Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Le retable (1980-1982) de Charles Daudelin (1920-2001) de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal

Marilie Labonté

Résumé

Renaissant de ses cendres, la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal est reconstruite de manière à respecter son apparence d’autrefois avec une pointe de contemporanéité. Incarnant l’union entre la mission religieuse et spirituelle du lieu et le monde contemporain, le nouveau retable installé suite à l’incendie de la chapelle devient l’objet phare de celle-ci. De l’histoire de sa création à son installation, le retable retient l’attention non seulement pour son intérêt religieux, mais pour son unicité, sa qualité et pour l’impression qu’il donne à ceux qui le contemple. Cet essai tend ici à retracer la manière dont les divers acteurs entourant l’objet (curés, employés, marguilliers de la Fabrique, architectes, médias, etc.) peuvent par leur discours devenir créateurs d’objets phares.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Trudel. Du passé au présent : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame (...)
  • 2 Yves Lacasse, «Le retable de la chapelle du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal», dan (...)

1La basilique Notre-Dame de Montréal renferme une grande quantité de richesses qui se manifeste à travers son programme décoratif, tel que ses sculptures ornant la chaire ainsi que le chevet, et par sa majestueuse architecture. La chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur construite dans le prolongement de la basilique, derrière l’abside du chœur, devient en elle-même un élément de l’église, mais également un lieu de culte à part entière1. L’histoire de sa construction et de sa reconstruction est vaste, et les dires sont nombreux permettant de poser un regard sur la chapelle indifféremment de la basilique attenante. Un discours se construit ainsi autour de celle-ci où l’attention semble porter, dans l’actuelle chapelle, sur un élément bien particulier qui crée à la fois la vénération religieuse et/ou artistique du lieu : le retable (1980-1982) de Charles Daudelin (1920-2001)2. Que ce soit à travers le propos des employés de la basilique, l’histoire racontée par les historiens et les historiens de l’art ou encore par les médias, le retable (figure 1) semble revenir sans cesse dans les paroles prononcées sur la chapelle. Il devient, en ce sens, un objet emblématique, un objet iconique, un objet phare construit à travers ces différents discours. Il est ainsi possible de se demander en quoi le retable de Charles Daudelin incarne l’objet phare de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal ? Avant tout, un historique à la fois de la chapelle et du retable complété par certains propos d’acteurs clés dans la construction et de la reconstruction de la chapelle seront abordés. Une description de l’œuvre de Daudelin ainsi que de la valeur lui étant rattachée sera également réalisée. Finalement, les divers discours tenus sur la chapelle, et particulièrement sur le retable, seront évoqués afin de voir comment une institution comme la basilique de Notre-Dame de Montréal et ses acteurs (curés, employés, marguilliers de la Fabrique, etc.) peuvent devenir créateurs de la valeur muséale d’une œuvre ou d’un objet ayant ainsi la possibilité de concevoir, d’une certaine manière, un objet phare.

La chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur et le retable de Charles Daudelin

La reconstruction d’une chapelle

  • 3 Trudel, op. cit., p. 7.
  • 4 Ibid., p. 10.
  • 5 Ibid., p. 30.
  • 6 Ibid.

2La première chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur est réalisée grâce à l’intervention du curé Alfred-Léon Sentenne (1831-1907) qui voit le besoin d’une chapelle attenante à la basilique afin de célébrer des cérémonies intimes, telles que des mariages et l’adoration du Saint-Sacrement, ainsi que de permettre la réunion des nombreuses congrégations, confréries et associations pieuses liées à la paroisse de Notre-Dame3. La société Perrault et Mesnard Architectes est choisie pour la construction de la chapelle, de la sacristie et des bureaux pour la Fabrique qui sont édifiés à l’arrière de l’abside de la basilique dans la continuité du bâtiment et en harmonie avec son architecture néo-gothique4. La construction de la première chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur comprenant son ornementation intérieur est ainsi réalisée entre 1888 et 18955. À la fois louangée et critiquée, la chapelle de l’époque surnommée la « chapelle des mariages» était de style éclectique international en rupture avec les églises québécoises traditionnelles, mais en continuité avec un renouveau de la pensée et de la formation des nouveaux architectes6.

  • 7 Ibid., p. 31 et 32.
  • 8 Ibid., p. 32.
  • 9 Ibid., p. 34.
  • 10 Lacasse, op. cit., p. 106.
  • 11 Trudel, op. cit., p. 36.
  • 12 Ibid., p. 37.
  • 13 Ibid., p. 39.
  • 14 Ibid., p. 37 et 38 et Lacasse, op. cit., p. 106 et 107.
  • 15 Trudel, op. cit.,, p. 39.
  • 16 Ibid., p. 44.

3Tôt le matin du 7 décembre 1978, un incendie criminel ravage la chapelle dont seuls quelques vestiges seront récupérés suite à cette tragédie7. Des objets liturgiques ainsi que certaines peintures et sculptures seront sauvés par des bénévoles alertés par l’incendie8. Les marguillers de la Fabrique de Notre-Dame décidèrent moins d’un mois après l’incendie de reconstruire la chapelle grâce au montant octroyé par la compagnie d’assurance pour le coût des pertes encourues9. Entre le 29 décembre 1978 et la 4 janvier 1979, plusieurs décisions quant à la construction de la chapelle sont prises : Maurice Gravel, marguillier, offre bénévolement ses services pour diriger les travaux de reconstruction, Jacques Raymond, président de Construction Mont-Royal Itée., est nommé gérant des travaux et la Fabrique retient la firme Jodoin, Lamarre, Pratte & Associés pour la reconstruction de la chapelle, dont l’architecte Denis Lamarre, responsable du chantier, s’adjoint les services de l’architecte Victor Despocas qui possède alors une expertise en réfection de bâtiments anciens ainsi que de Lazlo Demeter, professeur à l’École d’architecture de l’Université de Montréal et spécialiste en reconstruction historique10. L’analyse du bâtiment en ruine et de la documentation lui étant liée permet aux architectes de proposer plusieurs hypothèses pour la construction de la seconde chapelle11. Après une concertation entre les membres de la Fabrique ainsi qu’une proposition des architectes suivant les hypothèses retenues par la même Fabrique, il a été décidé que la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur serait construite afin que « la réalisation respecte loyalement le passé et autorise avec sensibilité l’usage de style contemporain12 » intégrant ainsi des vestiges de l’ancienne chapelle13. Le dossier présenté par les architectes révèle alors un élément inhabituel : un retable fait de métal ornant le chevet de la nouvelle chapelle. Expliquant ce choix, Denis Lamarre aborde que ce retable évoquerait la quantité de dorure que comportait l’ancien retable d’Arthur Vincent sachant très bien que, d’une manière ou d’une autre, le nouveau retable n’aurait jamais pu être le même qu’à l’époque14. Connaissant l’artiste Jordi Bonet (1932-1979), il lui propose la réalisation de ce retable de métal fini bronze de quarante-huit pieds de hauteur et de seize pieds de largeur. Décédant prématurément d’une leucémie le 25 décembre 1979, Bonet qui avait déjà réalisé des maquettes du retable n’a pas eu la possibilité de remettre une proposition ferme à la Fabrique15. Le choix de Denis Lamarre pour remplacer Bonet se pose sur l’artiste multidisciplinaire, Charles Daudelin, qui accepte d’entreprendre la création de la murale sous forme de retable et de faire couler l’œuvre en bronze16. Les détails de la proposition de Daudelin sont ainsi présentés à l’assemblée des marguilliers du 9 avril 1980 par Denis Lamarre qui mentionne entre autres que :

  • 17 Ibid.

... pour un travail d’une telle envergure, susceptible d’avoir un grand retentissement et une large publicité, comportant de plus de grands déboursés financiers, il vaut mieux retenir les services d’un artiste reconnu, ayant une réputation à maintenir et si possible à faire grandir et par le fait même offrant de meilleures garanties tant au plan artistique que financier17.

  • 18 Ibid., p. 46.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 47.
  • 21 Ibid., p. 50.
  • 22 Lacasse, op. cit., p. 110-111.
  • 23 Trudel, op. cit., p. 51.

4De fait, ayant reçu, dès 1974, une reconnaissance de la part du Musée d’art contemporain de Montréal et du Musée du Québec par une exposition rétrospective de son œuvre, Charles Daudelin s’avère être ainsi un choix avisé de l’architecte pour le projet du retable18. En outre, l’artiste mandaté avait déjà fait ses preuves quant à la réalisation d’œuvres monumentales et publiques (Allegrocube (1973), Polypède (1967), etc.)19. Un comité dirigé par le curé Mgr Fernand Lecavalier (1921-2005) a donc été mis en place afin de désigner parmi les esquisses de Daudelin celui qui servira de modèle au retable20. Après la réalisation de maquettes à plus petite échelle, Daudelin réalise un retable en plâtre divisé en trente-deux panneaux devant être coulé en bronze21. Après quelques complications avec la Fonderie d’art et d’Artisanat du Québec Inc., la Morris Signer Foundry Ltd. de Basingstoke en Angleterre reçoit finalement le contrat pour couler le retable22. Le 29 octobre 1982, ce dernier est installé sous la supervision de l’artiste dans la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur23.

Le retable de Charles Daudelin

  • 24 Ibid., p. 48.

5L’entente réalisée pour le retable de Charles Daudelin précisait alors qu’il devait s’agir d’une murale dont la forme serait celle d’un retable d’une hauteur de cinquante-deux pieds et d’une largeur de dix-sept pieds. La représentation d’un symbole religieux semble avoir été la seule exigence quant au thème demandé à Daudelin. Mgr Lecavalier qui devait décider à l’aide d’un comité du sujet de la murale aurait toutefois précisé à Daudelin que les visiteurs qui viendraient voir la basilique, puis la chapelle se devraient de garder « l’impression d’un sentiment d’élévation24 ».

  • 25 Ibid., p. 52.
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.

6L’œuvre traduit, en effet, par le passage de trois arches rappelant la forme même du retable une élévation vers la lumière (ou le divin). De fait, les deux tiers de l’œuvre à partir du niveau du sol dépeignent plusieurs personnages traversant trois arches entourées d’une végétation dont certaines parties s’élèvent jusqu’à la partie supérieure du retable. Au niveau de la troisième arche à partir du sol, une croix latine semble portée par un personnage. Les personnages de la partie supérieure se traduisent davantage comme des silhouettes sans détail écartant les bras devant un soleil rayonnant mêlé à une colombe aux ailes imposantes et étendues25. En dessous de l’oiseau se trouve la tête du Christ en haut-relief26. Le sens de l’œuvre de Charles Daudelin sera décrit par l’artiste comme étant « [l]est trois arches de Saint Paul, les difficultés que l’on a dans la vie et qu’il faut traverser »27.

Le retable de Charles Daudelin

Le retable de Charles Daudelin

William Gobetz, 6 août 2009.

Valeurs et regards portés sur le retable

  • 28 Ibid., p. 44.
  • 29  Lacasse, op. cit., p. 111.
  • 30 Trudel, op. cit., p. 47.
  • 31 Lacasse, op. cit., p. 106.
  • 32 Richard Boivert, «Charles Daudelin : Ode à la joie», Le Soleil (Québec), 18 octobre, 1997, p. D12.
  • 33 Mario Fontaine, «Daudelin : une vie envahie par l’art», La Presse (Montréal), 13 décembre, 1997, p. (...)
  • 34 La Presse, «L’au revoir à Daudelin», La Presse (Montréal), 5 avril, 2001, p. C4.
  • 35 Trudel, op. cit., p. 52.
  • 36 Ibid., p. 6.
  • 37 Lacasse, op. cit., p. 106.
  • 38 «"Plus globalement, Charles Daudelin était l'un des grands artistes québécois du XXe siècle. C'est (...)

7La valeur de l’œuvre que ce soit sur le plan artistique, historique et esthétique semble indéniable dès l’édification du retable. L’envergure même du projet de reconstruction de la chapelle était telle, comme abordé précédemment par la citation de l’architecte Denis Lamarre, que le choix d’un artiste reconnu était préférable pour une telle entreprise28. De fait, précisant l’attention publique et médiatique que cette reconstruction causerait ainsi que la garantie de la valeur artistique et économique par le choix de cet artiste, il insiste sur l’importance du retable pour le projet ainsi que pour le regard porté sur celui-ci. Ce choix semble, d’une certaine manière, être une façon de légitimer la reconstruction où s’allie l’ancien et le contemporain ou encore la chapelle en soi. Dans un chapitre du catalogue de l’exposition, Daudelin, présentée au Musée du Québec en 1997, Yves Lacasse, historien de l’art et conservateur en chef adjoint de l’époque, mentionne d’ailleurs que, lors de l’inauguration du 4 décembre 1982, l’œuvre est « unanimement salué comme "la pièce maîtresse de la chapelle ressuscitée"29 ». Le 14 juillet 1980, alors que Daudelin travaille sur le modèle de plâtre du retable, La Presse qui semble suivre le projet publie un article mentionnant que Daudelin même considérait que « cette réalisation devrait être la plus significative de sa carrière30 ». Yves Lacasse rapporte également que le retable était perçu à l’époque comme étant « la sculpture moderne la plus volumineuse au monde à être coulée en bronze31 ». En 1997, même année que l’exposition rétrospective de Daudelin présentée au Musée du Québec, des articles dans La Presse et Le Soleil abordent la murale de l’artiste « comme son chef-d’œuvre32» ou en encore qui « restera sans doute son chef-d’œuvre ... qui allie admirablement l'art sacré et l'art public33 ». À la mort de Charles Daudelin, plusieurs articles la qualifieront encore comme « ... l’œuvre maîtresse de l’artiste34 ». La reconnaissance de l’œuvre est ainsi accordée par la presse de l’époque, mais également par de nombreux spécialistes. John R. Porter, alors directeur général du Musée du Québec, accorde le terme de « chef-d’œuvre » au retable de Daudelin lors d’un discours prononcé aux funérailles de l’artiste. Jean Trudel, historien de l’art, mentionne dans son livre, Du présent au passé : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal, que « la murale de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur est probablement l’une des œuvres les plus importantes que Charles Daudelin ait réalisées au cours de sa carrière, et certainement la plus complexe d’un point de vue technique35 ». Il écrit aussi que « ... la seconde chapelle est l’écrin d’une œuvre unique d’un artiste de génie qui a exprimé sa vision de l’humanité en marche vers la résurrection36 ». Il aborde ainsi comment la chapelle est presque mise de côté au profit du retable de Daudelin. Yves Lacasse aborde, dans le chapitre mentionné plus haut, l’impression que provoque une telle œuvre dès l’entrée de la chapelle ainsi que la manière dont elle « s’intègre de façon exemplaire à l’environnement bâti qui lui sert d’écrin et témoigne admirablement des préoccupations de l’artiste au regard de "l’art public"37 ». Il montre, par ces propos, la valeur artistique et esthétique que possède le retable dès lors de son installation. Cet objet phare semble ainsi, dès l’octroi du contrat à Daudelin jusqu’à son inauguration, prendre une valeur artistique et esthétique certaine et acquérir au fil des années une valeur historique devenant une œuvre significative de l’un des plus grands artistes québécois du XXe siècle38.

Le retable aujourd’hui

  • 39 Trudel, op. cit., p. 48.
  • 40 Lacasse, op. cit., p. 106.

8À l’époque de la reconstruction, le curé Mgr Lecavalier précisait déjà à Charles Daudelin, lors de leur rencontre pour l’approbation du sujet du retable, que des « gens par milliers » visitaient la basilique Notre-Dame, puis la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur39. Le retable se devait alors, pour le curé de l’époque, être à la hauteur des lieux sur un point vu spirituel. En 1997, Yves Lacasse spécifie, dans son chapitre, que plus de 800 000 visiteurs viennent chaque année visiter la basilique pour se diriger ensuite vers la chapelle40. En 2009, Yoland Tremblay, directeur général de la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal, aborde dans l’ouvrage, Du présent au passé : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal, que :

  • 41 Trudel, op. cit., p. 4.

les architectes choisis ont conçu un écrin contemporain qui met à la fois en valeur les parties épargnées de l’ancienne chapelle et une nouvelle œuvre d’art d’exception. Le résultat est magistral. Il suffit de pénétrer les lieux pour être saisi d’emblée par l’imposant retable en bronze de Daudelin enveloppé de cette lumière dorée que produit l’éclairage zénithal41.

  • 42 Basilique Notre-Dame de Montréal. (2013). Basilique Notre-Dame de Montréal. Récupéré de http://www. (...)
  • 43 Communication orale avec une employée à l’accueil de la basilique Notre-Dame de Montréal, le 7 octo (...)

9Il est possible d’observer qu’une importance est, de nos jours, encore accordée au retable de la chapelle. La valeur artistique et même patrimoniale semble d’ailleurs être mise de l’avant et ceci, au possible détriment de la valeur religieuse qu’incarne l’objet même. Une fiche d’inventaire des collections de la basilique (annexe II) a, de plus, été réalisée cataloguant ainsi l’objet ; celui-ci est devenu, de ce fait, un objet de collection, de patrimoine, de musée. Des visites seules ou guidées de la basilique et de la chapelle sont, en outre, organisées par les responsables de la basilique permettant aux visiteurs d’observer le lieu de culte tel un objet patrimonial en lui-même. Dans cette même idée, le site internet de la basilique offre la possibilité de louer l’espace de la chapelle pour des mariages, des concerts ou encore pour des remises de diplômes mettant l’emphase sur la beauté du lieu42. De plus, lors d’une communication avec l’un des employés de la basilique concernant la désignation de l’objet phare de la chapelle, celle-ci a répondu qu’il s’agissait « indéniablement du retable de Charles Daudelin43 ». Le livre écrit par Jean Trudel, Du présent au passé : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal (2009), faisant l’historique du lieu de culte et accordant un chapitre particulier au retable a d’autre part été conçu par les Éditions de la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal. L’attention accordée au retable de la chapelle, tel un objet phare pour ce lieu, semble de ce fait évidente dans le discours porté par l’institution. Néanmoins, alors que Mgr Lecavalier insistait pour que l’œuvre permettre de poursuivre l’élévation spirituelle du visiteur, l’attrait artistique, esthétique et patrimonial, telle une expérience à vivre, semble être aujourd’hui mis de l’avant par les responsables et les employés de la basilique.

Conclusion

  • 44 Trudel, op. cit., p. 37.

10En somme, le retable de Charles Daudelin incarne l’objet phare de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal de par le discours des responsables, architectes et employés de l’institution, celui des journalistes et des spécialistes exprimé au fil des années, de la reconstruction à aujourd’hui. De fait, la longue histoire à la fois de la seconde chapelle et de son retable permet de mettre en lumière les intentions des marguillers et des architectes en ce qui concerne l’importance accordée à ce dernier. Que ce soit par la volonté de l’architecte, Denis Lamarre, d’insérer une monumentale œuvre contemporaine d’un artiste reconnu du Québec légitimant d’une certaine manière l’architecture, à la fois ancienne et contemporaine élaborée, et assurant la valeur artistique et économique de l’entreprise ou par le souci du curé Mgr Lecavalier que le retable véhicule, au-delà de l’œuvre artistique, un sentiment d’élévation, il est possible de dénoter le grand intérêt porté envers le retable, tel l’âme du lieu ou, ici, l’objet phare. L’objet d’une grande envergure a marqué la presse de l’époque s’empressant de lui accorder le titre de chef-d’œuvre dès son installation en 1982 jusqu’au décès de l’artiste en 2001. L’opinion sur la qualité de l’œuvre semble être partagée par plusieurs historiens de l’art et professionnels dans le domaine muséologique, tels que John R. Porter, Jean Trudel et Yves Lacasse, qui par leurs discours, leurs ouvrages ou leurs articles font l’éloge du retable non seulement dans le parcours artistique de Daudelin, mais dans l’histoire de l’art au Québec. La valeur accordée au retable de Daudelin se manifeste encore aujourd’hui de par les paroles prononcées par le directeur général de la Fabrique, Yoland Tremblay, ainsi que par les employés de la basilique. Il est ainsi possible d’assister à une patrimonialisation de l’objet à travers le catalogage de ce dernier, par l’édition d’un livre lui dédiant un chapitre ainsi que par la promotion de visites seules ou guidées et de la location de la chapelle où la magnificence du lieu est mise de l’avant. Cet objet que l’on peut appeler phare revêt ainsi une importance certaine encore aujourd’hui, mais dont le discours se porte davantage sur les qualités artistiques et patrimoniales de l’objet au lieu d’une valeur seulement religieuse. Tel un devin, Claude Baulieu, spécialiste de la restauration d’anciennes églises québécoises, semble avoir prédit l’importance accordée à ce jour sur l’œuvre d’art plutôt que sur le retable s’élevant contre le projet, lors de sa présentation devant la Commission Jacques-Viger en 1979, se positionnant « contre l’esprit de l’œuvre d’art qui remplacera le retable44.

Haut de page

Bibliographie

R. Boivert, « Charles Daudelin : Ode à la joie », Le Soleil (Québec), p. D12, 18 octobre 1997.

M. Champagne, « Charles Daudelin », L'Encyclopédie canadienne, 2013 Récupéré de http://www.thecanadianencyclopedia.com

Daudelin. Daudelin, 2013 Récupéré de http://www.charlesdaudelin.org

M. Fontaine, « Daudelin : une vie envahie par l'art » La Presse (Montréal), 13 décembre 1997, p. D13.

G. Lauzon, « Basilique Notre-Dame de Montréal », dans Encyclopédie du patrimoine culturel de l'amérique française, 2007 Québec : Université Laval. Récupéré de http://www.ameriquefrancaise.org

K. Lavoie, « Charles Daudelin (1920-2001) : Victime de l'usure du temps », Le Soleil (Québec), 4 avril 2001, p. E8.

Basilique Notre-Dame de Montréal, sur le site Basilique Notre-Dame de Montréal, récupéré de http://www.basiliquenddm.org en 2013

« L'au revoir à Daudelin », La Presse, 5 avril 2001, p. C4.

Basilique Notre-Dame de Montréal sur le site Museevirtuel.ca, récupéré de http://www.museevirtuel-virtualmuseum.ca le 15 juin 2013

J.R. Porter, « Hommages à Charles Daudelin (1920-2001) ». À l’occasion des funérailles à la Chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la Basilique Notre-Dame de Montréal, 7 avril 2013.

J.R. Porter, (dir.). (1997). Daudelin et al. Québec : Québec Musée du Québec.

Chapelle Notre-Dame du Sacré-cœur, sur le site Vieux-Montréal Québec-Canada Récupéré de http://www.vieux.montreal.qc.ca le 19 août 2011.

J. Trudel, Basilique Notre-Dame = Notre-Dame Basilica. Montréal : PhotoGraphex Montréal, 1995

J. Trudel, Du passé au présent : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal. Montréal : Éditions de la Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal, 2009.

Haut de page

Notes

1 Jean Trudel. Du passé au présent : la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal. (Montréal : Les Éditions de la Fabrique de la paroisse de Notre-Dame de Montréal, 2009), 10-11.

2 Yves Lacasse, «Le retable de la chapelle du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal», dans John R. Porter, dir., Daudelin, Catalogue d’exposition (Québec, Musée du Québec, 24 septembre 1997-15 février 1998), (Québec : Musée du Québec, 1997), 106.

3 Trudel, op. cit., p. 7.

4 Ibid., p. 10.

5 Ibid., p. 30.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 31 et 32.

8 Ibid., p. 32.

9 Ibid., p. 34.

10 Lacasse, op. cit., p. 106.

11 Trudel, op. cit., p. 36.

12 Ibid., p. 37.

13 Ibid., p. 39.

14 Ibid., p. 37 et 38 et Lacasse, op. cit., p. 106 et 107.

15 Trudel, op. cit.,, p. 39.

16 Ibid., p. 44.

17 Ibid.

18 Ibid., p. 46.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 47.

21 Ibid., p. 50.

22 Lacasse, op. cit., p. 110-111.

23 Trudel, op. cit., p. 51.

24 Ibid., p. 48.

25 Ibid., p. 52.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 44.

29  Lacasse, op. cit., p. 111.

30 Trudel, op. cit., p. 47.

31 Lacasse, op. cit., p. 106.

32 Richard Boivert, «Charles Daudelin : Ode à la joie», Le Soleil (Québec), 18 octobre, 1997, p. D12.

33 Mario Fontaine, «Daudelin : une vie envahie par l’art», La Presse (Montréal), 13 décembre, 1997, p. D13.

34 La Presse, «L’au revoir à Daudelin», La Presse (Montréal), 5 avril, 2001, p. C4.

35 Trudel, op. cit., p. 52.

36 Ibid., p. 6.

37 Lacasse, op. cit., p. 106.

38 «"Plus globalement, Charles Daudelin était l'un des grands artistes québécois du XXe siècle. C'est du moins la lecture que l'on en a faite au moment de préparer sa rétrospective. Il est définitivement l'un des pionniers de l'art public au Québec, un artiste majeur" soutient John Porter.»

Kathleen Lavoie, «Charles Daudelin (1920-2001) : Victime de l’usure du temps», Le Soleil (Québec), 4 avril, 2001, p. E8.

39 Trudel, op. cit., p. 48.

40 Lacasse, op. cit., p. 106.

41 Trudel, op. cit., p. 4.

42 Basilique Notre-Dame de Montréal. (2013). Basilique Notre-Dame de Montréal. Récupéré de http://www.basiliquenddm.org

43 Communication orale avec une employée à l’accueil de la basilique Notre-Dame de Montréal, le 7 octobre 2013.

44 Trudel, op. cit., p. 37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le retable de Charles Daudelin
Crédits William Gobetz, 6 août 2009.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marilie Labonté, « Le retable (1980-1982) de Charles Daudelin (1920-2001) de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Cœur de la basilique Notre-Dame de Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2328

Haut de page

Auteur

Marilie Labonté

Marilie Labonté est diplômée d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université Laval et d’une maîtrise en muséologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle est actuellement candidate au doctorat en muséologie, médiation et patrimoine à l’UQAM. Ses sujets de recherche s’orientent sur la présence accrue de l’art contemporain à l’intérieur des musées.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org