Navigation – Plan du site
Traces de soi, traces de l'autre

Le récit de vie comme trajectoire. Une comparaison des (auto)biographies de Jean Paul et de Stendhal

Life-narrative as trajectory. Comparing Jean Paul and Stendhal’s (auto)biographies
Aurélie Moioli

Résumés

La notion de trajectoire permet de penser le fonctionnement original des récits autobiographiques et biographiques de Stendhal (Vie de Henry Brulard, 1835, 1890) et de Jean Paul (Konjektural-Biographie, 1799 ; Leben Fibels, 1811). En lisant ces récits de vie littéraires à la lumière de cette image astronomique, nous éclairons en retour la notion de trajectoire. Deux dessins du récit stendhalien représentent les « routes » possibles de la vie, qui sont autant de trajectoires. Jean Paul compare ses récits biographiques à des « révolutions » ou à des comètes. Nous montrons que le télescopage de trajectoires de vie hétérogènes crée une tension entre réalité et fiction dans le récit. Le processus mémoriel y apparaît dans son ambiguïté : la remémoration du passé est inséparable de l’activité créatrice de l’imagination et d’une projection dans l’avenir. Le récit de vie articule trajectoire réelle et trajectoire imaginaire. Chez Stendhal, ces trajectoires s’entremêlent mais la trajectoire imaginaire est finalement rejetée par l’autobiographe comme une tentation romanesque. Elle est une bifurcation possible du récit : ce fantasme romanesque est le foyer absent qui met en mouvement l’écriture autobiographique. Chez Jean Paul au contraire, les trajectoires réelles et imaginaires fusionnent à l’infini au point de créer une révolution continuelle autour de la figure de l’auteur et de la mort. La trajectoire, figure de la vie et du récit, semble toujours ouverte à une autre trajectoire en puissance.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La Biographie conjecturale constitue la dernière partie d’un recueil plus vaste intitulé Jean Pauls (...)
  • 2 Jean Paul ne cesse de comparer la littérature et les sciences (la biologie, l’astronomie en particu (...)
  • 3 Sur la référence newtonienne dans la pensée romantique, voir SCHLANGER, Judith, Les métaphores de l (...)

1« Ligne de vie » et « tournant de vie » sont des expressions consacrées pour parler du récit (auto)biographique : la somme de Georges Gusdorf sur l’autobiographie s’intitule Lignes de vie (1991), les actes du colloque organisé par Philippe Lejeune et Claude Leroy, Le tournant d’une vie (1995). Il en va de même pour l’essai de Pierre Péju sur le romantisme allemand : Lignes de vie. Récits et existence chez les romantiques allemands (2000). Plus rare est l’image de la trajectoire. Elle est pourtant plus à même, semble-t-il, de décrire le mouvement dynamique du récit (auto)biographique, d’interroger sa tension vers un avant ainsi que son rapport au futur, au possible et à l’imagination. Cette image heuristique permet de penser à nouveaux frais le fonctionnement du récit biographique chez deux auteurs : Jean Paul en Allemagne et Stendhal en France. Ces écrivains pseudonymes construisent des biographies originales, inventives et critiques : la Biographie conjecturale (Konjektural-Biographie, 1799) et la Vie de Fibel (Lebens Fibel, 1811) pour Jean Paul, la Vie de Henry Brulard (écrite en 1835-36 et publiée en 1890) pour Stendhal1. En faisant de la trajectoire une métaphore de la vie et du récit biographique, nous poursuivons le geste de Jean Paul qui compare ses récits à des « révolutions » ou à des « comètes »2. On connaît l’importance, à la fin du XVIIIème siècle, de la référence à Newton dans tous les champs du savoir, littérature comprise3. Jean Paul n’est pas épargné par les séductions de la loi de l’attraction universelle et du système solaire. Par ces métaphores empruntées à l’astronomie, Jean Paul renvoie à la définition physique du mot trajectoire : elle est une courbe décrite par le centre de gravité d’un mobile. C’est aussi la ligne apparente que décrit un astre sur le fond du ciel lors de sa révolution, telle que la perçoit un observateur terrestre. Mouvement, centre de gravité, trace : autant d’éléments que nous pouvons interroger en regard du texte stendhalien. Deux des nombreux schémas de la Vie de Henry Brulard nous frappent : ils représentent les différentes « routes » de la vie et sont ainsi l’occasion d’une problématisation de la notion de trajectoire, en lien avec l’idée de choix et de possible. Dans les textes de Stendhal et de Jean Paul, il apparaît que la vie et le récit sont constitués de trajectoires hétérogènes, réelles et imaginaires. Ce télescopage crée une tension entre biographie et fiction et révèle l’ambiguïté du processus mémoriel. La mémoire, comme le récit biographique, est à la fois restitution des traces passées et activité créatrice, projection dans le fantasme. Image du récit et de la vie, la trajectoire semble toujours jetée en avant, ouverte à d’autres trajectoires possibles.

La vie étoilée 

Carrefours stendhaliens

2L’alliance du texte et de l’image qui fait l’originalité de l’autobiographie stendhalienne a donné lieu à de nombreuses études (Louis Marin, 1981, Martine Reid, 1991, Michael Sheringham, 1991, Serge Serodes, 1993). Le récit est émaillé de plans, de croquis et de dessins qui invitent à une conversion du regard et à une confrontation du lisible et du visible. Regardons de plus près les deux dessins représentant les différentes « routes » de la vie : le premier dessin annoté, situé au début du chapitre 14, est repris et enrichi d’exemples et d’une légende dans le deuxième, au chapitre 31.

Les routes de la vie I, Vie de Henry Brulard, p. 154

Les routes de la vie I, Vie de Henry Brulard, p. 154

Les routes de la vie II, Vie de Henry Brulard, p. 289

Les routes de la vie II, Vie de Henry Brulard, p. 289
  • 4 Nous renvoyons aux articles « Beau, Beauté » (p. 90-93) et « Utile, utilitarisme » (p. 720-721) du (...)

3Les différentes routes représentées sont des trajectoires professionnelles concurrentes et opposées. Elles dessinent un conflit entre le métier littéraire – « l’art de se faire lire » - et la carrière administrative ou commerciale – les routes des « bons préfets et des conseillers d’Etat », de la « considération publique », de « l’argent », « de la fortune par le commerce ou les places ». Le dessin, autrement nommé « carte » ou « petite figure géométrique inventée par moi-même », scelle ainsi l’opposition proprement stendhalienne entre la trajectoire du beau et la trajectoire de l’utile4. Le conflit entre ces trajectoires professionnelles est visuellement représenté dans la disposition des routes de part et d’autre d’un axe vertical. La légende du second dessin souligne l’incompatibilité de ces différents choix de vie : il n’y a pas de bifurcation possible des routes de l’utile vers la route du beau, qui partent en sens inverse les unes des autres (« Il est souverainement absurde de vouloir à 50 ans laisser la route R ou la route P pour la route L »). La charge polémique de ces dessins se révèle à la lecture du contexte dans lequel ils s’insèrent. Les deux dessins se situent dans des passages qui ne relèvent pas du récit rétrospectif mais appartiennent au présent de l’écriture. Ils s’inscrivent dans un cadre polémique : l’autobiographe prend position contre « tous les gens à argent » (p. 155), contre les pieds-plats qui se piquent de littérature à la fin de leur carrière, autour de la cinquantaine, et échouent dans leurs prétentions. Le premier dessin est présenté comme une réponse et une pique à Romain Colomb, parent et concurrent de l’autobiographe, qui « a été mordu du chien de la Métromanie » (p. 154. littéralement : manie de faire des vers). Cette manie fait rage auprès des généraux de l’Empire (Roederer, Français, Daru, Beugnot) que Stendhal a fréquentés et qu’il tourne en dérision dans le texte introduisant le second dessin (p. 288 « tous ces gens d’esprit, malheureux dans l’ambition, prennent les lettres pour leur pis-aller. Par leur science d’intrigue et leurs amis politiques ils obtiennent des semblants de succès, et, dans le fait, accrochent des ridicules »). L’autobiographe prend position contre ces personnages moliéresques aussi dans le sens où il se positionne contre eux, où il choisit sa propre trajectoire contre la leur. La violence polémique du texte et de l’image participe d’un plaidoyer pro domo : s’affirme en creux la trajectoire du « je » qui a choisi « l’art de se faire lire », la « route L ».

4L’étude simultanée des dessins et du texte qui les encadre révèle une imbrication du réel et du fantasme dans cette trajectoire d’écrivain. Dans le texte du chapitre 14, l’autobiographe se pose en « écrivain », parle de son « métier » et du « talent » qu’il espère avoir (p. 154-155). Le récit évoque d’autre part les activités et les productions littéraires de Stendhal : à plusieurs reprises, l’autobiographe se présente comme l’auteur du Rouge et le Noir et de l’Histoire de la peinture en Italie (p. 35, p. 225, p. 104). De fait, lorsque Stendhal commence la Vie de Henry Brulard en novembre 1835, à cinquante-deux ans, il a déjà beaucoup écrit et publié. Cette trajectoire professionnelle réelle tend à se confondre avec la « route de l’art de se faire lire » empruntée par d’illustres artistes admirés par l’écrivain : Le Tasse, Rousseau et Mozart. La « route L » est à la fois une trajectoire réelle et une trajectoire fantasmée, désirée, projetée. En traçant cette route sur la page écrite, l’autobiographe s’inscrit dans la filiation de ces modèles d’écriture (poétique, romanesque, musicale) et revendique son talent d’écrivain. La trajectoire dessinée a une valeur performative : elle énonce et réalise la fusion du réel et du fantasme, elle programme la réception idéale des écrits de l’autobiographe. Cette trajectoire ouverte sur l’avenir et interrogeant le lecteur est l’expression du désir de l’écrivain qui rêve de faire coïncider sa trajectoire personnelle avec celle du Tasse, de Rousseau et de Mozart. A cet égard, le titre de l’autobiographie réalise un geste semblable. Il inscrit ce texte dans la lignée des biographies d’artistes rédigées par Stendhal avant 1835 : sur les rayons de la bibliothèque, la Vie de Henry Brulard prend place à côté des Vies de Haydn, Mozart et Métastase publiées en 1817 et de la Vie de Rossini publiée en 1823. Stendhal aligne ainsi la trajectoire de Brulard sur celle de ses illustres pères, qui sont autant de pairs projetés. 

5Il est une route que nous n’avons pas encore commentée et qui introduit du jeu dans la confrontation des trajectoires de vie possibles : la « route de la folie » (« F »). Cette route court-circuite la logique des deux dessins : elle ne décrit pas une profession ; elle est à part, mystérieuse. Shoshana Felman a montré que le mot folie dans l’œuvre de Stendhal recouvre de multiples significations qui sont souvent positivement connotées (Felman, 1971). Par sa position sur le dessin, la « route de la folie » est valorisée puisqu’elle est diamétralement opposée à la route « de la fortune par le commerce ou les places » sur le premier dessin et à la « route de l’argent » représentée par Rothschild sur le deuxième. Elle participe ainsi résolument de la trajectoire du beau. La « route de la folie » est un mode d’être, un trait de caractère, tandis que la route de l’argent, parangon de la trajectoire utile, est la route de l’avoir, des possessions terriennes. La « route de la folie » jouxte la route de « l’art de se faire lire ». L’on sait combien folie et lecture vont de pair dans la Vie de Henry Brulard et combien la figure de Don Quichotte a marqué le jeune Henri (Corredor, 1997). La proximité des deux routes fait surgir le lien qui unit écriture, folie et lecture : l’activité fabulatrice, imaginative. Quelle que soit l’indécision sémantique qui entoure la « folie », cette route frappe par son incongruité et la disjonction qu’elle crée. Si les dessins ne sont pas seulement une métaphore des choix de vie possibles mais aussi une métaphore du récit, la « route de la folie » est cette route étrange qui dé-range le récit autobiographique en y introduisant une bifurcation possible vers l’imaginaire et le romanesque.

6Il apparaît dans ces dessins que la notion de trajectoire est liée à l’idée de mouvement, de possible et de choix. Elle se présente comme une bifurcation. L’ouverture à et le mouvement vers l’avenir sont suggérés dans la forme du dessin qui offre l’éventail des possibles : les routes commencées à la naissance mènent vers quelque chose qui n’est pas encore. Chaque trajectoire représente une brèche ouverte dans le possible. La vie est ainsi étoilée. Il ressort également que la trajectoire est affaire de choix, de liberté et d’affirmation de valeur. Elle est un choix parmi des possibles, le choix d’une « route » de vie au détriment d’une autre, rejetée, méprisée selon une axiologie propre. Le dessin est polémique : il sert une défense de l’écrivain ; il est un programme d’écriture. La trajectoire est expression d’un désir et projection imaginaire : elle est projet et fantasme de l’écrivain, mouvement vers son écriture future. La « route de l’art de se faire lire » fait fusionner l’actuel et le potentiel, le réel et le désir. La mystérieuse « route de la folie » ouvre en outre une possible trajectoire romanesque de la vie et du récit. Ces dessins sont à l’image du récit autobiographique, constitué de trajectoires hétérogènes ouvertes au possible et à l’imaginaire.

Les « satellites » biographiques de Jean Paul

  • 5 Cet abécédaire est quant à lui bien réel, comme son auteur véritable, nommé Bienrod.

7Cet étoilement et cette ouverture au possible caractérisent les récits biographiques de Jean Paul. La Vie de Fibel est à la fois une biographie fictive et un journal du biographe. Ce dernier, nommé Jean Paul, se confond avec la figure de l’auteur : il ne cesse d’intervenir dans le récit et de commenter la biographie qu’il est en train d’écrire. La vie qu’il s’agit de raconter est celle de Gotthelf Fibel, auteur fictif de « l’abécédaire bienrodien » qui est reproduit au début du livre5. Comme le biographe ne connaît pas personnellement Fibel qu’il tient pour mort, il se met en quête des biographies qui ont déjà été écrites. Sa biographie se présente ainsi comme une récriture des biographies précédentes. La passion de Jean Paul pour la mise en abyme est ici poussée à l’extrême. Le récit est un entrelacement de trajectoires hétérogènes : il ne cesse de bifurquer et de se transformer. Il y a un étoilement du récit à partir de la vie de Fibel : les biographies se construisent en trajectoires scripturales autour de ce personnage.

  • 6 p. 57 : « ce livre est par conséquent l’extrait fidèle des quarante volumes fragmentaires du judéo- (...)
  • 7 p. 270. « einen Pelz, Pompier, Fuhrmann ; dann einen Pfarrer, Rektor und Amtmann ; alle sechs arbei (...)

8Les premières pages du livre reprennent le topos du manuscrit éparpillé trouvé chez un bouquiniste juif converti : Jean Paul biographe acquiert les quelques pages restantes de la première biographie de Fibel rédigée par Joachim Pelz. Il découvre que cette biographie comporte quarante volumes dont les feuilles ont été perdues ou arrachées par les soldats français. Il se rend au village d’Heiligengut, terre d’origine de Fibel, et engage les jeunes gens du village pour retrouver les feuillets éparpillés qui servent désormais de « cornets de café » ou de « papiers à envelopper les harengs » (p. 56. « Kaffee-Düten », « Heringspapieren » p. 376). La première trajectoire biographique est constituée de ces bribes de textes. Le livre en train de s’écrire se présente comme un résumé et une compilation synthétique de ces feuillets épars originellement écrits par Pelz6. Le biographe Jean Paul et le lecteur découvrent par la suite que Pelz n’est pas l’unique biographe de Fibel puisqu’il a été assisté de Pompier et de Fuhrmann. Suivant ce schéma fictif, la vie de Fibel se déroule sous nos yeux jusqu’au moment où les feuilles viennent à manquer. Dans l’espoir de continuer et d’achever son récit, le biographe rend visite au bailli, au pasteur et au recteur des villages environnants pour obtenir d’autres feuillets biographiques. Une trajectoire supplémentaire est ainsi constituée. Jean Paul a lui-même recours à une métaphore astronomique pour décrire la biographie : c’est l’image du « satellite ». Il s’agit d’un passage dans lequel le biographe se réjouit de ses dernières trouvailles : « D’un côté, Pelz, Pompier, Fuhrmann ; de l’autre, un pasteur, un recteur, un bailli. Et tous les six, ils travaillent à une seule vie : un sextuor de satellites biographiques gravitant autour de Fibel-Uranus, et je ne me compte pas, car alors mon héros deviendrait un Saturne avec sept satellites. Je ne sais que dire de ce cycle biographique. »7. Le biographe a beau s’exclure avec humour du « sextuor de satellites », il n’en trace pas moins sa propre trajectoire, son propre récit, qui vient relayer et récrire les biographies précédentes. Il s’inscrit bien dans ce « cycle biographique » qu’est la Vie de Fibel dans son ensemble. Le biographe Jean Paul prend le relais biographique, traçant ainsi une troisième trajectoire autour de Fibel. En atteste le titre du chapitre XXIX qui inscrit le nom propre de l’auteur : « Chapitre, non pas de Judas, - mais de Jean Paul » (« Nicht Judas -, sondern Jean Pauls-Kapitel »). Les quatre derniers chapitres décrivent l’ultime gravitation de Jean Paul autour de Fibel qu’il retrouve vivant et dont il raconte les derniers jours. L’image du satellite ou de la trajectoire décrit bien le mouvement incessant et les bifurcations du récit biographique. Jean Paul écrit ainsi une « fable du livre en morceaux » (Rancière, 2005, 73), une fable du livre éclaté et démultiplié de l’intérieur par des trajectoires hétérogènes.

  • 8 « Le petit vieux est feu Fibel ! » p. 283. « Das alte Herrlein ist der selige Fibel ! » p. 534.
  • 9 Par exemple, Fibel veut s’assurer que sa biographie souligne les grandes qualités de ses parents. J (...)

9Ces différentes trajectoires biographiques s’écrivent les unes par rapport aux autres. L’étoilement du récit naît aussi de ce décalage entre les différentes versions de la vie de Fibel. L’ultime trajectoire signée Jean Paul redouble et corrige les précédentes. A la mort annoncée de Fibel dans le dernier volume écrit par Pelz (p. 271), Jean Paul oppose le récit de sa miraculeuse rencontre avec Fibel transformé en vieillard survivant8. Par un complexe jeu de mises en abyme et de reflets, le biographe récrit et amplifie la première biographie à l’aide des commentaires et rectifications de Fibel qui collabore ainsi à sa propre biographie9. Autre preuve de cette correction du récit par un autre : l’ultime bifurcation narrative décrit la transformation du personnage. Il n’est plus le plagiaire éhonté et vaniteux de la première biographie mais un vieil homme sage et pieux. La nouvelle bifurcation est biffure des textes précédents. Toute trajectoire biographique ouvre ainsi à une transformation, génère un autre mouvement scriptural, une autre trajectoire possible : la vie écrite (bio-graphie) est appelée à être corrigée, biffée, récrite.

  • 10 Ce texte aurait sa place dans l’archéologie de l’autofiction que propose Vincent Colonna dans Autof (...)
  • 11 p. 19. « was mich am meisten beruhigt, ist der neckende Hang, den ich öfters am Schicksale bemerkt, (...)
  • 12 p.17. « Lieber Otto ! Jetzt treibt mich eine Idee durch die Alleen und Gärten, die schon alle Wände (...)
  • 13 En témoigne par exemple la liberté joueuse avec laquelle il commente le récit en train de se faire, (...)
  • 14 C’est ce qui fait leur dimension critique. Philippe Lejeune fait de la Vie de Henry Brulard une « a (...)

10Dans la Vie de Fibel, la biographie est récriture et transformation de la vie et des biographies ; elle contient potentiellement une autre biographie. Jean Paul fait un pas supplémentaire dans la région du possible lorsqu’il écrit la Biographie conjecturale. Cette autobiographie est une pure anticipation de la vie à venir, un pur possible né du fantasme de l’écrivain et mis en « épîtres poétiques ». L’adjectif « conjectural » (konjektural) souligne avec humour la dimension imaginative de la trajectoire projetée. Ce titre ironique est un programme théorique : la biographie n’est pas restitution du passé mais invention au futur de la vie. Il s’agit de faire exister dans le récit le fantasme de l’autobiographe. Ce programme fait de ce texte original un avatar romantique de l’autofiction10 (LEJEUNE, 1994, 41 ; GASPARINI, 2004, 65). Le pacte de lecture autofictionnel est scellé dans le paratexte et dans la première épître. Dans la préface, l’auteur présente ce texte comme le « roman historique de mon moi » (p. 13. « dieser historische Roman meines Ichs », p. 928) : l’histoire du moi prend la forme d’un « roman ». Ce mot ne désigne pas le genre littéraire mais bien le processus d’invention, l’activité imaginative de l’écriture autobiographique. L’autobiographie se fond dans la fiction. C’est ce que souligne la première épître où l’autobiographie s’écrit dans le moule des précédentes biographies fictives : « Ce qui me tranquillise le plus c’est la tendance taquine que j’ai à maintes reprises remarquée chez le destin, de tailler toujours sur le patron des histoires que je raconte sur les autres ce qui m’arrive à moi, et ainsi, quand d’autres mouillent de réalité leur poésie, d’adoucir avec plus de bonheur chez moi la réalité avec la poésie. Comme lors de tirs sur des cibles basculantes, j’ai souvent tiré en même temps que des images de plats cuisinés, de vrais petits cartons de soupe et de la cuisine refroidie. »11. La Biographie conjecturale réalise donc la fusion romantique de la « réalité » (Wirklichkeit) et de la « poésie » (Dichtkunst) : la trajectoire réelle (des balles, du moi) et la trajectoire imaginaire se confondent. D’autre part, les toutes premières phrases du texte donnent à voir la naissance de l’autofiction. Le sens de l’adjectif « conjectural » est déployé dans une métaphore végétale : « Cher Otto ! Voici qu’une idée me pousse à travers les allées et les jardins ; elle a déjà tendu tous les murs de ma tête de verdure et de guirlandes de fruits des Hespérides ; mais elle doit en sortir avec ses branches chargées, et se déployer dans les mains du public. Vois-tu, je veux mettre fidèlement l’histoire de ma vie, celle qui est encore devant moi, en épîtres poétiques. »12. Dès les premiers mots, ce « roman historique de mon moi » est une métaphore. Il se déploie dans un espace purement imaginaire – mental et imagé. La trajectoire biographique est bien le fruit d’une spéculation mentale. L’épistolier ne cesse de rappeler que cette vie « conjecturale » n’est qu’un rêve, un pur jeu avec l’avenir13. Dans cette autobiographie fantasmée, l’image de la trajectoire désigne le mouvement même de l’imagination qui se projette dans une vie désirée. Les différentes trajectoires, publiques et privées, de la vie sont envisagées et constituent autant d’épîtres : Jean Paul s’imagine en propriétaire du domaine fictif de Mittelspitz, en fiancé, en époux, en père de famille, en écrivain jubilaire et en vieillard. La vie ainsi fantasmée est une constellation de succès personnels. Comme dans la Vie de Henry Brulard et dans la Vie de Fibel, la biographie est doublée d’un journal du biographe14. Dans la Biographie conjecturale, la trajectoire rêvée s’effectue dans l’espace-temps d’une trajectoire réelle : le voyage de Leipzig à Weimar, le passage de l’automne au printemps. Les va-et-vient entre le récit futur et le récit présent participent de l’interpénétration de la « réalité » et de la « poésie ».

11Ainsi, dans les textes de Stendhal et de Jean Paul, la notion de trajectoire rend compte du télescopage de trajectoires hétérogènes dans la vie (il y a concurrence et combinaison de trajectoires sociales, professionnelles et privées) et dans le récit où trajectoires réelles et fantasmées tendent à fusionner. Elle figure la mobilité et l’éclatement du récit autobiographique qui s’interrompt et bifurque vers d’autres trajectoires possibles. Le mouvement et la projection dans le possible sont à leur comble dans la Biographie conjecturale qui met en lumière la dimension prospective et projective du récit de soi. Quel est le sens de ces trajectoires ?

Projet et projection du récit : la fusion du réel et du fantasme

12La trajectoire désigne un mouvement vers l’avant contrairement à la ligne qui n’est pas dynamique, qui n’est pas orientée. Projection en avant, comme le suggère l’étymologie commune, elle est un désir, elle pointe vers l’avenir. La trajectoire n’est pas seulement le mouvement d’un astre, elle est aussi la trace laissée sur le fond du ciel par cet astre et visible à l’œil nu. Elle pourrait être schématisée par une flèche décrivant une courbe. Pointe lumineuse à l’avant, pointillés évanescents à l’arrière. Les récits biographiques de Jean Paul et de Stendhal dessinent une telle trajectoire : ils sont, à des degrés divers, prospectifs. Le passé y est lacunaire, il est une trace qui s’efface, qui perd de sa lumière tandis que l’avenir brille à l’horizon. L’avenir, c’est-à-dire le fantasme de la vie future, le désir profond de l’autobiographe. La trajectoire, en ce qu’elle est à la fois progression et projection, mouvement en avant et fantasme, permet de penser le processus mémoriel dans sa complexité. Le récit (auto)biographique n’est pas seulement rétrospection, retour vers le passé lacunaire mais imagination au futur et reconstruction de ce passé selon le désir de l’autobiographe.

Dans l’ombre du futur

  • 15 p. 13. « Als ein Döppeltgänger hab’ich in der Konjektural-Biographie mich selber gesehen und gemalt (...)
  • 16 p. 17. « Sieh ! ich will meine Lebensgeschichte, die mir noch bevorsteht, treu in poetischen Episte (...)
  • 17 Jean Paul évoque par exemple sa rencontre avec la mort, cette « comète du deuxième monde » qui « pa (...)
  • 18 p. 113. « Wenn du nun kommst zu mir, letzter Genius des Lebens : so werd’ ich dich, dessen schönes (...)

13L’originalité de la Biographie conjecturale consiste dans l’anticipation de la vie future. L’événement futur par excellence est la mort : elle envahit la biographie et fait l’objet de nombreux commentaires de l’épistolier. Le récit biographique s’écrit dans l’ombre du futur, contre la menace de cette mort inéluctable, gratuite et imprévisible. La préface suggère que la mort est à la fois une menace et un défi pour l’autobiographe. La réponse à cette menace sera la biographie fantasmée : « C’est comme un double (Döppeltgänger) que, dans la Biographie conjecturale, je me suis vu et peint moi-même, comme Moïse dans le Pentateuque, même ma mort : cette dernière en tous les cas reste pour moi certaine ; et ce roman historique de mon moi dût-il se boucler sur un volume plus tôt venu que je ne l’aurais supposé, du moins ma tête regagnerait ce qu’elle aurait perdu de ses propres conjectures en conjectures étrangères que le docteur Gall de Vienne (à qui je lègue ici mon crâne) devrait y puiser. »15. Cet extrait souligne l’imprévisibilité de la mort qui pourrait interrompre le récit. Cette menace plane sur la première épître. Après la métaphore végétale, l’épistolier fait en effet surgir le spectre de la mort au moment de présenter et de justifier son texte : « Vois-tu, je veux mettre fidèlement l’histoire de ma vie, celle qui est encore devant moi, en épîtres poétiques. Si, contre tout espoir, je devais ne pas la vivre, j’en aurai quand même eu la répétition théâtrale, le simulacre mimé, le panorama. »16. Cet extrait vaut pacte de lecture : le récit imaginaire s’origine dans le spectre de la mort et sert d’épouvantail face à elle. Le biographe fait vœu de fictionnalité dans la métaphore théâtrale et le lexique du masque : le texte est présenté comme un fantasme - une production de l’imagination et un fantôme (on pourrait traduire par « spectre gesticulant » l’expression Lufterscheinung que Rolland Pierre traduit par « simulacre mimé » et qui signifie littéralement « phénomène ou apparence aérienne et gesticulante », p. 116). Pour conjurer la mort, l’épistolier donne libre cours au jeu de l’imagination : le récit biographique se construit et s’invente en regardant la mort, qui est en retour le spectateur visé de cette « répétition théâtrale ». Son but est de conjurer et de repousser la mort ou parfois de s’en amuser, mais aussi de s’en approcher le plus possible. La biographie au futur tend vers ce point ultime : elle est aussi la « répétition théâtrale » de la mort. L’écriture autobiographique est une « auto-nécrologie » (LEJEUNE, 1976, 26). Le face à face avec la mort est plusieurs fois représenté17. Dans la dernière épître, l’épistolier imagine sa future mort et s’adresse à elle. L’épître s’achève sur une invocation sereine à l’ange de la Mort : « Et quand tu viendras à moi, dernier génie de la vie, toi dont le beau visage et dont les ailes étincelantes s’ouvraient si souvent près de ma table de travail, je l’espère, je te reconnaîtrai encore »18. Comme dans la première épître, la biographie s’écrit dans l’ombre de la mort qui veille sur l’écritoire et met l’écriture sous son aile. La trajectoire imaginée par Jean Paul est ainsi orientée vers cet événement ultime qui génère et alimente l’écriture biographique.

Transfigurer le passé : le roman des origines

  • 19 « A côté des images les plus claires je trouve des manques dans ce souvenir, c’est comme une fresqu (...)
  • 20 Nous renvoyons à l’article de J.Dumotier pour l’analyse détaillée de cette construction romanesque. (...)
  • 21 Michael Sheringham montre que l’activité de remémoration manifeste le souhait de « rester dans l’or (...)

14La Vie de Henry Brulard n’est pas une autobiographie au futur mais elle s’écrit en fonction d’un avenir : le séjour de Stendhal en Italie. Elle raconte l’enfance et l’adolescence de l’autobiographe en suivant son trajet de Grenoble à Paris puis à Milan. La fin du récit coïncide avec l’arrivée à Milan du jeune soldat après le passage du Saint-Bernard. La trajectoire française de la jeunesse tend ainsi vers un horizon italien. L’Italie stendhalienne, on le sait, n’est pas tant une réalité concrète remémorée qu’un mythe personnel (CROUZET, 1982), une construction fantasmatique : elle est la patrie des arts, de l’amour et du bonheur « fous ». L’image de la trajectoire représente ce récit désirant, se projetant vers cette patrie utopique, bifurquant vers la « route de la folie » qui serait celle du fantasme italien. Contrairement à la Biographie conjecturale de Jean Paul, l’autobiographie stendhalienne n’est pas une pure projection, elle regarde aussi vers le passé. Celui-ci est sombre : lacunaire et douloureux à la fois. Il est une trace qui disparaît peu à peu, comme la queue d’une comète. En témoigne l’image récurrente de la fresque effacée : l’autobiographe compare sa mémoire et son récit troué aux fresques abîmées du Campo Santo de Pise19. Les souvenirs racontés appartiennent aux années les plus sombres de la vie (au deuil de la mère, à la tyrannie du père et de la tante Séraphie, aux frustrations grenobloises) (DIDIER, 1983) : le « bonheur fou » est un avant de l’autobiographie. Ce bonheur à venir, cette lumineuse pointe italienne, irradie cependant le passé en pointillé. La remémoration du passé se fait en effet à la lumière d’un bonheur futur qui éclaire et transfigure ce passé. Jacques Dumotier a montré comment l’autobiographe construit son « roman des origines » qui est un roman italien (DUMOTIER, 2007, 31-49). Il se crée une origine italienne fictive à partir d’une anecdote généalogique racontée par sa tante Elisabeth qui ne mentionnait aucunement l’Italie mais « un pays encore plus beau que la Provence »20. L’autobiographe laisse ainsi libre cours à son esprit romanesque, il emprunte « la route de la folie », créant parfois des échappées romanesques au sein du récit référentiel (BROMBERT, 2007, 19-24). Dans la construction de ce roman des origines, la Vie de Henry Brulard fait fusionner trajectoire réelle (française) et trajectoire imaginaire (italienne). Il ressort que la remémoration est inséparable de l’activité créatrice de l’imagination et d’une projection dans l’avenir. Le récit rétrospectif s’écrit dans « l’orbite du désir » selon l’expression de Michael Sheringham21 qui montre, à la suite de Georges Blin, que le moi stendhalien est fondamentalement tourné vers le futur, qu’il n’est « pas une substance ni un support, mais une intention, un « désir » » (BLIN, 1958, 589). Stendhal « a vu, en effet, que pour comprendre un vivant, il sied d’en interroger non la part consommée de son destin, mais la destination où il se rend, et encore non son but, mais la manière dont il le négocie : les voies par lesquelles il y tend et l’allure – « style », à la fois, et « rythme » - que soutient son pas. » (Blin cité par Sheringham, 1991, 89). Cette tension en avant est suggérée dans l’image de la trajectoire. Le récit est rétrospectif et prospectif.

La biographie, un récit à venir 

  • 22 Selon le vœu du premier romantisme allemand étudié par Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy d (...)
  • 23 p. 267. « denn seit Wochen lauft nichts mehr von den Dorfjungen ein, und ich sehe mich mitten im Bu (...)

15La Vie de Fibel ne réfléchit pas tant au fonctionnement de la mémoire qu’à l’élaboration complexe du livre en cours. Elle est une fable du livre et de la lettre autant que la biographie fictive d’un personnage : la fiction littéraire romantique inscrit en son sein sa critique et sa propre théorie22. Rappelons que Fibel signifie en allemand « abécédaire » : Jean Paul s’amuse de cette confusion du nom propre et du nom commun (p. 48). Se mettre en quête de Fibel, c’est enquêter sur la vie et la mort de ce personnage fictif et c’est, en même temps, partir à la conquête des lettres et, partant, d’une écriture. Le mouvement en avant que suggère la notion de trajectoire prend dès lors une signification réflexive. Nous avons montré que la biographie est constituée de différentes trajectoires scripturales imbriquées les unes dans les autres. Ce qui brille à l’horizon du récit, c’est le livre à venir, c’est la biographie signée Jean Paul. L’image de la trajectoire décrit ce mouvement de conquête du livre par lui-même dans la trace et le dépassement des anciennes biographies. Les « papiers volants » et autres « rognures » retrouvés à Heiligengut dessinent en pointillé le passé de Fibel et du livre en train de s’écrire. Le récit est recollection des traces du passé et transformation au présent de ces bribes éparses. C’est ce que suggère la bifurcation finale du récit : ce ne sont plus les anciennes biographies qui importent mais le journal du biographe en quête de son propre texte. Le tournant s’effectue avec le chapitre « non pas de Judas, - mais de Jean Paul » au début duquel s’exprime le désir d’achever le livre : « Voilà des semaines que je ne reçois plus rien de mes jeunes villageois, et je me vois planté, les mains vides, au beau milieu de mon livre et du village, sans moyen d’arriver à un dénouement convenable. »23. Il se met alors en quête de cette fin. Les quatre derniers chapitres décrivent la transformation de la biographie fibélienne en journal personnel et la fusion de ces deux trajectoires. La fin du livre coïncide avec la mort de Fibel : le récit est ainsi tout orienté vers cette double fin.

16En somme, la notion de trajectoire rend compte d’une écriture (auto)biographique mobile et désirante, tournée vers l’avenir, qu’il s’agisse d’un horizon réel ou fantasmatique, attirant ou repoussant. Les récits de Jean Paul sont orientés vers la mort, la figure de l’auteur et le livre à venir tandis que l’autobiographie stendhalienne tend vers une Italie rêvée. Cet horizon transfigure le récit au point de faire parfois fusionner trajectoire réelle et trajectoire imaginaire. L’image de la trajectoire représente le récit de vie en ce qu’il est mouvement et désir. Mais la trajectoire n’est pas seulement un mouvement vers quelque chose, elle est aussi mouvement autour d’un point de référence, révolution autour d’un centre de gravité. Quel est cet astre autour duquel se meut le récit biographique ? La réponse à cette question permet d’envisager différemment chez les deux auteurs la tension entre « réalité » et « poésie », entre autobiographie et fiction.

Astres et révolutions biographiques : la tension de l’actuel et du potentiel

L’inénarrable trajectoire ou l’astre romanesque de l’autobiographie : Stendhal

  • 24 Nous renvoyons à l’édition diplomatique du manuscrit de Grenoble par G. et Y. Rannaud, t.3, p.814-8 (...)

17La Vie de Henry Brulard est irrésistiblement attirée par un pôle fantasmatique italien. Ce fantasme italien n’est cependant pas entièrement actualisé, déroulé en une succession spatio-temporelle, en un récit achevé. Il est une bifurcation possible du récit référentiel, il existe à l’état d’ébauche, de possible. Le texte comporte certes quelques passages fictifs, tel que le roman italien des origines, mais si ces passages éclairent le fonctionnement de la mémoire créatrice et le caractère romanesque de Brulard, ils ne font pas de l’autobiographie une fiction. Un interdit pèse sur le « bonheur fou » qui est rejeté comme une tentation romanesque : la trajectoire italienne est ainsi dérobée au lecteur. Au moment de l’arrivée à Milan, l’autobiographe souligne le danger qu’il y a à raconter ces moments de « folie » : il risquerait de « faire du roman » (p. 429). Le « roman », assimilé au mensonge, est exclu de l’autobiographie qui fait profession de vérité. La trajectoire italienne n’est pas seulement censurée, elle est aussi un impossible contre lequel butte le récit : elle relève de l’indicible. En témoigne le dernier chapitre (intitulé « Milan ») : l’autobiographe nous annonce un « intervalle de bonheur fou et complet » qu’il n’arrive cependant pas à raconter. « On ne peut pas apercevoir distinctement la partie du ciel trop voisine du soleil, par un effet semblable, j’aurai grand’ peine à faire une narration raisonnable de mon amour pour Angela Pietragrua. Comment faire un récit un peu raisonnable de tant de folies ? Par où commencer ? Comment rendre cela un peu intelligible ? » (p. 433). Le bonheur italien n’existe qu’à l’état d’image et d’éblouissement : il ne peut pas être mis en récit. Si le mot trajectoire décrit le déroulement spatio-temporel du récit, la mise en intrigue (Ricoeur, 1985), le fantasme italien n’est donc pas une trajectoire actualisée dans ce texte. Il est en revanche l’astre autour duquel le récit autobiographique se déroule : le « soleil » du « bonheur fou » éblouit et irradie le récit. Les dernières pages de la Vie de Henry Brulard buttent contre cet impossible narratif. Le manuscrit est certes inachevé. Il n’en reste pas moins que les dernières pages rendent compte d’une panne d’écriture et problématisent l’arrêt du récit face à l’indicible bonheur italien. Le manuscrit rend compte visuellement de cette panne : les alinéas se font plus nombreux24, le bloc se décompose, les doutes et les questions affluent :

« (Je me suis promené un quart d’heure avant d’écrire.)

Comment raconter raisonnablement ces temps-là ? J’aime mieux renvoyer à un autre jour.

En me réduisant aux formes raisonnables je ferais trop d’injustice à ce que je veux raconter. (…)

Quel parti prendre ? Comment peindre le bonheur fou ? (…)

Ma foi je ne puis continuer, le sujet surpasse le disant.

Je sens bien que je suis ridicule ou plutôt incroyable.

Ma main ne peut plus écrire, je renvoie à demain. » (p. 434)

18La trajectoire italienne est différée, reportée au point qu’il est tentant de voir dans l’autobiographie stendhalienne une préparation du roman à venir, La Chartreuse de Parme. Sans céder à la tentation téléologique, on peut affirmer que le roman italien absent est en puissance, qu’il est une bifurcation possible du récit référentiel. Le texte s’arrête sur un paradoxe : je ne peux raconter le bonheur et l’amour fous, je refuse de « faire du roman » mais « rien ne peut empêcher ma folie » (p. 435). Ce paradoxe appelle une distinction entre roman et romanesque, qui sont deux noms possibles de la « route de la folie ». Le roman comme genre littéraire fictionnel est rejeté mais le caractère romanesque de l’autobiographe est ici affirmé : la « folie » de Brulard et le bégaiement du récit sont mis en rapport. Le premier chapitre exprimait déjà ce lien entre le tempérament romanesque et la difficulté de mener à bien le récit référentiel (note. « Je vivais solitaire et fou comme un Espagnol, à mille lieux de la vie réelle. (…) j’étais fou d’Hamlet. Mais je me laisse emporter, je m’égare, je serai inintelligible si je ne suis pas l’ordre des temps » p. 34). Le caractère « fou » de l’autobiographe crée des échappées romanesques dans l’autobiographie, fait bifurquer, s’égarer le récit vers l’astre qui l’irradie. Mais le fantasme italien ne s’actualise pas en roman, en trajectoire : l’arrêt du récit signe l’impossibilité d’emprunter narrativement la « route de la folie ». Il y a ainsi chez Stendhal un échec de la fusion de la trajectoire imaginaire et de la trajectoire réelle.

Les infinies révolutions de la biographie jean-paulienne

  • 25 p. 272. « Und Sic (setz’ ich dazu) transit gloria mundi. » p. 526.
  • 26 p. 273. « Neueste Aussicht ».

19Inénarrable chez Stendhal, la trajectoire fantasmée s’actualise en récit chez Jean Paul : fiction et autobiographie ne forment qu’un. La trajectoire imaginaire est déroulée dans des récits qui se dédoublent infiniment et réalisent la fusion romantique de la « réalité » et de la « poésie » dans la Biographie conjecturale, de la vie et du livre dans la Vie de Fibel. Ces biographies procèdent d’une imbrication de trajectoires, de versions supplémentaires de la vie racontée. Le livre lui-même prend la forme d’une trajectoire en révolution infinie autour de la figure de l’auteur et de la mort. Dans la Vie de Fibel, les trajectoires scripturales prennent le relais l’une de l’autre pour ne jamais cesser de faire graviter l’écriture autour de Fibel. L’image de la trajectoire décrit ici une écriture biographique en mouvement incessant, continuant et bifurquant vers une autre biographie. En témoigne la manière dont le biographe Jean Paul se pose en continuateur de Pelz et de Fibel. A la mort de chacun de ces personnages, la figure de l’auteur surgit pour reprendre la plume et continuer le récit de vie comme s’il n’était jamais achevé en dépit de la mort. Lorsqu’à la fin des quarante volumes de sa biographie, Pelz annonce sa mort sur la page par les signes typographiques «  + + + », le biographe Jean Paul prend la suite de la plume : « Et moi d’ajouter : sic transit gloria mundi »25. Il y a reprise en main de la biographie par le moi qui s’affirme et ajoute son propre texte dans les quatre derniers chapitres constituant ainsi une « perspective nouvelle »26. La toute fin du livre décrit un geste semblable. Le vieillard Fibel chante sa mort imminente dans un ultime cantique :

« Prêt à finir ma course

A ton signe, Seigneur,

Et la conscience pure,

Qu’ainsi la mort me trouve. »

  • 27 p. 303. « Bereit, den Lauf zu schliessen / Auf deinen Wink, o Gott! / Und lauter im Gewissen / So f (...)
  • 28 p. 229 « romantische Prozessionsraupen » p. 493.

20Jean Paul d’ajouter : « Et je repris ma route à pas lents. »27. La biographie procède par ajouts, corrections et continuations. Il s’agit de dépasser la mort en continuant à écrire, à dérouler et à imaginer le texte biographique. De même, chaque épître de la Biographie conjecturale trace une trajectoire imaginaire supplémentaire autour de la mort qui irradie le récit à l’image de cet « ange étincelant » dont l’aile éclaire la table de l’écrivain. L’écriture biographique de Jean Paul ne cesse de continuer et la vie et le livre, à l’image (jean-paulienne) des « chenilles processionnaires »28. La Vie de Fibel exhibe ce fonctionnement : elle montre comment la biographie est infinie variation de l’écriture à partir d’elle-même. Il s’agit d’ajouter des lettres, d’augmenter le texte à partir de ce foyer attractif qu’est Fibel (Fibel l’auteur et der Fibel l’abécédaire). Le lecteur est plongé dans la révolution infinie de la « lettre errante » (RANCIERE, 2005, 69). Parce qu’elle est mouvement circulaire et prolongement continuel, la biographie jean-paulienne prend la forme d’une trajectoire. Contrairement à l’orbite qui décrit une courbe fermée, la trajectoire nous semble ouverte au possible et à l’aléa. La circularité du mouvement n’empêche pas l’ouverture au possible.

Conclusion - Trajectoires ouvertes, en puissance

  • 29 « En sus du chien, il me donna ou me légua vite la fleur romantique dont j’aime mieux le parfum et (...)
  • 30 p. 285. « angehender Autor ».
  • 31 p. 301 « ein leichtes Abschiedsbriefch (…) das erste kleine Manuskript von mir ».
  • 32 « pas un chien ne prend la plume pour noter secrètement mes traits caractéristiques en vue d’écrire (...)
  • 33 p. 25. « […] weil ich schon voraus wüsste, wie sehr ich durch ein so treffliches, ruhiges Buch (wof (...)
  • 34 p. 93. « Jeder Leser, der mir solche Duplikate oder partiale zweite Auflagen berichtet, wird mich b (...)
  • 35 p. 91. « die Möglichkeit des Machens und also des Nachmachens » p. 90.

21Les récits de Stendhal et de Jean Paul ne contiennent pas seulement des trajectoires réelles et des trajectoires imaginaires mais aussi trajectoires possibles, latentes, inactuelles et demandant à être actualisées. Le récit de vie contient d’autres textes possibles, il appelle récritures et continuations. La fin de la Vie de Fibel est à cet égard éloquente. Elle représente symboliquement le passage de la plume d’un écrivain à l’autre. Fibel, figure de l’auteur consacré et du maître, lègue directement ses attributs poétiques à son biographe Jean Paul : son chien et la « fleur romantique » de la poésie29. Fibel lui donne ainsi les moyens de continuer l’aventure poétique. Ce geste final promet des textes à venir. Le biographe se présente d’ailleurs en « futur auteur »30 qui s’essaie à la poésie. Avant la mort du vieillard, il lui présente ainsi « une petite lettre d’adieu » qui est « le premier manuscrit de [s]a main »31. Le legs et la mort de Fibel signent le passage de relais poétique. La trajectoire biographique appelle une trajectoire autobiographique : c’est ce que suggère l’emboitement du journal de l’écrivain dans la biographie. La Vie de Fibel contient explicitement le projet d’une autobiographie, ouvre sur un texte possible32. De même que Fibel lègue la fleur romantique à Jean Paul, de même Jean Paul lègue sa plume au lecteur dès la préface du livre. Il s’imagine en lecteur de son propre livre dans une vignette qui ne manque pas d’humour : il se peint confortablement installé dans un fauteuil moelleux au coin du feu par une froide soirée d’hiver et se réjouit du livre qu’il aurait entre les mains, cette « nourriture exquise et revigorante » : « je saurais d’avance combien la lecture d’un livre si excellent, si calme (que l’auteur en soit éternellement remercié !) me donnerait d’élan et d’entrain pour écrire moi-même un ouvrage brillant… »33. Le pacte de lecture programme ainsi déjà les continuations du livre, l’ouverture aux écritures futures suggérées dans les points de suspension même. Fable de la lettre errante, la Vie de Fibel est un roman de formation de l’écrivain et du lecteur en écrivain. Ce prolongement infini de l’œuvre par le lecteur, l’épistolier de la Biographie conjecturale y fait appel précisément dans l’épître consacrée au sacre de l’écrivain (elle s’intitule : « Moi-même en écrivain jubilaire et en vieillard »). Il sollicite le lecteur pour corriger sa biographie et pour participer à l’élaboration de ses versions futures. Il s’agit d’un passage dans lequel il évoque sa tendance à répéter les mêmes métaphores : « Tout lecteur qui me signalera de telles redites ou secondes éditions partielles m’obligera considérablement et contribuera beaucoup à améliorer les secondes éditions intégrales. »34. Cette adresse se situe juste après une réflexion sur le rapport de l’œuvre et de ses suites : toute « suite » fait apparaître « la possibilité du faire et par conséquent du contrefaire »35. Dans l’écriture palingénésique de Jean Paul, la lecture est récriture, biffure et bifurcation du texte précédent. De trajectoire, la biographie devient l’astre autour duquel tournent les écritures à venir. Elle devient le centre de gravité qui génère d’autres trajectoires scripturales, d’autres récits possibles. Le récit biographique est un hymne à l’écriture, une invitation à tracer sa propre route, à prendre en main la plume. C’est du moins ce que suggèrent les textes de Jean Paul. Le propos est différent chez Stendhal. L’autobiographe ne lègue pas sa plume au lecteur mais, comme le biographe jean-paulien, il envisage une continuation possible de son récit : « Ma main ne peut plus écrire, je renvoie à demain. » (p. 434). Il en appelle à une autre main, à une autre écriture, à un texte possible différé, remis à plus tard. La biographie est ainsi bifurcation et récriture : elle contient en puissance d’autres trajectoires. Elle est ouverte à l’aléa, à l’ajout possible d’un autre texte, à l’image de ces feuillets retrouvés au gré du vent dans la Vie de Fibel, à l’image de la route tracée mais sans nom du deuxième schéma stendhalien, qui demande à être complétée et poursuivie par une autre main.

La route muette, Vie de Henry Brulard, p.289

La route muette, Vie de Henry Brulard, p.289
  • 36 p. 228. « Eigentlich nimmt ja keine Biographie ein Ende » p. 493.

22En définitive, l’image de la trajectoire rend compte de l’étoilement du récit biographique en trajectoires réelles et imaginaires hétérogènes. Elle permet d’autre part d’éclairer le fonctionnement du désir et de l’imagination dans la mémoire et le récit référentiel. La biographie a à voir avec le potentiel, et non pas seulement avec ce qui s’est produit. Elle emprunte résolument la voie fictionnelle chez Jean Paul. Le récit stendhalien tient au contraire la fiction à distance même si le caractère romanesque de l’autobiographe crée des bifurcations vers le « pays des chimères » (p. 434). Nous avons mis en rapport la notion de trajectoire avec celles de bifurcation et de texte possible. La biographie ne décrit pas un mouvement circulaire fermé ; elle se projette dans les écritures futures, elle contient des trajectoires potentielles. « En réalité, une biographie n’a pas de fin », écrit Jean Paul dans la Vie de Fibel36. Contrairement à la ligne de vie, la trajectoire de vie décrit ce mouvement dynamique du récit vers l’avant et vers sa continuation possible : vers les traces, les plumes et les mains à venir.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres de référence :

JEAN PAUL, Biographie conjecturale. Konjektural-Biographie, traduction par Rolland PIERRE d’un extrait de Jean Pauls Briefe und bevorstehender Lebenslauf, Paris, Aubier Montaigne, « Bilingue », 1981.

JEAN PAUL, Vie de Fibel, traduit de Leben Fibel’s, des Verfassers der Bienrodischen Fibel par Robert KOPP et Claude PICHOIS, Paris, Union générale d’éditions, 1967.

JEAN PAUL, Sämtliche Werke. Sechster Band, édité par Norbert MILLER, München, Carl Hanser Verlag, 1987 [1963].

STENDHAL, Vie de Henry Brulard, Paris, Gallimard, “Folio poche”, 1996.

STENDHAL, Vie de Henry Brulard écrite par lui-même, t.3, édition diplomatique du manuscrit de Grenoble réalisée par Gérald RANNAUD, Paris, Klincksieck, 1998.

Ouvrages et articles critiques

ANSEL, Yves, BERTHIER, Philippe, NERLICH, Michael (dir.), Dictionnaire de Stendhal, Paris, H. Champion, 2003.

BLIN, Georges, Stendhal et les problèmes de la personnalité, Paris, J.Corti, 1958.

BROMBERT, Victor, Stendhal, roman et liberté, Paris, Ed. de Fallois, 2007.

COLONNA, Vincent, Autofictions et autres mythomanies littéraires, Auch, Tristram, 2004.

CORREDOR, Marie-Rose, « Stendhal et Don Quichotte : de « l’espagnolisme » au merveilleux silence », L’Année Stendhalienne, 2, 1997.

CROUZET, Michel, Stendhal et l’italianité : essai de mythologie romantique, Genève, Slatkine reprints, [1982], 2006.

DEL LITTO, Victor (dir.), Stendhal et les problèmes de l’autobiographie : actes du colloque de 1974, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1976.

DIDIER, Béatrice, Stendhal autobiographe, Paris, Presses Universitaires de France, 1983.

DUMOTIER, Jacques, « De l’autobiographie au roman des origines : Vie de Henry Brulard », Poétique, 149, 2007, p.31-49.

FELMAN, Shoshana, La « folie » dans l’œuvre romanesque de Stendhal, Paris, J.Corti, 1971.

GASPARINI, Est-il je ? Roman autobiographique et autofiction, Paris, Seuil, 2004.

GASPARINI, Autofiction : une aventure du langage, Paris, Seuil, 2008.

GUSDORF, Georges, Lignes de vie, Paris, O.Jacob, 1991.

LACOUE-LABARTHE, Philippe, NANCY, Jean-Luc, L’Absolu littéraire : théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Seuil, « Poétique », 1978.

LEJEUNE, Philippe, LEROY, Claude (dir.), Le tournant d’une vie, Nanterre, RITM, 1995.

LEJEUNE, Philippe, « L’irréel du passé », dans LECARME, Jacques, DOUBROVSKY, Serge (dir.), Autofictions & Cie, Nanterre, RITM, 1994.

LEJEUNE, Philippe, « Peut-on innover en autobiographie ? », dans NEYRAUT, Miche (dir.), L’autobiographie (Vies rencontres psychanalytiques d’Aix-en-Provence, 1987), Paris, Les Belles Lettres, « Confluents psychanalytiques », 1988.

MARIN, Louis, La voix excommuniée : essais de mémoire, Paris, Galilée, 1981.

MONTANDON, Alain, Jean Paul romancier : l’étoile shandéenne, Clermont-Ferrand, Adosa, 1987.

PEJU, Pierre, Lignes de vie : récits et existence chez les romantiques allemands, Paris, J.Corti, 2000.

RANCIERE, Jacques, La parole muette : essai sur les contradictions de la littérature, Paris, Hachette littératures, 2005.

REID, Martine, Stendhal en images : Stendhal, l’autobiographie et la « Vie de Henry Brulard », Genève, Droz, 1991.

RICOEUR, Paul, Temps et récit, Paris, Seuil, 1983-1985

SCHLANGER, Judith, Les métaphores de l’organisme, Paris, J.Vrin, 971.

SERODES, Serge, Les manuscrits de Stendhal : pour une approche sémiotique, Genève, Droz, 1993.

SHERINGHAM, Michael, French autobiography. Devices and desires : Rousseau to Perec, Oxford, Clarendon Press, 1991.

Haut de page

Notes

1 La Biographie conjecturale constitue la dernière partie d’un recueil plus vaste intitulé Jean Pauls Briefe und bevorstehender Lebenslauf (1799). Nous renvoyons à la bibliographie pour les éditions de référence.

2 Jean Paul ne cesse de comparer la littérature et les sciences (la biologie, l’astronomie en particulier). A sa mort, il laisse un roman inachevé intitulé La Comète, livre qui fond ensemble projet autobiographique et roman. Dans la Vie de Fibel, Jean Paul compare son récit et son écriture à une orbite : « moi, innocent auteur (…) en tant qu’astre biographiquement rétrograde […], après une apparente rétrogradation, je reprends ma marche et […]en progressant je décris une parfaite orbite » p. 237 ; « ich unschuldiger Verfasser […] als biographish rückgängiger Stern ; man sieht […], dass daß ich wie er nach der scheinbaren Rückläufigkeit den schönen Bogen des Fortgangs rein beschreibe. » p. 500. Alain Montandon a montré que cet usage de la métaphore astronomique participait de l’héritage sternien : « Comme chez Sterne, l’image prise aux sciences physiques sert d’illustration ou de métaphore philosophique : la comète est l’image de la vie humaine elle-même, dont la brillante conscience est propulsée en avant pour disparaître ensuite mystérieusement. » dans MONTANDON, Alain, Jean Paul romancier, Clermont-Ferrand, Adosa, 1987, p. 212.

3 Sur la référence newtonienne dans la pensée romantique, voir SCHLANGER, Judith, Les métaphores de l’organisme, Paris, J.Vrin, 1971, pp.99-108.

4 Nous renvoyons aux articles « Beau, Beauté » (p. 90-93) et « Utile, utilitarisme » (p. 720-721) du Dictionnaire Stendhal, 2003.

5 Cet abécédaire est quant à lui bien réel, comme son auteur véritable, nommé Bienrod.

6 p. 57 : « ce livre est par conséquent l’extrait fidèle des quarante volumes fragmentaires du judéo-chrétien et de mes disciples, et voici le village de Heiligengut promu tiroir biographique, un enfer plein de rognures de papier. ». « Das folgende Buch ist demnach der treue Auszug aus den 40 bruchstücklichen Bänden des Christen-Judas und meiner Jünger, und das Dorf Heiligengut hebt sich zu einer biographischen Schneiderhölle voll zugeworfener Papier-Abschnitzel. » p. 376.

7 p. 270. « einen Pelz, Pompier, Fuhrmann ; dann einen Pfarrer, Rektor und Amtmann ; alle sechs arbeiten an einen einzigen Leben, ein lebensbeschreibendes Trabanten-Sextett, das um den Uranus Fibel lauft, wobei ich mich nicht einmal zähle, weil er sonst ein Saturn mit sieben Trabanten wird ! Ich weiss nicht, was ich dazu sagen soll, zu diesem biographischen Zyklus. » p. 524.

8 « Le petit vieux est feu Fibel ! » p. 283. « Das alte Herrlein ist der selige Fibel ! » p. 534.

9 Par exemple, Fibel veut s’assurer que sa biographie souligne les grandes qualités de ses parents. Jean Paul avoue alors qu’il a modifié son livre en conséquence : « Je jurai par deux fois que j’avais rapporté les plus beaux traits de ces deux personnes. En réalité, j’en recueillis beaucoup de la bouche pieuse de leur fils et je les intercalai dans mon ouvrage. » (p. 292). « Ich tat zwei Schwüre, dass ich das Schönste von beiden gesagt ; ich holte aber vielerlei von diesem Schönsten noch aus dem frommen Sohne heraus und schob es ein. » (p. 539)

10 Ce texte aurait sa place dans l’archéologie de l’autofiction que propose Vincent Colonna dans Autofiction et autres mythomanies littéraires, Auch, Tristram, 2004, p. 84.

11 p. 19. « was mich am meisten beruhigt, ist der neckende Hang, den ich öfters am Schicksale bemerkt, immer nach dem Szenenplan meiner fremde Geschichten meine eigne auszuschneiden und, so, wenn andre mit der Wirklichkeit ihre Dichtkunst wässern, schöner jene mit dieser bei mir abzusüssen. Wie bei einem Schwenkschiessen erzielt‘ ich häufig mit den optischen Küchenstücken zugleich reelle Suppentäfelchen und kalte Küche. » p. 18.

12 p.17. « Lieber Otto ! Jetzt treibt mich eine Idee durch die Alleen und Gärten, die schon alle Wände meines Kopfes mit Grün und Hesperiden-Fruchtschnüren überzogen hat; - sie soll aber vollends herauswachsen ins Freie mit ihren vollen Zweigen dem Publikum in die Hand. Sieh! Ich will meine Lebensgeschichte, die mir noch bevorsteht, treu in poetischen Episteln aufsetzen. » p. 16.

13 En témoigne par exemple la liberté joueuse avec laquelle il commente le récit en train de se faire, dans la deuxième épître : « Mais comme rien de tout cela ne s’est encore produit, je ressens le désir implacable […] d’inclure ici une lettre », p. 39 ; « Da aber noch nichts davon geschehen ist : so fühl’ ich eine unbeschreibliche Begierde, hier […] einen Brief an sie […] einzuschlagen. », p. 38.

14 C’est ce qui fait leur dimension critique. Philippe Lejeune fait de la Vie de Henry Brulard une « autobiographie auto-critique » en ce qu’elle intègre la forme du journal en son sein, en ce que l’autobiographe donne « au lecteur, à la place de son autobiographie, le spectacle de lui-même en train d’écrire son autobiographie », dans LEJEUNE, Philippe, «Peut-on innover en autobiographie?», in NEYRAUT, Michel (dir.), L’Autobiographie (VIes Rencontres psychanalytiques d'Aix-en-Provence, 1987), Paris, les Belles Lettres, « Confluents psychanalytiques », 1988, p. 81.

15 p. 13. « Als ein Döppeltgänger hab’ich in der Konjektural-Biographie mich selber gesehen und gemalt und, wie Moses im Pentateuch, sogar meinen Tod : letzterer bleibt mir in jedem Fall gewiss; und sollte dieser historische Roman meines Ichs mit einem frühern Bande beschliessen, als ich vermutet hätte : so würde mein Kopf das, was er an eignen Konjekturen einbüsste, wieder an fremden gewinnen, die Doktor Gall in Wien (dem ich das Kranium hiermit legiere) daraus schöpfen müsste. » p. 928.

16 p. 17. « Sieh ! ich will meine Lebensgeschichte, die mir noch bevorsteht, treu in poetischen Episteln aufsetzen. Sollt’ ich sie wider Verhoffen nicht erleben : so hab’ ich doch die Komödienprobe, die gestikulierende Lufterscheinung, das Panorama, davon gehabt » p. 16.

17 Jean Paul évoque par exemple sa rencontre avec la mort, cette « comète du deuxième monde » qui « passa trop près de [lui] avec sa force d’attraction » p. 77-79. Il raconte le rêve dans lequel son propre squelette s’observe dans deux miroirs qui se font face – rêve qui démultiplie infiniment la mort. p.99.

18 p. 113. « Wenn du nun kommst zu mir, letzter Genius des Lebens : so werd’ ich dich, dessen schönes Angesicht und dessen glänzende Flügel so oft an meinem Schreibtisch offen standen, hoff’ ich, noch kennen. » P. 112.

19 « A côté des images les plus claires je trouve des manques dans ce souvenir, c’est comme une fresque dont de grands morceaux seraient tombés. » (p. 130) ; « C’est toujours comme les fresques du campo Santo de Pise où l’on aperçoit fort bien un bras, et le morceau d’à côté qui représentait la tête est tombé. » (p. 187).

20 Nous renvoyons à l’article de J.Dumotier pour l’analyse détaillée de cette construction romanesque. p. 44-45.

21 Michael Sheringham montre que l’activité de remémoration manifeste le souhait de « rester dans l’orbite du désir et continuer à jouir de sa mobilité » : « a wish to remain in the orbit of desire and to continue to enjoy its mobility », dans SHERINGHAM, Michael, French Autobiography : Devices and Desires, Oxford, Clarendon Press, 1991, p. 88-89.

22 Selon le vœu du premier romantisme allemand étudié par Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy dans L’Absolu littéraire, Paris, Seuil, « Poétique », 1978 : le romantisme est « la théorie elle-même comme littérature ou, cela revient au même, la littérature se produisant en produisant sa propre théorie », p. 22.

23 p. 267. « denn seit Wochen lauft nichts mehr von den Dorfjungen ein, und ich sehe mich mitten im Buche und im Dorfe mit leeren Händen festsitzen, ohne einen Ausweg zu einem ordentlichen Ausgang. » p. 522

24 Nous renvoyons à l’édition diplomatique du manuscrit de Grenoble par G. et Y. Rannaud, t.3, p.814-823.

25 p. 272. « Und Sic (setz’ ich dazu) transit gloria mundi. » p. 526.

26 p. 273. « Neueste Aussicht ».

27 p. 303. « Bereit, den Lauf zu schliessen / Auf deinen Wink, o Gott! / Und lauter im Gewissen / So finde mich den Tod. - / Dann zog ich meine Strasse langsam weiter. » p.5 46.

28 p. 229 « romantische Prozessionsraupen » p. 493.

29 « En sus du chien, il me donna ou me légua vite la fleur romantique dont j’aime mieux le parfum et la couleur, une vesce bleue dans un petit pot d’argile » p. 302. « Ausser dem Hunde schenkte oder vermachte er mir noch eilig meine in Duft und Farbe romantische Lieblingsblume, eine blaue spanische Wicke in einem Ton-Töpfchen » p. 545. C’est la fameuse fleur bleue dont rêve le protagoniste de Novalis dans Heinrich von Ofterdingen, 1802.

30 p. 285. « angehender Autor ».

31 p. 301 « ein leichtes Abschiedsbriefch (…) das erste kleine Manuskript von mir ».

32 « pas un chien ne prend la plume pour noter secrètement mes traits caractéristiques en vue d’écrire de tels Mémoires, si bien qu’à défaut d’un autre, je me verrai obligé dorénavant de les rassembler moi-même. », p. 259 ; « [vergeblich bin ich am Leben …] ohne dass da nur ein Hund die Feder nähme und charakteristische Züge heimlich für solche Mémoires von mir aufgriffe, als ich (aus Mangel eines andern) mich leider künftig selber zusammenzutragen genötigt sehe. » p. 517.

33 p. 25. « […] weil ich schon voraus wüsste, wie sehr ich durch ein so treffliches, ruhiges Buch (wofür dem Verfasser ewiger Dank sei!) zur Anspannung für ein eignes glänzendes ausgeholet hätte… » p. 368.

34 p. 93. « Jeder Leser, der mir solche Duplikate oder partiale zweite Auflagen berichtet, wird mich bei totalen zweiten Auflagen ungemein verbinden und verbessern. » p. 92.

35 p. 91. « die Möglichkeit des Machens und also des Nachmachens » p. 90.

36 p. 228. « Eigentlich nimmt ja keine Biographie ein Ende » p. 493.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les routes de la vie I, Vie de Henry Brulard, p. 154
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Les routes de la vie II, Vie de Henry Brulard, p. 289
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre La route muette, Vie de Henry Brulard, p.289
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1742/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Moioli, « Le récit de vie comme trajectoire. Une comparaison des (auto)biographies de Jean Paul et de Stendhal », Conserveries mémorielles [En ligne], # 15 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/1742

Haut de page

Auteur

Aurélie Moioli

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, agrégée de Lettres Modernes, Aurélie Moioli est doctorante contractuelle avec mission d’enseignement en Littérature Générale et Comparée à l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Au sein du centre de recherche « Littérature et poétiques comparées », elle prépare une thèse sur le récit de soi dans les œuvres de Ugo Foscolo, Stendhal, Jean Paul Richter, Nerval, sous la direction du Professeur Karen Haddad. Elle est membre du Laboratoire Junior Imag’His de l’ENS de Lyon - laboratoire pluridisciplinaire composé de jeunes chercheurs en histoire, en littérature et en philosophie interrogeant la notion d’imagination dans l’écriture de l’histoire individuelle et collective.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org