Navigation – Plan du site
La sainteté au carrefour des sciences sociales

Sanctus et sanctitas dans les Bibles latines

Sanctus et sanctitas in latin Bibles
Marie Rébeillé-Borgella

Résumés

Sancio, sanctus et sanctitas sont employés dans la Vulgate pour traduire des lexèmes hébreux et grecs appartenant au vocabulaire de la religion. Que traduisent exactement ces termes ? De quels sens se chargent-ils ? Quelles sont les évolutions sémantiques des lexèmes ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le vocabulaire latin distingue nettement le monde du sacré et le monde du profane : l’adjectif sacer désigne « ce qui s’oppose au monde du profane », « ce qui est divin » (DELL). Sur ce radical est formé le verbe sancio  (« rendre sacré ou inviolable »), dont le « présent à nasale infixée … indique le passage à un état de chose nouveau. » Sancīre quelqu’un ou quelque chose, c’est le faire passer du monde profane au monde sacré. Le participe de ce verbe, sānctus, est devenu un adjectif autonome désignant ce qui est inviolable sous peine de sanction, puis ce qui est saint, sacré, auguste. La qualité de ce qui est sānctus est exprimée par le substantif abstrait sanctitās.

2Ces termes appartenant à un vocabulaire technique sont utilisés dans la traduction latine des livres bibliques appelée Vulgate pour traduire des termes hébreux et grecs appartenant au vocabulaire technique de la religion juive. Nous nous intéresserons particulièrement à sancio, sanctus et sanctitas. Que traduisent exactement ces termes dans la Bible ? Quels sont les points de contact qui permettent cette traduction ? Quels enrichissements apportent-ils aux lexèmes latins ? Pour répondre à ces questions, nous étudierons méthodiquement les différents lexèmes que traduisent sancio, sanctus et sanctitas, ce qui nous permettra de mettre en évidence les caractéristiques de ces traductions et les sens nouveaux dont se chargent ces lexèmes.

Sancio

3Le terme est très peu attesté dans la Vulgate puisqu’on n’en relève que deux attestations. La première se trouve à la fin du livre d’Esther, dans le récit de l’institution de la fête de Pourim :

Scripseruntque Hester regina filia Abiahil et Mardocheus Iudaeus etiam secundam epistulam ut omni studio dies ista sollemnis sanciretur in posterum. (Est. 9, 29)
« La reine Esther, fille d’Avihaïl, et Mardochée le juif écrivirent même une seconde lettre pour que ce jour soit à l’avenir établi de toute ardeur comme un jour consacré. »

4Sancio traduit le verbe hébreu qum (« ériger », « fortifier », « consolider »), traduit en grec par le substantif τὸ στερέωμα (« fondement », « construction solide »). Le lexème latin porte une charge sémantique plus forte que celle du lexème hébreu, dont le sens original n’est pas porteur d’une connotation religieuse et que l’idée de rendre le jour sacré, exprimée par sancio, ne figure pas dans le texte hébraïque.

5La deuxième attestation se trouve dans le deuxième livre des Macchabées, dans des versets qui relatent les atrocités commises par Antioche Épiphane :

Et amotis his quae humanitatis causa Iudaeis a regibus fuerant constituta per Iohannem patrem Eupolemi qui apud Romanos de amicitia et societate functus est legationem legitimam ciuium iura destituens praua instituta sancibat. (2 Macc. 4, 11)

«  Et, après avoir aboli ce qui avait été établi par humanité par les rois pour les Juifs, grâce à Jean, père d’Eupolème, qui avait été envoyé en ambassade légitime chez les Romains pour conclure un traité d’amitié et d’alliance, renversant les droits des citoyens, il établit des institutions impies. »

6Là encore, le texte latin exprime une idée plus forte que le texte grec. Le verbe traduit par sancio est effet καινίζω, verbe dénominatif de l’adjectif καινός, « nouveau », qui signifie « faire quelque chose de nouveau ». Le lexème grec insiste seulement sur le fait qu’Antioche Épiphane érige de nouveaux usages, certes impies, mais pas qu’il leur confère un caractère consacré.

7Dans ces deux occurrences, il n’y a pas de points de contacts entre les lexèmes hébreux et grecs traduits et le terme latin qui les traduit. Sancio n’est donc pas employé dans la Vulgate pour traduire un texte hébreu ou grec équivalent puisque son usage constitue à chaque fois une surtraduction du texte original.

Sanctus dans la Vulgate

  • 1 Sanctus. Essai sur le culte des saints dans l’Antiquité (Bruxelles, 1927), p 24.

8Dans son étude sur Sanctus, H. Delehaye1, affirme qu’ἅγιος « traduit ordinairement l’hébreu qodesh, « sainteté, chose sainte » et qâdosh, « sainteté », est lui-même rendu, dans les versions latines, par sanctus ». Cette affirmation nous incite à nous demander si la réciproque est vraie : sanctus ne traduit-il que qodesh/qâdosh et ἅγιος ? Sinon, quels sont les autres termes qu’il traduit ?

Traduction des livres hébraïques

9Il y a 432 occurrences de sanctus dans la traduction des livres du canon hébraïque.

Sanctus traduit qâdosh (« saint ») ou qodesh (« sainteté »)

  • 2 Delehaye, p 24.

10Le plus souvent, sanctus traduit qâdosh ou qodesh. La racine sur laquelle ces termes sont formés désigne ce qui est saint, consacré à Dieu, ce qui est séparé du fait de sa consécration à Dieu2. C’est là un point de contact entre ces deux mots et ceux de la famille de sancio et sanctus en latin qui justifie le choix du lexème latin pour traduire l’hébreu.

  • 3 Chantraine, Taillardat, Masson et Perpillou, p. 24, article ἅζομαι.

11Quand sanctus traduit un de ces deux termes, la traduction grecque du terme traduit par sanctus est le plus souvent ἅγιος, ou un terme appartenant à la même famille. Cet adjectif est formé sur la racine de ἅζομαι qui signifie « éprouver une crainte respectueuse » et « désigne l’interdit religieux que l’on respecte). Il se différencie d’ἁγνός, formé sur la même racine, par le fait qu’il ne s’emploie anciennement qu’en parlant de lieux, de choses, tandis qu’ ἁγνός est employé pour qualifier des divinités3.

12Le triangle qâdosh / ἅγιος / sanctus  est attesté 114 fois. Plusieurs réalités sont ainsi qualifiées. La première d’entre elles est Dieu, le Dieu saint. Ainsi, en Isaïe 5, 16 :

et exaltabitur Dominus exercituum in iudicio et Deus sanctus sanctificabitur in iustitia (Is. 5, 16)
« Le Seigneur des armées sera exalté dans son jugement et le Dieu saint sera sanctifié dans sa justice. »

13Sanctus est aussi employé pour traduire l’expression hébraïque « Saint d’Israël », comme au début du livre d’Isaïe :

uae genti peccatrici populo graui iniquitate semini nequam filiis sceleratis dereliquerunt Dominum blasphemauerunt Sanctum Israhel abalienati sunt retrorsum (Is 1, 4) 
« Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé de crimes, à la souche malfaisante, aux fils criminels ! Ils ont abandonné le Seigneur, ils ont blasphémé contre le Saint d’Israël, ils ont pris la fuite. »

14Des personnes aussi peuvent être qualifiées de « saintes ». C’est le cas du peuple d’Israël, peuple choisi par Dieu et consacré au Seigneur :

quia populus sanctus es Domino Deo tuo te elegit Dominus Deus tuus ut sis ei populus peculiaris de cunctis populis qui sunt super terram (Dt 7, 6)
« Parce que tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu, le Seigneur ton Dieu t’a choisi pour que tu sois le peuple qui lui appartient personnellement parmi tous les peuples qui sont sur la terre. »

15Sanctus traduisant qâdosh est aussi un attribut de l’homme consacré à Dieu :

timete Dominum sancti eius quoniam non est inopia timentibus eum (Ps 33, 10)
« Craignez le Seigneur, vous qui lui êtes consacrés, car il ne manque rien à ceux qui le craignent ».

16Mais il peut aussi qualifier les paroles du Seigneur, les différents lieux où il se tient, tout ce qui lui appartient ou qui lui est consacré. À qâdosh traduit par sanctus peut correspondre une autre traduction grecque, une forme du verbe ἁγιάζω (verbe formé sur ἅγιος et qui est une création lexicale de la Septante) :

dilexit populos omnes sancti in manu illius sunt […] (Dt 33, 3)
« Il aime les peuples, et tous ceux qui lui ont été consacrés sont dans sa main. »

17Il y a 3 occurrences de ce triangle. Un autre triangle est attesté à de nombreuses reprises (246 occurrences) : qodesh / ἅγιος / sanctus. Contrairement à qâdosh, qodesh / ἅγιος / sanctus est l’attribut de ce qui est saint parce qu’appartenant au Seigneur (hommes, choses, lieux) mais n’est pas employé comme attribut du Seigneur Dieu.

18Les exemples d’hommes saints parce qu’ils sont consacrés à Dieu qui est lui-même saint sont nombreux. Les Psaumes en contiennent de nombreux exemples, comme ce verset du Psaume 105 :

et zelati sunt Mosen in castris Aaron sanctum Domini (Ps 105, 16)
« Et, dans le camp, ils ont jalousé Moïse et Aaron, l’homme qui appartenait au Seigneur. »

19Ce qui est très saint est désigné en hébreu par l’expression qôdesh ha-qodashim, en grec τὰ ἅγια τῶν ἁγίων et en latin sancta sanctorum. Ces qualificatifs s’applique d’abord au lieu saint, « le Saint des saints » :

pones et propitiatorium super arcam testimonii in sancta sanctorum (Ex 26, 34)
« Tu poseras le propitiatoire au-dessus de l’arche du témoignage dans le Saint des saints. »

20Ils s’appliquent aussi à tout ce qui est en rapport avec ce lieu saint, comme la nourriture qui y est consommée :

et dixit ad me gazofilacia aquilonis et gazofilacia austri quae sunt ante aedificium separatum haec sunt gazofilacia sancta in quibus uescuntur sacerdotes qui adpropinquant ad Dominum in sancta sanctorum ibi ponent sancta sanctorum et oblationem pro peccato et pro delicto locus enim sanctus est (Ez 42, 13)
« Il me dit : les salles du nord et du midi, qui sont devant l’édifice séparé, sont des salles saintes dans lesquelles les prêtres qui approchent du Seigneur se nourrissent de nourriture très saintes. »

  • 4 Selon H.Delehaye, le concept primitif est la sainteté et la consécration à Dieu. L’idée de séparati (...)

21Le triangle qodesh / ἅγιος / sanctus désigne aussi l’une des conséquences de la sainteté des êtres et des objets, le fait qu’ils soient réservés à Dieu4 :

sanctus Israhel Domino primitiae frugum eius (Jr 2,3)
« Israël était réservée au Seigneur, prémices des fruits qui sont à lui. »

22De même que qâdosh, qodesh peut être traduit dans la Septante par une forme d’ἁγιάζω ou d’un préverbé d’ἁγιάζω, καθαγιάζω. Le triangle qodesh / ἁγιάζω / sanctus est attesté 3 fois :

sed et filii Israhel et Iuda qui habitabant in urbibus Iuda obtulerunt decimas boum et ouium decimasque sanctorum quae uouerant Domino Deo suo […] (2 Ch 31, 6)
« Et les fils d’Israël et de Juda qui habitaient dans les villes de Juda apportèrent eux aussi la dîme des bœufs et des brebis ainsi que celle des offrandes consacrées qu’ils avaient offertes au Seigneur leur Dieu […] »

23D’autres termes grecs servent à traduire qodesh, comme le substantif τὸ ἁγίασμα, qui désigne un objet saint, consacré. Il y a 6 occurrences du triangle qodesh / τὸ ἁγίασμα / sanctus :

facies et lamminam de auro purissimo in qua sculpes opere celatoris Sanctum Domino (Ex 28, 36)
« Tu fabriqueras un bijou en or très pur en forme de fleur, sur lequel tu graveras comme sur un sceau : ‘consacré au Seigneur’. »

24Qdesh / ἡ ἁγιωσύνη / sanctus est attesté une fois, dans les Psaumes. Ἡ ἁγιωσύνη est, comme ἁγιάζω ou τὸ ἁγίασμα, un néologisme de la Septante :

laetamini iusti in Domino et confitemini memoriae sanctae eius (Ps 96, 12)
« Vous qui êtes justes, louez le Seigneur et célébrez sa sainte mémoire »

25La traduction latine s’écarte du mot pour mot hébreu et grec. En effet, l’hébreu et le grec emploient l’expression « la mémoire de sa sainteté », le latin écrit « sa sainte mémoire ». Mais la mémoire du Seigneur est sainte parce qu’elle se souvient de la sainteté du Seigneur.

26Un autre terme grec figure dans un triangle de traduction avec qodesh et sanctus, ἁγνίζω (un dénominatif de ἁγνός), dans le premier livre de Samuel :

et respondit Dauid sacerdoti et dixit ei equidem si de mulieribus agitur continuimus nos ab heri et nudius tertius quando egrediebamur et fuerunt uasa puerorum sancta (1 S 21, 5 = 1 S 21, 6 dans le texte hébraïque)
« S’il est question des femmes, nous avons observé la continence depuis peu et presque trois jours quand nous étions en marche et les ustensiles des garçons étaient en état de sainteté. »

27Deux autres termes sont attestés en traduction de qodesh quand ce dernier désigne une chose sainte et est traduit en latin par sanctus. Pour chacun de ces deux cas, il y a une occurrence.

28Le premier terme est καθαρός, « pur ». La pureté est l’une des qualités des personnes ou des objets qui sont saints :

adsumetque aquam sanctam in uase fictili et pauxillum terrae de pauimento tabernaculi mittet in eam (Nb 5, 17)
« Il prendra de l’eau sainte dans un vase de terre et il mettra un peu de terre du sol de la demeure dans l’eau. »

29Le deuxième est λειτουργικός, qui est un néologisme de la Septante désignant ce qui sert au culte du Dieu saint. On le trouve dans une énumération d’objets se trouvant dans le sanctuaire, qui est le lieu saint par excellence :

uestes sanctas in ministerio Aaron sacerdoti et filiis eius ut fungantur officio suo in sacris (Ex 31, 10)
« les vêtements sacrés pour le prêtre Aaron et ses fils, pour qu’ils accomplissent leur office dans les lieux sacrés … 

30Quand sanctus traduit qâdosh / qodesh, le terme grec employé dans la Septante est toujours un terme dénotant la sainteté ou l’un des attributs découlant de la sainteté.

Sanctus traduit miqdash

31Sanctus traduit aussi l’hébreu miqdash, formé sur la même racine que qâdosh et qodesh, et qui désigne un sanctuaire. Mais cela ne se produit que deux fois car la traduction la plus fréquente de miqdash est sanctuarium.

32Dans le premier de ces deux cas, le terme qu’on trouve dans la Septante est ἅγιος :

nec egredietur de sanctis ne polluat sanctuarium Domini quia oleum sanctae unctionis Dei sui super eum (Lv 21, 12)
« Que [le grand prêtre] ne sorte pas du sanctuaire de peur de profaner le sanctuaire de son Dieu, car l’huile de l’onction sainte de Dieu est sur lui. »

33La deuxième attestation est surprenante, car sanctus est employé comme attribut d’un lieu consacré aux idoles, et donc n’appartenant pas au Dieu d’Israël. Cette appartenance aux idoles est exprimée dans la Septante par l’adjectif χειροποίητος, qui signifie « de main d’homme » :

et erit cum apparuerit quod laborauit Moab super excelsis suis ingredietur ad sancta sua ut obsecret et non ualebit (Is 16, 12)
« Voici ce qu’il se passera : quand il sera visible que Moab est mal à l’aise dans les hauts lieux, il sortira vers ses lieux sacrés pour y supplier mais cela n’aura aucun effet. »

34C’est l’un des rares cas de la Vulgate où sanctus n’exprime pas un lien avec le Dieu d’Israël mais avec d’autres divinités.

Sanctus traduit hācīd

35Sanctus est également attesté en traduction de l’hébreu hācīd, « fidèle », « aimable », « pieux », « saint ». Ce qualificatif s’applique très majoritairement à un homme mais peut s’appliquer au Seigneur. Dans ce cas, le terme grec utilisé par la Septante est le plus souvent ὅσιος, qui « définit la situation la situation de l’homme par rapport aux dieux » (TELG) et « désigne ce qui est permis, recommandé aux hommes par des dieux ». La fidélité des croyants envers Dieu, la constance de leurs dispositions intérieures, leur respect de Dieu et des rituels religieux fait en effet partie de ce qui est recommandé au peuple juif par le Seigneur Dieu. Sanctus dénote toujours un rapport entre l’homme et Dieu mais ce rapport est différent de celui qui est exprimé par qâdosh /qodesh. Il s’agit ici de la disposition intérieure de l’homme envers Dieu.

36Le triangle hācīd / ὅσιος / sanctus est attesté 23 fois, dont 21 dans les Psaumes. Dans presque tous les cas, il sert à qualifier un homme :

custodit animas sanctorum suorum de manu impiorum eruet eos (Ps 96, 10)
« Il protège la vie de ses fidèles, il les arrache à la main de ses ennemis. »
Beaucoup plus rarement, il est employé comme attribut de Dieu.
iustus Dominus in omnibus uiis suis et sanctus in omnibus operibus suis (Ps 144, 17)
« Le Seigneur est juste dans toutes ses voies et fidèle dans toutes ses œuvres. »
Une variante de ce triangle est attestée (2 occurrences) avec le verbe ὅσιοω, dénominatif de ὅσιος.
cum sancto sanctus eris (Ps 17, 26)
« Avec l’homme fidèle tu es fidèle. »

37D’autres termes grecs sont attestés en traduction de hācīd, quand ce dernier est traduit dans la Vulgate par sanctus. On trouve εὐλαβής, « qui se tient sur ses gardes » (1 occurrence), qui n’est employé avec un sens religieux que dans la Septante :

periit sanctus de terra et rectus in hominibus non est (Mi 7, 2)
« L’homme fidèle a disparu de la surface de la terre. Il n’y a plus de juste parmi les hommes. »

38εὐλαβουμένος (1 occurrence), participe du verbe dénominatif d’εὐλαβής est également attesté :

custodiet rectorum salutem et proteget gradientes simpliciter seruans semitas iustitiae et uias sanctorum custodiens (Pr 2, 7-8)
« Il garde le salut pour les hommes droits et protège ceux qui avancent simplement, préservant le chemin de la justice et gardant la conduite de ses fidèles. »

39εὐχομένος, participe passé d’un verbe grec signifiant « prier », est également attesté une fois :

pedes sanctorum suorum seruabit et impii in tenebris conticescent quia non in fortitudine roborabitur uir (1 S 2, 9)
« Il protègera les pas de ses fidèles et les méchants se tairont dans les ténèbres, car l’homme ne sera point fortifié par la force. »

40Les trois termes sont employés pour qualifier un homme. En revanche, ἐλεήμων (1 attestation) qualifie le Seigneur :

non auertam faciem meam a uobis quia sanctus ego sum dicit Dominus et non irascar in perpetuum (Jr 3, 12)
« Je ne détournerai pas mon visage de vous parce que je suis fidèle – oracle du Seigneur – et je ne serai pas en colère à jamais. »

41Hācīd traduit par sanctus n’est donc pas un terme qui désigne exclusivement la sainteté intérieure de l’homme qui appartient à Dieu mais est employé pour caractériser la relation qui unit l’homme saint et Dieu, aussi bien la disposition intérieure de l’homme saint envers Dieu que les bonnes dispositions de Dieu envers celui qui lui est fidèle.

Autres termes traduits par sanctus

42Outre qâdosh / qodesh et hācīd, sanctus est employé en traduction de deux autres termes hébreux. Le premier est pārokèt, « rideau du temple » (1 occurrence), dont la traduction grecque est καταπέτασμα :

adsumptoque turibulo quod de prunis altaris impleuerit et hauriens manu conpositum thymiama in incensum ultra uelum intrabit in sancta (Lv 16, 12)
«  Il prendra une cassolette qu’il remplira de charbons ardents de l’autel, il ramassera dans sa main de l’encens prêt à brûler et il les apportera au-delà du voile dans le sanctuaire. »

43Pārokèt n’est pas traduit uniquement par sanctus mais également par uelum, le substantif uelum et le syntagme in sancta servant à traduire tous les traits sémantiques portés par pārokèt. Le second terme hébreu est nekoḥah, « justice », « équité » :

misereamur impio et non discet iustitiam in terra sanctorum inique gessit et non uidebit gloriam Domini (Is 26, 10)
« Nous aurons pitié de l’impie et il n’apprendra pas la justice sur la terre des saints. Il a fait le mal et il ne verra pas la gloire du Seigneur. »

44Alors que la Septante ne traduit pas ce lexème mot pour mot, la Vulgate traduit le terme hébreu abstrait par un adjectif latin substantivé, dénotant donc une réalité concrète. Cette traduction s’explique peut-être par le fait que la qualité humaine désignée par l’hébreu nekoḥah est l’une des caractéristiques de l’homme qui est sanctus.

Traduction des livres deutérocanoniques

45Sanctus est employé 142 fois dans la traduction des livres deutéro-canoniques.

Sanctus traduit ἅγιος ou un terme formé sur la même racine

46Sanctus peut traduire ἅγιος (85 occurrences), comme attribut de différentes réalités. Il est tout d’abord un attribut de Dieu :

ego enim speraui in Aeternum salutem uestram et uenit mihi gaudium a Sancto super misericordia quae ueniet uobis ab Aeterno salutari nostro (Ba 4, 22)
« Car moi j’ai espéré votre salut en l’Éternel et le Saint a fait venir à moi une joie: la miséricorde qui viendra pour vous de l’Éternel, notre sauveur. »

47On le trouve également comme attribut de l’esprit divin :

sensum autem tuum quis sciuit nisi tu dederis sapientiam et miseris sanctum spiritum tuum de altissimis (Sg 9, 17)
« Et qui aurait connu ton dessein si tu n’avais pas donné la Sagesse et envoyé ton Esprit Saint depuis les hauteurs ? »

48Il peut être aussi celui d’un lieu saint :

et anno centesimo quinquagesimo tertio mense secundo praecepit Alchimus destrui muros domus sanctae interioris […] (1 M 9, 54)
« En l’an cent cinquante-trois, le second mois, Alkime ordonna de détruire les murs de la maison sainte intérieure […] »

49Employé comme adjectif substantivé, il traduit le grec τὰ ἅγια et désigne le lieu saint, le sanctuaire :

  • 5 La traduction latine du premier livre des Macchabées s’éloigne parfois du texte grec.

sancta glorificauit et multiplicauit uasa sanctorum (1 M 14, 15)
« Il emplit le sanctuaire de gloire et l’enrichit d’ustensiles du sanctuaire. »
mais aussi les offrandes saintes Si 7, 35 (Si 7, 31 dans la Septante5)
[…] sacrificium sanctificationis offers initia sanctorum (Si 7, 35)
«  […] offre un sacrifice de sanctification et les prémices des offrandes saintes ».

50Le couple ἅγιος / sanctus est aussi utilisé au sujet de personnes saintes ou d’un groupe de personnes saintes, comme le peuple saint, élu par Dieu :

dum enim persuasum habent iniqui posse dominari nationi sanctae uinculis tenebrarum et longae noctis conpediti inclusi sub tectis fugitivi perpetuae prouidentiae iacuerunt (Sg 17, 2)
«  Tandis que des impies avaient la conviction de pouvoir régner sur la nation sainte, ils gisaient, enchaînés par les liens des ténèbres et d’une longue nuit, enfermés sous un toit, fuyant la providence éternelle. »

51Sanctus est également attesté en traduction de termes grecs déjà employés en traduction de qâdosh / qodesh quand sanctus traduit ces lexèmes hébreux. C’est le cas de τὸ ἁγίασμα, « sanctuaire » (6 occurrences) :

et Hierusalem non habitabatur sed erat sicut desertum non erat qui ingrederetur et egrederetur de natis eius et sanctum conculcabatur et filii alienigenarum erant in arce ibi erat habitatio gentium (1 M 3, 45)
« Jérusalem n’était pas habitée mais était comme déserte. De ses fils, aucun n’y entrait ni s’en sortait. Le sanctuaire était foulé aux pieds et des fils d’étrangers étaient dans l’arche. Là était la demeure des païens. »

52Il traduit également des formes d’ἁγιάζω (3 occurrences), comme le participe parfait passif ἡγιασμένος, et désigne ceux qui ont été consacrés au Seigneur :

Domine Deus caeli et terrae intuere superbiam illorum et respice ad nostram humilitatem et faciem tuorum sanctorum adtende et ostende quia non derelinquis praesumentes de te et praesumentes de se et de sua uirtute gloriantes […] (Jdt 6, 14-15 ; 6, 19 dans la Septante)
« Seigneur, Dieu du ciel et de la terre, observe leur orgueil et regarde notre humilité ; tourne ton visage vers ceux qui t’ont été consacrés ; montre que tu n’abandonnes pas ceux qui ont confiance en toi et abaisse ceux qui ont confiance en eux et se glorifient de leur propre courage […] »

53Dans le second livre des Macchabées, sanctus traduit ὁ ἁγιασμός, « lieu consacré », « sanctuaires », qui est attesté uniquement dans la Septante :

et nunc sancte sanctorum omnium Domine conserua in aeternum inpollutam domum istam quae nuper mundata est (2 M 14, 32)
« Et maintenant Seigneur, toi qui es saint parmi les saints, préserve à jamais de toute souillure cette demeure qui vient d’être purifiée. »

54Il y a une attestation de sanctus traduisant ἁγνός, toujours dans le second livre des Macchabées :

et tali lege praeuaricatorem legis contigit mori nec terrae dari Menelaum et quidem satis iuste nam quia multa erga aram Dei delicta commisit cuius ignis et cinis erat sanctus ipse in cineris morte damnatus est (2 M 13, 7-8)
« Grâce à une telle loi il arriva que ce prévaricateur de la loi mourut et qu’aucune terre ne lui fut donnée comme sépulture. Et cela était juste. En effet, comme il avait commis beaucoup de crimes contre l’autel de Dieu, dont le feu et la cendre étaient purs, il fut lui-même condamné mourir dans la cendre. »

Sanctus traduit ὅσιος

55Sanctus traduit aussi (5 occurrences) cet adjectif grec qui traduit fréquemment hācīd quand sanctus traduit l’adjectif hébreu. On trouve le couple ὅσιος / sanctus pour qualifier un homme :

sanctis autem tuis maxima erat lux et horum quidem uocem audiebant sed figuram non uidebant (Sg 18, 1)
« Pour tes fidèles, au contraire, il y avait une très grande lumière et les autres entendaient certes leur voix mais ne voyaient pas leur visage. »

56Ou des âmes :

et cum sit una omnia potest et permanens in se omnia innouat et per nationes in animas sanctas se transfert amicos Dei et prophetas constituit (Sg 7, 27)
« Comme elle est unique, elle peut tout. Demeurant en elle-même, elle renouvelle tout et elle passe dans les âmes saintes parmi les nations ; elle forme des amis de Dieu et des prophètes. »

57Ainsi que des pensées :

nisi enim eos qui ceciderant resurrecturos speraret superfluum uideretur et uanum orare pro mortuis et quia considerabat quod hii qui cum pietate dormitionem acceperant optimam haberent repositam gratiam sancta ergo et salubris cogitatio pro defunctis exorare ut a peccato soluerentur (2 M 12, 44-46)
« Si, en effet, il n’avait pas espéré que les soldats qui étaient tombés ressusciteraient, il aurait paru superflu et inutile de prier pour des morts. S’il pensait que ceux qui acceptent la mort avec piété reçoivent une très belle récompense qui leur est réservée, c’était donc une pensée sainte et salutaire que de prier pour les défunts, pour qu’ils soient libérés du péché. »

Sanctus traduit εὐσεβὴς

58Cette traduction est attestée 3 fois. L’adjectif grec qualifie un être humain, une personne pieuse qui respecte les divines et les rites :

nunc ergo ora pro nobis quoniam mulier sancta es et timens Dominum (Jdt 8, 29)
« Maintenant donc prie pour nous, car tu es une femme pieuse, qui crains le Seigneur. »

Sanctus traduit ἱερός

59Cet adjectif « exprime ce qui appartient aux dieux ou qui vient d’eux » (DELL, p 440). Il est réservé au temple ou aux objets du culte. Il est traduit deux fois par sanctus et qualifie un objet qui consacré à Dieu :

[…] templum etiam sanctum quod prius expoliauerat optimis donis ornaturum et sancta uasa multiplicaturum et pertinentes ad sacrificia sumptus de reditibus suis praestaturum (2 M 9, 16)
« il promet […] même d’orner des plus beaux dons le temple encore saint qu’il avait pillé auparavant, de lui rendre au multiple les instruments sacrés et de prendre sur ses propres revenus les dépenses nécessaires aux sacrifices. »

Sanctus traduit d’autres lexèmes

60Sanctus est attesté en traduction d’autres termes, une seule fois pour chacun d’eux :

61ἄμωμος (« irréprochable ») :

[…] et nescierunt sacramenta Dei neque mercedem sperauerunt iustitiae nec iudicauerunt honorem animarum sanctarum (Sg 2, 22)
«  ils ne connaissaient pas les mystères de Dieu, n’espéraient pas de récompense pour la justice et n’appréciaient pas les honneurs réservés aux âmes saintes. »

62δεδοξασμένος (« glorifié », « célébré ») :

et nomen eorum permanet in aeternum permanens ad filios illorum sanctorum uirorum gloria (Si 46, 15)
« leur nom demeure pour l’éternité en se répandant sur les fils des hommes que la gloire a rendu saints »

63μέγας (« grand ») :

inuocauit Altissimum potentem in obpugnando inimicos undique et audiuit illum magnus et sanctus Deus in saxis grandinis uirtutis ualde fortis (Si 46, 6 ; 46, 5 dans la Septante)
« il invoqua le Très-Haut et le Tout-Puissant pour combattre ses ennemis de toutes part et Dieu, grand et saint, l’a écouté, avec des pierres de grêle d’une très grande force »

64Le texte de la Vulgate surtraduit le texte grec qui ne qualifie Dieu que de grand : le texte latin le qualifie de « grand » (magnus) et de « saint » (sanctus), σεμνός (« vénérable », « qui inspire un sentiment de crainte ») 

alii uero si quid eis supererat uendebant simulque Dominum deprecabantur ut eriperet eos ab impio Nicanore qui eos priusquam in comminus ueniret uendiderat si non propter eos propter testamentum quod erat ad patres eorum et propter inuocationem sancti et magnifici nominis eius super ipsos (2 M 8, 14-15)
« Les autres vendaient tout ce qu’il leur restait et priaient en même temps le Seigneur de les délivrer de l’impie Nicanor qui les avait vendus avant même d’être près d’eux, sinon à cause d’eux, du moins à cause de l’alliance qui avait été conclue avec leurs pères et parce que son nom saint et plein de grandeur avait été évoqué sur eux. »

65σοφός (« sage) :

dominantes in potestatibus suis homines magni uirtute et prudentia sua praediti nuntiantes in dignitate prophetarum et imperantes in praesenti populo et uirtute prudentiae populi sanctissima uerba (Si 44, 3-4)
« C’étaient des maîtres sur leurs territoires, des hommes d’un grand courage et dotés de sa prudence, annonçant avec dignité les paroles des prophètes, qui commandaient leur peuple sur le moment et dont les paroles très saintes destinées à garder la prudence peuple étaient remplies de courage. »

66Il n’y a pas de différence majeure entre l’emploi de sanctus en traduction du canon hébraïque et son emploi en traduction des livres deutéro-canoniques. Les termes que traduit sanctus dans ces derniers servent à traduire les termes que traduit sanctus dans la traduction grecque du canon hébraïque. Le lexème latin ne se charge donc pas de nouveaux sens dans les livres grecs de l’Ancien Testament.

Traduction du Nouveau Testament

67On relève 251 occurrences de sanctus dans la traduction du Nouveau Testament.

Sanctus traduit ἅγιος

68La très grande majorité (240 attestations) représente une traduction du grec ἅγιος. Le couple ἅγιος / sanctus peut qualifier le Père, première personne de la Trinité :

et iam non sum in mundo et hii in mundo sunt et ego ad te uenio Pater sancte serua eos in nomine tuo quos dedisti mihi ut sint unum sicut et nos (Jn 17, 11)
« Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux sont dans le monde et moi je viens vers toi. Père saint, garde dans ton nom ceux que tu m’as donnés pour qu’ils soient un, comme nous sommes un. »

69Le Christ, deuxième personne de la Trinité :

70conuenerunt enim uere in ciuitate ista aduersus sanctum puerum tuum Iesum quem unxisti Herodes et Pontius Pilatus cum gentibus et populis Israhel (Ac 4, 27)

71« Il est vrai qu’Hérode et Ponce Pilate se sont réunis dans cette ville avec les nations et les peuples d’Israël contre ton serviteur Jésus, que tu as oint. »

72L’Esprit, troisième personne de la Trinité :

ego quidem uos baptizo in aqua in paenitentiam qui autem post me uenturus est fortior me est cuius non sum dignus calciamenta portare ipse uos baptizabit in Spiritu Sancto et igni (Mt 3, 11)
« Pour ma part, je vous baptise dans l’eau pour la repentance. Mais celui qui vient après moi est plus que moi et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. »

73Il est employé également pour désigner des hommes, « pieux », « saints », « croyants », les saints de l’Ancien Testament :

et ecce uelum templi scissum est in duas partes a summo usque deorsum et terra mota est et petrae scissae sunt et monumenta aperta sunt et multa corpora sanctorum qui dormierant surrexerunt et exeuntes de monumentis post resurrectionem eius uenerunt in sanctam ciuitatem et apparuerunt multis (Mt 27, 51-53)
« À ce moment, le rideau du temple se déchira en deux morceaux de haut en bas, la terre trembla, les pierres se fendirent, les tombeaux s’ouvrirent et les corps de nombreux saints qui étaient endormis ressuscitèrent. Ils sortirent des tombeaux après la résurrection de Jésus, vinrent dans la ville sainte et se montrèrent à de nombreuses personnes. »

74Ainsi que les hommes appelés à être saints à la suite du Christ, comme le Christ est lui-même saint :

fornicatio autem et omnis inmunditia aut auaritia nec nominetur in uobis sicut decet sanctos aut turpitudo aut stultiloquium aut scurrilitas quae ad rem non pertinent sed magis gratiarum actio (Ep 5, 3-4)
« Qu’aucune forme de débauche, d’impureté ou d’avarice ne soit mentionnée parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints, pas plus que de grossièreté, de propos stupides ou scabreux, qui sont inconvenants. Soyez davantage dans l’action de grâces. »

75Les Écritures (les livres de ce que nous appelons l’Ancien Testament) sont également qualifiées de « saintes » :

[…] quod ante promiserat per prophetas suos in scripturis sanctis […] (Rm 1, 2-3)
« Cet évangile, il l’avait promis auparavant par les prophètes dans les Écritures saintes. »

76Sanctus est employé 2 fois en traduction d’ἁγνός (« pur ») :

et omnis qui habet spem hanc in eo sanctificat se sicut et ille sanctus est (1 Jn 3, 3)
« Tout homme qui a cette espérance en lui se rend saint comme lui-même est saint. »

Sanctus traduit ὅσιος

77Comme dans l’Ancien Testament, sanctus traduit ὅσιος, qui désigne ce qui est saint et fidèle à Dieu. Certaines de ces attestations sont d’ailleurs des citations de l’Ancien Testament (Ac 2, 27, Ac 13, 34, Ac 13, 35). Être ὅσιος est une qualité aussi bien humaine que divine. Dans la lettre aux Hébreux, c’est Jésus-Christ qui est ainsi qualifié :

talis enim decebat ut nobis esset pontifex sanctus innocens inpollutus segregatus a peccatoribus et excelsior caelis factus (He 7, 26)
« Tel devait être en effet pour nous le grand-prêtre : saint, innocent, non souillé, séparé des pécheurs, élevé plus haut dans les cieux. »

78Dans la lettre à Tite, cette qualité est celle d’un homme, un dirigeant épiscope :

oportet enim episcopum […] hospitalem benignum sobrium iustum sanctum continentem amplectentem eum qui secundum doctrinam est fidelem sermonem […] (Tt 1, 7-9)
« il faut en effet qu’un dirigeant d’Église […] soit accueillant, recherchant le bien, mesuré, juste, saint, maître de soi, fidèlement attaché à la parole digne de foi, qui est conforme à la doctrine [… ] »

79Cette traduction est attestée six fois, auxquelles s’ajoute une attestation de l’adverbe ὁσίως.

Sanctus traduit d’autres lexèmes

80Sanctus traduit également deux autres termes. L’un est ἡγιασμένος, participe d’ἁγιάζω :

aperire oculos eorum ut conuertantur a tenebris ad lucem et de potestate Satanae ad Deum ut accipiant remissionem peccatorum et sortem inter sanctos per fidem quae est in me (Ac 26, 18)
« [Je t’envoie] pour que tu ouvres leurs yeux, afin qu’ils se convertissent et viennent des ténèbres à la lumière, du pouvoir de Satan vers le Christ et qu’ils reçoivent grâce à leur foi en moi le pardon de leurs péchés et leur place parmi ceux les saints. »

81L’autre est ἱεροπρεπής (« qui convient à une chose sainte ou sacrée »), adjectif composé dont l’un des membres est ἱερός, que sanctus traduit dans la Vulgate :

anus similiter in habitu sancto (Tt 2, 3-4)
« De même, que les vieilles femmes adoptent un style de vie saint.

Sanctitas dans la Vulgate

82Sanctitas désigne l’état ou la qualité de celui qui est sanctus. Mais, à la différence de sanctus, il est peu attesté dans la Vulgate (18 attestations). Que traduit-il et que désigne-t-il exactement ?

Dans le canon hébraïque

83Il y a 4 occurrences dans la traduction du canon hébraïque.

Sanctitas traduit qodesh

84Cette traduction est attestée 3 fois. À chaque fois, le terme grec que la Septante emploie est ἅγιος ou un terme formé sur la même racine :

La traduction grecque de ce verset de l’Exode comporte l’adjectif ἅγιος :
quis similis tui in fortibus Domine quis similis tui magnificus in sanctitate terribilis atque laudabilis et faciens mirabilia (Ex. 15, 11)
« Qui est semblable à toi parmi les dieux, Seigneur? Qui est semblable à toi, éclatant de sainteté, terrible et digne de louange, accomplissant des merveilles? » (Ex. 15, 11)

85Le texte grec de la Septante n’exprime pas exactement la même idée puisqu’il traduit l’hébreu par le syntagme δεδοξασμένος ἐν ἁγίοις : l’emploi de l’adjectif substantivé ἅγιος à la place d’un éventuel substantif met l’accent sur la dimension concrète de la sainteté. Sanctitas a-t-il ici un sens concret, qui serait un équivalent latin du sens concret de qodesh, le terme hébreu pouvant désigner aussi bien la sainteté comme attribut abstrait que les choses saintes ? Le terme latin ne possède pas par lui-même ce sens concret mais d’autres occurrences de la Vulgate montrent qu’il se charge de ce sens en latin biblique, notamment dans la Vulgate. Cet emploi constitue un hébraïsme qui calque le sens du lexème latin sur celui du lexème hébreu.

86Sanctitas traduit également qodesh quand le substantif hébreu est traduit par τὸ ἁγίασμα dans la Septante. Ce néologisme de la Vulgate, que nous avions rencontré avec un sens concret de « chose sainte », « lieu saint », possède ici le sens abstrait de « qualité de celui qui est saint. » :

domum tuam decet sanctitas Domine in longitudine dierum (Ps. 92, 5)
« La sainteté convient à ta maison, Seigneur, pour la suite des temps. » 
Le triangle qodesh / ἡ ἁγιωσύνη / sanctitas est également attesté une fois :
cantate Domino sancti eius et confitemini memoriae sanctitatis eius (Ps 29, 5)
« Chantez pour le Seigneur, vous ses saints, et louez la mémoire de sa sainteté. »

87Aussi bien en hébreu qu’en grec et en latin, le sens du lexème est abstrait.

Sanctitas traduit Miqdash

88Dans le livre d’Ezéchiel, sanctitas est employé en traduction d’un terme hébreu concret, miqdash :

erit eis locus in domos et in sanctuarium sanctitatis (Ez 45, 4)
« [… ] ceux-ci (les prêtres) auront un lieu pour leur maison et un lieu sacré pour leur sanctuaire. » (Ez 45, 4)

89Ce n’est pas la traduction la plus fréquente de miqdāsh quand le mot hébreu possède ce sens : on trouve plus fréquemment sanctuarium, employé également dans ce verset où il traduit également miqdash. Encore une fois, la traduction latine n’est pas une traduction mot pour mot sur l’hébreu. Le texte hébreu dit littéralement « il y aura pour eux (…) un sanctuaire pour leur sanctuaire », ce que le latin traduit littéralement « il y aura pour eux un lieu (…) pour le sanctuaire de sainteté » (ou « du sanctuaire », selon qu’on considère que sanctitas a un sens concret ou abstrait). La traduction de la Septante est ὁ ἁγιασμόϛ, « lieu consacré, sanctuaire », terme concret, comme qodesh. Malgré la syntaxe alambiquée de la traduction latine, il semble que sanctitas ait ici le sens abstrait qu’il ne possède que dans la Vulgate.

Dans les livres deutérocanoniques

90Ce sens abstrait est encore mieux attesté dans la traduction des livres deutéro-canoniques, où sanctitas traduit 5 fois le lexème grec τὸ ἁγίασμα, comme en Si 47, 12 :

et dedit in celebrationibus decus et ornauit tempora usque ad consummationem uitae ut laudarent sanctum nomen Domini et amplificarent mane Dei sanctitatem (Si 47, 12)
« Il donna de l’éclat aux célébrations et des ornements aux jours favorables jusqu’à l’achèvement de sa vie pour qu’ils louent le saint nom du Seigneur et glorifient au petit matin le sanctuaire de Dieu. »

91Et une fois ὁ καθηγιασμένος ναός (« le temple consacré ») :

erat enim pro uxoribus et filiis itemque pro fratribus et cognatis minor sollicitudo maximus uero et primus pro sanctitate timor erat templi (2 M 15, 18)
« L’inquiétude au sujet des femmes et des enfants, des frères et des parents proches était moins grande, alors que la plus grande et la première des craintes était pour le temple saint. »

92La tournure pro sanctitate templi dans ce dernier verset est un hébraïsme consistant à employer un terme abstrait pour un terme concret (pro sancto templo).

93Sanctitas possède aussi un sens abstrait dans la traduction de cette partie de la Bible puisqu’il traduit ἡ ἁγιωσύνη, qui désigne le caractère saint du temple de Jérusalem dans le livre des Macchabées :

decipi uero eos qui credidissent loco et templo quod per uniuersum mundum honoratur pro sui ueneratione et sanctitate inpossibile omnino esse (2 M 3, 12)
« Il était absolument impossible de tromper ceux qui avaient confiance en un lieu et en un temple qui est honoré à travers le monde entier pour le respect divin et la sainteté dont il était rempli. »

Dans le Nouveau Testament

94Sanctitas est attesté deux fois dans la traduction du Nouveau Testament. Dans l’évangile de Luc, il traduit ἡ ὁσιότης (« piété », « sainteté », « vertu »), terme abstrait formé sur l’adjectif ὅσιος qui désigne l’homme fidèle à Dieu, rendu saint par sa fidélité :

sicut locutus est per os sanctorum qui a saeculo sunt prophetarum eius salutem ex inimicis nostris et de manu omnium qui oderunt nos ad faciendam misericordiam cum patribus nostris et memorari testamenti sui sancti iusiurandum quod iurauit ad Abraham patrem nostrum daturum se nobis ut sine timore de manu inimicorum nostrorum liberati seruiamus illi in sanctitate et iustitia coram ipso omnibus diebus nostris (Lc 1, 70-75)
« Il a parlé ainsi par la bouche des prophètes par la bouche des saints prophètes qui ont parlé autrefois : il a annoncé le salut qui nous libère de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent, pour montrer sa miséricorde envers nos pères et faire mémoire de son alliance sainte, le serment qu’il a fait à Abraham notre père, de nous accorder de le servir sans crainte, après avoir été libérés de la main des ennemis, dans la sainteté et la justice, sous son regard, tous les jours de notre vie. »

95Dans la première lettre aux Thessaloniciens, sanctitas traduit ἡ ἁγιωσύνη (« caractéristique de ceux qui sont ἅγιοι », « sainteté ») :

uos autem Dominus multiplicet et abundare faciat caritatem in invicem et in omnes quemadmodum et nos in uobis ad confirmanda corda uestra sine querella in sanctitate ante Deum et Patrem nostrum in aduentu Domini nostri Iesu cum omnibus sanctis eius (1 Th 3, 12-13)
« Que le Seigneur augmente et fasse abonder l’amour que vous vous manifestez les uns envers les autres et que vous manifestez à tous, de la même manière que nous manifestons cet amour envers vous, pour affermir vos cœurs dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, lors de la venue de notre Seigneur Jésus, avec tous les saints. »

Conclusion

96Les signifiés de sanctus dans l’ensemble de la Bible mettent en évidence un terme qui peut qualifier tout ce qui est divin, que ce soit Dieu, quelque chose ou quelqu’un qui lui est consacré ou qui est dans une relation respectueuse avec lui, d’une manière ou d’une autre, aussi bien dans l’Ancien Testament que dans le Nouveau Testament. Ce lexème latin regroupe dans la Vulgate des signifiés appartenant à divers lexèmes que leurs propres caractéristiques différencient nettement. Cela montre que Jérôme, et les traducteurs des livres qu’il n’a pas traduits lui-même, n’ont pas recours à un automatisme de traduction qui consisterait à affecter sanctus à la traduction d’un seul terme hébreu et d’un seul terme grec, ou de ne traduire tel ou tel terme hébreu ou grec que par sanctus. Une étude plus poussée montrerait en effet que qâdosh/qodesh et ἅγιος, ou hācīd et ὅσιος, ne sont pas automatiquement traduits par sanctus ou par un mot de la même famille.

97L’emploi de sanctus et de sanctitas dans la Vulgate est l’occasion d’un enrichissement des deux termes. En effet, dans le monde latin non-chrétien, quand sanctus est appliqué à un homme, il désigne l’homme inviolable en raison d’une fonction religieuse ou l’homme qui possède certaines qualités, indépendamment de la religion. Le uir sanctus est un homme intègre, irréprochable, en raison de qualités morales intrinsèques qui ne sont pas liés au monde divin. Dans les livres bibliques, l’homme sanctus est un homme fidèle à Dieu, croyant, qui respecte celui en qui il croit et qui accomplit ses devoirs envers lui. La notion la plus proche dans le vocabulaire latin serait celle de pietas, d’homme pius.

98On peut donc dire que, tel qu’employé dans la Vulgate, sanctus et sanctitas abolissent les divisions lexicales entre ce qui relève de la caractéristique extérieure et de la disposition intérieure, entre ce qui relève du rite et l’état d’esprit respectueux des dieux, entre les termes du vocabulaire religieux réservés l’homme et ceux réservés à la divinité. Cette neutralisation permet l’intégration des deux lexèmes dans le vocabulaire religieux biblique juif et chrétien ainsi que tous les enrichissements sémantiques dont le lexème se charge dans les livres bibliques pour importer en latin des notions religieuses extérieures à l’essence de la religion romaine.

Haut de page

Bibliographie

Chantraine, Pierre, Dictionnaire étymologique de la langue grecque (nouvelle édition), achevé par Taillardat, Jean, Masson, Olivier et Perpillou, Jean-Louis, Paris, Klincksieck, 2009

Delehaye, Hippolyte, Sanctus. Essai sur le culte des saints dans l’Antiquité, Bruxelles, Société des bollandistes, 1927

Ernout, Alfred et Meillet, Antoine, Dictionnaire étymologique de la langue latine (4ème éd.), édition scientifique par Andre, Jacques, Paris, Klincksieck, 2001

Fischer, Bonifatius, Nouae Concordantiae Bibliorum Sacrorum iuxta Vulgatam Versionem critice editam, Stuttgart, Fromann-Holzboog, 1977, 5 vol. (XVII-5699 p.)

Garcia de la fuente, Olegario, « Consideraciones sobre el influjo hebreo en el latín biblico », Emerita, 49, 1981, p 307-342

Harl, Marguerite (sous la direction de), La bible d’Alexandrie. Traduction et annotation des livres de la Septante, Paris, Cerf, 2005

Kittel, Rudolph, Elliger, Karl, Rudolph, Wilhelm, Ruger, Hans Peter et Weil, Gérard-Emmanuel, Biblia Hebraica Stuttgartensia, Stuttgart, Deutsche Bibelgeselschafft, 1997, 1574 p.

Muraoka, Takamitsu, A Greek-English lexicon of the Septuagint, Louvain – Paris, Peteers, 2009, XL-757 p.

Rahlfs, Alfred et Hanhart, Robert, Septuaginta, id est Vetus Testamentum graece iuxta LXX interpretes, Stuttgart, Deutsche Bibelgeselschafft, cop. 2006, 941 p.

Vetus Latina Database, 1995, http://www.brepolis.net/apps/vld/search.cfm

Vetus Latina : Die Reste der Altlateinische Bibel, Freiburg in Breslau, Erzabtei Beuron, 1949-

Weber, Robert et Gryson, Roger, Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem, Stuttgart, Deutsche Bibelgeselschafft, 2007, 1980 p.

Haut de page

Notes

1 Sanctus. Essai sur le culte des saints dans l’Antiquité (Bruxelles, 1927), p 24.

2 Delehaye, p 24.

3 Chantraine, Taillardat, Masson et Perpillou, p. 24, article ἅζομαι.

4 Selon H.Delehaye, le concept primitif est la sainteté et la consécration à Dieu. L’idée de séparation n’en est qu’une conséquence.

5 La traduction latine du premier livre des Macchabées s’éloigne parfois du texte grec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Rébeillé-Borgella, « Sanctus et sanctitas dans les Bibles latines », Conserveries mémorielles [En ligne], #14 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/1721

Haut de page

Auteur

Marie Rébeillé-Borgella

Agrégée de grammaire, doctorante à l’Université Lyon III en littérature et civilisation antique CEROR (Centre d’Études et de Recherches sur l’Occident Romain). Boursière de la Fondation Thiers.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org