Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

La statue du Frère Marie-Victorin du Jardin botanique de Montréal

Barbara Stawik

Résumé

Intimement lié à son institution, le monument au Frère Marie-Victorin, de par son emplacement près des installations d'accueil des visiteurs, est consciemment mis en valeur par le Jardin botanique de Montréal l'ayant désigné comme objet phare de sa collection pourtant majoritairement végétale. Cette statue en plein pied se veut avant tout un hommage au fondateur de l'établissement, mais aussi un rappel de l'importance de cet homme dans l'étude de la botanique au Canada. Ainsi, le discours souligné par l'auteure de cet essai renvoie symboliquement à la fondation du lieu, de même qu'à l'importance du public montréalais dans son financement, bien que ce monument fut érigé plus de deux décennies après l'ouverture du Jardin botanique.

Haut de page

Texte intégral

Monument au Frère Marie-Victorin et accueil du Jardin botanique de Montréal

Monument au Frère Marie-Victorin et accueil du Jardin botanique de Montréal

Statue du Frère Marie-Victorin, Jardin botanique de Montréal,

Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay).

Description de l’objet

1Le monument au frère Marie-Victorin se situe entre l’accueil du Jardin botanique de Montréal et la billetterie. Chaque visiteur peut ainsi croiser le regard serein de la statue avant d’accéder aux différentes parties du jardin.

  • 1 En 2011, l’événement la magie des lanternes a accueilli 239 014 visiteurs. Contenu récupéré le 02/0 (...)

2Plusieurs membres du personnel du Jardin botanique m’ont indiqué que l’endroit ne possédait pas spécifiquement d’objet phare mais qu’il pouvait en être un dans sa totalité. Certains font vaguement référence au Jardin de Chine, avec hésitation. Créé en 1990, ce dernier fait la fierté du Jardin et le bonheur des visiteurs puisqu’il propose un des événements les plus attendus chaque année, la Magie des lanternes1. Cependant, il semble susciter moins d’engouement depuis qu’il n’est plus le plus grand jardin chinois du monde à l’extérieur de l’Asie.

  • 2 Céline Arseneault est botaniste et bibliothécaire au Jardin botanique de Montréal.
  • 3 À titre d’exemple, le Lion de la Feuillée, qui se situe non loin de la statue de Frère Marie-Victor (...)

3Parmi les personnes rencontrées sur place, Céline Arseneault2 a affirmé que plusieurs objets pouvaient être considérés comme objets phares du Jardin botanique de Montréal. Cependant, le premier objet cité est la statue du frère Marie-Victorin, sans aucune hésitation. Elle est présentée comme l’objet incarnant au mieux le Jardin botanique tant il est empreint de l’histoire du jardin lui-même. La statue est en effet symboliquement fondatrice du Jardin car elle en représente le fondateur lui-même. De plus, elle est la seule œuvre de la collection permanente commandée spécialement pour le Jardin botanique.3 La statue a valeur de symbole vis-à-vis du fondateur, personnage légendaire du Québec.

  • 4 Cette explication est fournie dans Parcours autoguidé des œuvres d’art du Jardin botanique de Montr (...)
  • 5 Bronze coulé à Corona aux États-Unis.

4Il s’agit d’une statue en pied représentant le frère Marie-Victorin (1885-1944). Il est vêtu du costume des frères des Écoles chrétiennes : il porte une longue robe doublée d’une cape et la calotte. De la main droite il retient un pan de sa cape et tient une fleur dans la main gauche. Il s’agit d’une sarracénie pourpre, plante insectivore qui possède à l’intérieur de ses feuilles recourbées, des poils orientés vers le bas. De cette manière, les insectes sont capturés puis digérés grâce à certaines enzymes4. La sarracénie pourpre était une fleur emblématique pour le frère Marie-Victorin. Le pied droit est quelque peu élancé vers l’avant et le visage légèrement tourné vers la droite. La statue est en bronze5 et fut réalisée en 1951 par Sylvia Daoust (1902-2004). Elle repose sur un socle en granit portant l’inscription : « FRÈRE MARIE-VICTORIN ÉC 1885-1944 CONRAD KIROUAC ».

L’histoire de l’objet

  • 6 Coupure de presse du journal Le Canada, 12 mai 1947, archives de la bibliothèque du Jardin Botaniqu (...)
  • 7 Lettre de correspondance entre Sylvia Daoust, sculpteur du monument au frère Marie-Victorin et Mons (...)
  • 8 Ibid, Sylvia Daoust y précise qu’elle possède à cet instant « un atelier assez spacieux pour un tel (...)
  • 9 Lettre adressée à A. M. Louis Lapointe, directeur des services municipaux et écrite par E. L. Paten (...)
  • 10 Ibid, « En se faisant le promoteur de ce projet, la Fondation Marie-Victorin répondait au grand dés (...)
  • 11 Ibid
  • 12 Ibid. Ces plans et devis ne figurent pas dans les archives de la bibliothèque du Jardin botanique.
  • 13 Ibid, « Au nom de la fondation MV, nous sommes heureux d’offrir à la Ville cette statue et de recom (...)
  • 14 Lettre du 1er aout 1952 écrite par Jacques Rousseau et adressée à Son Honneur M. Camillien Houde, M (...)
  • 15 Lettre du 22 octobre 1952 écrite par Monsieur Honoré Parent, trésorier de la FMV, adressée à Melle (...)
  • 16 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions (...)

5Le monument a été commandé par la Fondation Marie-Victorin qui a vu le jour deux ans après le décès du créateur du Jardin botanique6. La bibliothèque du Jardin botanique possède des archives consultables sur demande. Elles contiennent les lettres de correspondances entre la Fondation Marie-Victorin, le maire de Montréal, le Jardin botanique et Sylvia Daoust au sujet de la commande et de la livraison du monument. Dans une lettre du 28 janvier 1951, Sylvia Daoust s’adresse à Jacques Rousseau (botaniste, assistant de cours du Frère Marie-Victorin pendant ses études) et précise que le coût global du monument s’élève à 6000 dollars7. Elle y ajoute qu’elle débutera dès ce jour le modelage de la statue pour des raisons fonctionnelles8. Le projet de faire ériger un monument en mémoire du frère Marie-Victorin semble donc être né peu de temps après le décès de celui qu’elle représente9. Selon les documents d’archives, ce projet était le vœu de la population montréalaise qui voulait honorer le travail accompli par le frère Marie-Victorin10. Cela a pu aboutir grâce à la générosité du grand public, de sociétés privées et du gouvernement de la province du Québec11. Une autre lettre du 1er août 1952 précise qu’à cette date, la statue venait d’être livrée au Jardin botanique et que comme convenu quelques années plus tôt, les frais d’installation demeureraient à la charge de la municipalité. La lettre s’accompagne des plans et devis fournis par Sylvia Daoust12. Le directeur de la Fondation Marie-Victorin, Monsieur E. L. Patenaude, y précise que le monument est un don de la fondation à la Ville et il recommande également l’emplacement idéal pour la statue : devant l’immeuble du Jardin botanique13. Une seconde lettre du 1er août 1952, cette fois-ci écrite par Jacques Rousseau et adressée au Maire de Montréal informe ce dernier de la livraison de la statue et l’invite à venir la découvrir en personne avant son installation prévue pour la mi-septembre14. L’inscription qui figure sur le socle de la statue a été validée par M. Honoré Parent15. La statue ne sera inaugurée au Jardin botanique que le 18 septembre 1954 par Maurice Duplessis et le cardinal Paul-Émile Léger16.

  • 17 André Bouchard, avec la collaboration de Francine Hoffman, Le Jardin botanique de Montréal. (Montré (...)
  • 18 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions (...)
  • 19 Ibid, p. 307.
  • 20 Le Laboratoire botanique est aujourd’hui l’Institut botanique pour le développement de l’enseigneme (...)

6Le frère Marie-Victorin représente à lui seul tout un symbole pour le Jardin botanique. L’idée de fonder un jardin botanique à Montréal naît cependant au sein de l’université McGill dans les années 1860. Le projet, pour des raisons administratives, n’aboutira pas. Pour les mêmes raisons, un deuxième projet est finalement abandonné en 1885. André Bouchard (biologiste, conservateur au Jardin botanique de Montréal de 1975 à 1996) souligne alors une coïncidence : alors que le Jardin aurait pu être créé en 1885, cette année est celle de la naissance de Conrad Kirouac, futur fondateur du Jardin17. Intéressé par la science dès sa jeunesse, ce dernier constate le retard de ses confrères francophones dans ce domaine18. Cependant, c’est au cours d’une période de convalescence que Marie-Victorin se passionne pour la botanique. Autodidacte, il se consacre d’abord à l’identification des espèces et confectionne un herbier19. Il sera d’abord nommé professeur à l’Université de Montréal en 1920 avant de participer à la fondation de deux organismes en 1923 : la SCHN (Société canadienne d’histoire naturelle) et l’ACFAS (l’Association canadienne-française pour l’avancement des sciences). À la suite de cela, ses deux grands projets seront le Laboratoire de botanique20 et la Flore laurentienne, ouvrage qui résultera de ses recherches sur la flore du Québec méridional. Il propose la création d’un grand jardin botanique à Montréal dès 1925. Le rapport esquissant son projet est remis au Comité exécutif de la ville de Montréal en 1931. Il se rend à New-York l’année suivante où on lui recommande l’architecte de paysage Henry Teuscher (1891-1984). Au terme d’une longue et régulière correspondance entre les deux hommes et après plusieurs ébauches de plans, Marie-Victorin présente le projet final auprès de son ami Camillien Houde alors Maire de Montréal. Il lui propose de créer ce jardin pour le tricentenaire de la ville.

7Le frère Marie-Victorin semble avoir beaucoup influencé la communauté scientifique. De plus, en accord avec la société et grâce à son statut religieux, il assurait la liaison entre l’ensemble de cette société et les intellectuels. André Bouchard cite à ce sujet la description de Georges Maheux. Ce dernier, présent lors d’une conférence donnée par le frère Marie-Victorin en 1930 décrit :

  • 21 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions (...)

Une trentaine d’agronomes, de forestiers entendirent le soir un nouveau sermon sur la montagne prononcé par le Frère Marie-Victorin. Nous sortirons de là enthousiasmés, rajeunis, éclairés comme Saül sur le chemin de Damas. Nous avions trouvé un maître, un chef, un guide ! Le prédicateur du nouvel évangile de la Nature avait accompli un miracle : le miracle de la multiplication des énergies, de l’orientation des intelligences vers la science, des spécialistes vers la recherche, nous étions sauvés!21

  • 22 Op. cit., Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, p. 327-328.

8En effet, après sa mort en 1944 suite à un accident d’automobile, le botaniste laisse derrière lui une équipe efficace et organisée dont la renommée scientifique dépasse largement l’Atlantique. Mais la communauté des botanistes est également durement touchée par ce décès et prend du recul suite à ce tragique événement22.

Le discours sur l’objet à travers le temps

9Aujourd’hui, le monument au Frère Marie-Victorin se situe entre la billetterie qui ouvre l’accès au Jardin lui-même et le bâtiment d’accueil (qui abrite également la boutique du Jardin). Il est placé dans un endroit dégagé par la végétation et peut être admiré par tous les visiteurs, ces derniers devant obligatoirement passer par la billetterie pour avoir accès au Jardin. Cependant la statue n’a pas toujours été placée à cet endroit.

  • 23 Hoffman Francine (2003), L’Art dans les jardins botaniques contemporains, travail dirigé, MSL 6700, (...)
  • 24 Diapositives conservées dans les archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal. Ces d (...)
  • 25 Nathalie Clerk, Le Jardin botanique de Montréal, rapport n° 2007-24, Commission des lieux et monume (...)
  • 26 ABC-Guide, Les jardins extérieurs, document préparé à l’intention des bénévoles du Jardin botanique (...)
  • 27 En français et en anglais.
  • 28 Les documents d’archives ne précisent rien quant à ce sujet, les informations m’ont été données ora (...)
  • 29 L’inscription qui figure sur le panneau est la suivante : « Faites graver votre nom, celui de vos e (...)

10Le monument est très documenté quant à sa commande, son installation et son inauguration. Durant les années suivantes, il n’existe que peu de sources le mentionnant. Comme évoqué plus haut dans cet exposé et selon les souhaits de la Fondation Marie-Victorin, de Sylvia Daoust et du Jardin botanique, le monument se trouvait à l’origine dans les jardins d’accueil, à mi-chemin entre l’entrée et les bâtiments administratifs23. Plusieurs photos d’époque le confirment24. Céline Arseneault m’a précisé que ce changement fut décidé suite aux aménagements effectués autour du Jardin. En effet, la construction dans les années 2000 d’une nouvelle aire de stationnement et de plusieurs autres aménagements a eu un impact sur le parcours des visiteurs. L’entrée principale du Jardin n’est désormais plus la seule à pouvoir être empruntée. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada, dans son rapport de 2007, précise alors que le monument sera déplacé près du pavillon administratif à la fin des travaux25. Le choix de la part du Jardin botanique de déplacer la statue à proximité de la billetterie témoigne donc de l’importance du monument et de la symbolique qu’il véhicule. À cet emplacement, la statue permet d’être vue sans jamais que le visiteur ne soit ébloui par le soleil26. De plus, sur les diapositives, on peut remarquer que la statue était accompagnée d’une plaque décrivant une courte biographie du frère Marie-Victorin. Avec son nouvel emplacement, le monument est doté d’un panneau supplémentaire. Sur ce dernier figure une description27 de la statue mais aussi de l’artiste. Quand la statue est commandée à Sylvia Daoust en 1950, cette décision suscite de vives controverses et rencontre des opposants à ce qu’une femme réalise l’œuvre28. Le panneau explicatif précise qu’elle fut la première femme à entrer à l’École des Beaux-Arts de Montréal en 1923. Un deuxième panneau est placé non loin de la statue. Il mentionne que l’endroit sur lequel est érigée la statue porte le nom de « Place des donateurs » et qu’il est possible pour toute personne effectuant un don à la Fondation Espace pour la vie, de faire inscrire son propre nom sur un des pavés de la place. Cela peut traduire une volonté supplémentaire d’inscrire la statue dans le temps de la même façon que le nom de ceux qui contribueront, comme le Frère Marie-Victorin auparavant pour le Jardin botanique, à aider la Fondation dans la poursuite de ses missions29.

  • 30 Michel Labrecque, « Gilles Vincent quitte le Jardin botanique de Montréal, une page d’histoire se t (...)

11Ces éléments sont nouveaux mais ils illustrent toujours bien l’intention du Jardin botanique de faire retrouver à ce monument ses lettres de noblesse. Cela en fait un objet phare particulier puisqu’il apparaît que depuis quelques années, le Jardin tente de revaloriser cette statue en tant que symbole du Jardin dans son ensemble et des missions qu’il continue de remplir. En effet, dans un récent article de la revue Quatre-temps, revue de vulgarisation scientifique en botanique et en horticulture publiée par les Amis du Jardin depuis plus de 30 ans, Michel Labrecque, dans un article hommage à Gilles Vincent, ancien directeur du Jardin botanique, rappelle que ce dernier « a été un ardent défenseur des missions fondamentales du Jardin, ne manquant jamais l’occasion de rappeler l’importance de préserver les trois axes fondamentaux pour le Jardin, soit l’éducation, la conservation et la recherche, respectant l’esprit du fondateur Marie-Victorin30 ». Le Jardin, créé à l’occasion d’un événement commémoratif, le trois-centième anniversaire de la ville, représente donc à lui tout un symbole, notamment celui de l’avancement des sciences au Québec, mouvement impulsé par le frère Marie-Victorin à qui cette statue phare rend hommage.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

A. Bouchard, et F. Hoffman, Le Jardin botanique de Montréal, Montréal, Fides, 1998.

L. Chartrand, R. Duchesne, et Y. Gingras, Histoire des sciences au Québec, Montréal, Boréal, 1987

J-J. Lincart, et S. Perron, Jardin botanique de Montréal, Montréal, Fides, 2001.

Guides, rapports, travaux dirigés, articles

ABC-Guide, Les jardins extérieurs, document préparé à l’intention des bénévoles du Jardin botanique de Montréal, décembre 2003, division animation et programmes publics en sciences naturelles, direction des Institutions scientifiques.

N. Clerk, Le Jardin botanique de Montréal, rapport n° 2007-24, Commission des lieux et monuments historiques du Canada (à la demande de M. Gilles Vincent pour que le Jardin botanique de Montréal devienne un lieu historique national).

Frère Marie-Victorin, Dix ans après, la première décade de la Société canadienne d’histoire naturelle, extrait de la Revue trimestrielle canadienne, 1934.

F. Hoffman, L’Art dans les jardins botaniques contemporains : travail dirigé, MSL 6700, Université du Québec à Montréal, 2003.

M. Labrecque, « Gilles Vincent quitte le Jardin botanique de Montréal, une page d’histoire se tourne », Quatre-temps, Vol. 38, n°2, été 2014, p. 11.

Parcours autoguidé des œuvres d’art du Jardin botanique de Montréal, guide à l’intention des animateurs, 1998.

Documents d’archives

Ensemble de soixante-cinq diapositives des années 1980 à 2001. Archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal.

Coupure de presse du journal Le Canada, 12 mai 1947. Archives de la bibliothèque du Jardin Botanique de Montréal. Document original.

Lettre de correspondance entre Sylvia Daoust, sculpteur du monument au frère Marie-Victorin et Monsieur Jacques Rousseau, membre de la Fondation Marie-Victorin et représentant du Jardin botanique de Montréal, datée du 28 janvier 1951 et signée. Document original. Archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal.

E. L. Patenaude, président de la Fondation Marie-Victorin, Lettre adressée à A. M. Louis Lapointe, directeur des services municipaux, datée du 1er août 1952. Archives de la bibliothèque du Jardin Botanique de Montréal. Document original.

Jacques Rousseau, lettre du 1er aout 1952, adressée à Son Honneur M. Camillien Houde, Maire de Montréal. Archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal. Document original.

Honoré Parent, trésorier de la FMV, lettre du 22 octobre 1952, adressée à Melle Marcelle Gavreau, secrétaire de la FMV, signée. Archives de la bibliothèque du Jardin botanique. Document original.

Sites internet

Le Devoir, Sylvia Daoust (1902-2004), une pionnière de la sculpture au Québec s’éteint à l’âge de 102 ans. Récupéré de http://www.ledevoir.com/non-classe/59983/sylvia-daoust-1902-2004-une-pionniere-de-la-sculpture-au-quebec-s-eteint-a-l-age-de-102-ans

Musée des Beaux-Arts de Montréal. Récupéré de http://www.mnba.qc.ca/Contenu.aspx?page=1551

Université de Montréal, exposition virtuelle Marie-Victorin. Récupéré de http://www.archiv.umontreal.ca/exposition/mv/expomv.html

Haut de page

Notes

1 En 2011, l’événement la magie des lanternes a accueilli 239 014 visiteurs. Contenu récupéré le 02/07/2014 sur http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,42657625&_dad=portal&_schema=PORTAL&id=17716

2 Céline Arseneault est botaniste et bibliothécaire au Jardin botanique de Montréal.

3 À titre d’exemple, le Lion de la Feuillée, qui se situe non loin de la statue de Frère Marie-Victorin, a été placé dans le Jardin botanique mais n’a pas été commandé par ou pour celui-ci.

4 Cette explication est fournie dans Parcours autoguidé des œuvres d’art du Jardin botanique de Montréal, guide à l’intention des animateurs, 1998.

5 Bronze coulé à Corona aux États-Unis.

6 Coupure de presse du journal Le Canada, 12 mai 1947, archives de la bibliothèque du Jardin Botanique de Montréal. Document original.

7 Lettre de correspondance entre Sylvia Daoust, sculpteur du monument au frère Marie-Victorin et Monsieur Jacques Rousseau, membre de la Fondation Marie-Victorin et représentant du Jardin botanique de Montréal, datée du 28 janvier 1951 et signée. Document original.

8 Ibid, Sylvia Daoust y précise qu’elle possède à cet instant « un atelier assez spacieux pour un tel travail » mais qu’elle devra le libérer au mois de mai.

9 Lettre adressée à A. M. Louis Lapointe, directeur des services municipaux et écrite par E. L. Patenaude, président de la Fondation Marie-Victorin, datée du 1er août 1952, archives de la bibliothèque du Jardin Botanique de Montréal. Document original.

10 Ibid, « En se faisant le promoteur de ce projet, la Fondation Marie-Victorin répondait au grand désir de la population qui voulait honorer ce grand homme de science canadien, qui a tant fait pour la ville de Montréal et le Canada tout entier ».

11 Ibid

12 Ibid. Ces plans et devis ne figurent pas dans les archives de la bibliothèque du Jardin botanique.

13 Ibid, « Au nom de la fondation MV, nous sommes heureux d’offrir à la Ville cette statue et de recommander son installation devant l’immeuble du Jardin Botanique, à un endroit qui a été déterminé conjointement par la direction du Jardin Botanique, par le sculpteur et la FMV ».

14 Lettre du 1er aout 1952 écrite par Jacques Rousseau et adressée à Son Honneur M. Camillien Houde, Maire de Montréal, archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal. Document original.

15 Lettre du 22 octobre 1952 écrite par Monsieur Honoré Parent, trésorier de la FMV, adressée à Melle Marcelle Gavreau, secrétaire de la FMV, signée, archives de la bibliothèque du Jardin botanique. Document original.

16 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions Boréal, 1987), p. 291 (photographie).

17 André Bouchard, avec la collaboration de Francine Hoffman, Le Jardin botanique de Montréal. (Montréal, édition Fides, 1998), p. 5.

18 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions Boréal, 1987), p 261. Citation de Marie-Victorin : « Notre élite intellectuelle est formée d’éléments retranchés dans deux champs clos : milieux dits professionnels ; milieux politiques ; milieux ecclésiastiques ; petites cénacles ; grandes associations ou clubs, dont l’imprécision des buts est en raison directe du nombre des membres et qui semblent une persistance lointaine de l’instinct grégaire de la horde. Je maintiens que les déficiences de notre culture viennent surtout de notre carence dans le domaine scientifique ».

19 Ibid, p. 307.

20 Le Laboratoire botanique est aujourd’hui l’Institut botanique pour le développement de l’enseignement et de la recherche universitaires.

21 Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, Histoire des sciences au Québec. (Montréal, éditions Boréal, 1987), p 261-262. Dans cet ouvrage, la citation est extraite de : Georges Maheux, « Le frère Marie-Victorin. Le savant. Son œuvre », Regards, vol. III, n° 8-9 (mai-juin 1942), p. 339-340.

22 Op. cit., Luc Chartrand, Raymond Duchesne, Yves Gingras, p. 327-328.

23 Hoffman Francine (2003), L’Art dans les jardins botaniques contemporains, travail dirigé, MSL 6700, Université du Québec à Montréal, p. 28.

24 Diapositives conservées dans les archives de la bibliothèque du Jardin botanique de Montréal. Ces diapositives immortalisent le monument pour les années 1979 à 1999.

25 Nathalie Clerk, Le Jardin botanique de Montréal, rapport n° 2007-24, Commission des lieux et monuments historiques du Canada (à la demande de M. Gilles Vincent pour que le Jardin botanique de Montréal devienne un lieu historique national), p. 29.

26 ABC-Guide, Les jardins extérieurs, document préparé à l’intention des bénévoles du Jardin botanique de Montréal, décembre 2003, division animation et programmes publics en sciences naturelles, direction des Institutions scientifiques, p. 13.

27 En français et en anglais.

28 Les documents d’archives ne précisent rien quant à ce sujet, les informations m’ont été données oralement par Céline Arseneault.

29 L’inscription qui figure sur le panneau est la suivante : « Faites graver votre nom, celui de vos enfants ou de votre famille sur l’un des pavés de la Place des donateurs et vous aiderez la Fondation Espace pour la vie à poursuivre sa mission de soutien aux activités de diffusion, de conservation, de recherche et d’éducation du Biodôme, de l’Insectarium, du Jardin botanique et du Planétarium de Montréal. »

30 Michel Labrecque, « Gilles Vincent quitte le Jardin botanique de Montréal, une page d’histoire se tourne », Quatre-temps, Vol. 38, n°2 (été 2014), p. 11.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Monument au Frère Marie-Victorin et accueil du Jardin botanique de Montréal
Légende Statue du Frère Marie-Victorin, Jardin botanique de Montréal,
Crédits Jardin botanique de Montréal (Michel Tremblay).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barbara Stawik, « La statue du Frère Marie-Victorin du Jardin botanique de Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/2326

Haut de page

Auteur

Barbara Stawik

Barbara Stawik est titulaire d'un baccalauréat en droit et en histoire de l'art et diplômée d'une maîtrise en muséologie de l'Université du Québec à Montréal. Ses sujets de recherche portent sur l'évaluation muséale et les centres d'interprétation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org