Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Discours institutionnel, entre miroir et image

Justine Desrosiers, Marie-Claude Hawry, Marilie Labonté et Violette Loget

Texte intégral

1Parmi l'échantillonnage présenté dans ce recueil, l’objet phare portant un discours institutionnel est le plus fréquent, bien qu'il importe de considérer ses différentes inclinaisons. Tout d’abord, le qualificatif « institutionnel» renvoie à l'institution qui est ici le musée. Dans les cas que nous avons relevés, il y a une implication de l’institution muséale dans le processus de valorisation de l’objet jusqu’à son statut privilégié. Consciemment ou non, le discours sur l’objet est construit ou manipulé par l’institution afin de servir ses propres intérêts. Le musée et, par le fait même, son personnel sont donc généralement les auteurs de ce discours, mais le public ou des professionnels liés au domaine de l’objet peuvent en outre influencer le regard porté sur celui-ci. Il devient donc intéressant d’observer comment ce type de discours prend forme puisqu’il permet de comprendre les rouages qui formulent l’identité institutionnelle des musées.

2Ce chapitre est construit en deux parties suivant les deux formes que prend le discours institutionnel. Les premiers textes présentent des objets phares qui sont un miroir de leur institution, c’est-à-dire qu’ils reflètent sa raison d’être et ses valeurs. À leur suite, les études portent sur des objets qui sont devenus l’image du musée, alors que l’identité visuelle de l’institution devient imbriquée à l’objet phare, souvent à travers une reconnaissance du public ou par des stratégies communicationnelles. Ces objets permettent donc de réfléchir sur la relation entre l'image de marque de l'institution et la notion d'objet phare.

Le discours miroir de l’institution

3Bien que tout objet phare soit lié à son institution muséale d'une manière ou d'une autre, les objets rattachés au discours institutionnel se rapportent davantage à la vision que l'institution porte sur elle-même. De ce fait, certains objets phares deviennent des miroirs reflétant l'identité propre de l'institution et ses valeurs intrinsèques. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les objets phares présents dans cette catégorie ont été principalement désignés par le musée, alors qu'il est légitime de penser que le public aurait eu tendance à en désigner un second.

L'objet fondateur

4Ce discours miroir peut évoquer différents aspects s'inscrivant en continuité dans l'histoire du musée, ou bien en rappelant un tournant précis de son évolution. Dans un premier temps, il est possible de distinguer les objets servant à rappeler la fondation du lieu, notamment par le biais de la figure du fondateur et, par conséquent, la raison première de son existence. Il importe cependant de préciser que cela n'implique pas que l'objet eut été présent dès la création de l'institution, mais bien que le discours qu'il a la capacité de projeter renvoie directement à son moment fondateur ; c'est le cas du Buste de Marius Dufresne et du Monument au Frère Marie-Victorin.

L'objet représentant la mission de l'institution

5Ensuite, la mission joue souvent un rôle central dans le discours du musée et celle-ci est d'ailleurs reprise à travers plusieurs objets phares. Ceux-ci, choisis pour leur capacité d'expliquer la mission de l'institution muséale, deviennent ainsi empreints d'une valeur discursive supplémentaire par rapport aux autres objets de la collection. Ceci a d’ailleurs été observé dans le cas du CCA, où un ouvrage relié du XVIe siècle acquis récemment a dépassé en valeur muséale les traités architecturaux semblables que possède le centre depuis sa fondation. L’Ex-voto de la salle des femmes du Musée des Hospitalières, ayant une valeur documentaire historique certaine, a aussi été sélectionné en tant qu'objet phare pour sa capacité à résumer la mission première de cette institution. Enfin, le retable de la chapelle de Notre-Dame du Sacré-Cœur évoque également la mission spirituelle et artistique de cet espace unique, tout en étant une œuvre remarquable de son artiste.

L'objet emblématique

6D’une institution à l’autre, on observe en outre des objets phares relevant de l’image même du musée devenant jusqu’à des emblèmes du lieu. Divers acteurs, qu'il s'agisse des employés du musée, des médias ou encore du public, identifient ainsi cet objet à l’institution où il devient le symbole d’un tout, soit le musée. L’importance dédiée à l’objet dit « phare» peut être portée par certaines personnalités clés du lieu, telles que des directeurs ou des conservateurs, insistant pour mettre de l’avant cet objet afin qu’il devienne l’ambassadeur du musée. Deux essais portant sur le Musée d’art contemporain de Montréal et le Musée national des beaux-arts de Québec mettent de l’avant-plan, soit physiquement, soit dans les divers médias de communications du musée, ou encore les deux, des objets, ici des œuvres, de manière à les ancrer dans l’esprit de ceux qui les visitent ou qui les citent.

L’image du musée : l’objet phare, entité communicationnelle

7L’objet phare se révèle de diverses façons à un point tel qu’il est possible de se questionner sur l’importance accordée à ces objets et à la position qu’on leur octroie au sein d’une institution culturelle. C’est le cas des objets phares fortement, si ce n’est pas même ultimement, liés à la communication. Mis de l’avant par le musée et les journalistes, pour être ensuite réclamés par les visiteurs, ces objets deviennent phares par la considération qui leur est accordée dans les maintes communications que l’on retrouve dans les médias souvent engendrées par un choix du musée de faire valoir l’objet et de le promouvoir. Ne représentant pas nécessairement l’institution et sa mission, cet objet phare illustre davantage une volonté de virage ou de renouveau de l’image du musée. Il peut être utilisé sans cesse dans les communications ou les publicités du musée afin que le grand public l’identifie à l’institution, comme c’est le cas pour l’essai portant sur Octobre appartenant au Musée des beaux-arts de Montréal qui est à la limite entre l’objet emblématique et l’objet communicationnel. L’objet phare mis de l’avant par les communications peut permettre d’accroître la visibilité du musée, de changer une image déjà prescrite à l’institution, de redorer une réputation quelque peu ternie par le temps, de remettre l’image d’un établissement au goût du jour, ou simplement pour faire un coup de publicité. D’Octobre au Toi Moko (MBAM), en passant par l’Étoile du Matin du Musée canadien des civilisations (Musée canadien de l’histoire), ce type d’objet phare qu’on peut parfois qualifier d’éphémère questionne profondément la notion ici même abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Desrosiers, Marie-Claude Hawry, Marilie Labonté et Violette Loget, « Discours institutionnel, entre miroir et image », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2319

Haut de page

Auteurs

Justine Desrosiers

Justine Desrosiers détient un Baccalauréat Honours de l'Université McGill en histoire de l'art et littérature anglaise. Elle est adjointe à la conservation au Musée des beaux-arts de Montréal. Son sujet de recherche lui a permis d'étudier le décalage qui s'observe entre l'histoire de l'art des musées et celle des universités, à travers une approche post-coloniale de l'exposition d'art orientaliste.

Articles du même auteur

Marie-Claude Hawry

Marie-Claude Hawry détient un baccalauréat en histoire à l'Université de Montréal. Ses principaux sujets de recherche sont les musées des droits de la personne. Actuellement, elle occupe un poste au service des collections du Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal.

Articles du même auteur

Marilie Labonté

Marilie Labonté est diplômée d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université Laval et d’une maîtrise en muséologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle est actuellement candidate au doctorat en muséologie, médiation et patrimoine à l’UQAM. Ses sujets de recherche s’orientent sur la présence accrue de l’art contemporain à l’intérieur des musées.

Articles du même auteur

Violette Loget

Violette Loget est titulaire d’une bi-licence en droit et histoire de l’art de l’Université Paris I et d’une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Adjointe à la gestion des subventions au Musée des beaux-arts de Montréal, elle est lauréate du Prix Roland Arpin 2016 pour sa recherche sur l’évolution du phénomène de la philanthropie dans les musées, ainsi que l’impact du renouvèlement générationnel sur l’acte de don. 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org