Navigation – Plan du site
Trajectoires conceptuelles, entre archéologie et circulation

Les trajectoires dans le temps: réflexion sur le concept de « régime d’historicité »

Time Trajectories: a Critical Take on the concept of "régime d'historicité"
Maxime Raymond-Dufour

Résumés

Cette note de recherche propose une réflexion autour du concept de « régime d’historicité » explicité par François Hartog dans son livre Régimes d’historicité : Présentisme et expérience du temps en 2003. Malgré sa portée heuristique indéniable, le régime d’historicité engendre certains problèmes d’interprétations lorsqu’on cherche à caractériser avec une certaine précision l’expérience de la temporalité dans les sociétés humaines. En effet, l’interprétation globalisante du « régime », une fois réifié dans la réalité historique, que propose François Hartog tend à identifier une expérience de la temporalité dominante dans un régime donné en reléguant les autres expériences à des curiosités culturelles non structurantes et périphériques. Je prétends au contraire que ces expériences alternatives peuvent être structurantes d'un régime d’historicité même si elles ne correspondent pas à son « orientation » dominante du temps. Je propose donc un questionnement sur 1) la multiplicité des expériences qui constitue le régime d’historicité et 2) le lien qui doit être explicité entre l’objet d’histoire et l’« orientation » du temps, l’un étant indissociable de l’autre.

Haut de page

Texte intégral

1J’entreprends cet essai en proposant une rétrospective du concept de régime d’historicité. En reprenant les principaux arguments du livre de François Hartog, j’en établis les origines intellectuelles : inspiré par l’ethnologie structuraliste et par les réflexions philosophico-historiographiques de Reinhart Koselleck, le concept d’Hartog se veut une synthèse de ce qui s’est dit sur l’expérience de la temporalité dans les sociétés humaines. J’explique également que les études sur la représentation du temps ont établi deux constats principaux : soit que 1) toutes les sociétés humaines n’ont pas le même rapport au temps et que 2) notre rapport au temps fondé sur une linéarité progressive constitue une évolution contemporaine de la culture occidentale dont les origines remontent à la Révolution française.

2Ma réflexion s’attarde ensuite à la prétendue « unicité » du régime d’historicité d'Hartog. La recherche d’une trajectoire dominante dans le régime d'historicité réifié, trajectoire qui structurerait l’ensemble du rapport au temps d’une société, apparaît problématique lorsqu’on analyse des expériences du temps nuancées et, en apparence, contradictoires. Utilisant les exemples de l'aphorisme de Bernard de Chartres et du régime d’historicité de l’Europe intellectuelle humaniste, je propose ainsi que ce n’est pas le temps en tant que tel qui dicte le régime d’historicité, mais plutôt la projection d’objets d’histoire dans le temps, si bien que chaque objet peut entretenir avec le temps un rapport différent.

3Afin de conceptualiser cette projection d’objets d’histoire dans le temps qui constitue l’essence du régime d’historicité, je propose ensuite le concept des trajectoires dans le temps. Celles-ci ont comme intérêt de mettre de l’avant la variété des expériences du temps et d’établir la complexité du régime d’historicité et, en général, du rapport à la temporalité. À partir de ce constat, je propose enfin une application concrète à travers l'étude d'articles de journaux du journal canadien La Minerve de 1830 ainsi que deux avenues de réflexions possibles à partir du concept des trajectoires dans le temps, l’une portant sur les courants historiographiques et, l’autre, sur la cyclicité de certaines expériences du temps dans les sociétés occidentales actuelles.

À propos du concept de « régime d’historicité » 

4L’expérience de la temporalité dans les sociétés humaines a fait l’objet de nombreuses études autant en histoire, qu’en anthropologie, en littérature et en philosophie depuis les années 1960. Ainsi, lorsque François Hartog introduit le concept de « régime d’historicité » en 2003, il n’ouvre pas à proprement parler un nouveau champ de recherche en sciences humaines. Son apport conceptuel, en fait, tient surtout de la synthèse : « régime d’historicité » permet de réunir sous un même vocable un ensemble d’études qui ne relevaient pas jusqu’alors du même champ d’expertise, voire de la même discipline.

  • 1 Reinhardt Koselleck a travaillé entre autres sur l’historiographie allemande du XIXe siècle en cher (...)
  • 2 Dans son livre Islands of History, Sahlins cherche à produire une anthropologie de l’histoire à par (...)
  • 3 Il faut cependant apporter deux nuances à ce constat. D’abord, je ne fais référence ici qu’à la pre (...)

5En effet, on note de nombreuses différences entre les études philosophico-historiographiques de Reinhart Koselleck1 et les réflexions ethnologiques de Marshall Sahlins2, depuis la société étudiée jusqu'à la méthodologie employée. C’est d’ailleurs précisément en voulant introduire un dialogue entre ces deux auteurs ou, de manière plus large, entre l’histoire et l’anthropologie qu’Hartog a élaboré son concept (HARTOG, 2003, 19) qui est depuis devenu un outil conceptuel commode permettant de se référer simplement au rapport complexe qu’entretient un individu ou un groupe d’individus à la temporalité. Notons que l’ensemble de la première partie de Régimes d’historicité expose les principaux apports des études sur la représentation du temps, ce qui donne à l'ouvrage les vertus d'une synthèse3. Les différents chapitres de la première partie de Régimes d’historicité reprennent les constats les plus importants qui ont découlé de l’étude de l’expérience de la temporalité : des constats qui reposent sur deux piliers.

  • 4 Dans Textures du temps, Velcheru Narayana Rao, David Schulman et Sanjay Subrahmanyam s’intéressent (...)

6Le premier de ces piliers est anthropologique : toutes les sociétés humaines ne conçoivent pas le temps de la même façon et l’expérience du temps est conditionnée par la culture. Grâce à des études qui s’intéressaient à la séquence des événements dans les discours à caractère historique - à prétentions véritatives ou non -4, les anthropologues ont trouvé dans les sociétés humaines différentes manières d’organiser le temps, démontrant l’existence de multiples métadiscours historiques qui structurent différentes formes d’expérience du temps (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, 1). Ainsi, l’agencement passé-présent-futur, très linéaire et qui nous semble évident, ne relève pas du bon sens, mais plutôt de l’évolution culturelle particulière des sociétés occidentales.

  • 5 On remarque au passage que le titre du chapitre Des îles d’histoire évoque le livre de Marshall Sah (...)
  • 6 On peut trouver l’explication originale de Sahlins dans Islands of History (SAHLINS, 1985, 104-135)
  • 7 Cette interprétation de la mort du capitaine Cook a fait l’objet d’une polémique au sein des anthro (...)
  • 8 L’idée d’une « histoire héroïque » avait été précédemment théorisée par Sahlins (1985, 35-54).

7C’est ce que François Hartog cherche à montrer dans son chapitre Des îles d’histoire5. L’objectif d’Hartog est « d’instiller dans la perspective de l’observateur occidental une dose de relativisme, en l’amenant d’emblée à questionner sa propre tradition » (HARTOG, 2003, 38) et, pour ce faire, il amène son lecteur dans l’univers des indigènes de l’île d’Hawaii du XVIIIe siècle : un univers triplement exotique par son époque, sa géographie et sa culture. Reprenant les thèses de l’anthropologue Marshall Sahlins, l’historien français nous explique que la cause de la mort du capitaine Cook à Hawaii6 est le produit d’une mésentente culturelle liée à des expériences de la temporalité divergentes. En associant la venue du capitaine Cook à celle du dieu Lono, les Hawaïens ont lié « histoire » et « mythe » d’une telle manière que, en accord avec leurs rituels, le capitaine Cook a été vénéré, puis mis à mort : l’histoire du capitaine Cook, alias le dieu Lono, était en fait déjà « écrite » dans l’esprit des Hawaïens, si bien que son dénouement était inévitable7. Hartog fait entrer cette expérience de la temporalité hawaïenne dans un régime d’historicité héroïque8 bien distinct de notre propre rapport au temps et centré sur la « “réabsorption” du “passé” dans le “présent” » (Hartog, 2003, p. 44) : les Hawaïens du XVIIIe siècle vivaient dans un présent qui se répétait sans cesse parce que la distinction entre l’histoire et le mythe n’existait pas dans leur culture. Selon Hartog, le régime héroïque était également opératoire dans la Grèce antique, un argument qu’il soutient grâce à une analyse (méta)discursive de l’Iliade (HARTOG, 2003, 53-75).

  • 9 Hartog explique dans son introduction que Claude Lévi-Strauss, dès les années 1960, avait suggéré l (...)

8D’autres anthropologues se sont penchés sur les différentes expériences de la temporalité dans les sociétés humaines pour en montrer la variété. Dans leur ouvrage Time : Histories and Ethnologies, Diane Hughes et Thomas Trautmann font un bilan historiographique des études sur la temporalité culturelle dont il ressort que, si les thèses de Marshall Sahlins ont soulevé des critiques, sa démarche pour une étude anthropologique de l’expérience de la temporalité d’inspiration lévi-straussienne9 a suscité de nombreux adeptes qui en ont montré la fertilité. Comme Hughes et Trautmann l’expliquent, il existe une pléthore de recherches et de réflexions sur l’expérience de la temporalité dans des cultures aussi diverses que celles de la société indonésienne (BARNES, 1974), de la civilisation méso-américaine (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, 107-138) ou des sociétés européennes de l’époque moderne (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, 139-166). Cette constatation amène les deux auteurs à avancer très justement que « human attempts to measure or remember time show many qualities from one century to another and from China to Peru » (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, p. 12). Entre la formulation de cette réflexion et la prise de conscience de la charge culturelle qui structure notre propre rapport au temps, il n’y a qu’un pas que les deux auteurs franchissent en citant l’anthropologue Janet Hoskins pour expliquer que « The particular consciousness of time realized in Western historical writings is, of course, culturally constructed; it is especially evident in the forms of history that assume a collective unity encompassing all individual sequences of events » (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, 16; HOSKINS, 1993, 381).

  • 10 D’un point de vue historiographique, l’altérité temporelle est associée à l’historicisme rankien (K (...)
  • 11 Sur la question de l’articulation du temps depuis la Révolution, le chapitre de Koselleck sur le pr (...)

9Cette prise de conscience de la charge culturelle qui sous-tend notre rapport à la temporalité constitue le second pilier sur lequel reposent ces études, que l’on peut diviser en deux volets indissociables, parce que constamment placés en opposition : 1) notre propre rapport à la temporalité est linéaire et progressif, il est centré sur une représentation positive de l’évolution des sociétés et, par conséquent, sur une altérité temporelle qui établit une distance entre le passé et le présent10, mais 2) il n’en fut pas toujours ainsi et il a été précédé d’un régime d’historicité où le cycle, c’est-à-dire le retour constant de « ce qui a été », dominait. L’expérience du temps occidentale contemporaine est ainsi intimement liée à la modernité et à l’épisode historique déterminant de la Révolution française. C’est en particulier la thèse de Reinhart Koselleck qui considère la Révolution comme la cause principale de l’« élaboration » du régime d’historicité dominant de notre époque, parce qu’elle pose une utopie politique et sociale et qu’elle trace le chemin pour y parvenir. Si on se dirige vers un avenir meilleur, c’est qu’il y a progrès et si cet avenir est encore inédit, la route à parcourir pour y arriver l’est aussi. L’avenir est fondamentalement distinct du passé et l’histoire ne se répète pas : le temps est donc linéaire, conséquence de l’absence de répétition, et progressif, puisqu’il est orienté vers un avenir qui ouvre sur l’utopie, qui sera donc fondamentalement « meilleur »11.

10Pour illustrer son propos, Koselleck explique qu’avant la Révolution française le terme de « révolution » signifiait en philosophie politique le passage circulaire d’une forme légitime de gouvernement à l’autre, sans qu’aucune forme ne soit considérée fondamentalement meilleure. Or, la Révolution française modifie le sens du terme pour exprimer une idée qui était jusqu’alors inédite : dans « Révolution française », le terme « révolution » signifie la prise du pouvoir par les dominés au détriment des dominants afin d’instaurer un nouvel ordre sociopolitique. Il cesse ainsi de décrire de manière neutre les changements de forme de gouvernement pour être plutôt défini comme un objectif sociétal garant de la réalisation d’une utopie. Les mots « révolution » et « évolution » deviennent les deux faces d’une même pièce : la « révolution » étant la rupture historique qui permet l’« évolution » de la société (KOSELLECK, 1990, 63-80).

11Par cet exemple, Koselleck révèle l'opposition constante entre le cyclique et le linéaire, qu’on associe respectivement aux régimes d’historicité moderne et contemporain. D’un point de vue strictement historiographique, le passage de l’un à l’autre marque l’avènement de l’histoire disciplinaire qui offre des connaissances « positives » et sous laquelle se déploie implicitement une philosophie de l’histoire postrévolutionnaire. C’est donc dire que derrière l’histoire positiviste aux prétentions scientifiques se cache une sensibilité temporelle particulière, sensibilité que François Hartog a voulu dénoter dans l’expérience de Châteaubriand (2003, 77-112).

  • 12 Le caractère koselleckien de la démonstration est explicité par Hartog (HARTOG, 2003, 84-89).
  • 13 Ce régime d’historicité a été théorisé par Koselleck dans son chapitre sur l’Historia Magistra Vita (...)

12Hartog utilise en effet les analyses de Koselleck pour montrer que Châteaubriand est confronté au problème de la temporalité dans ses réflexions sur l’histoire12. Avant la Révolution française, dans ce que Hartog nomme l'« Ancien régime d'historicité », l’histoire est une constante répétition des événements qui permet de penser la contemporanéité d’événements historiques en vérité discontinus13. En déployant une réflexion philosophico-historique, Châteaubriand est capable de « savoir » ce qui va arriver puisque dans sa globalité, l’histoire n’est que répétition : « l’homme “ne fait que se répéter sans cesse”; il “circule dans un cercle dont il tâche en vain de sortir” » (HARTOG, 2003, 86). Or, la Révolution introduit une rupture dans le cycle et rend ainsi l’avenir imprévisible, le temps s’accélère et le présent devient « insaisissable » (HARTOG, 2003, 92).

13Cette tension entre l'« ancien régime d'historicité » et le « nouveau régime d'historicité » « est exactement le problème auquel se trouve confronté Châteaubriand qui, en écrivant l'Essai, s'emploie à réduire (comme on réduit une fracture) la rupture. Il veut comprendre, mais aussi prévoir - avec les instruments intellectuels dont il dispose alors : l'exemple et le parallèle -, en considérant les révolutions anciennes et modernes "dans leurs rapports avec la Révolution française" » (HARTOG, 2003, 85). Or, comme les outils conceptuels et explicatifs de Châteaubriand relèvent d'un régime d'historicité désuet, ils sont inopérants et ne peuvent plus servir à rendre compte d'une nouvelle expérience du temps, moderne, linéaire et, dans ce cas-ci, « rupturielle ». Ce nouvel ordre du temps, dans lequel les points de repères d'hier ne font plus sens, se caractérise par une altérité temporelle qui rend la répétition de l'histoire impossible.

14Le concept de régime d'historicité, ainsi réifié par Hartog dans le contexte historique particulier de l'avant et de l'après de la Révolution française, permet d'identifier une trajectoire temporelle dominante dans chacun des régimes, soit l'ancien et le nouveau. Sans nier la complexité des régimes en question et, donc, l'existence de perceptions du temps concurrentes à celles qui sont identifiées comme dominantes, Hartog oppose deux régimes, l'un, ancien, caractérisé par l'exemplarité et la répétition et l'autre, nouveau, construit autour de l'altérité et de l'accélération temporelle. Selon la terminologie schématique de Krzysztof Pomian, ces deux régimes s'opposent parce qu'ils relèvent de deux topologies du temps différentes : l'une cyclique et l'autre linéaire progressive (1984, 37 et 71-74).

15Ces deux constats, donc, constituent l’armature autour de laquelle s’est articulée la réflexion de François Hartog, une réflexion qui a produit l’outil conceptuel synthétisant du « régime d’historicité ». Il est à noter qu’il y a chez les chercheurs qui se sont attardés à la question de l’expérience de la temporalité une volonté d’aller au-delà des expériences spécifiques : le régime d'historicité, une fois appliqué, donc réifié, décrit une sorte de contingence culturelle qui structure la manière de penser, une sorte d’essence métadiscursive qui échappe à l’observation de la plupart des acteurs, mais qui constitue malgré tout une expérience partagée par la majorité. L’étude du régime d’historicité, fidèle aux principes de l’anthropologie structuraliste qui l’a vu naître, est donc structurante en ceci qu’elle cherche au-delà du spécifique ce qui lie entre eux les membres d’une même culture.

16C’est d’ailleurs ce qui permet à François Hartog d’affirmer en introduction à son chapitre sur Châteaubriand que ce dernier « a, au total, mieux compris que beaucoup de ses contemporains le nouvel ordre du temps des Modernes. Puisqu’il a su faire de cette expérience de la rupture des temps, de cette faille ou brèche la raison même de son écriture » (HARTOG, 2003, 77). Hartog ne fait pas qu’interpréter la perception changeante qu’a Châteaubriand de l’histoire et du temps, il extrapole à partir de ce cas une expérience de l’ensemble du temps appliqué à la société française, voire occidentale, au moment déterminant de la Révolution. Qui plus est, il considère que, non seulement cette expérience est partagée, mais qu’elle est aussi, pour de nombreux acteurs, complètement inconsciente. Même constat du reste chez Koselleck qui, à travers son interprétation de l’évolution de la signification du terme « révolution », montre comment les collectivités européennes partagent un changement dans leur expérience du temps. Si les études anthropologiques qui se sont intéressées à la représentation du temps, comme celles de Marshall Sahlins, cherchent réellement à décrire une structure métanarrative sur laquelle se construit l’« histoire », Hartog et Koselleck ne peuvent pas prétendre avoir réellement fait la démonstration du caractère partagé de l’expérience qu’ils décrivent pour la simple et bonne raison que leurs recherches ne s’intéressent qu’à un nombre très limité de textes de l’époque qu’ils étudient. En ce sens, on ne peut pas dire qu’ils aient produit une histoire culturelle des régimes d’historicité.

  • 14 Comme R. H. Barnes l’explique, le temps linéaire suppose d’avoir les moyens de « se souvenir » de c (...)

17On peut donner deux utilités concrètes à la notion de régime d'historicité. D’une part, elle permet de mesurer la complexité d’une société. Koselleck explique dans Le Futur passé que, outre la Révolution, l’avènement des États modernes est une des causes de l’édification de la discipline historique puisqu’au fur et à mesure où la gestion de l’État nécessite de l’expertise, on doit pouvoir avoir accès à des connaissances précises (KOSELLECK, 1990, 19-36). Comme l’explique Steven Smith, une des utilités de l’histoire est d’expliquer par un réseau de possibilités et de contingences historiques le présent si bien que l’articulation des faits historiques permet d’établir les causes et les conséquences de tel ou tel événement (SMITH, 2009). Or, toute société n’a pas besoin d’avoir une connaissance aussi pointue du passé et le degré de précision nécessaire dans la « production historique » d’une société est un corollaire de son degré de complexité14.

18D’autre part, l’élaboration d’un régime d’historicité est intimement liée au niveau de confiance en soi sociétal. Comme l’explique Krzysztof Pomian, en établissant un rapport « entre le passé lointain, le passé proche, le présent et l’avenir […] on détermine ainsi la place du présent dans le tout de l’histoire, en justifiant tantôt les espoirs, tantôt les nostalgies, tantôt les angoisses » (POMIAN, 1984, 38). Plus la société a confiance en elle, plus elle aura tendance à s’imaginer le temps de manière linéaire et progressive. À l’inverse, l’avenir fermé est synonyme de régression historique, comme le constatent Bogumil Jewsiewicki et Bob White dans une réflexion sur le deuil en Afrique (JEWSIEWICKI et WHITE, 2005, 1-9). L’expérience de la temporalité est donc largement chargée par le rapport à échelle humaine entre le passé proche et le présent.

Une critique du concept de « régime d’historicité »

  • 15 Dans Régimes d’historicité, on peut trouver de nombreux passages où Hartog identifie le temps comme (...)

19Le « régime d’historicité » est donc un concept utile pour sa capacité de synthèse, mais aussi parce qu’il permet de qualifier les cultures humaines et de sonder les espoirs et les appréhensions des sociétés. Cependant, à l'usage, on observe une certaine confusion quant à l'objet dont le concept rendrait compte. Selon l'utilisation qu'en fait Hartog, l’objet en est le temps, si bien que la cyclicité, le linéaire où la stagnation sont des représentations du temps qui lui donne forme ou direction15. Je crois plutôt que le régime d’historicité est le produit d'une série de diverses projections d’objets dans le temps, si bien que l'utilisation du concept de régime d'historicité devrait se faire en tenant compte de l'objet (d'histoire) qu'on projette dans le temps plutôt qu'au temps lui-même.

20L’utilisation du concept de régime d'historicité par François Hartog peut en effet donner l’impression d’une contradiction métadiscursive. Ce problème ne se pose pas lorsqu’on oppose deux perceptions du « temps » aux antipodes l’une de l’autre et qu’on peut réduire à un schéma simple. L’opposition entre le moderne et le contemporain, entre le cycle et le linéaire (et, dans ce cas-ci, progressif), que rapporte Hartog, en s'inspirant de Koselleck, relève précisément de cette distinction entre deux modes de pensée dont on voit bien les différences. Par exemple, opposer le cycle « civilisationnel » d’Edward Gibbon à la rationalité positiviste d’Auguste Comte est aisé puisque la « cohérence » temporelle des deux est aussi facile à apprécier qu’à mettre en opposition. Leur rhétorique est fondée sur la projection d’un seul objet dans le temps dont ils qualifient l’évolution : Gibbon considère que les civilisations naissent et meurent selon un schéma temporel cyclique, alors que Comte s’intéresse à l’évolution de l’esprit humain et voit dans son histoire une progression constante. Ici, l’objet dans le temps et le temps peuvent être associés puisqu’il est toujours question du même objet, donc du même rapport entre le temps et l’objet.

  • 16 Ce qui est le cas lorsque, par exemple, Hartog associe le « nouveau régime d'historicité » à la non (...)

21Le problème se pose plutôt lorsqu’un discours projette simultanément dans le temps plusieurs objets, mais chacun avec sa propre trajectoire autonome. Comment le temps peut-il être à la fois régressif et progressif, cyclique et stagnant? Poser cette question, c’est se retrouver devant une sorte d’incohérence métadiscursive qui est insoluble si on se borne à réduire le régime d’historicité à une seule trajectoire dominante16.

22Par exemple, lorsque Pomian analyse l’expression de Bernard de Chartres, « Nous sommes des nains assis sur les épaules des géants », il la considère comme la représentation d’une temporalité ambivalente puisque « deux tendances agissent simultanément [sur le temps] mais en sens contraire. Nous, les hommes du présent, ne sommes que des nains, comparés à ceux qui ont vécu dans le passé, parce qu'une tendance régressive est à l'œuvre; vivant dans une époque du vieillissement du monde, nous sommes condamnés à ne jamais dépasser ni même égaler nos prédécesseurs » (1984, 41). Pomian conclut ainsi que « le temps est donc pensé ici comme ambivalent: facteur destructif, il rend néanmoins possible une accumulation continue des connaissances et ainsi fournit lui-même un remède au mal dont il est la cause » (1984, 41). L’ambivalence du temps serait ici causée par une opposition métadiscursive entre « progression » et « régression ».

23Si on accepte cette idée d’ambivalence, on adhère à l’idée que le régime d’historicité ne peut être composé que d’une seule trajectoire dans le temps dominante et que toute autre trajectoire « contradictoire » n’est qu’une expérience de moindre importance qui vient s’agglutiner à la trajectoire dominante. Tout régime d’historicité est alors « ambivalent » à moins d’être parfaitement « cohérent ». Cependant, si on admet que le régime d’historicité est en fait une accumulation de projections d’objets dans le temps, l’interprétation de l’expérience de Bernard de Chartres prend un autre sens. En fait, on a affaire ici à une double projection : d’une part, la globalité du savoir, parce qu’elle est cumulative, suit une progression dans le temps ce qui, d’autre part, n’empêche pas la qualité des contemporains d’être moindre que celle des Anciens avec pour résultat de suivre une courbe temporelle dégénérative. Nous sommes donc en présence de deux raisonnements avec leur logique « temporelle » propre et distincte, mais qui proposent tous deux des trajectoires clairement définies.

24D’ailleurs, si Bernard de Chartres avait écrit que « nous sommes des nains par rapport à nos ancêtres, les géants », le « temps » n’aurait pas été ambivalent, mais strictement régressif. De même, s’il avait utilisé la formule « nous sommes assis sur les épaules de nos ancêtres », son expérience aurait été comprise de manière progressive et cumulative. Or, comme sa formulation implique ces deux expériences, elles doivent être considérés non pas comme opposées et génératrices d’ambivalence, mais comme autonome et c’est uniquement par leur cumulation que l'on peut comprendre l’ensemble que constitue l’expérience de la temporalité, ou le régime d’historicité, qui sous-tend l’aphorisme de Bernard de Chartres. « Ambivalence » suppose une sorte d’hésitation dans l’expérience, mais ici les expériences sont simplement multiples et différentes selon l’objet projeté dans le temps : la globalité du savoir et la qualité des humains ne suivent tout simplement pas la même trajectoire dans le temps.

  • 17 Diane Owen Hughes explique que : « although worlds apart in many respects, Renaissance time and Ind (...)
  • 18 On me pardonnera ici de schématiser en utilisant la terminologie de Pomian, tel qu'explicitée plus (...)

25De fait, la binarité des usages du concept de régime d’historicité détonne par rapport à la complexité du rapport à la temporalité17 si bien que lorsqu'Hartog interprète l'« ancien régime d'historicité » comme étant « cyclique »18 et le « nouveau » comme « linéaire » et « progressif », il simplifie à l’excès les rapports à la temporalité en accentuant ce qui oppose culturellement l’avant et l’après de la Révolution française. Il est important de nuancer ces schémas en analysant plus finement des expériences du temps qui sont elles-mêmes nuancées, sans jamais être atypiques par rapport à leur époque; l’exemple de l’étude des débats à caractère historique dans le monde intellectuel anglais du XVIIe siècle servira à illustrer mon propos.

  • 19 Aux fins du présent essai, j’utilise la réflexion de Levine, mais il est à noter que le rapport à l (...)

26Joseph M. Levine identifie deux courants de pensée discordants portant sur la comparaison entre les Anciens et les Modernes (LEVINE, 1987, 155-177)19. Il explique que les défenseurs des Anciens considéraient que les civilisations antiques avaient atteint un sommet « civilisationnel » inégalé et qu’elles surpassaient en tout point les civilisations modernes, alors que les partisans des Modernes, s’ils concédaient que les Anciens étaient effectivement supérieurs dans les arts et les lettres, affirmaient du même souffle que les Modernes avaient dépassé les Anciens dans les domaines technologiques. Or, malgré cette « opposition », ces deux partis, tous deux héritiers de la tradition intellectuelle humaniste, considèrent l’Antiquité comme une sorte d’âge d’or de l’humanité, le Moyen Âge comme une époque de barbarisme et la Renaissance comme un retour vers l’âge d’or perdu. Leur débat cadre donc dans le même schéma historique général, globalement cyclique - ou, selon les termes d'Hartog, répétitive -, tout à fait dans l’esprit de leur époque, si bien qu’aucun des deux partis ne peut être identifié comme étant plus « typique » de son temps – ou de l’expérience du temps de son temps ‒ que l’autre.

  • 20 J’utilise ici l’expression de Levine pour décrire ce débat entre intellectuels anglais : « The quar (...)
  • 21 Koselleck a théorisé ce passage d’une expérience de la temporalité à l’autre grâce aux concepts de (...)

27Dans une perspective koselleckienne, cette « querelle » entre les partisans des Anciens et des Modernes20 se présente plutôt comme un moment de tension entre une représentation du temps qui s’apprête à devenir inopérante et une autre qui s’impose graduellement. L’idée même d’une « Renaissance » est caractéristique d’une conscience historique où la contemporanéité d’événements historiques discontinus est possible, mais cette « nouvelle » idée d’une progression à travers les innovations technologiques ouvre à une perspective linéaire et progressive du temps. Le temps se « déroule » graduellement pour passer du cycle au linéaire à l’aube de l’époque contemporaine et de la Révolution. En ce sens, les partisans des Anciens ont une expérience du temps qui entrent dans ce qu'Hartog appelle l'« ancien régime d'historicité », un régime d’historicité, caractéristique de l'époque moderne, qui se meurt, alors que les partisans des Modernes ont une perspective à cheval entre deux régimes d’historicité - l'« ancien » et le « nouveau », toujours selon les termes d'Hartog - parce que leur représentation du temps est ambigüe, parce qu’elle ne s’affirme pas clairement dans la cyclicité ou dans le linéaire. La « querelle » qu’évoque Levine serait ici la manifestation d’un âge de l’expérience du temps mitoyen qui effectue la transition vers l’époque contemporaine21.

28D’une certaine manière, cette interprétation suppose un paradoxe dans l’expérience des partisans des Modernes, qu’on résout en opposant deux perspectives opposées du temps et en plaçant leur expérience particulière dans un entre-deux transitoire et, surtout, temporaire. Cette soi-disant incohérence métadiscursive de leur rapport à la temporalité sera ainsi « réglée » au moment où le « nouveau régime d’historicité » s’imposera au détriment de l'« ancien », devenant ainsi contingent culturellement pour la majorité. Dans l’interprétation globale de l’expérience du temps de l’avant et de l’après du XVIIe siècle, le débat évoqué par Levine donne effectivement l’impression d’être un âge transitoire.

29Que les arguments historiques évoqués par les partisans des Modernes aient marqué le passage d’un régime d’historicité à l’autre ne change cependant rien au fait que leur expérience est « cohérente » et qu’elle aurait pu s’imposer en fonction du contexte culturel qui aurait pu succéder à l’époque moderne. Il est tout à fait possible de distinguer l’évolution d’un objet de celle d’un autre. La reconnaissance de la supériorité culturelle des Anciens ne s’oppose pas à l’idée que la cumulation du savoir a permis aux Modernes de dépasser les Anciens dans certains domaines. Comme dans l’exemple de l'aphorisme de Bernard de Chartres, l’« incohérence » métadiscursive qui suppose une sorte d’ambivalence temporelle dans le discours des partisans des Modernes est en fait le produit du cadre d’analyse lui-même parce qu’il simplifie à outrance un discours constitué de plusieurs trajectoires dans le temps.

30Ce n’est pas l’histoire, mais plutôt l’objet d’histoire, qui permet de donner à un texte – ou à une expérience – un ordre séquentiel qui détermine les paramètres à l’intérieur desquels s’articule l’évolution historique. En ce sens, l’analyse des régimes d’historicité, selon moi, devrait davantage s’attarder à l’objet dont on cherche à faire l’histoire qu’au temps en tant que tel. N’est-il pas, après tout, logique que la temporalité s’articule autour de l’objet dont on cherche à faire l’histoire, qu’on projette dans le temps?

Les trajectoires dans le temps

31Afin de pallier ces problèmes d’interprétation, je propose le concept des trajectoires dans le temps, dont l’objectif est de préciser le régime d’historicité et d’identifier la variété des expériences qui le constituent. Comme l’explique Leopold Howe dans un débat sur l’expérience de la temporalité des Balinais, il est impossible d’avoir un régime d’historicité qui soit purement cyclique ou linéaire, c’est plutôt par l’accumulation des différentes expériences qu’on peut identifier un régime unifié, mais aux trajectoires multiples (1980). Ainsi, il faut distinguer deux types d’utilisation pour le concept de François Hartog. On peut l’utiliser comme concept périphérique pour décrire globalement une expérience qu’on considère comme déterminante dans le rapport au temps et ainsi se servir du régime d’historicité dans un argumentaire plus large. On peut aussi en faire le sujet principal d’une étude qui cherche à mieux le comprendre, à le préciser et à le nuancer. Pour le premier type d’étude, le régime d’historicité est un outil conceptuel suffisant qui évoque rapidement et simplement une réalité complexe dont on cherche à donner un aperçu général sans sentir un besoin d’exhaustivité, même relatif. Pour le second type d'étude, cependant, il est nécessaire de prendre en considération la complexité de ce qu’on qualifie de « régime d’historicité », d’où l’utilité du recours aux trajectoires dans le temps.

32Celles-ci se définissent comme les courbes que décrivent des objets (d’histoire) lorsqu’ils sont placés en mouvement dans le temps. Partant de ce principe, ce n’est pas le rapport que la collectivité – ou l’individu – entretient avec le temps, mais plutôt celui qu’elle entretient avec l’objet projeté dans le temps qui détermine la trajectoire dans le temps. De plus, même s’il est possible d’identifier un sens général au « temps » dans une société donnée ‒ l’expérience du temps révolutionnaire au caractère linéaire et progressif peut ici servir d’exemple ‒, les trajectoires dans le temps qui ne vont pas dans ce sens général peuvent très bien être des expériences structurantes dans le régime d’historicité de cette société et ne doivent pas nécessairement être perçues comme archaïques ou contradictoires. Autrement dit, une trajectoire dans le temps atypique pour un régime d’historicité spécifique peut très bien constituer une expérience de la temporalité partagée, donc structurante, parce que la trajectoire est liée à l’objet dans le temps et non au temps lui-même.

33A fortiori, on peut penser que le régime d’historicité n’est que la projection d’objets multiples dans le temps et que le rapport au temps d’une collectivité n’existe pas au sens strict. Ce rapport au temps général et collectif impliquerait une forme de métanarration, un ordre séquentiel dont l’orientation générale est prédéterminée, qui relate la temporalité de tout objet projeté dans le temps. Or, chaque projection dans le temps peut avoir sa rationalité propre et une analyse fine du régime d’historicité ne peut être bien conduite qu’en acceptant la pluralité des expériences du temps culturellement structurées et structurantes. L’objectif du concept de trajectoires dans le temps est, en conséquence, d’exposer cette pluralité des expériences du temps en associant de manière systémique l’objet (d’histoire) avec le temps.

Exemple d'utilisation du concept des trajectoires dans le temps

  • 22 En 1830, La Minerve est un journal canadien dont les pages sont constituées d'un ensemble d'article (...)

34Afin d'illustrer mon propos, je propose ici une application du concept des trajectoires dans le temps. En analysant la logique métahistorique de deux articles tirés des pages du journal canadien La Minerve de 183022, je montre que ce qu'Hartog associe à l'« ancien » et au « nouveau régime d'historicité », soit respectivement la répétition et la progression historiques, sont en fait l'expression de deux logiques historiques qui peuvent être complémentaires, donc compatibles à l'intérieur du même régime d'historicité. Ainsi, le concept des trajectoires dans le temps, en liant l'expérience du temps avec l'objet d'histoire qui est projeté dans le temps, permet de considérer le régime d'historicité réifié comme un ensemble au sein duquel peut s'exprimer de manière cohérente une variété d'organisations séquentielles du temps différentes sans nécessairement être en lutte ou en constante négociation les unes avec les autres.

  • 23 Ce sont les exemples utilisés par l'auteur de l'article. Voici la citation exacte : « Rome devient (...)

35Dans un article d'origine inconnue reproduit dans les pages de La Minerve le 7 janvier 1830 et intitulé « Cause réelle de la chute de l'Empire ottoman », son auteur s'interroge sur les raisons de la victoire de la Russie sur l'Empire ottoman durant la guerre russo-turque de 1828-1829. L'auteur, selon un raisonnement philosophico-historique où le passé « éclaire » le présent - selon la formulation de François Hartog -, prétend que les Turques ont perdu la guerre parce que leur empire est à un degré de civilisation moins élevé que celui des Russes. Selon lui, l'Empire ottoman, dont la « flotte, [l']armée, [le] peuple, a été également dépourvu de science et d'énergie », ne pouvait espérer gagner face à une Russie qui s'est élevée plus haut du point de vue civilisationnel depuis le règne du Tsar Pierre : « C'est l'incivilisation de cet empire [l'Empire ottoman] qui en a fait la proie facile d'un ennemi supérieur en civilisation. La catastrophe de l'Empire ottoman n'est qu'une page de plus dans l'histoire des effets comparatifs de la civilisation entre les peuples ». Ainsi, comme les Romains ont conquis la méditerranée, comme les Européens ont conquis l'Amérique et les Indes23, les Russes ont conquis les Ottomans parce qu'ils faisaient face à une civilisation inférieure et, ce faisant, l'histoire s'est répétée.

  • 24 L'ouvrage, bien que son titre indique qu'il traite de l'ensemble des Pays-Bas, est en fait un guide (...)

36Dans un autre article, publié le 30 décembre 1830, La Minerve reproduit un extrait du Voyageur dans le royaume des Pays-Bas de J. Gauthier qui traite de l'histoire de la ville d'Anvers. Gauthier, un avocat belge soucieux de valoriser le patrimoine historique et géographique de sa nation24, explique comment, d'hier à aujourd'hui, la ville d'Anvers est devenue une plaque tournante du commerce mondial. Son exposé prend la forme d'une valorisation de la ville - et, a fortiori, de la Belgique - par la « cumulativité » du passé. De ses origines du IVe siècle au XIXe siècle, divers événements historiques ont permis à Anvers de s'épanouir pour être la ville qu'elle est aujourd'hui. Par exemple, « le duc Jean II agrandit la ville en 1304; son port était libre pour toutes les nations; elle prospéra sous le règne des ducs de Bourgogne ». Puis, au XVIe siècle, « le commerce de cette ville mettait chaque année 500 millions de florins en circulation. On y percevait annuellement deux millions d'impôts ». Qui plus est, on y fit construire en 1568 une citadelle « très-forte. Ses six bastions bien terrassés, minés et contre-minés, sont environnés de fossés larges et profonds. Elle a servi de modèle à beaucoup de citadelles qui ont été construites depuis dans divers états ». D'ailleurs, l'auteur nous explique que Napoléon en fit son principal port maritime. On peut alors comprendre Gauthier de s'enthousiasmer dans la conclusion de l'extrait : « Anvers est aujourd'hui un port de commerce où l'on construit et l'on équipe les plus beaux bâtimens marchands. [...] La ville d'Anvers trafique, avec les quatre parties de la terre, en toutes espèces de marchandises et denrées, qu'elle vend, échange et transporte à toutes les destinations ». Contrairement à l'article sur l'Empire ottoman, qui mobilise les lois historiques pour comparer hier et aujourd'hui et trouver une explication métaphysique aux événements récents, Gauthier valorise le présent en donnant à la ville actuelle d'Anvers une narration historique qui ancre dans l'évolution positive du passé l'excellence du présent - et, surtout, de la Belgique actuelle.

  • 25 La contemporanéité d'événements historiques discontinus est un principe caractéristique du mode de (...)

37Ces deux articles représentent bien la tension entre l'« ancien » et le « nouveau régime d'historicité ». Le premier, cherchant dans le passé l'explication du présent, utilise des lois historiques pour rendre contemporains des événements historiques discontinus : la conquête de la Gaule par Jules César et la victoire russe sur l'Empire ottoman sont le résultat de la même logique historique, celle de la rencontre entre deux empires au degré « civilisationnel » trop différent. Ces deux événements sont, en conséquence, contemporains dans une histoire répétitive25. À l'inverse, le second article utilise une rhétorique historiciste dans laquelle l'histoire interne d'Anvers suit sa propre logique et explique d'hier à aujourd'hui sa richesse : l'histoire d'Anvers est spécifique et c'est par l'enchaînement des événements historiques que l'on peut expliquer son développement. Derrière le caractère spécificateur et cumulatif de cette histoire se cache une nouvelle conception de l'histoire dans laquelle s'exprime une métanarration historique de l'altérité temporelle et du Progrès propre au « nouveau régime d'historicité ».

  • 26 L'interprétation des lois historiques qu'offre l'auteur de l'article n'est pas sans rappeler la cyc (...)
  • 27 David Bell offre une réflexion intéressante sur le « tournant historique » que prend la nation au X (...)

38Ce que les trajectoires dans le temps nous permettent de faire, c'est d'aller au-delà de cette tension entre deux logiques du discours historique pour voir comment les objets d'histoire projetés dans le temps ont un impact sur l'agencement des événements historiques dans leur trame métanarrative suivant le principe que l'organisation du temps est intimement liée à ce que l'histoire met en scène. Dans ces deux exemples, l'objet d'histoire, celui qui dicte l'ordre séquentiel des événements, n'est pas le même. Le premier article s'intéresse à l'histoire des civilisations, un concept ahistorique et philosophique, alors que le second se penche plutôt sur la nation, un concept qui décrit une réalité actuelle - la nation belge - et dont on cherche à établir la généalogie historique en en valorisant le patrimoine. La répétition, qui caractérise la logique métahistorique de l'article sur la guerre russo-turque de 1828-1829, est le produit d'un outil conceptuel - la « civilisation » - qui place les événements historiques hors du temps pour les comparer et « découvrir » des lois historiques qui dictent l'interprétation des événements26. À l'inverse, la nation permet de décrire une réalité actuelle, celle d'un regroupement humain qu'on considère comme culturellement cohérent et distinct des autres, qu'on projette dans le temps pour en établir l'historicité et la spécificité27.

  • 28 Marcel Gauchet explique comment la « civilisation » et la « nation » sont deux objets d'histoire qu (...)

39On peut alors argumenter que la « nation » et la « civilisation » sont deux concepts qui sont eux-mêmes issus de régimes d'historicité différents, si bien qu'ils sont les symptômes d'une tension, d'une lutte, entre deux conceptions du temps concurrentes et, d'une certaine manière, incompatibles. Il est certes justifiable de lier l'outil conceptuel avec le « régime » qui l'a vu naître et, en ce sens, l'association entre la « civilisation » et le monde intellectuel humaniste de l'époque moderne est tout aussi logique que celle entre la « nation » et le développement d'une histoire historiciste au XIXe siècle28. Cependant, comme ces deux objets d'histoire répondent à des procédés explicatifs différents, ce qui les amènent à décrire, lorsque projetés dans le temps, des trajectoires différentes, on peut aussi les voir comme des représentations du temps complémentaires : la répétition constante de certains types de faits, posés dans un absolu métaphysique ahistorique, peut s'allier à l'observation positive d'une évolution dans le temps, un enchaînement de causes et d'effets menant d'hier à aujourd'hui. Concrètement, dans ce cas-ci, on peut reconnaitre la progression du développement de la ville d'Anvers - ou de la nation belge - qui est devenue un port commercial d'importance mondiale, tout en admettant que la rencontre entre deux empires au degré de civilisation différent signifie la victoire de celui dont le degré est le plus élevé : on pourrait même croiser les deux interprétations et dire que l'apogée actuel de la ville d'Anvers est circonstanciel et qu'il ne la dispense pas d'un déclin éventuel, voire de la rencontre future avec un empire qui lui serait « civilisationnellement » supérieur. Ce sont là deux manières d'interpréter les faits historiques différentes, mais compatibles et potentiellement complémentaires. Ce faisant, nous avons à faire à deux trajectoires dans le temps qui peuvent s'exprimer de manière cohérente et structurante au sein d'un seul « régime d'historicité ».

Conclusion

Proposition de réflexions à partir des trajectoires dans le temps

40Je termine cet essai en proposant deux réflexions issues de l’utilisation du concept des trajectoires dans le temps. Il est à noter que ces réflexions se veulent des hypothèses à explorer et ne constituent pas des conclusions de recherche. Elles ne sont que des exemples de ce que les trajectoires dans le temps peuvent offrir d’un point de vue heuristique. La première de ces réflexions porte sur le rapport entre les courants historiographiques et l’expérience du temps : plus précisément, je pose la question du lien qu’on peut établir entre certaines expériences du temps et certains courants historiographiques d’après l’objet qu’ils tendent à projeter dans le temps. J’aborderai ensuite la question de la cyclicité potentielle de certaines projections dans le temps – en particulier celle du récit biographique et de l’analyse de la vie des gouvernements démocratiques – qui me semble structurantes dans nos sociétés, sans pour autant correspondre à la trajectoire dominante de notre régime d’historicité contemporain.

  • 29 On peut penser par exemple aux innovations de l’école des Annales
  • 30 Les fondements des Cultural Studies, tel qu’expliqués par Simon Gunn, sont d’avoir repensés certain (...)

41Les courants historiographiques se caractérisent entre autres par les objets qu’ils projettent dans le temps. On peut affirmer que l’histoire politique, l’histoire sociale et l’histoire culturelle sont des projections, respectivement, de la politique, de la société et de la culture dans le temps. De même, lorsqu’un nouveau paradigme historiographique s’impose, il le fait souvent soit en allongeant le questionnaire de l’historien, donc en projetant de nouveaux objets dans le temps29, soit en modifiant ledit questionnaire, ce qui revient souvent à repenser certains objets qui sont alors projetés dans le temps sous leur nouvelle forme30. Est-il alors possible qu’un courant historiographique, en projetant le même objet d’histoire dans le temps, ait tendance à reproduire la même trajectoire dans le temps? Poser cette question, c’est en poser une autre : au-delà du sujet d’une étude, est-il possible que l’utilisation du matériel méthodologique et conceptuel d’un courant historiographique dicte une métanarration historique qu’on peut associer à une expérience du temps particulière?

42Ainsi, lorsque Frederick Cooper s’inquiète de l’épuisement des Colonial et des Postcolonial Studies parce qu’elles reproduisent constamment les mêmes raisonnements devenus des clichés et qu’elles critiquent à outrance les avancées de la modernité (COOPER, 2005, 3-32), ne s’inquiète-t-il pas du même coup d’une relation tronquée entre l’objet de ces études et leur projection dans le temps? D’une certaine manière, en remettant en question la systématisation du questionnement foulcadien sur les rapports de pouvoir dans les Colonial et les Postcolonial Studies, Cooper cherche à repenser le fonctionnement des cultures des sociétés colonisées afin d’en arriver à de nouvelles conclusions de recherche : peut-on alors affirmer qu’il cherche à repenser le lien entre lesdites cultures et le temps pour arriver à un autre constat que celui de l’échec de la modernité? Ces questions vastes n’ont pour l’instant pas de réponse, mais peut-être qu’en les posant nous pourrions voir sous un autre angle les mécanismes par lesquels l’historiographie se renouvelle.

43Les trajectoires dans le temps ouvrent également la porte à une réflexion sur la complexité de notre régime d’historicité, sur la pluralité des expériences qui peuvent le composer. Les thèses d’Hartog proposent de considérer le monde occidental contemporain comme l’héritier du régime d’historicité révolutionnaire, linéaire et progressif, mais dont la progression est de plus en plus hésitante au fur et à mesure où le présentisme s’impose.

44Pourtant, je pense qu’il est possible de remettre ce constat en question puisque certains objets d’histoire peuvent suivre des trajectoires qui leur sont spécifiquement adaptées. Par exemple, on peut imaginer que l’histoire des gouvernements ait tendance à créer une contemporanéité entre des événements historiques discontinus. De leur élection au pouvoir à la fin de leur mandat, on fait souvent l’analogie entre les différents gouvernements des régimes démocratiques en mettant de l’avant la cyclicité de leurs agissements. Un gouvernement, après tout, n’agit pas de la même manière en début de mandat qu'il ne le fait à l'approche de l’élection. De même, indépendamment de leur historicité, on peut établir des parallèles entre des gouvernements qui sont au début de leur mandat. De la même manière, les biographies reproduisent souvent, à juste titre, le même schéma chronologique, reconnaissant ainsi une forme de cyclicité aux étapes de la vie humaine. Ce sont là des pistes de réflexion à explorer; elles m’apparaissent pertinentes pour continuer à questionner la prétendue « cohérence » d’un régime d’historicité que l’on qualifierait de « présentiste » ou de « progressiste » en observant comment la projection de certains objets dans le temps répond à d’autres rationalités que celles l’on considère dominantes.

Haut de page

Bibliographie

BARNES, Robert Harrisson, Kédang : A Study of the Collective Thought of an Eastern Indonesian People, Oxford, Clarendon Press, 1974, 350 p.

BELL, David A. The Cult of the Nation in France : Inventing Nationalism, 1680-1800. Cambridge, Harvard University Press, 2001. 304 p.

COLLEY, Linda, Britons : Forging the Nation, 1707-1837, London, Yale University Press, 1992, 429 p.

COOPER, Frederick, Colonialism in Question : Theory, Knowledge, History, Los Angeles, University of California Press, 2005, 317 p.

GAUCHET, Marcel, Philosophie des sciences historiques : Le moment romantique, Paris, Seuil, 2002, 361 p.

GAUTHIER, J., Le voyageur dans le Royaume des Pays-Bas, Bruxelles, Berthot, 1827, 426 p.

GRAFTON, Anthony, What was History? The Art of History in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, 318 p.

GUNN, Simon, History and cultural Theory, Harlow, Pearson Longman, 2006, 235 p.

HARTOG, François, Régimes d’historicité : Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, 257 p.

HARTOG, François, Mémoire d’Ulysse : Récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996, 259 p.

HOSKINS, Janet, The Play of Time, Berkeley, University of California Press, 1993, 440 p.

HOWE, Leopold, Punjung. An Investigation into the Foundations of Balinese Culture, Thèse de doctorat, Université d’Edimbourg, 1980.

HUGHES, Diane Owen et Thomas R. Trautmann, éd., Time : Histories and Ethnologies, Chicago, University of Michigan Press, 1995, 306 p.

JEWSIEWICKI, Bogumil et Bob W. White, « Introduction », African Studies Review, 2005, 48, 2, pp. 1-9.

KELLEY, Donald R., Renaissance Humanism, Boston, Twayne, 1991, 176 p.

KOSELLECK, Reinhart, Le futur passé : Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l'EHESS, 1990, 334 p.

KRIEGER, Leonard, Ranke : The Meaning of History, Chicago, University of Chicago Press, 1977, 402 p.

LEVINE, Joseph M., Humanism and History : Origins of Modern English Historiography, Ithaca, Cornell University Press, 1987, 297 p.

MOMIGLIANO, Arnaldo, « L'histoire ancienne et l'antiquaire », dans Problèmes d'historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983, p. 244-293.

OBEYESEKERE, Gananath, The Apotheosis of Captain Cook : European Mythmaking in the Pacific, Princeton, Princeton University Press, 1997, 313 p.

POMIAN, Krzysztof, L'ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984, 365 p.

RAO, Velcheru Narayana, David Schulman et Sanjay Subrahmanyam, Textures du temps : Écrire l’histoire en Inde, traduit de l’anglais par Marie Fourcade, Paris, Seuil, 2004, 411 p.

REILL, Peter Hans, « History and Life Sciences », dans Georg G. Iggers et James M. Powell (sous la direction de), Leopold Von Ranke and the Shaping of the Historical Discipline, Syracuse, Syracuse University Press, 1990, p. 21-35.

SAHLINS, Marshall, Islands of History, Chicago, University of Chicago Press, 1985, 180 p.

SMITH, Steven G., « Historical Meaningfulness in Shared Action », History and Theory, 2009, 48 (1), p. 1-19.

Haut de page

Notes

1 Reinhardt Koselleck a travaillé entre autres sur l’historiographie allemande du XIXe siècle en cherchant à cerner l’« expérience du temps » des historiens et des intellectuels. Ses travaux, à la frontière entre la philosophie, l’épistémologie, l’historiographie et l’histoire culturelle, sont difficiles à caractériser d’un point de vue disciplinaire. Son livre le plus connu et le plus traduit, Le futur passé, est en fait un recueil d’articles écrits dans les années 1960 sur une variété de sujets allant de l’historiographie à la linguistique et dans lequel il déploie sa pensée en utilisant en particulier ses concepts d’« expérience du temps », de « champ d’expérience » et d’« horizon d’attente » (KOSELLECK, 2005).

2 Dans son livre Islands of History, Sahlins cherche à produire une anthropologie de l’histoire à partir des principes de l’anthropologie structurale (SAHLINS, 1985).

3 Il faut cependant apporter deux nuances à ce constat. D’abord, je ne fais référence ici qu’à la première partie de Régimes d’historicité, intitulée Ordre du temps 1 (HARTOG, 2003, 31-107) : l’Ordre du temps 2 (HARTOG, 2003, 109-206) est une réflexion sur l’état actuel de l’expérience de la temporalité en Occident et, à ce titre, est une réflexion originale. Ensuite, le second chapitre de la première partie, Ulysse et Augustin : des larmes à la méditation, contient de nombreuses réflexions originales tirées des recherches personnelles d’Hartog, en particulier sur l’Odyssée d’Ulysse. Ce chapitre est d’ailleurs la poursuite d’une réflexion qu’il avait amorcée dans Mémoire d’Ulysse : Récits sur la frontière en Grèce ancienne (HARTOG, 1996).

4 Dans Textures du temps, Velcheru Narayana Rao, David Schulman et Sanjay Subrahmanyam s’intéressent à des récits qui ont la prétention de rapporter la vérité historique en Inde du XVIIIe siècle. Ils mettent l’accent sur le processus narratif qui amène lecteur ou l’auditeur à « savoir » que le contenu du récit est « véridique » : ces processus narratifs servent donc à créer une mémoire historique et à établir un ordre séquentiel des événements dans le temps peu importe la « scientificité » du savoir historique en question. Les trois auteurs prennent ainsi position contre une vision occidentalocentriste de ce qu’est l’histoire et, surtout, contre une hiérarchie culturelle dans laquelle le savoir historique disciplinaire serait supérieur au savoir « ethnohistorique » (RAO, SCHULMAN et SUBRAHMANYAM, 2004, 29-55).

5 On remarque au passage que le titre du chapitre Des îles d’histoire évoque le livre de Marshall Sahlins, Islands of History (HARTOG, 2004, 33-51).

6 On peut trouver l’explication originale de Sahlins dans Islands of History (SAHLINS, 1985, 104-135).

7 Cette interprétation de la mort du capitaine Cook a fait l’objet d’une polémique au sein des anthropologues. La critique la plus célèbre de la thèse de Sahlins est celle de Gananath Obeyesekere qui prétend que la « déification » du capitaine Cook par les Maori est en fait un fantasme occidental impérialiste qui fausse l’ensemble de l’analyse de l’événement : pour Obeyesekere, le récit de la mort du capitaine Cook a été mal interprété par les observateurs occidentaux qui l’ont rapporté et la prétendue association entre le capitaine Cook et le dieu Lono doit être remise en cause (OBEYESEKERE, 1997).

8 L’idée d’une « histoire héroïque » avait été précédemment théorisée par Sahlins (1985, 35-54).

9 Hartog explique dans son introduction que Claude Lévi-Strauss, dès les années 1960, avait suggéré l’étude anthropologique du degré d’historicité des sociétés (2004, 33-36). L’inspiration structuraliste de Sahlins est mise en évidence en introduction de Islands of History (1985, vii-xix).

10 D’un point de vue historiographique, l’altérité temporelle est associée à l’historicisme rankien (KRIEGER, 1977, 2), dont on peut faire remonter les origines à la philosophie des Lumières allemande (REILL, 1990, 21-35). D’autre part, François Hartog argumente que ce temps linéaire et progressif qui constitue l’essence du régime d’historicité contemporain devient de moins en moins opératoire : nous serions en fait maintenant dans un régime présentiste où l’avenir devient de plus en plus source d’anxiété (HARTOG, 2003, 116-127).

11 Sur la question de l’articulation du temps depuis la Révolution, le chapitre de Koselleck sur le pronostic historique de Lorenz von Stein est particulièrement intéressant (KOSELLECK, 1990, 81-95).

12 Le caractère koselleckien de la démonstration est explicité par Hartog (HARTOG, 2003, 84-89).

13 Ce régime d’historicité a été théorisé par Koselleck dans son chapitre sur l’Historia Magistra Vitae (KOSELLECK, 1990, 37-62).

14 Comme R. H. Barnes l’explique, le temps linéaire suppose d’avoir les moyens de « se souvenir » de ce qui s’est passé malgré la distance temporelle, alors que le temps cyclique permet de réduire le nombre d’événements dont on doit se rappeler parce qu’ils sont récurrents à l’intérieur d’un cycle à durée défini. Ainsi, la linéarité du temps est affaire de nécessité sociale et elle est le résultat d’un niveau de complexité sociétal avancé (BARNES, 1974, 126).

15 Dans Régimes d’historicité, on peut trouver de nombreux passages où Hartog identifie le temps comme l’objet de son étude. Je me contenterai ici de simplement citer la première page de son introduction : « Les rapports qu’une société entretient avec le temps semblent être en effet peu discutables ou guère négociables ». Si le rapport est entre la société et le temps, il n’est pas question de l’évolution dans le temps de quelque chose, mais du temps lui-même (2003, 11).

16 Ce qui est le cas lorsque, par exemple, Hartog associe le « nouveau régime d'historicité » à la non-répétition, à l'altérité temporelle, à l'accélération temporelle, etc. Ce qu'on peut globalement, mais imparfaitement, schématiser comme étant un régime d'historicité linéaire et progressif.

17 Diane Owen Hughes explique que : « although worlds apart in many respects, Renaissance time and Indian village pasts share an appetite for proliferating systems that marks so many expressions of temporality. Human attempts to measure or remember time show many qualities from one century to another and from China to Peru. Simplicity has never been one of them » (HUGHES et TRAUTMANN, 1995, p. 12).

18 On me pardonnera ici de schématiser en utilisant la terminologie de Pomian, tel qu'explicitée plus haut.

19 Aux fins du présent essai, j’utilise la réflexion de Levine, mais il est à noter que le rapport à l’histoire des Modernes, hésitant entre la révérence aux Anciens et la reconnaissance des avancées intellectuelles et technologiques des Modernes a été étudié par d’autres auteurs, dont Anthony Grafton (2007), Donald Kelley (1991) et Arnaldo Momigliano (1983).

20 J’utilise ici l’expression de Levine pour décrire ce débat entre intellectuels anglais : « The quarrel between the Ancients and the Moderns » (LEVINE, 1987, 178).

21 Koselleck a théorisé ce passage d’une expérience de la temporalité à l’autre grâce aux concepts de « champs d’expérience » et d’« horizon d’attente » : plus le champ d’expérience et l’horizon d’attente se distancient, plus la société entre dans un rapport à la temporalité contemporain, fondé sur le renouvellement constant du présent, donc de l’expérience (1990, 307-329).

22 En 1830, La Minerve est un journal canadien dont les pages sont constituées d'un ensemble d'articles qui proviennent majoritairement de l'étranger. C'est un journal libéral modéré, favorisant le système politique de la monarchie parlementaire, édité par Augustin-Norbert Morin et publié par Ludger Duvernay, membre du parti patriote - un parti politique canadien de tradition idéologique libérale.

23 Ce sont les exemples utilisés par l'auteur de l'article. Voici la citation exacte : « Rome devient maîtresse du monde par sa supériorité de civilisation sur les Gaules, sur l'Espagne, sur l'Afrique, sur l'Asie. L'Europe a prévalu au même titre sur l'Amérique et sur les Indes ».

24 L'ouvrage, bien que son titre indique qu'il traite de l'ensemble des Pays-Bas, est en fait un guide géographique et historique de la Belgique actuelle dans un but d'exacerbation nationale. D'ailleurs, l'ouvrage a été publié trois ans avant la Révolution belge de 1830 qui a créé l'État belge actuel (GAUTHIER, 1827, V à X).

25 La contemporanéité d'événements historiques discontinus est un principe caractéristique du mode de narration historique historia magistra vitae que Koselleck explique dans le premier chapitre de son Futur passé (KOSELLECK, 1990, 20).

26 L'interprétation des lois historiques qu'offre l'auteur de l'article n'est pas sans rappeler la cyclicité de l'histoire des empires mise en scène par Edward Gibbon dans The Decline and Fall of the Roman Empire. D'ailleurs, l'oeuvre de Gibbon accorde beaucoup plus d'importance à sa cohésion rhétorique interne qu'à son explication historique, selon les usages de l'époque (LEVINE, 1987, 178-189; Colley, 1992, p. 102; MOMIGLIANO, 1983, 244-293).

27 David Bell offre une réflexion intéressante sur le « tournant historique » que prend la nation au XIXe siècle (BELL, 2001, 202).

28 Marcel Gauchet explique comment la « civilisation » et la « nation » sont deux objets d'histoire qui, même s'ils ne sont pas le sujet d'un ouvrage d'histoire, en structurent la logique métahistorique (GAUCHET, 2002, 33-37).

29 On peut penser par exemple aux innovations de l’école des Annales

30 Les fondements des Cultural Studies, tel qu’expliqués par Simon Gunn, sont d’avoir repensés certains objets d’histoire – la culture en particulier – grâce à de nouvelles théories et prenant en compte l’historicisation de la théorie. En redéfinissant les objets d’histoire, les Cultural Studies ont permis de modifier le questionnaire de l’historien (GUNN, 2006, 1-25).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Raymond-Dufour, « Les trajectoires dans le temps: réflexion sur le concept de « régime d’historicité » », Conserveries mémorielles [En ligne], # 15 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/1835

Haut de page

Auteur

Maxime Raymond-Dufour

est doctorant à l'Université de Montréal et à l'Université Paris IV-La Sorbonne sous la direction d'Ollivier Hubert et de Jean-Noël Luc. Il prépare actuellement une thèse sur la conscience historique au Canada du XIXe siècle qui s'intéresse à des problématiques tels que l'épistémologie de l'histoire, les régimes d'historicité et l'historicisation nationale. Il a donné de nombreuses communications, dont une au congrès des French Historical Studies à Boston en 2013 sur la conscience historique dans le journal La Minerve (1830). Il est également l'auteur d'un article sur les héros dans l'Histoire du Canada de François-Xavier Garneau.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org