Navigation – Plan du site
De l'individuel au collectif : usages de la trajectoire dans la construction mémorielle

Un parcours collectif autour du militantisme politique en Argentine : de la mémoire des « combattants révolutionnaires » aux discours sur la victimisation

A collective journey around political activism in Argentina: the memory of "revolutionary fighters" discourses on victimization
Paula Sombra

Résumés

Les Forces Armées Péronistes (FAP) furent une organisation politico-militaire d’origine péroniste, créée dans la province de Buenos Aires (Argentine) en 1967. Malgré la notoriété qu’a connue le débat sur le thème de la mémoire dans l’espace public argentin, les FAP ont toujours gardé le silence, alors que ses membres, dans leur quasi-totalité, poursuivent actuellement leur engagement politique, et témoignent souvent d’une faible prise de distance avec leur passé. Comment appréhender et aborder l’expérience des FAP et comprendre la mémoire du militantisme des années 60-70 dans l’actualité ?

Cet article se propose ainsi de revenir sur deux aspects spécifiques qui sous-tendent le travail d’élaboration de la mémoire du militantisme sur le passé récent argentin. Le premier est le processus des expériences de continuité politique; quant au second, il s’inscrit dans la réflexion sur les politiques du pardon et le processus de reconstruction mémorielle (mais aussi nationale) des sociétés ayant souffert de traumatismes importants.

L’analyse de ces deux processus implique de prêter une attention toute particulière —à travers un parcours particulier—, à tout un ensemble de formulations idéologiques, de pratiques et de valeurs collectives qui structurent les FAP et qui, au fil des ans, ont peu à peu délimité les frontières d’une expérience et conféré un sens aux actes, de façon à assurer la pérennité de l’engagement politique. Ce découpage se fonde sur la certitude que les clefs interprétatives pour la compréhension de l’expérience des combattants révolutionnaires dans l’actualité sont à trouver dans les discours de la victimisation.

Haut de page

Texte intégral

Quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.

Marcel Proust, « Combray », Dû côté de chez Swann

1Les Forces Armées Péronistes (las Fuerzas Armadas Peronistas, FAP) furent une organisation politico-militaire d’origine péroniste, créée dans la province de Buenos Aires (Argentine) en 1967 (même si sa première apparition publique ne date que de l’année suivante). Sous l’influence des préceptes de Che Guevara —et parce qu’ils identifièrent le péronisme à un mouvement de libération nationale sur le principe de « la lutte armée comme seule forme de lutte » (« Destacamento guerrillero 17 de octubre », 1969, dans Duhalde et Pérez 2003 [2001], 115)—, ils essayèrent, initialement, de créer un foyer insurrectionnel et d’amorcer la lutte armée avec pour objectif, à terme, de livrer une Guerre Totale, autrement dit une guerre populaire et durable pour permettre le retour de Perón au pouvoir et l’établissement définitif d’une Nouvelle Argentine, juste, libre et souveraine (Ibid. : 111). Mais ils furent découverts et immédiatement arrêtés avant même d’avoir pu mener à bien leurs actions. Leur mise en détention et la férocité des actes de torture qu’ils eurent à endurer eurent pour effet de susciter une mobilisation au sein des groupes dont l’organisation était jusqu’alors balbutiante. Aussi pouvait-on lire dans le communiqué :

« Solidarité avec tous les prisonniers de Taco Ralo. Communiqué de diverses organisations péronistes 1968 : les compagnons emprisonnés sont des péronistes et non des communistes ou des trotskystes comme veut le faire croire le gouvernement militaire. Les peuples sont les seuls à avoir le droit de recourir à la violence.  » (Con Todo, décembre 1968).

  • 1 «Destacamento guerrillero 17 de octubre»; «La guerra Revolucionaria del pueblo. Sus tareas fundamen (...)

2Ce fut à partir de 1969, précisément, que commencèrent à se dérouler les premières opérations armées (menées par une partie du groupe qui avait échappé aux arrestations) et que commencèrent à être rédigés, depuis la prison, les premiers documents qui eurent valeur de manifeste1. C’était alors la seule organisation préparée pour la lutte armée. Dans le courant de l’année 1970, le nombre des opérations fut en augmentation et on assista à l’émergence de groupes des FAP en divers endroits du pays (surtout dans la province de Córdoba, de Mendoza de Santa Fe et de Tucumán). En 1971, dans la province de Córdoba, surgit un péronisme ouvrier et militant, connu sous le nom de « Péronisme de Base » (« Peronismo de Base », PB), lequel, quoique faisant partie des FAP, possédait son propre fonctionnement. Le fait est que beaucoup de militants des FAP (cadres et membres de la direction) réalisèrent des tâches dans les quartiers et les usines sous l’étiquette du PB. Précisons que tous ceux qui appartenaient au PB n’étaient pas systématiquement membres des FAP. Pour nombre d’entre eux, ils travaillaient au niveau de la base, dans les usines et les quartiers, avec pour objectif ultime d’éveiller les consciences par leurs œuvres et l’aide qu’ils apportaient dans ces lieux.

3Les dernières opérations —sporadiques— menées par l’une des branches des FAP (« Comando Nacional ») eurent lieu en 1979, au moment où une partie des dirigeants de l’organisation furent arrêtés, avant d’être portés disparus. En dépit des multiples emprisonnements, des assassinats, des disparitions et de l’exil (exil intérieur ou à l’étranger) de nombre de ses militants, le groupe des FAP survécut, et est toujours présent dans l’actualité.

4Malgré la notoriété qu’a connue le débat sur le thème de la mémoire dans l’espace public argentin, les FAP ont toujours gardé le silence, alors que ses membres, dans leur quasi-totalité, poursuivent actuellement leur engagement politique. Comment appréhender et aborder la mémoire des FAP et aborder cette expérience pour comprendre la mémoire du militantisme des années 60-70 dans l’actualité ?

5D’une part, on peut dire que proposer une réflexion « au présent » sur le militantisme des années 1960 et 1970 en Argentine implique de donner un sens à la mémoire collective, à l’histoire du passé proche et aux conditions sociopolitiques actuelles. Créer ce sens dépend fortement des conjonctures politiques et culturelles du moment, du degré de conscience de la société civile et de la volonté publique et nationale de « se souvenir », du regard analytique des spécialistes, ou encore de la possibilité d’accéder (par le biais de témoignages oraux et écrits) aux sources du passé politique argentin. Or, les perspectives pour écrire l’histoire de ce passé s’imposent de manière périodique dans le débat public ainsi que dans la vie intellectuelle, rendant compte d’un véritable impératif social de devoir de mémoire, de « vérité et justice », et ce, précisément, parce que la cause de la défense des droits de l’Homme constitue aujourd’hui un sujet central par rapport à cette période de l’histoire argentine. Dans cette perspective, les thématiques sur la mémoire et le militantisme sont indissociables de l’irruption d’un discours qui les porte et leur confère du sens : celui de la victimisation.

  • 2 Voir Duhalde et Pérez, 2003 [2001]; Judez, 2010; Luvecce, 1993; Onrubia Rebuelta, 2007; Raimundo, 2 (...)

6D’autre part, dans les processus de formation du souvenir et de l’oubli, les études menées sur les FAP et leur groupe non armé (le « Péronisme de Base »), répondent en grande partie à la récupération critique de la dimension politique des années 1960-70. En grande partie, disons-nous, car bien que les travaux sur cette organisation soient loin d’être légion dans les études portant sur les mouvements de guérillas en Argentine, ils ont surgi, cependant, à partir de la seconde partie des années 19902. Par ailleurs, et conséquemment à cette faible fréquence de travaux, une véritable discrétion s’est instaurée au sein des FAP elles-mêmes à l’égard de leur histoire, et ceci en dépit du fait qu’elle fut la première organisation armée d’origine péroniste, et que leur expérience fut fondamentale dans l’émergence des méthodes d’insurrection en Argentine.

7Il n’est guère aisé, avec des personnes fréquemment réticentes à raconter –et à porter un regard critique sur– une époque dominée par les combats et l’omniprésence de la mort, de s’intéresser à la récupération des diverses narrations des expériences politiques par lesquelles s’élabore le souvenir du passé du militantisme des années 1960-70 (évocation des méthodes d’insurrection, évocation de la Révolution et des idéaux de changements pour l’avènement d’une société plus juste). Cela ne veut pas dire que ces militants qui ont appartenu aux FAP ne s’expriment pas du tout : au contraire, nous aurons l’occasion de voir qu’ils s’expriment à travers des paroles et des actes, qui témoignent d’une faible prise de distance avec leur passé.

8En dépit de la maigre répercussion de travaux portant sur cette organisation, et malgré la mise à l’écart des militants (une mise à l’écart pour laquelle ils ont volontairement opté), nous considérons fondamental de s’intéresser au parcours de cette organisation, non seulement en raison de l’importance qu’elle a eue dans l’histoire des actions armées en Argentine, mais encore et surtout car cela permettrait de montrer comment les anciens militants des FAP recourent à certaines pratiques et à certains discours pour mener à bien leurs luttes politiques dans l’actualité.

  • 3 En Amérique latine, les cas sont nombreux et les études des cas uruguayens, chiliens et argentins o (...)

9Notre article se propose ainsi de revenir sur deux aspects spécifiques qui sous-tendent le travail d’élaboration de la mémoire du militantisme sur le passé récent argentin. Le premier, c’est le processus des expériences de continuité politique; quant au second, il s’inscrit dans la réflexion sur les politiques du pardon et le processus de reconstruction mémorielle (mais aussi nationale) des sociétés ayant souffert des traumatismes importants3.

10L’analyse de ces deux processus implique de prêter une attention toute particulière aux images, aux idées et aux discours militants qui, dans l’actualité, organisent et structurent une représentation générale sur l’activisme politique de ces années-là. Ceci permet de définir, à travers un parcours particulier, tout un ensemble de formulations idéologiques, de pratiques et de valeurs collectives qui structurent les FAP et qui, au fil des ans, ont peu à peu délimité les frontières d’une expérience, et conféré un sens aux actes, de façon à assurer la pérennité de l’engagement politique. Il s’agit, en définitive, d’une reconstruction actuelle de la logique militante. Ce découpage se fonde sur la certitude que les clefs interprétatives pour la compréhension de l’expérience des combattants révolutionnaires dans l’actualité, sont à trouver, fondamentalement, dans les discours de la victimisation.

  • 4 Sachant que la sociologie a toujours « privilégié l’individu générique au principe de l’État à la p (...)

11L’expérience — vécue et présente — de cette organisation nous est accessible à travers des récits et des pratiques qui s’élaborent dans l’actualité, et par lesquels les militants trouvent une continuité avec leur passé de militantisme (d’où le fait de convoquer la notion de parcours comme approche transversale). Le décloisonnement des spécialités de la sociologie permet ainsi de diversifier les entrées, les approches, de déplacer le regard pour se décentrer de certaines catégories, et concevoir les données biographiquesde manière différente4.

12Quatre interrogations structurent notre argumentation : comment faire émerger la mémoire d’une époque caractérisée par l’entreprise collective de jeunes idéalistes qui luttaient pour changer le monde, lorsque toutes ces expériences ont, depuis, été marquées et traversées par le terrorisme d’État et le souvenir de ces milliers d’assassinats ? Dans quelle mesure cette catégorie de victime devient la figure politique actuelle qui réorganise la représentation de l’expérience du militantisme d’autrefois ? L’émergence de la victimisation constitue-t-elle un progrès dans la reconstruction de l’histoire récente ? Quel pourrait être l'apport du parcours de vie lié au militantisme à la connaissance sociologique pour une histoire récente ? Toutes ces questions —si elles ne permettent peut-être pas de conclure sur les raisons précises de l’essor mémoriel sur le militantisme analysé à travers la figure de la victime—, contribuent toutefois à éclairer d’un jour nouveau la tâche ô combien complexe que suppose d’étudier la mémoire d’un passé récent et traumatique en Argentine. Nous consacrerons les pages suivantes à tenter d’élucider quelques-unes de ces questions.

Les mémoires du militantisme et les représentations de chaque présent : un parcours par la scène politique et culturelle argentine

13La problématique liée à la mémoire est en effet, dans l’actualité, particulièrement présente, non seulement dans des pays comme l’Argentine, mais aussi dans d’autres pays de l’Amérique latine.

14Nous pourrions, à grands traits et en guise d’introduction, définir la mémoire comme la façon dont les sujets construisent et donnent un sens au passé, afin de le transmettre. Disposer d’un cadre d’élaboration dans un présent déterminé, ainsi que d’un horizon d’attente, constituent des conditions inhérentes à la récupération de ce passé. En ce sens, les significations du passé dans le présent sont le fruit du traitement, de la fabrique interne des sujets impliqués. Toute mémoire est le produit d’un contexte social —toujours changeant—, et des champs de luttes culturelles et politiques, en compétition pour le contrôle du sens à donner au passé. Ajoutons, enfin, que toute mémoire est le produit de débats publics entre ce qui peut être dit, entendu et écouté, entre ce dont on peut se souvenir, et ce qu’il convient de passer sous silence et d’oublier (POLLAK, 1993b; RICŒUR, 2000; ROUSSO, 1996; VEZZETTI, 2002). On peut ainsi mettre en évidence que la mémoire est sélective et multiple. Et ce d’autant plus que les modalités adoptées peuvent faire référence à deux ordres distincts: tout d’abord, la mémoire liée aux témoignages ; ensuite, la dimension politique de la mémoire. Ces deux ordres ne s’opposent pas, et se caractérisent même par les étroites relations qu’ils tissent l’un avec l’autre. Nous avons donc, d’une part, la mémoire testimoniale, qui fait référence à l’émergence de souvenirs individuels et subjectifs, remémorés à la première personne et alimentés d’expériences collectives. Cette mémoire est généralement présentée comme une « place forte » de vérité parce qu’elle appartient à un ensemble de vécus partagés. D’autre part, la mémoire doit être entendue en référence à l’usage politique et institutionnel du passé, stimulé et impulsé non seulement par divers groupements et associations (issus de la société civile), mais aussi et fondamentalement par l’État. Cette dimension politique fait clairement référence à la mémoire des crimes contre l’humanité et à la dénonciation d’un passé à caractère traumatique.

15En Argentine, la question de la mémoire est un héritage de la violence politique et sociale, du terrorisme d’État, et de la figure des disparus. Ceci explique que cette question ait été associée à la défense des droits de l’homme et aux demandes en faveur de la « vérité et [de la] justice », ou du châtiment des coupables. Quoiqu’il en soit — et comme le fait remarquer Vezzetti —, la justification de leurs contenus « n’est pas immunisé contre le passage du temps », ce qui explique qu’en Argentine, depuis 1983, « l’horizon ouvert dans le présent n’ait pas cessé de se déplacer » (VEZZETTI, 2002, 191). En ce sens, dans le parcours de la mémoire, ce qui intéresse n’est pas tant le passé récent, pour lui-même, mais la manière dont l’imaginaire politique est appréhendé, transmis et réactualisé, moment présent après moment présent, en construisant des souvenirs et donnant du sens à tel ou tel événement passé. Le cas du militantisme est une de ces mémoires qui font partie de la dialectique du passé et du présent qui se réactualisent sous divers aspects, et mettent en évidence que le passé n’est ni figé ni inaltéré.

  • 5 Nunca Más étudie le fonctionnement des camps de détention clandestins, analyse les formes de répres (...)
  • 6 La Comisión Nacional por la Desaparición de Personas (CONADEP), créée par le Président Raúl Alfonsí (...)
  • 7 Jorge Rafael Videla et Eduardo Massera furent condamnés à la réclusion à perpétuité; Roberto Viola, (...)
  • 8 Il fallut attendre 1998 pour assister à la retransmission télévisée, autrement dit après qu’eurent (...)

16Sans sous-estimer la période de transition vers la démocratie, nous proposons de nous pencher sur certaines politiques de la mémoire autour de l’engagement contestataire à partir du milieu des années 90. Cette décision est due à divers changements politiques et sociaux qui ont constitué des ruptures dans le processus plus général des souvenirs du passé récent. Toutefois, on ne peut pas laisser de côté certains noyaux de récupération de ce passé à ce moment inaugural de la démocratie. En ce sens, deux discours narratifs fondamentaux de la démocratie ont un impact profond y durable dans la société argentine. Il s’agit tout d’abord de la publication du Nunca Más5(1984), résumé de la enquête réalisée par la Comisión Nacional por la Desaparición de Personas6 (CONADEP), qui est apparue comme l’élaboration « d’un cadre de vérité et de signification globale sur les différents sens à donner à ce passé » (Vezzetti, 2002, 19). Il s’agit, ensuite, en 1985, de la répercussion publique du Juicio a las Juntas Militares (« Jugement des Juntes Militaires »), inédite à l’échelle du continent, dont le point culminant fut le châtiment infligé aux plus hauts responsables7, et qui fut à l’origine des lois de réparation faite aux familles des disparus et aux survivants des disparitions. L’hyper-présence du thème dans la presse écrite au cours des neuf mois que dura le procès (et malgré les restrictions de sa diffusion télévisée8), ainsi que la diffusion de témoignages, constituèrent les points d’ancrage les plus notoires de la constitution de cette mémoire focalisée sur le terrorisme d’État et les atteintes aux droits de l’homme.

  • 9 Pour cela, voir FRANCO, 2011, 2012.
  • 10 Cette vision soutenait que, dans les années 70, s’étaient opposés deux ennemis, deux terrorismes mi (...)

17Ainsi, les attentes se sont portées sur la démocratisation et la revalorisation de la société civile, et sur l’obtention de la justice. Dans leur ensemble, les cadres institutionnels, mis en place afin d’établir un État de droit, se fondèrent sur une rupture politique et historique avec le passé antérieur. Ceci non seulement vis-à-vis de la période dictatoriale, mais aussi à l’égard de la répression menée par le péronisme durant ses années de gouvernement démocratique9. Très rapidement, s’imposèrent de nouvelles figures pour caractériser la période que l’on souhaitait laisser derrière soi, les plus remarquables étant celles de la « guerre sale », que la « théorie des deux démons » est venue symboliser10. Cette formule bipolarisée a servi à exclure de la représentation d’une tradition démocratique tout aussi bien le terrorisme d’État amorcé en 1976, que la violence politique qui l’avait précédé.

  • 11 Nous voulons ici mettre en évidence que l’image du prisonnier-disparu, qui condense l’abus systémat (...)

18De tout ceci a fini par émerger une figure, celle du disparu, « dans son caractère pur de victime, atteinte dans sa condition humaine, et bafouée par l’impunité d’un état ayant transgressé toutes les limites11 » (VEZZETTI, 2002, 116). La figure du « disparu » demeurait clairement, de cette manière, à l’écart de toutes les revendications politiques des organisations révolutionnaires réprimées par la dictature. Le consensus basique autour des « disparus » s’est ainsi fondé sur le fait de les considérer comme des « victimes innocentes ». Cette vision, évidemment, contribuait à esquiver et à éluder tout engagement dans un projet politique.

  • 12 Cette terminologie, très répandue en Argentine depuis la fin de la dictature, fait référence à l’en (...)

19Durant cette étape, les groupements de défense des droits de l’homme furent en effet les porte-parole des droits des victimes (disparus et/ou survivants), et des consignes de « mémoire, vérité et justice ». Certes, dans ce contexte discursif, les organismes de droits de l’Homme12 et, surtout, les Mères et les Grands-mères de la place de Mai, sont devenues des figures emblématiques par leur refus de l’oubli et leur volonté que la justice s’attaque au passé dictatorial. Les luttes pour la défense des droits de l’homme (et en particulier pour les droits des victimes) exprimaient une option éthique pour la nouvelle démocratie, qui cristallisait toutes les promesses de reconstruction politique de la société. Comme le fait remarquer Hugo Vezzetti, « c’est là que prend naissance, dans l’univers des victimes, une association durable entre les termes mémoire, démocratie et droits » (VEZZETTI, 2011, 288).

  • 13 En 1985, le premier gouvernement démocratique sous la présidence de M. Alfonsín a jugé et condamné (...)
  • 14 Il convient de préciser que la politique d’amnistie et d’oubli, fondée sur une volonté de « réconci (...)

20Les lois du « Point Final » (Ley de Punto Final, 1986) et de « l'Obéissance due » (Ley de Obediencia Debida, 1987) ont ouvert la voie à l’impunité juridique. Plus tard, un second gouvernement démocratique promulgua par décret l’amnistie (Leyes de Indulto, 1989 et 1990)13. Malgré tous les efforts pour promouvoir une « politique de l’oubli »14, les traces laissées par le « Juicio » et « Nunca Más » étaient toujours bien vivaces dans la société. Les organismes de défense des droits de l’homme conservaient leur prestige, et les amnisties ne recueillaient qu’un faible appui dans la société.

  • 15 Voir SCIPIONI, 1983; EL KADRI et RULLI, 1984 ; revue Controversia, 1979-1981.

21Que ce soit à travers les mouvements de défense des droits de l’homme, ou à travers la sanction punitive des politiques officielles, les cadres de représentation de la mémoire pendant cette période-là ont été définis depuis l’espace judiciaire. Les interrogations portant sur les expériences politiques du militantisme ont ainsi été occultées, en particulier celles qui incorporent et intègrent comme axe la lutte armée. Ces questionnements, toutefois, ont subsisté comme une sorte de “mémoire souterraine” (POLLAK, 1993). Comme le fait observer Vezzetti (2009), les débats sur la violence révolutionnaire existaient dans la communauté politique argentine (à partir de la Révolution cubaine et peut-être même avant), et portaient sur les stratégies à appliquer face à la violence instaurée depuis le pouvoir. Ces débats furent également menés depuis l’exil15. Dans une large mesure, au cours de ces débats, les arguments allaient contre les tentatives de mise en place de foyers insurrectionnels en Argentine, et contre la légitimité du recours aux armes. Même si ces discussions controversées restèrent confinées aux groupes eux-mêmes (comme partie d’une mémoire propre de la gauche), elles permirent d’élaborer un récit de la défaite. Durant le contexte de promulgation des lois d’amnistie des gouvernements démocratiques, le silence sur le militantisme politique et social a supposé, pour ces militants, la continuité d’un modèle de domination et de contrôle exercé depuis le pouvoir.

22Pour s’opposer à la présence monopolisatrice et réductrice de la figure de la victime « innocente », quelques survivants cherchèrent cependant non seulement à dénoncer les crimes impunis de la dictature, mais aussi à afficher publiquement la dimension politique de la figure de la victime. En ce sens, ces actions —visant à s’opposer au silence et à la falsification des faits—, ont également eu pour objectif de récupérer cette identité politique afin de pouvoir poursuivre ces combats du passé, dans lesquels ils s’étaient engagés.

  • 16 De plus amples informations se trouvent sur le site : http://www.desaparecidos.org.arg/doc/arrpent (...)
  • 17 Bien que HIJOS, d’une certaine manière, représentât la relève générationnelle de Madres et Abuelas (...)
  • 18 L’ “escrache” renvoie aux manifestations publiques de condamnation et de répudiation qui se déroule (...)
  • 19 Puisque les procès concernant les affaires d'appropriation et de suppression d'identité (adoptions (...)

23Depuis le début des années 90, on assiste à une série de mutations dans les réflexions sur le passé récent, ce qui a favorisé une visibilité bien différente de la mémoire. Il est d’usage d’évoquer le changement d’attitude de vastes secteurs de la population à l’égard de la démocratie représentative. L’optimisme lié à l’attente d’un retour à un certain niveau de bien-être social et politique a laissé la place à une sorte de sentiment de déception. Dans le contexte de la « politique de l’oubli » (LAVABRE, 2001), mise en place sous le gouvernement de Carlos Menem, certains événements sont venus illustrer cette nouvelle situation. Citons, en 1995, le discours d’autocritique et de repentance du Chef des Forces Armées, Martín Balza, ainsi que les confessions publiques du capitaine Adolfo Scilingo sur la manière dont on faisait disparaître les corps des personnes séquestrées16. Cette même année est née l’organisation HIJOS (Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio ; « Fils pour l’Identité et la Justice, contre l’Oubli et le Silence ») qui permit de regrouper les filles et fils de victimes du terrorisme d’État17. C’est à HIJOS que l’on doit ce type de manifestations connues sous le nom d’« escraches », et dont le développement est à mettre en relation avec l’abandon des poursuites judiciaires et les politiques d’amnistie (« indulto »)18. En 1996, lors du vingtième anniversaire du coup d’état militaire, d’innombrables commémorations ont eu lieu. Par ailleurs, on a assisté à l’apparition massive de procès liés aux enlèvements d’enfants19. En 1998, ont commencé les Juicios por la Verdad y la Justicia, comme instances juridiques visant à établir la vérité sur des cas spécifiques de disparition (les lois en vigueur, cependant, n’ont pas permis de condamner les responsables). Enfin, divers organismes de défense des droits de l’homme ont créé l’association Memoria abierta en 1999, et la Comisión Provincial por la Memoria, en 2000.

  • 20 Comme exemples de littérature de témoignages sur le militantisme des années 70, on peut citer MATTI (...)
  • 21 FLASKAMP, 2002; ZUKER 2003; ROBLES, 2004; POLLASTRI, 2003; SAADI, 2004; Revista Lucha Armada en la (...)

24Il ne fait aucun doute que tout ceci a favorisé le changement et la transmission d’autres discours et représentations sur les années 60-70, notamment en ce qui concerne l’émergence de la figure du militant politique-révolutionnaire, en rupture avec la figure morale de la victime « innocente », comme nous l’avons dit précédemment. Cette rupture a aussi été encouragée, dans la deuxième moitié des années 90, par l’apparition de nombreux écrits témoignant de l’expérience répressive ou portant sur la récupération des projets politiques des années 60 et 70. Ces textes, produits par d’anciens militants (très souvent également d’anciens détenus, prisonniers ou exilés), pouvaient prendre la forme de compilations de sources documentaires (précédées d’études introductives), de romans, d’essais, d’autobiographies, d’entretiens, de récits de vie, de documentaires, de films20. Le point de départ en fut sans doute la publication journalistique, à partir de 1997, du premier tome de la trilogie d’Eduardo Angüita et Martín Caparrós, intitulée La voluntad. Una historia de la militancia revolucionaria en la Argentina (1966-1978). Évidemment, tout ceci apparaît étroitement associé au besoin de « dresser un bilan » de cette étape. Dans ce bilan apparaissent aussi bien des positions tendant à récupérer et à sauvegarder la mémoire de l’utopie, à faire l’éloge de l’héroïcité des militants, que des positions tendant à l’autocritique, voire à la condamnation21. Tout ceci a conféré une visibilité accrue à la dimension politique et révolutionnaire de cette époque des années 60-70.

  • 22 Voir La Nación, le 26 mars 1998.
  • 23 Voir La Nación, le 13 août 2003, le 15 juin 2005 et le 13 juillet 2007

25A partir de 2003, avec l’arrivée au gouvernement de Néstor Kirchner, nous assistons à une récupération et réactivation politique en matière judiciaire. Mais pour l’origine de tout ceci, il faut remonter à l’année 1998. En effet, à partir d’une initiative mise en place par Juan Pablo Cafiero et pour Alfredo Bravo en mars de cette année-là, le Congrès promulgua une de dérogation à la loi de l’« Obéissance due » et du « Point final »22. Cette décision était sans conséquence sur ceux qui en avait bénéficié, mais elle témoignait, du point de vue symbolique et politique, d’un changement de cap au sein des partis majoritaires, et en particulier au sein du péronisme. Cette entreprise, appuyée par Kirchner, fut approuvée par le Parlement en août 2003 et ratifiée par la nouvelle Cour Suprême en juin 2005. Les amnisties prononcées par Menem furent annulées en juillet 200723. La rénovation de la Cour ménémiste fut d’ailleurs la grande originalité du gouvernement Kirchner : il s’agissait de rompre avec la position politique adoptée par l’État à l’égard du passé, et de reprendre à zéro les poursuites et procédures contre les couples de crimes de lèse-humanité. C’est dans ce nouveau contexte que furent reprises les procédures : « avec la réouverture des procès, débutait la seconde séquence du Jugement des Juntes », affirme Vezzetti (VEZZETTI, 2011, 294). Les procès en cours actuellement constituent le pilier de la mémoire et de la conscience citoyennes.

  • 24 Jorge Rafael Videla est un Général et homme politique argentin ; coauteur du coup d’État du 24 mars (...)
  • 25 Lors du trentième anniversaire du coup d’État militaire, de nombreuses plateformes journalistiques (...)

26En même temps, sous Kirchner, l’État a ouvert des lieux symboliques et matériels pour les victimes et les protagonistes de ce passé récent. Les portraits de Videla et de Galtieri24 sont retirés du Colegio Militar. Des lieux de mémoire et de commémoration sont installés dans ce qui auparavant avait été des centres clandestins de détention. La transformation de l’ESMA (le plus terrible des camps de détention) en « Espacio para la Memoria y para la promoción y Defensa de los Derechos Humanos », ou bien le projet de construction d’un « Museo de la Memoria », ou encore d’un « Parque de la Memoria », constituent et constitueront autant de lieux sociaux, ouverts matériellement et symboliquement aux victimes, protagonistes et acteurs du passé récent. De même, les moyens de communication, le secteur journalistique, le cinéma, la littérature, ainsi que le monde académique et universitaire, contribuent à irriguer le débat et à récupérer la dimension politique et révolutionnaire de la mémoire du militantisme des années 60-70, en lui conférant une centralité dans l’opinion publique25.

  • 26 FRANCO, 2008; GARAÑO et WERNER, 2007; GUGLIELMUCCI, 2003; KORINFELD, 2008; LO PRETE, 2006; LONGONI, (...)
  • 27 BASUALDO, 2006; BIANCHI, (dir.) 2008; CAVIGLIA, 2006; LORENZ, 2004, 2005, 2007; SALVI, 2006.

27Tout ceci a rendu possible la compréhension de l’expérience d’autres victimes de la répression légale et illégale (prisonniers politiques, exilés, cibles d’assassinats politiques, soldats ayant combattu pendant la Guerre des Malouines, survivants, traîtres, etc.26), et a également permis de lire sous un nouveau jour les travaux historiques antérieurs à —ou contemporains de— la dictature27. Or, il faut préciser que ces actions menées par les politiques étatiques ont été à la charge presque exclusive d’une coalition formée depuis le Pouvoir exécutif avec la majorité des organismes de défense des droits de l’homme. Cela signifie que les actions liées à la mémoire restent circonscrites et limitées aux victimes directes, aux proches, aux organismes de défense des droits de l’homme et aux anciens militants eux-mêmes qui y sont désormais engagés. Les combats pour donner du sens et les différentes formes de récupération, de débat et de délibération publique, semblent aujourd’hui tendre vers une politisation quelque peu mesquine, qui réduit et accommode l’histoire aux luttes du présent.

28Ainsi, les différentes façons de témoigner sur ce passé de violence et de luttes politiques ont octroyé et conféré une nouvelle légitimité aux récits militants, qui sont désormais entendus, écoutés, connus et étudiés. Pour transformer en représentations ce monde complexe d’idées, d’images et de discours, et pour lancer un travail de mémoire, il a été nécessaire de rendre compte des conditions, des actions et des omissions de la société du moment, mais aussi des attentes et des volontés projetées vers le futur. Nous voudrions à présent nous intéresser à une formule qui semble être devenue habituelle : à savoir que l’élaboration de la « mémoire de l’expérience politique » semble nécessairement être déterminée par « les politiques de la mémoire ». C'est-à-dire par « les façons d’étudier, de traiter et de gérer le passé récent à travers un vaste répertoire d’actions et de représentations qui vont de la justice rétroactive et des commémorations, à l’érection de monuments et autres réappropriations symboliques, et qui sont aussi bien à l’initiative de l’État qu’à celle d’autres acteurs sociaux et politiques » (RABOTNIKOF, 2008, 265). De ce point de vue, les modalités d’élaboration de la mémoire semblent délimiter, tracer, et finalement simplifier, les sillons du souvenir.

29Face à l’expansion et à la promotion actuelle de la thématique de la mémoire, il conviendrait cependant de se prémunir contre une récupération qui soit trop étroitement liée à la politique. Il n’est pas facile d’éviter d’inclure cette dimension et de se rendre compte que c’est la sauvegarde d’une identité (celle de ces jeunes militants d’alors) et de l’ensemble de leurs récits, pratiques et expériences, qui sont déterminants. La politique est en effet toujours au fondement de leurs souvenirs ainsi que de leurs idées et actions présentes.

Un parcours des FAP : l’expérience combative dans les récits

30L’expérience —toujours politique— des militants nous a été accessible à travers de récits. Celle-ci est, en effet, le résultat d’une reconstruction qui se donne à travers le discours. Comme fait remarquer Zimmermann :

« dans la tradition phénoménologique, l’expérience est saisie à travers l’observation, mais c’est à travers la mise en paroles qu’opère la production de sens. Si le passage au récit peut induire un appauvrissement de l’expérience, il est aussi la condition de sa réflexibilité. » (ZIMMERMANN, 2011, 62)

  • 28 Pour cela, voir BECKER, 1985 ; PASSERON, 1990 ; HUGHES, 1937.

31Dans les récits des ces anciens combattants, l’expérience prend la forme d’un parcours qui s’étend dans le temps et l’espace. Sans entrer dans une comparaison entre des notions telles que « trajectoire », « itinéraire » ou encore « carrière »28, nous donnerons au terme « parcours » le sens de « continuité d’une expérience vers un objectif », sans pour cela considérer que le parcours soit synonyme de linéarité. Bien au contraire, il est fait de détours, de moments charnières, de retours en arrière, d’arrêts et d’avancées ; il offre une diversité de chemins possibles, de ponts, de passerelles, pour franchir des événements discontinus et les restituer dans un ensemble continu et cohérent. En ce sens, le parcours s’affirme comme un « concept trait d’union » (ZIMMERMANN, 2011, 83). Ce qui compte, en définitive, c’est le but, car c’est dans le but qu’il acquiert sa signification.

  • 29 Voir les nouvelles approches du militantisme inspirées de l’analyse de l’École de Chicago.

32Bien que la notion de carrière ait été appliquée à l’étude de l’engagement politique29, nous considérons que le parcours peut englober la carrière ou « désigner (…) le chemin qui relie différentes positions dans une carrière ». Entre autres choses, la carrière désigne le passage ordonné d’une position à l’autre dans un système donné. Elle fait également référence à une idée de gradation et d’évolution, en termes de fonction et de responsabilité pour une autorité compétente. Le parcours, quant à lui, met l’accent sur une pluralité de rôles et d’identités dans de diverses dimensions sociales. Il intègre les interstices et met l’accent sur ce qui se passe entre eux afin de donner une place à la production de continuité. Ainsi, il traverse différents espaces de référence (de la sphère professionnelle, institutionnelle, ou encore domestique), il les identifie afin de définir le développement et les modalités pour y arriver, en reliant les étapes et les temporalités au cours du déplacement du récit biographique. Le parcours est, par conséquent, une épreuve d’interaction avec l’environnement, où les récits et les actions se déploient selon les temporalités du vécu. Il est le résultat de l’organisation d’événements à travers la mise en récits.

33A cela, il faut ajouter que le parcours inclut une dimension de réflexivité, c’est-à-dire qu’il prend en compte la subjectivité des acteurs, impliquant leur volonté et leur intention. Et ce même si —comme le fait remarquer Zimmermann— « un parcours ne se laisse pas réduire à des choix personnels. Il est aussi fait de non-choix et de contraintes » (ZIMMERMAN, 2011, 85). La structure collective est aussi un lieu de possibilité d’émergence des choix individuels.

34Cette implication de l’acteur (et ceci ne veut pas dire une seule personne) dans la mise en cohérence et la justification à travers le récit nous permet de dire, avec Zimmermann, que le parcours synthétise —en même temps qu’il analyse— la qualité historique et corrélative des personnes, considérées ainsi comme des êtres en devenir. C’est à partir de cette catégorie opératoire que nous avons situé notre travail de récupération des souvenirs actuels et des discours rénovés du passé.

35Or, dans l’éventail hétérogène des organisations armées en Argentine, l’expérience des FAP offre une image et un parcours singuliers des projets révolutionnaires des décennies 60 et 70. Ceci est d’autant plus vrai si l’on tient compte des représentations construites de la politique de ces années-là. Il est certain que le développement des organisations armées a obéi à un processus complexe et échappe aux typifications simplistes. On peut dire, cependant, que le ferment révolutionnaire constitua l’élément clef de la construction d’une identité et d’un ensemble de convictions partagées (tout autour d’un changement pour une société plus juste).

  • 30 En 1965, une centaine de militants fondèrent le Parti Révolutionnaire des Travailleurs (Partido Rev (...)

36Les récits sur les expériences révolutionnaires ont toutefois conformé un territoire argumentatif où prédominent des situations de violence et de mort. Ainsi, l’intérêt pour la lutte armée semble souvent se porter ou bien sur la dimension spectaculaire des opérations menées, ou encore sur la militarisation de certaines organisations politiques de l’époque, au point de les magnifier, et tout en idéalisant une partie de cette période. D’où la conviction selon laquelle, d’une part, l’esprit de rébellion était plus fort dans les années soixante-dix qu’au cours de la décennie antérieure, et selon laquelle, d’autre part, seuls les membres des organisations du « Parti Révolutionnaire des Travailleurs–Armée Révolutionnaire du Peuple »30 (« Partido Revolucionario de los Trabajadores–Ejército Revolucionario del Pueblo », PRT–ERP) et des Montoneros cherchent à récupérer et sauvegarder leurs expériences perdues à travers les confidences et les révélations testimoniales.

37Les récits des FAP ont été considérés, dans notre travail, comme des formes contrastées de constitution de la mémoire du passé récent. Nous savons que la mémoire se constitue à la fois du passé et du présent, et que ce double horizon est délimité par les formes socio-discursives à l’œuvre dans la société et par l’expérience que celle-ci tire de son propre passé. Il ne fait aucun doute que le fait de prendre la décision de raconter (à partir de la conviction du rôle central que les sujets ont occupé dans cette histoire) est soumis aussi à des temporalités psychologiques (nécessaires à l’éclosion du désir de mémoire et des conditions de se montrer et de faire valoir ce qu’à signifié pour eux de s’être engagé politiquement) ; cette décision est aussi liée au passage du temps et à la conscience de la nécessité de la transmission générationnelle.

38Nous essayons de rendre compte de la présence de ce groupe, malgré l’attitude de réserve qui les caractérise. Notre travail de terrain, ainsi que les entretiens individuels et collectifs, nous ont permis de leur poser des questions relatives à leurs débuts dans la pratique du militantisme, aux dynamiques internes de l’organisation, aux pratiques quotidiennes dans ou en dehors de celle-ci, aux désirs qui les animaient alors, ou encore aux activités politiques qui sont les leurs dans la période actuelle. Toutes leurs réponses illustrent les évidents soubresauts qu’a connus cette organisation au fil du temps.

39Nous avons pu réunir différents éléments, d’ordre individuel mais surtout collectif, organisationnel, et contextuel. En dépit de la singularité de chaque vie, nous avons cherché à tisser tout un faisceau de récits collectifs croisés, pour voir finalement émerger quatre « grands » récits sur le parcours du militantisme des FAP depuis sa naissance jusqu’à l’heure actuelle. Tout d’abord, nous identifions un parcours constitutif des FAP (que nous avons nommé « Pre-FAP »). Ensuite, nous rendons compte de la tentative d’instaurer un foyer de guérilla en Argentine (désignée sous l’expression « naissance des FAP »). Troisièmement, nous évoquons une phase marquante de séparation interne (que nous intitulons « Partisans de l’Ombre contre Partisans de la Lumière »). Finalement, nous présentons l’engagement politique actuel (phase de « contrainte des victimes »). Dans le même temps, nous avons identifié différents axes et/ou noyaux condensateurs de sens, pour voir comment ils se sont articulés à chaque moment du parcours. Ces axes sont le péronisme, la lutte armée, la révolution, la vie dans la clandestinité, la peur, les revendications politiques actuelles. Nous avons aussi évidemment retenu des événements tels que l’arrivée de Perón en 1973, et le coup d’État militaire en 1976. Ce qui guidait notre démarche n’était pas de faire émerger une simple remémoration des moments historiques, mais de susciter une lecture du présent et la façon dont le passé se donne à voir. Lorsque nous arrivions à l’évocation des espoirs qu’ils avaient, à l’heure actuelle, de changer le système, ce qui s’imposait de manière criante dans les discours était généralement la culpabilité d’avoir survécu, les traces de la mort et de la torture.

40Dans cette partie ont été retenus les récits sur la tentative d’instaurer un foyer de guérilla en Argentine. Nous allons nous intéresser à l’adhésion à la stratégie du foyer (« estrategia del foco ») et à sa réorientation dans le contexte argentin, durant la période de militantisme radicalisé.

Bref récapitulatif introductif

  • 31 A partir de 1955, l’exclusion violente du péronisme de la vie politique a encouragé la création d’u (...)

41En Argentine, la période qui s’est ouverte après la dictature du Général Juan Carlos Onganía, en 1966, a fonctionné comme le déclencheur d’un processus sans précédent de mobilisation des masses et d’intense activité politique, avec le développement d’une gauche péroniste et marxiste. Ce contexte a constitué le théâtre —et le terreau— du développement des organisations politico-militaires, dont les traits caractéristiques se profilaient depuis l’étape de la Résistance Péroniste, qui n’avait eu jusqu’alors qu’un faible impact sur la société de l’époque31.

42Parallèlement, les mouvements de libération nationale — en Amérique latine comme dans d’autres pays du Tiers-Monde (Algérie, Chine et Vietnam) —, ont marqué la politique de cette période, et ont imposé des modèles de lutte pour atteindre une transformation sociale radicale. Dans le cas particulier de l’Argentine, il convient de mettre en évidence la fascination qu’ont exercés le triomphe de la Révolution cubaine ainsi que la geste d’Ernesto Che Guevara sur le militantisme de ces années-là, où se sont forgées la mystique de la lutte armée et la figure du Guerrier héroïque et de l’« Homme nouveau » (« el Hombre nuevo »).

  • 32 Après la victoire de la révolution cubaine, Ernesto Guevara écrivit Guerra de guerrillas (1960), te (...)

43Dans une large mesure, les faits qui se sont produits à Cuba furent perçus comme le modèle d’une nation pauvre et dans une situation de dépendance, mais capable de défier l’impérialisme pour instaurer une politique nationaliste révolutionnaire et mettre en place le socialisme (loin de la gauche traditionnelle et sans l’appui d’une classe ouvrière). La guerre de libération cubaine a marqué la politique de l’époque en constituant le référent absolu dès lors qu’il s’agissait de luttes contre l’injustice et l’oppression. De telle sorte que, si la Révolution cubaine fut une révolution armée, alors l’insurrection argentine pouvait être pensée à travers des méthodes semblables. Cet épisode a donc démontré l’efficacité de la guerre de guérillas dans la lutte pour la prise du pouvoir32.

  • 33 Cette théorie révolutionnaire consiste, selon Guevara, à implanter dans des zones rurales un premie (...)

44Les débats autour de la nécessité de lancer la lutte armée, toutefois, se déplacèrent rapidement vers les modalités d’inauguration de ces actions. Pendant ces années-là, la conception du foyer de guérilla prit la forme d’une stratégie pour lancer la guerre de guérilla et réaliser la révolution en Argentine33. A travers la défaite militaire de l’ennemi, la thèse du foyer insurrectionnel constitue indubitablement la première pierre de la stratégie menant à la conquête du pouvoir.

  • 34 Pour des travaux sur la nouvelle gauche, se référer à HILB et LUTZKY, 1984, et à TARCUS, 2007.

45Nous souhaitons préciser qu’en Argentine, la théorie du foyer insurrectionnel a permis d’encourager les initiatives insurrectionnelles tout en mettant en évidence que cette conception reflétait non pas l’expérience de la Révolution cubaine, « mais l’expérience du Che dans cette révolution », comme le souligne Carlos Flaskamp se référant lui-même à Néstor Scipioni (FLASKAMP, 2002, 28). La revendication, même partielle, de la figure héroïque du Che, fut centrale, bien qu’il soit erroné de parler de guévarisme pour se référer aux FAP. Il est fort difficile d’évaluer la portée et les répercussions de ces idéaux de lutte triomphante, de mobilisations populaires et de figures exemplaires de combattants dans l’espace politique argentin. Certes, la fascination qu’exercèrent la Révolution cubaine et la mystique de la lutte armée dans la conformation des organisations politico-militaires et la réélaboration de l’imaginaire révolutionnaire a sans nul doute été très significative et a fourni les référents politiques indispensables à une nouvelle gauche anti-institutionnelle et révolutionnaire34. Mais les conceptions politiques et militaires de Che Guevara et l’impact de la Révolution cubaine, pour indéniables qu’ils aient été, ne peuvent expliquer totalement la nature des mouvements armés en Argentine et en Amérique Latine.

46Même si ce furent des années de radicalisation politique, de visions révolutionnaires et de clichés relatifs à l’« homme nouveau », l’activisme politique était traversé par des tensions propres. Le militantisme péroniste restait fidèle à certains souvenirs —vécus ou racontés—, d’un passé élaboré non seulement depuis la nostalgie, mais aussi depuis la mémoire collective d’une violence politique, qui visait à exclure le péronisme de la sphère de la vie sociale et politique.

47Dans le contexte d’intense politisation, et en raison de la recherche immédiate de solutions pratiques, a commencé à être réaffirmée la nécessité d’engager la lutte armée. A partir de quelques postulats et de pratiques tirés de l’exemple cubain —internalisé mais, surtout, doté d’une nouvelle signification—, un groupe de militants péronistes décida de passer à l’action, comme l’illustre le témoignage suivant :

A ce moment-là, on parlait de guérilla, on disait de faire la révolution, mais personne ne concrétisait rien (…). Ils organisaient des équipes militaires, ils recevaient des cours, et après ça, quoi ? Nous, nous voyions bien que les gens attendaient d’être approvisionnés par Cuba. (V.C. Gothembourg, 23/08/2008)

Pour une guérilla péroniste: les Forces Armées Péronistes

48Existe-t-il une théorie révolutionnaire pour mener à bien une action insurrectionnelle quel que soit le contexte politique? La conception passionnée —voire fanatique— de l’action armée, pouvait être interprétée comme la façon, à ce moment-là, de commencer à créer un imaginaire révolutionnaire. Le noyau initial des FAP commença à réaliser des opérations militaires et politiques avant et pendant la dictature d’Onganía, en particulier pour recueillir des fonds et pour se procurer des armements. Un militant interviewé reconnaissait, en réfléchissant au sentiment d’exaltation qu’avaient suscité l’expérience cubaine, la figure et les préceptes de Che Guevara :

A cette époque-là, nous avions une conception du foyer insurrectionnel très fanatique. Nous disions « si le foyer fonctionne avec 30 individus, il fonctionne aussi avec 10 ». C’est-à-dire que si le foyer marche, c’est parce que l’idée du foyer marche, et dans ce cas, il ne peut être limité par un nombre déterminé de personnes. (G.A., Gothembourg, 20/08/2008).

  • 35 Avant d’aller plus avant, il convient de préciser quelle fut l’influence des tentatives insurection (...)

49Le nombre de militants étant initialement limité, les membres du groupe assumèrent toutefois la nécessité d’en augmenter le nombre, pour pouvoir réaliser leur idée de mettre en place un foyer insurrectionnel en zone rurale35. Les contacts avec d’autres militants commencent à s’établir, entre autres, lors des premières actions d’expropriation. Les nouveaux membres provenaient d’horizons divers, mais la confluence se fit, évidemment, « autour de certains accords élémentaires valables pour toute une étape » (FAP, 1971, dans DUHALDE et PEREZ, 2003 [2001], 203). Ils arrivèrent, par conséquent, à trois résolutions.

50D’abord, la reconnaissance du péronisme comme Mouvement de Libération Nationale (« Movimiento de Liberación Nacional »). Ensuite, « la lutte armée comme seul forme de lutte » (Détachement guérillero 17 octobre 1969 ; « Destacamento guerrillero 17 de octubre, 1969 », dans DUHALDE et PEREZ 2003 [2001], 115). Troisièmement, même s’ils avaient conscience d’être les initiateurs de la lutte (« foyer »), leur objectif était de livrer, à long terme, une Guerre totale, c’est-à-dire une guerre populaire, prolongée par le retour de Perón au pouvoir et « la mise en place, de manière définitive, d’une Nouvelle Argentine juste, libre et souveraine » (DUHALDE et PEREZ 2003 [2001], 111). C’est ainsi que purent converger des péronistes, des nationalistes venus de la droite, des groupes de la gauche révolutionnaire (marxistes) et des prêtres ayant une expérience de la vie dans les quartiers ouvriers ou les bidon-villes (« villas »). Au sein de cette diversité de courants, nous trouvons, par exemple : Acción Revolucionaria Peronista (A.R.P.), Juventud Revolucionaria Peronista (J.R.P.), Movimiento Revolucionario Peronista (M.R.P.), Movimiento de la Juventud Peronista (M.J.P.), Movimiento Nacionalista Revolucionario Tacuara (M.N.R.T.), une partie du groupe que discernió con Palabra Obrera —connu comme le groupe de la Rue Posadas—, Movimiento de los Curas del Tercer Mundo —liés à la revue politico-religieuse Cristianismo y Revolución (CyR)—, et des anciens militants ayant appartenu au mouvement uruguayen d’extrême-gauche, le Movimiento de Liberación Nacional - Tupamaros (M.L.N.-T.). Ils obtinrent plus tard l’appui de la CGTA.

51Toutes ces organisations vont finalement fusionner en 1967 sous le nom de « Forces Armées Péronistes ». Les seuls documents qui existent sur sa création sont les témoignages oraux. Ce type de documents permet, sans aucun doute, d’élaborer des sources et de faire de l’histoire, même si, dès lors qu’il s’agit d’un moment inaugural et de raconter comment quelque chose est né, le souvenir n’échappe pas totalement à la tentation de la mythification :

Assis à la table de la cuisine, nous avons décidé que le nom que nous allions donner à notre organisation était « Forces Armées Péronistes ». Peu après sont apparus deux autres camarades auxquels nous avons soumis cette proposition, mais l’un des deux répondit que c’était non, parce que c’était sectaire et excluant. Parce que si on disait que c’était « péroniste », les gens de gauche qui voulait aussi prendre le maquis se trouvaient exclus (…), mais si nous-mêmes ne disions pas que nous étions péronistes, nous allions être accusés d’être communistes. C’est pour cela que pour nous il était important que l’appartenance péroniste figure dans le nom, d’abord pour cette raison évoquée, et ensuite pour que tous ceux qui étaient péronistes soient reconnus par les bases de leur lieu d’origine comme ayant une expérience de la Résistance. (G.A. Gothembourg, 27/08/2008).

52Les FAP ne firent leur apparition publique qu’en 1968, et prétendaient réaliser la théorie du foyer insurrectionnel en zone rurale comme « facteur déclencheur d’un processus accéléré de prise de conscience révolutionnaire des masses, lesquelles s’engageraient et rejoindraient le foyer insurrectionnel pour créer l’armée du peuple (DUHALDE et PEREZ 2003 [2001], 115). Ainsi, comme nous l’avons vu plus haut lorsque nous avons évoqué les conceptions de Che Guevara, il s’agit bien pour cette organisation d’interpeller la subjectivité des populations, et de jouer le rôle de générateurs de conscience jusqu’à l’avènement de la guerre populaire. Leur finalité était par conséquent révolutionnaire :

Il fallait développer et ouvrir les consciences pour pourvoir faire la révolution. C’était notre travail. La guérilla était menée pour permettre de faire prendre conscience. Le foyer insurrectionnel, c’était cela, c’était un foyer qui, à partir de l’exemple, se répandait pour développer la guerre du peuple. Et tout ce qu’on faisait dans les églises, au théâtre, au cinéma, dans l’art, avait la même fonction. C’est-à-dire que tous œuvraient au même objectif. Nous autres, nous faisions partie d’une chose, c’est très important de le comprendre. (B.V., Buenos Aires, 15/04/2008).

53L’application de la stratégie du foyer insurrectionnel, cependant, était loin d’être incorporée de façon mécanique. D’où le fait que nous n’ayons pas posé l’étroite relation avec l’essor des mouvements de libération nationale au niveau mondial en termes d’orthodoxie universelle, mais dans un cadre plus large qui leur permettait d’adapter à leur propre réalité politique les principes les plus généraux de l’expérience cubaine, des écrits militaires de Guevara et, avec un intérêt plus particulier, de sa geste héroïque, de façon à alimenter la formation de visions révolutionnaires. Dans cette perspective, la mise en place du foyer insurrectionnel en zone rurale avait été recréée selon les conditions de la réalité du moment et les choix de l’organisation. Il y avait ainsi un écart certain entre le « rite » proposé par Guevara et le « paysage propre » conformé par l’organisation.

54Pour le dire autrement, c’est la convergence de représentations et pratiques guerrières de passés immédiats et/ou plus lointains, nationaux et/ou internationaux, qui a en grande partie canalisé le processus de formation de cette organisation. C’est donc ainsi tout un ensemble de symboles anciens et de références plus actuelles issues de processus révolutionnaires, qui furent incorporés à leur propre système idéologique de luttes politiques, et qui donnèrent une impulsion et alimentèrent la recherche d’un changement (au-delà des méthodes). Nous voyons ainsi, par ces ambiguïtés, que l’organisation se trouvait alors, dans l’élaboration d’une vision à caractère contestataire, à un moment-charnière, comme prise en étau entre deux temporalités : une certaine époque, déjà révolue, du péronisme, et le temps non encore advenu de la révolution. Rien de fortuit, en effet, à ce qu’au sein des FAP (et d’autres organisations péronistes) les objectifs visant la réinstauration de la démocratie ou le retour de Perón se soient mêlés à des idéaux autrement plus radicaux et audacieux, comme la conquête du pouvoir par le Peuple ou la volonté de transformer le monde.

55Dans cette perspective, ils préconisèrent l’organisation d’un groupe pour mener à terme leur propre idée du foyer insurrectionnel, selon le principe que ce dernier « devait avoir comme fondements une solide base populaire formée par les gens des alentours, la lutte urbaine, et le travail à la base » (DUHALDE et PEREZ 2003 [2001], 115). A la différence des théories guévaristes sur le maquis, les FAP considérèrent l’importance de mettre en place un foyer d’insurrection en zone urbaine, idée que vint renforcer l’échec bolivien d’Ernesto Guevara en 1967. Seul le groupe issu de l’organisation Tupamaros défendit cette théorie, qui reçut le nom de « théorie de deux pieds » :

Nous, nous considérions que les deux formes de guérilla étaient nécessaires dans un pays comme l’Argentine, et que nous devions coordonner ces deux choses. L’idée, alors, c’était d’ouvrir un front à Tucumán avec le « Destacamento Montonero 17 de octubre », et un autre en ville, appelé « Destacamento Des-camisado ». Après la première opération, on prévoyait de distribuer une proclamation signée, et à partir de là, l’opération en ville et la diffusion du programme dans la ville avec les détachements des descamisados de la ville. (D.C. Buenos Aires, 17/05/2008).

56Ainsi fut choisie, comme base de l’action collective, la localité de Taco Ralo, au sud de la province de Tucumán, les montagnes des alentours constituant le lieu idéal à partir duquel lancer les opérations. C’est donc malgré tout le groupe situé en zone rurale —parce qu’il lui incombait d’engager l’action, et indépendamment des postulats de la « théorie des deux pieds »—, qui nourrissait tous les espoirs. L’autre divergence avec la thèse guévariste du foyer est que, si dans celle-ci il était fondamental de cacher l’identité des combattants qui allaient réaliser l’opération militaire (le but étant de mettre en avant une méthode et une idéologie), les membres des FAP, au contraire, prévoyaient de se faire connaître publiquement dès lors qu’avait été engagée la première action. Ils considéraient en effet que la visibilité dans l’espace public impliquait et requérait de se faire connaître comme organisation autant que comme individus, et prévoyaient ainsi de signer en utilisant leurs noms et prénoms : « Ceci constituerait la première manifestation publique de résistance contre cette dictature », faisait remarquer l’un d’eux (G.A., Gotemburgo, 27/08/2008).

L’échec du foyer insurrectionnel, ou le lancement de la lutte armée ?

57Le second foyer fut mis en place à La Cañada (localité de Taco Ralo). Les guérilleros s’installèrent sur un terrain qu’ils avaient acheté eux-mêmes le 12 août 1968, pour en faire une base d’« adaptation, de compréhension et de formation des intégrants » (Destacamento guerrillero 17 de octubre, 1969, op. cit., 110). La finalité, au terme de la phase d’entraînement, était de se déplacer vers des « zones plus propices à ce type de lutte, et de n’engager les combats qu’une fois parvenus en ces lieux » (Destacamento guerrillero 17 de octubre, 1969, op. cit., 110). Le but initial était de gagner la Sierra de Chacuna, et de stocker en divers endroits des provisions, des médicaments, des aliments et des armes. Le mois suivant, ils envisageaient le début des opérations par l’attaque d’un commissariat, pour se faire ensuite connaître publiquement.

  • 36 Citons, entre autres références, Gente y la actualidad, Primera plana, Con todo.

58Les caractéristiques topographiques de Taco Ralo étaient idéales pour les objectifs du groupe: densité de la végétation, sol argileux, faible visibilité. L’autre avantage était que très peu de véhicules circulaient dans la zone. La population environnante, toutefois, malgré sa faible densité, pouvait surprendre des agissements suspects. Dès l’achat du terrain effectué, le reste du groupe s’y rendit pour y organiser un campement, qui reçut le nom de « El Plumerillo ». Les habitants de la zone, d’après les témoignages recueillis dans différents journaux, « commencèrent à observer à partir de ce moment-là toute une série de comportements singuliers »36. Devant l’inquiétude de ces —quelques— locaux, la Direction des Investigations de la Préfecture de Police de Tucumán décida d’intervenir, soupçonnant qu’il pouvait s’agir de contrebandiers, alors qu’au même moment, le Département d’Intelligence Militaire recevait un rapport indiquant la possible présence de guérilleros dans le Nord de l’Argentine.

59A l’aube du 19 septembre, de retour d’une randonnée, une partie du groupe fut surprise par une patrouille commandée par la Police de Tucumán, qui les arrêta immédiatement et saisit tout le matériel, à savoir 65 caisses d’armement et de nourriture pour pouvoir tenir plusieurs mois, des sacs, des plans, des photographies aériennes, de la littérature et des journaux. Aucune victime ne fut à déplorer malgré l’amplitude d’une opération dans laquelle était engagée une soixantaine d’hommes avec des véhicules. Les détenus furent conduits à la Coordination Fédérale, puis déplacés dans différents commissariats (où ils furent férocement torturés), jusqu’à ce que fût prononcée la condamnation.

60A peu près un mois après l’arrestation, deux documents furent élaborés et publiés dans Cristianismo y Revolución (CyR). Sous les titres de « Destacamento Guerrillero 17 de octubre » (novembre 1968) et « La guerra Revolucionaria del Pueblo: sus tareas fundamentales » (janvier 1969), ils firent connaître les conditions de détention et —élément à mettre en évidence—, définirent leur identité politique.

61Bien qu’ils ne fussent pas fait connaître selon les modalités qu’ils avaient fixées, ils incitèrent cependant au lancement de la lutte armée, comme le rappelle, quarante ans plus tard, un des militants interviewés, membre des FAP : « Ce fut un échec militaire scandaleux qui, en raison de la situation politique, s’est transformé en une victoire politique. » (G.A. Gothembourg, 27/08/2008). Et le fait est qu’il y eut, durant la période 60-70, au moins dix-sept groupes armés, parmi lesquels cinq eurent une portée et une envergure nationales. Le phénomène de radicalisation dépassait largement le péronisme puisque, parmi les principales organisations, on en comptait d’autres de tendance marxiste et guévariste. Ces principales organisations étaient : les “Fuerzas Armadas Peronistas” (“Forces Armées Péronistes”, FAP), les “Montoneros”, les “Fuerzas Armadas Revolucionarias” (“Forces Armées Révolutionnaires”, FAR), les « Fuerzas Armadas de Liberación » (« Forces Armées de Libération », FAL), et le “Partido Revolucionario de los Trabajadores / Ejército Revolucionario del Pueblo” (“Parti Révolutionnaires des Travailleurs / Armée Révolutionnaire du Peuple », PRT-ERP). A partir de 1975 (peu de temps avant le Coup d’État de 1976), les organisations les plus importantes étaient le PRT-ERP, les Montoneros et, aussi, l’« Organización Comunista Poder Obrero » (« Organisation Communiste Pouvoir Ouvrier », OCPO).

  • 37 La triple A était une organisation para-policière et paraétatique créée par le ministre du Bien-êtr (...)

62Dans une très large mesure, les actions se sont caractérisées par l’attaque de casernes, de banques, par l’enlèvement et l’assassinat (“ajusticiamientos”) de militaires, de policiers, d’hommes d’affaires et de syndicalistes considérés comme « bureaucratisés » (« burocratizados”). Au moment où ces actions armées étaient en plein essor, les FAP connurent de nombreuses dissensions qui eurent un impact notable sur les opérations. Ces dernières, dans leur ensemble, furent dès le début durement réprimées, et les guérillas furent en général considérées et désignées comme « l’ennemi ». Ces actions, précisons-le, s’inscrivaient dans le contexte particulier qui précédait le Coup d’État de 1976, c’est-à-dire dans un climat de spirale de violence alimentée à la fois par la guérilla, l’État et les organisations paraétatiques (la plus importante des organisations d’extrême droite a été l’Alliance anticommuniste argentine : la triple A37).

63Aborder la constitution du noyau « initial » ou « primaire » des FAP, et son expérience, à travers le prisme de la stratégie du foyer insurrectionnel en Argentine, met en évidence un ensemble de caractéristiques sur le développement de la lutte armée. Telles qu’elles ressortent du parcours, ces caractéristiques peuvent être résumées de la manière suivante :

64a) la militarisation de certaines organisations politiques de l’époque ;

65b) la dimension bien souvent spectaculaire des opérations ;

66c) la mise de côté des récits sur les projets révolutionnaires qui ont échoué (comme par exemple la tentative d’instauration d’un foyer de guérilla à Taco Ralo) ;

67d) le « foyer », dans l’univers de croyances du groupe, constituait le chemin qui mènerait à la révolution. Ce désir partagé trouverait son accomplissement avec la réalisation de l’idée éthico-morale de l’« homme nouveau » ;

68e) le silence actuel s’explique par la dureté des critiques qu’a reçues la théorie du foyer au sein des organisations ;

  • 38 Il faut souligner que, dans une analyse qualitative, la généralité est donnée par le cadre des entr (...)

69f) Malgré toutes les critiques et autocritiques, tous les témoins que nous avons rencontrés sont toujours dans le militantisme social et politique, à la fois pour poursuivre leur engagement, mais également pour réaliser un travail de mémoire38.

70Alors, comment les militants des FAP réalisent ce travail de mémoire dans l’actualité ?

Des « fuerzas armadas peronistas » aux discours de la victimisation : pour une mémoire de la révolution ?

71À partir de là, on peut définir le militantisme révolutionnaire —politique et militaire— des années 1960 et 1970 en Argentine, comme l’ensemble des objectifs et des pratiques par lesquelles des hommes et des femmes ont participé activement à des organisations armées et non armées, d’origine péroniste et/ou marxiste et guévariste, en raison d’une cause politique juste, selon eux. Les logiques internes de l’engagement révolutionnaire se comprenaient ainsi sous l’éthique du sacrifice, de l’héroïsme, du renoncement (à la vie privée, au monde professionnel, aux espaces familiaux et de sociabilité) ; c’est-à-dire, du dévouement total et de l’abnégation au nom de la révolution, du « tout ou rien ». Le militantisme, dans cette perspective, a été souvent conçu de manière extrême, prônant également l’usage de la violence. Le culte de la militarisation a prédominé dans la plupart des organisations politiques, et la violence révolutionnaire a été considérée comme la seule voie pour parvenir à réaliser les désirs collectifs.

  • 39 Sur la discipline interne, la moralité et la totalité, voir le travail de CARNOVALE, 2011.

72Faire partie d’une organisation armée impliquait logiquement, pour ceux qui s’y engageaient, des changements importants dans les habitudes, les conduites et les perceptions, car ces structures, pour mener à bien le processus de construction de leurs identités collectives, faisaient appel non seulement à un univers de symboles qui puisse garantir la cohésion du groupe, mais aussi à tout un ensemble de pratiques et de normes morales visant à l’homogénéisation et à la discipline interne39.

  • 40 Comme le fait observer Franco, « l’autoritarisme et les pratiques répressives y disciplinaires comm (...)
  • 41 Cette expression fait référence à l’état d’exception. Elle a été employée pour signaler les régimes (...)

73A partir du début des années 1970, le militantisme révolutionnaire fit de plus en plus le choix de la lutte armée. Cette évolution était à mettre en rapport avec le développement d’une politique étatique répressive et celui des forces para-policières. Il se créa ainsi une spirale de violence impossible à arrêter40. Ainsi, le coup d’État militaire du 24 mars 1976 a-t-il représenté — pour de nombreux secteurs —, une « issue » possible, pour mettre un terme aux confrontations et aux violences réciproques. Nuançons en précisant toutefois que le coup d’État s’inscrivait dans la continuité d’un processus de répression systématique mis en place par les politiques étatiques précédentes pour faire face aux mouvements insurrectionnels. S’ouvre ainsi un cycle de terrorisme d’État sans précédent dans l’histoire d’autres dictatures de ce pays. Cette dictature (dirigée par quatre juntes militaires auxquelles ont participé les trois Forces armées), a instauré une répression à l’échelle nationale — élaborée sur la pratique de la disparition, de l’enlèvement, de l’emprisonnement, de la torture —, qui affecte toutes les personnes ayant eu un rapport avec une forme de contestation politique. Des combattants politiques et militants syndicaux d’alors (jeunes pour la plupart, ouvriers pour la plupart, étudiants dans une moindre mesure), des artistes et des intellectuels aussi, ont été victimes de persécutions et de crimes. Dans cette perspective, l’image –toujours actuelle– de l’État terroriste argentin41 « ne serait pas, ici comme ailleurs dans le monde, ce qu’elle est, sans ces milliers de victimes qui furent massacrées au cours d’une entreprise routinière », comme l’écrit Hugo Vezzetti (2002, 11).

  • 42 A propos de l’application de la catégorie de « génocide » aux crimes commis en Argentine, voir le t (...)

74La récupération de l’histoire des idéaux et des pratiques militantes (pas seulement liées à la lutte armée) antérieure à la dictature de 1976, ainsi que la récupération de la mémoire « au-delà du tragique », sont forcement marquées par cet événement et les conséquences, les effets qu’il produit dans le présent. Avec l’essor des réinterprétations, on voit que ce qui est habituellement sauvegardé, c’est la mémoire des victimes du génocide et des crimes de lèse-humanité, cependant que sont généralement laissées de côté les responsabilités liées aux crimes commis par la guérilla elle-même42.

  • 43 J’ai étudié cette notion de manière plus précise lors de mon intervention dans le cadre du Colloque (...)

75Si le parcours autour de la naissance des FAP est fait de vécus personnels, de souvenirs et d’expériences collectives, ces contenus, toutefois, ne suffisent pas. Dans une certaine mesure, il est possible de réélaborer ce passé, de continuer à le revendiquer par des pratiques actuelles : c’est dans ce sens qu’il faut aussi s’intéresser aux pratiques et aux représentations caractéristiques et identificatrices de ces acteurs politiques du passé, car c’est à travers ces pratiques et ces représentations qu’ils font aujourd’hui acte de mémoire. Pour cela, nous allons prendre l’« axe de la révolution »43 et analyser les modalités de l’engagement, au présent, de ces militants.

76La construction de l’identité militante au sein des FAP s’est élaborée à partir de discours, de pratiques et de préceptes, qui ont pénétré au plus profond de l’âme et du corps de ses membres. Depuis plus de quarante ans, l’une des raisons qui explique l’instauration du silence chez les anciens militants des FAP, c’est l’intensité des critiques qui ont fait suite à la première tentative de mener à bien la lutte armée (en 1968) selon les postulats guévaristes du « foyer de guérilla ». Ces critiques émanèrent du reste des organisations armées. Fréquemment, les récits de projets révolutionnaires non couronnés de succès sont aussitôt relégués, et peuvent déterminer les attitudes à venir. En outre, et de façon plus générale, le mutisme renvoie à une « éthique caractérisée par l’humilité érigée en style de vie et par un ascétisme proche de la prolétarisation [chez des militants] réservés, peu diserts, guère enclins à l’épanchement discursif et réfractaires à l’exhibition publique » (DUHALDE et PEREZ, 2003, [2001], 30-31). Il est fort probable, selon nous, que ces dernières caractéristiques et ces comportements actuels soient davantage liés à leur ancienne condition de clandestinité. Par conséquent, on peut considérer que ce « culte » d’une mémoire du silence, trésor difficile à partager et gardien d’une identité, est un élément qui nous fait penser à la permanence et à la vigueur de leurs idéaux pour mener la révolution à son terme. Une personne interviewée utilise d’ailleurs le présent dans un entretien pour faire remarquer qu’il « n’y a pas de vie » hors de la révolution.

77De cette manière, nous pouvons dire que la morale militante constitua un élément clef du processus (toujours complexe) par lequel l’entreprise collective confère un sens absolu au sujet. C’est dans ce sens que les militants trouvaient une protection, et c’est alors qu’ils pouvaient se penser à la hauteur de cette tâche herculéenne et monumentale à laquelle ils participaient, et se considérer comme les protagonistes de la consécration historique qu’ils avaient bâti dans leur imaginaire. Ainsi, la majorité des témoignages soulignent la position centrale qu'ils occupaient à ce moment de l'histoire, et la possibilité (proche, voire imminente pour certains d’entre eux) de transformer le monde à travers ce mot qui promettait tout: la révolution. Les propos suivants en donnent un bel exemple :

Je dis toujours que j’ai eu la chance, avec d’autres jeunes de cette décennie, de vivre une époque de participation, d’engagement, de don de soi, une époque où nous nous sentions heureux (…). Je n’ai jamais participé à rien sans avoir eu la possibilité de discuter et de donner mon opinion, d’approuver ou de refuser. C’est-à-dire que je n’ai jamais participé à rien sans l’avoir décidé pleinement. Eh bien, je suis très heureux d’avoir eu la possibilité de faire partie de cette génération, et d’être toujours vivante, et avec l’espoir qu’un jour nous puissions « toucher le ciel avec nos mains » (F.U., La Plata, 25/06/2008)

78C’est cette morale, ce sens (voir leurs espoirs un jour réalisés, « toucher le ciel avec ses mains ») qui élaborent leur propre être révolutionnaire. Actuellement, les hommes et les femmes qui intégrèrent les FAP et le PB se considèrent toujours comme des militants révolutionnaires, ce qu’illustre le fragment de témoignage suivant :

Je pense qu’il faut distinguer entre ce que sont les erreurs politiques et, ce qu’est l’autocritique des expériences personnelles. Quoi qu’il en soit, je ne regrette rien de tout ce que j’ai fait et, de plus, cela m’a beaucoup plu. Je sais que ce furent des erreurs mais, en même temps, de mon point de vue, je regretterais de ne pas avoir vécu cette expérience qui m’a constitué pour la vie entière. (P.A., Gothembourg, 27/05/2008)

79À grands traits, nous pourrions dire que l’identité du passé militant articule aujourd’hui la vie de la plupart de ces personnes. Il existe encore des convictions et une identification au groupe. Ce sentiment de dépendance à l’égard du groupe a bien évidemment évolué depuis les années 1960 et 1970, mais on le retrouve, toutefois, dans une morale qui détermine des discours ainsi que des pratiques. Même si les luttes anti-impérialistes ne sont plus vécues comme des phénomènes violents, les façons de mener à bien les luttes actuelles semblent s’être constituées comme la continuation de cette tâche gigantesque (« faire la Révolution ») qui faisait d’eux des protagonistes de l’Histoire, et conférait dans leur imaginaire un sens absolu à leur existence. Ainsi, la révolution est une instance transcendantale dévoreuse de corps, de désirs, de pratiques, de quotidiennetés actuelles.

Je ne sais pas ce que ça peut être, je ne saurai pas dire pourquoi je suis toujours au milieu de tous les conflits, je ne saurai te le dire, mais c’est ainsi. Il doit bien y avoir une raison pour que je me trouve toujours mêlé à ces choses. Depuis toujours, historiquement, ce sont tant et tant d’années : si ce n’est pas pour une raison, c’est pour une autre. Parfois, je me demande pourquoi je continue à me fatiguer avec tout ca, mais non, je continue, je m’engage toujours dans quelque chose, et en avant ! (F.J., Buenos Aires, 12/08/2007).

80Ceci ne signifie pas que cela soit le propre des militants de cette organisation, mais la différence réside dans le fait que la majorité des militants associés aux FAP (en continuité avec les attitudes qui étaient les leurs dans les années 1960-70), se sont tenus à l’écart de cette dynamique publique de révélation.

81Entre ce qui persiste du passé, et ce qui change et évolue, nous souhaitons signaler deux modalités par lesquelles ces militants agissent et transmettent leurs expériences. Ceci nous permet de frayer un chemin pour montrer leur continuité dans l’engagement :

A présent nous disons « changement social » là où, avant, nous disions « patrie socialiste » ou « nous voulons faire la révolution », car en réalité le motif c’était celui-là, c’était faire la révolution à tout prix. (A.J., La Plata, mai 2008).

82Premièrement, et comme nous l’avons dit, beaucoup d’entre eux continuent de militer. A partir de ce témoignage, nous voulons souligner que, de toute évidence, ce postulat a perdu de sa vigueur. La révolution est une invention politique et, partant, une expérience indéterminée qui dépend du contexte et des situations temporelles. La révolution telle que ces militants la pensaient alors n’est plus possible. Cependant, le « changement social » ne semble pas avoir la dimension d’un postulat actuel. Dans le même discours, l’on voit combien « c’est » et « c’était » se confondent, comme si la recherche était toujours la même. Il s’agit en effet d’une mémoire qui, d’une certaine manière, se perpétue au-delà des changements et à travers une structure de croyances qui les renouvelle dans le présent. L’un des militants interviewés donnait la réponse suivante à la question « Et maintenant, croyez-vous toujours à la possibilité d’un changement révolutionnaire ? » :

Je ne crois pas, je ne crois plus au processus de prise de pouvoir et de contrôle politique. Je crois toujours à un changement, mais pas de la même manière. Je crois que la seule possibilité de changement se trouve dans la mobilisation depuis la base et dans le fait de changer ce que tu peux, là où tu te trouves (…), voilà la forme du changement actuel et révolutionnaire.] (C.V. Gothembourg, 24/08/2008).

83A travers leur exemple —et leur histoire—, ils s’adressent à une nouvelle génération pour transmettre leurs expériences et bâtir leur mémoire. Il y a eu, certes, un déplacement dans les demandes et dans les acteurs, car ce sont les sans emploi et les personnes précarisées qui exigent un changement. Mais ce qui subsiste, c’est la revendication liée à la dignité, à la démocratie de base, la lutte et l’autogestion. Le souvenir de l’organisation de base (« basista ») perdure dans la pratique d’alternatives politiques actuelles, liées à des expériences de travail ; et ce souvenir agit comme guide des actions dans la lutte pour un « monde meilleur ».

84Dans ce sens, comprendre ce qui persiste du passé, et/ou ce qui se transforme, demande une ouverture à des interprétations qui renouvellent les réflexions sans perdre de vue ce qui demeure, c’est-à-dire l’objectif de faire la révolution. Après les années 2000, le passé révolutionnaire a ressurgi — nous dirons plutôt qu’il avait toujours été là, comme occulté —, et ce, précisément, parce que la révolution est un fait inachevé.

Je continue de militer car je continue de croire qu’il faut réaliser la transformation; la base que continue d’incarner le peuple, disons-le, c’est lui le seul capable de mener à bien cette transformation, réaliser cette transformation parce que c’est nous qui avons un intérêt à réaliser un changement (…) et je continue de croire que c’est possible, je crois que c’est pour cela que je milite toujours. (V.B., Buenos Aires, 11/05/2008)

85Or, comme nous l’avons postulé dans l’introduction, les thématiques sur la mémoire et le militantisme sont au présent indissociables de l’irruption d’un discours qui les porte et leur confère du sens : il s’agit du discours sur la victimisation. En ce sens, ce que nous présentions comme l’une des problématiques initiales semble désormais être résolu. Quand on parle de victimisation, on fait référence à deux sortes d’« affectés », qui sont à mettre en relation avec la question des disparus :

86a) D’un côté, nous avons l’action de ces parents qui ont perdu un proche ou des personnes qui ont survécu aux centres clandestins de détention. Ceux-ci présentent des similarités avec les « mobilisations de victimes ». Pour reprendre la définition que donnent Lefranc, Mathieu et Siméant (2008, 11), nous pourrions dire que :

la disparition, l’absence des corps, laissent planer une incertitude sur la réalité de l’injustice dénoncée, dans le même temps qu’elles impliquent un déplacement du statut victimaire, de la victime à ses proches qui, eux, souffrent de son absence et de l’incertitude sur son sort.

87b) De l’autre côté, nous avons ces militants qui ont survécu aux centres clandestins de détention dans lesquels on a fait disparaître leurs compagnons. Ces militants sont les « victimes » des tortionnaires de la dictature militaire. Ils témoignent de ce qu’ils ont vu ou entendu pendant leur captivité, mais également au nom de tous ceux qui ne peuvent pas le faire : à savoir, les disparus. Nous avons aussi tous ceux qui ne sont pas passés par les centres de détention, mais dont le témoignage prétend rendre compte, au présent, de ce passé douloureux.

88Quoi qu’il en soit, anciens et nouveaux militants ont édifié une mémoire qui s’appuie sur la solidarité à l’égard de leurs camarades assassinés. La revendication idéologique que ceux qui sont morts soient traités non comme des victimes mais comme des combattants prend de l’ampleur actuellement, alors qu’elle était fortement minoritaire au tout début du retour à la démocratie. Comme le fait remarquer Vezzetti, « l’horizon de cette mémoire n’est pas celui des droits mais des luttes politiques, de la continuité d’une identité militante » (2002, 39). C’est le sens que ce militant donne au militantisme dans l’actualité :

Pour moi, militer c’est s’engager continuellement dans des causes que nous considérons utiles, justes, dans lesquelles il faut mettre toute notre énergie pour en assurer le triomphe. Parce qu’elles valent le coup, et parce que, tout compte fait, il n’y a pas d’autre façon de vivre : je crois que c’est anthropologique, je crois que c’est inscrit dans nos gènes. Tendre à faire le bien. Militer, donc, c’est ça, c’est militer pour cette idée, cette force qui s’appelle révolution. Hier, ça s’appelait socialisme, aujourd’hui c’est la lutte politique pour la défense des droits de l’homme. (R.F. Buenos Aires, 25/04/2008)

89Bien que le travail de mémoire puisse être l’occasion de passer des identités collectives aux identités « narratives » —lesquelles n’enferment pas les individus dans un passé sacralisé—, nous considérons que ces discours sur la victimisation se sont établis comme une dynamique actuelle de l’engagement politique. Sachant que le conflit, selon Georg Simmel, est constitutif de l’identité de ces personnes, l’engagement pour une cause juste, continue de les mobiliser. Cela ne signifie pas qu’ils se présentent et se définissent comme des victimes, mais qu’ils se servent de ce rôle pour faire valoir ces revendications passées. C’est ce que Vicente Palermo nomme l’orgueil des vaincus” (“el orgullo de los vencidos”, Palermo, 2004, 187) :

Nous sommes le présent des compagnons qui sont tombés, la défaite subie par l’organisation, et le peuple tout entier. Il nous incombe de faire acte de mémoire (…) par un travail politique de tous les jours (…) générateur de changement [révolutionnaire] y surtout de justice.] (R.B., La Plata 15/04/2007)

90Pour reprendre le concept de traumatisme historique, Fassin et Rechtman signalent que « la mémoire collective s’inscrit comme un rapport traumatique au passé par lequel le groupe s’identifie comme victime à travers la reconnaissance d’une expérience partagée de violence subie » (FASSIN et RECHTMAN, 2007, 29). Le traumatisme, loin d’être posé comme une question clinique, s’installe ainsi comme un jugement moral qui confère de la légitimité et qui réactualise les luttes passées de ces militants.

Je me reflète dans tous ceux qui ont disparu dans leur lutte pour un monde meilleur. Ma mission est de poursuivre l’idée du changement, pour eux, pour ceux d’entre nous qui restent et pour tous les jeunes qui risquent leur vie aujourd’hui. Le passé me fait très souvent me sentir coupable, peut-être ai-je survécu pour mener à bien, avec mes compagnons, le devoir et la transmission de la lutte. (G.D. Buenos Aires, 28/07/2008)

91Les figures du condamné, du disparu —en d’autres termes celles de la victime—, semblent s’ériger comme les catégories discursives qui organisent actuellement le sens de la mémoire. Nous voulons dire que si le noyau de cette récupération du passé réside dans le sentiment du devoir et dans celui de responsabilité envers les victimes (afin de poursuivre la lutte et pour que justice soit faite), l’idéal d’une mémoire doit s’étendre à toutes les victimes d’une violence qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Sans doute conviendra-t-il de rendre compte, aussi, des crimes commis par les guérillas, et ce outre la transmission d’une expérience et l’élaboration d’un imaginaire héroïque, et outre le fait de se présenter comme sujets autonomes et dénués de responsabilité. Ceci semble indispensable pour construire une conscience historique, et penser ce passé de violence.

  • 44 Vezzetti se réfère en particulier au débat virulent qui a fait suite au témoignage d’Héctor Jouvé s (...)

92Hugo Vezzetti (2009) montre ainsi que, dans les luttes pour la mémoire, la discussion autour du thème de la violence et des origines de cette dernière a été profondément et largement détournée, et la responsabilité rejetée sur la dictature. Il considère que, dans la période actuelle, on assiste à l’avènement d’une discussion sur le cycle de la violence et du terrorisme d’État. Les débats commencent à avoir lieu, et des témoignages des victimes de la guérilla (autrement dit, les victimes des organisations elles-mêmes, les morts civils, les policiers, militaires, syndicalistes et les représentants patronaux) ainsi que des éclairages nouveaux sur les crimes commis au nom de la révolution, commencent à affleurer44. Dans ce sens —si on reprend le concept ricœurien de mémoire juste—, que sont prêts à faire ce qui furent membres des organisations révolutionnaires pour apporter leur pierre à cette entreprise d’édification d’une mémoire entendue dans un sens intégral, c’est-à-dire qui ne prenne pas en compte les différences entre les types de conflits?

Conclusion

93Faire le parcours du militantisme suppose non seulement d’étudier la « mémoire des passions et des douleurs vécues », mais aussi de rendre présent — pour soumettre à la critique —, les désirs et les passions révolutionnaires, qui n’ont guère changé pour ces militants. C’est la raison pour laquelle notre travail ne s’arrête pas à une simple reconstruction historique des faits du passé, mais s’attache à interpréter ces passions révolutionnaires qui contribuèrent à construire l’histoire, et qui contribuent à configurer le présent, malgré le fait que, parfois, seul le souvenir d’un souvenir perdure dans la mémoire. L’Argentine connaît un moment d’éclosion de différentes mémoires, et l’expérience du militantisme fervent de ces années-là constitue souvent les axes de représentation de cette histoire.

94D’autre part, « mémoire, vérité et justice » sont des termes qui, en Argentine, relèvent désormais du quotidien. Ils sont associés à tout un ensemble de problèmes, toujours d’actualité, autour du passé récent ; ils sont associés à toute une série de valeurs, et d’espoirs que soient enfin guéries les blessures qui se réactivent dans le présent. Ainsi, la mémoire et le militantisme sont traversés par la figure de la victime, laquelle, en silence, demande justice pour tous ceux qui ont donné leur vie en des temps troublés de l’histoire argentine, à une époque où fleurissaient les rêves individuels et les utopies collectives pour une société différente.

  • 45 Voir PALERMO, 2004, 181-187.

95Comme le fait remarquer Palermo, dans la société argentine s’est consolidée une « mémoire fixée » et propre à deux formations antithétiques et polarisées entre mémoire et oubli. La première, minoritaire et nostalgique de la dictature, reprend le récit de la guerre contre la subversion pour y ajouter une justification rétrospective : cette guerre-là aurait permis de sauver la démocratie. La seconde tend à concentrer tous les maux du côté des responsables du terrorisme d’Etat, en méconnaissant les responsabilités de la société et des organisations de guérilleros45. Ce qui fait défaut, c’est par conséquent une action étatique autonome qui soit capable de favoriser une récupération moins rigide de ce passé et de ses effets sur le présent. Certainement, la clef d’une éthique de la mémoire réside dans le fait d’élaborer un projet d’avenir. La mémoire n’intéresse pas dans le sens où nous serions attachés au passé. La mémoire est finalement une construction présente : c’est la raison pour laquelle les questions n’ont de sens que dans la perspective d’un projet d’avenir. Si la mémoire, aujourd’hui, est quelque chose d’acquis en Argentine, on voit cependant parfois que l’on parle et que l’on agit en relation avec le passé et en fonction du passé, et qu’il est plus difficile de parler du futur.

Haut de page

Bibliographie

ACHA, Omar, Los muchachos peronistas, Buenos Aires, Planeta, 2011.

ACUÑA, Carlos et Catalina SMULOVITZ, “Militares en la transición argentina: del gobierno a la subordinación constitucional.”, dans Acuña, Carlos et al., Juicio, castigos y memorias. Derechos Humanos y justicia en la política argentina. Buenos Aires, Nueva Visión, 1995, p.19-99.

ALTAMIRANO, Carlos, Bajo el signo de las masas, Buenos Aires, Ariel, 2001.

ANGUITA, Eduardo et Martín CAPARRÓS, La voluntad. Una historia de la militancia revolucionaria en la Argentina. 3 tomes, Buenos Aires, Planeta, 1998 [2007].

BECKER, Howard, Outsider. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

BONASSO, Miguel, Recuerdo de la muerte, México, Biblioteca Era, 1984.

CARNOVALE, Vera, Los combatientes: historia del PRT-ERP, Buenos Aires, SigloVeintiuno Editores, 2011.

CERSÓSIMO, Facundo, Envar El Kadri. Historias del peronismo revolucionario, Buenos Aires, Colihue, 2008.

CHÁVEZ, Gonzalo et LEWINGER, Jorge Omar, Los del 73. Memoria Montonera, Buenos Aires, De la Campana, 1998.

DE LA ALDEA, Elena, “Le Cas Argentin : La mémoire et les mémoireˮ, dans Micheline Labelle et al., Le devoir de mémoire et les politiques du pardon, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2005.

DIANA, Marta, Mujeres guerrilleras. La militancia en el testimonio de sus protagonistas femeninas, Buenos Aires, Planeta, 1996.

DUHALDE, Eduardo Luis, El Estado Terrorista. Quince años después, Buenos Aires, Eudeba, 1999 [1983].

DUHALDE, Eduardo et Eduardo M. PÉREZ, De Taco Ralo a la alternativa Independiente. Historia documental de las Fuezas Armadas Peronistas y del Peronismo de Base (Tomo I: Las FAP), La Plata, De la Campana, 2003 [2001].

EL KADRI, Envar et RULLI, Jorge, Diálogos en el exilio, Buenos Aires, Foro Sur, 1984.

FASSIN, Didier et RECHTMAN, Richard, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007.

FELD, Claudia, Del estrado a la pantalla, Las imágenes del Juicio a los ex comandantes en Argentina, Buenos Aires, Siglo XXI de Argentina Editores, 2002.

FLASKAMP, Carlos, Organizaciones político-militares. Testimonio de la lucha armada en la Argentina (1968-1976), Buenos Aires, Ediciones Nuevos Tiempos, 2002.

FRANCO, Marina, El exilio. Argentinos en Francia durante la dictadura, Buenos Aires, Siglo XXI, 2008.

-------, “Notas para una historia de la violencia revolucionaria en la Argentina: una mirada desde los discursos del periodo 1973-1976”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Debates, 2008, http: //nuevo-mundo.revues.org/index43062.html

-------, “La “teoría de los dos demonios”: consideraciones en torno a un imaginario histórico y a las memorias de la violencia en la sociedad argentina actual”, dans Berthold Molden/David Mayer (Hg.), ¡Atención!, Tomo 12, Publicación del Instituto Austriaco para América Latina, Universidad de Viena, 2008, p. 267-286

--------, Un enemigo para la nación: orden interno, violencia y subversión, 1973-1976, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2012.

GARAÑO, Santiago et WERNER, Pertot, Detenidos – aparecidos. Presas y presos políticos desde Trelew a la dictadura, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2007.

GARCIA CASTRO, Antonia, “La mémoire des survivants et la révolte des ombres : les disparus dans la société chilienne (1973-1995)ˮ, Cultures et Conflits, No 25, 1997, pp. 257-271

GARCIA ROMEU, José, “Dictature, témoignage, histoire : paroles de victimes et de bourreaux dans les littératures argentine et chilienne (1983-2002)ˮ, Cahiers de Narratorlogie, No 15, 2008, http://narratologie.revues.org/796

GELMAN, Juan et LAMADRID, Mara, Hijos de desaparecidos. Ni el flaco perdón de Dios, Buenos Aires, Planeta, 1997.

GONZÁLEZ BOMBAL, Inés, “’Nunca Más’. El Juicio más allá de los estrados”, en Carlos Acuña et al., Juicio, castigos y memorias. Derechos Humanos y justicia en la política argentina, Buenos Aires, Nueva Visión, 1995, p.193-215

GUEMBE, Maria Laura, “Challenges on the Road to Memoryˮ, The Public Historian, Vol. 30, No 1, 2008, pp. 63-71.

GUEVARA, Ernesto, Textes politiques, Paris, Maspero, 1968 [1965].

--------------------, Textes militaires, Paris, Maspero, 1968.

GUGLIELMUCCI, Ana, “Memorias desveladas: una aproximación a la militancia revolucionaria a través de los recuerdos de un grupo de militantes y ex prisioneras políticas durante la década del ´70 en Argentina”, tesis de Licenciatura en Antropología, Facultad de Filosofía y Letras, 2003.

HILB, Claudia et LUTZKY, Daniel, La nueva izquierda argentina: 1960-1980 (política y violencia), Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1984.

HUGHES, Everett, “Institutional Office and the Person”, American Journal of Sociology, XLIII, 1937, p. 404-413

JAMES, Daniel, Resistencia e integración: el peronismo y la clase trabajadora argentina, 1946-1976, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 2005 [1990].

JAURETCHE, Ernesto, No dejés que te la cuenten, Buenos Aires, Eds. del Pensamiento Nacional, 1997.

JEDLICKI, Fanny, “Les exilés chiliens et l’affaire Pinochet. Retour et transmission de la mémoireˮ, Cahiers de l’Unité de recherche migrations et société, No 7, 2001, http://urmis.revues.org/index15.html

JUDEZ, Facundo, “Peronismo de Base y Fuerzas Armadas Peronistas: itinerarios de un aprendizaje alternativo”, Red de Estudios sobre el peronismo, 2010, date de consultation le 15/04/2011, http://redesperonismo.com.ar/archivos/CD2/Judez.pdf

KORINFELD, Daniel, Experiencias del exilio. Avatares subjetivos de jóvenes militantes argentinos durante la década del setenta, Buenos Aires, del Estante, 2008.

LARRAQUY, Marcelo et CABALLERO, Roberto, Galimberti, de Perón a Susana, de Montoneros a la CIA, Buenos Aires, Norma, 2000.

LARRAQUY, Marcelo, Fuimos soldados. Historia secreta de la contraofensiva montonera, Buenos Aires, Aguilar, 2006.

LAVABRE, Marie-Claire, “Peut-on agir sur la mémoire”, La documentation Française, Cahiers Français, La mémoire, entre histoire et politique, 303, juillet-août, 2001, p. 8-14

LEFRANC, Sandrine, Mathieu LILIAN et SIMEANT, Johanna, « Les victimes écrivent leur Histoire. Introduction », Raisons politiques, n°30, mai 2008, p. 5-19

LONGONI, Ana, Traiciones. La figura del traidor en los relatos acerca de los sobrevivientes de la represión, Buenos Aires, Norma, 2007.

LOPRETE, Griselda, Memorias de una presa política (1975-1979), Buenos Aires, Norma, 2006.

LORENZ, Federico Guillermo, “¿De quién es el 24 de marzo? Las luchas por la memoria del golpe del ’76”, dans Elizabeth Jelin (comp.), Las conmemoraciones: las disputas en las fechas “in-felices”, Madrid-Buenos Aires, Siglo XXI, 2002.

-----, Las guerras por Malvinas, Buenos Aires, Edhasa, 2006.

LUVECCE, Cecilia, Las Fuerzas Armadas Peronistas y el Peronismo de Base, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1993.

MARTIN, Arnaud et al., La mémoire et le pardon : Les commissions de la vérité et de la réconciliation en Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 2009.

MATTINI, Luis, Hombres y mujeres del PRT-ERP. De Tucumán a la Tablada, La Plata, de la Campana, 2003 [1988].

MERENSON, Silvina, “Y hasta el silencio en tus labios…Memorias de las ex – presas políticas del Penal de Villa Devoto en el transcurso de la última dictadura militar en la Argentina”, Buenos Aires, tesis de Maestría, Universidad de San Martín, 2003.

ONRUBIA REBUELTA, Javier, Raimundo Villaflor. El peronismo alternativo, Madrid, Arcos, 2007.

PALERMO, Vicente, “Entre la democracia y el olvido”: represión, guerra y democracia en la Argentina”, dans Novaro Marcos et Palermo Vicente, La historia reciente: Argentina en democracia, Buenos Aires, Edhasa, 2004, pp. 169-191.

PERDÍA, Roberto, La otra historia. Testimonio de un jefe montonero, Buenos Aires, Ágora, 1997.

PASSERON, Jean-Claude, “Biographies, flux, itinéraires, trajectoires”, Revue française de sociologie, XXXI, 1990, p. 3-22

PERDÍA, Roberto, La otra historia. Testimonio de un jefe montonero, Buenos Aires, Ágora, 1997.

PITUELLI, Daniel, Ni olvido ni perdón. Diario de un prisionero político, Córdoba, Narvaja, 2004.

PLIS-STERENBERG, Gustavo, Monte Chingolo, Buenos Aires, Planeta, 2003.

POLLAK, Michael, Une identité blessée, Paris, Éditions Métailié, 1993.

RABOTNIKOF, Nora, “Memoria y política a treinta años del golpe”, dans Lida, C., Crespo, H. y Yankelevich, P. (comps.), Argentina, 1976. Estudios en torno al golpe de estado, Buenos Aires, FCE et El Colegio de México, 2008, pp. 259-284

RAIMUNDO, Marcelo, “Izquierda peronista, clase obrera y violencia armada: una experiencia alternativa” Sociohistórica, n° 15/16, primer y segundo semestre, 2004, p. 99-128

ROT, Gabriel, Los orígenes perdidos de la guerrilla en la Argentina: la historia de Ricardo Masetti y el Ejército Guerrillero del Pueblo, Buenos Aires, El Cielo por asalto, 2000.

ROZANSKI, Carlos, “Delitos de lesa humanidad y genocidio; origen y sentido de las prohibiciones”, dans Andreozzi, Gabriele (coord.), Juicios por crímenes de lesa humanidad en la Argentina, Buenos Aires, Atuel, 2011.

SALAS, Ernesto, Uturuncos: el origen de la guerrilla peronista, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2006 [2003].

SARLO, Beatriz, Tiempo presente, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 2001.

Scipioni, Néstor, Las dos caras del terrorismo, Barcelona, Círculo de Estudios Latinoamericanos, 1983.

TARCUS, Horacio, Diccionario biográfico de la izquierda argentina: de los anarquistas a la “nueva izquierda” (1870-1976), Buenos Aires, Emecé, 2007.

VERBITSKY, Horacio, El vuelo, Buenos Aires, Planeta, 1995.

VEZZETTI, Hugo, Pasado y presente. Guerra, dictadura y sociedad en Argentina, Buenos Aires, Siglo Veintiuno editores, 2002.

-----------, Sobre la violencia revolucionaria: memorias y olvidos. Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 2009.

---------, “Usos del pasado y políticas del presente”, dans Andreozzi, Gabriele (coord.) Los juicios por los crímenes de lesa humanidad en Argentina, Buenos Aires, Atuel, 2011, pp. 287-303.

ZIMMERMANN, Bénedicte, Ce que travailler veut dire, Paris, Economica, 2011.

Fuentes impresas

Revista Gente y la actualidad, 26/09/1968

Con Todo, Anio 1, N° 1, diciembre de 1968

Clarín, 20/09/1968; 19/11/1968

Primera plana, 26/09/1968; 25/03/1969; 20/07/1971

La Razón, 24/09/1968

Todo es historia, N° 273, marzo 1990

Los 70, Año 1, N° 1, 1997

Revista Controversia, 1979-1981

La Nación, 26/03/1998 ; 13/08/2003 ; 15/06/2005 ; 13/07/2007

Revista La Intemperie N° 15 et 16, 2004.

Revista Lucha Armada en la Argentina

Haut de page

Notes

1 «Destacamento guerrillero 17 de octubre»; «La guerra Revolucionaria del pueblo. Sus tareas fundamentales», 1969; «Por qué somos peronistas», 1969.

2 Voir Duhalde et Pérez, 2003 [2001]; Judez, 2010; Luvecce, 1993; Onrubia Rebuelta, 2007; Raimundo, 2004. Citons également les études de cas réalisées par Cersósimo (2008). Il convient de préciser que les FAP apparaissent d’ordinaire dans de nombreuses études portant sur la gauche péroniste des années 60. La mention qui en est faite est plus un agrégat qu’un objet d’étude.

3 En Amérique latine, les cas sont nombreux et les études des cas uruguayens, chiliens et argentins ont permis de redonner une voix aux « victimes » des régimes autoritaires qui ont caractérisé les années 1970. Un ouvrage collectif compile plusieurs réflexions sur la question des politiques du pardon : ARNAUD MARTIN et al., 2009. Pour le cas chilien, voir GARCIA CASTRO, 1997; JEDLICKI, (2001); ROMEU, 2008. Pour le cas argentin, voir 2008 ; de la ALDEA, 2005.

4 Sachant que la sociologie a toujours « privilégié l’individu générique au principe de l’État à la personne singulière », le parcours se caractérise, comme le note Bénédicte Zimmermann, par un manque de conceptualisation sociologique (ZIMMERMANN, 2011, 82).

5 Nunca Más étudie le fonctionnement des camps de détention clandestins, analyse les formes de répression (séquestration, torture, mort ou disparition), établissant le nombre des disparitions à 8941. Plus tard, les organismes de défense des droits de l’homme portèrent ce chiffre à 30000.

6 La Comisión Nacional por la Desaparición de Personas (CONADEP), créée par le Président Raúl Alfonsín, et preside par Ernesto Sábato en 1983, fut chargée des recherches sur les milliers de disparitions durant le gouvernement militaire (rapport Nunca Más).

7 Jorge Rafael Videla et Eduardo Massera furent condamnés à la réclusion à perpétuité; Roberto Viola, à 17 ans; Armando Lambruschini à 8 ans, et Orlando Ramón Agosti à 4 ans.

8 Il fallut attendre 1998 pour assister à la retransmission télévisée, autrement dit après qu’eurent été produites et mises sur le marché de nombreuses vidéos, qui connurent une large circulation (voir à ce sujet Feld, 2002).

9 Pour cela, voir FRANCO, 2011, 2012.

10 Cette vision soutenait que, dans les années 70, s’étaient opposés deux ennemis, deux terrorismes mis sur le même plan : à savoir la guérilla d’un côté, et de l’autre les militaires, tous deux étant considérés également responsables de la violence et de « l’horreur ». Sur cette théorie, voir ACUÑA et SMULOVITZ, 1995 ; FRANCO, 2008 ; GONZALEZ Bombal, 1995 ; VEZZETTI, 2002.

11 Nous voulons ici mettre en évidence que l’image du prisonnier-disparu, qui condense l’abus systématique exercé par l’État, fut dominante dans les travaux de dénonciation des premiers mouvements de défense des droits de l’homme durant la période dictatoriale. D’où le fait que, comme le fait remarquer Vezzetti, « au début, la cause de la mémoire ait surgi face au caractère clandestin que l’action répressive avait adopté » (Ibid., 2002, 21).

12 Cette terminologie, très répandue en Argentine depuis la fin de la dictature, fait référence à l’ensemble des associations de défense des droits de l’Homme du pays. Celles-ci englobent les associations de défense des droits de l’Homme (la « Ligue pour les droits de l’Homme », le « Service Paix et justice », l’« Assemblée permanente pour les droits de l’Homme », et le « Mouvement œcuménique pour les droits de l’Homme ») et les associations de famille de disparus et d’ex-détenus-disparus de la dictature de 1976-1983 (« Proches et familles de détenus et de disparus pour raisons politiques », les « Mères de la Place de Mai », les « Grands-mères de la Place de Mai »). Celles-ci menèrent à bien le combat le plus abouti et durable contre la dictature dans son ensemble et contre les atteintes portées aux droits de l’homme.

13 En 1985, le premier gouvernement démocratique sous la présidence de M. Alfonsín a jugé et condamné les Juntes militaires pour leurs actions répressives durant la période dictatoriale 1976-1983. Cependant, ce même gouvernement a ouvert la voie à l’impunité juridique avec les lois précédemment mentionnées. Plus tard, le gouvernement démocratique sous la présidence de M. Menem promulgua par décret les « Leyes de Indulto (« Lois d’Amnistie ») en 1989. Cet échafaudage légal a eu pour conséquence le fait que les délits liés à la répression illégale réalisée par les Forces armées ne furent pas punis.

14 Il convient de préciser que la politique d’amnistie et d’oubli, fondée sur une volonté de « réconciliation » et de « pacification » de la scène politique et militaire, ne fut pas seulement l’œuvre de Menem en personne, mais du Parti Justicialiste et en particulier d’Italo Luder, candidat péroniste aux élections de 1983.

15 Voir SCIPIONI, 1983; EL KADRI et RULLI, 1984 ; revue Controversia, 1979-1981.

16 De plus amples informations se trouvent sur le site : http://www.desaparecidos.org.arg/doc/arrpentimientobalza.html. Pour ce qui est des vols de la mort, voir VERBITSKY, 1995.

17 Bien que HIJOS, d’une certaine manière, représentât la relève générationnelle de Madres et Abuelas de Plaza de Mayo, leurs politiques de mémoire et de recherche de la justice se différencient des stratégies par une plus grande revendication de la lutte politique et des idéaux de leurs parents disparus – ou tout au moins c’est ainsi que se caractérise une partie de ce groupe. Sur la récupération du militantisme politique menée par HIJOS, consulter GELMAN et LAMADRID, 1997.

18 L’ “escrache” renvoie aux manifestations publiques de condamnation et de répudiation qui se déroulent devant la maison des militaires impliqués dans la répression et absouts par les lois d’amnistie.

19 Puisque les procès concernant les affaires d'appropriation et de suppression d'identité (adoptions illégales) des enfants de disparus n'ont pas été incluses dans les amnisties.

20 Comme exemples de littérature de témoignages sur le militantisme des années 70, on peut citer MATTINI, 2003 [1988] ; BONASSO, 1997 et 2001; DIANA, 1996; JAURETCHE, 1997; PERDIA, 1997; CHAVEZ et LEWINGER, 1998; ACTIS et al., 2001; CIOLLARO, 2000 ; ROT, 2000 ; LARRAQUY et CABALLERO, 2000 ; PLIS-STERENBERG, 2003 ; M. LARRAQUY, 2006. On peut également citer les éditions de sources documentaires de Baschetti sur le péronisme révolutionnaire (1995 jusqu’à l’heure actuelle). Citons enfin la compilation de sources documentaires précédées d’études introductrices. Pour cela, voir ALTAMIRANO, 2001; DUHALDE et PEREZ (2003 [2001]) ; SARLO, 2001, parmi d’autres. On peut aussi ajouter, le documentaire dirigé pour BLAUSTEIN, 1995.

21 FLASKAMP, 2002; ZUKER 2003; ROBLES, 2004; POLLASTRI, 2003; SAADI, 2004; Revista Lucha Armada en la Argentina, dirigida por S. Bufano et G. Rot, 2004; Revista La Intemperie N° 15 et 16, 2004.

22 Voir La Nación, le 26 mars 1998.

23 Voir La Nación, le 13 août 2003, le 15 juin 2005 et le 13 juillet 2007

24 Jorge Rafael Videla est un Général et homme politique argentin ; coauteur du coup d’État du 24 mars 1976, qui destitua Isabel Martinez de Perón. « Élu » président de la Président (1978-1981). Il fut condamné en 1985 lors du procès du Juicio a las Juntas Militares pour avoir violé les droits de l’Homme. Pourtant, il fut amnistié en 1989 par le président Carlos Menem. En 2007, son dossier a été rouvert, et se conclut en 2010 par une condamnation à la prison à vie. Leopoldo Galtieri fut un militaire et homme politique argentin qui occupe la présidence pendant le Proceso de Reorganización Nacional dès 1981 à 1982. Face à la situation politique et économique du pays, il déclenche la Guerre des Malouines. Il abandonne sa charge suite à l’échec de cette opération. Ses actions comme commandant amènent à sa condamnation par le Conseil Suprême des Forces Armées pendant la présidence d’Alfonsín. Comme Videla, et parmi d’autres, il a été gracié par Carlos Menem. En 2002, il est arrêté et mis en prison préventive sous arrêt domiciliaire.

25 Lors du trentième anniversaire du coup d’État militaire, de nombreuses plateformes journalistiques publièrent des éditions spéciales. Les chaînes de télévision ont programmé de nombreux documentaires et films sur celle période-là. Depuis 2002, beaucoup de films de fiction et de documentaires ont été produits. Pour un inventaire complet sur ce thème, il est possible de consulter le catalogue de Memoria Abierta dans lequel se trouvent 444 films: http://www.memoriaabierta.org.ar/ladictaduraenelcine.

26 FRANCO, 2008; GARAÑO et WERNER, 2007; GUGLIELMUCCI, 2003; KORINFELD, 2008; LO PRETE, 2006; LONGONI, 2007; LORENZ, 2006; MERENSON, 2003; PITUELLI, 2004; YANKELEVICH et JENSEN (comp.) 2008, etc.

27 BASUALDO, 2006; BIANCHI, (dir.) 2008; CAVIGLIA, 2006; LORENZ, 2004, 2005, 2007; SALVI, 2006.

28 Pour cela, voir BECKER, 1985 ; PASSERON, 1990 ; HUGHES, 1937.

29 Voir les nouvelles approches du militantisme inspirées de l’analyse de l’École de Chicago.

30 En 1965, une centaine de militants fondèrent le Parti Révolutionnaire des Travailleurs (Partido Revolucionario de los Trabajadores, PRT). Le nouveau parti rendait compte de la confluence du Front Révolutionnaire Indoaméricaniste Populaire (Frente Revolucionario Indoamericanista Popular, FRIP) et de Parole Ouvrière (Palabra Obrera). En 1969, le PRT mit en place une armée, l’Armée Révolutionnaire du Peuple (Ejército Revolucionario del Pueblo, ERP), qui se développa au point de disposer d’une structure opératoire au niveau national. Au début des années 70, elle s’affirma comme l’organisation de la gauche révolutionnaire qui avait le plus de poids sur la scène politique argentine (exception faite du péronisme) et comme la plus active dans ses actions militaires. Entre fin 1975 et début 1977, l’organisation fut pratiquement annihilée suite aux milliers de militants faits prisonniers, ou tués et disparus (voir à ce sujet CARNOVALE, 2011).

31 A partir de 1955, l’exclusion violente du péronisme de la vie politique a encouragé la création d’un mouvement: la Résistance Péroniste. Quelles qu’aient été les actions de protestation (soulèvements militaires, actions de masse et opérations de sabotage), l’objectif était d’organiser « le retour de Perón dans la Patrie » (« el retorno de Perón a la Patria »). La Résistance Péroniste fut un mouvement défensif, sans stratégie de pouvoir unique et exclusive, qui par conséquent manquait d’une direction commune aux différents groupes. De là provient son impopularité et sa perte de légitimité dans la société et le monde politique de cette période. Voir JAMES, 2006 [1990] ; ACHA, 2001.

32 Après la victoire de la révolution cubaine, Ernesto Guevara écrivit Guerra de guerrillas (1960), texte théorique qu’il développa en 1963 dans Guerra de guerrillas: un método. Cette méthode fut considérée comme le jalon indispensable de la stratégie de la guerre révolutionnaire. Du point de vue politique, la guerre de guérillas est une guerre du peuple.

33 Cette théorie révolutionnaire consiste, selon Guevara, à implanter dans des zones rurales un premier groupe de combattants, qui constitue l’embryon de la future armée populaire. De ce noyau originaire émergent progressivement de nouveaux groupes de combat au fur et à mesure que l’on assiste au renforcement des unités armées révolutionnaires par l’incorporation de combattants et la récupération d’armes, et à la mobilisation d’autres zones géographiques. Après avoir lancé ses actions armées, ce groupe fonctionne comme un « centre irradiateur de conscience » sur les populations, ce qui permettrait de gagner l’appui des secteurs populaires et de faire progresser la nécessité de faire la révolution. La lutte armée, au terme d’une accumulation de défaites infligées à l’ennemi, gagne peu à peu du terrain. S’inverse alors le rapport de forces et nous assistons à la mutation de ces unités armées en armée régulière. C’est alors qu’il est possible de parler de guerre de positions, et qu’il faut se tenir prêt pour porter des coups définitifs (GUEVARA, 1964, 32).

34 Pour des travaux sur la nouvelle gauche, se référer à HILB et LUTZKY, 1984, et à TARCUS, 2007.

35 Avant d’aller plus avant, il convient de préciser quelle fut l’influence des tentatives insurectionnelles du Commando « Uturunco » (1959-1960) et, en particulier, de l’« Ejército Guerrillero del Pueblo » (EGP, 1963), qui furent des formations antérieures aux FAP, et dont l’objectif était d’installer un foyer en zone rurale dans le Nord argentin. Ces expériences, l’une comme l’autre, eurent le mérite d’avoir été les premières tentatives de synthèse de l’expérience de la Révolution cubaine et d’implantation de la guérilla en Argentine. Sur les origines et le développement de ces groupes, voir (2006 [2003]) y Rot (2000). De la même façon, il est important de dire un mot d’une autre tentative d’implantation d’un foyer de guérilla dans les provinces de Tucumán et Santiago del Estero, par les « Forces Armées de la Révolution Nationales » (Fuerzas Armadas de la Revolución Nacional, FARN). Dirigées par Ángel Bengochea, et connues par la suite sous le nom de “Groupe de la Rue Posadas” (“Grupo de la calle Posadas”, 1964), nom qui trouve son origine dans l’explosion de l’appartement de la rue Posadas à Buenos Aires. Cet événement, évidemment, mit fin à l’organisation en tant que structure, mais n’empêcha pas le projet de suivre son cours.

36 Citons, entre autres références, Gente y la actualidad, Primera plana, Con todo.

37 La triple A était une organisation para-policière et paraétatique créée par le ministre du Bien-être social du gouvernement péroniste, José López Rega, représentant du péronisme d’extrême droite. Elle commence à agir à la fin de l’année 1973 avec des menaces, des listes noires et des attentats à la bombe contre des artistes, des intellectuelles, des journalistes, des syndicalistes et des avocats liés à divers mouvements de gauche. Voir PAINO, 1984.

38 Il faut souligner que, dans une analyse qualitative, la généralité est donnée par le cadre des entrevues. On ne peut jamais projeter l’univers. L’ensemble des entrevues réalisées (131) a de toute évidence un poids indéniable.

39 Sur la discipline interne, la moralité et la totalité, voir le travail de CARNOVALE, 2011.

40 Comme le fait observer Franco, « l’autoritarisme et les pratiques répressives y disciplinaires commencèrent bien avant 1976 », de façon clandestine mais essentiellement comme une « politique officielle systématique des gouvernements démocratiques péronistes entre 1973 et 1976 (idéologiquement associée aux politiques de sécurité nationale) et avec l’appui de divers secteurs politiques exerçant une responsabilité institutionnelle. » (FRANCO, dans Andreozzi, 2011: 253).

41 Cette expression fait référence à l’état d’exception. Elle a été employée pour signaler les régimes militaires mis en place dans les dictatures du Cono Sur latino-américain entre 1962 et 1980. Dans le cas de l’Argentine, voir l’analyse réalisée par DUHALDE, 1999 [1983-1984].

42 A propos de l’application de la catégorie de « génocide » aux crimes commis en Argentine, voir le texte de ROZANSKI dans Andreozzi, 2011.

43 J’ai étudié cette notion de manière plus précise lors de mon intervention dans le cadre du Colloque « La notion de révolution en Amérique latine, 19-20e siècles » (2010).

44 Vezzetti se réfère en particulier au débat virulent qui a fait suite au témoignage d’Héctor Jouvé sur les assassinats qui ont eu lieu au sein même de l’Armée de Guérilla du Peuple (“Ejército Guerrillero del Pueblo”), et dirigés contre ses propres membres.

45 Voir PALERMO, 2004, 181-187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Sombra, « Un parcours collectif autour du militantisme politique en Argentine : de la mémoire des « combattants révolutionnaires » aux discours sur la victimisation », Conserveries mémorielles [En ligne], # 15 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://cm.revues.org/1779

Haut de page

Auteur

Paula Sombra

Doctorante en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et à l’Universidad de Buenos Aires sous la direction des professeurs Louis Quéré et Hugo Vezzetti, Paula Sombra réalise actuellement une thèse intitulée : « Des récits de la résistance aux récits de la révolution. Parcours de la mémoire militante et continuité d’un rêve révolutionnaire en Argentine». Ses principaux axes de recherche sont la mémoire, le temps, l’identité, les récits. Récemment, elle a participé à l’ouvrage coordonné par Mélica Ouennoughi, Mémoires, histoire des déplacements. Héritages et legs (XIX°-XX° siècles), à travers un article portant sur « L’influence et le legs de l'expérience algérienne dans l'Argentine des années 60-70 », publié en 2013.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org