Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

L’Ex-voto de la salle des femmes

Élisabeth Meunier

Résumé

Autant du point de vue formel que discursif, conceptuelle qu’historique, l’Ex-voto de la salle des femmes s’insère dans la mission du musée. L’auteure décrit même l’œuvre comme étant « une synthèse visuelle de la mission de l’institution ». Cette phrase résume bien l’esprit du texte, puisque le discours de l’œuvre est miroir de la mission des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu, et par le fait même de leur musée. L’objet devient ainsi particulièrement important pour l’institution elle-même, bien plus que pour le public. Il n’est pas nécessairement le plus visuellement emblématique, mais il est définitivement le plus révélateur du discours du musée.

Haut de page

Texte intégral

Un peu d’histoire…1

  • 1 Je tiens à adresser mes remerciements à madame Louise Verdant, directrice générale du Musée des Hos (...)
  • 2 Hervé Gagnon. Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montr (...)
  • 3 Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. [s. d.]. Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. Récupéré (...)

1En 1641, Jeanne Mance embarque, à La Rochelle en France, sur l’un des trois navires qui se dirigent vers la Nouvelle-France. Elle participe au projet de Jérôme Le Royer, procureur des Récollets du couvent de La Flèche, qui souhaite fonder un Hôtel-Dieu sur l’île de Montréal. Le premier hôpital est érigé en 1642, mais dans un contexte social instable compte tenu de la menace des Iroquois. C’est en 1659 que trois hospitalières de Saint-Joseph arrivent à Ville-Marie pour offrir leur aide à Jeanne Mance2. Malgré des difficultés climatiques, financières et de ressources humaines, ces femmes se sont dévouées aux malades, leur offrant des soins pour leur corps et pour leur âme. Trois siècles plus tard, le Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal ouvre ses portes sur sa collection de 20 000 objets rattachés à la médecine et à la vie religieuse des hospitalières3. Dans cette collection se trouve un objet qui se détache du groupe par la charge identitaire qu’il possède. Il s’agit du tableau « Ex-voto de la salle des femmes » peint aux environs de 1710 par un artiste anonyme. Dans le travail qui suit, il sera intéressant de constater comment un objet, dont le passé est obscur et peu documenté, est devenu un objet emblématique pour le Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu.

  • 4 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 5 Pierre Berthiaume et Émile, Lizé. Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), Montré (...)
  • 6 Bernard Cousin, « L’Ex-voto, document d’histoire, expression d’une société ». Archives des sciences (...)
  • 7 Pierre Berthiaume et Émile Lizé, Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), (Montré (...)

2Cette œuvre s’inscrit dans un courant de productions artistiques qui a touché la France ainsi que la Nouvelle-France, à partir du 17e siècle, alors que la religion populaire était mise de l’avant4. Le terme « ex-voto » est le diminutif de la locution « ex-voto suscepta » signifiant « suivant le vœu fait »5. Ainsi, un tableau qualifié d’ex-voto est une œuvre offerte à la suite d’un souhait exaucé6. Ce type d’œuvre est considéré comme un témoignage puisqu’il évoque trois moments : celui du drame pour lequel un vœu est fait, celui de la demande à une personne céleste et enfin celui de la réalisation du souhait. « L’Ex-voto de la salle des femmes » est considéré comme appartenant à la catégorie des ex-voto commémoratifs, puisqu’il fait référence à un évènement malheureux (celui de la souffrance d’un malade) pour lequel des prières sont faites et où l’intervention divine règle l’incident (la santé est retrouvée)7.

L’Ex-voto de la salle des femmes

L’Ex-voto de la salle des femmes

Vers 1710, huile sur toile, 93 x 130 cm,

Société des Musées Québécois

  • 8 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 9 Ibid., p. 47.

3L’ex-voto peint est composé de deux registres. Le premier étant le monde humain et le second, le monde divin8. On constate que dans l’œuvre « L’Ex-voto de la salle des femmes », plus des trois quarts de la scène sont occupés par le travail des hospitalières envers les malades et dans le quart restant, le Christ apparaît sur un nuage tenant une croix dans sa main droite et un livre dans l’autre. L’inscription « Mihi Fecistis » est posée sur ce document. Cette référence biblique provient de la dernière partie de l’Évangile de Matthieu (25 : 35-40)9.

25:35 Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; 25:36 j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. 25:37 Les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? 25:38 Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? 25:39 Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi? 25:40 Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites10.

  • 11 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 12 Hervé Gagnon, Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montr (...)

4L’apposition des mots « Mihi Fecistis » est un renvoi direct à la mission (nourrir, soigner et recueillir) des hospitalières envers les plus nécessiteux11. En plus d’être évoquée par cette référence biblique, la mission de ces religieuses est représentée par les actions attribuées à chacune des hospitalières peintes. Ces dernières, que l’on dénombre au compte de quatre, sont affairées à leur travail, qui est de soigner les malades. « Soigner le corps et l’âme », tel est le mandat des sœurs hospitalières. Elles s’occupaient des soins aux malades, de leur offrir de la nourriture, d’intervenir grâce à la médecine humorale et de soigner l’âme en faisant de nombreuses prières ainsi que d’inciter les patients à pratiquer les sacrements12. Sur le tableau, la religieuse du fond s’occupe de l’hygiène du lieu en le balayant. Celle du centre s’assure du confort d’une patiente en replaçant les rideaux de son lit. L’hospitalière de l’extrême droite aide une malade à manger, tandis que celle du côté gauche accueille une nouvelle patiente. Il est possible de discerner le geste d’accueil de la religieuse hospitalière envers la nouvelle arrivée par le signe de réception qu’elle fait en ouvrant ses bras. De plus, la disposition de son tablier, n’étant pas attachée et donc ne protégeant pas son costume, laisse sous-entendre que l’hospitalière n’était pas occupée à donner des soins aux malades. La rhétorique de l’œuvre permet de penser qu’elle arrivait ou quittait la salle des femmes et qu’à l’entrée du lieu, elle a aperçu une nouvelle malade à qui offrir ses services.

  • 13 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 14 Ibid., p. 48-49.
  • 15 Ibid., p. 44.

5Enfin, cette salle des femmes était un emplacement réel au sein de l’hôpital. Les soins offerts aux hommes et aux femmes se faisaient dans des salles séparées. Il y avait entre douze et quatorze lits qui étaient disposés en deux rangées13. L’œuvre du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal reprend cette répartition de la salle en représentant deux séries de lits à baldaquin. Au-dessus de ces lits, une inscription est perceptible. L’auteur de l’œuvre a fidèlement peint ce à quoi les salles de soins aux malades devaient ressembler. Selon le livre des Constitutions et Règlements anciens des religieuses hospitalières de 1643, il est mentionné que les lits des malades devaient être surmontés d’une image du Saint Ange gardien, d’un saint ou d’une sainte selon le sexe du patient. De plus, l’inscription du nom du saint en question surmontait le baldaquin du lit des malades. Cette coutume s’est perpétuée au Québec jusqu’à la fin du 19e siècle14. Bien que tous ces éléments constitutifs de l’œuvre fassent référence à la vocation des hospitalières et à leur quotidien à l’hôpital, l’auteur de l’œuvre est anonyme et sa datation est approximative. Le style artistique du peintre s’apparente aux œuvres européennes réalisées à la fin du 17e et début du 18e siècle. Le tableau pourrait avoir été exécuté autant en France qu’en Nouvelle-France15.

  • 16 Pierre Berthiaume et Émile, Lizé, Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), Montré (...)
  • 17 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 18 Ibid.

6Ce que l’on voit de l’œuvre présentée au musée est le résultat d’une restauration réalisée en 1984, par Robin Ashton lors de l’exposition « Le Grand Héritage, l’Église catholique et les arts au Québec » réalisée en l’honneur de la venue de Jean-Paul II au Québec16. « L’Ex-Voto de la salle des femmes » aurait été repeint au 19e siècle par une religieuse qui souhaitait l’adapter à une esthétique plus pieuse. Alors, la religieuse peintre aurait repassé par-dessus l’intégralité du tableau sous un style naïf et revêtu le Christ d’un habit couvrant son torse17. La découverte de l’œuvre de grande qualité18 qui se cachait sous les coups de pinceau du 19e siècle a permis de constater qu’en plus de sa valeur de témoignage, l’œuvre possède une valeur esthétique.

  • 19 Thérèse Payer, « Le musée des Hospitalières de l’hôtel-Dieu de Montréal ». La Lettre de l’OCIM, no. (...)
  • 20 Ibid. 33.
  • 21 Ibid. 32.

7La description de l’œuvre et l’explication de sa redécouverte après sa restauration en 1984, témoignent de sa portée pour le musée. Ce dernier justifie, à l’aide de son exposition, que ce tableau est un objet emblématique. Le Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal a ouvert ses portes le 18 mai 1992 à l’occasion du 350e anniversaire de la fondation de Montréal et de l’Hôtel-Dieu19. Comme l’explique Sœur Thérèse Payer, directrice générale du musée en 1997 : « Le musée veut mettre en valeur les connaissances acquises durant les années d’expérience dans les soins des malades »20. L’exposition permanente est divisée sur deux étages. Au premier étage, l’histoire de la fondation de la communauté des Hospitalières en Nouvelle-France est présentée ainsi que le rôle de ses différents acteurs importants, dont Jérôme Le Royer, Paul de Chomedey et Jeanne Mance. À l’étage supérieur, la médecine du 19e et 20e siècle est expliquée21. L’institution muséale des hospitalières étant fondée sur les biens et l’histoire de l’Hôtel-Dieu, il est possible de comprendre comment l’œuvre « Ex-voto de la salle des femmes » offre une synthèse visuelle de la mission de l’institution d’origine.

  • 22 Ibid. 34.
  • 23 Yves Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », dans André Cha (...)

8Lors d’un entretien téléphonique, à l’automne 2013, avec Louise Verdant, directrice actuelle du musée, cette dernière a expliqué que l’œuvre, intitulée « Ex-voto de la salle des femmes », placée à la fin du premier étage, résume bien la mission d’accueil et de soin des sœurs hospitalières. Sans ces femmes et leurs soins apportés aux malades, l’institution muséale n’aurait pas la même mission. Le tableau peut donc être perçu comme un objet fondateur, puisque ce qu’il met en valeur est le sujet premier de la fondation du musée, soit l’histoire et le rôle des hospitalières. Sœur Thérèse Payer exprime également un souhait par rapport au contexte actuel des institutions hospitalières. Elle désire que le malade redevienne la priorité lors des décisions et des actions prises par les centres hospitaliers22 comme cela était le cas à l’époque représentée par le tableau « Ex-voto de la salle des femmes ». De plus, comme l’écrit Yves Bergeron dans le texte Le rôle des musées dans la construction des identités nationales : « Il y a donc, dans ce processus de patrimonialisation, identification, valorisation, appropriation et réinterprétation d’objets anciens dans une perspective contemporaine permettant à une société de se projeter dans l’avenir »23. Dans cette perspective, le musée valorise cette œuvre pour la réinterpréter afin de lui faire véhiculer un discours contemporain, celui de recentrer les actions des hôpitaux sur les soins aux malades.

Œuvre de valeur, valeur de l’œuvre

  • 24 Ibid. p. 159.
  • 25 Bernard Cousin, « L’Ex-voto, document d’histoire, expression d’une société ». Archives des sciences (...)
  • 26 Hervé Gagnon. Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montr (...)
  • 27 Ibid. p. 65.

9Consécutivement à l’analyse de la représentation de l’œuvre et à la justification du musée à l’égard de cet objet emblématique, il est possible de démontrer la valeur du tableau « Ex-voto de la salle des femmes » tant au niveau historique, artistique que muséal. Peu d’informations concernant l’historique de l’œuvre sont parvenues aux archives du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal. Cependant, le tableau a une valeur d’un point de vue historique pour ce qu’il représente. Ainsi, le tableau est, pour reprendre un terme utilisé par Yves Bergeron, « un objet mémoriel »24, puisqu’il est utilisé pour rappeler et décrire la mission des hospitalières, leurs costumes et la répartition du mobilier dans ces salles de soins. L’œuvre, comme il est souvent le cas pour les ex-voto, offre une référence historique en ce qui a trait au registre du monde humain, soit la vie dans la salle des femmes au 18e siècle25. Au 17e siècle, deux documents dictaient la conduite des hospitalières, soient les Constitutions et Règles et les Coutumiers. Ces documents précisent les tâches des religieuses lors de leur travail à hôpital26. Il y est expliqué que lors de l’arrivée d’un malade à l’hôpital, une hospitalière l’accueille, lui attribue un lit et consigne les renseignements sur le nouvel arrivant (nom, âge, date d’arrivée). Il y est également écrit que les couvertures des lits doivent être de couleur vert brun et que le patient reçoit une robe de chambre. Pour ce qui est de la nourriture, la pratique veut qu’une ou deux hospitalières aident à nourrir les malades en coupant leur mets et en les motivant à manger. Enfin, elles doivent maintenir les salles de soins propres27. Cette énumération des facettes du quotidien hospitalier est très similaire à la description du tableau réalisée antérieurement. Cette similitude n’est pas anodine puisqu’elle affirme la valeur de transmetteur d’histoire de l’œuvre en illustrant, à l’aide de cet objet iconique pour le musée, le déroulement journalier de ces femmes hospitalières.

  • 28 R. Lévesque (1984). Lettre à Louis-Albert Vachon (Archevêque de Québec), Le Grand Héritage, L’Églis (...)

10Comme il a été dit précédemment, en 1984, à l’occasion de l’exposition « Le Grand Héritage, L’Église catholique et les arts au Québec » l’œuvre a été restaurée. Dans le cadre de cet évènement, le premier ministre René Lévesque écrit, à l’intention du monseigneur Louis-Albert Vachon, archevêque de Québec : « Toutes ces communautés de religieuses et de religieux en œuvrant dans l’enseignement, les soins aux malades, les services aux plus démunis ont concrétisé une promesse de charité et apporté une dimension humanitaire à nos vies quotidiennes »28. Ainsi, en participant à cette exposition et en faisant restaurer le tableau « Ex-voto de la salle des femmes », il est inévitable que la congrégation des religieuses de Saint-Joseph y accorde une valeur particulière. Il représente et témoigne, comme le soulignait Monsieur Lévesque, du travail assidu et de la dimension humaine des hospitalières envers les malades.

Discours et mise en valeur du tableau

11Étant donné les valeurs associées au tableau, il est intéressant d’observer l’évolution des discours autour de l’œuvre et de sa mise en valeur. Le musée ne possède pas de catalogue d’exposition. Il n’y a pas de document écrit à la disposition du public dans lequel il pourrait transmettre son interprétation de l’œuvre. Cependant, le choix de l’emplacement du tableau dans le musée vulgarise un discours particulier et perceptible pour le visiteur. Comme mentionnée précédemment, l’œuvre se trouve au fond de la dernière salle du premier étage de l’exposition. Elle est visible dès que l’on se trouve dans la seconde moitié de cet étage. Elle est mise en valeur à côté de différents objets qui sont également représentés dans l’œuvre. Il y a le tablier des religieuses, un plat de service et une photographie de la salle des malades de l'Hôtel-Dieu de Montréal, où l’on distingue des religieuses hospitalières et des lits disposés sur deux rangées (comme dans le tableau). Au-dessus de l’œuvre se trouve l’inscription suivante : « Les hospitalières au service des malades, toutes les sœurs auront une estime singulière du Vœu qu’elles font de servir Jésus Christ en la personne des pauvres qui sont des membres, comme étant un vœu particulier à leur institution et le fondement essentiel de leur sainte Vocation ».

  • 29 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anci (...)
  • 30 Ibid. p. 54.

12Le tableau n’a pas toujours eu le même emplacement. Au 18e siècle, il se trouvait dans la chapelle des religieuses de l’Hôtel-Dieu de Montréal, située sur la rue Saint-Paul. Cette chapelle était adjacente à l’une des salles des malades29. En ce lieu, le tableau offrait un double discours pour ceux qui pouvaient le comprendre. Le premier étant adressé aux religieuses, l’œuvre leur rappelait l’objectif de leurs actes envers les malades, tandis qu’à ces derniers, l’œuvre servait à leur rappeler l’acceptation de leurs souffrances en communion avec celles du Christ30. Aujourd’hui, dans le cadre de l’exposition, le tableau a changé de discours. Dorénavant, le visiteur, un regardeur non hospitalier, n’a pas les mêmes clés de lecture qu’une hospitalière ou qu’un malade de l’époque. Cependant, il peut comprendre, à l’aide de l’association entre la citation (au-dessus du tableau) et l’œuvre, la vocation des religieuses. La citation permet aux visiteurs de comprendre la valeur intrinsèque du tableau. Ainsi, le musée a développé un discours muséal autour de l’œuvre, ce qui a transformé et enrichie le discours originel. Il n’est plus le tableau offert en don à la suite de la réalisation d’un souhait, mais un objet majeur dont la valeur muséale a été construite.

13Hormis le fait que le tableau occupe une place de choix à l’intérieur de l’exposition du musée, il est également utilisé à d’autres fins. Tout d’abord, l’institution muséale l’a utilisé comme arrière-fond pour son site web. De sorte que lorsque le navigateur visite le site, il associe immédiatement le musée à cette œuvre et à ce qui y est représenté. De plus, lors de la recherche documentaire pour ce travail, la majorité des livres et publications concernant l’hôpital de l’Hôtel-Dieu ou le Musée des Hospitalières reprenaient cette œuvre comme appui visuel pour illustrer leur mission.

  • 31 Thérèse Payer, « Le musée des Hospitalières de l’hôtel-Dieu de Montréal », La Lettre de l’OCIM, no. (...)

14En conclusion, il est permis d’affirmer que le tableau « Ex-Voto de la salle des femmes » du Musée des Hospitalières est un objet phare pour l’institution tant par son contenu peint, son histoire et ses différentes valeurs constitutives. Le présent travail était consacré à un tableau emblématique de la collection du musée, certifié par sa directrice générale. Toutefois, dans le cadre des recherches pour ce travail, les lectures accomplies ont permis de constater que le musée possède un second objet phare. Il s’agit de l’escalier du 17e siècle provenant de l’Hôtel-Dieu de Flèche et dédié à la ville de Montréal en 196331 Dans un autre travail, il serait intéressant d’approfondir la mise en valeur de cet autre objet emblématique, en lien avec le discours muséal du tableau « Ex-Voto de la salle des femmes ».

Haut de page

Bibliographie

Y. Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », Dans A. Charboneau , et L. Turgeon (dir), Patrimoines et identités en Amérique française (p.149-169). Québec, Presses de l’Université Laval, 2010. 

P. Berthiaume, et É. Lizé, Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), Montréal, VLB Éditeur, 1991.

La Bible en ligne. Récupéré le 13 octobre 2013 http://www.bible-en-ligne.net/bible,40N-25,matthieu.php

B. Cousin, « L’Ex-voto, document d’histoire, expression d’une société », Archives des sciences sociales des religions, 1979, 48 (1), 107-124.

H. Gagnon, Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montréal, XVIIe-XXe siècle, Sherbrooke, Les Éditions G.G.C.ltée, 2002.

R. Lévesque, Lettre à Louis-Albert Vachon (Archevêque de Québec), Le Grand Héritage, L’Église catholique et les arts au Québec, p. 320-321. Copie de l’extrait aux archives du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, (1984).

D. Martin, « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », dans J.R. Porter (dir), Questions d’art Québécois, n°6, février p.43-64, 1987, Sainte-Foy, Cahiers du Celat.

Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. [s. d.]. Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. Récupéré le 8 octobre 2013 de http://www.museedeshospitalieres.qc.ca/expo.html

Payer, T. (1997). Le musée des Hospitalières de l’hôtel-Dieu de Montréal. La Lettre de l’OCIM, no. 53, 32-34. Récupéré de http://doc.ocim.fr/LO/LO053/LO.53%287%29-pp.32-34.pdf

Société des musées québécois, Observatoire des musées, Musées à découvrir. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.smq.qc.ca/mad/reserve/vignette/?NumeroAccession=MHSJ1986.X.194

B. Violette, « Guérir le corps et sauver l’âme : les religieuses hospitalières et les premiers hôpitaux catholiques au Québec  (1639-1880) », dans C. Bates, D. Dodd et N. Rousseau (dir), Sans frontières : quatre siècles de soins infirmiers canadiens (p.57-71). Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2005.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à adresser mes remerciements à madame Louise Verdant, directrice générale du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal pour son temps et son aide précieuse qui a permis l’accomplissement de ce travail.

2 Hervé Gagnon. Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montréal, XVIIe-XXe siècle. (Sherbrooke : Les Éditions G.G.C.ltée. 2002), 25

3 Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. [s. d.]. Musée des hospitalières de l’Hôtel-Dieu. Récupéré le 8 octobre 2013 http://www.museedeshospitalieres.qc.ca/expo.html

4 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », dans Questions d’art Québécois, John R.Porter (dir.), no 6, février, Sainte-Foy : Cahiers du Célat, 1987, p. 45.

5 Pierre Berthiaume et Émile, Lizé. Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), Montréal, VLB Éditeur, 1991, p. 13.

6 Bernard Cousin, « L’Ex-voto, document d’histoire, expression d’une société ». Archives des sciences sociales des religions, 48, no 1, 1979, pp. 107-124.

7 Pierre Berthiaume et Émile Lizé, Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), (Montréal : VLB Éditeur, 1991), p. 14.

8 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », op. cit., p. 45.

9 Ibid., p. 47.

10 Bible en ligne. [s. d.], La Bible en ligne, Récupéré le 13 octobre 2013, http://www.bible-en-ligne.net/bible,40N-25,matthieu.php

11 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », op. cit., pp. 47-48.

12 Hervé Gagnon, Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montréal, XVIIe-XXe siècle, Sherbrooke : Les Éditions G.G.C.ltée. 2002, pp. 44-65 et Brigitte Violette, « Guérir le corps et sauver l’âme : les religieuses hospitalières et les premiers hôpitaux catholiques au Québec  (1639-1880) ». Dans Christina Bates, Dianne Dodd et Nicole Rousseau (dir.), Sans frontières : quatre siècles de soins infirmiers canadiens, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2005, p. 60.

13 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », op. cit., p. 51.

14 Ibid., p. 48-49.

15 Ibid., p. 44.

16 Pierre Berthiaume et Émile, Lizé, Foi et légendes, La peinture votive au Québec (1666-1945), Montréal, VLB Éditeur, 1991, p. 5.

17 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », op. cit., p. 44.

18 Ibid.

19 Thérèse Payer, « Le musée des Hospitalières de l’hôtel-Dieu de Montréal ». La Lettre de l’OCIM, no. 53 1997, p. 32-34. Récupéré de http://doc.ocim.fr/LO/LO053/LO.53%287%29-pp.32-34.pdf

20 Ibid. 33.

21 Ibid. 32.

22 Ibid. 34.

23 Yves Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », dans André Charbonneau et Laurier Turgeon (dir.), Patrimoines et identités en Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval, 2000, p. 152.

24 Ibid. p. 159.

25 Bernard Cousin, « L’Ex-voto, document d’histoire, expression d’une société ». Archives des sciences sociales des religions, 48, no 1, 1979, pp. 107-124.

26 Hervé Gagnon. Soigner le corps et l’âme, Les Hospitalières de Saint-Joseph et l’Hôtel-Dieu de Montréal, XVIIe-XXe siècle, Sherbrooke, Les Éditions G.G.C. ltée, 2002, p. 63.

27 Ibid. p. 65.

28 R. Lévesque (1984). Lettre à Louis-Albert Vachon (Archevêque de Québec), Le Grand Héritage, L’Église catholique et les arts au Québec, p.320-321. Copie de l’extrait aux archives du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal.

29 Denis Martin,  « Une iconographie hospitalière en Nouvelle-France : étude de quelques tableaux anciens », p. 45.

30 Ibid. p. 54.

31 Thérèse Payer, « Le musée des Hospitalières de l’hôtel-Dieu de Montréal », La Lettre de l’OCIM, no. 53, 1997, pp. 32-34. Récupéré de http://doc.ocim.fr/LO/LO053/LO.53%287%29-pp.32-34.pdf

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’Ex-voto de la salle des femmes
Légende Vers 1710, huile sur toile, 93 x 130 cm,
Crédits Société des Musées Québécois
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2331/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Meunier, « L’Ex-voto de la salle des femmes », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/2331

Haut de page

Auteur

Élisabeth Meunier

Élisabeth Meunier est diplômée d’un baccalauréat en histoire de l’art, d’un certificat en archivistique et d’une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Ses recherches portent sur la place qu’occupe le fonctionnement affectif, lors d’une visite d’exposition de beaux-arts, chez les visiteurs adultes de type grand public.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org