003, 300 ; Mathieu, 2003, 623).

25La conquête des espaces oasiens égyptiens par l’administration romaine a donc représenté un défi tant du point de vue de l’importance de la connaissance du milieu oasien que du point de vue de l’adaptation des techniques hydrauliques romaines à ce milieu. Malgré les problèmes présentés ci-dessus, la migration d’ingénieurs romains dans les oasis de Khargeh et Dakhleh, de même que de représentants de l’administration impériale, s’est somme toute révélée fort efficace. L’archéologie témoigne d’une véritable explosion des sites d’habitation, de même que d’un gain considérable d’espaces cultivables sur le désert entre le Ier et le IIIe siècle de notre ère dans les deux oasis (Jackson, 2002, 200-204; Thurston, 2003, 216-219 ; Mathieu, 2003, 623). Mais cette migration, ce déplacement d’une nouvelle administration avec une vision de développement agricole et économique pour les oasis a aussi complètement modifié les milieux oasiens d’un point de vue physique. En effet, ce « plan de développement romain » a plus précisément transformé le paysage oasien, désormais parsemé de nouveaux villages et de nouvelles villes, dont la survie était assurée par un imposant système d’irrigation qui sillonnait littéralement les sites d’habitation.

26Mais le défi du pouvoir romain en Égypte ne s’est pas limité aux questions environnementales et techniques. D’un point de vue administratif et fiscal, qui avait le droit d’utiliser l’eau provenant de ces systèmes? Comment s’assurer de revenus pour l’État sous forme d’impôts dans un milieu où le risque d’ensablement et d’assèchement des terres était plus élevé qu’ailleurs dans la province, comme en fait foi entre autres le SB XIV 11938? Et surtout, pouvons-nous comprendre comment l’administration romaine, dans son projet de développement, a perçu les populations qui habitaient déjà les oasis et comment ces dernières ont pu vivre les changements apportés par Rome?

Une conquête territoriale synonyme d’adaptation fiscale et de découverte culturelle

27La migration de représentants d’une nouvelle domination politique, comme celle de l’Empire romain, signifiait effectivement une adaptation des pratiques administratives, fiscales, commerciales, mais aussi culturelles à la réalité oasienne. En raison des particularismes géographiques et environnementaux des oasis, il était difficile pour Rome d’appliquer sans aucune modification son système de gestion de territoires. Les sources littéraires et les papyri montrent que le plus grand changement pour l’Égypte après son intégration à l’Empire fut du point de vue administratif, puisque la gestion de cette nouvelle province s’est somme toute réalisée dans la pure tradition romaine. Ces documents témoignent aussi de modifications ciblées des pratiques administratives à plusieurs facteurs typiquement égyptiens et, par la suite, oasiens. En effet, une fois les systèmes hydrauliques pensés en fonction des spécificités géologiques des oasis et construits de façon à augmenter considérablement les espaces cultivables à Khargeh et à Dakhleh, l’administration romaine dut ensuite s’intéresser à la gestion de ces nouvelles terres en regard du partage de l’eau d’arrosage, des produits cultivés, du degré de productivité et aussi en regard des impôts et taxes applicables sur ces dernières. Comme ces terres étaient éloignées de la capitale du pays, soit Alexandrie, ce sont généralement des citoyens romains ayant droit de résidence en Égypte qui occupèrent les postes d’administration locale et qui eurent à gérer les problèmes liés à toutes ces questions.

L’intégration des terres oasiennes à la fiscalité romaine

28L’un des objectifs principaux derrière les efforts déployés pour développer l’agriculture dans les oasis d’Égypte était d’ordre alimentaire, mais aussi fiscal, puisque plus le nombre d’espaces en culture était élevé, plus Rome récoltait d’impôts en nature et en argent. Si nous regardons à nouveau les actions globales de l’administration romaine en Égypte, nous réalisons que, dès l’arrivée d’Auguste, c’est un système administratif et fiscal typiquement romain qui fut mis en place. Au sommet de cette administration se trouvait le responsable de la province, nommé par Rome, qui était le préfet d’Égypte. Il était secondé par le iuridicus, soit le responsable de la justice, puis par le préfet de l’annone. Parmi les hauts administrateurs se trouvaient ensuite le responsable de la caisse publique (communément appelée le bureau de l’idios logos), les épistratèges, responsables de la gestion d’un regroupement de nomes égyptiens et, finalement, les stratèges, responsables d’un nome en particulier (Voir Husson et Valbelle, 1992, 204-208 ; Capponi, 2005, 29-44). Nous pouvons ainsi constater que, dès le départ, le gouvernement de cette province fut organisé de façon à ce que le préfet ne puisse exercer un pouvoir absolu sur l’Égypte.

  • 15  Le système des liturgies permettait à l’administration romaine d’impliquer les habitants d’une pro (...)

29Si le rôle des hauts administrateurs romains était de gérer tous les aspects administratifs de la province égyptienne, il fallait aussi bureaucratiser les régions de façon à les intégrer au système légal et fiscal de l’Empire. Une « municipalisation » des villes égyptiennes s’est donc amorcée à l’époque impériale, ces dernières étant organisées de façon à avoir un système de gestion local facilitant les contacts avec la haute administration basée à Alexandrie. Les stratèges étaient effectivement responsables d’un nome en particulier, soit d’une zone administrative, et s’assuraient du bon fonctionnement général de ce dernier en organisant la récolte des impôts et des taxes, mais aussi en effectuant le suivi de l’entretien et du bon fonctionnement des systèmes de canalisation, notamment par le biais de liturgies (Capponi, 2005, 66-69)15. Pour les aider dans leurs tâches, ils étaient généralement secondés par un secrétaire appelé basilicogrammateus. D’un point de vue général, tout avait donc été mis en place pour faciliter une certaine romanisation de l’Égypte. Mais, dans les faits, nous réalisons que, d’un point de vue fiscal, les administrateurs romains eurent constamment à adapter leurs règles aux particularités environnementales égyptiennes, et par conséquent oasiennes. Même si notre documentation à cet effet est limitée pour les oasis de Khargeh et Dakhleh, nous pouvons néanmoins la confronter à la documentation existante sur la fiscalité romaine dans d’autres régions égyptiennes afin de vérifier les mécanismes d’adaptation aux particularismes hydrauliques, entre autres.

30Précisons, tout d’abord, que, du point de vue administratif, les oasis de Khargeh et Dakhleh ont été considérées comme la même zone de gestion. Cette zone était communément appelée la Grande Oasis jusqu’au IVe siècle de notre ère et relevait de la gestion du nome dit de la « Thébaïde » (Wagner, 1987, 250-255). D’Auguste à l’aube des réformes dioclétiennes au IVe siècle, le plan romain de développement de cette région semble s’être révélé efficace, puisque plusieurs domaines agricoles, composés de nombreuses terres réparties dans plusieurs villages des deux oasis et même ailleurs, ont émergé.

Figure 2 : Le Kellis Agricultural Account Book

Figure 2 : Le Kellis Agricultural Account Book

31La documentation témoigne de la diversité agricole de ces milieux, diversité possible entre autres grâce à un arrosage contrôlé. L’un des documents les plus intéressants à ce sujet est en fait un livre de comptes sur tablettes de bois datant de 360 de notre ère et trouvé à Kellis dans l’oasis de Dakhleh. Le P. Kell. IV Gr. 96, connu sous le nom du Kellis Agricultural Account Book (KAB), fait état des transactions sur quatre années d’un domaine agricole de cette oasis, géré par un administrateur pour le compte d’un propriétaire terrien.

  • 16  Dans ce document, ces administrateurs sont surnommés les adelphoi, soit littéralement les « frères (...)
  • 17  En regard de la taille de ce domaine et de son fonctionnement, un parallèle très intéressant peut (...)
  • 18  À titre d’exemple : des palmeraies pour les palmiers dattiers, des parcellaires pour la vigne et l (...)

32Ce document nous prouve, dans un premier temps, que, comme dans d’autres régions d’Égypte, des propriétaires terriens romains (ici un certain Faustianus) s’étaient constitués d’importants domaines agraires dont les terres étaient réparties au sein de plusieurs nomes. Le KAB nous révèle effectivement que Faustianus résidait dans la ville d’Hibis dans l’oasis de Khargeh, mais que son domaine était constitué de terres étant également localisées dans l’oasis de Dakhleh, entre autres à Kellis. Comme il ne pouvait s’occuper de toutes ses terres, des administrateurs surveillaient la productivité, les échanges et les paiements de ces parcellaires plus éloignés.16 Cette situation nous montre que le plan romain de développement dans les oasis a fonctionné, puisqu’il a permis la constitution de domaines agricoles d’importance qui nécessitaient une équipe de sous-administrateurs pour assurer leur bon fonctionnement, situation que nous retrouvons dans d’autres régions d’Égypte, comme pour le nome Oxyrinchite et le Fayoum (voir l’ensemble de Rathbone, 1991)17. Cette façon de faire témoigne d’une certaine importation des instances administratives romaines dans les oasis, puisque ces domaines étaient gérés de la même manière que dans d’autres provinces ou même en Italie. Le KAB nous présente aussi les produits commercés par le domaine comme le blé - la culture la plus importante -, l’orge, le coton, les dates, la vigne et les olives. Il nous montre également que le domaine générait des produits dérivés de ces cultures, comme le vin et surtout l’huile d’olive, fruit présent partout en Méditerranée pour ses usages variés. Or, ces différentes cultures requéraient des soins agricoles fort différents, notamment eu égard à l’irrigation. Ces cultures déterminaient de ce fait la division des terres18, de façon à ce que l’eau d’irrigation puisse être utilisée selon les besoins (À ce sujet, voir Battesti, 2005, 58-59).

33Mais, comme nous le révèle Olympiodore de Thèbes, un historien grec habitant la Vallée du Nil qui visita la Grande Oasis à l’aube du Ve siècle, les paysans des oasis devaient se partager l’eau provenant des puits qu’ils avaient eux-mêmes aidé à creuser (FHG, IV, 64) :

Il décrit la grande quantité de sable à cet endroit et dit que les puits, qui sont parfois creusés à une profondeur de deux, trois et même parfois cinq coudées, versent l’eau par leurs ouvertures. De là les paysans qui ont partagé les travaux de creusement d’un puits peuvent en utiliser l’eau pour irriguer leurs champs. 

34Ce genre de situation apparaît dans d’autres documents, comme le O. Douch 661, qui fait mention du partage de l’eau d’un qanât entre deux paysans, à raison de 15 jours d’irrigation chacun par mois. Cette façon de faire avait l’avantage d’assurer de l’eau d’arrosage aux paysans, qui devaient apprendre à la gérer en la conservant notamment dans des bassins, mais présentait aussi le risque d’une mésentente entre les bénéficiaires d’un puits, menant à des irrégularités parfois dramatiques pour la qualité des cultures de certaines terres.

35La lecture croisée du S.B. XIV 11938  3018, que nous avons vu précédemment, du KAB et de cet extrait d’Olympiodore nous amène à constater que la conquête administrative des oasis d’Égypte par le pouvoir romain a représenté quelques difficultés. Il fallut tout d’abord s’assurer que les administrations locales soient en mesure de veiller à la productivité des terres en exerçant une surveillance périodique des systèmes hydrauliques. Or, comme le S.B. XIV 11938  3018 en témoigne, de même que les archives d’Aurélius Sakaon au Fayoum, malgré cette surveillance, certains systèmes n’étaient plus fonctionnels, ou l’eau n’atteignait pas les terres pour diverses raisons, en raison notamment du vol par des voisins. L’administration romaine devait donc « gérer le risque » de non-productivité des terres agricoles pour ces diverses raisons, en adaptant les taxes et les impôts à cette problématique.

  • 19  Ce papyrus fait état de la fuite de paysans de la Grande Oasis vers d’autres nomes égyptiens dans (...)

36Leur expérience dans plusieurs nomes d’Égypte, dès le Ier siècle de notre ère, leur avait en effet rapidement montré que si les paysans se retrouvaient avec des terres peu ou non productives, en raison des aléas de la nature ou de problèmes hydrauliques, et que le fisc les imposait comme si ces dernières pouvaient générer des cultures, ils fuyaient leurs responsabilités fiscales en abandonnant leur terre et en allant se réfugier le plus souvent dans les villes. Ce phénomène, connu sous le nom d’anachorèse, a représenté un problème très réel pour l’administration romaine en Égypte, car elle privait Rome de revenus parfois importants (voir Lewis, 1982, 182-183 ; Sartre, c1997, 410-415 ; Ferron, 2005, 82-87). Certains documents, comme le papyrus SB 10 884, prouvent que les oasis n’ont pas échappé à ce phénomène19. Voilà pourquoi graduellement, comme l’ont montré les travaux de la papyrologue Danielle Bonneau (1964 et 1993), l’administration romaine complexifia sa fiscalité de façon à l’ajuster aux réalités environnementales des zones marginales en Égypte.

37Concrètement, de nouveaux termes descriptifs permirent de comprendre la situation réelle des paysans. Sans nous plonger dans une liste exhaustive de toute cette terminologie, regardons brièvement certaines appellations propres aux oasis d’Égypte. Si nous prenons à nouveau l’exemple du S.B. XIV 11938  3018, soit les « Wells of Hibis », nous retrouvons plusieurs termes grecs permettant d’expliquer l’état concret des terres mal arrosées ou totalement desséchées. Notamment le terme pègè désigne l’eau stagnante au fond d’un puits, ce qui implique une mauvaise circulation dans les canalisations et par conséquent un manque d’eau d’irrigation pour les terres qui dépendent du système non fonctionnel. Lorsque la terre agricole elle-même est sans eau, l’administrateur utilise l’expression édaphè, confirmant ainsi l’impossibilité de mise en culture (voir Parsons, 1971, 176-177 ; Wagner, 1987, 281). Sur le plan fiscal, ces conditions ne pouvaient permettre aux paysans de payer des impôts à taux régulier, contrairement aux paysans dont les systèmes hydrauliques étaient fonctionnels. Au cours du Ier siècle de notre ère, l’administration romaine en Égypte dut définir dans un premier temps ce qu’elle considérait comme une terre productive.

38Fait intéressant à souligner, une inscription trouvée dans les ruines d’un temple de la ville d’Hibis dans l’oasis de Khargeh en 1938 s’est révélée être un extrait de l’édit du préfet d’Égypte de 68, Tibérius Julius Alexandre (OGI, 669), sur les nouvelles mesures d’imposition des terres égyptiennes. Qu’un édit de la haute administration égyptienne ait été trouvé aussi loin en Égypte montre, d’une part, à quel point même les zones les plus isolées étaient tenues au courant de tout changement administratif en Égypte et même parfois dans l’Empire, et témoigne, d’autre part, que les oasis d’Égypte étaient bel et bien intégrées à la machine administrative et fiscale de l’Empire. La présence de cet édit dans un temple d’Hibis met en lumière de surcroît un outil de la migration romaine en Égypte, soit la communication entre le migrant et les habitants du territoire conquis (à ce sujet, voir Moatti, 2006, 126-136). Cet édit définissait plus particulièrement le statut des terres imposables, qui devaient être auparavant « un mariage de la terre et de l’eau » (1.57), terres qui devaient donc être irriguées soit par l’eau limoneuse du Nil, ou par l’eau d’irrigation dans les régions périphériques de la Vallée. Cette façon de faire donnait une trop grande liberté d’évaluation aux gens mandatés, souvent par liturgies (donc sous une certaine contrainte), pour évaluer la productivité agricole (Bonneau, 1964, 166-170). À partir de cet édit, les évaluateurs devaient désormais prendre en considération la réalité et la qualité d’inondation ou d’irrigation sur le terrain, de façon à ce que les impôts correspondent au véritable état des terres. Une terre pouvait par conséquent être associée à plusieurs niveaux de productivité.

39En adaptant ainsi le système fiscal, l’Empire romain, qui aura constamment besoin de revenus supplémentaires au gré des guerres et des nécessités de protection de ses frontières jusqu’au IVe siècle, se permettait de pouvoir taxer en partie des parcelles de terre à demi inondées, alors qu’auparavant, ces dernières auraient tout simplement été déclarées non productives (P. Giss., 4, 21). Au cours du IIe siècle, la fiscalité s’est complexifiée de façon à ce que ce soit les paysans qui réclament les terres non irriguées et donc non cultivables, de façon à obtenir des déductions fiscales du montant de taxes déjà attribué à leurs terres. Voilà pourquoi nous possédons aujourd’hui une quantité fort impressionnante de plaintes et pétitions de paysans désirant expliquer leur situation, notamment lorsque la cause du problème est le vol de l’eau par le voisin. Les mesures décrites permirent ainsi à l’Empire romain de s’assurer des revenus sur une majorité de terres agricoles en Égypte, peu importe leur degré de productivité. Comme le mentionne Danielle Bonneau (1964, 185) : « […] d’une surface de terre cultivable supposée constante, il suffit de retrancher tous les ans la surface occasionnellement non cultivable : le reste sera imposé. » Ces mesures furent incontestablement appliquées aux terres oasiennes. Au cours des IIe, IIIe et IVe siècles, donc, cela signifie qu’il y eut bureaucratisation, soit un système de gestion administratif et économique de plus en plus imposant dans les oasis comme partout ailleurs, une augmentation de la charge fiscale des paysans et surtout, une certaine distanciation entre les représentants de l’Empire et la masse paysanne et ses réalités agricoles.

40Mais cette adaptation fiscale, associée à la migration de l’administration romaine en Égypte et dans les oasis, témoigne aussi de la nécessité d’une certaine interaction entre les hautes instances de gestion, les administrateurs locaux et les paysans.

Une migration synonyme d’interaction culturelle : quelques pistes de réflexion sur l'identité oasienne

41Le sujet de la culture dans les oasis d’Égypte à l’époque romaine nécessiterait un article en soit, mais à l’égard des stratégies d’adaptation analysées dans cette étude, nous pouvons néanmoins mettre en lumière l'un des enjeux culturels principaux liés à l’arrivée de Romains dans les milieux oasiens égyptiens, et qui sera élaboré en détail dans un autre article : l’identité oasienne en lien avec la perception des oasis par les habitants des autres régions d’Égypte et par les Romains.

  • 20  Il est très difficile pour le moment de définir cette ethnie oaso-égyptienne, bien que si nous rem (...)

42L’organisation institutionnelle de l’Empire appliquée à l’Égypte a eu pour conséquence que les administrateurs locaux dans les villes et villages oasiens furent des Romains, ou du moins des Grecs ou des Égyptiens ayant obtenu la citoyenneté romaine (voir Wagner, 1987, 250-258). Mais à l’arrivée du pouvoir romain en Égypte, de quelle origine culturelle était la population de la Grande Oasis? Comme le reste du pays, les oasis avaient vu se succéder de nombreuses dominations politiques : pharaonique, perse, ptolémaïque et finalement romaine. En avait-il résulté un certain métissage de la population au fil des siècles? En regard des papyri et ostraca relatifs à la Grande Oasis et mentionnant ses habitants à l’époque romaine, nous pouvons émettre l’hypothèse que, si les grands propriétaires terriens et certains grands commerçants étaient d’origine grecque, la population paysanne semble être demeurée en grande majorité autochtone, soit essentiellement oaso-égyptienne20. Mais comme les oasis ont toujours été isolées du reste de l’Égypte, la population oasienne semble avoir été considérée du même fait comme non égyptienne et fut plus particulièrement qualifiée d’ethnie « oasite ». Cette appellation apparaît entre autres dans l'œuvre du géographe Ptolémée (Geo., IV, 5, 12 et 15), qui, au IIe siècle de notre ère, en parlait comme étant réservée uniquement aux habitants de la Grande et de la Petite oasis (Siwa). Ces propos sont confirmés par moult papyri de l'époque romaine, comme le P. Ryl., 95, 10, le P. Oxy., 2423, I, 7, ou le P. Fior. 285, 4.

43Cette division ethnique en Égypte est également perceptible du côté des systèmes de représentation sociale. En effet, certains documents montrent que lorsque, pour des raisons commerciales, des habitants de nomes de la Vallée du Nil devaient aller dans la Grande Oasis, ils manifestaient leurs craintes ou même leur mécontentement, comme en témoignent les P. Yale 77, 39-44 et P. Giessen 9, 2-4, datant tous deux du IIe siècle. Nous ne pouvons cependant aborder l'identité oasienne à l'époque romaine sans mentionner de surcroît ce texte très révélateur de l'écrivain juif Flavius Josèphe datant du Ier siècle de notre ère :

Voilà sur Moïse et les Juifs chassés d'Égypte les nouveautés imaginées par l'Égyptien Apion, en contradiction avec les autres auteurs. Faut-il d'ailleurs s'étonner qu'il mente sur nos aïeux et dise qu'ils étaient Égyptiens de race? Car lui-même a fait sur son propre compte le mensonge inverse : né dans l'oasis d'Égypte, et plus égyptien qu'aucun autre, pourrait-on dire, il a renié sa vraie patrie et sa race, et, quand il se donne faussement comme Alexandrin, il avoue l'ignominie de sa race. 

44En tant que Juif, Flavius Josèphe associait quant à lui Oasites et Égyptiens à la même ethnie. En fait, il nous confirme ici que pour les habitants des grandes villes égyptiennes, et plus particulièrement pour ceux de la capitale, Alexandrie, peuplée en majorité par des Grecs, des Juifs et des Romains, tous les autres habitants du pays, soit les autochtones, étaient des Égyptiens. Cette perception un brin péjorative de la masse paysanne du pays semble avoir été partagée par les hautes instances administratives romaines, notamment lorsque nous lisons cet extrait d'un édit officiel de l'empereur Caracalla, P. Giss., 40 datant de 215 ap. J.-C., soit trois ans après que la citoyenneté romaine ait été accordée à tous les habitants de l'Empire :

Tous les Égyptiens qui se trouvent à Alexandrie, et surtout ceux de la campagne, qui ont fui d'une autre région, et peuvent être facilement détectés, doivent être expulsés par tous les moyens, à l'exception toutefois des vendeurs de porcs, des bateliers et de ceux qui apportent les roseaux pour chauffer les bains. Mais expulse tous les autres : par la quantité de ceux de leur espèce et leur inutilité, ils perturbent la cité.

45Cet édit très dur à l'égard de la population égyptienne confirme en quelque sorte ce que la bureaucratisation et la complexification de la fiscalité en Égypte nous avaient laissé penser : au fil des siècles, la haute administration romaine s'est éloignée de la population et de sa réalité, au point où les Égyptiens de souche en vinrent à être perçus comme des êtres inférieurs, devant éviter de résider dans les villes, là où vivaient les gens cultivés et porteurs de l'humanitas. Même si cet édit ne visait pas directement les Oasites, ils ne purent que faire partie de cette masse populaire locale ciblée par Caracalla.

46Mais les Oasites n'habitant pas la Vallée du Nil, ils furent cependant distingués de la population égyptienne générale, leur identité étant intimement liée à leur milieu naturel isolé et marginal. Un lien qui mérite sans conteste une analyse plus approfondie.

Conclusion

47La migration de Romains en Égypte et dans les oasis du désert occidental est indissociable de la conquête générale de la province égyptienne et des mesures d'intégration mises en place dès la fin du Ier siècle av. J.-C. Mais le développement de ces espaces marginaux reste toutefois unique, notamment en raison de l'environnement particulier des milieux oasiens, qui nécessitèrent une adaptation des connaissances et des techniques des ingénieurs et administrateurs romains aux réalités oasiennes, connaissances et techniques par conséquent différentes des réalités italiennes ou même méditerranéennes. Or, les stratégies romaines d'adaptation à ces réalités semblent avoir bien fonctionné, du moins à l'égard du plan romain de développement de l'agriculture pour augmenter les revenus en nature et en argent de l'Empire. Ce succès est notamment perceptible à travers l'augmentation considérable du nombre de villages et de villes, de même que de la superficie cultivable dans les oasis de Khargeh et Dakhleh.

48Des documents comme le KAB, datant du IIIe siècle de notre ère, montrent même la constitution de grands domaines agricoles dans ces oasis, vivant d'une production agricole et de produits dérivés variés. Mais certaines réalités oasiennes et égyptiennes semblent avoir échappé au pouvoir romain, au fur et à mesure que les problèmes de gestion émergeaient dans l'Empire. Plus l'Empire devint difficile à gérer, plus l'entretien des systèmes hydrauliques des localités oasiennes, plus complexes que dans la Vallée du Nil, fut laissé aux administrateurs locaux comme au Fayoum, ce qui semble avoir conduit à des problèmes de circulation de l'eau, ce dont témoignent des documents comme le SB XIV 11938et les preuves archéologiques d'abandons de certaines zones agricoles pour raison d'assèchements et d'ensablement. Parallèlement à ces problèmes, les paysans oasiens eurent à faire face à des obligations fiscales pouvant les priver du peu de revenus que leurs terres mal irriguées devaient générer. Or, la transition entre l'époque du Haut-Empire romain à l'ère dioclétienne montre une certaine volonté de l'Empire de régler ces problèmes, notamment dans le but de s'assurer la continuation des revenus égyptiens. Nous pouvons de ce fait nous demander si ces nouvelles mesures ont été établies de manière à respecter les particularités des espaces oasiens égyptiens ou si cette réalité a été en partie occultée. Pour véritablement comprendre l'histoire romaine des oasis d'Égypte, il s'agit d'un aspect complémentaire et incontournable, et qui mérite par conséquent une analyse historique détaillée.

Haut de page

Bibliographie

Andreau, J., “Twenty Years after Moses I. Finley’s The Ancient EconomyThe Ancient Economy, New York, Routledge, 2002, p. 33-49.

Aujac, G., « L’image du désert dans l’Antiquité grecque », Geographica Antiqua, vol. 10-11, 2001-2002, p. 13-24.

Baslez, M.-F. et al.,  L’Orient hellénistique, 323-55 av. J.-C., Paris, Atlande, 2004, 413 p.

Bagnall, R. dir., The Kellis Agricultural Account Book (P. Kell. IV, Gr. 96), Oxford, Oxbow Books, 1997, 253 p.

Battesti, V., Jardins au désert : évolutions des pratiques et savoirs oasiens : Jérid tunisien, Paris, IRD Éditions, 2005, 440 p.

Beagon, M., Roman Nature : The Thought of Pliny the Elder, Oxford, Clarendon Press, 1992, 259 p.

Bonneau, D., Le fisc et le Nil : incidences des irrégularités de la crue du Nil sur la fiscalité foncière dans l’Égypte grecque et romaine, Paris, C. Klincksieck, 1964, 529 p.

Bonneau, D., Le régime administratif de l’eau du Nil dans l’Égypte grecque, romaine et byzantine, New York, E.J. Brill, 1993, 336 p.

Bousquet, B. et REDDÉ, M., « Les installations hydrauliques et les parcellaires dans la région de Tell Douch (Égypte) à l’époque romaine », dans Les problèmes institutionnels de l’eau en Égypte ancienne et dans l’Antiquité méditerranéenne, IFAO, Colloque AIDEA VOGÜÉ 1992, p. 73-88.

Bousquet, B., Tell-Douch et sa région. Géographie d’une limite de milieu à une frontière d’Empire, Paris, DFIFAO, no. 31, 1996, 368 p.

Bousquet B. et ROBIN M., « L'eau dans le désert lybique : dépression de Khargeh (désert occidental, Egypte) », Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol.1, 2000, p. 24-32.

Capponi, L., Augustan Egypt: the Creation of a Roman Province, New York, Routledge, 2005, 308 p.

Carrié, J.-M. et Rousselle, A., L’Empire romain en mutation : des Sévères à Constantin 192-337, Paris, Seuil 1999, 737 p.

Chouquer, G., L’étude des paysages : essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, éditions Errance, 2000, 208 p.

David, J.-M., La romanisation de l’Italie, Paris, Flammarion, 1997, 260 p.

Daovoli, P. et Capasso, M., dir., “New Archaeological and Papyrological Reasearches on the Fayyum”, Proceedings of the International Meeting of Egyptology and Papyrology, 2005, Lecce, 2007,  352 p.  

Ferron, E., L’émergence d’une crise régionale au cœur d’un écosystème atypique : le Fayoum, mémoire de maîtrise, Département d’histoire, Université Laval, 2005, 154 p.

Hermina, M., “The Surroundings of Khargeh, Dakhla and Farafra Oases”, The Geology of Egypt, Rotterdam, A.A. Balkema, 1990, p. 259-292.

Hermon, Ella, « Les interactions société-environnement : l’évolution diachronique des concepts », Caesarodunum, vol. XXXIX, 2005, p. 1-17.

Hingley, R., Globalizing Roman Culture: Unity, Diversity and Empire. London, Routledge, 2005, 224 p.

Hodge, A. T., Roman Aqueducts & Water Supply, Liverpool, Gerald Duckworth & Co., 2000, 512 p.

Hunter, L. M., « Migration and Environmental Hazards », Population and Environment, vol. 26, no. 4, 2005, p. 273-302.

Husson, G. et VALBELLE, D., L’État et les institutions en Égypte. Des premiers pharaons aux empereurs romains, Paris, Armand Colin, 1992, 353 p.

Inglebert, H., « Les processus de romanisation », dans INGLEBERT, H. (éd.), Histoire de la civilisation romaine, Paris, PUF, p.422-449.

Jackson, R., At Empire’s Edge : Exploring Rome’s Egyptian Frontier, New Haven et Londres, Yale University Press, 2002, 350 p.

Keay, S. et Terrenato, N., dir., Italy and the West, Comparative Issues in Romanization, Oxford, Oxbow Books, 2001, 240 p.

Le  Roux, P.,  « La romanisation en question », Annales, Histoire, Sciences Sociales, vol. 59, no. 2, p. 287-311. 

Leveau, P., «L’archéologie des paysages et les époques historiques : les grands aménagements agraires et leur signature dans le paysage (anthropisation des milieux et complexité des sociétés), dans Milieux naturels, espaces sociaux, études offertes à Robert Delort, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 65-70.

Lewis, N., Life in Egypt under Roman Rule, Oxford, Clarendon Press, 1983, 228 p.

Madeline, F.,  «L’empire et son espace. Héritages, organisations et pratiques », Hypothèses, vol. 1, 2007, p. 215-225. 

Mathieu, B., « Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2003-2004 », BIFAO, vol. 104, 2004, p. 609-634.

Mattingly, D. J., “Africa: a Landscape of Opportunity?”, Dialogues in Roman Imperialism: Power, Discourse, and Discrepant experience in the Roman Empire, Journal of Roman Archaeology Supplementary Series, no. 23, Rhode Island, 1997, p. 117-142.

Maucourant, Jérôme, «Rationalité économique ou comportements socio-économiques», Mentalités et choix économiques des Romains, Paris, Ausonius, 2004, p. 227-240.  

Macmullen, R., La romanisation à l’époque d’Auguste, Paris, Les Belles Lettres, 2003, 313 p.

Moatti, C., “Translation, Migration and Communication in the Roman Empire: Three Aspects of Movement in History”, Classical Antiquity, vol. 25, no. 1, 2006, p. 109-140.

Parsons, P. J., “The Wells of Hibis”, JEA, vol. 57, 1971, p. 165-180.

Préaux, C., Le monde hellénistique : La Grèce et l’Orient 323-146 av. J.-C., Tome 2, Paris, PUF, 1978, 821 p.

Rathbone, D., Economic Rationalism and Rural Society in Third Century A.D. : The Heroninos Archive and the Appianus Estate, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, 489 p.

Reddé, M., «Sites militaires  romains de l'oasis de Khargeh.», BIFAO, vol. 99, 1999. p. 377-396.

Rognon, P.,  Biographie d’un désert,  le Sahara. Paris, l’Harmattan, 1994, 354 p.

Sartre, M., Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères, Paris, Seuil, 495 p.

Schacht, I., “A Preliminary Survey of the Ancient Qanat System of the Northern Khargeh Oasis”, Mitteilungen des Archaeologischen Instituts Kairo, vol. 59, 2003, p. 411-423.

Scheidel, W., “Progress and Problems in Roman Demography”, Debating Roman Demography, Mnemosyne Supplements, Boston, Brill, 2001, p. 1-82.

Thurston, H., Island of the Blessed : the Secrets of Egypt’s Everlasting Oasis, Toronto, Doubleday, 2003, 388 p.

Valloggia, M., Les oasis d’Égypte dans l’Antiquité : des origines au deuxième millénaire avant J.-C., Paris, in folio, 2004, 192 p.

Veyne, P., «Humanitas : les Romains et les autres», dans A. Giardina, L’homme romain, Paris, Seuil, 2002, p. 437-478.

Vivian, C., The Western Desert of Egypt: an Explorer’s Handbook, AUC Press, le Caire, 2000, 426 p.

Wagner, G., Les oasis d’Égypte à l’époque grecque, romaine et byzantine, d’après les documents grecs, Le Caire, Recherches de papyrologie et d’épigraphie grecques, 1987, 410 p.

Wuttmann, M. et al., «‘Ayn Manawir (oasis de Khargeh). Deuxième rapport préliminaire», BIFAO, vol. 98, 1998, p. 367-462.

Wuttmann, M. et Marchand, S., «Égypte», L’archéologie de l’empire achéménide : nouvelles recherches, Paris, De Boccard, 2005, p. 8-32.

Wuttmann, M. et al., «Un jardin d’oasis d’époque romaine à ‘Ayn-Manâwir (Khargeh, Égypte)»,  BIFAO, vol. 105, 2005, p.167-188.

MÉdiagraphie

Dakhleh Oasis Project :

http://arts.monash.edu.au/archaeology/excavations/dakhleh/index.php

IFAO :

http://www.ifao.egnet.net/axes/milieux-peuplement/peuplement-kharga/  

NKOS :

http://www1.aucegypt.edu/academic/northkhargaoasissurvey/home.htm

Haut de page

Notes

1  Bien que le but de cet article ne soit pas d'aborder l'historiographie relative à l'ensemble de la colonisation romaine et plus précisément du concept d’impérialisme, il convient d'expliquer que, de Montesquieu aux années 1980, nombreux furent les historiens et philologues qui interprétèrent la migration romaine comme une volonté de conquête territoriale, politique, économique et aussi culturelle, basée sur le concept d'humanitas, soit de civilisation, concept qui impliquait de conquérir la culture existante en modifiant certains usages administratifs et économiques, mais aussi culturels si jugés non « civilisés » par les Romains. Le résultat fut une approche historique considérant d'emblée la relation entre Rome et ses territoires conquis comme une relation de dominant (conquérant) à dominé (population conquise et par conséquent soumise). Voir les retours historiographiques de S. Keay et N. Terrenato éd., 2001 ; Veyne, c2002, 437-454 ; Macmullen, 2003, 15-20, Le Roux, 2004, 287-311, Hingley, 2005, Inglebert, 2005, et Moatti, 2006, 115-117.

2  Le concept de romanisation est beaucoup plus employé que celui d’acculturation par les spécialistes d’histoire romaine, notamment parce qu’il est plus précis, nous laissant comprendre qu’il s’agit d’une très forte incidence des pratiques administratives, politiques, sociales, culturelles, voire linguistiques des Romains sur un territoire et une population de l’Empire. Bien que nous utilisions ici une définition générale de ce concept, le lecteur doit tenir compte du renouvellement et de la vivacité du débat sur les principes de romanisation et de romanité, qui sont de plus en plus analysés de façon à comprendre les modalités de la réussite administrative romaine à l’extérieur de l’Italie. Voir entre autres Le Roux, 2004, 285-300 et Madeline, 2007, 223.

3  Depuis la fin des années 1970, ces deux oasis ont été le théâtre de fouilles archéologiques remarquables, menées plus spécifiquement par les équipes du Dakhleh Oasis Project : http://arts.monash.edu.au/archaeology/excavations/dakhleh/index.php de l’IFAO : http://www.ifao.egnet.net/axes/milieux-peuplement/peuplement-kharga/ et plus récemment du NKOS : http://www1.aucegypt.edu/academic/northkhargaoasissurvey/home.htm. Elles permettent chaque année de mettre en évidence la richesse de la vie culturelle et matérielle de ces deux régions intégrées à plusieurs dominations politiques successives (pouvoir pharaonique, perse, ptolémaïque et romain) au cours de l’Antiquité.

4  Comme le rappelle entre autres Hunter (2005, 274-276), les migrations sont incontestablement liées à l’environnement du lieu d’arrivée, que ce soit à cause de son pouvoir d’attraction en raison de son climat invitant, de son potentiel économique ou de sa stabilité écologique, mais aussi à cause des techniques dont disposent les migrants afin de contrôler et de s’adapter à leur nouvel environnement. Bien que les exemples étudiés dans cette optique jusqu’à maintenant relèvent davantage de l’histoire contemporaine (bien que l’histoire environnementale intéresse de plus en plus les spécialistes de l’Antiquité comme Bonneau (1964 et 1993), Beagon (1992), Leveau (1997), Chouquer (2000), ou Hermon (2005)), la conquête des oasis d’Égypte par le pouvoir romain appert ici comme un sujet tout à fait approprié pour étudier le défi environnemental et technique des migrations politiques et économiques.

5  Le lecteur doit prendre en considération qu’en raison de la nature globalisante de la problématique, cette étude ne peut être considérée comme une analyse papyrologique exhaustive. La documentation papyrologique sert ici de source documentaire complémentaire à l’ensemble du corpus utilisé.

6  Cette reconnaissance romaine de la richesse de l’agriculture égyptienne sous les souverains ptolémaïques se fit entre autres au cours de la deuxième guerre punique, lorsque de très nombreuses terres italiennes furent ravagées par le passage des troupes d’Hannibal. En 210 av. J.-C., les Romains parvinrent à obtenir des surplus de céréales de l’Égypte et les deux empires maintinrent ainsi de bonnes relations jusqu’aux luttes entre Marc-Antoine et Octave. À titre indicatif, voir Lewis, 1983, 9-11 et Capponi, 2005, 5.

7  Bien que notre réflexion soit reliée à toute la période romaine en Égypte, l’époque augustéenne se doit d’avoir une place prépondérante, puisque les mesures et politiques mises en place par Auguste de la fin du Ier siècle av. J.-C. au début du Ier siècle ap. J.-C. seront plus ou moins modifiées tout au long de l’époque romaine.

8  « Aegyptum imperio populi Romani adieci […] » (Res. Gest., 27)

9  C'est en fait la 3e légion d'Auguste, composée de 12 000 hommes, qui prit en charge ces travaux, en plus de la construction de forts le long des frontières égyptiennes, notamment dans l'oasis de Khargeh. Voir M. REDDÉ, 1999 et C. VIVIAN, 2000, 66-68.

10  Dès l'installation de Ptolémée Lagos en Égypte, des travaux hydrauliques furent entrepris afin d'assurer la productivité agricole. Mais les crues du Nil ne permettaient pas toutes les cultures et, dès Ptolémée II Philadelphe (308-246 av. J.-C.), des travaux furent commandés dans une zone éloignée du Nil, le Fayoum, une zone fournie en eau par le Bahr Yussuf et le Lac Moeris (aujourd'hui le Birket Qarun) et qui devint un véritable laboratoire agricole.

11  Voir l'annexe A.

12  Ces dépressions géologiques, qui leur valurent le nom de « ouhat » en langue égyptienne, soit littéralement « chaudron », ont été creusées au fil des millénaires par l'action conjointe des vents et des pluies. Elles s'abaissent entre 100 à 250 mètres de profondeur selon les zones géologiques. Pour plus de détails, voir Rognon, 1994, 94-95 et Hermina, 1991, 288-291.

13  Bien que différentes d'un point de vue géologique, selon la documentation administrative de l'Égypte romaine, les oasis de Khargeh et Dakhleh ont été considérées comme une même zone administrative jusqu'au IVe siècle de notre ère, soit juste avant les réformes dioclétiennes. Voir Wagner, 1987, 113-114 et 262-266 et Jackson, 2002, 163.

14  Dans les environs de l'oasis de Khargeh, l'eau souterraine s'écoule au rythme de 11 millions de galons par jour, fournissant ainsi aux peuples qui ont habité l'oasis une réserve d'eau suffisante pour irriguer des kilomètres de terres agricoles. Voir entre autres Vivian, 2000, 62.

15  Le système des liturgies permettait à l’administration romaine d’impliquer les habitants d’une province dans la vie civique en les choisissant en fonction de leur richesse pour des dépenses publiques ou en tirant leur nom au sort pour une tâche particulière, comme pour le nettoyage des canalisations d’un village. Ce système permettait de responsabiliser les habitants d’un village à l’égard de leur communauté et évitait des dépenses à Rome dans l’exécution des travaux associés à ces liturgies.

16  Dans ce document, ces administrateurs sont surnommés les adelphoi, soit littéralement les « frères » du propriétaire, à traduire plus correctement ici comme ses collègues. Voir Bagnall, 1997, 70-72.

17  En regard de la taille de ce domaine et de son fonctionnement, un parallèle très intéressant peut effectivement être fait avec le domaine d’Appianus dans le Fayoum, dont les archives ont été étudiées en détail par Dominic Rathbone et qui ont amené ce papyrologue et historien a affirmé que l’économie romaine, lorsqu’étudiée en Égypte, pouvait être qualifiée de rationnelle, basée sur l’idée de profit. Voir Rathbone, 1991, 388-409.

18  À titre d’exemple : des palmeraies pour les palmiers dattiers, des parcellaires pour la vigne et les oliviers et des jardins pour les légumes et même certaines céréales (Bousquet, 1996, 207-208 et Battesti, 2005, 58-61).

19  Ce papyrus fait état de la fuite de paysans de la Grande Oasis vers d’autres nomes égyptiens dans la Vallée du Nil au Ier siècle de notre ère.

20  Il est très difficile pour le moment de définir cette ethnie oaso-égyptienne, bien que si nous remontons aux premières populations à s'y être établies au Néolithique, les Oasites ont eu des ancêtres africains, possiblement Éthiopiens et Libyens, ce que semblait par ailleurs penser Hérodote au Ve siècle av. J.-C. (Hist., II, 42).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Position des oasis d’Égypte
Légende Basée sur la carte du NKOS, http://www1.aucegypt.edu/​academic/​northkhargaoasissurvey/​home.htm 
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 2 : Le Kellis Agricultural Account Book
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evelyne Ferron, « Conquête d’un milieu, adaptation à une multitude de réalités : l’exemple de la conquête romaine des espaces oasiens égyptiens », Conserveries mémorielles [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 10 mars 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/1431

Haut de page

Auteur

Evelyne Ferron

est doctorante en histoire de l'Égypte gréco-romaine à l'Université Laval et est spécialisée depuis ses études de maîtrises sur la gestion de l'eau en milieu désertique. Elle s'intéresse plus globalement aux successions de dominations politiques en Égypte ancienne et surtout aux effets de leurs mesures de gestion de l'eau sur des milieux marginaux comme les oasis. Elle enseigne l'histoire ancienne à l'Université de Sherbrooke et à l'Université du Québec à Chicoutimi, de même que des cours d'histoire variés au niveau collégial. Depuis 2011 elle est aussi à l'occasion historienne à la radio sur la Première chaîne de Radio-Canada.

Evelyne Ferron is a PhD candidate in Greco-Roman history at Laval University. Since she began her master’s degree, she is specialised in water management in desert environments. She is most interested in the differents politicial powers that have rule ancient Egypt and more specifically in the general effects of their water management measures on marginal lands like the oases. She's also a lecturer in ancient history at Sherbrooke and Chicoutimi Universities and a general history teacher in a Cegep. You can also listen to her occasionnally on the 1st channel of Radio-Canada since 2011.  

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org