Navigation – Plan du site
Matières à appropriations

Des principes d’une cinémathèque dédiée aux « jeunes publics » : La cinémathèque Robert-Lynen1

Principles of a film library dedicated to "young audiences": the cinémathèque Robert-Lynen
Emmanuelle Devos

Résumés

Si la question de l’accès aux films dits pédagogiques a été déterminante dans la création de la cinémathèque de la Ville de Paris en 1925, les enjeux mis alors en place dépassent largement cette simple problématique. Revenir sur les principes fondateurs de cette institution permet de souligner à quel point la question du regard des jeunes publics dans le cadre de la diffusion d'images est une question essentielle et délicate.
Aujourd’hui de nombreuses institutions instaurent un accueil particulier, lié à la fois au changement du statut de l’image dans notre société ainsi qu’à la croissance des demandes de ce public spécifique. A travers l'histoire de la cinémathèque de la Ville de Paris, on peut percevoir comment cette question, toujours centrale, a évolué jusqu'à aujourd'hui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette communication reprend en partie les recherches menées pour le mémoire de maitrise La cinémath (...)

1Si la question de l’accès aux films dits pédagogiques a été déterminante dans la création de la cinémathèque de la Ville de Paris en 1925, les enjeux mis alors en place dépassent largement cette simple problématique. Dès 1912, les réflexions menées par les instigateurs de ce projet renvoient non seulement à la question du film adapté à la jeunesse et de sa conception, mais aussi aux dispositifs de diffusion proposés et surtout, elles nourrissent une pensée sur l’attention à porter autour de l’accompagnement éducatif à mettre en place autour de ce nouveau médium.

2Revenir sur les principes fondateurs de cette institution permet de souligner à quel point la question du regard des jeunes publics dans le cadre de la diffusion d'images est une question essentielle et délicate.

3Aujourd’hui de nombreuses institutions instaurent un accueil particulier, lié à la fois au changement du statut de l’image dans notre société ainsi qu’à la croissance des demandes de ce public spécifique. A travers l'histoire de la cinémathèque de la Ville de Paris, on peut percevoir comment cette question, toujours centrale, a évolué jusqu'à aujourd'hui.

Rappel historique.

Le rôle des Images dans l’éducation

  • 2 Le cinéma scolaire et éducateur. Manuel pratique à l’usage des membres de l’enseignement et des œu (...)
  • 3 Le cinéma scolaire et éducateur. Manuel pratique à l’usage des membres de l’enseignement et des œu (...)

4Au début du XXe siècle, les méthodes d’enseignement s’ouvrent à une « éducation par les sens » nouvellement à l’ordre du jour « qui recommande(nt) de ne rien négliger pour rendre [l’]enseignement agréable, attrayant, facile à assimiler, à telles limites qu’apprendre devienne un plaisir pour l’enfant. Il semblerait que la voie du plaisir remplaçant celle de l’effort, eut à inspirer d’heureuses pratiques dans l’enseignement »2. C’est, comme le disent les pédagogues « dans le but de triompher de cette journalière constatation que le travail est pénible à l’enfant, qu’est née l’idée d’une meilleure adaptation des procédés d’enseignement à la nature de l’enfant : apprendre en s’amusant  » 3.

5Cette déclaration décrit clairement les changements fondamentaux qui s’opèrent à cette période en matière d’éducation. Elle laisse entrevoir les avantages qu’apporte l’application de l’image dans une telle conception.

  • 4 Se reporter à Mémoire de l’Ombre et de la Lumière, Jacques Pérriault, Ed. Flammarion, 1981.

6Bien entendu l’utilisation de la lanterne Magique4, à partir de 1850, comme outil de propagation du savoir, a été l’un des premiers pas vers un enseignement par l’aspect, par son côté à la fois, ludique, merveilleux et didactique. Grâce à la projection lumineuse, l’idée de l’image conçue comme outil éducatif est lancée. L’image photographique fait son entrée dans la classe, apportant à la fois, un nouveau réalisme de la représentation et instaurant une nouvelle place pour le spectateur-élève. Ce nouveau dispositif permet l’étude collective de l’image. Où, dans l’obscurité, grâce à la trajectoire du faisceau lumineux, l’image agrandie rassemble et renforce les conditions d’une observation fertile. En effet, si l’image projetée implique une distanciation physique face à l’objet présenté, elle génère en l’occurrence un rapprochement affectif très fort. Le spectateur se trouve alors dans un état de mobilité psychologique qui est censé le rendre plus réceptif devant l’énoncé proposé.

7Rien d’étonnant donc, à ce que très rapidement, le potentiel éducatif du cinématographe soit d’emblée repéré par les pédagogues. Et ce d’autant plus qu’en cette période de mutation, la volonté de promouvoir le développement intellectuel de la jeunesse est largement à l’ordre du jour. Aussi dans ce contexte, l’idée de diffusion du cinématographe comme outil pédagogique, adapté aux méthodes d’enseignements apparaît comme porteur de réussite sans précédent. Offrant la possibilité d’un accès à la connaissance au plus grand nombre, elle donnait enfin l’espoir d’une issue positive dans l’idée d’une démocratisation du savoir.

Le cinéma appliqué à l’enseignement

« … » L’outil puissant et nouveau mis aux mains des éducateurs par le cinéma ne saurai être considéré comme un agrément ou comme une curiosité. Dans une large mesure, l’avenir du génie moderne dépend de l’usage que nous saurons faire de cette technique […]

Un appareil à projections est une machine admirable. L’intelligence d’un enfant, celle d’un homme sont encore plus délicates et complexes. Quelles relations établir entre ces deux organes, et pour quelles fins ?

II° congrès National du Cinéma éducatif, Henry Focillon, 1931

8C’est à partir de 1912, à l’issue du 6° Congrès de l’Enseignement technique, tenu à Bordeaux, que s’élaborent officiellement les théories en faveur du cinéma appliqué à l’enseignement. Toutefois la réflexion semble avoir mûri depuis quelques années déjà. En effet, mentionnées à titre d’exemples dans divers rapports, quelques approches de précurseurs en matière de « pédagogie visuelle » ressurgissent de l’ombre avec des bilans positifs, ainsi porteurs de succès à venir.

  • 5 En 1922, Gaumont propose aux établissements non munis d’électricité de se munir d’un Lumicycle Gaum (...)
  • 6 Rapport Général au ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts, travaux de la commission (...)

9Ces premières tentatives auraient commencé à la fin des années 1900. Il s’agit d’expérimentations isolées, à l’origine desquelles se trouvent des instituteurs, et sur lesquelles il ne reste que bien peu de traces. Sous quelle forme, avec quels matériaux étaient organisées ces séances ? Nous n’en savons à vrai dire pas grand-chose car la production de films dits « éducatifs », la grande vogue du cinéma scientifique, mise en place par les grandes firmes Pathé, Gaumont, Éclair, ne voit le jour qu’autour des années 1910. De plus, une fois la production lancée, il restait le problème de la diffusion de ces films en milieu scolaire, si tant est qu’elle puisse convenir aux instituteurs et soit conforme aux vœux de l’instruction publique en matière de programmes éducatifs. Car il est clair que même si ces maisons de production avaient leurs propres lieux d’exploitation, l’illustration d’un cours ne pouvait pas se faire dans les conditions de diffusion qu’elles proposaient : la salle de cinéma. C’est une des raisons pour laquelle ces sociétés se sont assez vite tournées vers la construction et la vente d’un matériel technique de diffusion pouvant apporter aux instances éducatives les possibilités de pratiquer des séances dans leurs propres locaux. Toutefois dans ces premiers temps quelques points fondamentaux ont empêché le développement de cette pratique, notamment le coût élevé du matériel ou encore le manque de raccordements aux réseaux électriques de nombreuses écoles, rendant impossible l’utilisation de projecteurs in situ5. Cependant, quelques témoignages recueillis dans les années vingt rendent compte d’heureuses tentatives de ces précurseurs6.

10Autour de cette même période émergent diverses approches qui insistent sur l’importance d’une initiation artistique dans le cadre scolaire. C’est le cas par exemple de l’association l’Art à l’école qui sera à l’initiative du 1er Congrès National cinématographique appliqué à l’Enseignement, tenu à Paris en 1922.

11Les deux premiers articles des statuts de la société affichent très nettement cette volonté de développement au sein de l’école.

Art. 1 : L’association dite Société Nationale de l’Art à l’Ecole, fondée en 1907, a pour but de faire aimer à l’enfant la nature et l’art, de rendre l’école plus attrayante et d’aider à la formation du goût et au développement de l’éducation morale et sociale de la jeunesse …

Art.2 : Les moyens d’actions de la société sont : l’embellissement extérieur et intérieur des locaux scolaires, la décoration permanente ou mobile de l’école, la diffusion de l’imagerie scolaire appropriée à l’âge et aux facultés de l’enfant, et son initiation à la beauté des lignes, des couleurs, des formes, des mouvements et des sons.

12Léon Riotor, secrétaire général de l’association, écrit en 1912 qu’« introduire le cinématographe à l’école, dans ce milieu tendre et délicat de la petite enfance, est à la fois séduisant et inquiétant ». Il distingue en effet « les tableaux de la nature, de la naissance de plantes et des insectes, […] les scènes de la vie simple, usuelle, les radieuses visions où jouent l’ombre et la lumière », qu’il invite à applaudir, et « les romans et les drames tracés au cinéma [qui] n’ont rien à faire avec l’enfance ». A son image, tous ceux qui s’intéressent à la jeunesse comprennent et analysent dès les débuts du cinéma la fonction que peut et doit occuper ce nouveau médium auprès des plus jeunes spectateurs. Ce qui intéresse alors ceux qui intègrent le cinéma dans leur pratique éducative, c’est l’outil pédagogique qu’il peut devenir.

  • 7 Rapport et document du Conseil Municipal de la Ville de Paris, n°60, 1922 – Intervention de Léon Ri (...)

13Les grandes lignes du programme éducatif appliqué au cinéma reprennent en partie celles venues avec l’utilisation de la lanterne magique. Quant à l’image s’ajoute le mouvement, c’est disent-ils « une suite de documents lumineux, vivants, agissants”. C’est l’élève se transportant lui-même aux lieux qu’on lui décrit, assistant aux fabrications industrielles, aux transformations chimiques, minutant les événements successifs d’une heure ou d’une journée. C’est par l’effet du ralentisseur cinématographique, l’histoire immédiate d’une éclosion, d’une transformation, d’une page progressive et cependant instantanée du monde qui nous environne. En quelques secondes se déroulent les étapes de la naissance, de la vie, de la mort »7.

  • 8 Adrien Bruneau « Le cinéma dans l’éducation artistique. Une nouvelle méthode de l’enseignement du d (...)

14Le cinématographe est « le seul à faire vibrer la lumière en projetant ses molécules en mouvement et à étendre les objets au delà de leurs sèches limites matérielles par la transparence qu’il donne aux ombres les plus puissantes ! Avec les sources lumineuses dont il dispose et dont le faisceau traverse l’image, il peut découper pour caractériser, ou simplement effleurer pour faire planer le mystère. Si l’opérateur de prise de vue est un artiste, et il faut qu’il le soit, le cinéma peut poétiser tout ce qu’il touche […] c’est en même temps, la nature, la vie et le travail moderne sélectionnés et mis en valeur non plus pour une classe mais pour la multitude. Pour tout dire d’un mot, c’est le musée du soir et l’exposition ambulante dont on parle depuis si longtemps et qu’on n’avait jamais pu réaliser avant lui ».8

15Cette citation de Adrien Bruneau, qui sera le premier directeur de la cinémathèque et fut un grand partisan de l’Art pour Tous, nous donne la mesure de l’enthousiasme qui l’anime lorsqu’il prend conscience du potentiel éducatif du cinématographe.

16Pour lui, le défilement de l’image cinématographique constitue, par la projection du mouvement, une initiation artistique unique. C’est en développant notre sens de l’observation que l’acquisition du savoir se fait. Les spécificités techniques propres au cinéma (possibilité de ralenti, d’accéléré, de macro cinématographie, etc.) permettent un accès privilégié à la connaissance.

La création de la cinémathèque de la Ville de Paris

17Après de multiples tentatives, la création de la cinémathèque scolaire est entérinée par le conseil municipal de Paris le 14 décembre 1925 sous l’impulsion de Léon Riotor et Adrien Bruneau. Elle ouvre ses portes le 1er janvier 1926 avec l’idée de mettre largement en place la diffusion du cinéma comme outil pédagogique. Elle est le reflet des idées depuis longtemps défendues, notamment « l’Art à l’école », et par quelques ardents militants de l’intégration du cinéma dans les salles de classe.

18Au-delà de la collecte de films qu’elle destine à cette vocation, elle est l’organisme qui doit créer une coordination au niveau des différentes actions réparties dans les diverses administrations sur le territoire français.

19Elle a pour missions :

    • 9 Cinémathèques de Nancy (1924), Lyon (1924), Lille (1926), Alger (1927), Clermont Ferrand (1928), Sa (...)

    D’organiser la Mise en place d’un réseau. Sur la période 1922 / 1934, on voit émerger la création d'une trentaine de cinémathèques régionales9, dont l’objectif est de faire rayonner l’utilisation du cinéma à des fins essentiellement pédagogiques. Raymond Borde et Charles Perrin ont été les premiers à faire état de la part de ces cinémathèques régionales dans la sauvegarde du patrimoine cinématographique avec l’édition en 1992 de leur ouvrage Les Offices du cinéma éducateur et la survivance du muet, 1925 - 1940.

  • De centraliser les informations concernant toutes les évolutions techniques et notamment le Développement d’appareils de projections adaptés à l’enseignement. Entre 1920 et 1932, une multitude d’appareils spéciaux voit le jour. Équipement spécifiquement conçu pour l’enseignement, projecteurs portables, formats réduits, tout un panel de nouveautés techniques apparaissent, qui allient performances de projection et simplicité de maniement pour une appropriation dans le cadre scolaire.
    De plus, par l’intermédiaire de son directeur, elle participe activement à la commission municipale d’étude, de surveillance et de contrôle du cinéma scolaire, instaurée en 1921, dont la mission est de vérifier la sécurité des installations dans les écoles. On peut souligner que sous son impulsion une circulaire ministérielle instaure l’interdiction de diffusion de films en nitrate de cellulose dans les écoles dès le 22 mars 1932…. Pour les cinémas commerciaux, il faudra attendre 1959 .

    • 10 à ce jour aucune n’a été retrouvée.

    D’être un Lieu ressources en matière de Conseils et de formation aux enseignants, aspect à la fois technique (choix d’un appareil, utilisation et maniement des films), que pratique et intellectuel, par le choix des films qu’elle propose qui étaient sensés être accompagnés de notices pédagogiques10, ou quelques décennies plus tard avec la création du ciné Club (à partir de 1947, jusqu’à la fin des année 1980) de l’Association du Ciné Photo Club de l’éducation Nationale.

  • Et enfin de travailler à la mise en place d’un protocole de réalisation afin d’adapter les films à l’enseignement. Cet accord devait être établi en concertation avec les différentes instances concernées, à savoir, l’industrie cinématographique, les pédagogues et les réalisateurs. Dans ce domaine, la création était plutôt comparable à une œuvre collective faite de l’effort coordonné d’un certain nombre de personnes. Le rôle essentiel du producteur étant de réaliser une atmosphère de collaboration intime entre les membres de l’enseignement et les cinéastes. Une circulaire du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux Arts, datée de 1925, nous éclaire sur ce protocole :

  • 11 Paul Bénazet, « le cinéma et l’enseignement professionnel », circulaire à l’entête du ministère de (...)

« Le praticien apporte sa connaissance approfondie du métier […] il donne l’impression de la maîtrise, de la confiance en soi et aussi de la satisfaction qu’il éprouve d’une besogne bien faite. […] Peut-être aussi avec toute son habileté professionnelle, ne possède-t-il pas ce sens pédagogique qui reste l’apanage du maître, du professeur, obligé par définition même d’observer, décomposer, ordonner, graduer, pour mieux enseigner. […] Quant à l’artiste, son rôle est celui du metteur en scène : [il] saura choisir le cadre, déterminer l’éclairage, placer ses personnages, rectifier certaines attitudes, tirer parti de certaines oppositions pour mieux faire ressortir ce qu’il convient de mettre en lumière et tirer au premier plan. […] »11.

20Une fois les règles de réalisation et de diffusion posées, il restait à déterminer les conditions que devait remplir le film lui-même afin de pouvoir être considéré comme un bon auxiliaire d’enseignement. Si en 1919, Léon Riotor supposait qu’il fallait « se borner à une forme simple et scientifique, au document simple » avec l’expérience et les orientations que prend le film d’enseignement, les paramètres se précisent. Il doit être synthétique et court, pour que l’intérêt de l’enfant soit toujours tenu en éveil. Il doit comprendre certaines vues fixes afin que le maître ait la possibilité d’expliquer les images en détail. Il se doit d’exploiter les avantages du ralenti, qui permet « de corriger les défauts de vitesse » ou les « lacunes de l’œil », de l’accéléré donnant à voir en quelques minutes ce qui prendrait des heures, voire des jours à observer. Il doit être « impartial, vrai » car « le film étant un moyen de suggestion extrêmement puissant, il importe que cette suggestion ne fausse ni l’esprit, ni la sensibilité de l’enfant ». Enfin « en un mot, le film cinématographique même et peut-être surtout en matière de vulgarisation scientifique, technique, d’orientation professionnelle doit d’abord être une œuvre d’art. ».

Pratiques cinématographiques et jeunes publics

« Le cinéma est un excitateur d’intelligence. »

Léon Riotor , 1919

21L’accompagnement cinématographique des jeunes publics participe non seulement au délicat travail de la formation des goûts de publics encore fragiles et malléables, mais aussi à l’éducation plus générale des enfants. Si dès les années 10, on note une volonté évidente au sein du corps enseignant d’exploiter le médium cinéma comme auxiliaire de l’enseignement, la pertinence de cet enjeu se trouve dans la concertation mise en œuvre autour des meilleurs moyens de l’utiliser.

22C’est pourquoi, on ne sera guère surpris du peu d’ouvrages faisant référence à ce mouvement. Dans leur Histoire du cinéma, paru en 1925, G. Michel Coissac et Léon Moussinac intègrent un chapitre sur la question de la relation cinéma/école. Ils soulignent avec intérêt la volonté manifestée par le corps enseignant pour développer ce projet, mais Moussinac constate combien les contraintes économiques constituent un frein à l’essor d’une telle entreprise.

23En 1947, l’ouvrage de René Jeanne et Charles Ford consacre un bref développement sur trois pages au thème « Le cinéma à l’école » dans un chapitre traitant de l’évolution du genre Documentaire. Ce développement est amorcé par le constat suivant : « (…) l’écran n’avait trouvé sa place à côté du tableau noir ni à l’école, ni au lycée, ni à l’amphithéâtre » et s’achève sur l’observation suivante « (…) la plupart des maisons de productions françaises, notamment l’Eclair, Gaumont avec la collaboration du Dr Legendre et Pathé avec celle du Dr Comandon, avaient réalisé de nombreux films dont l’intérêt était considérable, mais qui étaient demeurés trop peu connus, car ils ne pouvaient trouver place dans les programmes ordinaires des salles de projections publiques. »

24Presque quarante ans plus tard, l’analyse se détourne du thème du « cinéma à l’école » pour privilégier celui de la constitution des première Archives de films. Ainsi en 1983, l’ouvrage de référence sur ce sujet Les Cinémathèques de Raymond Borde, aborde la question de la Cinémathèque de la Ville de Paris sous un angle on ne peut plus négative Dans un chapitre intitulé Les occasions perdues de la Ville de Paris, l’auteur conclut en ces termes : « la création d’une cinémathèque destinée à diffuser en milieu scolaire des films d’enseignement ne sera finalement que l’ombre d’un rêve. ». Cette conclusion est reprise dans l’ouvrage que Borde publie en 1992, en collaboration avec Charles Perrin, Les Offices du cinéma éducateur et la survivance du muet 1925-1940. On comprendra l’orientation critique de ce propos si on rappelle qu’ils se situent dans le contexte d’une démarche historique négligeant le terrain d’étude du cinéma de non fiction.

25Aujourd’hui, s’arrêter sur une telle conclusion serait oublier la constance de cette institution auprès des publics scolaires depuis 1926. S’il est vrai que cette branche du cinéma a peu intéressé les historiens jusqu’à ces dernières décennies, il n’en reste pas moins que cet effort de la part des pédagogues d’autrefois, a vu émerger la mise en place de réflexions fondamentales sur les approches spécifiques à établir dans cette relation cinéma/jeunes publics. On peut voir à travers cette brève introduction, la pertinence des recherches et les orientations initiées par les pédagogues autour de l’utilisation de l’image animée. Il va de soi que ces orientations ont évolué aussi bien au regard des principes éducatifs que du statut de l’image dans notre environnement.

26Jusqu’au milieu des années 1930, les réflexions portent uniquement sur les problèmes liés à la notion d’enseignement par le cinéma. Il faut attendre la fin des années 1940, avec notamment l’émergence des ciné-clubs pour que l’étude du film, de la technique cinématographique soient abordées. C'est dans cette dynamique que se forme le ciné-club des instituteurs de la Cinémathèque municipale en 1947.

27Enfin, il faudra attendre les années 1990 pour voir s'ouvrir de nouvelles voies à l'approche pédagogique des images animées. En effet au regard des nouvelles possibilités techniques apportées grâce aux outils vidéo puis numériques, des transformations rencontrées dans le domaine de l’éducation et de l’évolution de l’environnement culturel, la cinémathèque renforce dès 1991, son rôle pédagogique originel en mettant en place une série d'ateliers sur le temps scolaire et périscolaire où l’Étude du Cinéma tient cette fois une place prépondérante sans pour autant en être l’unique moteur.

28Mettant en relation le travail de recherche entrepris au sein de ses archives avec ses activités pédagogiques, elle propose des modules élaborés afin de rendre possible l’exploration et l’expérimentation de l’objet Cinéma tout en permettant aux enseignants de trouver des accroches pédagogiques à développer de façon autonome au sein de leur enseignement. Cette approche transversale permet de sensibiliser les enfants à et par l’image, en stimulant leur observation, leur imagination, leur réflexion, leur mémoire dans le but de les aider à mettre de l’ordre dans le flux d’images désordonné auquel ils peuvent être confrontés quotidiennement.

29A l'ère du tout numérique, revenir sur les principes de base du cinéma et permettre aux enfants d’appréhender de manière pratique les techniques diverses de traitement de ce support semble fondamental. La compréhension des dispositifs visuels et sonores auxquels ils sont confrontés leur fait prendre conscience des différentes façons de s’exprimer à travers ce médium.

30Dans cette optique, des ateliers de réappropriation d’archives cinématographiques, par la sonorisation ou le montage ; d’exercices de réalisation abordants différentes techniques (fictions, documentaire, animation) ; d’approches sensibles de la matière cinéma, ou encore simple retour sur l’histoire du cinéma et de la photographie nous permettent aujourd’hui de traiter les multiples axes d’apprentissage en jeu à travers l’éducation à l’image.

Haut de page

Bibliographie

ALMBERG, Nina et Tangui PERRON, « La propagande par le film : les longues marches de Gustave Cauvin », 1895, n° 66, printemps 2012, p. 34-49.

BORDE, Raymond et Charles PERRIN, Les Offices du cinéma éducateur et la survivance du muet (1925- 1940), P.U.L., 1992.

BOURGEOIS, Nathalie, « Cent dix ans (de jeunesse), le bel âge ? », 1895, n° 41, octobre 2003, p. 187-193.

DELMEULLE, Frédéric, « Le rêve encyclopédiste. Le cinéma documentaire chez Gaumont, 1908-1928 », Théorème. Cinéma des premiers temps, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1996, p. 97-111.

DUBOST, Monique, Françoise MASSIT-FOLLEA, Béatrice de PASTRE ROBERT (dir.), Cinéma pédagogique et scientifique. À la redécouverte des archives, ENS  Éditions,  2004.

LABORDERIE, Pascal,  « Les Offices du cinéma éducateur et l’émergence du parlant : l’exemple de l’Office de Nancy », 1895, n° 64, automne 2011, p. 30-49.

LABORDERIE, Pascal,   «  Le   Voile   sacré   (Jean   Benoit-Lévy, 1926), un film d’éducation populaire dans   le   réseau   du   cinéma   éducateur   laïque  » dans L’image dans l’histoire de la formation des adultes, dir. Françoise F. Laot, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 31-48.

PASTRE ROBERT, Béatrice  de,  Article  «  Bruneau  »  in  1895  n°  33,  Dictionnaire  du  cinéma français   des  années  vingt,  Albéra  F.  et  Gili  J.  A.  (Dir.),  A.F.R.H.C.,  2001,  p.  61  ;  URL :   http://1895.revues.org/document89.html,  mis  en  ligne  le  26  juin  2006.

PASTRE ROBERT, Béatrice  de, « Une archive dédiée à la pédagogie du cinéma », 1895, n° 41, octobre 2003, p. 177-186.

PASTRE ROBERT, Béatrice  de, « L’initiation à la beauté des lignes, des couleurs, des formes, des mouvements et des sons », 1895, n° 38, octobre 2002.

PASTRE ROBERT,  Béatrice  de, Emmanuelle DEVOS, « La Cinémathèque de la Ville de Paris », 1895, n° 18, Images du réel, la non-fiction en France (1890-1930), été 1995.

UEBERSCHLAG, Josette,  Le  film  à  intention  heuristique,  un  media  en  faveur  de  l'apprentissage  des   sciences  :  approche  du  concept  au  niveau  de  l'école  élémentaire,  Thèse  de  doctorat  en  sciences et de la communication,  sous la direction de  D.  Raichvarg,  Université  de  Bourgogne,  2003. 

VIGNAUX, Valérie,  Jean  Benoit­Lévy  ou  le  corps  comme  utopie,  une  histoire  du  cinéma  éducateur  dans l’entre-deux-guerres  en  France,  A.F.R.H.C.,  2007. 

VIGNAUX, Valérie,  « Femmes et enfants ou le corps de la nation. L’éducation à l’hygiène dans le fonds de la Cinémathèque de la Ville de Paris », 1895, n° 37, 2002, p. 23-43.

Haut de page

Notes

1 Cette communication reprend en partie les recherches menées pour le mémoire de maitrise La cinémathèque de la Ville de Paris, les idées et les faits (1906-1938) par Emmanuelle Devos, sous la direction de Michel Marie, 1996. Voir aussi, La cinémathèque de la Ville de Paris, E. Devos et B. de Pastre, 1895 n°18, pp 107 et suivantes.

2 Le cinéma scolaire et éducateur. Manuel pratique à l’usage des membres de l’enseignement et des œuvres post scolaires, par Eugène Reboul, 1926, 2° édition.

3 Le cinéma scolaire et éducateur. Manuel pratique à l’usage des membres de l’enseignement et des œuvres post scolaires, par Eugène Reboul, 1926, 2° édition.

4 Se reporter à Mémoire de l’Ombre et de la Lumière, Jacques Pérriault, Ed. Flammarion, 1981.

5 En 1922, Gaumont propose aux établissements non munis d’électricité de se munir d’un Lumicycle Gaumont dont on retrouve une description dans l’Histoire du cinématographe des origine à nos jours (1925)de M.G Coissac : « Le Lumicycle, est l’une des dernière et des plus curieuse inventions des établissements Gaumont. Figurez-vous un monocycle moderne style, dans un cadre rectangulaire, avec un roulement à billes, pédales et courroies actionnant à la fois, une magnéto et la projection ; bien mieux, permettant avec une facilité jamais obtenue encore, de mener à son gré le film et la lumière, de ralentir ou d’arrêter la vue, de la fixer, etc. A ce jour, un des meilleurs parmi les appareils produisant leur éclairage, pour les projections scolaires et de petite exploitation. Le mécanisme en est fort simple : vous enfourchez la selle, une selle de cycliste, vous pédalez au rythme voulu ; vous tenez deux manettes commandant la course du film ou son arrêt ; vous débrayez et il ne vous reste qu’à faire la leçon, comme dans un fauteuil ».

6 Rapport Général au ministère de l’Instruction publique et des Beaux Arts, travaux de la commission extra-parlementaire chargée d’étudier les moyens de généraliser l’application du cinéma dans les différentes branches de l’enseignement par Auguste Bessou, Paris 1920.

7 Rapport et document du Conseil Municipal de la Ville de Paris, n°60, 1922 – Intervention de Léon Riotor.

8 Adrien Bruneau « Le cinéma dans l’éducation artistique. Une nouvelle méthode de l’enseignement du dessin » Bulletin de l’Institut général psychologique, n° 4-6, 1921.

9 Cinémathèques de Nancy (1924), Lyon (1924), Lille (1926), Alger (1927), Clermont Ferrand (1928), Saint Etienne (1922) , Nîmes (1928), Toulouse (1930) , Marseille (1931).

10 à ce jour aucune n’a été retrouvée.

11 Paul Bénazet, « le cinéma et l’enseignement professionnel », circulaire à l’entête du ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts, sous-secrétariat d’Etat de l’enseignement technique, 19 décembre 1925.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Devos, « Des principes d’une cinémathèque dédiée aux « jeunes publics » : La cinémathèque Robert-Lynen », Conserveries mémorielles [En ligne], #16 | 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/1956

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Devos

est responsable de la bibliothèque Robert Lynen (Ville de Paris).
Emmanuelle Devos is responsible for the Robert Lynen library (Ville de Paris).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org