Navigation – Plan du site

Destin des identifications dans la perte : le fantôme

Ghosts or the fate of identifications in the context of loss
Ophélie Méchin

Résumés

L’observation clinique du deuil invite à observer les phénomènes de revenance, qui prennent, par moments, une forme de hantise. Ces fantômes sont communément considérés comme une interruption dans le travail du deuil. Si l’expérience du deuil ne se fait pas sans souffrance, l’apparition des fantômes est-elle toujours une entrave au processus du deuil ? Relève-t-elle du pathologique ou est-elle un élément, parfois angoissant certes, mais constitutif de ce procès ? Quid encore de ces apparitions qui ne provoquent nul sentiment de malaise ? À la suite des travaux de Freud, ceux de Pierre Fédida puis de Laurie Laufer sur le deuil ont fourni un apport éclairant concernant ces phénomènes de revenance. Il y a nécessité pour l’endeuillé de créer un lieu psychique de sépulture : le fantôme est le signe d’une remise en mouvement de la vie psychique que le traumatisme de la perte et la dépression ont dévastée. L’apparition des fantômes, aussi angoissante et inconfortable soit-elle, se fait ainsi l’indice d’un processus de deuil possible et débutant. Mais le travail clinique auprès de nos aînés nous suggère d’ajouter ici que ces fantômes présentent un lien de nature identitaire avec le sujet. En tant qu’ancien objet d’identification, le fantôme redessine les contours de l’identité du sujet et révèle son rôle de maintien et de préservation du sentiment d’ipséité, d’un soi composé d’une multitude de liens et d’identifications à d’autres.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la clinique du grand âge, où la problématique du deuil est prédominante, les revenants sont sur le devant de la scène. Lors des entretiens cliniques, on les voit apparaître spontanément dans le quotidien de l’endeuillé, dans ses pensées, ses rêves, sous forme d’images, de paroles ou de souvenirs. Leur apparition est souvent accompagnée d’angoisse, mais cela n’est pas systématique. Le revenant peut alors passer inaperçu car il est surtout reconnu lorsqu’il provoque un malaise et « hante » la demeure ou l’esprit des vivants.

2Le terme hantise vient du verbe hanter qui, vers 1138, signifiait « habiter ». Il dérive de l’ancien scandinave « Heimta », radical haim qui veut dire « Hameau » : ainsi le fantôme habite le vivant, il a élu domicile en lui. Cette étymologie évoque la mise à mal des frontières qui seraient devenues fragiles et floues. Les espaces ne sont plus clairement séparés mais se superposent. Il n’y a plus ni dehors ni dedans. Le fantôme surgit sans peine, à la manière d’un passe muraille. Le sujet et l’objet de la hantise se recouvrent topiquement. Le « Je » devient autre ; il est victime d’un envahissement. La hantise prend alors la forme de l’aliénation au sens étymologique du terme « qui appartient à un autre ». Cependant, un autre élément important concernant la notion de hantise apparaît dans sa définition : « caractère obsédant d’une idée, d’une pensée, d’un souvenir ; la préoccupation constante dont on ne parvient pas à se libérer. » (Le nouveau petit Robert de la langue française, 2007, p. 1213). Ainsi, lorsqu’il a pris possession de son nouveau domicile, le revenant ne peut plus être expulsé. La traversée des murs vers la sortie se révèle impossible. Le revenant ne libère pas le vivant de sa présence. Les frontières, poreuses lors de l’envahissement, sont devenues étanches.

  • 1 Pierre Fedida (1934-2002) Psychanalyste français de formation philosophique, il fut enseignant à l’ (...)
  • 2 Psychanalyste et Maître de conférence à l’Université Paris VII

3Si, du point de vue clinique, l’apparition des fantômes peut provoquer de l’angoisse, il serait pourtant erroné de penser qu’il s’agit là d’une entrave au processus de deuil. Ce serait assimiler le déplaisir à l’empêchement de ce procès. Or, selon les travaux de Fédida1 et Laufer2, l’apparition des fantômes fait partie du deuil, et l’angoisse qui parfois les accompagne, en est l’une des manifestations. Nous verrons ce qu’elle enseigne sur l’endeuillé. Par ailleurs, il ne faudrait pas occulter les fantômes qui ne provoquent nulle angoisse.

4Enfin, le travail d’observation clinique auprès de nos aînés nous permet d’interroger le lien entre fantômes et survivants. Quelle est sa nature ? Quelles formes prend-il ? Et quel rapport entretient-il avec l’identité du sujet ?

L’apparition des fantômes comme travail de deuil 

5En 1996 puis 2001, Fédida introduit le concept « d’œuvre de sépulture ». La thèse de Laurie Laufer, « De l’énigme du deuil à l’œuvre de sépulture. Psychopathologie de la disparition » soutenue en 2004, développe cette notion.

6Lorsque le deuil devient pathologique, la dépression s’installe. Celle-ci se manifeste en général par un ralentissement moteur et psychique, une fatigabilité intense, une tristesse douloureuse et une dévaluation de l’estime de soi.

Le concept de dépressivité

7Fédida propose une distinction intéressante entre l’état déprimé et le néologisme « dépressivité » ou la « capacité dépressive » de la vie psychique. L’observation clinique de la dépression montre un appauvrissement de la subjectivité, alors que la dépressivité est cette capacité du psychique à se mouvoir pour s’adapter à des évènements traumatiques. Si la dépression est immobilisation et engluement psychique, la capacité dépressive est le mouvement possible, la rétraction ou le déploiement de la subjectivité. Les moments dépressifs sont alors à concevoir comme un moment de repli défensif pour échapper à l’angoisse. Le psychisme se défend contre un traumatisme en tentant d’occulter l’objet même de l’angoisse : les souvenirs concernant le mort sont alors balayés. Or, on sait depuis Freud (1917) que, dans la mélancolie, il y a une identification du vivant au disparu, et Laufer (2008, p. 3) souligne que cette identification implique que l’effacement psychique de l’objet disparu provoque l’effacement du sujet. D’où la sensation de mort et de vacuité psychique du mélancolique qui se vit comme mort vivant.

L’œuvre de sépulture

8Selon Fédida et Laufer, le travail du deuil consiste justement à redessiner les contours du mort pour que le sujet déprimé puisse lui aussi réapparaître. Autrement dit, l’apparition des fantômes permet de dénouer l’identification mortifère du vivant au mort, et le rétablissement d’une distinction entre le sujet et l’objet. La venue des fantômes marque ainsi le début d’une déprise du vivant par rapport au mort. Fédida a nommé ce phénomène « l’oeuvre de sépulture » (Fédida, 1996). Selon lui, les revenants font partie intégrante de ce procès. Loin de faire obstacle au deuil, ils en constituent le mouvement même. L’apparition des fantômes signe le procès de l’œuvre de sépulture en créant une sépulture psychique. Le fantôme, différencié du sujet endeuillé, est aussi nécessaire que la sépulture matérielle l’est en tant que reste du disparu.

9De quelle matière sont faits ces revenants ? D’après Fédida, ils prennent corps dans le fantasme et le rêve, soit dans le registre « du monde imaginaire, des contenus et de l’activité créatrice qui l’anime (…) des rêves diurnes, des fictions forgées par le sujet en état de veille » (Laplanche & Pontalis, 1967, p. 152). Or, c’est justement cette forme d’activité créatrice du psychique qui est touchée dans la dépression, ce qui se traduit par l’appauvrissement de la subjectivité. À l’opposé, le rêve et le fantasme permettent la réanimation du psychisme. Les fantômes sont donc les manifestations d’un redéploiement de l’activité fantasmatique antérieurement mise à mal par le traumatisme de la perte. Ils sont le signe d’une possible remise en mouvement de la vie psychique auparavant pétrifiée par la dépression. Le fantôme se fait alors restitution fantasmatique de l’être perdu.

Lorsque le fantôme hante : l’angoisse

10L’apparition des fantômes suscite de l’angoisse, c’est-à-dire un affect dont l’objet, contrairement à celui de la peur, n’est pas directement identifiable. Il est occulté. Trop menaçant pour le sujet, il fait l’objet d’un refoulement. La représentation s’efface pour ne laisser que l’affect au premier plan. C’est cet objet qu’il nous faut rechercher. De quelle nature est cette menace à laquelle le sujet tente d’échapper ?

11Fédida (2001, p. 113) repère un double objet : « L’expérience du deuil (…) protège le survivant contre la terrible vengeance des morts, mais aussi lui évite l’angoisse de se sentir menacé dans sa propre intégrité par une représentation en quelque sorte trop vivante de la décomposition du cadavre. »

Le fantôme comme défense contre les images d’un corps en décomposition

12Il y a d’abord la vision du corps mort. Son immobilité, sa raideur, la couleur de sa peau, font d’elle un corps étranger qui, malgré la ressemblance, n’est déjà plus celui du disparu. Ce corps qui ne se meut plus, ce visage qui ne regarde plus, cette voix que l’on n’entend plus ! En perdant la vie, le corps inanimé a perdu son identité. Il est devenu autre et a perdu son statut d’humain. Penser au mort mène ensuite à la représentation du devenir du corps. Viennent alors les images du corps en décomposition, représentations insoutenables. Et c’est parce qu’elles sont telles, que le psychisme cherchera à s’en débarrasser. La mort, dans ce qu’elle a de plus réel, correspond ici aux angoisses les plus archaïques que l’on retrouve dans les pathologies psychotiques : angoisse de morcellement, angoisse de désintégration. Ces dernières se transforment en un réel qui prend corps et emporte le corps du disparu. Dans une relation spéculaire, la mort de l’autre renvoie le vivant à sa propre finitude. Enfin, l’absence de réponse à l’éternelle question de l’après mort crée un néant que l’homme abhorre. Dans une culture positiviste, la mort est non-sens et irreprésentable. Cette inintelligibilité est source d’angoisse.

13Les premières rencontres avec le fantôme sont ainsi associées à la représentation d’un corps attaqué dans son intégrité, qui ainsi devient étranger et suscite une inquiétante étrangeté. Le disparu qui revient n’est plus seulement cet être familier, mais aussi ce corps ressemblant, autre et non humain.

La vengeance des morts

14La seconde source d’angoisse pourrait se résumer dans cette question : « que me veut le mort ? » (Laufer, 2003, p. 19) La pire réponse pourrait être celle du spectre d’Hamlet (Shakespeare, Hamlet, p. 275) :

- Le Spectre : (…) Écoute, écoute ! Oh ! Écoute ! Si tu n’as jamais aimé ton tendre père…
- Hamlet : O ciel !
- Le Spectre : Venge-le d’un meurtre horrible et monstrueux.

15L’errance des fantômes est généralement associée à un repos éternel entravé, conséquence de mauvaises actions passées qui le condamneraient à errer éternellement sur terre, ou à la nécessité pour lui de régler des comptes avec les vivants, d’accomplir une vengeance. La question que pose le fantôme est celle du désir de l’Autre, du mort. Laufer explicite les mouvements inconscients sous-jacents :

« Ce qui se trace dans le deuil, c’est la position du désir du survivant pour le mort. (…) Ce qui fait la douleur, c’est le savoir révélé par la mort de l’autre (haine ou amour, vengeance ou joie, désir de l’avoir tué…). (…) C’est ce que révèle la mort de l’autre sur son désir qui crée, après coup, le traumatisme de l’endeuillé. (…) L’expérience du deuil permet d’ouvrir un passage aux fantasmes formés à l’endroit de l’objet perdu, de tracer les contours d’un désir. Et cette expérience de vérité ne se fait pas sans angoisses » (Laufer, 2006, p. 22).

16La relation au disparu ne s’arrête pas avec sa mort. La relation fantasmatique continue, prenant justement la mort en compte. Dans la peur de la vengeance, c’est l’ambivalence du lien du survivant au disparu qui est mise au jour. L’agressivité et les désirs de mort inconscients sont révélés. D’un point de vue fantasmatique, la survenue de la mort du disparu fait du survivant son meurtrier. Il se vit inconsciemment comme coupable. C’est ensuite le jeu des enchaînements logiques des fantasmes. Si le sujet a eu des désirs de destruction à l’égard de l’objet, il a toutes les raisons de craindre le retour de bâton. Le mort pourrait venir se venger et exercer des représailles.

17Néanmoins, il est important de noter que l’angoisse n’accompagne pas systématiquement les fantômes et, en outre, lorsqu’elle s’est manifestée, elle peut disparaître avec le temps. Sa disparition marque la résolution ou l’apaisement des conflits avec le mort. Cela prend souvent du temps et peut nécessiter une aide. Mais, par la suite, les fantômes peuvent continuer à évoluer autour du vivant. Faute d’angoisse, ils ne seront plus nommés fantômes mais souvenirs. Pourtant, ils sont faits de la même étoffe. Créations fantasmatiques, ils peuvent rester présents dans l’esprit des survivants. Et, plus que présents, ils peuvent continuer à agir sur les survivants comme du temps de leur vivant.

18Après ce rappel des thèses de Fédida et de Laufer, abordons maintenant le lien du fantôme à l’identité tel qu’il se présente dans le travail d’observation clinique des aînés.

Fantôme et identité

19Dans le documentaire « Forever : le cimetière du Père-Lachaise » d’Heddy Honigmann (2006), la caméra immobile, et d’abord invisible, filme les tombes des hommes célèbres et observe les vivants qui viennent s’y recueillir. Si la plupart se contente de conduites, attitudes et gestes coutumiers en ces lieux, d’autres se comportent de manière plus insolite. Ainsi, une femme s’installe sur une chaise pliante devant la tombe d’un écrivain et lit à haute voix, pendant un long moment, l’un des livres de ce dernier, son regard s’adressant régulièrement à la pierre tombale. Ailleurs, un homme dépose un bouquet d’arums sur la tombe de Proust puis reste là longuement, en silence, jusqu’à ce qu’Heddy Honigmann lui demande les raisons de sa présence. On apprend alors qu’il est l’auteur d’une bande dessinée consacrée à Proust. Plus loin, une femme lave soigneusement la tombe d’Apollinaire. Interrogée, elle explique qu’étant en retraite, tel un Stransom dans l’Autel des morts d’Henry James, elle s’occupe des tombes des morts qu’elle affectionne. Elle a acheté et disposé une photo du disparu sur la pierre d’où elle enlève régulièrement les nombreux objets ou mots qui y sont déposés. La caméra s’intéresse aussi aux personnes assidues dans leur fréquentation du cimetière. Par exemple, chaque jour, si le temps le permet, des femmes restent assises, durant des heures, sur un banc à proximité de la tombe de leur mari, avec qui elles passent ainsi tous les après-midi. Les morts restent-ils donc encore si vivants et présents dans le psychisme des vivants que parfois, comme au cimetière du Père Lachaise, ce sont eux, les vivants, qui semblent avoir besoin de venir hanter les morts ?

Le mort bien vivant dans le psychisme

La venue des fantômes

20Mme B. est entrée en maison de retraite il y a dix ans. Durant ce temps, les deuils ont certes eu le temps de s’élaborer, mais cela n’empêche pas ses morts d’être souvent présents dans sa pensée et son discours ; et présents de manière sensible : « Vous entendez ? Je dis "Papa, Maman". Vous verrez, quand vous aurez mon âge, vous direz la même chose ! Et je les vois ! Comme mon mari. Ils sont toujours là. (…) ». Plongée dans ses souvenirs, Mme B. me parle de ses morts comme si sa pensée était alimentée par leur présence physique. Elle me parle d’eux avec la même simplicité que lorsqu’elle me parle de ses enfants encore vivants. Les images sont là. Dans sa pensée, ses morts ont conservé le même poids de réalité et la même consistance que les vivants.

21Mme D., 99 ans, ne me parle que de ses morts, quasiment jamais de ses enfants. À tel point, que je finis par me demander si je ne me suis pas trompée en pensant qu’elle en avait deux. Au fil de ses propos, je la vois jeune fille, s’amusant avec ses frères et sœurs lorsqu’ils travaillaient à la ferme de leurs parents. Mais la manière dont elle m’en parle exigerait un autre temps des verbes, non pas le passé, mais le présent : ils adorent rire et plaisanter, elle prend sa bicyclette pour aller de son village à la ville la plus proche. Elle pédale avec des amies sur ces routes de campagne et, jeunesse d’antan, elles n’ont pas peur des kilomètres !

22En outre, non seulement ses revenants prennent une grande place dans ses pensées, mais ils sont évoqués avec joie. Le plaisir à m’en parler, à les faire exister, est manifeste. Ainsi, ces moments pourtant lointains de bonheur avec ses proches trouvent, grâce à ses joyeux et donc précieux fantômes, une permanence que l’écoulement du temps ne peut démentir. Ils sont devenus intemporels.

23

Paroles de mort

24Mme V. est entrée en maison de retraite suite au décès de son mari, survenu il y a près d’un an. Elle ne pouvait plus rester seule chez elle. Après cinquante années de mariage, la mort de son époux est venue la frapper brutalement. L’angoisse est là, toujours présente, l’empêchant de s’endormir ou la réveillant la nuit. Elle a de grandes difficultés à mettre des mots sur ce qu’elle ressent, les représentations sont rares, laissant pratiquement toute la place à l’angoisse. Lorsqu’elle se réveille la nuit, elle se sent « projetée dans le réel » selon ses propres mots. L’état de veille apparaît comme une réalité cauchemardesque. Et c’est là que les paroles et les réflexions du mort s’invitent spontanément : « Je l’entends parler, j’imagine ce qu’il pense, mais je ne le vois pas. Je n’ai pas d’images, et je ne veux pas en avoir. Il faut que je sois forte ! (…) » À l’opposé de la situation précédente, ici, l’image du défunt, trop angoissante, fait défaut. Ou, plus précisément, elle est tenue à distance, volontairement et de manière relativement efficace. Il n’y a plus d’image susceptible de hanter la pensée. Mais le fantôme peut encore parler. Et il parle !

25Un autre exemple plus léger est donné par Mme M. Celle-ci me raconte sa promenade à l’extérieur de l’établissement et sa frayeur lorsqu’elle aperçut un rat. Dans l’instant qui suivit, me dit-elle, elle a entendu son mari lui dire « Nous voilà bien ! Comme si la petite bête allait manger la grosse ! ». Elle s’est aussitôt souvenue de cet épisode lointain où elle avait vu passer une souris dans son salon et où, effrayée, elle était allée chercher son mari dans le jardin. C’est alors qu’il lui aurait dit ces mots qu’elle entendait à nouveau aujourd’hui. Par le biais de l’imaginaire, elle concède donc au mort le droit de continuer, au-delà de sa disparition, à commenter ses actes ; et à haute voix. Le mort a encore « son mot à dire » dans sa vie.

26Elle l’entend parler sans qu’il s’agisse pour autant d’une hallucination, au sens strict du terme, car le caractère d’irréalité de la voix est partiellement reconnu. Cependant, cette voix n’est pas non plus entendue par le vivant comme étant la sienne propre. Elle s’impose à lui et crée le sentiment qu’il n’en est pas l’auteur, alors même que rien ni personne d’autre ne peut l’être. Le mort habite le vivant et lui parle de l’intérieur, mais le second qui, à son insu, lui a donné la parole a le sentiment de l’avoir entendu à l’extérieur. Le fantôme a ainsi « voix au chapitre ».

Le mort au présent de l’indicatif

27Mme A. a perdu son mari il y a plus de deux ans. Depuis, elle lui écrit tous les jours. Elle me montre le cahier en cours, et ceux déjà remplis. « Oui, il est mort, mais en fait, je le vis comme une séparation, une absence. C’est comme lorsqu’il est parti en Algérie. Je l’attends, je lui écris, quand bien même je sais qu’il ne reviendra jamais ». Mme A. s’adresse quotidiennement à son époux. Depuis plus de deux ans, elle lui raconte ses journées, lui livre ses pensées. Malgré la séparation, son mari continue d’appartenir à son présent.

28Mme L. a perdu son mari il y a une dizaine d’années. Elle se rend régulièrement sur sa tombe : « Lorsque je suis à la maison de retraite, j’ai l’impression qu’il est au cimetière, et quand je suis au cimetière, j’ai le sentiment qu’il est à la maison. C’est comme s’il n’était pas mort. D’ailleurs, on se parle la nuit ! Parce que je rêve souvent de lui ». Pour Mme L., le deuil a été depuis longtemps élaboré. Aucun élément dépressif n’apparaît dans son discours. Son mari reste présent dans sa vie. C’est comme s’ils vaquaient chacun à leurs occupations dans la journée, ne se retrouvant que la nuit !

29Mme G. aime l’astrologie et ces journaux de fin d’année qui prédisent l’avenir pour la suivante. Elle lit alors l’horoscope de toute la famille : celui de ses quatre enfants, de ses cinq petits enfants, et… celui de sa mère décédée depuis quatorze ans ( ! ) qu’elle continue de nommer maman. Le ton est très naturel et elle ne semble pas s’apercevoir que sa mère ne saurait avoir l’avenir que lui prédit l’horoscope. En outre, lorsqu’elle en parle, c’est au présent : « Oui, c’est exactement ça ! C’est bien le caractère de maman ». Mme G. croit à une vie après la mort. L’autre monde où sa mère se trouve maintenant resterait en effet soumis aux mêmes influences que le monde des vivants. La mère de Mme G. n’appartient donc pas au passé, elle n’a pas disparu, elle vit simplement ailleurs. Dans ces conditions, il n’y a pas de raison pour qu’elle ait changé de personnalité. Comme pour Mme D. précédemment évoquée, ici, le passé ne cesse d’être mis au présent et de conserver son actualité. Concernant le mort, passé et présent sont équivalents.

30

Fantômes et identité

31Le mort habite le vivant. Il reste là, dans une présence spéculaire, vocale et idéique. Comment y vient-il ? Par quel procédé ? Y était-il déjà avant sa mort et sous quelle forme ?

Le maintien de la relation

32Force est de constater, à la lecture de ces vignettes cliniques, que la relation d’objet existante au cours de la vie, perdure après la mort du disparu. L’exemple le plus frappant étant celui de Mme A. qui ne passe pas une journée sans écrire à son mari alors qu’il est décédé depuis des années.

33Après Freud, Mélanie Klein pour qui la notion de fantasme est fondamentale rappelle que toute perception du monde extérieur est colorée par le fantasme : « Ainsi l’image de l’objet (…) subit dans le psychisme (…) une distorsion du fait de ses fantasmes [ceux du psychique] » (Klein, 1952, p. 189). Par suite, l’objet auquel le sujet est attaché ne se réduit pas à la personne physique concernée parce qu’elle n’est pas perçue en soi mais au travers du fantasme. L’objet d’attachement a donc été créé par l’activité fantasmatique. Par conséquent, « Avant d’être mort, l’objet disparu est [déjà] un fantôme psychique » (Laufer, 2006, p. 85). Deux objets sont donc à distinguer : celui physique, et celui forgé dans le fantasme par le sujet. Partant, la disparition du premier n’est pas l’équivalent de la disparition du second, et ne l’implique nullement. Alors que la mort est déjà survenue, l’image fantasmatique du disparu demeure, ainsi que les liens qui ont été tissés.

34D’autre part, cet objet fantasmatique, qui continue de vivre malgré la disparition de l’objet physique, n’interrompt pas pour autant son action. Le cas de Mme M. serait ici le plus éclairant. Lorsqu’elle voit ce rat et entend son mari répondre à sa frayeur, les paroles entendues sont apaisantes. Il en est de même pour ces proverbes qu’affectionnait un disparu et qui reviennent soudainement à l’esprit des survivants dans des situations similaires. Une femme qui me parlait de l’une de ses colères, s’arrêta un instant et ajouta pensivement : « ma mère disait… la colère est mauvaise conseillère ». Une pensée, une manière de raisonner et de concevoir la vie, qui appartenait au mort revient, s’impose presque comme une pensée propre au sujet ; jusqu’à ce qu’il finisse par la faire réellement sienne. Au souvenir de ce proverbe emprunté au discours maternel, le cheminement de pensée de cette femme s’en est trouvé modifié. Les vivants continuent donc à entretenir des relations véritables avec leurs morts, en ce sens que ces derniers agissent sur les vivants.

35Dans les sociétés occidentales où la science prend le pas sur la religion, faisant disparaître l’idée d’une vie après la mort, la continuation fantasmatique d’une telle relation apparaît quelque peu étrange. Que nous enseignent ces fantômes qui nous rendent visite et viennent échanger ?

Le fantôme, une partie de l’identité 

36Le terme identité vient du latin « idem » qui signifie « le même ». La notion d’identité implique donc, d’une part, l’idée d’une permanence unitaire : « je suis et reste identique à moi-même », et, d’autre part, celle d’une possible ressemblance « je suis le même que… ». L’identité serait alors ce paradoxe d’être une unité permanente, tout en pouvant n’être qu’un double.

37Dans ses études sur l’appareil psychique, Freud explique la formation du Moi de la manière suivante :

« (…) le caractère du moi résulte de la sédimentation des investissements d’objet abandonnés, (…) il contient l’histoire de ces choix d’objet (…). Il faut aussi tenir compte d’une simultanéité entre investissement d’objet et identification, donc d’une modification de caractère, avant que l’objet n’ait été abandonné. » (Freud, 1923, pp. 241-242)

38Freud conçoit le Moi comme l’ensemble des dépôts issus de relations à des objets investis d’un pouvoir par et sur le sujet. Ce pouvoir conféré à l’objet tient à ce que le sujet, par identification, supporte de se transformer sur le modèle de l’objet en même temps qu’il s’attache à lui. Dans l’idée d’une simultanéité entre l’investissement d’objet et l’identification, la conception freudienne du Moi pose comme équivalents deux éléments a priori distincts et différents : Moi et Autrui. Voici une interprétation du « Je est un autre » de Rimbaud. Loin d’être assurées, les frontières du moi sont elles aussi perméables puisqu’il conserve l’empreinte des figures majeures qui l’entourent et l’ont entouré.

39Les fantômes ne seraient-ils pas alors la partie visible des ces investissements d’objets qui ont le pouvoir d’engendrer l’identification ? Lorsque le vivant entend des paroles que le disparu aurait pu prononcer, c’est l’identification au disparu qui est mise au jour. Le fantôme se révèle être une partie constituante de l’identité du sujet. En tant qu’ancien objet d’identification, son apparition renforce l’identité du moi.

40Mme P. a perdu son mari il y a plus de quinze ans. Il avait 55 ans. Elle m’en parle souvent et prononce régulièrement les proverbes qu’il citait ou me raconte ce qu’il aurait pensé dans telle ou telle situation. En rencontrant l’une de ses filles, j’ai l’occasion d’observer que ce père reste également très présent dans l’esprit de ses enfants. Cet homme semblait faire partie de ces personnalités charismatiques qui marquent fortement l’esprit de leurs proches. Et la fille de me confier : « Ca va peut-être vous paraître étrange, mais, penser à mon père est un besoin, ça me tient ».

41Accueillir des images, des souvenirs est éprouvé comme une nécessité pour le Moi. Le simple fait de penser à son père constitue un pilier, un appui identitaire.

« Il nous faut croiser bien des revenants, dissoudre bien des fantômes, converser avec bien des morts, donner la parole à bien des muets, à commencer par l’infans que nous sommes encore, nous devons traverser bien des ombres pour enfin, peut-être, trouver une identité qui, si vacillante soit-elle, tienne et nous tienne. » (J.B. Pontalis, 2003, p. 185)

Conclusion : lorsque le fantôme habite le vivant 

« J’ai cru longtemps que la mémoire servait à se souvenir, je sais maintenant qu’elle sert surtout à oublier. »
Pierre Chaunu, Essai d’égo-histoire

42Le deuil traumatique efface les images et les paroles du mort. L’amnésie consécutive se révèle être une identification au disparu. Dans cette identification mortifère, la mémoire et les affects sont figés et le traumatisme de la perte ne peut être oublié.

43L’arrivée des fantômes marque le retour des formes et des souvenirs, la remise en mouvement de la vie psychique. Ces revenants sont l’indice de la création d’un lieu psychique de sépulture, lieu de déposition d’un corps et d’une parole. Le travail de deuil consiste alors à faire réapparaître les fantômes par le biais du fantasme et du rêve. Par le retour des images, le travail de la mémoire se remet en mouvement. Telle est la paradoxale nécessité de se rappeler des fantômes afin de pouvoir oublier le traumatisme de leur mort.

44Les fantômes restent présents auprès des vivants. Ils les accompagnent, leur parlent, influencent leur jugement. La relation passée est maintenue, quand bien même elle n’est plus alimentée par la réalité. À travers la fidélité des revenants et le naturel des vivants à se laisser occuper par eux, c’est l’intrication entre le disparu et l’identité du survivant qui est mise en exergue. Ancien objet d’identification, le fantôme est de ce fait un fragment de l’identité du sujet.

45Nous avions repéré dans l’étymologie de la hantise, l’évolution de sa signification. Du hameau et verbe habiter, elle s’était rapprochée avec le temps, de la notion d’envahissement et de perte de liberté. Que s’est-il passé pour que la hantise, mode de présence des revenants, finisse par se réduire à une signification péjorative ? Si l’observation clinique repère la hantise en tant que mode de présence teinté d’angoisse, elle met également en évidence la quiétude, voire la joie, dans lesquelles nos revenants peuvent advenir. Le sens originel de la hantise : le hameau, ou ce qui habite, avec toutes les connotations identitaires que la maison ou le domicile comporte, s’avère finalement plus que pertinent pour décrire la clinique de la revenance. Il serait alors plus juste de dire : le fantôme habite le vivant.

Haut de page

Bibliographie

Fedida P. « L’œuvre de sépulture », La fin de vie, qui en décide ?, Paris, PUF, 1996,

p. 11-17.

Fedida, P. (2001) Des bienfaits de la dépression, Paris, Odile Jacob, 2003.

Freud S. (1917) « Deuil et mélancolie », Métapsychologie, trad. fr., Paris, Folio essais, 1997, pp. 147-171.

Freud S. (1923) « Le Moi et le Ca », Essais de psychanalyse, trad. fr., Paris : PUF, 1997, pp. 219-275.

James H. (1895) L’autel des morts, trad. fr., Paris, Stock, 1993.

Laplanche J. & Pontalis J-B. (1967) Vocabulaire de la psychanalyse, Paris : PUF, 1981.

Klein M. (1952) « Quelques conclusions théoriques au sujet de la vie émotionnelle des bébés », Développements de la psychanalyse, trad. fr., Paris, PUF, 2001, pp. 187-222.

Laufer L. « Quand le lieu de sépulture est un reste du disparu », revue Champ Psychosomatique, 2002/4, n° 28, pp. 113-127.

Laufer L. « Les figures transférentielles ou mais que me veut le mort ?», revue Champ psychosomatique, 2003/4, n° 32, pp. 19-37.

Laufer L. (2006) L’énigme du deuil, Paris, PUF, 2008.

Pontalis J-B. (2003) La traversée des ombres, Paris, Folio, 2007.

Shakespeare W. (1603) Richard III, Roméo et Juliette, Hamlet, trad.fr., Paris, Flammarion, 2000.

Honigmann, Heddy, Forever : Le cimetière du Père-Lachaise, (Pays-Bas, 2006, 95mn), diffusé sur Arte le 22/10/09, www.arte.tv

Haut de page

Notes

1 Pierre Fedida (1934-2002) Psychanalyste français de formation philosophique, il fut enseignant à l’Université Paris VII.

2 Psychanalyste et Maître de conférence à l’Université Paris VII

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ophélie Méchin, « Destin des identifications dans la perte : le fantôme », Conserveries mémorielles [En ligne], #18 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2228

Haut de page

Auteur

Ophélie Méchin

est Psychologue clinicienne dans le domaine de la gérontologie en Poitou-Charentes (France). Dans sa pratique, elle s'intéresse particulièrement aux thèmes du vieillissement, des soins palliatifs et de l'éthique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org