Skip to navigation – Site map
Discours institutionnel

L’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle du Musée National des Beaux-Arts de Québec

Véronique Lefrançois

Abstract

Profondément relié à l’institution, l’Hommage à Rosa Luxembourg de Jean-Paul Riopelle devient à la fois le marqueur de la relation intime entre l’artiste et l’institution ainsi qu’entre la production de l’artiste et l’intérêt du directeur de l’époque de son acquisition. Portée dans le discours construit par le Musée national des beaux-arts de Québec, l’œuvre devient l’objet phare de l’institution à travers sa mise en valeur, sa diffusion dans les divers médias ainsi que sa reconnaissance par de nombreux textes de spécialistes. De cet essai émane l’attachement du MNBAQ envers l’œuvre et du lien indissociable que le public fait désormais entre le musée et son objet phare, tel un emblème de l’institution.

Top of page

Full text

1À chaque collection son lot de chefs-d’œuvre. Or, il arrive que certains objets, au-delà de ce statut de chefs-d’œuvre, réussissent à acquérir un statut particulier, celui d’objets phare. Ces objets devenus emblématiques pour diverses raisons, parfois même anecdotiques, incarnent pour leur établissement d’attache, un objet capable de véhiculer les valeurs et le mandat de ce musée.

2Il ne faut qu’une visite au Musée National des Beaux-Arts de Québec (MNBAQ) pour découvrir rapidement l’œuvre qui, parmi cette importante collection, possède ce statut prestigieux. Occupant magistralement l’espace unique qui lui est dédié, l’œuvre Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle est l’objet phare qui y brille depuis plus de 13 ans. Rapidement, sur le site web du musée, on peut lire pour présenter la salle Riopelle:

  • 1 Musée National des Beaux-Arts de Québec, (page consulté le 10 octobre 2013), expositions à l’affich (...)

3Jean-Paul Riopelle (1923-2002) est une grande figure de l’histoire de la peinture contemporaine. Cette exposition réunit des œuvres phares représentatives des différentes périodes de production de l’artiste1.

4Bien que le discours ne soit pas lié au musée, mais bien aux œuvres de Riopelle, le texte fait mention d’œuvres phares de l’artiste laissant supposer qu’au sein même de cette collection se trouve un objet phare potentiellement capable de rayonner aussi loin que dans la vision et la mission du musée. Un peu plus loin, dans cette même présentation, on fait également mention :

  • 2 Ibid.

Le Musée national des beaux-arts du Québec possède l’une des collections les plus représentatives de l’ensemble de la production de Jean-Paul Riopelle, comprenant des œuvres s’échelonnant de 1944 à 1992. L’exposition présente un aperçu de cette impressionnante collection2.

5Cette affirmation place donc le musée, par rapport à l’artiste et à sa carrière, dans une place de choix étant l’établissement privilégié dans lequel contient presque tous les souvenirs de ce grand artiste du Québec.

6À travers le temps, le MNBAQ a développé un discours qui témoigne avant tout de cet attachement profond de l’établissement, d’abord pour l’artiste, mais également pour cette œuvre emblématique de la carrière de ce dernier ainsi que pour le message qu’elle véhicule à ses visiteurs étroitement lié ici à la mission du musée.

À propos de l’œuvre

  • 3 François-Marc Gagnon, Hommage à Rosa Luxemburg : Riopelle au Musée du Québec, Québec, Musée du Québ (...)

7En novembre 1992, après s’être définitivement installé à l’île aux oies, Jean-Paul Riopelle apprend le décès de son ancienne compagne et artiste Joan Mitchell (1926-1992). Suivant cette foulée d’émotions, tel un passage vers le deuil, il rend hommage à cette grande femme qui lui fut chère et lui dédie un triptyque monumental composée d’une séquence narrative de trente tableaux d’une longueur totale de plus de 40 mètres3. Cette œuvre poignante de vérité et possédant son propre code deviendra la marque de l’artiste qui restera gravée à jamais dans l’histoire comme le dernier grand chef-d’œuvre de Riopelle, l’artiste s’éteignant quelques années plus tard en 2002. On attribue à l’objet, depuis ce temps, le statut d’œuvre-testament, comme on peut désigner de la même façon le Champ de blé aux corbeaux (1890) de Van Gogh (1853-1890), attribuant par le fait même au musée qui la détient la mission de préserver ce souvenir inestimable de l’artiste. Une monographie sur l’œuvre nous témoigne que :

  • 4 Ibid., p.4.

L’objectif premier de l’exposition permanente de L’Hommage à Rosa Luxemburg est bien sûr de rendre accessible une œuvre forte et singulière, mais aussi de la mettre en perspective, en démontrant qu’elle s’inscrit dans une continuité. [...] il apparait évident que L’Hommage constitue un héritage, un bilan ou une somme. Mais il se relève aussi une projection dans l’avenir, dans la mesure où la quête de territoire inexploré y transcende la nostalgie des chemins parcourus4.

L’artiste et le musée

  • 5 Musée du Québec, L’horizon Riopelle, communiqué de presse, Québec, 17 mai 2000.

8Avant même de traiter de l’œuvre, il est indispensable de considérer la relation étroite et très privilégiée entre l’artiste et le musée. Cette relation est à l’origine même de l'acquisition de l’œuvre Hommage à Rosa Luxemburg ainsi qu’à la création de la salle Riopelle. Très tôt, le musée prend l’habitude d’exposer fréquemment les œuvres de l’artiste. Suite à une importante exposition consacrée à l’artiste en 1967, Riopelle manifeste son attachement envers l’établissement et fait un premier don d’œuvres5. Cette relation croissante entre le musée et l’artiste fera de Riopelle l’un des plus généreux donateurs et du musée, le détenteur de la plus grande collection d’œuvres de l’artiste.

  • 6 David Cantin, « Le règne de la démesure », Le Devoir, 24 juin 2000, p.B7.

9Dans une volonté d’orienter la collection permanente vers cette œuvre puissante et singulière qui, mise en perspective, vient célébrer l’évolution de la peinture au Québec6, et après un nombre important d’acquisitions d’œuvres de l’artiste, dont la réception de la dite œuvre, on projette d’accorder un espace tout entier à l’Hommage à Rosa Luxemburg dans lequel pourrait également graviter quelques œuvres clés de la carrière de Jean-Paul Riopelle. Ainsi, en 2000, la salle Riopelle est inaugurée, sous le regard fier des acteurs de l’établissement, particulièrement John R. Porter, directeur général, pour qui ce projet est le combat quotidien depuis des années. Dans un communiqué de presse, suite à l’ouverture de la salle, le musée témoigne de l’importance de cette relation avec l’artiste :

  • 7 Musée du Québec, «Rosa» s’installe au Musée dans la tout nouvelle Salle Riopelle !, communiqué de p (...)

Dans cette perspective, la Salle Riopelle s’offre comme un geste de reconnaissance en regard de la place unique qu’occupe cet artiste québécois de réputation internationale dans l’histoire de l’art contemporain et aussi comme le témoin de la relation particulière qui s’est établie, au fil des ans, entre Riopelle et le Musée du Québec7.

Une œuvre qui se laisse désirer

  • 8 Pierre-Paul Noreau, « À Québec pour de bon. », Le Soleil, 2000, 15 mai, p C3.
  • 9 Musée du Québec, Entente tripartite dans le dossier de L’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riop (...)

10Les évènements marquants du parcours de l’œuvre sont sans aucun doute ceux qui ont mené, suite à son acquisition, à son installation définitive au Musée du Québec. L’œuvre, acquise officiellement par le musée en 1997, en période de restrictions budgétaires, a bénéficié de l’implication financière de Loto-Québec, ce qui a mené à une entente de prêt à long terme de vingt ans au Casino de Hull8. Cette décision a fait couler beaucoup d’encre suscitant les débats de spécialistes sur la nécessité tant physique que symbolique pour l’œuvre d’être conservée dans un lieu plus approprié qu’est le musée. En mai 2000, on annonce son retour définitif au Musée du Québec à la suite d’une entente négociée avec Loto-Québec. Aux fins de ces pourparlers entre l’artiste, ses représentants, Loto-Québec et le musée, le directeur général John R. Porter exprime toute l’importance et la signification du retour de l’œuvre en ses murs: « Cette entente, a-t-il déclaré, revêt une importance toute particulière dans la mesure où elle permet au Musée de faire la plus importante acquisition de son histoire »9.

11Dans un article d’un quotidien de l’époque, on en apprend davantage sur les motivations de la part des deux établissements à entreprendre des négociations concernant l’avenir de l’œuvre:

  • 10 Pierre-Paul Noreau, « À Québec pour de bon », op. cit..

C’est Riopelle lui-même qui a confié à son ami Champlain Charest qu’il n’était pas extrêmement heureux de savoir que son œuvre était exposée pour 20 ans dans un casino. Champlain Charest en a parlé au ministre (des finances) Bernard Landry. Et ce dernier nous a demandé par la suite s’il était possible de le récupérer10.

État des connaissances et documentation

12La documentation sur l’œuvre, tout comme celle sur l’artiste, est très abondante. Le dossier de l’œuvre fort complet comprend, en plus d’une multitude d’articles associés aux divers évènements précédant son acquisition, de nombreux constats d’états, communiqués, dossiers d’acquisition et une intéressante correspondance entre le musée et Yseult Riopelle qui a contribué grandement à la création d’un catalogue raisonné de l’œuvre entière de son père. Encore une fois, la richesse de la collection des œuvres de l’artiste et l’étroite collaboration entre ce dernier et l’établissement tout au long de sa vie contribuent à la qualité et la quantité de documentations disponibles sur l’œuvre, son parcours, sa provenance, son histoire. Dans le cadre de cette présente recherche, les employés de la bibliothèque du musée m’ont communiqué leur enthousiasme de pouvoir offrir aux chercheurs une quantité aussi abondante de ressources sur l’œuvre phare du musée qu’est L’Hommage à Rosa Luxemburg. Il existe de nombreuses monographies sur l’œuvre ou l’artiste, et l’implication du musée dans la publication de ces nombreux ouvrages est considérable. On peut y lire des échanges entre le musée et l’artiste, en plus d’y découvrir des critiques et des analyses de grande qualité. Décidément, dans la construction de son discours sur l’œuvre, le MNBAQ s’est assuré de transmettre une grande quantité d’informations de qualité, en plus de multiplier les droits de diffusion de reproductions de l’œuvre, poursuivant ainsi le parcours tourné vers le monde des œuvres de l’artiste.

Discours du musée

  • 11 Ibid.

13Plusieurs grands noms se sont prononcés longuement sur cette œuvre impressionnante au cours de son histoire. C’est le cœur rempli d’espoir et les yeux victorieux que le Directeur général de l’établissement prononçait lors d’un communiqué qui annonçait l’ouverture de la salle Riopelle le 17 mai 2000: «C’est certainement l’un des plus beaux jours de ma vie.»11 Ainsi, le discours du directeur à propos de l’œuvre, évoluant au fil des ans, témoigne de son attachement personnel à l’œuvre et à la collection liée à l’artiste laissant transparaitre ses valeurs et celles du musée. Son apparition constante dans les publications ainsi que les nombreux clins d’œil qui lui sont destinés sur le site internet renforce le statut de l’œuvre comme un objet identitaire de l’établissement. Car avant même d’avoir été reconnue comme un chef- d’œuvre, L’Hommage à Rosa Luxemburg ayant une histoire et une signification forte et passionnée est devenue, compte tenu des évènements, une œuvre testament : le dernier chef- d’œuvre laissé par l’artiste en sa mémoire. Elle fut d’abord le témoin d’une culture singulière, d’un mouvement et de changements majeurs dans la culture artistique de son époque. Plus tard, on constate qu’elle a acquis avec le temps une valeur plutôt patrimoniale évoquant sa faculté à représenter la nation à l’international, ce qui lui a ouvert cette grande porte qu’est celle du musée, là où elle prend sa place et tout son sens au cœur d’une collection nationale. La justification d’acquisition de l’œuvre composée par le comité d’acquisition d’art contemporain en 1996 détaille bien la place importante que prendra l’œuvre par rapport à la collection permanente du musée, et de quelle façon elle l’enrichira :

  • 12 Musée du Québec, Direction de la conservation. Fiche d’acquisition de l’œuvre Hommage à Rosa Luxemb (...)

Cela dit, l’examen de la collection actuelle du Musée du Québec met clairement en lumière une sous-représentation de la dernière production de l’artiste. Dans les circonstances, l’intégration de l’œuvre la plus importante réalisée par l’artiste au cours des quinze dernières années permettrait au Musée de disposer d’un ensemble d’œuvres permettant de refléter toutes les grandes phases de l’évolution de son cheminement pictural. Elle permettrait également au Musée d’assurer la conservation et la mise en valeur à long terme d’une des œuvres les plus magistrales de l’artiste, un tryptique monumental que de nombreux spécialistes et amateurs n’hésitent plus à qualifier de chef-d’œuvre12.

14Dans un autre communiqué, on mentionne également que:

  • 13 Musée du Québec, L’horizon Riopelle, communiqué de presse, Québec, 17 mai 2000.

Le projet d’une salle Riopelle répondait aussi aux objectifs du plan de redéploiement de la collection permanente du Musée, visant à dégager certains regroupements ou temps forts de la collection susceptibles de devenir des marques distinctives de l’institution13.

  • 14 Gouvernement du Québec, À l’occasion du dévoilement de L’Hommage à Rosa Luxemburg, allocution de Mm (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Postes Canada, Postes Canada rend un hommage philatélique à Jean-Paul Riopelle, communiqué de press (...)

15Cette affirmation laisse transparaitre la potentialité que les œuvres de cet artiste acquises par le musée deviennent des représentants de l’établissement. Bien qu’il ne fut pas possible de rencontrer et de recueillir officiellement un témoignage du conservateur en chef dans le cadre de cette étude, de nombreux indices, comme mentionnés ci-haut, ont confirmé en cours de recherche le statut de l’objet. Au-delà du discours du musée, certaines mentions extérieures de l’œuvre justifient son importance dans l’identité nationale. En 1997, lors d’un discours prononcé par  Mme Louise Beaudoin, Ministre de la Culture et des Communications, à l’occasion du dévoilement de l’œuvre au casino de Hull, il fut question de l’artiste « dont l’œuvre est à la fois indissociable de l’évolution des arts visuels et inhérente à l’histoire de l’art du Québec14 ». Il fut aussi mentionné que ce triptyque ferait  désormais partie du patrimoine artistique québécois15. Aussi, en 2003, Postes Canada a rendu hommage à Riopelle en émettant une série de timbres illustrant des segments de l’œuvre L’Hommage à Rosa Luxemburg. On traite ainsi l’artiste comme d’un modèle qui contribue au rayonnement des artistes canadiens à l’international, et L’Hommage, une œuvre à l’image d’une collection nationale16.

Avenir de l’objet phare

  • 17 Musée du Québec, L'espace Riopelle : l'antenne en art actuel de la capitale du Québec / un projet c (...)

16On a jadis envisagé un projet en 2002 appelé Espace Riopelle ayant pour visés d’ « associer le nom et l’œuvre de Jean-Paul Riopelle à un lieu dédié à la création contemporaine et misant sur les synergies du milieu, le réseautage, l’appropriation du public et le rayonnement international17 ». Cet établissement qui devait prendre place au cœur du quartier St-Roch devait contenir de façon permanente l’œuvre L’Hommage à Rosa Luxemburg dans une salle qui aurait su la mettre encore plus en valeur. L’inauguration de ce complexe aurait été également l’initiateur de divers projets, comme la création d’un fonds documentaire (le Fonds Riopelle), d’une bourse annuelle (Bourse Riopelle) attribuée à de jeunes chercheurs, et également d’une salle d’expositions temporaires. Bien que ce projet n’ait jamais été mené à terme, il a cependant alimenté, chez les acteurs du MNBAQ, cette volonté de promouvoir l’œuvre et de lui confier une nouvelle mission, plus grande encore. Il y a déjà un an que le musée a confirmé la création d’un nouveau pavillon dédié plus particulièrement à l’art contemporain et actuel. Dans le cadre de son ouverture prévue à l’automne 2015, le musée prévoit un nouvel avenir pour l’œuvre L’Hommage à Rosa Luxemburg. Dans un communiqué de la direction des collections et de la recherche rédigé en octobre 2013, on mentionne :

  • 18 Musée National des Beaux-Arts de Québec, Nouveau complexe muséal ; Ouverture prévu à l’automne 2015(...)

L’œuvre de l’artiste Jean-Paul Riopelle L’Hommage à Rosa Luxemburg sera exposée en permanence dans le passage Riopelle, passage qui reliera l’actuel pavillon Charles-Baillargé au nouveau pavillon Pierre-Lassonde18.

17Ce déplacement de l’œuvre au sein de l’établissement pourrait sembler être, en premier lieu, à l’image d’une sorte de détrônement de l’œuvre déplaçant celle-ci de la salle qui a jadis ait été spécialement conçue pour elle. Pourtant, par ce transfert, la décision du musée confirme le statut de cette œuvre comme objet phare, l’exhibant de plus belle, et marquant encore un passage vers le futur, la nouveauté, tout en gardant en tête, la trame initiale de son parcours et les valeurs du musée. Cette notion de passage véhicule une symbolique particulière, évoquant tant le passage de l’œuvre vers le nouveau pavillon que celui du spectateur, et même, fait directement référence au lieu qui accueille maintenant l’œuvre : un passage. Ainsi, dans son parcours, le visiteur sera à même de constater que ce chef-d’œuvre est bien ancré dans la mémoire du musée, de la collection et de la nation.

Top of page

Bibliography

Ouvrages généraux

François-Marc GAGNON, Hommage à Rosa Luxemburg : Riopelle au Musée du Québec, Québec, Musée du Québec, 1996.

Musée du Québec, L'espace Riopelle : l'antenne en art actuel de la capitale du Québec / un projet conjoint du Musée du Québec et de l'Université Laval (FAAV), Québec, Musée du Québec.

Musée du Québec, La collection Riopelle du Musée du Québec : histoire brève et morceaux choisis / John R. Porter, Québec, Musée du Québec, 2002.

Jean-Paul RIOPELLE, Riopelle : « L'Hommage à Rosa Luxemburg » : Château de La Roche-Guyon, 1er juin-17 septembre 1995, Catalogue d’exposition, Saint-Ouen-l'Aumône, Éditions du Valhermeil, 1995.

Articles périodiques

David CANTIN, « Le règne de la démesure », Le Devoir, 24 juin 2000, p.B7.

Pierre-Paul NOREAU, « À Québec pour de bon », Le Soleil, 15 mai 2000, p C3.

Communiqués

Gouvernement du Québec, À l’occasion du dévoilement de L’Hommage à Rosa Luxemburg, Allocution de Mme Louise Beaudoin, Hull, 23 mai 1997.

Musée du Québec, «Rosa» s’installe au Musée dans la tout nouvelle Salle Riopelle ! , Communiqué de presse, Québec, 1 mai 2000.

Musée du Québec, L’horizon Riopelle, Communiqué de presse, Québec, 17 mai 2000.

Postes Canada, Postes Canada rend un hommage philatélique à Jean-Paul Riopelle. Communiqué de presse. Ottawa, 7 octobre 2003.

Site internet

Musée National des Beaux-Arts de Québec. (Page consulté le 10 octobre 2013). Expositions à l’affiche [En ligne]. Adresse URL : http://www.mnba.qc.ca/expo_riopelle.aspx

Documents issus du dossier de l’œuvre (en consultation à la réserve du Musée National des Beaux-Arts de Québec)

Musée du Québec, Direction de la conservation. Fiche d’acquisition de l’œuvre Hommage à Rosa Luxemburg. [Document du dossier de l’œuvre] Québec. 6 juillet 1996.

Musée National des Beaux-Arts du Québec. (octobre 2013). Nouveau complexe muséal ; Ouverture prévu à l’automne 2015. Document inédit [confidentiel]. Québec.

Musée National des Beaux-Arts du Québec. Fiche technique de l’œuvre l’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle. [Document imprimé le 11 octobre 2013]

Top of page

Notes

1 Musée National des Beaux-Arts de Québec, (page consulté le 10 octobre 2013), expositions à l’affiche [en ligne], adresse URL : http://www.mnba.qc.ca/expo_riopelle.aspx

2 Ibid.

3 François-Marc Gagnon, Hommage à Rosa Luxemburg : Riopelle au Musée du Québec, Québec, Musée du Québec, 1996, p.3.

4 Ibid., p.4.

5 Musée du Québec, L’horizon Riopelle, communiqué de presse, Québec, 17 mai 2000.

6 David Cantin, « Le règne de la démesure », Le Devoir, 24 juin 2000, p.B7.

7 Musée du Québec, «Rosa» s’installe au Musée dans la tout nouvelle Salle Riopelle !, communiqué de presse, Québec, 1 mai 2000.

8 Pierre-Paul Noreau, « À Québec pour de bon. », Le Soleil, 2000, 15 mai, p C3.

9 Musée du Québec, Entente tripartite dans le dossier de L’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle, communiqué de presse, Québec, 28 mars 1997.

10 Pierre-Paul Noreau, « À Québec pour de bon », op. cit..

11 Ibid.

12 Musée du Québec, Direction de la conservation. Fiche d’acquisition de l’œuvre Hommage à Rosa Luxemburg, [document du dossier de l’œuvre] Québec, 6 juillet 1996.

13 Musée du Québec, L’horizon Riopelle, communiqué de presse, Québec, 17 mai 2000.

14 Gouvernement du Québec, À l’occasion du dévoilement de L’Hommage à Rosa Luxemburg, allocution de Mme Louise Beaudoin, Hull, 23 mai 1997.

15 Ibid.

16 Postes Canada, Postes Canada rend un hommage philatélique à Jean-Paul Riopelle, communiqué de presse, Ottawa, 7 octobre 2003.

17 Musée du Québec, L'espace Riopelle : l'antenne en art actuel de la capitale du Québec / un projet conjoint du Musée du Québec et de l'Université Laval (FAAV), Québec, Musée du Québec.

18 Musée National des Beaux-Arts de Québec, Nouveau complexe muséal ; Ouverture prévu à l’automne 2015, document inédit [confidentiel], Québec octobre 2013.

Top of page

References

Electronic reference

Véronique Lefrançois, « L’Hommage à Rosa Luxemburg de Jean-Paul Riopelle du Musée National des Beaux-Arts de Québec », Conserveries mémorielles [Online], #19 | 2016, Online since 07 December 2016, Connection on 25 September 2017. URL : http://cm.revues.org/2335

Top of page

Author

Véronique Lefrançois

Titulaire d’un baccalauréat en enseignement des arts et d’un certificat en histoire de l’art à l’Université Laval, Véronique Lefrançois a orienté ses recherches à la maîtrise en muséologie à l’UQÀM vers un sujet insolite, celui de la réception et de l’intégration d’œuvres cadavériques contemporaines au sein d’expositions.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org