Navigation – Plan du site

Los Angeles, espace augmenté révélé par un genre littéraire : l’anthologie

Los Angeles, augmented space revealed through a literary genre : the anthology
Charles JOSEPH

Résumés

Cet article se propose d’explorer l’espace hors-normes de la ville de Los Angeles grâce au genre de l’anthologie et le rapport presque homologique qui se dégage entre ce genre littéraire et le territoire de la mégalopole. Los Angeles est un motif littéraire depuis sa création et elle se donne à lire en romans, autobiographies, journaux, poèmes ou chroniques produites par des auteurs de passages, immigrés ou natifs de ce lieu devenu culturellement emblématique. Espace souvent perçu comme anti-intellectuel, Los Angeles est une ville qui s’est construite sur l’association indélébile qui l’unit à l’industrie hollywoodienne et qui a générée, de manière exponentielle depuis la seconde guerre mondiale, une imagerie idéalisé de son territoire aboutissant à un imaginaire collectif qui régit une série d’attentes autant qu’un diktat irrésistible de ce que l’american way of life signifie. Cette mémoire toute médiatique a ainsi pris le pas, voire le pouvoir, sur une mémoire humaine locale qui passe au second plan, mémoire médiatique marquant l’avènement d’un espace augmenté. C’est cependant en se calquant sur la démarche compressive de la mémoire augmentée que les anthologies littéraires s’articulant autour de Los Angeles comme objet, parviennent à rivaliser avec un mécanisme chronophage et tentent de rétablir un parcours mémoriel, qu’il soit spatial et/ou temporel, plus en phase avec la réalité quotidienne du territoire.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Los Angeles (USA)

Index chronologique :

1930-2014
Haut de page

Texte intégral

1Ville artistique, New York a depuis sa création été associée à la littérature et à la photographie comme le montrent de très nombreux ouvrages photographiques et autres anthologies littéraires. New York est tout ce que sa rivale située à l’opposé du pays n’est pas. C’est une ville prolifique et inventive où une culture aussi bien réservée à l’élite qu’aux néophytes peut s’exprimer sans limites. Mais Los Angeles, cette jumelle indigne, cette terre a-culturelle, revendique depuis la fin des années 1990 une intellectualité qui lui était jusqu’alors interdite. Los Angeles a construit son mythe parallèlement à New York et les deux villes se sont différenciées très rapidement. Los Angeles allait devenir le temple de la culture de masse avec un âge d’or hollywoodien éphémère dont les puristes prononcent la mort après la seconde guerre mondiale. Le 7ème art hollywoodien devient dès lors associé à un art mercantile et le dollar signe aussi bien la déchéance artistique et intellectuelle que l’avènement d’un veau d’or qui n’aura de cesse de nier toute existence culturelle en dehors d’un cinéma omnipotent à la qualité artistique souvent critiquée et mise à mal. Dès ses débuts, la ville, pourtant qualifiée d’Eden par les nombreux promoteurs immobiliers à l’origine de son ascension, laissait présager une infinité des possibles où toutes les opportunités s’offraient à celui qui s’y établissait. Mais les facteurs urbains, culturels, historiques, voire parfois sociologiques ont favorisé l’effacement de toute voix singulière. La marginalité artistique a cependant su trouver sa place dans les sphères parallèles d’un réseau « underground » que seuls les initiés connaissent et exploitent.

2La fin des années 1990 marqua un point décisif dans la ville de Los Angeles sur plusieurs plans. D’une part, la ville se stabilise enfin ; l’expansion du tissu urbain jusqu’alors incontrôlée, devient plus modérée et les frontières autrefois inexistantes se posent peu à peu, donnant forme à une entité urbaine stable. D’autre part, la révolution internet permet une plus large diffusion d’artistes, écrivains, musiciens, photographes, et le monde découvre avec stupéfaction un Los Angeles dans Los Angeles. La ville que l’on qualifiait de « cultural wasteland », de « intellectual blackhole » ou encore de « literary desert » vole en éclat et permet une visibilité soudaine que de nombreux éditeurs comme Paul Vangelisti, Jack Grapes ou Elliot Fried essayaient déjà de valoriser dans les années 1970 (Bennett, 2007, 135). Cette scène culturelle s’est pour autant développée en marge depuis les débuts de la cité angelena, mais cet intérêt très nouveau a eu pour conséquence la publication d’un très grand nombre d’anthologies, comme pour rattraper le temps perdu, sortes de condensés d’une vie littéraire riche mais ignorée.

3Signe distinctif assez surprenant, beaucoup de ces anthologies sont consacrées à une forme littéraire bien particulière : la poésie. D’ailleurs, l’un des premiers ouvrages anthologiques ayant trait à la ville était entièrement consacrée à la poésie avec Poetry Los Angeles, édité par James May et Peter Yates en 1958. Même les anthologies regroupant différents genres comme L.A. Exile : A Guide to Los Angeles Writing 1932-1998 édité par Paul Vangelisti en 1999 ou Writing Los Angeles : A Literary Anthology de David Ulin publié en 2002 font une place au genre poétique, genre souvent absent de ce type d’ouvrage. Quel meilleur moyen pour ces auteurs d’expier leur ressentiment d’une injustice sociale liée à une politique urbaine du cloisonnement ; ou pour rendre compte de la singularité d’un espace qui à la fois emprisonne et fascine ; ou bien encore pour laisser une trace dans une ville moderne, dans une ville augmentée ?

4Aussi, les lignes éditoriales mises en avant par les concepteurs de ces ouvrages sont à expliquer. Les anthologies sur la ville de Los Angeles ne se placent pas dans une contemplation littéraire d’auteurs connus et reconnus mettant face-à-face pour la première fois des textes devenus des classiques. L’anthologie n’a pas ici pour démarche la célébration mais la visibilité et la découverte d’une scène littéraire. Il s’agit de faire connaître les auteurs. Editeurs du déjà révélateur The Misread City, Scott Timberg et Dana Gioia remarquent que :

The aim of The Misread City is simple. We want to provide a range of perspectives on the current state of Los Angeles literary life – not only in fiction and poetry, but also in its general cultural situation. […] High or low, native or imported ; however, this creative work has now often seemed to exist in a critical vacuum. (Timberg & Gioia, 2003, xiii)

5David Ulin, lui, explique dans l’introduction de son anthologie intitulée Another City que :

One of the disheartening things about Los Angeles literature is that the same few writers get mentioned every time the subject comes up. […] I don’t mean to disrespect these authors ; almost uniformly, they deserve their attention, but they’re not the only ones. In that sense, Another City is an attempt to open up the discourse, by turning the spotlight on other writers, and giving their work a forum, a context of which they can be a part. (Ulin, 2001, xviii)

6Tandis que le collectif éditorial de Invocation L.A. précise en ouverture :

These poets make bold statements of survival, not so much in celebration, but in challenge. (Clinton, 1989, ix)

7Ces objets littéraires disposent par ailleurs d’une force intrinsèque par l’aspect choral qu’ils entretiennent. L’union fait la force face à une ville qui nie toute existence à une scène littéraire pourtant bien présente. L’oppression des médias générée par l’espace de la ville se fait moins forte lorsque les forces se trouvent rééquilibrées. Ainsi, au fil des pages de ces ouvrages, les textes donnent à voir un parcours de l’espace singulièrement différent des approches que nous avons pu voir jusqu’alors, et offrent une expérience spatiale inédite d’un territoire fortement connoté. Los Angeles n’est pas une ville qui s’aborde frontalement, car les codes qui la définissent sont inédits, et une mobilité repensée est requise pour celui qui aspire à la comprendre. Mais la mobilité spatiale s’avère insuffisante. En effet, l’anthologie permet un retour en arrière et déplie une temporalité de la compression. L’immédiateté de l’image est mise de côté et le phénomène d’effacement de la mémoire cher à Norman Klein enrayé (Klein, 2008). Enfin, le contexte très contemporain de ces ouvrages vient soulever la question non négligeable de la place qu’ils occupent dans une cité qui engendre une profusion de signes et de signifiants qui la définissent. En effet, la terminologie très contemporaine de réalité augmentée va désormais de pair avec une conception moderne de la ville, et apporte avec elle une complexification grandissante de l’espace urbain. Comment considérer et inscrire ces anthologies dans une mémoire vive qui peine à se faire une place dans un Los Angeles qui semble en perpétuel basculement entre réalité et hyperréalité ?

8Il s’agit dans un premier temps de considérer l’espace de la ville et de voir comment l’objet anthologique permet son appréhension globale. De cette compréhension spatiale, le lecteur pourra considérer l’espace réel de la ville et s’expliquer un fonctionnement en marge de généralisations qui ne lui correspondent pas. Dans un second temps, nous verrons comment la temporalité mise en œuvre dans les anthologies permet une rectification de l’imaginaire collectif de la ville. La chronologie en suspens entrouvre les mécaniques d’une imagerie médiatique et donne au lecteur les moyens de rectifier une image erronée. Enfin, il s’agit dans un troisième temps de comprendre comment ces anthologies entrent en jeu en termes de conservation mémorielle du territoire de la ville. Après avoir défini et expliqué le concept de ville augmentée, nous argumenterons sur la possibilité de considérer la mémoire anthologique comme mémoire vive d’un Los Angeles augmenté.

Parcours nécessaire d’un espace singulier

9L’espace de la ville de Los Angeles a toujours été un véritable dilemme aussi bien pour les Angelenos qui ont dû s’en accommoder, que pour les touristes, souvent peu préparés à l’expérience spatiale qui les attend. Au cours de son développement qu’Edward Soja explique en cinq périodes successives (1870-1900, 1900-1920, 1920-1940, 1940-1970, 1970- ? (Soja, 2000, 121-144)), la ville s’est modifiée, a évolué et les modes de déplacement avec elle. Certains auteurs comme David James vont plus loin et voient en l’espace de la ville l’obsession première des Angelenos, et plus particulièrement des écrivains. Symptôme de cette hantise de l’espace, James remarque que la quasi-totalité des anthologies regroupant des textes d’écrivains angelenos mentionnent dans leur titre Los Angeles, phénomène endémique qu’il explique comme suit :

Writing in Los Angeles shows such an overriding preoccupation with a sense of its own place that the architectural texture of the city becomes itself the primary subject matter and the model of psychological self-consciousness. Spatiality – the geographical given and the human transformation and re-imagining of it – appears as the bed-rock upon which the specifics of social life are constructed, the frame within which cultural sensibility finds itself. (James, 2007, 140)

10Il est aussi à noter que la plupart des textes de ces anthologies ne sont pas forcément écrits par des Angelenos natifs. Certains comme Bertolt Brecht, Raymond Chandler ou Charles Reznikoff n’ont été que de passage dans la mégalopole. Les auteurs ayant vécu toute leur vie à Los Angeles se font rares mais l’on peut citer parmi ceux-ci Wanda Coleman, Dan Fante ou Mike Sonksen plus connu sous le pseudonyme de Mike the PoeT. L’espace de la ville est alors appréhendé de manière différente selon l’histoire personnelle de chacun. Pas nécessairement dans la description que l’on en fait, l’espace de la ville reste le même pour tous, mais la perception qu’on en a peut s’en trouver modifiée. Etre Angeleno signifie avoir intégré depuis son plus jeune âge un fonctionnement spatial particulier et une appréhension de l’espace avec ses codes et références qui peuvent différer de ceux d’un étranger. Etre américain importe peu car être confronté à l’espace angeleno, c’est être confronté à une construction urbaine hors-norme et inédite.

11Si ces auteurs, qu’ils soient Angelenos ou non, s’intéressent au corps même de la ville, à son incarnation physique, à son rythme, à ses maux, c’est parce que Los Angeles ne ressemble à aucune autre mégalopole. De par son emplacement géographique sur la faille de San Andreas, le développement urbain n’a pu se faire en hauteur comme pour les autres villes américaines, mais il s’est fait à l’horizontal. Reyner Banham dans son ouvrage Los Angeles, An Architecture of Four Ecologies publié en 1971 fait état de la bizarrerie architecturale qu’est Los Angeles et d’une construction à la fois aberrante et séduisante. Loin de considérer la ville comme une erreur monumentale de planification urbaine, il dresse un portrait versatile d’une ville qui ne se construit pas partout de la même façon. Mais depuis les années 1970, la ville est devenue « Postmetropolis » comme la qualifie Edward Soja (Soja, 2000), ville-monde au tissu urbain qui paraît infini.

12L’homme plongé au sein de ce labyrinthe des temps modernes n’est qu’un point parmi tant d’autres, oppressé par une masse urbaine qui ne perd pas de temps avec l’individualité. C’est à l’homme de se faire entendre, à lui de se faire voir, à lui de se faire comprendre. Le communautarisme ethnique ou religieux représente donc ces syndicats urbains qui permettent une certaine visibilité dans une masse urbaine informe. Le nombre fait la force et ces communautés ont peu à peu forgé un quartier, une ville qui leur ressemble, multiple et diversifiée. Cette boule à facettes urbaine où la profusion de signes vient assaillir le visiteur de passage, peut paraître comme offensive envers l’étranger qui se doit d’intégrer, en très peu de temps, les modes de fonctionnement d’une « ville-villages » comme l’explique Stéphane Degoutin :

Paradoxalement, dans la mégalopole immense et isotrope qu’est Los Angeles, l’unité de la population est maintenue par le principe de la vie villageoise. Plus qu’une mégalopole (accumulation de villes), elle est une « mégalokome », une accumulation de villages (komê) et de petites communautés, un territoire rural replié sur lui-même. De cette singularité vient une grande partie de son étrangeté. Pour soustraire l’habitat à la densité chaotique de la mégalopole et créer un environnement non-anonyme, la mégalokome se forme comme une juxtaposition de communautés homogènes très fortement ségréguées. (Degoutin, 2006, 232)

13Ce mode de fonctionnement original ne sera néanmoins perceptible qu’à l’aide d’une mobilité accrue dans la ville. Pour appréhender Los Angeles dans sa globalité, le déplacement est nécessaire, nécessaire mais cependant insuffisant. Appréhender la ville dans son intégralité implique une décision toute personnelle : celle de parcourir la ville par des axes et des moyens subsidiaires ; sinon la ville se tient à distance, elle se tient à l’écart. L’anthologie, qu’elle soit littéraire ou photographique, donne à voir cette multitude de Los Angeles, et illustre ce besoin de maîtrise sur l’espace afin de le comprendre. La mobilité révèle l’espace de la ville autant qu’elle donne le pouvoir sur ce dernier, dialectique de la révélation et du pouvoir intrinsèque au territoire angeleno. Cette dialectique prend appui sur un mode de transport dont on ne peut se passer à Los Angeles, la voiture. Elle est essentielle à l’habitant autant qu’à la ville. Sans l’automobile, Los Angeles n’existerait pas. La ville doit d’ailleurs son développement exponentiel aux gigantesques autoroutes qui la desservent. Banham qualifie la ville de « autopia » (Banham, 2009, 189-200). Comme Joan Didion, chaque auteur relatant son expérience angelena y évoque la voiture comme une nécessité :

A good part of any day in Los Angeles is spent driving, alone, through streets devoid of meaning to the driver, which is one reason the place exhilarates some people, and floods others with an amorphous unease. (Ulin, 2002, 570)

14Mais être propriétaire d’une voiture ne signifie pas que l’on maîtrise l’espace de la ville pour autant. Les déplacements se font sur les autoroutes, énormes artères déversant un flot continu d’Angelenos dans leurs déplacements quotidiens. Ces autoroutes sont soit en hauteur, passant au-dessus des habitations de la ville, soit à leur niveau mais elles sont alors encadrées de murs de bétons de plusieurs mètres de haut, occultant tout champ de vision possible, si bien que l’on ne peut savoir où l’on se trouve dans la ville en dehors des panneaux de signalisation nous indiquant le nom des sorties. Utiliser les autoroutes angelenas revient à se déplacer d’un point A à un point B en occultant toute représentation urbaine en dehors de ces deux points. L’infrastructure autoroutière permet un déplacement rapide, mais elle n’implique pas une meilleure connaissance de la ville… Le conducteur doit faire le choix de prendre le temps d’explorer la ville pour voir la ville. La mobilité est le facteur qui révèlera la ville pour ce qu’elle est, mais cette mobilité doit être accompagnée d’une réelle volonté de la part de son acteur/moteur d’apprécier la ville pour ce qu’elle est.

15Plusieurs auteurs, comme Wanda Coleman, rappellent également que mobilité rime avec pouvoir à Los Angeles. Coleman en fait état dans son poème « I live for my car » publié en 1991 :

can’t let go of it. to live is to drive. to have it function
smooth, flawless. to rise with morning and have it start […]
my car’s an absolute necessity in this city of cars where
you come to know people best by how they maneuver on the freeway […]
i live for it. can’t let go of it
to drive is to live (Coleman, 1991, 71)

16Vivre signifie conduire et vice-versa. Le déplacement est vital et l’immobilité signifie la mort. Ne pas avoir de voiture signifie se raccrocher au système de transport en commun réputé pour être très défaillant. Si le métro de Los Angeles est plus fiable que les bus, il reste un transport en commun relativement marginal malgré les récentes et très nombreuses améliorations et extensions de son système. Pourtant, si ces modes de transport ne s’intègrent pas dans un usage quotidien, car trop imprévisibles ou restreints, ils sont particulièrement propices à la flânerie, activité que l’on pense impossible dans une ville comme Los Angeles, en dehors des plages qui bordent la ville. Mais bus et métro (ou même les taxis comme le révèle Michael Mann dans son film Collateral réalisé en 2004) impliquent une relation différente à l’espace, et surtout, une relation différente au temps. Les rencontres faites à bord du bus donnent à voir une ville à deux vitesses et une réalité sociale bien plus persistante que l’on ne veut bien le croire. Les émeutes de 1992 n’ont pas signé l’arrêt net de la fragmentation sociale angelena, bien au contraire. Ces trajets permettent de reconstituer un puzzle urbain qui va de pair avec une stratification sociale hermétique.

17Mike Sonksen dans son ouvrage intitulé I Am Alive In Los Angeles retranscrit et interprète pour le lecteur, le circuit effectué par deux des cinq lignes de métro de la ville dans les poèmes « Long Beach Blues » et « Butter & Gold » (Sonksen, 2006, 69-72 et 73-75). De cette déambulation inattendue, Mike the PoeT découvre une nouvelle facette de la ville qu’il prend le temps de contempler : « Riding the Gold line offers an intimacy with the landscape not possible in a car. » (Sonksen, 2006, 73) La proximité entre l’observateur et la ville est sans pareil. A bord du métro, il parcourt la ville empruntant des chemins de traverses inédits au plus proche des habitations et autres quartiers qu’il ne connaissait que de nom. Traversant successivement les ghettos de la ville, les espaces industriels, le centre des affaires, les quartiers résidentiels, les quartiers chinois, japonais, hispaniques, les parcs ou les cimetières, il voit que tous ces espaces se répondent et se combinent, loin du cloisonnement présupposé qui les caractérise. Se laisser le temps de voir la ville au travers d’un prisme différent, ouvre de nouvelles perspectives qui nous étaient niées jusqu’alors.

18L’écrivain et scénariste Marc Norman se propose d’explorer la ville sous un angle encore plus libre dans son ouvrage publié en 1972, Bike Riding In Los Angeles. Grâce à la bicyclette, le voyageur est au plus proche de la ville, il la contemple directement et repère les lieux. Le cycliste est aussi piéton, et ce double statut lui permet une exploration presque exhaustive de la ville. Il devient maître des lieux et la ville se révèle à lui comme à aucun autre, car il prend le temps de considérer l’espace aussi bien dans son étendue que dans son particularisme. Le cycliste, qu’il en ait conscience ou non, est celui qui sera en mesure de dénicher les recoins cachés et autres belvédères inconnus. Ces trésors sont ce que Norman appelle des « dream zones » (Ulin, 2002, 569), lieux magiques, hors du temps où la rêverie est de mise. Ces lieux cachés que la ville garde jalousement, ne seront dévoilés qu’au voyageur valeureux qui s’autorise le temps de l’émerveillement. Ce renoncement à l’impersonnel de l’automobile le rend digne d’apprécier le spectacle :

Years later, the Bike Rider and his junior-high buddies ride their bikes down to Venice on summer Saturday afternoons, playing hide-and-seek among the few oil derricks left, kicking away the rusting no-trespassing signs, climbing ladders, whooping from the top. There’s a small sad amusement park wedged in among the derricks and tarry pools, famous for its rollercoaster whose wheels actually lift off the tracks on a certain curve. The Bike Rider and his friends dare each others to go on it. One day among the derricks, they discover a Venetian canal and a Venetian bridge. The canal is weed-lined and scummy – an old Ford sits in the middle of it, with only its roof showing. The bridge is crumbling – the steel reinforcing rods in the concrete have rusted through and send brown drips down its side. They gaze on it briefly, only a little curious, savages among Easter Island statues.
They have no idea this is a major Los Angeles Dream Zone. (Ulin, 2002, 592-569)

19Cette mobilité est, de surcroît, largement favorisée par l’anthologie. A la manière de la ville qui juxtapose ses différences et inégalités urbaines, l’anthologie rend possible une vue d’ensemble de tous ces possibles. Le lecteur peut, à son gré se rendre dans différents quartiers, les parcourir de différentes façons, selon les textes qu’il choisit de lire. L’anthologie devient ainsi, intentionnellement ou bien malgré elle, une projection de la ville, un condensé spatial qui donne à voir Los Angeles sous plusieurs angles distincts. L’objet littéraire devient une extension de la ville et la mimétique spatiale qui l’anime la lie irrémédiablement au rythme urbain auquel l’anthologie se superpose.

Une temporalité remaniée, une image rectifiée

20La mobilité spatiale est un atout nécessaire à une appréhension globale de la ville complexe qu’est Los Angeles. Cette mobilité reste cependant liée à une volonté décisive de la part du voyageur. La temporalité de ces différents déplacements influe sur la perception de la ville mais la temporalité est un axe d’analyse privilégié lorsque l’on se réfère aux anthologies de la ville. En effet, si le genre permet un parcours dans l’espace de la ville, il permet aussi un parcours dans le temps. On peut alors retracer l’évolution d’une ville sur des plans sociologiques, historiques, urbains, etc. Pour une ville comme Los Angeles, l’anthologie déroule sous nos yeux un cheminement de la déchéance ou l’avènement de la vérité.

21Les choix éditoriaux effectués en amont de la publication de toute anthologie conditionnent son usage mais aussi l’image qu’elle renverra de l’objet central choisi. L’anthologie conséquente de David Ulin, Writing Los Angeles, regroupe les travaux de plus de 70 auteurs classés chronologiquement de 1902 à 1997. Ainsi, Ulin propose à lire une histoire littéraire ayant trait à la ville de Los Angeles dont l’objet est la ville elle-même. Tous les auteurs sélectionnés parlent de leur Los Angeles, à un moment bien précis de sa construction. S’il ne s’agit pas là d’un ouvrage historique, l’anthologie d’Ulin n’en demeure pas moins un recueil de témoignages de premier ordre lorsque l’on aborde l’histoire de la mégalopole. Faisant plus souvent référence à une réalité sociale qu’historique, l’anthologie met en mots une histoire humaine souvent mise à l’écart, particulièrement à Los Angeles devenue, durant ces dernières décennies, terre de déshumanisation. On peut ainsi retrouver dans les pages de l’anthologie, l’évolution du mythe californien en accord avec la typologie qu’en a fait Norman Klein :

Each myth becomes dated when it no longer fits the market. Then it mutates erratically into other schemes : the myth of the climate (1880s to 1930s) ; the myth of a freeway metropolis (1936-1949) ; the myths of downtown renewal (1940s to 1970s) ; the myth of the pacific Byzantium (1980s, with the impact of massive immigration, and the internationalization of urban and suburban space). (Klein, 2008, 29)

22Ces mythes de la ville sous-tendent différents textes, mais ils sont souvent mis à mal plutôt que défendus par les auteurs. En effet, ville où tous les extrêmes et paradoxes se côtoient, certains textes attestent de ce paradis terrestre, alors que d’autres en font une description loin de l’Eden retrouvé. On ne peut s’empêcher, lorsque l’on se plonge dans ces anthologies, de ressentir également une volonté d’archivage mais dans un but bien précis, celui de la rectification en plus de celui de laisser une trace. Ces anthologies constituent une véritable mémoire littéraire, mais pas seulement. En dehors de cet archivage littéraire très solennel, il y a une tonalité parfois presque pamphlétaire dans ces textes qui ne dissimulent pas leur objectif : donner à voir Los Angeles pour ce qu’elle est pour l’auteur qui la décrit/décrie, et non pas pour les images qu’elle renvoie. Ville où l’image est toute puissante, Los Angeles sature notre imaginaire avec une multitude d’images cinématographiques, télévisuelles ou photographiques, qui alimentent une conception toute subjective de la ville devenue normale, presque familière, d’une ville où l’on a pourtant, très souvent, jamais mis les pieds. Douglas Nickel dans son introduction à l’ouvrage photographique This Side of Paradise : Body and Landscape in Los Angeles Photographs de Jennifer Watts et Claudia Bohn-Spector explique le phénomène de la façon suivante :

The hypothesis is this : a landscape photograph does not merely depict its subject, but always stands in some kind of reciprocal relation to it. For each of us, a location will attain a certain visual identity through our lived experience of the place : our memory collapses this experience into a set of mental images that, taken together, stand (for us) for the meaning of the place. But often we find we can recognize the look and feel of a place we have never visited, or have visited only cursorily - a recognition born not of direct encounter, but through the experience of images or descriptions of that place. Photographs, especially, appear to perform a kind of cognitive reduction to visual essence that makes them seem like memories of their subjects ; indeed, they sometimes displace actual memories. We might call the special way the photographs transmutes object into image its "idealization" of its subject. This, more than its specificity or its putative resemblance to direct encounter, may be what makes the photograph such a potent carrier of meaning in Western society. (Nickel, 2008, 2)

23Cette image, ce cliché précisément cliché de la ville, cette apparence contrôlée et futile, voire vaine parfois, s’est finalement transposée sur l’image des Angelenos eux-mêmes. En effet, les habitants de Los Angeles sont perçus comme oisifs, et trop enclins à un monde de l’illusoire qui finira par les décrédibiliser, tout particulièrement les écrivains. En effet, dans les années 1930, de nombreux écrivains s’essayèrent à l’écriture de scénarios pour de grands studios hollywoodiens avec un succès souvent en demi-teinte. Des auteurs reconnus comme William Faulkner ont ainsi succombé aux sirènes de Los Angeles sans y connaître de réels triomphes. Suite à ses désillusions, Faulkner publia en 1935 la nouvelle intitulée « Golden Land » (Ulin, 2002, 131-151). Le titre de « terre d’or » devient des plus ironiques puisque le texte décrit un système hollywoodien très archétypal, enclin à une insidieuse corruption qui n’ouvre ses portes qu’à ceux qui usent de stratagèmes machiavéliques. Ce fut dès lors très simple de labéliser ces détracteurs comme des écrivains frustrés de ne pas être parvenus à se faire une place dans ce système. De plus, ces textes marginaux n’étaient pas de taille à rivaliser face à une telle profusion d’images publicitaires, il était donc très simple de balayer ce pseudo-désaveu d’un revers d’écran.

24L’anthologie, par la multitude de voix qu’elle représente, donne un poids au propos qu’elle donne à lire que les textes indépendamment n’ont pas. Cette constance aussi bien sémantique qu’éditoriale apporte un véritable contrepoids face aux images édulcorées que nous vendent nos écrans. Editeur de l’anthologie LA Shorts, Steven Gilbar, nous rappelle d’ailleurs en introduction de son ouvrage :

LA Story, LA Confidential, LA Law, LA Woman…movies, television, rock lyrics, all offer up images of Los Angeles. Typically they showcase the glitz, the decadent, the shallow ; the city, as one critic put it, of lapsed angels. Such is the media take on LA. A more telling counterpoint to these modern myths emerges in literature. (Gilbar, 2000, vii)

25La mémoire de la ville ne s’imprime plus uniquement sur papier glacé, elle se construit aussi en marge de l’industrie hollywoodienne omnipotente, et trouve le moyen d’exister face à celle-ci. De plus, le fait de regrouper un siècle de textes littéraires permet d’appuyer le propos parfois contestataire des textes sélectionnés. La continuité donnée à cette mémoire vive de la ville lui confère une autorité qu’elle n’avait pas su acquérir au préalable. Cette temporalité ainsi déployée, exposée, permet au lecteur un retour en arrière ou même un arrêt sur image que l’imagerie hollywoodienne ne permet pas, voire qu’elle bannit. Prendre le temps de voir comment était la ville donne la possibilité de mieux comprendre ce qu’elle est devenue.

26Ces travaux viennent rectifier, corriger une image, ainsi que l’exportation d’une histoire erronée. C’est un peu comme si l’on n’avait eu qu’une seule version des faits jusqu’alors. Il y eu cependant un élément déclencheur rendant possible ce processus de réajustement : les émeutes de 1992. Si les émeutes de 1965 ont tout autant marqué les esprits, elles s’inscrivaient dans une forme contestataire plus globale qu’était celle du mouvement des droits civiques pour les Noirs Américains. Les émeutes de 1992 sont survenues alors que personne en dehors de Los Angeles ne les avaient imaginées. Les images qu’exportait la ville de Los Angeles étaient loin de la misère sociale de South Central, et lorsque la ville en flammes s’est trouvée largement médiatisée, alors l’écart entre réalité et fiction fut exposé et se creusa significativement. L’image que Los Angeles avait soigneusement construite au fil des décennies s’effondra comme un château de cartes. Mais l’industrie hollywoodienne ne se formalisa pas de ces évènements et resta figée dans son rôle de diffusion d’une imagerie contrôlée. L’instantanéité de l’information télévisuelle a permis à la ville de Los Angeles de rebondir rapidement et d’effacer ce mauvais souvenir très (trop ?) rapidement, mais le mal était fait. Le jeu de dupe prit fin dès lors que l’édifice médiatique de la ville se fissura. Cette dialectique de l’écart sur laquelle la ville avait bâti son mythe finit ainsi par se retourner contre elle et attribua une importance notoire à cet autre discours de la ville.

27Les textes qui composent l’anthologie sont l’occasion pour le lecteur de faire un arrêt sur image, de prendre le temps de réfléchir la ville dans une parenthèse temporelle qu’ils décrivent et qui n’appartient qu’à eux. De ce dialogue entre deux temporalités distinctes, de cet état presque contemplatif d’une cité qu’il redécouvre, le lecteur prend contact avec un Los Angeles sur lequel il pose un regard différent. Les textes dépeignant une réalité qui paraissait alternative, deviennent des sources fiables, et nous permettent un retour dans le passé plus en phase avec une vérité qui était alors transcendée par un mécanisme médiatique qui la sublimait. Les anthologies font presque office d’institutions officielles en permettant en quelque sorte une réhabilitation de ces textes et de leurs auteurs. Ils ne sont plus les auteurs aigris, laissés pour compte des studios, mais les témoins honnêtes d’un Los Angeles qu’ils ne diabolisent pas non plus. Raymond Chandler évoquait pour sa part, une ville « no worse than others, a city rich and vigorous and full of pride, a city lost and beaten and full of emptiness. » (Ulin, 2002, 170). De son côté, James Cain auteur connu pour son roman The Postman Always Rings Twice publié en 1934 propose dans son essai intitulé « Paradise » de reprendre Los Angeles de zéro, de faire table rase des idéaux préconstruits concernant la ville et d’en faire une description au plus proche d’une réalité dont il se porte garant :

I shall attempt, in this piece, an appraisal of the civilization of Southern California, but it occurs to me that before I begin I had better give you some idea what the place looks like. If you are like myself before I came here, you have formed, from Sunkist ads, newsreels, movie magazines, railroad folders, and so on, a somewhat false picture of it, and you will have to get rid of this before you can understand what I am trying to say. […] When you have got this far, you can begin quite starkly with a desert. As to what this desert looked like before it was touched by man you can get an idea by following it across the Mexican border into Lower California, where man is feeble and touches no more than he has to. (Ulin, 2002, 108-109)

28Le curseur temporel se déplace à notre gré, et se construit sous nos yeux une mémoire parallèle d’un Los Angeles révolu. Ces anthologies apportent comme un soulagement, un cataplasme qui vient mettre fin à une amnésie forcée. En se libérant de l’oppression latente qui projetait ces écrits au second plan, les anthologies viennent boucler la boucle. Cependant cette mémoire retrouvée ne vient-elle pas à son tour alimenter pléthore de signes voulant décrire la vraie ville sans jamais sembler y parvenir… Cette mémoire est là parmi tant d’autres. Elle aura toujours ses détracteurs pour juger le témoignage trop sectaire, biaisé, informel pour qu’il soit pris en compte. L’absence d’auteurs hispaniques peut parfois être un facteur majeur de temporisation concernant la véracité des corpus choisis. Mais ces anthologies littéraires n’ont pas pour but une cohérence socio-politico-historique, elles donnent tout simplement à voir une autre image de Los Angeles et contribuent à la mémoire vive de la mégalopole. Mais cette mémoire vive entretient un rapport particulier avec une réalité elle-aussi magnifiée. Los Angeles est, selon Jean Baudrillard, LA ville où le rapport au réel s’effrite mais aussi se réinvente. Comment appréhender alors l’inclusion et la place de ces anthologies dans cette mémoire à son tour remise en question ?

Une mémoire augmentée pour une ville augmentée ?

29Que ce soit dans l’espace ou dans le temps, les textes présents dans ces anthologies deviennent, parfois malgré eux, une compilation de moments et d’espaces vécus qui contrastent fortement avec une réalité projetée différente. C’est au lecteur de combler cet écart entre deux réalités distinctes et de faire émerger par lui-même et dans ses propres termes, une mémoire du territoire tel qu’il lui est donné à lire. L’anthologie révèle alors une confrontation entre la réalité qu’elle expose et la réalité augmentée mise en œuvre par l’industrie médiatique qu’abrite Los Angeles. La terminologie contemporaine de la réalité augmentée n’est pas sans rappeler les propos de Jean Baudrillard qui voit une réalité qui est devenue elle aussi, plus que réelle, hyperréelle. Los Angeles se trouve au centre de ce discours de Baudrillard, qui voit en la ville le point d’origine d’un glissement du réel. La ville, devenue génératrice d’une dialectique de l’écart, est le lieu par excellence par lequel le principe même de réalité peut être rendu caduc. Ce glissement du réel s’est vu concrétisé avec la construction d’un célèbre parc d’attraction à Anaheim, exposant pour qui veut bien le voir, une défaillance du réel :

Partout donc à Disneyland se dessine le profil objectif de l’Amérique, jusque dans la morphologie des individus et de la foule. Toutes les valeurs y sont exaltées par la miniature et la bande dessinée. Embaumées et pacifiées. […] Mais ceci cache autre chose et cette trame « idéologique » sert elle-même de couverture à une simulation de troisième ordre : Disneyland est là pour cacher que c’est le pays « réel », toute l’Amérique « réelle » qui est Disneyland (un peu comme les prisons sont là pour cacher que c’est le social tout entier, dans son omniprésence banale, qui est carcéral). Disneyland est posé comme imaginaire afin de faire croire que le reste est réel, alors que tout Los Angeles et l’Amérique qui l’entoure ne sont déjà plus réels, mais de l’ordre de l’hyperréel et de la simulation. Il ne s’agit plus d’une représentation fausse de la réalité (idéologie), il s’agit de cacher que le réel n’est plus le réel, et donc de sauver le principe de réalité. (Baudrillard, 1981, 25-26)

30La réalité augmentée, quant à elle, s’inscrit dans ce système décrit par Baudrillard où le réel n’est plus réalité. La réalité augmentée telle qu’elle est définie par Gilles Simon et Julien Decollogne dans leur ouvrage Intégrer Images Réelles et Images 3D : Post-production et réalité augmentée est la suivante :

La réalité augmentée (RA) vise à mélanger le réel et le virtuel en temps réel, avec la possibilité pour l’utilisateur de s’immerger dans la scène augmentée. […] Sur un axe horizontal allant de l’environnement réel à un monde entièrement virtuel, la RA se situe dans la partie gauche de l’axe, en opposition à la « virtualité augmentée » (VA) qui concerne l’ajout d’éléments réels (personnes, textures, etc.) dans des environnements virtuels. RA et VA sont regroupés sous le terme de « réalité mixte ». (Simon & Decollogne, 2006, 123)

31La réalité augmentée, ne pourrait-elle pas alors être considérée comme une consécution inévitable d’une perte du réel devenue trop palpable ? La réalité augmentée prend appui sur le nouvel ordre hyperréel et est simultanément l’outil majeur à son service. Entre lobotomisation et addiction, la réalité augmentée est la diversion, le leurre que nous avons trouvé et construit de toute pièce afin de détourner notre attention d’un réel en perdition.

32A la notion de réalité augmentée est venue s’ajouter celle de ville augmentée, terminologie utilisée par de plus en plus d’urbanistes et architectes de la ville. Un site internet entièrement dédié à la réalité augmentée (http://www.la-realite-augmentee.fr) titrait en juillet 2010 : « Les villes s’emparent de la réalité augmentée ». De nombreux ouvrages sont également apparus ces dernières années avec ce sigle numéraire que l’on associe désormais à ces villes augmentées : 2.0. Mais il ne s’agit pas d’une réinvention de l’espace urbain en lui-même. Il s’agit d’une réinvention du parcours et de l’utilisation que le citadin fait de cet espace. Au lieu de le regarder, de s’y repérer, il se dirige à l’aide de technologies GPS, que ce soit dans les voitures ou sur les téléphones mobiles. La publicité animée sur écrans géants vient focaliser un point de regard qui éclipse ainsi ce qui se passe autour. Ces technologies viennent diriger l’attention que l’on prête à la ville, et un rapport de domination s’installe là où un rapport égalitaire d’interdépendance existait. Fabien Eychenne explore ces nouvelles possibilités urbaines dans La Ville 2.0, Complexe…et Familière et propose en guise d’introduction une définition de ce qu’est cette ville augmentée :

Minérale et charnelle, historique et politique, la ville est aujourd’hui aussi numérique.

À l’espace physique urbain tangible fait de béton, de briques, d’infrastructures d’acier, de réseaux de fluides, viennent se superposer des couches numériques, physiques (artefacts et réseaux) et informationnelles (données, flux, logiciels et services). Le câble, le cuivre du téléphone et la fibre optique, les réseaux hertziens Wi-Fi et Wimax, les antennes GSM et 3G, les satellites, les capteurs, les puces dans les objets, dans les espaces et demain dans les corps, les écrans publics, etc., forment l’infrastructure physique qui supporte l’internet et les réseaux mobiles. Sur cette « infostructure » vont naviguer des flux de données, d’images et de sons (y compris, bien sûr, la voix de la conversation téléphonique). (Eychenne, 2008, 7)

33Fabien Eychenne nous parle ici d’une ville au service du voyageur, mais une ville qui, de par une prolifération de signes, accapare totalement notre attention. Mais il ne faut pas oublier, que dans ces flux d’images que la ville nous donne à voir, il y a aussi celui de la ville qui nous regarde… La ville se fait garante de l’ordre social en plaçant ses habitants sous surveillance, avec les dérives éthiques que cela peut parfois engendrer comme le rappelle Mike Davis dans son ouvrage intitulé Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster publié en 1998. Le fantasme orwellien de 1984 est devenu une réalité mais il vient paradoxalement sous-tendre le principe d’hyperréalité… Autre utilisation spécifique au territoire angeleno de cette ville augmentée, l’utilisation faite d’images prises à partir d’hélicoptères ou de voitures de police pour les besoins d’émissions de télévision du sensationnel (au sens propre du terme), relatant les courses poursuites les plus folles à travers la ville.

34Cette ville augmentée se donne en spectacle autant qu’elle en dicte les règles du jeu. Elle est à la fois sujet et objet, juge et partie. Elle génère à elle seule une quantité exponentielle et continue de signifiants, venant entretenir une mémoire de la ville devenue, à son tour, augmentée. L’archivage de cette profusion se fait automatiquement, mais ces archives ressemblent plus à des containers empilés les uns sur les autres qu’à une base de données utile et navigable. De nouveaux signifiants viennent s’empiler sur les précédents, occultant ainsi chaque fois un peu plus une mémoire qui s’éloigne irrémédiablement. Se confronter à ce que nous pourrions ainsi qualifier de mémoire augmentée c’est prendre le risque de ne pouvoir la saisir. De nouvelles images étant produites en continu, s’emparer d’un système de signifiants revient à mettre en lumière un système devenu obsolète sitôt maîtrisé. Sa maîtrise n’est qu’illusion et ses constituants illusoires.

35Norman Klein considère pour sa part que le stratagème dans lequel s’inscrit l’illusion est « ressenti » comme utile, et cela suffit à la justifier, peu importe si elle n’est, justement, qu’illusion. Ainsi, « la simulation n’est pas une copie, mais un trouble entre mémoire et signifiant » (Klein, 2008, 12). L’hyperréel, et donc par extension la mémoire augmentée, est ce décalage perceptible et pourtant intangible entre la mémoire et les termes destinés à son élaboration. Les nouveaux modes de construction de la mémoire de ce Los Angeles augmenté viennent ainsi semer le trouble, non pas en se substituant mais en s’auto-attribuant le statut de mémoire réelle de la ville. Mais comme nous avons pu le voir, cette logique s’inscrit dans un schéma bien plus large.

36Toutes les images que l’on a successivement prêtées à la ville ne sont que le produit de stratégies de vente et ce faisant, les promoteurs ont atteint la ville en son sein, faisant violence au sens même de ce qu’elle est. Véritables précurseurs, les « boosteristes » de la fin du XIXe siècle ont fait de l’espace angeleno un espace « larger than life » où le sens se perd au profit d’une image magnifiée, un territoire où la réalité se trouve altérée. C’est de cette altération originelle du sens, de cette violence faite à l’essence même du territoire angeleno, que l’on peut déceler les prémices de cette mémoire augmentée. Mais est-elle pour autant une entité monolithique irrévocablement représentative de Los Angeles ? Les textes que constituent les différentes anthologies sur la ville, se trouvent-ils à leur tour, écrasés sous le poids impossible d’une mémoire augmentée en perpétuelle réinvention ? C’est dans la démarche des auteurs de ces textes que se trouve la réponse. David Ulin rappelle dans l’introduction de Writing Los Angeles la chose suivante :

In a city where myth-making is an industry, L.A.’s writers have often felt the need to resist imposed narratives, preferring to carve out their own version of reality, no matter how fragmentary. (Ulin, 2002, xviii)

37La réalité que les auteurs cherchent à mettre en mots reste la leur et ils ne prétendent pas autrement. Leur objectif n’est pas d’exposer l’éventuelle fraude que serait devenue Los Angeles, mais d’exprimer un avis personnel, une vision de la ville qui leur est propre. Face aux mécanismes bien rôdés de l’exportation d’un imaginaire de la ville, ils sont conscients que leur version ne sera pas de taille. Cet imaginaire vient s’imprimer sur la ville, de la même façon que la ville augmentée servira une dialectique de ville sur la ville. Ces textes servent quant à eux une dialectique opposée, celle de ville sous la ville. Ce traitement vertical du statut de ces deux mémoires antagonistes n’est toutefois pas anodin… En effet, ces textes mis bout-à-bout s’interposent entre la ville et cette mémoire augmentée, l’éloignant ainsi un peu plus de l’objet qu’elle tente perpétuellement de signifier. Ulin parle de réalité « fragmentaire » ce qui de fait, minimise la portée du propos avancé par l’auteur, particulièrement face à une mémoire augmentée qui se veut toute-puissante.

38Ce sera le caractère orphéonique que confère le genre de l’anthologie et sa cohérence éditoriale qui viendra appuyer le propos exprimé par l’auteur. De cette visibilité (re)trouvée, les textes retenus dans les anthologies profitent de « l’effet de masse » qu’elles apportent, et font bien plus pour la mémoire de la ville qu’une simple rétrospective, aussi personnelle soit-elle. Ce point focal qu’elles génèrent (paradoxalement grâce au même système diffusant très largement une imagerie très contrôlée) permet de projeter ces textes sur un plan mémoriel jusqu’alors renié. L’anthologie devient un point d’ancrage qui vient enrayer l’expérience immersive qu’est la réalité augmentée de la ville. Marie-Laure Ryan explique dans son article « Immersion vs. Interactivity : Virtual Reality and Literary Theory » que le caractère interactif moindre du texte littéraire n’est pas un obstacle à l’immersion qu’il propose, mais c’est le bon vouloir de son récepteur (ce que certains appellent le pacte de lecture) qui fait la différence. Même si l’interactivité sensorielle de l’anthologie est limitée par rapport à une hyperréalité urbaine multimédia, l’immersion que suscite l’ouvrage devient le moyen par lequel il s’immisce entre le lecteur et la mémoire augmentée de la ville :

By suggesting that interactivity and immersion are inherently more compatible in virtual reality than in literature, I do not mean to promote virtual reality as a superior art form. Immersion is a proven mean of aesthetic satisfaction, but it is not necessarily the only one. Many readers are willing to sacrifice at least some degree of immersion to the more intellectual pleasure of self-reflexivity. […] But even if immersion turns out to be a necessary component of reading pleasure, its conflict with interactivity should be regarded as a challenge, not a limitation. Art is an exploitation of the properties of its medium and a compromise between conflicting goals. (Ryan, 1999, 26)

39En interposant ce regard nouveau, pourtant loin d’être neuf, au sein d’une séquentialité parfois devenue commémorative d’un Los Angeles qui n’est plus en phase avec une imagerie qui l’idéalise, l’anthologie expose le caractère fictif d’images subliminales conçues pour vendre plus que pour comprendre. En plus de corriger une vision très manichéenne de la ville, les auteurs divulguent le dispositif en vigueur qui fabrique une identité factice devenant simultanément matière mémorielle. On constate ainsi que l’interchangeabilité évoquée par Simon et Decollogne menant vers une « réalité mixte » où l’objet réel peut également se projeter sur un plan virtuel, est ici impossible. Cette bilatéralité ne peut trouver d’application lorsqu’il s’agit de l’identité angelena. Réinjecter un sens des réalités sur une image virtuelle de Los Angeles ne peut pas créer d’identité stable mais la subvertie. Toutefois, cette démarche inflexible de sauver les apparences (serait-ce pour sauver le principe de réalité cher à Baudrillard ?) appliquée au quotidien fait peut-être, à son tour, partie intégrante de l’identité angelena

40Pour Baudrillard, Los Angeles est à l’origine de ce glissement. La ville aurait précipité cette déchéance du réel. Pour d’autres, Los Angeles demeure une chimère urbaine, et serait à l’origine d’une évolution plus que d’un précipice. Jean-Luc Nancy y voit, quant-à lui, une réinterprétation de ce qu’est l’espace urbain, à l’aide d’un espace construit en réseaux routiers et autoroutiers aux applications et développements illimités.

Los Angeles, bien loin de détruire la ville, en aurait rejoué toute l’essence de lieu banal : à la fois un lieu commun, une absence de lieu, un non-lieu, une équivalence indéfiniment multipliée des directions et des circulations, dont l’habitation n’est qu’un corollaire. (Nancy, 2011, 17)

41La ville existe pour s’y déplacer et le plaisir de mobilité en deviendrait presque la quintessence. L’habitation est subsidiaire. Los Angeles est une ville faite pour s’y mouvoir, sous la condition sine qua non d’être propriétaire de ce qui est encore plus indispensable qu’une maison à Los Angeles, une voiture. La ville elle-même s’est développée autour de cette logique, ce qui lui confère une typologie informe déstabilisante. Roland Barthes dans L’Empire des Signes y fait allusion en tant que « malaise profond » lorsqu’il explique que :

Les villes quadrangulaires, réticulaires (Los Angeles, par exemple) produisent, dit-on, un malaise profond ; elles blessent en nous un sentiment cénesthésique de la ville, qui exige que tout espace urbain ait un centre où aller, d’où revenir, un lieu complet dont rêver et par rapport à quoi se diriger ou se retirer, en un mot s’inventer. (Barthes, 2007, 47)

42Sans les codes urbains habituels où une centralité conditionne autant une appartenance à, qu’une appropriation de l’espace urbain, Los Angeles n’est pas une ville didactique. L’homme plongé dans la ville se retrouve face à lui-même et à ses impressions, ses interprétations, ses appropriations. La ville ne va pas guider, elle ne va pas aider au repérage et à l’orientation du voyageur. Ces opérations lui incombent et cet abandon est souvent vécu comme un affront alors qu’il laisse une autonomie et une liberté sans pareilles. Lors d’une excursion new yorkaise, les voyageurs se dirigent presque machinalement vers Manhattan, tous prenant un chemin identique et s’éparpillant ensuite dans un quartier insulaire, très délimité. Sortir de l’aéroport de Los Angeles, c’est se retrouver confronté directement au choix de la direction à prendre dans une masse urbaine polynucléaire que l’on peut parcourir de mille-et-une façons. Cette grande liberté contraste radicalement avec l’imaginaire commun largement diffusé concernant la ville. Le voyageur s’attend à être directement plongé dans cet imaginaire qui, de surcroit, n’est pas cohérent avec l’espace qu’il signifie. La décision d’un parcours indépendant dans la ville doit se prendre d’emblée. Accepter qu’il faudra se faire soi-même une idée de la ville peut ainsi être vécu comme une agression.

43Ce Los Angeles agresseur qui fait violence aux conceptions universelles d’un parcours urbain prédéfini est subitement intègre avec les hommes qui le parcourent en les invitant à laisser derrière eux d’éventuelles prédéfinitions erronées de son espace et de son identité. Les anthologies de la ville amorcent, à leur manière, ce même travail. Elles permettent un parcours spatial en dehors des images édulcorées de la ville qui nous sont servies quotidiennement. Elles montrent une ville en dehors des sentiers battus, une ville cachée qui pourtant participe au territoire angeleno. Elles apportent aussi des éléments de réponse à une réalité historique de la ville sur laquelle on ne s’arrête pas. Paroxysme de ce manque d’intérêt, les quelques rues du « Pueblo » angeleno censé faire référence au passé hispanique de la ville. Les maisons de style hispanique qui composent les deux rues du « Pueblo » sont entièrement rénovées, paraissent plus neuves que celles du quartier des Watts et font étrangement penser à des décors du parc à thème d’Anaheim. Ce qui importe ici, c’est la rentabilisation commerciale d’une image hispanique associée à la ville, pas son histoire. La rétrospective qu’offrent les textes de certaines anthologies remédient à ce manque et apportent des éléments venant sous tendre une histoire devenue invisible. S’ils suivent une chronologie, ces textes accompagnent vers une meilleure compréhension de l’espace angeleno et ces enjeux. Enfin, de par la dialectique de l’écart sur laquelle elles prennent appui, ces anthologies mettent en lumière deux Los Angeles bien distincts. Un Los Angeles où l’homme a sa place, son espace et sa voix. Et un autre Los Angeles, sorte de ville dupliquée, où l’image est au centre de tout, où l’homme est objet et où le discours unilatéral des acteurs économiques majeurs de la région est le seul discours valable. Comme le rappelle David Ulin, Los Angeles est une ville qui peut être « ré-imaginée », se réinventer à l’infini, et la scène littéraire angelena que l’on donne à voir dans ces anthologies le démontre autant qu’elle le revendique :

An anthology like this can only hint at the cumulative density of Los Angeles’s literary record ; it is intended as a starting point for exploring the rich and diverse perspectives of a century of writing. I hope that at the very least it will spark a recognition of just how variously Los Angeles can be reimagined, in ways that go far beyond the commonplaces of movies and guidebooks. (Ulin, 2002, xix)

Haut de page

Bibliographie

BANHAM, Reyner, Los Angeles : The Architecture of Four Ecologies, Berkeley, University of California Press, 2009 [1971].

BARTHES, Roland, L’Empire des Signes, Paris, Editions du Seuil, 2007 [1970].

BAUDRILLARD, Jean, Simulacres et Simulation, Paris, Galilée, 1981.

BENNET, Guy, “The Los Angeles Literary Landscape : A Core Sample” dans Guy BENNET & Béatrice MOUSLI, Seeing Los Angeles : A Different Look at A Different City, Los Angeles, Otis Books / Seismicity Editions, 2007, pp. 135-139.

CAIN, James, “Paradise” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1933], pp. 108-130.

CHANDLER, Raymond, “Red Wind” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1938], pp. 170-217.

COLEMAN, Wanda, Imagoes, Santa Rosa, Black Sparrow Press, 1991 [1983].

DAVIS, Mike, Ecology of Fear : Los Angeles and the Imagination of Disaster, New York, Vintage Books, 1998.

DEGOUTIN, Stéphane, Prisonniers Volontaires du Rêve Américain, Paris, Editions de la Villette, 2006.

DIDION, Joan, “Los Angeles Notebook” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1966], pp. 484-489.

EYCHENNE, Fabien, La Ville 2.0, Complexe… et Familière, Limoges, FYP Editions, 2008.

FANTE, Dan, A Gin Pissing, Raw Meat, Dual Carburator V-8 Son-of-a-Bitch from Los Angeles : Collected Poems 1983-2000, Brough, Wrecking Ball Press, 2001.

FAULKNER, William, “Golden Land” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1935], pp. 131-151.

FRIED, Elliot, Gridlock : An Anthology of Poetry About Southern California, Long Beach, Applezaba Press, 1990.

JAMES, David, “Los Angeles, Writing and Space” dans Guy BENNET & Béatrice MOUSLI, Seeing Los Angeles : A Different Look at A Different City, Los Angeles, Otis Books / Seismicity Editions, 2007, pp. 140-157.

KLEIN, Norman, The History of Forgetting : Los Angeles and the Erasure of Memory, New York, Verso, 2008.

NANCY, Jean-Luc, La Ville au Loin, Paris, La Phocide, 2011.

NICKEL, Douglas, “Introduction” dans Jennifer A. WATTS & Claudia BOHN-SPECTOR, This Side of Paradise : Body and Landscape in Los Angeles Photographs, London, Merrell, 2008, pp. 2-6.

NORMAN, Marc, “Bike Riding in Los Angeles” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1972], pp. 562-569.

NOTEBOOM, Cees, “Autopia” dans David, ULIN, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002 [1973], pp. 570, 581.

SIMON, Gilles & DECOLLOGNE, Julien, Intégrer Images Réelles et Images 3D : Post-production et Réalité Augmentée, Paris, Dunod, 2006.

SOJA, Edward, Postmetropolis : Critical Studies of Cities and Regions, Malden, Blackwell Publishing, 2000.

SONKSEN, Mike, I Am Alive in Los Angeles, Lincoln, iUniverse, 2006.

ULIN, David, Another City : Writing From Los Angeles, San Francisco, City Lights Books, 2001.

ULIN, David, Writing Los Angeles : A Literary Anthology, Los Angeles, The Library of America, 2002.

VANGELISTI, Paul & CALBI, Evan, L.A. Exile : A Guide to Los Angeles Writing 1932-1998, New York, Marsilio Publishers, 1999.

VIRILIO, Paul, Ville Panique : Ailleurs Commence Ici, Paris, Galilée, 2004.

Webographie

La Réalité Augmentée, 28 Juillet 2010, 24 Mars 2011, http://www.la-realite-augmentee.fr/actualite/les-villes-semparent-de-la-realite-augmentee

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles JOSEPH, « Los Angeles, espace augmenté révélé par un genre littéraire : l’anthologie », Conserveries mémorielles [En ligne], #17 | 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/2151

Haut de page

Auteur

Charles JOSEPH

Actuellement Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université du Maine et professeur certifié de langue anglaise, Charles JOSEPH est doctorant en Littérature et Civilisation américaine à l’Université du Maine. Au sein de l’école doctorale « Sociétés Cultures Échanges » (n° 496) regroupant les départements de sciences humaines des universités de Nantes, Angers et Le Mans, il termine sa thèse intitulée « Être et écrire (de) Los Angeles : Wanda Coleman » sous la direction des Professeurs Hélène AJI et Éliane ELMALEH. Il est également l’un des trois coordinateurs de la revue interdisciplinaire de ce même collège doctoral, TraverSCE. Membre du laboratoire 3L.AM (EA n° 4335) depuis près de cinq ans, Charles JOSEPH a pu développer lors de plusieurs colloques et journées d’études, un axe de recherche s’inscrivant dans la tradition des études culturelles, visant à considérer les relations complexes qu’entretient la ville de Los Angeles avec les œuvres artistiques qui en émanent.

Now teaching assistant at Université du Maine and a fully-qualified teacher of English, Charles JOSEPH is a Ph.D. student in contemporary American Literature and Civilization at Université du Maine. Within the postgraduate school “Societies, Cultures, Exchanges” (n° 496) which regroups all the departments of human sciences from the universities of Nantes, Angers and Le Mans, he is finishing his Ph.D. entitled “ Being and writing (from) Los Angeles : Wanda Coleman ” under the supervision of professors Hélène AJI and Éliane ELMALEH. He is also one of three coordinators for the interdisciplinary journal of the same postgraduate school, TraverSCE. Member of the 3L.AM laboratory of research (EA n° 4335) for about five years, Charles JOSEPH has had the chance to develop, through his participation to several symposiums and workshops, a study approach that falls within Cultural Studies and that aims at considering the very complex relationships that the city of Los Angeles entertains with the many works of art that exude from it.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org