Navigation – Plan du site
Dispositifs d’appréhension

Autour du musée Albert-Kahn. Exposer à partir d’une collection de films. Un essai

An essay on how to exhibit a film collection. The way of Albert-Kahn museum
Gilles Baud-Berthier

Résumés

Cet article traite de l’art difficile d’exposer des films dans le musée consacré au banquier et pacifiste Albert-Kahn (1860-1940). Le questionnement porte dans un premier temps sur des éléments significatifs dans sa biographie, en particulier sur des influences qu’il a pu subir et qui sont susceptibles d’avoir façonné sa vision du monde et de l’époque. Puis plusieurs aspects de son œuvre sont interrogés, en particulier sa collection unique d’images sur de nombreux pays, réunies entre 1908 et 1931 par ses équipes de photographes et de cameramen professionnels, sous le nom d’Archives de la Planète. Enfin est examiné le statut particulier des films dans les Archives de la Planète et la signification qu’Albert Kahn a pu leur donner, ainsi que la manière dont le musée Kahn a tissé des liens entre ce patrimoine filmique et les nécessités d’exposer devant un large public.

Haut de page

Texte intégral

1Le musée Albert-Kahn, musée du département des Hauts-de-Seine, est consacré à la vie et à l’œuvre d’Albert Kahn (1860-1940), banquier de son état mais surtout pacifiste convaincu. Cet homme, longtemps fortuné avant de connaître des revers, a consacré une part importante de sa fortune et de son activité à créer et entretenir des institutions en faveur de la paix. L’une de ces institutions a consisté en la réunion d’images fixes et animées de la vie quotidienne dans de nombreux pays entre 1908 et 1931.

  • 1 Ces films furent réunis en 1928 et 1929 par l’opérateur d’Albert Kahn, Camille Sauvageot.

2Ces « Archives de la Planète », ainsi que les nommait leur fondateur, comprennent une forte composante de films 35 mm noir et blanc muets et une petite part de films en couleur fabriqués selon le procédé expérimental Keller-Dorian-Berthon, muets également1.

3Le musée Albert-Kahn conduit des actions de conservation du patrimoine puis diffuse ce dernier auprès du plus large public possible, à travers ses activités culturelles. Ces dernières, qui concernent une part essentielle de l’activité muséale, conduisent les équipes du musée à scruter chaque année - et même continuellement à vrai dire - la ligne de rencontre entre la moviola et les cimaises, entre les films Kahn et les expositions. Le questionnement porte plus précisément sur l’inscription des films dans l’exposition annuelle du musée montrée dans la galerie d’exposition à Boulogne-Billancourt. Cette exposition est souvent déclinée en exposition itinérante en France et à l’étranger - ce qui pose la question corrélative des équipements disponibles dans les institutions d’accueil des expositions itinérantes. L’interrogation s’étend enfin aux outils parfois encore nouveaux, en tout cas en constante évolution, qui contribuent à la diffusion du patrimoine, tels que les sites internet et les téléphones portables.

4Le fait de se poser des questions récurrentes sur le mode d’exposition des films est la traduction d’une complexité spécifique à ce médium très particulier ; il est particulier par les contraintes techniques qu’il impose pour son exploitation (sans avoir l’exclusivité de la lourdeur des dispositifs), par la fascination qu’il exerce auprès de tous les publics, mais aussi parce que les films d’Albert Kahn participent d’une intention, d’un moment historique qui a présidé à leur réunion dans un but politique de contribution à la paix du monde.

  • 2 Les informations de nature patrimoniale figurent accompagnées d’illustrations sur le site officiel (...)

5Or le musée a aussi la charge de rendre accessible auprès du public cet aspect davantage spirituel de l’héritage d’Albert Kahn, au même titre que son patrimoine matériel constitué des jardins historiques et des bâtiments anciens dans l’enceinte du musée, des photographies et des films, et des objets essentiellement liés à la pratique photographique de son époque2.

Un projet pacifiste à l’ère industrielle

6De quelle manière ces contraintes interviennent-elles sur l’art d’exposer à partir du film au musée Albert-Kahn ? La réponse passe par une appréhension claire de l’intention d’Albert Kahn et de la place des films dans son héritage.

Une histoire inscrite dans le siècle

  • 3 Le lecteur trouvera les sources des informations biographiques ainsi que l’état actuel de la réflex (...)

7Issu d’une famille rurale de la communauté juive d’Alsace3, Abraham Kahn fait partie de ces dizaines de milliers de jeunes gens qui choisirent – ou dont leur famille choisit pour eux – le chemin de « l’exil intérieur » à la suite de la défaite française de 1870. Abraham Kahn prit le chemin de Paris lorsqu’il s’agît, pour les habitants de l’Alsace et de la partie de la Lorraine annexées au IIe Reich allemand par le traité de Francfort, de choisir entre la citoyenneté allemande ou l’obligation de tout quitter et de rejoindre le territoire français.

8Les réseaux de solidarité envers ces exilés furent très actifs et Abraham, devenu Albert selon toute vraisemblance par choix d’afficher son appartenance française, devint après quelques pérégrinations professionnelles employé de la banque Goudchaux, une banque d’origine nancéienne.

9Le jeune homme bénéficia d’un milieu particulièrement privilégié dans cet emploi. Sur le plan professionnel, la banque des frères Goudchaux avait perdu un peu de son lustre depuis 1870 mais elle avait joué un rôle important dans la modernisation de la France sous le Second empire. Ainsi Kahn se trouva entouré d’hommes d’expérience et put-il acquérir une solide culture de la finance professionnelle qu’il sut exploiter avec talent par la suite. En outre Michel Goudchaux, le développeur de la banque, avait été un républicain convaincu. Il avait assumé entre autres la fonction de ministre des finances du gouvernement provisoire en 1848 et affiché son opposition à Napoléon III en tant que député de la Seine à l’assemblée nationale. La tradition républicaine se maintint chez ses héritiers et Albert Kahn fut lui aussi un républicain convaincu. En outre, le milieu de la haute finance était sensible au positivisme, un courant de pensée alors en vogue sous l’influence du saint-simonisme, et il influença Albert Kahn.

10Albert Kahn se révéla très compétent dans son activité et édifia rapidement une fortune considérable à partir des années 1880. D’employé, il devint associé de la banque Goudchaux puis il créa sa propre maison de finance, la banque Kahn, en 1898.

Une œuvre bâtie pour servir l’avenir

11Dès lors, le banquier qui avait réussi consacra sa fortune à son idéal. Albert Kahn créa plusieurs institutions destinées à promouvoir la paix dans le monde. Celles-ci visaient à éveiller la conscience des décideurs – têtes couronnées, personnalités politiques ou militaires, autorités religieuses, membres des communautés artistiques, scientifiques, etc. – susceptibles d’influencer l’orientation des sociétés, tant françaises qu’étrangères, à travers leurs décisions. Il s’agissait pour Kahn de promouvoir le dialogue entre les cultures et la tolérance parmi ces membres éminents du monde politique au sens large.

12Certaines institutions créées par Albert Kahn jouissaient d’une notoriété à son époque, telles les bourses Autour du monde, fondées en 1895, qui permirent à de jeunes diplômés, français d’abord puis ressortissants de sept pays (parmi lesquels l’Allemagne, le Japon et la Russie), de faire un tour du monde de dix-huit mois afin d’apprendre à voir de leurs propres yeux et en conscience les réalités du monde. Nombre de ces jeunes gens – et jeunes filles, une nouveauté audacieuse pour l’époque – furent sélectionnés par des comités notamment pour leur vocation à enseigner plus tard. Albert Kahn escomptait qu’éveillés au cours de leur long voyage initiatique aux réalités du monde et empreints d’un esprit de tolérance, ils sauraient à leur tour transmettre cet esprit d’ouverture et de respect des cultures à leurs élèves.

13Ces jeunes gens privilégiés avaient l’occasion de confronter leur expérience toute fraîche avec des aînés bons connaisseurs des cultures étrangères et avec des personnalités de tous pays qui se réunissaient à la société Autour du monde, dans un bâtiment situé dans l’enceinte de la résidence du banquier, à Boulogne-Billancourt. Ce lieu fonctionna comme un club et devint un véritable foyer de l’esprit internationaliste. Au point qu’il fut reconnu comme le précurseur du Centre international de coopération intellectuelle au sein de la Société des Nations, dont l’aboutissement contemporain est l’Unesco.

14D’autres institutions créées par Albert Kahn et animées par des sympathisants participèrent des réseaux de l’esprit internationaliste et pacifiste. Mais attachons-nous aux illustrations concrètes de cet idéal qu’Albert Kahn tint à inscrire dans son environnement.

  • 4 Les jardins s’étaient abâtardis au fil du temps jusqu’à leur reconstitution aussi fidèle que possib (...)

15Dans sa résidence de Boulogne, Kahn fit aménager un paysage constitué de sept types de jardins différents qui, malgré une superficie réduite (moins de quatre hectares), s’harmonisent d’une manière exemplaire4. Ce modèle réduit de l’idéal de Kahn voit par exemple la juxtaposition d’un jardin anglais avec un jardin à la française, tous deux mitoyens d’un jardin japonais, sans que ces voisinages ne choquent le visiteur. Ceci grâce à l’aménagement parfaitement maîtrisé des transitions entre les différents styles de jardins.

  • 5 Ce point mérite d’être souligné compte tenu de la confusion courante qui ne voit dans les jardins d (...)

16Ce paysage constitue ainsi une superbe allégorie de l’idéal d’Albert Kahn, que ce dernier devait probablement souhaiter faire ressentir à ses invités de marque lorsqu’il les guidait dans le « tour du propriétaire ». L’intention de Kahn était politique parce qu’elle visait à influencer la marche des sociétés de son temps. Elle fut matérialisée dans le paysage et conféra à ces jardins le statut étonnant de jardins « politiques »5.

17Une autre matérialisation de l’idéal de Kahn consiste dans les Archives de la Planète. Albert Kahn finança pendant des années des expéditions de prise de vue dans de nombreux pays, sous l’autorité d’un directeur scientifique, le géographe Jean Brunhes. Ce dernier pourvoyait aux besoins d’organisation du projet, vaste et onéreux, que Kahn lui-même n’aurait pu diriger directement en raison de la charge que lui imposait son activité bancaire. Ces expéditions, menées au fil des ans par une dizaine d’opérateurs, professionnels de haut niveau pour la plupart, alimentèrent une collection unique par son caractère. Sur un plan général, le support de la collection des Archives de la Planète est composé d’images fixes et d’images animées. Les images fixes sont des autochromes pour une grande part. Il s’agissait du premier procédé industriel de photographie en couleur, mis au point par les frères Lumière en 1907. Les images animées quant à elles étaient le fruit de la plus célèbre invention des Lumière, le cinéma.

Les Archives de la Planète ou l’image au service de la paix

18Contrairement aux pratiques du reportage journalistique telles que les actualités Gaumont et Pathé l’illustrèrent, Albert Kahn imprima à ses Archives de la Planète un tour qui nous paraît aujourd’hui original et inédit, parce qu’il ressortait de son intention politique toujours.

19Les images Kahn se virent assigner un double objectif :

  • d’une part il s’agissait de conserver la mémoire d’un monde en pleine transformation alors, sous l’impact de la seconde phase de la révolution industrielle à partir de 1860. Si tous les pays n’étaient pas touchés au même rythme par la modernité, un banquier comme Albert Kahn, actif sur les marchés internationaux, était nécessairement sensible à la « marche du monde ». Le banquier d’ailleurs était à l’affût pour investir dans les activités en pointe, mobilisant des hautes technologies disons-nous aujourd’hui, qui étaient alors comme maintenant les plus susceptibles d’offrir des retours sur investissement rapides et des marges bénéficiaires plantureuses (mais qui présentaient également des risques accrus). Sa sensibilité d’enfant de la campagne contribua peut-être aussi à aiguiser chez lui le sens de l’accélération irréversible du temps que la modernité imprima aux sociétés traditionnelles pendant cette phase de maturation de la révolution industrielle, à l’œuvre en Angleterre puis en France depuis la fin du XVIIIe siècle ;

    • 6 Ce point est contredit dans le cas des Balkans, une zone géographique dans laquelle Brunhes s’inves (...)

    d’autre part, Albert Kahn souhaitait que ses Archives contribuent à l’éveil des consciences. Il exploita donc sa collection à travers des projections d’autochromes et de films. Celles-ci intervinrent surtout dans sa résidence à Boulogne. Mais si l’on dénombra au fil des ans des centaines de projections, il s’agissait néanmoins d’une diffusion confidentielle réservée aux élites intellectuelles invitées pour l’essentiel par la société Autour du Monde. Les projections extérieures se limitaient quant à elles aux cours et conférences illustrés que Jean Brunhes donnait au Collège de France, à la Sorbonne, etc. Les sujets des images sélectionnées faisaient encore appel bien souvent au côté « magique » de la photographie en couleur et du film (i.e. l’attrait des couleurs telles que les paysages et l’architecture la plus monumentale, l’impact spectaculaire des films par exemple sur l’épanouissement des fleurs), sans que l’on pût y distinguer un discours politique délibéré. C’était même l’une de ces caractéristiques fondatrices de l’originalité des films des Archives de la Planète : alors que les images Gaumont ou Pathé étaient sélectionnées et montées afin de fournir un discours explicatif ou illustratif de l’actualité, les images Kahn enregistraient des scènes de la vie quotidienne, des paysages sans intention de mise en scène à message hormis les nécessités de la composition, des ambiances, certes commentées à l’occasion par Jean Brunhes mais sans souci de délivrer un discours autonome en dehors des évocations scientifiques6 ; de même, contrairement aux fonds journalistiques, à de rares exceptions près les films Kahn restèrent à l’état de rushes. Il en résulte une valeur documentaire exceptionnelle aujourd’hui sur l’état du monde du premier XXe siècle.

Des films sur les cimaises

  • 7 De même que les jardins. L’intégration des jardins aux expositions Kahn est conceptuellement plus a (...)

20L’on comprend à la lumière du développement précédent que les films des Archives de la Planète sont consubstantiels à l’œuvre d’Albert Kahn7. Une exposition du musée Kahn, qu’elle adopte un sujet géographique (par exemple le Japon – une exposition de 2011, ou la Bretagne - 2009) ou transversal (par exemple le Maghreb - 2006), se doit de contenir une part importante de films. Et a fortiori, un sujet destiné à éclairer l’œuvre d’Albert Kahn, davantage historique par nature, y ferait nécessairement une large part.

21Mais quelle part justement accorder à l’image animée et selon quelles modalités ?

22Cet approfondissement de la réflexion conduit à poser deux questions :

  • d’une part, quelles sont les contingences techniques qui pèsent sur la mise en valeur du support filmique au sein d’une exposition ?

  • d’autre part quel est le statut du film par rapport à l’image fixe ? Plus précisément, que représentent les images autochromes – bien plus célèbres et séduisantes aux yeux du public que les austères films noir et blanc muets -, et quelle est la lecture symbolique que l’on peut faire des deux supports, autochrome et film, à la lumière de l’œuvre d’Albert Kahn ?

Des contraintes techniques déterminantes

  • 8 Les questions d’équipement deviennent alors cruciales (disposition ou non dans le parc d’accueil de (...)

23S’agissant des aspects techniques, chaque exposition est particulière au lieu et au dispositif disponible selon l’agencement des cimaises, les matériels disponibles, etc. Rappelons simplement quelques constats de base. Un écran de projection, même réduit en taille, écrase tout ce qui l’entoure et crée une zone « morte » pour l’exposition, spécialement parce que l’image en projection impose l’obscurité pour la qualité du visionnage. D’où le recours en général à des salles fermées (mais le musée Kahn insère des écrans de projection en espace semi-ouvert dans le parcours d’exposition). A l’opposé, des images autochromes exposées selon le mode du musée Kahn, c’est-à-dire des agrandissements transparents rétro-éclairés aux multiples couleurs tuent des images animées noir et blanc sur écran numérique (donc d’une taille réduite même si ces écrans peuvent appartenir à la gamme large qu’autorise aujourd’hui cette technologie) qui se trouveraient trop proches. Le musée Albert-Kahn maîtrise son espace et a résolu ce genre de difficulté, en dépit d’un bâtiment d’exposition exceptionnellement contraignant pour l’exploitation de l’image. Mais les difficultés surgissent dans toute leur ampleur avec l’implantation d’expositions Kahn en d’autres lieux et là encore, chaque cas est d’espèce et nécessite une adaptation spécifique au lieu, adaptation qui est en général le fruit d’une collaboration entre les spécialistes du musée Kahn et ceux de la structure d’accueil8. Du moins est-ce le cas quand la structure d’accueil ambitionne d’offrir à son public une exposition de qualité adaptée à son site et pas seulement de remplir quelques pans de mur grâce à un « kit d’exposition » accroché sur des grilles. Il ressort de ce bref développement que l’environnement matériel de l’exposition influence fortement le statut du film au sein de l’exposition.

Un projet encyclopédique au XXe siècle

24Quant au statut en question des films, on constate que le projet des Archives de la Planète est de filiation encyclopédique comme l’indique son nom même. Il appartient à une tradition favorable à la collecte des faits, à leur classement et leur archivage, c’est-à-dire à une perception qui voulait saisir le monde de manière objective, en réaction à la perception arbitraire, soumise au fait du prince, qui était l’apanage des privilégiés de l’Ancien Régime contre lesquels réagirent les encyclopédistes au XVIIIe siècle.

25Encyclopédiques, les Archives le sont par leur intention mais le projet se structure en un tour encore plus « objectif », scientifique, sous l’influence du géographe Jean Brunhes, le directeur des Archives de la Planète. Le choix d’un géographe pour assurer cette fonction souligne en effet que l’intention d’objectivité doit être servie par une démarche systématique. Aussi des instructions de prise de vue sont-elles émises auprès des opérateurs.

26Celles-ci visaient à faciliter la lecture du monde et à le saisir en images selon trois catégories :

  • des faits d’occupation improductive du sol (maisons, chemins)

  • des faits de conquête végétale et animale (animaux domestiques, champs, jardins)

  • des faits d’économie destructive

27Et Brunhes d’insister sur la systématisation des fiches descriptives des images prises par les opérateurs, afin de constituer une véritable base de données.

28Mais la démarche ne fut pas toujours respectée,

    • 9 Par exemple la « couverture » des guerres des Balkans en 1912 et 1913, la révolution Jeune Turque d (...)

    au moment de la prise de vue : soit parce que les opérateurs n’échappèrent pas toujours à la tentation du reportage, certains l’ayant pratiqué avant d’entrer au service de Kahn, soit parce que Kahn ou Brunhes commanditèrent la prise d’images sur des événements9 ; sans compter les cas, peu fréquents il est vrai, où les opérateurs cédèrent à la tentation de la « carte postale » ou oublièrent simplement de se conformer aux directives de prises de vue,

  • dans la documentation associée aux images : en raison probable des contraintes matérielles ou plus simplement parce que Jean Brunhes avait confondu les opérateurs, des hommes de terrain peu portés à se livrer par écrit à des observations scientifiques, avec ses étudiants.

Une collection de films à nulle autre comparable

  • 10 Dans l’attente des chiffres définitifs que le récolement décennal en cours au musée Kahn jusqu’en 2 (...)

29Il demeure néanmoins que le grand nombre d’images rapportées par les opérateurs10 gomme les imperfections du « système » et donnent dans sa globalité une identité propre aux Archives de la Planète.

30Cette identité est renforcée par le fait qu’Albert Kahn choisit plusieurs outils complémentaires les uns des autres. Il s’agit du procédé déjà évoqué de l’autochrome pour la couleur, mais aussi des stéréoscopies noir et blanc pour le relief, du film pour le mouvement et même d’une tentative d’archiver le son, qui avorta en raison de la fragilité de la technique d’enregistrement à l’époque, fondée sur les cylindres de cire. Il s’agissait donc d’outils différents mobilisés pour servir un même regard porté sur le monde. Ce faisant, Albert Kahn cherchait à enregistrer l’image la plus fidèle possible de la réalité (aujourd’hui, la vidéo couleur aurait été l’outil adéquat à son projet). Kahn recherchait cette fidélité parce qu’il misait sur les vertus pédagogiques de l’image en général et du film en particulier, une conviction qui sera d’ailleurs partagée par les autorités de l’enseignement public dans les années 1920. L’utilisation que lui-même fit de ses images le démontra amplement. Ainsi l’éducation des élites à la paix par le regard passe par cette pédagogie de l’image. Il en fut de même des jardins de Boulogne par le biais d’une image du monde inscrite dans le paysage cette fois.

  • 11 Albert Kahn fit publier un grand nombre de bulletins, de compte rendu, de digests de l’actualité, e (...)

31Face à l’hégémonie de l’écrit, des humanités, dans la culture de l’époque, Albert Kahn propose une alternative à la galaxie Gutenberg. Ce ne fut quand même pas une révolution de sa part puisqu’une partie importante de son projet comportait le recours à l’écrit11. Mais si la part écrite de son activité ressortit de l’appel à l’intelligence des élites, la part imagée, elle, s’adressa à leur sensibilité.

Conclusion

32Le projet d’Albert Kahn a reposé pour une part importante sur le film, en se fondant sur la foi partagée à la fin du XIXe siècle dans l’objectivité de ce moyen d’enregistrer tant des événements historiques que la vie des « simples ». Le film ici participe de l’aspiration positiviste de Kahn à classer le monde, à l’archiver de façon exhaustive et objective. L’intérêt qu’Albert Kahn porta à conserver ces témoignages d’un passé bientôt révolu rejoignait sa conscience, favorisée sans doute par son métier de banquier, des bouleversements du monde sous l’effet de la révolution industrielle. En ce sens, son recours à la technologie de pointe qu’était le cinéma à son époque correspondait tout à fait à l’ère industrielle. Aussi les films, comme les images fixes des Archives de la Planète, revinrent à collecter les vues significatives de l’état du monde pour un usage futur. Il s’ensuivit alors naturellement le choix de conserver les rushes. Kahn n’interdit pas le montage mais il n’était pas une priorité et, même dans le cas des images montées, les rushes étaient conservés.

33L’usage de la photographie dans la presse populaire comme le développement rapide de la culture du cinéma témoignent qu’Albert Kahn se situait dans un mouvement de fond propre à l’évolution de la société. Mais son originalité tint à l’ampleur avec laquelle il exploita les vertus pédagogiques de l’image dans un but politique de promotion de la paix. Albert Kahn anticipa la culture de masse en France et, par son choix de conserver des rushes, il se démarqua d’emblée de toutes les formes de convention, de stylisation, de narration, auxquelles le film et le documentaire se sont pliés.

34Entendons bien ceci : le rush ne permit certes pas d’atteindre réellement l’ambition d’objectivité, pas plus qu’il n’émancipa les Archives de la Planète des conventions de l’écriture filmique. Albert Kahn et ses opérateurs n’étaient pas libérés des « clichés » de l’époque. Nous sommes beaucoup plus au fait aujourd’hui de l’inévitable relativité, voire de l’absence d’objectivité de l’image, spécialement de l’image animée. Celle-ci reflète bien les idées du temps de l’opérateur ou du réalisateur. Et il existe en effet bien des images dans les Archives de la Planète qui reflètent les poncifs de l’époque. On y trouve même, en dépit de l’aspiration au respect des cultures et à la paix d’Albert Kahn, les traces du « fardeau de l’homme blanc » et du rôle émancipateur de la civilisation française. Mais au-delà des faiblesses et défauts inévitables du projet, la masse des images des Archives de la Planète reflète une intention bien plus originale et ouverte sur le monde que l’époque ne le vivait communément. C’est dans son ensemble que le projet se dégage des poncifs et manifeste sa profonde originalité.

35Dès lors, l’image animée acquiert un statut particulier au sein des images Kahn exposées. Le musée expose en effet tant des rushes que des films documentaires montés et enrichis d’une bande-son. Or le film chez Kahn reflétait, davantage que les autochromes, la dimension « journalistique » et cette dimension était minoritaire au sein des Archives. Donc le discours du musée qui accompagne la production de films didactiques se doit d’expliquer et de relativiser la place de l’actualité dans la partie image de l’œuvre de Kahn.

36De même, le rôle fondamental des rushes dans l’œuvre filmée justifie l’exploitation de ces séquences d’images toutes nues dans les expositions du musée. Et la technique aujourd’hui offre un éventail de matériels qui permettent de souligner les rôles respectifs. Aux rushes, des petits écrans numériques encastrés dans les cimaises, aux montages documentaires les supports plus classiques que sont les écrans de télévision et les écrans de projection en zone protégée. Cette distinction a été testée sur les cimaises mais n’a pas vocation à devenir systématique bien sûr. En dernier ressort, la qualité des images propre à chaque séquence sélectionnée commande le côté spectaculaire de la taille d’image restituée auprès du public.

37Cette dialectique en œuvre parmi les images animées est accrue d’une autre qui se met en place dans chaque exposition entre images fixes – nous évoquons ici l’autochrome – et images animées.

38L’autochrome n’est pas reproductible et sa technique donnait à l’image un caractère impressionniste, quel qu’était le sujet enregistré. Les contraintes même de la prise de vue (lourdeur du matériel, manipulation des châssis, lenteur du temps de pose) évoquaient le temps encore long de la proto-industrialisation de la photographie comme à l’époque du daguerréotype. A bien des égards, l’autochromie était une technique en recul par rapport aux acquis de confort de la prise de vue noir et blanc au début du XXe siècle. Une technique d’apparence archaïque donc, évoquant le passé.

39A l’opposé, le film s’inscrivait dans le futur de l’époque par la vitesse de prise de vue, l’enregistrement du mouvement, la capacité de duplication et la projection de masse. Il évoquait le temps raccourci de la révolution industrielle.

40Dans les expositions du musée, cette dialectique transparaît dans l’ambiance créée par les autochromes reproduites et par les films projetés ou diffusés sur écran vidéo. La débauche de couleurs des autochromes, le choix d’images rétro-éclairées de taille importante, la fixité, génèrent une ambiance apaisée propice à la lecture des textes explicatifs, à la contemplation, cependant que cette tranquillité est interrompue de place en place par des images noir et blanc muettes de petite taille au staccato typique des vieux films, qui relancent l’intérêt et dynamisent le parcours du spectateur. Les grands écrans de projection font appel à leur tour à une autre forme de contemplation. Finalement, le choix des supports et des dimensions des images dans l’exposition est la résultante de diverses contraintes et des ressources disponibles au service d’une seule règle d’or : l’attrait pour le public, sa compréhension du discours de l’exposition. La référence constante à l’intention d’Albert Kahn permet d’éviter les écueils éventuels que seraient un excès de caractère spectaculaire au détriment du fond, sans ignorer que privilégier à l’excès le fond obscurcit le discours et nuit à la qualité de la restitution de l’œuvre. En bonne morale au fond, le dernier mot revient à Albert Kahn…

Haut de page

Bibliographie

AMAD Paula, Counter-Archive. Film, the Everyday, and Albert Kahn’s Archives de la Planète, New York, Columbia University Press, 2010.

BAUD-BERTHIER Gilles, « Un foyer de l’esprit international à Boulogne », Spinelli Corinne (sous la direction de), Salon littéraire, bibliothèque ou guinguette. Boulogne-Billancourt dans les années 1930, Paris, éditons Somogy, 2005.

BAUD-BERTHIER Gilles, « La couleur révélée. Autochromes du musée Albert-Kahn », dans Jean-Pierre Montier & alii, Voyager en Bretagne 1900-2000, Rennes, Ouest-France, 2007, p. 30-91.

BAUD-BERTHIER Gilles, « Les archives de la Planète d’Albert Kahn », dans Nathalie Boulouch (sous la direction de), Voyager en couleurs. Photographies autochromes en Bretagne (1907-1929), Rennes, éditions Apogée, 2008, p. 50-54.

BAUD-BERTHIER Gilles, « Albert Kahn et le projet des Archives de la Planète 1908-1931 », Martine Lemaître, Sofia Papastamkou (sous la direction de), Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 99, juillet-septembre 2010, p. 105-107.

BAUD-BERTHIER Gilles, « Albert Kahn, un banquier français pacifiste, ami du Japon et du genre humain », dans coll., Eiichi Shibusawa et Albert Kahn. Echanges franco-japonais d’entrepreneurs philanthropes. Rapport du colloque, Tokyo, Shibusawa Eiichi Memorial Foundation, 2011, p. 93-101.

CASTRO Teresa, « Les Archives de la Planète ou les rythmes de l’Histoire », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze [résumé en ligne], 54 | 2008, mis en ligne le 29 mars 2008, Consulté le 23 mai 2011. URL : http://1895.revues.org/2752.

De Givry Jacques, Les jardins Albert Kahn, Paris, JDG éditions, 2005.

Musée Albert-Kahn., « Albert Kahn, des images pour la paix : Rappels historiques et choix de conservation », International Preservation News, International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA), n° 46, décembre 2008, p. 9-14.

OKUEFUNA David, Albert Kahn. Le monde en couleurs, Paris, Chêne, 2008, 336 p. (ouvrage accompagnant la série de la BBC consacrée à Albert Kahn).

ORY Pascal, Jeanne Beausoleil (sous la direction de), Albert Kahn, réalités d’une utopie, Boulogne, éditions du musée Albert-Kahn, 1996.

WALTON Whitney, Internationalism, National Identities, and Study Abroad. France and Unites States, 1890-1970, Stanford, Stanford University Press, 2010.

WINTER Jay, Dreams of Peace and Freedom. Utopian moments in the 20th Century, New Haven & Londres, Yale University Press, 2006.

Haut de page

Notes

1 Ces films furent réunis en 1928 et 1929 par l’opérateur d’Albert Kahn, Camille Sauvageot.

2 Les informations de nature patrimoniale figurent accompagnées d’illustrations sur le site officiel du musée : http://www.albert-kahn.fr/

3 Le lecteur trouvera les sources des informations biographiques ainsi que l’état actuel de la réflexion sur les films d’Albert Khan dans la bibliographie jointe au présent essai.

4 Les jardins s’étaient abâtardis au fil du temps jusqu’à leur reconstitution aussi fidèle que possible, à l’exception d’une partie du jardin japonais, par le Conseil général des Hauts-de-Seine à la fin des années 1980. La tempête de 1999 donna en outre l’occasion de remodeler le relief affaissé de la forêt vosgienne. Le site est ouvert au public.

5 Ce point mérite d’être souligné compte tenu de la confusion courante qui ne voit dans les jardins d’Albert Kahn que des « beaux » jardins (ce qu’ils sont aussi, par chance !).

6 Ce point est contredit dans le cas des Balkans, une zone géographique dans laquelle Brunhes s’investit bien au-delà de la seule implication scientifique. Mais il s’agit justement d’une exception.

7 De même que les jardins. L’intégration des jardins aux expositions Kahn est conceptuellement plus aisée dans les expositions qui se tiennent sur le site Albert-Kahn du fait que la galerie d’exposition ouvre sur lesdits jardins. La « porosité » entre les deux univers a pu être aménagée et même participer de l’identité, ou du style si l’on veut, des expositions du musée. Leur « présence » dans les expositions itinérantes n’a par contre pas encore été réfléchie mais nul doute que cette problématique nécessaire à la cohérence du rendu de l’œuvre d’Albert Kahn trouvera des réponses à l’avenir.

8 Les questions d’équipement deviennent alors cruciales (disposition ou non dans le parc d’accueil de projecteurs numériques, de petits écrans numériques, de grands écrans vidéo, etc.)

9 Par exemple la « couverture » des guerres des Balkans en 1912 et 1913, la révolution Jeune Turque de 1922, la visite de Lord Balfour en Palestine en 1925.

10 Dans l’attente des chiffres définitifs que le récolement décennal en cours au musée Kahn jusqu’en 2014 permettra d’établir avec précision, les collections d’images comprennent environ 72 000 autochromes, 4 000 stéréos et 180 000 m de film.

11 Albert Kahn fit publier un grand nombre de bulletins, de compte rendu, de digests de l’actualité, expédiés gratuitement aux décideurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Baud-Berthier, « Autour du musée Albert-Kahn. Exposer à partir d’une collection de films. Un essai », Conserveries mémorielles [En ligne], #16 | 2014, mis en ligne le 20 septembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/1876

Haut de page

Auteur

Gilles Baud-Berthier

Titulaire d’un doctorat en histoire contemporaine de l’Université Paris-IV. Après avoir dirigé le musée Albert-Kahn de 2003 à 2010, il est actuellement conservateur des Antiquités et Objets d’art du département des Hauts-de-Seine. Spécialiste en histoire économique de la période contemporaine et en histoire de l’Asie, il est également chercheur au Centre de Recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne (Université Paris IV).

Gilles Baud-Berthier
/ He holds a PhD in History from Paris Sorbonne University (Paris IV). He was the director and curator of Albert-Kahn Museum between 2003 and 2010. Specialised in economic history and in Asian studies, he is a researcher in the Centre for Research on the Far East, Paris Sorbonne University. He is currently working as the Curator of Antiques and Fine Arts of Hauts-de-Seine County.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org