Navigation – Plan du site

(Re)Constituer la trajectoire

Anne-Sophie Fournier-Plamondon et Jules Racine-Saint-Jacques

Texte intégral

Time is a crooked bow.

Andrew Bird

Ce qui compte, ce n'est pas une œuvre, c'est la trajectoire de l'esprit durant la totalité de la vie.

Juan Miro

  • 1 Les définitions ci-haut sont tirées du Petit Robert, sv « Trajectoire », Paris, Dictionnaires Le R (...)

1Commençons par une évidence : la notion de trajectoire comporte l'idée de déplacement dans l'espace. À première vue, rien ne la rapproche de l'histoire ou de la mémoire. La physique mécanique, qui lui a donné son acception première, considère la trajectoire comme la « courbe décrite par le centre de gravité d'un mobile ». La balistique la représente comme la courbe du projectile éjecté de l'arme. Pour l'astronome, la trajectoire est l'orbite décrite par le corps céleste autour d'un axe ou encore, si ledit corps est projeté, la course entre son point d'origine et son point d'arrivée1. Quoiqu'il en soit, la notion de trajectoire, bien qu'indissociable de l'objet en mouvement, ne renvoie pas à l'objet sensible en soi, mais bien à l'abstraction que l'intelligence infère à l'observation de son mouvement, la courbe décrite par son mouvement. Elle est une vue de l'esprit, la trace schématisée que laisse cet objet dans l'espace. Ainsi, bien qu'il serve indéniablement à porter un jugement sur les faits, la réalité qu'il décrit n'existe que dans l'idée que l'on se fait d'un phénomène révolu.

2Loin de se cantonner aux seules sciences naturelles, la notion de trajectoire trouve une acception tout aussi opératoire chez les praticiens des sciences humaines et sociales. Elle s'y entend généralement comme la série, plus ou moins ordonnée, des positions successives occupées par un individu ou un groupe dans un espace social défini. Elle s'inscrit par exemple dans la sociologie bourdieusienne comme un outil essentiel pour décrire l'agent et expliquer ses actions, au même titre que les concepts de champ, de capital, de stratégie et d'habitus (Lahire, 2001, 26). Cette définition peut comporter une seconde déclinaison. À cette trajectoire plutôt factuelle des positions occupées dans le temps et l’espace, peut se joindre une trajectoire plus subjective, soit celle exprimée dans les expériences racontées, individuelles et collectives. On le remarque notamment dans les travaux de Dubar sur l’identité professionnelle, où la série de « positions successives » dialogue avec l’histoire de vie du sujet (1998); chez Jolivet, où les parcours migratoires des individus ou des populations sont analysés tant dans leurs aspects géographiques que dans les récits de vie (2007). Ainsi, la notion de trajectoire offre aux chercheurs en géographie ou en sciences de l'orientation une autre clef de lecture pour appréhender des objets de recherche, où la trajectoire physique se conjugue à une trajectoire discursive, racontée, remémorée. Cette question du récit de la trajectoire est également posée par les psychologues et les psychanalystes, qui ont résolu la question en travaillant uniquement à partir de la trajectoire racontée et non à partir de la trajectoire « réelle » (Gaulejac, 2008). Comme on le constate, la trajectoire fait partie de ces termes utilisés dans plusieurs disciplines; son emploi peut sembler anodin. C’est justement ce caractère anodin qui nous a interpellés. Interroger ce qui va de soi, le banal, est un exercice qui permet de mettre au jour le caractère pluriel d’un objet scientifique, d’une pratique méthodologique ou, comme ici, d’un outil conceptuel.

3Les liens noués entre trajectoire et histoire sont forts. L’histoire n'est pas une science galiléenne qui tente de tirer de l'expérience sensible des modèles universaux de description du réel, aptes à prévoir l'avenir. Nous l’entendons et la pratiquons comme un mode de « connaissance par traces » (Ginzburg, 1989). Ainsi représentée, l'histoire peut être définie comme le récit colligé et critiqué des traces du passé. Son propre n'est pas de produire des modèles théoriques capables de révéler le domaine nouménal des « choses vraies » enfouies sous les apparences ou de représenter l'être humain dans ses formes génériques, mais de reconstituer la trame vraie des faits qui ont marqué l'inscription sociale, la manière d'être, de penser et d'agir en société des hommes dans un temps et un espace définis. Or, tel que mentionné précédemment, la trajectoire n'existe que par la reconstitution des traces laissées par un objet mouvant dans l’espace, que celui-ci soit géographique ou social, physique ou symbolique. Cette reconstitution peut rencontrer plusieurs écueils, notamment dans la manière dont le chercheur aborde les traces et les ordonne, les met en valeur ou même, les élimine.

  • 2 « On voit assez souvent exprimée l'idée que la maturation d'un "talent génial" serait un processus (...)
  • 3 Contre ce que Bourdieu appelait « l'illusion biographique » (1986), l'approche par la trajectoire (...)

4À une certaine époque, utiliser la trajectoire, c’était donner par rétrodiction un sens au présent à des événements au passé, c’était présenter le passé comme si le futur s’y trouvait déjà en puissance, attendant de passer à l’acte (Durand, 2008). En effet, toutes les histoires semblent aller de soi pour peu qu’on connaisse leur fin (Clot, 1989). Dans le genre biographique en particulier, qui repose sur la narration de sa propre vie ou de celle d'un autre, la tentation téléologique peut être forte, et il faut prendre garde à ne pas isoler l’objet de recherche de son contexte. Norbert Elias, dans sa biographie de Mozart, a longuement insisté sur la séparation artificielle et trompeuse effectuée par des biographes entre la compréhension du musicien et l’étude de son existence sociale2. À notre avis – et c'était le pari de ce numéro que d'en donner l'illustration – la trajectoire, en tant qu’outil, doit être à même de révéler les sinuosités, les incurvations, les ruptures imposées à l'individu par les contingences du quotidien, les dispositifs ou les déterminismes sociaux. Aussi, Claude Grignon a-t-il raison d'affirmer que seul un effort de conceptualisation appuyé sur l'idée d'itinéraire ou de trajectoire – entendus par Grignon comme synonymes – est à même de « mettre en évidence les causes des "accidents de parcours", sorte de hasards objectifs qui, conduisant des individus dotés au départ de propriétés et de chances à peu près identiques vers des trajectoires et des destins sociaux de plus en plus divergents, produisent une variété particulière de "frères ennemis" » (1997, 8)3.

  • 4 Alain Robbe-Grillet (1922-2008) est l’un des chefs de file du Nouveau roman, courant littéraire du (...)

5En mobilisant la trajectoire, le chercheur a pour tâche de patiemment traquer, relever, compiler les traces du réel et d'en rendre raison en restituant leur sens dans leur contexte de production. Et le réel, c’est, pour reprendre les mots de Robbe-Grillet, « du fragmentaire, du fuyant, de l’inutile, si accidentel même et si particulier que tout événement y apparaît à chaque instant comme gratuit et toute existence en fin de compte privée de la moindre signification unificatrice. » (1984, 208)4 Devant ce désordre des traces, le chercheur peut nettoyer le récit de ses scories, de l’inessentiel, de l’imprévu, pour en extraire une intrigue mise en ordre, où rien de vient perturber la trajectoire des événements. Il peut également choisir de considérer que le récit doit chercher à rendre compte des conditions de l’expérience des protagonistes, en faisant de la place à l’incertitude (Revel, 2008, 108).

  • 5 Conviant ses pairs à une « mission de géodésie », le chercheur réitérait l'appel lancé par René Ré (...)
  • 6 La référence sur laquelle il s'appuie pour ce faire n'est pas sans évoquer le rapport de l'histoir (...)

6En lançant l'appel de ce numéro, nous avons invité les chercheurs à réfléchir avec nous sur la notion de trajectoire et sur son rapport à la mémoire et à l'histoire en tant que modes à la fois concurrents et complémentaires d'actualisation du passé. Cette ambition s'est mutée en critère au moment de la sélection des propositions reçues. Il en résulte certes un assemblage hétérogène d'articles, mais à travers la disparité des approches disciplinaires qui les sous-tendent, les textes qui le constituent illustrent tous l'étroitesse du rapport entre trajectoire, histoire et mémoire. L'histoire intellectuelle et culturelle s'y trouvent notamment mises à l'honneur. Peut-être doit-on y voir l'indicateur d'une affinité élective entre l'idée de trajectoire et ces sous-champs disciplinaires? Après tout, le potentiel heuristique du concept s'y exprime nettement. Avec les notions de générations et de structures de sociabilité, l'idée voisine d'« itinéraire », par exemple, s'inscrit au fondement même du programme de recherche en histoire des intellectuels en France tel que l'a relancé Jean-François Sirinelli au milieu des années 19805. Renouant avec cette tradition historiographique quelque peu délaissée en France, Sirinelli entendait montrer que la notion d'itinéraire permet de dégager, à travers l'étude détaillée de ses agents, les tendances idéologiques d'un groupe socialement peu homogène, mais à la fonction sociale analogue comme les intellectuels6. Aussi, le concept de trajectoire se révèle-t-il utile pour dévoiler, ne serait-ce qu'à travers un seul acteur, certains des courants décisifs qui traversent et déterminent son époque. Car, comme le demandait Christophe Prochasson : « comment réduire un acteur à quelques propriétés sociales, politiques et culturelles, dans le mépris d'un parcours historique qui seul est en mesure de le définir tout à fait? » (2008, 89)

7Les articles présentés dans ce numéro s’articulent autour de trois pôles : la biographie, le collectif et les idées. Du plus particulier – l’existence et l’expérience individuelle – jusqu’au plus large – l’espace public – et en abordant les groupes politiques et culturels, ils mettent tous en lumière l’emploi de la notion de trajectoire par leurs auteurs, issus de domaines différents. Par son usage bien particulier du récit, l'approche biographique du passé, qu’elle soit sociologique, littéraire ou historienne, fait sans doute intervenir la notion de trajectoire de la manière la plus directe. N'est-ce pas le travail même du biographe que de structurer en un même texte les différentes positions sociales et spatiales d'un sujet donné dans le temps afin d'en rendre raison (Marin, 1993, 146)? Partant, la notion de trajectoire n'est-elle pas nécessaire à la réflexion du biographe? Le soi et l'autre qui se rencontrent et s'entrecroisent en un rapport ambigu, suspect, même, pour certains (Thrift, 2007, 7; Artières, 2006) dans l'exercice biographique. Telle est la question examinée dans la première partie de ce numéro, intitulée « Traces de soi, traces de l'autre »

8Consubstantiel à la notion de trajectoire, le sens de la vie – entendu comme la direction et comme la signification – se trouve aussi au centre des préoccupations des articles de la deuxième partie de ce numéro: « De l'individuel au collectif : usages de la trajectoire dans la construction mémorielle ». Le sens que l'on cherche à travers l'affrontement ou celui que l'on maintient dans la fragile tension entre ses origines, son présent et son avenir est exploré, dans les traces laissées au creux des mémoires.

9Après avoir interrogé les trajectoires d’individus, que ce soit des groupes ou alors des êtres singuliers, les articles de la troisième partie, « Trajectoires conceptuelles, entre archéologie et circulation », ouvrent la problématique de ce numéro à des horizons plus larges. Est-ce que des objets conceptuels, qui n’ont pas de matérialité propre, laissent des traces à collecter, ont une trajectoire? Que ce soit dans l’archéologie, en cherchant les premiers indices, les origines, ou dans l’étude de la circulation, soit la courbe décrite par le sujet étudié, ils questionnent chacun les usages d’un objet dans l’espace public.

10D’un texte qui retrace une vie à un autre qui ne restitue pas le passé, mais invente un futur, l’article d’Aurélie Moioli permet d’appréhender la trajectoire comme la recollection des traces du passé et leur transformation au présent. Son étude illustre ainsi avec finesse la conception graphique de la vie humaine ébauchée par Marguerite Yourcenar, qui rappelait que la vie « ne se compose pas, quoi qu’on en dise, d’une horizontale et de deux perpendiculaires, mais bien plutôt de trois lignes sinueuses, étirées à l’infini, sans cesse rapprochées et divergeant sans cesse : ce qu’un homme a cru être, ce qu’il a voulu être, et ce qu’il fut. » (citée par De Rosbo, 1972, 26) Poursuivant la réflexion ouverte par cette analyse littéraire, le texte d'Irina Polyakova fait voir que le genre bien particulier de la biographie peut lui aussi faire l'économie d'un récit linéaire et chronologique dans la restitution de la pensée d'un auteur. Plutôt que de se servir du cours de la vie (« life-course ») du sujet biographé comme révélateur de son univers intérieur (« inner world »), cette variété bien particulière du genre biographique préfère l'analyse de la vision du monde de l'auteur (« world view »), reléguant le récit de vie au second rang derrière l'analyse philosophique de la vie elle-même. Ici, la vie de l'auteur s'identifie en tout point à son œuvre. Manifestation de son schème conceptuel et éthique, l'œuvre confère un sens à la trajectoire de vie de son auteur. Enfin, Zoé Egelman propose une lecture riche et innovante du Journal d’Hélène Berr en le faisant dialoguer avec les auteurs qui lui ont permis d'échapper aux horreurs des persécutions durant l'occupation. Située à l’articulation entre la littérature et l’histoire, cette étude de cas met en lumière la trajectoire émotionnelle de la protagoniste qui voit sa vie progressivement emmurée et pour qui l'étude de la littérature et l'écriture cessent progressivement d'être un exutoire. Comme Sabina Loriga, avec ses soldats (Loriga, 1992), Egelman utilise ce matériel autobiographique non pas pour exposer une expérience commune, ou comme un outil pour illustrer des structures plus vastes, mais bien pour reconstituer, par le truchement de l'intime, le vécu historique d'une population opprimée.

11Les parcours de vie des militants de la gauche péroniste ayant appartenu à Las Fuerza Armadas Peronistas qu'analyse Paula Sombra montrent bien comment le discours rétrospectif des activistes reconstruit le passé pour en faire un tissu mémoriel bien lisse et conforme aux aspirations contemporaines du groupe mémoriel. Dans cet article, la chercheure propose une réflexion au présent du militantisme en Argentine dans les années 1960-1970, à partir de témoignages oraux et écrits. Elle mobilise ainsi moult trajectoires singulières, afin de donner un sens à la mémoire collective; ce faisant, elle réfléchit également sur les conjonctures politiques et culturelles qui orientent les trajectoires remémorées par les témoins et les acteurs d’un passé récent.

12La quête d'un soi collectif dans la confrontation avec l'altérité se trouvent au cœur de l'article de Michel Calapodis. Celui-ci explore la trajectoire collective socio-historique de la communauté grecque à Marseille et la trame mémorielle qui en sous-tend le déploiement. Décrivant les soubresauts identitaires de cette collectivité au statut particulier, l'article de Calapodis interroge les forces qui ont influencé la trajectoire des Marseillais d'origine grecque.

13Nicholas Dion montre quant à lui que la « figure » du zombie, au sens propre et figuré, a vu « ses contours » « redessinés » par les auteurs qui s'y sont attachés aux XXe et XXIe siècles. Il mobilise la trajectoire comme un outil permettant d’isoler une voie empruntée par le zombie dans la culture occidentale contemporaine, à partir d’un moment fondateur, le Night of the Living Dead de Romero. L’étude de cas de Dion illustre bien comment une force, une impulsion, peut donner lieu à de multiples trajectoires.

14Sébastien Ledoux fait un usage similaire de la trajectoire, rapprochant la notion de celle d'évolution. Là où la trajectoire se comprend comme la série de position occupée par un objet dans un espace, l'évolution, elle, peut être entendue non comme progression linéaire, mais comme une série de formes acquises par un objet dans un espace. L'espace est ici mental et collectif, il s'agit de l'espace public médiatisé français au XXe siècle et l'objet, l'idée de devoir de mémoire.

15Maxime Raymond-Dufour, enfin, use de la trajectoire pour tenter de repenser le concept de régime d'historicité. L'idée qu'il existe, au sein d'une même collectivité, plusieurs façons pour l'humain de se percevoir dans le temps et de percevoir le temps apparaît plus aisément concevable lorsqu'on conceptualise la trajectoire du temps non plus au singulier, mais au pluriel. On est alors à même de comprendre que le régime d'historicité masque une pléthore de représentations du temps selon le point de vue duquel on se place. La notion de trajectoire est ici mise au profit d'une analyse philosophique du temps.

16De l’individuel à l’espace public, la notion de trajectoire permet d’élargir la focale en demeurant centré sur un même objet. Dans les sciences humaines et sociales, le singulier est souvent étudié dans l’espoir de trouver une expérience commune, de reconstituer une expérience sociale dépassant le cas étudié. Si, à l’échelle collective, la trajectoire d’un groupe semble lisse, l'altérité des individus étant gommée par les traits communs, la trajectoire de chacun des membres d’un groupe donne accès à des ruptures, à des aspérités. Or, la mise au jour de ces aspérités s'avère souvent nécessaire à la compréhension du passé qu'aide à décrire le concept de trajectoire. Car dans ces anfractuosités, ces ruptures, ces errances, ces hésitations, ces retours en arrières réside souvent davantage de vérité sur la nature complexe, ramifiée et tortueuse du fil avec lequel se tissent les existences individuelle et collective. Terminons par un vœu : si définir ce fil avec exactitude est l'idéal des sciences de l'homme, puisse ce numéro humblement contribuer à montrer le rôle joué par l'idée de trajectoire dans cette vaste entreprise.

ARTIÈRES, Philippe, Rêves d'histoire. Pour une histoire de l'ordinaire, Paris, Prairies ordinaires, 2006, 169 p.

BOURDIEU, Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, juin 1986, p. 69-72.

CLOT, Yves, « L’autre illusion biographique », Enquête. Cahiers du CERCOM, n° 5, 1989, « Biographie et cycle de vie », URL : http://enquete.revues.org/​document99.html.

DUBAR, Claude, « Trajectoires sociales et formes identitaires. Clarifications conceptuelles et méthodologiques », Sociétés contemporaines, volume 29, n° 29, 1998, p. 73-85.

DURAND, Pascal, « Illusion biographique et biographie construite », Contextes [En ligne], n°3, juin 2008, mis en ligne le 16 juin 2008, URL : http://contextes.revues.org/​index1983.html.

ELIAS, Norbert, Sociologie d'un génie, Paris, Seuil, 1991, 243 p.

GAULEJAC, Vincent de, « Parcours, trajectoires, histoires, récits? », dans Enfances et psy, n° 38, 2008, p. 114-121. URL : www.cairn.info/revue-enfances-et-psy-2008-1-page-114.htm.

GINGRAS, Yves, « Pour une biographie sociologique », Revue d’histoire de l’Amérique française, volume 54, n° 1, 2000, p. 123-131.

GINZBURG, Carlo, « Traces: racines d'un paradigme indiciaire », dans GINZBURG, Carlo, Mythes, emblèmes, traces: morphologie et histoire, Paris Flammarion, 1989 [1986], p. 139-180.

GRIGNON, Claude, « Sur les relations entre les transformation du champ religieux et les transformations de l'espace politique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 16, septembre 1997, p. 3-37.

JOLIVET, Violaine, « La notion de trajectoire en géographie, une clé pour analyser les mobilités? », EchoGéo, [En ligne], n° 2, 2007, mis en ligne le 22 février 2008, URL : http://echogeo.revues.org/​1704.

LAHIRE, Bernard, « Champ, hors-champ et contre-champ », dans Bernard Lahire (sous la direction de), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu: dettes et critiques, Paris, Découverte/poche, 2001 [1999], p. 23-57.

LORIGA, Sabina, Soldats, Paris, Mentha, 1991.

MARIN, Louis, « Biographie et fondation », Esprit, n° 12, 1993, p. 141-156.

PROCHASSON, Christophe, 14-18: retours d'expériences, Paris, Tallandier, 2008.

REVEL, Jacques, « Entretien avec Jacques Revel, Un exercice de désorientement : Blow up », dans Antoine de Baecque et Christian Delage (sous la direction de), De l’histoire au cinéma, Paris, éditions Complexe, p. 99-110.

ROBBE-GRILLET, Alain, Le Miroir qui revient, Paris, Éditions de Minuit, 1984, 232 p.

ROSBO, Patrick de, Entretiens radiophoniques avec Marguerite Yourcenar, Paris, Mercure de France, 1972, 172 p.

SIRINELLI, Jean-François, « Le hasard ou la nécessité? Une histoire en chantier: l'histoire des intellectuels », Vingtième siècle: revue d'histoire, vol. 9, no 1, 1986, p. 97-106.

THRIFT, Nigel J., Non-Representational Theory: Space, Politics, Affects, New York, Routledge, 2007, 325 p.

Haut de page

Notes

1 Les définitions ci-haut sont tirées du Petit Robert, sv « Trajectoire », Paris, Dictionnaires Le Robert, 2013.

2 « On voit assez souvent exprimée l'idée que la maturation d'un "talent génial" serait un processus "intérieur", automatique, qui s'actionnerait en quelque sorte indépendamment du destin humain de l'individu concerné. Cette idée est liée à une autre selon laquelle la création des plus grands chefs-d’œuvre serait indépendante de l'existence sociale de leurs auteurs, autrement dit de leur cheminement et de leur expérience d'homme parmi les hommes. Ainsi, un grand nombre de biographes de Mozart ont-ils tendance à penser que la compréhension de l'artiste, et donc de son art, pourrait se séparer de celle de l'être humain. Cette séparation est artificielle, trompeuse et inutile. [...] Par le fait même qu'on élève un individu au-dessus de la mesure humaine, on rabaisse les autres. Or, la compréhension de la performance d'un artiste et la joie que procurent ses œuvres ne se trouvent pas compromises, mais au contraire plutôt renforcées et approfondies, par l'effort pour saisir le lien entre ses œuvres et sa vie dans la société des hommes. Le talent particulier que possède un individu, "le génie", comme on disait à l'époque de Mozart, non pas qu'il est mais qu'il a, fait de lui-même partie des éléments constitutifs de son destin social et constitue dans cette mesure aussi un fait social, exactement au même titre que les simples dons des êtres qui ne sont précisément pas géniaux. » (Elias, 1991, 82-83)

3 Contre ce que Bourdieu appelait « l'illusion biographique » (1986), l'approche par la trajectoire invite le chercheur, qu'il soit biographe ou qu'il s'attache à un groupe plus ou moins large de personnages, à tenir compte des déterminismes structurels comme des contingences quotidiennes (Gingras, 2000).

4 Alain Robbe-Grillet (1922-2008) est l’un des chefs de file du Nouveau roman, courant littéraire du XXe siècle repoussant les conventions romanesques traditionnelles, telles que l’intrigue ou les personnages. Publié en 1984, Le miroir qui revient est plus proche de l’autobiographie que du roman, où prend place une réflexion de l’auteur sur le travail de l’écrivain. La volonté de Robbe-Grillet de renverser et de bouleverser l’écriture littéraire de l’existence en rejetant les approches totalisantes nous a semblé faire écho au travail des chercheurs qui s’efforcent de ne pas voir les traces du réel comme une suite nécessairement cohérente.

5 Conviant ses pairs à une « mission de géodésie », le chercheur réitérait l'appel lancé par René Rémond en 1957 pour une histoire intellectuelle du politique : « Une autre façon consisterait à reconstituer l'itinéraire intellectuel, philosophique aussi bien que politique, d'un assez grand nombre de personnalités marquantes ou tenues pour représentatives, hommes politiques, publicistes, essayistes, syndicalistes. La superposition des tracés multiples de ces évolutions individuelles dessinerait des directions privilégiées : elle révélerait dans les doctrines des points de fragilité ou de communication, analogues à ces couloirs montagneux qu'empruntent de préférence les avalanches… » (Rémond, cité par Sirinelli, 1986, 101)

6 La référence sur laquelle il s'appuie pour ce faire n'est pas sans évoquer le rapport de l'histoire à la géographie que la tradition historiographique française entretient soigneusement. Il rappelle aussi que la discipline historique, même celle qui s'attache aux idées et à leur producteurs et médiateurs, se veut bien enracinée dans le sol ferme de l'empirisme, et non dans le ciel platonicien des idées. La cartographie des itinéraires intellectuels, en effet, se veut d'abord un effort descriptif destiné à faire comprendre que les trajectoires intellectuelles n'observent pas toujours un « mouvement brownien, échappant à toute explication rationnelle », mais qu'elles relèvent souvent au contraire de déterminismes qu'il importe de relever. (Sirinelli, 1986, 98)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sophie Fournier-Plamondon et Jules Racine-Saint-Jacques, « (Re)Constituer la trajectoire », Conserveries mémorielles [En ligne], # 15 | 2014, mis en ligne le 09 mai 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/1740

Haut de page

Auteurs

Anne-Sophie Fournier-Plamondon

Doctorante en cotutelle à l’Université Laval et à l’École des hautes études en sciences sociales, les recherches d’Anne-Sophie Fournier-Plamondon portent sur la question des usages et des pratiques de l’écrit dans la France moderne. À travers le cas d’Antoine Godeau (1605-1672), elle s’intéresse aux articulations entre le politique et les lettres dans la France du XVIIe siècle.

Jules Racine-Saint-Jacques

Diplômé en 2009 de la maîtrise en histoire de la France moderne, Jules Racine St-Jacques complète un doctorat en histoire du Québec contemporain à l'Université Laval. Dans le cadre de ses recherches doctorales, il s'intéresse au rôle des universitaires dominicains dans la vie intellectuelle québécoise avant la Révolution tranquille (1920-1960). Il est l'auteur de L'honneur et la foi. Le droit de résistance chez les réformés français (1536-1581), publié chez Droz en 2012. Il a également publié plusieurs articles, notamment sur le père Georges-Henri Lévesque et sur le développement du système d'enseignement supérieur au Québec. Ses recherches ont bénéficié du soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH/SSHRC).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org