Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Un objet phare du CCA: Underweysung der Messung d'Abrecht Dürer, Geometricorum elementorum d’Euclide et De architectura de Vitruve

Marie-Claude Hawry

Résumé

Le cas du CCA en est un quelque peu particulier, puisqu’il est difficile d’identifier un objet réellement phare de la collection, mais aussi de le classifier en regard de la forme de discours qu’il supporte. En effet, comme l’institution ne propose pas d’exposition permanente de sa collection, il faut trouver d’autres pistes de recherche pour déterminer son objet phare. L’objet dont il est question ici tire son statut particulier parce qu’il synthétise le discours et la mission du CCA. Cependant, l’objet porte également en lui un caractère unique qui n’est pas négligeable, surtout en rapport aux autres objets du musée. En ce sens, le discours de l’objet possède un aspect disciplinaire qu’il est nécessaire de mentionner. Malgré tout, la voie institutionnelle pour démontrer son aspect phare a été privilégiée puisque l’objet reflète le discours du CCA, ce qui défend sa place au sein de la collection.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Centre canadien d'architecture [s.d.]. Survol institutionnel, Récupéré le 27 septembre 2013 de : ht (...)

1Le Centre canadien d'architecture de Montréal (CCA) possède une collection de près de 215 000 volumes, 100 000 dessins et estampes, 60 000 photographies, 5 000 périodiques et 150 archives1. Il en convient donc qu'une sélection semble plus que nécessaire avant de déterminer les quelques éléments qui seront mis à la vue du public à travers les différentes expositions. Il en est d'autant plus que cette collection s'étend sur une vaste période temporelle, soit de la Renaissance jusqu'à nos jours, ce qui laisse imaginer la variété de travaux que possède le Centre. Or, la programmation du CCA ne laisse pas, au premier coup d'oeil, penser qu'une telle ségrégation a été fixée; d'abord par l'absence d'exposition permanente, l'importance des fonds qui constituent la base de la collection, ainsi que par la présentation de plusieurs expositions temporaires simultanées aux thèmes souvent précis. Sans en être un reproche, cela s'inscrit plutôt dans la mission de l'institution qui vise à diffuser plus largement la culture architecturale, à la fois en tant que musée et centre d'étude. Ainsi, de par la quantité d'images présentées en constante rotation, que ce soit en salle d'exposition ou sur le site Web de l'institution, il devient moins évident de cibler les quelques objets phares de sa collection. Ces derniers se doivent d'être représentatifs de l'institution et de sa mission, ce qui explique, par conséquent, qu'ils sont généralement mis davantage de l'avant dans les publications et la programmation du musée. Après avoir porté une attention particulière à ses éléments, il est apparu que le CCA possède quelques objets pouvant être qualifiés d'icônes, qui servent à la fois à marquer différents repères temporels et stylistiques dans cet ensemble vaste et varié d'objets, mais dont le musée montre peu de volonté claire et consciente de les distinguer du lot. Pour n'en citer que quelques-uns, il s'agit d'un jeu de blocs du Parthénon, une publication de Frank Lloyd Wright annotée par l'auteur visionnaire d'un nouveau paysage urbain, ou encore un volume unique datant du XVIe siècle regroupant trois traités architecturaux édités à cette époque charnière. C'est de ce dernier ouvrage dont il sera question dans cette analyse visant à retracer la prise de valeur de l'objet lors de son processus de muséalisation, ainsi que son discours et sa place particulière dans l'ensemble que forme la collection du musée et qui lui vaut la mention d'objet phare.

Brève description de l'objet

  • 2 Centre Canadien d'architecture, Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Canadien d' (...)
  • 3 Ibid.

2Ce volume comprend à l'intérieur de sa reliure trois oeuvres distinctes, chacune indépendamment intéressante d'un point de vue disciplinaire, mais dont leur union confère le caractère unique de l'objet. Ces textes sont aussi tous des traités dédiés à l'architecture ou à ses principes mathématiques et ont chacun été édités au début du XVIe siècle en Europe. Il s'agit d'abord de Geometricorum elementorum d’Euclide, édité à Paris en 1516 par Lefèvre d'Estaples (1455-1536), mais qui a lui-même repris la traduction latine faite par l'Italien Bartolomeo Zamberti. Ensuite, s'y trouve la première édition illustrée du traité De architectura de Vitruve (1511), la seule oeuvre de l'Antiquité dédiée uniquement à l'architecture qui est parvenue jusqu'aux humanistes et qui, dans ce cas-ci, est éditée par l'architecte italien Fra Giovanni Giacondo (1433-1515). Ce deuxième texte est annoté par une main du XVIe siècle qui renvoie, entre autres, à des écrits de l'humaniste Érasme de Rotterdam. Il s'agit possiblement de celle de Conrad Goclenius qui a possédé et annoté l'édition d'Albrecht Dürer (1471-1528), tel que le montre sa signature au haut de la page titre du troisième texte présent dans le recueil. Il convient également de noter que ces deux premiers textes sont écrits en langue latine alors que ce troisième, Underweysung der Messung, est rédigé en langue vernaculaire. Cette édition est la première de ce texte écrit et illustré par cet artiste d'Europe du Nord et occupe la plus grande partie du recueil2. Pour l'instant, il convient aussi de mentionner la bonne condition du document, dont la reliure de cuir de veau brun est authentifiée d'origine par son style ressemblant aux autres documents conçus dans l'Europe germanique du XVIe siècle. Cela signifie par conséquent que ces trois textes ont été reliés peu après 1525, année d'édition du Dürer3.

La reconnaissance de la valeur muséale de l'objet au fil du temps

  • 4 Yves Bergeron, Collection. Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, 2011, p (...)

3Cet objet particulier a certainement vécu une longue histoire en tant qu'objet de possession privée avant d'intégrer la collection publique du Centre canadien d'architecture en 1997. Si le récit de ses cinq cents années d'existence n'est pas connu en entier, il est possible de reconstituer différentes phases du processus de reconnaissance de l'objet de musée communes à tout objet muséologique4.

Un objet usuel

4D'abord, comme tout objet fabriqué, ce volume a été rassemblé pour un usage précis, soit pour servir de document d'étude sur l'architecture, voir être un outil d'érudition et d'assimilation de connaissances pour son propriétaire. Pour en témoigner, s'y trouve les annotations en marge des pages du Vitruve, dont l'identification de l'auteur est incertaine, ainsi que du Dürer, qui elles sont attribuées à Conrad Goclenius, professeur de l'Université de Louvain, décédé en 1539. Cet homme était aussi un ami et correspondant d'Érasme de Rotterdam (1466-1536) dont plusieurs des annotations renvoient à ce célèbre personnage, de même qu'à un humaniste français, Guillaume Budé, auteur d'une édition de ce même traité de Vitruve en 1497; le propriétaire de cet ouvrage l'a donc certainement lu. De plus, tel que l'indiquent les informations internes produites par le CCA sur l'objet, le propriétaire semble aussi y avoir ajouté des réflexions personnelles, ce qui démontre une réelle préoccupation à la recherche, de même qu'à la comparaison entre les sources.

Un objet historique

  • 5 Yves Bergeron, Op. cit, p. 61.

5En deuxième lieu, il paraît évident, ne serait-ce que par sa date de création estimée à 1525, que ce recueil a acquis une valeur historique et, connaissant peu son histoire, il s'agit d'une chance que le passage du temps ne l'aie pas effacé. Cependant, cette qualité réside aussi dans le fait que cet objet agit comme témoin d'un «changement de société»5, voire de technologie en ce qui trait à l'imprimerie, ce qui est évoqué par les caractères d'écriture de type gothique dont l'usage dans les territoires allemands n'est plus familier depuis le XIXe siècle. Il en est de même pour les deux traités qui sont rédigés en langue latine, la langue d'usage dans les cercles érudits de l'époque, mais qui au fil des siècles a laissé place à d'autres lingua franca.

Un objet ethnographique

  • 6 Isabelle et Yves Hersant. «La Renaissance, fabrique d'intraduisible?», Rue Descartes, no. 14 (novem (...)
  • 7 Centre Canadien d'architecture, En chantier: les collections du CCA 1989-1999, (Montréal: Centre ca (...)
  • 8 Martin Kemp. The Science of Art: optical themes in western art from Brunelleschi to Seurat, (New He (...)

6Ainsi, cet objet témoigne également de certaines valeurs propres à cette société et qui sont à la base de la culture que l'on a appelée humaniste. Il en est question surtout au plan intellectuel, car tel que mentionné, cet ouvrage démontre l'importance de la connaissance de la langue savante qu'est le latin pour pouvoir accéder à l'héritage de l'Antiquité, la principale source d'inspiration de la Renaissance. Il en est particulièrement clair dans ce recueil qui contient deux sources de cette époque, bien qu'éditées au XVIe siècle par ces humanistes issus de différents États européens. Il y avait certes une reconnaissance mutuelle entre ces hommes qui possédaient une vision similaire du monde, une croyance en la vertu de l'homme d'acquérir des connaissances et ainsi devenir meilleur, voire tendre vers le progrès. Cette reconnaissance transparaît d'ailleurs dans les liens qui unissent les individus présents dans ce recueil. Il en a été brièvement question ci-haut, mais il convient de rappeler que Conrad Goclenius, le seul propriétaire identifiable de cet ouvrage, correspondait avec plusieurs de ceux-ci, y compris avec Érasme de Rotterdam, l'humaniste le plus représentatif du courant en Europe du Nord, mais aussi avec Thomas More en Angleterre et plusieurs autres. De plus, il importe de souligner l'utilisation de la langue vernaculaire allemande par Dürer, originaire de Nuremberg, qui témoigne d'une seconde tendance en contraste avec l'omniprésence du latin dans les textes savants. En effet, à cette époque, les langues vernaculaires commencent à être utilisées de manière plus fréquente, et ce, à travers l'Europe occidentale6. Cette vulgarisation, importante pour la diffusion du savoir, avait donc l'avantage de permettre l'accessibilité des écrits à un public plus large que le cercle de lettrés humanistes, notamment à des artistes et artisans travaillant sur des chantiers architecturaux7. Il convient enfin d'aborder un dernier concept primordial en ce qui à trait à la science et à l'art de la Renaissance: l'interdisciplinarité. Il ne suffit qu'à penser à la perspective mathématique et son impact dans les représentations picturales de la Renaissance pour saisir à quel point les études théoriques ont permis à l'art (dont l'architecture) de se transformer. Dürer, suite à un voyage dans les États italiens, fut d'ailleurs un des principaux importateurs de cette nouvelle obsession en Europe du Nord, ce qu'en témoigne son traité Underweysung der Messung dont les planches réalisées pour l'illustrer contiennent certainement une valeur artistique8.

De l'oubli à l'objet de patrimoine

  • 9 Centre canadien d'architecture, Op. cit. Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Ca (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Yves Bergeron, Op. cit. p. 60.

7Il est difficile de situer à quel moment ce recueil unique a été reconnu comme un objet de grande valeur et digne d'être conservé jusqu'à aujourd'hui. Quelques détails sont tout de même soulevés dans les descriptions de l'objet fournies par le marchand et le document d'acquisition du CCA. Il est d'abord noté que deux «ownership inscriptions» sont écrites sur la page titre, avec les dates «1715» et «1800», mais aucun nom n'est lisible9. Il est alors impossible de déterminer si ces propriétaires étaient des collectionneurs ou bien les héritiers de l'objet en question. Cependant, des restaurations antérieures à la pose de la reliure du XVIe siècle ont été effectuées sur le dos de la couverture du document et la restauratrice du CCA a pu identifier «des coiffes typiques d'un cuir du XIXe siècle»10. Cela démontre que cet autre propriétaire de l'objet a considéré bon de réparer les dommages subis par le document et ainsi de lui conférer un certain entretien en vue de sa conservation, mais, encore une fois, l'identité et l'intention de cette personne n'est pas connue. Ainsi, que ce soit au XIXe ou au XXe siècle, il est considéré que ce recueil n'est sorti de l'oubli (ou du «purgatoire») qu'au moment ou sa valeur patrimoniale a été reconnue par un collectionneur, ce qui implique aussi lui fournir une certaine protection11. L'objet aura tout le moins traversé l'Atlantique pour parvenir chez un marchand de livres rares américain, le dernier intermédiaire entre le propriétaire initial et le musée.

L'appropriation de l'objet par le musée

Sa place à travers la collection du CCA

8C'est en 1997 que l'objet entre dans la collection du Centre canadien d'architecture de Montréal, et ce, en raison d'un événement bien particulier: le 70e anniversaire de la fondatrice du CCA, Phyllis Lambert. Il s'agit en fait d'un don de Charles et Edgar Bronfman, les frères de madame Lambert, qui ont réalisé l'achat du document auprès du marchand Martayan Lan situé à New York. Il possède donc une valeur personnelle puisqu'il est directement lié à cette femme ayant permis la réalisation du projet muséal et qui a siégé de nombreuses années en tant que présidente du conseil des fiduciaires du musée. Il est d'ailleurs possible de remarquer à quel point l'objet a été soigneusement choisi par ces deux hommes pour entrer au musée, puisqu'il fait écho aux valeurs du CCA; il en sera question ci-bas.

  • 12 Centre canadien d'architecture, Les débuts – The first five years 1979-1984, (Montréal: Centre cana (...)
  • 13 Centre canadien d'architecture, Op. Cit., Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre C (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.
  • 16 . Centre canadien d'architecture, Les débuts, Op. cit, p.13.

9D'abord, il convient de mentionner que cet objet vient rejoindre dans la collection du musée un corpus d'oeuvres assez nombreuses de la même époque, tout en y ajoutant sa particularité, ce qui est clairement évoqué dans le document d'acquisition du CCA. En ce qui concerne la postérité de Vitruve, la bibliothèque du CCA conserve depuis sa création près de soixante éditions différentes, étendues entre le XVe et le XIXe siècle, consacrées aux Dix livres sur l'architecture du célèbre architecte romain. Les plus anciennes sont une édition réalisée à Rome en 1485 d'un auteur anonyme ainsi qu'une seconde éditée par Giocondo datée de 1511 à Venise12. Cette dernière est donc sensiblement la même édition que celle retrouvée dans l'ouvrage combiné avec Euclide et Dürer. Il convient de rappeler cependant que, dans ce recueil, celle-ci est annotée, mais surtout qu'elle est la première version illustrée de ce texte13. En ce qui concerne l'oeuvre du Grec Euclide, bien que la collection du CCA comporte deux éditions d'un autre de ses traités sur l'optique et la perspective, celui-ci est différent et plus ancien; il s'agit donc d'une acquisition plutôt intéressante de ce point de vue14. Enfin, pour ce qui est du texte d'Albrecht Dürer, le CCA mentionne qu'il possède presque l'entièreté des textes reconnus comme lui ayant servi de source à l'écriture de son propre traité, de même que quelques éditions de son ouvrage postérieur sur la construction de fortifications. Il n'en demeure pas moins que l'édition présente dans le recueil en est une des plus anciennes et des mieux conservées, ce qui lui confère une valeur supplémentaire par rapport aux autres possessions du musée15. Un dernier objet digne de mention dans cette vaste collection de traités de la Renaissance est celui de Sebastiano Serlio, intitulé Regole generali di architecttura (Venise, 1540) et qui appartient au CCA depuis 1979 avec quelques planches de dessins qu'il a réalisées16.

  • 17 Teri When-Damisch, Citizen Lambert: Jeanne d'architecture, Westmount Filmoption international, DVD, (...)
  • 18 Centre Canadien d'architecture, Underweysung der Messung d’Albrecht Dürer, Geometricorum elementoru (...)

10Ainsi, si une attention a longuement été portée à ces autres documents tenus par le Centre, c'est pour mettre de l'avant que, bien que le CCA possède ces ouvrages de valeur disciplinaire équivalente, et ce depuis plus longtemps que notre volume reliant ces trois traités distincts, il semble que ce dernier les a éclipsés pour désormais représenter l'ensemble des traités architecturaux de la Renaissance de la collection. Cela s'est remarqué en parcourant les publications ultérieures à l'année 1997 du CCA, un court film portant sur la personnalité de Phyllis Lambert réalisé en 200717, ainsi que le site Web officiel de l'institution sur lequel une page est dédiée à notre ouvrage; ce qui n'est pas le cas des autres documents mentionnés dans ce paragraphe18. De plus, malgré le fait qu'il ne fut exposé qu'une seule fois lors de l'exposition En chantier: les collections du CCA 1989-1999, cela reste une proportion similaire aux autres objets qui l'ont été une, voire deux fois pour quelques-uns. Cela explique pourquoi la rotation d'expositions temporaires et de leurs thèmes, compte tenu aussi de l'absence d'exposition permanente, rend plus mitigée l'identification des objets phares de la collection, bien que de cette façon, un plus grand nombre d'oeuvres peut être présenté au public du CCA qui rempli ainsi son rôle de diffusion d'une culture et d'un patrimoine architectural.

Le discours sur l'objet comme réflecteur de la mission du CCA

  • 19 Centre canadien d'architecture, En chantier…, Op. cit, p.19.
  • 20 Centre Canadien d'architecture, erweysung der Messung d’Albrecht Dürer… Op. cit
  • 21 Centre canadien d'architecture, Les débuts, Op. cit, p.13.
  • 22 Centre canadien d'architecture, En chantier…, Op. cit, p.38.
  • 23 Ibid. p.17.

11Il ne demeure pas moins que si cet objet s'est vu approprié par le musée, c'est parce que le discours qu'il a la capacité de projeter le lie directement avec la mission de l'institution. Cette dernière se définit par ses deux approches complémentaires, d'abord en tant que musée diffuseur de connaissances à un large public, puis comme centre d'étude permettant aux chercheurs d'avoir accès à un corpus de sources pertinentes. Phyllis Lambert, dans son texte intitulé L'archéologie d'une collection ajoute également que «la collection est axée sur la question du processus, de l'investigation comprise comme activité ouverte et associative, et qui suppose le rapprochement d'ensemble de documents variés – de techniques, d'époques et de lieux divers.»19 L'importance de la recherche est donc primordiale et, tel que nous l'avons vu précédemment, le recueil dont il est question montre clairement cette fonction d'outil de recherche sur l'architecture et ses principes mathématiques au XVIe siècle. Cela reflète l'importance donnée aux annotations dans les marges qui sont des traces de l'étude du texte ainsi que de la comparaison entre les diverses sources disponibles à l'époque; il convient de souligner à cet effet la photographie du document reproduite dans diverses publications qui montre le recueil ouvert à une page marquée d'un commentaire dans la marge de gauche. Cet ouvrage «réunissant trois textes fondateurs (grec, romain et vernaculaire)»20 démontre aussi clairement la confrontation d'oeuvres de différentes époques, entre l'Europe moderne et l'héritage de l'Antiquité, soulignant que «de tout temps les architectes se sont formés en étudiant les oeuvres de leurs prédécesseurs»21. Le CCA souhaite également favoriser les liens entre la théorie et la pratique, ce qui est concrètement démontré par les dessins ajoutés à l'édition du Vitruve, aussi présents sur la photographie de l'objet, et qui devaient permettre de mieux comprendre les méthodes de construction de la période romaine. Fra Giovanni Giacondo, auteur de ces illustrations et de cette édition, était d'ailleurs un praticien ayant réalisé plusieurs bâtiments en Vénétie. Cela va de pair avec l'interdisciplinarité des savoirs, tels les mathématiques et les arts, associés à la construction des bâtiments, car tel que souligné dans la description de l'ouvrage par le CCA, «Ce volume extraordinaire [...] illustre à quel point l’architecture à la Renaissance était étroitement liée aux travaux des humanistes» et «montrent comment l'érudition et la pratique s'influencent l'une l'autre et [ces trois traités] révèlent la place centrale de l'architecture dans la compilation du savoir»22. Or, le Centre canadien d'architecture exprime justement sa raison d'être par sa «conviction que l'architecture […] est d'intérêt public [et] que la recherche en architecture participe à un projet culturel...»23.

12En conclusion, il en est ainsi évident que ces éléments du discours du musée sur l'objet entrecoupent également son discours sur lui-même, sa vision de l'architecture et sa mission en tant qu'institution. Il n'est donc pas un hasard si ce recueil du XVIe siècle fut choisi spécifiquement pour être donné au Centre canadien d'architecture en tant que porteur de sa vision, ce qui explique aussi pourquoi il a acquis cette notoriété parmi la collection. Sa valeur muséale était d'ailleurs déjà grande, combinant à la fois une valeur historique et ethnographique remarquable lui ayant permis de passer à travers le temps et d'être reconnu par des collectionneurs, puis, enfin, par des collaborateurs du CCA. Puisqu'il fut acquis en 1997 et exposé qu'à une reprise, il n'est pas encore possible de décerner une réelle évolution du discours du musée sur l'objet, mais, à la lumière de ce qu'il fut écrit ci-haut, il demeurera certainement un objet phare de la collection par sa capacité à évoquer les différentes composantes de ce qu'est l'architecture. Qu'il s'agit de l'étude des principes mathématiques, de l'inspiration par les exemples précédents, ou encore de l'interdisciplinarité et de la transmission des connaissances, l'époque de la Renaissance est témoin d'une évolution importante de la pratique de l'architecture par l'ajout de ces éléments à l'empirisme du Moyen-Âge; ce n'est donc pas un hasard si la collection du CCA débute à cette période. Cet ouvrage du XVIe siècle évoque ainsi à la fois la constance et l'évolution de l'art de construire, ce que prétend également démontrer le discours du CCA à travers l'exposition de ses objets.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages de référence

Yves Bergeron, Collection. Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, 2011.

Articles et chapitres d'ouvrages collectifs

Hersant, Isabelle et Yves. «La Renaissance, fabrique d'intraduisible?», Rue Descartes, no. 14, novembre 1995, pp.75-91.

Monographies

Centre Canadien d'architecture, En chantier: les collections du CCA 1989-1999, Montréal, Centre canadien d'architecture, 1999.

Centre canadien d'architecture, Les débuts – The first five years 1979-1984, Montréal, Centre canadien d'architecture, 1988.

KEMP, Martin. The Science of Art: optical themes in western art from Brunelleschi to Seurat, New Heaven, Yale University Press, 1990.

Documents d'archives

Centre Canadien d'architecture, Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Canadien d'architecture.

Sites internet et document sur support électronique

Centre canadien d'architecture [s.d.]. Survol institutionnel, Récupéré le 27 septembre 2013 de: http://www.cca.qc.ca/fr/ collection/294-survol-institutionnel

Centre Canadien d'architecture, Underweysung der Messung d’Albrecht Dürer, Geometricorum elementorum d’Euclyde et De architectura de Vitruve, Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.cca.qc.ca/fr/collection/337-underweysung-der-messung-dalbrecht-durer-geometricorum

When-Damisch, Teri. Citizen Lambert: Jeanne d'architecture, Westmount Filmoption international, DVD, 52 min., son. coul. 2007

Haut de page

Notes

1 Centre canadien d'architecture [s.d.]. Survol institutionnel, Récupéré le 27 septembre 2013 de : http://www.cca.qc.ca/fr/ collection/294-survol-institutionnel

2 Centre Canadien d'architecture, Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Canadien d'architecture.

3 Ibid.

4 Yves Bergeron, Collection. Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, 2011, p. 60.

5 Yves Bergeron, Op. cit, p. 61.

6 Isabelle et Yves Hersant. «La Renaissance, fabrique d'intraduisible?», Rue Descartes, no. 14 (novembre 1995), p.75

7 Centre Canadien d'architecture, En chantier: les collections du CCA 1989-1999, (Montréal: Centre canadien d'architecture, 1999), p.38.

8 Martin Kemp. The Science of Art: optical themes in western art from Brunelleschi to Seurat, (New Heaven: Yale University Press, 1990), p.61.

9 Centre canadien d'architecture, Op. cit. Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Canadien d'architecture.

10 Ibid.

11 Yves Bergeron, Op. cit. p. 60.

12 Centre canadien d'architecture, Les débuts – The first five years 1979-1984, (Montréal: Centre canadien d'architecture, 1988), p.17

13 Centre canadien d'architecture, Op. Cit., Document d'acquisition 97B-4891, Bibliothèque du Centre Canadien d'architecture.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 . Centre canadien d'architecture, Les débuts, Op. cit, p.13.

17 Teri When-Damisch, Citizen Lambert: Jeanne d'architecture, Westmount Filmoption international, DVD, 52 min. son. coul. 2007.

18 Centre Canadien d'architecture, Underweysung der Messung d’Albrecht Dürer, Geometricorum elementorum d’Euclyde et De architectura de Vitruve, Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.cca.qc.ca/fr/collection/337-underweysung-der-messung-dalbrecht-durer-geometricorum

19 Centre canadien d'architecture, En chantier…, Op. cit, p.19.

20 Centre Canadien d'architecture, erweysung der Messung d’Albrecht Dürer… Op. cit

21 Centre canadien d'architecture, Les débuts, Op. cit, p.13.

22 Centre canadien d'architecture, En chantier…, Op. cit, p.38.

23 Ibid. p.17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Hawry, « Un objet phare du CCA: Underweysung der Messung d'Abrecht Dürer, Geometricorum elementorum d’Euclide et De architectura de Vitruve », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/2332

Haut de page

Auteur

Marie-Claude Hawry

 Marie-Claude Hawry détient un baccalauréat en histoire à l'Université de Montréal. Ses principaux sujets de recherche sont les musées des droits de la personne. Actuellement, elle occupe un poste au service des collections du Centre commémoratif de l'Holocauste à Montréal. 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org