Navigation – Plan du site

À la recherche des « objets phares » dans les musées

Yves Bergeron, Marie-Ève Goulet, Cátia Rodrigues Barbosa, Anne Castelas, Noëlle Charpentier, Justine Desrosiers, Marie-Claude Hawry, Vanessa Hétu, Marilie Labonté, Violette Loget, Patrick-Olivier Meunier et Barbara Stawik

Texte intégral

Les prémices du projet

  • 1 On peut se référer à cet effet au site internet du MUCEM, du MCQ, etc.

1Véritables gardiens du patrimoine, les musées ont trouvé depuis des siècles la source de leur existence dans les collections qu’ils préservent, documentent et exposent. Parmi cette multitude d’objets, certains acquièrent une signification particulière pour la population ou l’institution elle-même, une reconnaissance, et c’est ainsi que l’institution vient à être associée à ces objets très spécifiques dont elle se fait protectrice. Plusieurs musées eux-mêmes exposent à l’heure actuelle ce qu’ils identifient comme des objets phares de leurs collections, notamment sur leur site internet1. Lors de son inauguration, le Musée de la civilisation de Québec a d’ailleurs présenté un florilège de ce type d’objets provenant de musées québécois dans l’exposition 38 plus 1 en 1988.

2Ce cahier de recherche s’inscrit au terme d’un projet visant à documenter ce phénomène. Amorcé à l’automne 2013 dans le cadre du séminaire dirigé par Yves Bergeron sur les collections et la fonction de conservation des musées, il réunit des travaux d’étudiants de la maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal. Le cahier collige des études de cas « d’objets phares » répertoriés dans les institutions muséales québécoises et canadiennes.

3En guise d’amorce de ce projet, le professeur Yves Bergeron nous avait présenté ce qu’il considérait alors comme un objet phare, c’est-à-dire :

4« Un « objet phare » [qui] représente un objet emblématique d’un musée. Certains auteurs parlent d’« objets iconiques » ou d’objets emblématiques. Chaque musée possède dans ses collections un objet ou une œuvre qui représente le musée. Cet objet est généralement mis en valeur dans les collections permanentes et est représenté́ sur le site du musée. »

  • 2 « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », paru dans l’ouvrage Patrimoin (...)

5Le premier exemple qui nous vient à l’esprit est sans doute La Joconde, de Leonard De Vinci, associée au Musée du Louvre. Au Canada, les péripéties entourant la relation entre l’astrolabe de Samuel de Champlain et ce qui était le Musée canadien de l’histoire, nous démontrent une fois de plus l’importance de certains objets dans la trame narrative d’un musée.2

6Afin de mettre en lumière le type de relation qu’entretient le musée avec ses objets phares, nous avons cherché à déterminer pour chaque objet. Son parcours qui le positionne comme objet phare, le processus de mise en valeur fait par l'institution, les raisons de sa mise en valeur et, enfin, la reconnaissance ou le rejet du statut de l'objet par le public.

7En d’autres termes, pourquoi et comment certains objets d’une collection acquièrent une valeur si importante qu’ils deviennent de véritables symboles de cette institution? Qu’est-ce que cela nous indique sur l’institution, ou encore, sur l’image qu’elle souhaite projeter?

Les démarches individuelles dans le cadre du cours “Collections et conservation”

8Les étudiants de la cohorte 2013 ont ainsi débuté leurs recherches, plus tard mises en commun, ce qui a permis de dégager des tendances pour mieux cerner ce qu’était le phénomène de l’objet phare. Le travail sur l’objet phare a permis de développer de multiples manières d’interpréter la notion de ce qu’est un objet phare, en somme un même exercice envisagé par 36 étudiants et étudiantes différents.

9Le travail de recherche s’est tout d’abord amorcé en déterminant un éventail d'institutions intéressantes pour ensuite que chaque étudiant puisse développer une méthodologie adaptée à son étude de cas. Premièrement, les étudiants ont choisi un établissement parmi la liste d’institutions québécoises et canadiennes déterminée par le professeur Yves Bergeron. Les étudiants pouvaient également proposer une institution de leur choix. Cette liste avait essentiellement pour but de s’assurer de la disponibilité et de l’accessibilité des archives et de la documentation afin que les étudiants puissent fournir un travail approfondi. Deuxièmement, le travail de recherche et de documentation fait par les étudiants a permis la rédaction d’un essai critique d’une dizaine de pages dans lequel était justifié le choix de l’institution et comment au fil du temps, s’est développée la valeur spécifique de l’objet phare.

  • 3 Pluralité d’institutions : Architecture (CCA, Art (MBAM, MAC, MNBAC, Galerie UQAM, Centre d’exposit (...)
  • 4 Diversité d’objets ciblés : Archives photographiques, animaux (Papillon, Phasme, Pingouin), bâtimen (...)

10Le cadre de recherche a permis de considérer une pluralité d’institutions liées au domaine artistique, culturel, scientifique et patrimonial3. Il était aussi question d’une diversité des objets phares, allant des archives papiers au bâtiment en passant par l’art incluant parfois des notions de patrimoine immatériel4.

  • 5 Différentes modalités de recherche : archives, entrevues (conservateurs, directeurs, guides, visite (...)

11L’étape principale de la recherche a donc été de documenter l’objet à travers les archives disponibles, des travaux universitaires et scientifiques mais aussi des entrevues ou de la correspondance effectuées avec le personnel des institutions5. Afin de bien comprendre l’élévation au statut d’objet phare, il était important d’identifier le discours construit autour de cet objet et de déterminer sa valeur culturelle. À partir de ces informations, il incombait de retracer le processus de muséalisation de l’objet et d’y porter un regard critique.

12Certaines recherches se sont de prime abord penchées sur des objets dont l’auteur, ou l’autrice, croyait être phares et qui, au final ne l’était pas. D’autres ont soulevé d’intéressantes questions : un objet situé dans les réserves d’une institution, par exemple, peut-il être considéré comme un objet phare, alors qu’il n’est pas exposé qu’il n’est pas exposé et mis en valeur auprès du public? Peut-il l’être pour un temps prescrit, dépendamment du contexte historique, puis tomber dans l’oubli ? Peut-il se voir attribuer ce statut s’il n’est pas reconnu comme tel par l’ensemble de l’équipe du musée ? Ou encore, une œuvre d’art contemporain peut-elle être considérée comme un objet phare alors que le temps n’a pas confirmé la pérennité de son statut?

  • 6 Des pièces à valeur historique ; symbole national, objet identitaire, symbole culturel, emblème d’u (...)

13Au fil de nos recherches et au regard des travaux colligés dans ce cahier, des tendances se sont dégagées. Il a été possible de cerner certains indicateurs récurrents pour justifier la qualité phare des objets : la valeur historique de l’objet, son importance scientifique, sa popularité auprès du public, son lien avec la fondation du musée, l’existence de produits dérivés, sa mise en valeur dans la scénographie et son importance dans la médiation6.

Le processus du comité d’édition

14Le comité d’édition est composé d’étudiantes et d’étudiants issus de la promotion 2013 en muséologie : le sous-comité « Discours institutionnel, entre miroir et image » composé de Justine Desrosiers, Marie-Claude Hawry, Marilie Labonté et Violette Loget ; le sous-comité « Discours identitaire, entre attachement populaire et symbole politique » avec Anne Castelas, Patrick-Olivier Meunier et Barbara Stawik ; et le sous-comité « Discours disciplinaire, entre objet de recherche et chefs-d’œuvre » incluant Noëlle Charpentier et Vanessa Hétu. Ce projet a été encadré par la doctorante Marie-Ève Goulet et le professeur Yves Bergeron et Catia Rodrigues, professeure invitée.

15L’objectif de ces sous-comités était de prendre connaissance de la globalité des textes pour en faire une publication et de veiller à son uniformisation. Des rencontres ont été prévues une fois par mois entre les mois de janvier et de mai 2014. Au cours de celles-ci trois sujets principaux ont été abordés, la sélection des textes, le parti pris des auteurs et des autrices confronté au travail de correction par les pairs ainsi que la définition de l’objet phare. Les rencontres faisaient l’objet de discussion quant au classement et aux définitions des objets, le comité a décidé de rédiger une définition pour servir de point de départ :

16L’objet phare représente une pièce unique, emblématique à caractère public possédant une valeur (esthétique, historique, artistique, symbolique, …). Il s’en dégage une force identitaire (musée, collectivité, …). L’objet phare se veut porteur de notoriété pour l’institution et il participe par la même occasion à la construction d’un imaginaire collectif. C’est un objet minutieusement mis en valeur : dans la scénographie : archives, lumières, accrochage, visible de loin, … Dans les discours de l’institution : communication, publicité, levée de fonds, programme… Dans la gestion de la collection : exposé, prêté, … Il s’agit d’objet support visuel d’un discours construit par l’institution : un substitut à un processus narratif, un discours repris par les médias, les spécialistes, … Il est reconnu comme pièce maîtresse par le public. Il est donc un intermédiaire entre le musée et l’extérieur.

17À partir de cette définition le comité a fait une première tentative de catégorisation : les objets reliques, les objets fondateurs de l’institution, les objets disciplinaires, les objets star (objet étoile), l’objet de marque, etc. Ce processus a abouti à former trois catégories finales composées par le corpus de texte qui vous est proposé au sein de ce recueil ; les objets-phares à caractère institutionnel, identitaire et disciplinaire. Enfin nous posons une dernière question, en constatant le nombre disparate d’objets phares par catégories ; 13 textes pour le discours institutionnel, 10 textes pour le discours identitaire et 4 textes pour le discours disciplinaire, on peut se demander si cela reflète les “préoccupations” des musées aujourd’hui qui tendent, d’une part, vers une mise en avant du marketing et qui, d’autre part, participent à la construction identitaire ?

Haut de page

Notes

1 On peut se référer à cet effet au site internet du MUCEM, du MCQ, etc.

2 « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », paru dans l’ouvrage Patrimoines et identités en Amérique française (Sous la direction André Charbonneau et Laurier Turgeon, 2010. Yves Bergeron démontre comment les objets deviennent le support d’un discours à forte charge identitaire alors que, comme l’ont démontré d’autres auteurs, ils peuvent tenir des discours sur des objets de leur collection sans que ces discours ne soient liés aux qualités intrinsèques de l’objet.

3 Pluralité d’institutions : Architecture (CCA, Art (MBAM, MAC, MNBAC, Galerie UQAM, Centre d’exposition UdeM), banque (BMO), bibliothèque (BANQ), cinéma (cinémathèque québécoise), Histoire (Musée acadien Université Moncton, Musée Dufresne, McCord, Musée canadien de l’histoire, Maison Saint-Gabriel), parcs (Parc de Miguasha, Lieu historique national George Etienne Cartier, Cité historia,Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Mémorial national Vimy), sciences (Insectarium, Planétarium, CSM, Redpath, Biodome), Société (Écomusée du Fier Monde, Musée des Hospitalières), et Religion (Basilique Notre-Dame, Musée du patrimoine religieux de l’Oratoire Saint-Joseph, Centre des Sœurs de la Providence).

4 Diversité d’objets ciblés : Archives photographiques, animaux (Papillon, Phasme, Pingouin), bâtiments (Bain public, Ferme, Succursale d’une banque), buste, candélabre, canot, cinématographe, chaire, chandail, drapeau, fossile, globe terrestre, impression monumentale sur toile, mémorial, projecteur, recueil de texte, retable, sculptures, tableaux et vestiges humains (crâne, momie, cœur).

5 Différentes modalités de recherche : archives, entrevues (conservateurs, directeurs, guides, visiteurs, passants), échange de courriels, articles de presse papier et web, site internet, articles scientifiques, dossiers de conservation, guides publiés par les institutions, rapports, TD, mémoires, etc.

6 Des pièces à valeur historique ; symbole national, objet identitaire, symbole culturel, emblème d’une communauté d’individu (quartier, Bains généreux Ecomusée du fier-monde). L’importance scientifique ; énormément de publication, œuvre essentielle dans le parcours de l’artiste. L’importance aux yeux d’individu (public, employés des institutions, médias) ; objet spontanément associé au musée, objet populaire, familiarité entre le public et l’œuvre (ex : Octobre, James Tissot, MBAM), entrée dans l’imaginaire collectif, humanisé : certains confères une « âme à l’objet », « âme du lieu ». Des œuvres fondatrices du musée ; iconique pour l’institution : incarne la mission, le mandat du musée, présente dans une variété d’expositions temporaires et thématique dans le musée et itinérantes. Des objets marketing ; image reprise sur les produits dérivés vendus en boutique (porte-clés, boite à crayon, calendrier), reproduction dans les pamphlets promotionnels et dépliants des institutions, présence imposante sur le site internet. La place centrale accordée à l’objet dans la scénographie ; emplacement central : à l’entrée, dans l’espace d’accueil des publics dans l’exposition permanente, mise en valeur dans l’espace d’exposition, emplacement permanent (Voie Lactée de Geneviève Cadieux, sur le toit du MAC, visible jour et nuit, été comme hiver, intègre le paysage urbain de la ville, tellement symbolique que la ville de Montréal ira offrir une bouche à la ville de Paris), objet technique ayant perdu sa valeur utilitaire mais conservé dans le dispositif scénographique de l’institution. Ou encore les objets médiatisés ; importante documentation de l’objet (long cartel explicatif), objet central dans les activités éducatives de l’institution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Bergeron, Marie-Ève Goulet, Cátia Rodrigues Barbosa, Anne Castelas, Noëlle Charpentier, Justine Desrosiers, Marie-Claude Hawry, Vanessa Hétu, Marilie Labonté, Violette Loget, Patrick-Olivier Meunier et Barbara Stawik, « À la recherche des « objets phares » dans les musées », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2316

Haut de page

Auteurs

Yves Bergeron

 est professeur de muséologie et de patrimoine au département d’histoire de l’art de l’UQAM . Il enseigne aux programmes de maîtrise et de doctorat en muséologie, médiation, patrimoine. Il est rattaché au CÉLAT et il dirige l’Institut du patrimoine de l’UQAM.

Marie-Ève Goulet

Marie-Ève Goulet est candidate au doctorat en muséologie, médiation et patrimoine à l’UQAM sous la direction d'Yves Bergeron (UQAM). Ses intérêts de recherches portent principalement sur la figure du collectionneur et ses liens avec l’institution muséale. 

Cátia Rodrigues Barbosa

est professeur de muséologie et de patrimoine au département de L'organisation et traitement de l'information de L'école Science de L'information à L'université Fédérale de Minas Gerais- Brésil. Elle enseigne aux programmes de master et doctorat en science de L'information. Elle dirige le groupe de recherche MUSAETEC rattaché au Conseil nationale de développement scientifique et technologique -CNPq. 

Anne Castelas

Articles du même auteur

Noëlle Charpentier

Articles du même auteur

Justine Desrosiers

Articles du même auteur

Marie-Claude Hawry

Articles du même auteur

Vanessa Hétu

Articles du même auteur

Marilie Labonté

Articles du même auteur

Violette Loget

Articles du même auteur

Patrick-Olivier Meunier

Articles du même auteur

Barbara Stawik

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org