Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Octobre, d’œuvre d’art à objet phare

Justine Desrosiers

Résumé

Le discours institutionnel que le Musée des beaux-arts de Montréal a construit autour de la toile de Tissot, au fil des ans, a contribué à fusionner leurs histoires en l’associant à la genèse du musée. L’écho qu’elle trouve à l’extérieur de l’institution, est le signe du succès des mécanismes de reconnaissance installés petit à petit par le MBAM à travers expositions, publications et promotion. À travers le renforcement de l’image dans la mémoire collective en relation avec l’institution rend Octobre immédiatement reconnaissable. Le musée a aussi su jouer de la tendance populaire pour les Impressionnistes pour valoriser l’œuvre de Tissot. La femme en noir sur un fond automnal est devenue une ambassadrice du musée dans l’imaginaire du public et dans les médias.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Serge Bergeron, “Des toiles de Krieghoff et Octobre de James Tissot en tournée américaine”, Collage (...)
  • 2 Nathalie Bondil et al., Musée des Beaux-Arts de Montréal. (Montréal: Fondation PNB Paribas, 2001), (...)

1La toile Octobre de James Tissot, peinte en 1877, a marqué mon imaginaire de jeune fille, et lorsque je pense au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), cette image me vient automatiquement en tête. Cette toile est aujourd’hui un symbole du musée, un objet phare de ses collections. Ce tableau imposant (216 x 108,7 cm) représente une jeune femme, de dos, vêtue entièrement de noir qui se démarque d'un fond vibrant composé de feuilles de marronnier aux couleurs d'automne. Elle tourne son visage vers le spectateur et dévoile sa cheville comme un appel coquin à celui-ci. Il s'agit en fait d'un portrait de Kathleen Newton, la maitresse de l’artiste, dans une scène de la vie mondaine victorienne1. C'est d'ailleurs le plus grand portrait qu'il fera d'elle. Il s'inspire de l'esthétique et du format des estampes japonaises, qui étaient en vogue à l'époque2.

  • 3 Janet M. Brooke, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée de (...)

2La toile fut d'abord exposée en 1878 à la Grosvenor Gallery à Londres, accompagnée d’une gravure à l'eau forte du même sujet. Elle est achetée en 1882 par un dénommé Polak, puis passe aux mains de Monsieur Koekkoek en 1888, mais nous n’avons aucune information additionnelle sur leur identité. La façon dont la toile s'est retrouvée à Montréal, dans la collection particulière de Lord Strathcona, est floue. Il est présumé que Koekkoek aurait acheté Octobre de la collection d’un certain William Lee en 1888 à l'intention de Lord Strathcona, ou encore que celui-ci aurait utilisé un nom d'emprunt. Elle restera dans la famille jusqu'en 1927, moment où elle sera léguée au Musée des beaux-arts de Montréal, appelé à cette époque la Art Association of Montreal, avec plusieurs autres pièces de la collection de Strathcona3.

  • 4 Ibid. p.14.

3Bien que l’œuvre de Tissot fût intégrée aux collections du Musée qu’en 1927, il est possible de la considérer comme une œuvre fondatrice du musée. En effet, de sa fondation en 1860 jusqu'à la Première Guerre mondiale, l'Art Association of Montreal exposait les collections privées des riches collectionneurs montréalais qui finançaient l'institution, dont faisait partie Lord Strathcona. Comme l'un des premiers mandats de l'association était de présenter au public ces collections montréalaises, il en devient difficile de dissocier les collections privées de l'existence même du musée4.

Le processus de muséalisation

  • 5 Yves Bergeron, “Collection” dans A. Desvallées et F. Mairesse. Dictionnaire encyclopédique de muséo (...)
  • 6 Hélène Lamarche, Regards sur les collections du Musée des beaux-arts de Montréal. (Montréal: Musée (...)
  • 7 Yves Bergeron, “Collection” dans A. Desvallées et F. Mairesse. Dictionnaire encyclopédique de muséo (...)

4Pourtant, à ce moment-là, l'objet n'avait pas encore son statut d'objet muséal. En se basant sur le processus de muséalisation définit dans le Dictionnaire encyclopédique de muséologie5 par Yves Bergeron, il est possible de retracer le parcours d’Octobre de son statut d’œuvres d’art à objet phare d’un des plus grands musées du Canada. Tout d'abord, le cheminement d’un objet commence par son statut d’objet usuel. Dans le cas d’Octobre, son utilité prend forme dans la contemplation de l’œuvre d’art. Ainsi, le statut d’œuvre d’art est intrinsèque au statut usuel de l’objet. Tissot a peint la toile dans le but de l'exposer dans un contexte artistique, et il possédait déjà une notoriété dans le monde de l'art britannique en 1888. En effet, il était déjà « un peintre à la mode »6. En exposant Octobre à la Grosvenor Gallery, une institution artistique établie comme étant garante du bon goût, Tissot donne à son œuvre une quasi garantie de reconnaissance artistique par la critique et le monde des arts. Dans le processus de muséalisation, l'objet devient une œuvre d'art par un système de reconnaissance qui passe par les galeries et les critiques d'art7. En ce sens, Octobre est reconnue comme tel dès sa création. Son statut d’œuvre d'art ne se verra qu’accentué par l’augmentation de sa valeur marchande sur le marché de l'art jusqu'à ce qu'elle entre dans la collection de Lord Strathcona en 1888.

  • 8 Ibid.

5C’est à ce moment qu’elle tombera dans le purgatoire du processus de muséalisation, ou en d’autres termes, le lieu des collectionneurs. Si elle sort du circuit économique et publique, elle ne tombe jamais en désuétude, et ne perd jamais sa valeur artistique. De plus, elle attire l'intérêt d'un collectionneur qui sent le besoin de la protéger et de l'exposer. C'est par ce processus de collectionnement qu'elle obtient son statut d'objet patrimonial. Finalement, au fil de ce processus et du temps, la toile devient également un témoin historique et ethnographique. Non seulement elle témoigne de la façon de peindre à l’époque victorienne, mais elle incarne son esthétique et ses codes sociaux8.

  • 9 “Picture Gift by Lord Strathcona” The Gazette, (29 janvier 1927). Archives du Musée des beaux-arts (...)

6Au moment de son don par la famille Strathcona à l'Art Association of Montreal en 1927, aux côtés de plusieurs autres œuvres de la collection de Lord Strathcona, elle obtient son statut d’objet muséal. Le conservateur de l'époque lui donne en effet cette reconnaissance en le choisissant pour faire partie de la collection du musée. Un article publié dans The Gazette datant du 29 janvier 1927 nous informe sur l'ajout de certaines pièces de la collection dans l'exposition permanente du musée. Parmi celles-ci, l'auteur de l'article mentionne Octobre comme une des œuvres à voir, et la décrit comme suit : « a girl in black dress against a background of yellowing chestnut leaves by J.J Tissot, whose watercolors depicting scenes in the life of Christ were shown in Windsor Hall many years ago9 ». L’auteur souligne la reconnaissance artistique conférée à l’artiste en mentionnant qu’il fut exposé à Windsor Hall, et transpose ce prestige à la toile. Par l’incorporation immédiate à la part aux collections exhibées par le musée, le conservateur reconnait l'importance de l'œuvre dans le canon de la peinture européenne et qu'elle témoigne donc du patrimoine collectif dont la conservation et la diffusion est intrinsèque à sa mission.

D’objet muséal à objet phare

7Cependant, le statut d’objet muséal ne donne pas le statut d’objet phare. Ainsi, il est important de se demander comment le musée élabore un discours autour de l’objet d’art en question afin d'en faire un véritable objet icône. Comment les mécanismes mis en marchent par le musée font en sorte que le public pense inévitablement à cette toile de James Tissot en pensant au Musée des beaux-arts de Montréal, alors que ses salles sont remplies de milliers d'autres objets muséaux ?

  • 10 Peinture, sculpture, arts décoratifs. (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1960), p.109-110

8Il semble d'abord que les premières décennies de l’œuvre dans les collections ne la mettent pas particulièrement en valeur comme un objet muséal différent des autres. Il est possible d’affirmer que cette période constitue une deuxième phase de purgatoire pour l’œuvre dans le processus de muséalisation. Ainsi, ce cheminement n’est pas linéaire. Un objet peut être phare à un moment et tomber dans l’oubli à un autre. Il n'existe pas de trace d'Octobre pour cette période dans les archives du musée, à l'exception d'un constat d'état révélant la restauration d’un trou au canevas en 1942, qui ne représente rien d'extraordinaire, si ce n’est d’un désir de conservation de l’œuvre de la part du musée. Il semble vraiment y avoir un manque d'intérêt pour la toile jusqu’en 1960, date de publication d'un catalogue complet de l'exposition du musée pour célébrer les 100 ans de l’institution10. Dans cet ouvrage, une page complète est dédiée à une reproduction en couleur de l'œuvre, alors que la page suivante comporte un texte descriptif sur son historique, son esthétique et la vie du peintre. Bien que tous les objets exposés par le musée se retrouvent dans l'ouvrage, la plupart n'occupent qu'une demi-page, avec reproduction en noir et blanc, et seulement quelques-uns sont accompagnés d'un texte. Il s'agit d'une première tentative par le musée d'attirer l'attention du visiteur sur la toile de Tissot en lui fournissant une vitrine plus importante et avantageuse dans leur catalogue.

  • 11 Janet M. Brooke, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée de (...)
  • 12 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

9À partir de 1960, jusqu'à 1996, Octobre fut présentée dans le cadre de neuf expositions temporaires et thématiques, dont cinq mises en œuvre par le Musée des beaux-arts de Montréal lui-même, les autres étant présentées ailleurs au Canada ou en Angleterre11. Ces dernières démontrent certainement que les tendances muséales retournent vers l’art victorien, qui avait légèrement été snobé par les historiens de l'art dans les décennies précédentes. En effet, toutes les expositions hors Montréal où la toile de Tissot est exposée s'organisent autour de l'époque victorienne ou d'une rétrospective de l'œuvre de James Tissot. En contrepartie, le choix de l'intégrer à autant d'expositions temporaires du MBAM permet de constater l'importance de l'objet d’art pour l'institution, non seulement par leur quantité, mais aussi par leur thématique. En effet, le musée, par la répétition de l'emploi d'Octobre dans des expositions en lien avec l'histoire du musée, établit un discours sur l'œuvre. La première de ces expositions est en 1960, pour célébrer le centenaire de l'établissement12. Pour souligner cette occasion, le musée utilise exclusivement des œuvres de ses collections, et choisit bien sûr les plus représentatives et les plus prestigieuses. Il décide d'y inclure l'œuvre en question ici. De plus, c'est dans le catalogue de cette exposition que le musée met de l'avant Octobre par la grandeur de sa reproduction couleur et du texte informatif. Cette série d'actions témoigne de l'attention que porte le conservateur pour cette toile, et, qu'ainsi, il l'établit comme un des chefs d'œuvre du musée.

  • 13 Ibid.
  • 14 Janet M. Brookes, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée d (...)
  • 15 Richard Dubé, Trésors de société: les collections du Musée de la civilisation, (Québec: Musée de la (...)
  • 16 Emmanuelle Vieira, Design d'exposition: dix mises en espace, (Québec: Musée national des beaux-arts (...)

10De chef d'œuvre, elle deviendra éventuellement un objet emblématique. La construction du discours autour d'elle continue avec une exposition itinérante débutant son périple à Montréal en 1966. Elle s'intitule « Masterpieces od Montreal »13. Ainsi, seulement six ans plus tard, Octobre obtient officiellement le statut de masterpiece, un trésor local si l'on veut, qui mérite d'être montré au reste du monde par le biais de cette exposition itinérante. Cela contribue è élever la valeur culturelle de la toile, et, par association, transmet cette valeur au Musée des beaux-arts de Montréal. À ce moment, il se développe un partage entre l’objet d’art et le musée qui les rend indissociables l'un de l'autre: le musée orchestre des mécanismes permettant une reconnaissance de l'œuvre, et la reconnaissance de celle-ci reflète à son tour sur la réputation de l'institution culturelle. En 1990, le MBAM présente une autre exposition comportant l'œuvre de Tissot qui s'articule autour des grandes collections privées de Montréal de 1880 à 192014. L'intérêt du musée dans ce choix de sujet n'est pas innocent. En effet, il touche à sa propre histoire, à sa genèse, en explorant les collections, alors privées, qui sont devenues le cœur des collections du musée. En quelque sorte, cette exposition insère les œuvres dans une histoire qui passe par la mythologie des personnalités qui les ont amassées. Ainsi, le système narratif de l'exposition augmente la valeur patrimoniale de l'objet en l'attachant à un homme important pour l'histoire et la société montréalaise. La dernière exposition dont il sera question ici, une collaboration du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée de la civilisation de Québec datant de 1993, s'intéresse au mobilier de l'époque victorienne15. Bien que l'exposition ne se porte pas sur l'œuvre de Tissot, ni même sur l’art victorien, sa muséographie en fait un objet phare de son parcours. En effet, un extrait d'un ouvrage sur le design d'exposition démontre comment la mise en espace contribue à ce qu’Octobre soit un point culminant de l’exposition: « Pour l'alcôve, au fond de la salle, elle emploie à nouveau une couleur vive, un jaune automnal, afin d'attirer l'attention du visiteur et de marquer la présence du tableau Octobre, qui se détache du fond telle une apparition16 ». Pourquoi vouloir attirer l'attention sur cette œuvre si elle ne sert pas directement le sujet de l'exposition, mais sert plutôt de mise en situation pour le contexte historique ? Parce que le public la connait, et qu'il sait qu'elle est une des pièces maitresses du MBAM. De ce fait, le musée s'impose même à l'extérieur de son enceinte, dans les murs d'une autre institution muséale. Aussi, en la positionnant comme objet focal de l'exposition, Octobre maintient sa pertinence comme objet icône du musée, même sortie de son milieu. Au fil du temps et à travers de ces différentes expositions, le MBAM consolide autour d'Octobre un discours qui la situe comme un objet d’art indissociable de l’image de marque du musée. C’est donc par la répétition de l’exposition que le musée construit le discours de cet objet phare.

  • 17 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.
  • 18 Ibid.
  • 19 Hélène Lamarche, Regards sur les collections du Musée des beaux-arts de Montréal. Montréal: Musée d (...)

11Cependant, si la diffusion par l’exposition est un outil pour le musée, il en est de même de sa promotion. En effet, c’est peut-être le moyen le plus évident et le plus efficace pour développer une association entre le musée et l’œuvre. Le dossier d’archive du musée dédié à Octobre comporte une quantité de photocopies de documents promotionnels, visant à présenter le musée au public, qui incorporent une image de l’œuvre17. Par exemple, on y retrouve au moins cinq dépliants d’informations générales sur le musée qui la montrent seule ou aux côtés d’une poignée d’autres objets d’art exposés. De cette façon, le visiteur qui vient au musée après avoir consulté ce document voudra, au cours de sa visite, voir les images qui y figuraient. Le musée crée donc des attentes chez son public et, par le fait même, le familiarise avec ces objets. La familiarité induit un attachement chez le spectateur qui reste avec lui après sa visite, et qui contribue à l’analogie entre la toile de Tissot et le Musée des beaux-arts de Montréal. Elle se retrouvait également dans une publicité pour une activité éducative portant sur les grands portraits des collections18. Il est donc possible de supposer que si l’image est utilisée dans le pamphlet, la peinture est utilisée dans l’activité, ce qui a pour effet de la mettre en lumière par rapport au reste des collections. Par l’activité, le visiteur développe aussi une relation privilégiée avec l’œuvre. Dans la même optique, Octobre est intégrée à un parcours thématique et éducatif s’articulant autour du thème « L’école de la Nature »19. Ce type d’activité insère la toile dans le canon de l’histoire de l’art et lui donne un prestige. En incorporant cette œuvre aux différentes activités de médiation, le musée développe un narratif autour d’elle, qui transmet au visiteur l’idée de sa haute valeur culturelle.

  • 20 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

12Le musée utilise aussi l’image de cet objet dans des publications qui ne sont pas nécessairement à l’intention du grand public. Par exemple, il est sur la page couverture de « Mémoire : Programme de dons planifiés » qui s’adresse à un public de collectionneurs privés pour les inciter à léguer leur collection à la fin de leur vie20. Le musée fait ici référence à la longue tradition de dons qui ont été faits à l’institution, particulièrement à ses débuts. Octobre devient dans ce cas un symbole de pérennité pour le potentiel donateur.

  • 21 Trésors parlants: un guide des trésors parlants qui vous attendent dans les musées du Canada. Fédér (...)
  • 22 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consutlées le 1er octobre 2013.

13Après un certain temps, l’œuvre est récupérée par des diffuseurs extérieurs au musée lui-même. Ainsi, une publication de la Fédération canadienne des Amis de musées choisit la toile de Tissot pour représenter le Musée des beaux-arts de Montréal. L’extrait comprend une page de texte sur l’œuvre, une petite description des collections du musée, et une page dédiée à l’illustration21. Ce choix de la part de la Fédération est flagrant de l’apothéose d’Octobre comme objet iconique du MBAM. De toutes les possibilités qu’offre la collection, un acteur extérieur a jugé que c’était la pièce qui représentait le plus le musée et avait la plus grande valeur de diffusion. Ce n’est d’ailleurs pas la seule fois où le Tissot est choisi par un agent autre que le musée, comme le montre une coupure d’un article du Journal de Montréal publié le 26 juin 200422. Là encore, elle est la seule illustration responsable de représenter le musée aux yeux du lecteur. Par ce processus, le public, sans même avoir besoin de venir au musée, identifie le nom de l’institution avec la peinture de cette femme en noir, et ce, même si l’œuvre n’est pas mentionnée dans le texte.

14En somme, la toile de Tissot et le MBAM sont devenus consubstantiels petit à petit. D’abord par la jonction de leur histoire respective en une seule à travers d’expositions, qui ont également contribué au développement de la valeur culturelle de l’œuvre. Ensuite, en imposant au visiteur une familiarité avec l’œuvre par la médiation. Finalement, ce discours s’est répandu hors des murs du musée et a été consolidé par les médias. Aujourd’hui, lorsque l’on visite le musée, il est impossible de ne pas prendre connaissance de la présence d’Octobre en ses murs. En effet, c’est l’image qui est utilisée pour toutes les indications des salles de l’exposition permanente « Du Moyen-Âge à la Belle Époque ». Elle fait également partie d’un parcours musical nouvellement déployé dans l’exposition permanente. L’œuvre a aujourd’hui dépassé son simple statut de peinture. Elle n’entre pas dans l’imaginaire collectif comme la toile de James Tissot, mais comme la toile du Musée des beaux-arts de Montréal. D’ailleurs, les visiteurs qui désirent apporter avec eux un souvenir, ou devrais-je dire un morceau du musée, ont la possibilité de le faire en achetant à la boutique un des nombreux produits dérivés à l’effigie d’Octobre, que ce soit un calendrier, une reproduction, une tasse ou un bijou qui s’en inspire.

Haut de page

Bibliographie

Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

Peinture, sculpture, arts décoratifs. Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1960.

Trésors parlants: un guide des trésors parlants qui vous attendent dans les musées du Canada. Fédération canadienne des Amis de musée, 1997.

Serge Bergeron, « Des toiles de Krieghoff et Octobre de James Tissot en tournée américaine », Collage, Hiver 1999-2000.

Yves Bergeron, « Collection » dans A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011.

Nathalie Bondil, et al., Musée des Beaux-Arts de Montréal. Montréal: Fondation PNB Paribas, 2001.

Janet M. BROOKE, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), Montréal, Musée des beaux-arts de Montréal, 1990.

Richard Dubé, Trésors de société: les collections du Musée de la civilisation, Québec, Musée de la civilisation, 1998.

Hélène Lamarche, Regards sur les collections du Musée des beaux-arts de Montréal, Montréal, Musée des beaux-arts de Montréal, 1992.

Emmanuelle Vieira, Design d'exposition: dix mises en espace, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 2004.

Haut de page

Notes

1 Serge Bergeron, “Des toiles de Krieghoff et Octobre de James Tissot en tournée américaine”, Collage (Hiver 1999-2000), p.35.

2 Nathalie Bondil et al., Musée des Beaux-Arts de Montréal. (Montréal: Fondation PNB Paribas, 2001), p.61.

3 Janet M. Brooke, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1990), p.55.

4 Ibid. p.14.

5 Yves Bergeron, “Collection” dans A. Desvallées et F. Mairesse. Dictionnaire encyclopédique de muséologie. (Paris: Armand Colin, 2011), p.53-69.

6 Hélène Lamarche, Regards sur les collections du Musée des beaux-arts de Montréal. (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1992), p.98.

7 Yves Bergeron, “Collection” dans A. Desvallées et F. Mairesse. Dictionnaire encyclopédique de muséologie. (Paris: Armand Colin, 2011), p.62.

8 Ibid.

9 “Picture Gift by Lord Strathcona” The Gazette, (29 janvier 1927). Archives du Musée des beaux-arts de Montréal.

10 Peinture, sculpture, arts décoratifs. (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1960), p.109-110.

11 Janet M. Brooke, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1990), p.55.

12 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

13 Ibid.

14 Janet M. Brookes, Le goût de l'art: les collectionneurs montréalais (1880-1920), (Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal, 1990).

15 Richard Dubé, Trésors de société: les collections du Musée de la civilisation, (Québec: Musée de la civilisation, 1998) p.83.

16 Emmanuelle Vieira, Design d'exposition: dix mises en espace, (Québec: Musée national des beaux-arts du Québec, 2004).

17 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

18 Ibid.

19 Hélène Lamarche, Regards sur les collections du Musée des beaux-arts de Montréal. Montréal: Musée des beaux-arts de Montréal (1992), p.98.

20 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consultées le 1er octobre 2013.

21 Trésors parlants: un guide des trésors parlants qui vous attendent dans les musées du Canada. Fédération canadienne des Amis de musée (1997), p.73-74.

22 Archives du Musée des beaux-arts de Montréal, consutlées le 1er octobre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Justine Desrosiers, « Octobre, d’œuvre d’art à objet phare », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/2337

Haut de page

Auteur

Justine Desrosiers

Justine Desrosiers détient un Baccalauréat Honours de l'Université McGill en histoire de l'art et littérature anglaise. Elle est adjointe à la conservation au Musée des beaux-arts de Montréal. Son sujet de recherche lui a permis d'étudier le décalage qui s'observe entre l'histoire de l'art des musées et celle des universités, à travers une approche post-coloniale de l'exposition d'art orientaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org