Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Étoile du matinGambeh Then’ au Musée canadien des civilisations : Récit d'une œuvre d’art et de son musée

Vanessa Hétu

Résumé

Médiatisation, exposition, ouvrages et articles, la création de l’œuvre d’Alex Janvier, l’Étoile du Matin, sur l’architecture même du musée est grandement soulignée par l’institution qui multiplie les moyens afin de faire reconnaître l’acquisition d’une telle œuvre. Cette diffusion accrue engendrée par le musée ainsi que l’impact que celle-ci aura sur les médias et le public fait de l’Étoile du Matin un objet phare. Portée par l’institution, cette œuvre revêt une importance devenant une image, un objet phare, démontrant et diffusant la prise de position du Musée canadien des civilisations sur l’art autochtone. Cet essai tend à retracer les moyens mis en place par le musée pour faire de l’œuvre un objet phare tout en questionnant la relation entre l’œuvre et la réelle mission de l’institution muséale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre le moment de la rédaction de l'article et celui de sa publication, le Musée canadien des civi (...)
  • 2 Musée canadien des civilisations. Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniver (...)
  • 3 Le MCC collectionne des objets en fonction de sa mission, c’est-à-dire « […] à valeur historique ou (...)

1Flottant au-dessus de l'enceinte vitrée de la Grande Galerie du Musée canadien des civilisations1 à Gatineau, Étoile du matin est une peinture murale de l’artiste autochtone Alex Janvier. Originaire de l’Alberta, Janvier créa cette œuvre à l’été 1993 à l’aide de son fils Dean. Sur ces quelques 19 mètres de diamètre couvrant le dôme de la Galerie, il expose un récit de 500 ans d’histoire des nations autochtones au Canada. Célébrant le 20e anniversaire d'Étoile du matin à l'automne 2013, le musée a déployé maints efforts afin de faire reconnaître ce tableau. Il le déclarait alors « l’une des pièces maitresses »2 de sa collection composée de près de 4 millions d’objets liés principalement à l’histoire, à l’archéologie, à la culture traditionnelle, à l’ethnologie et à d'autres domaines relatifs à l'étude du patrimoine3. Il convient dès lors de se questionner à savoir si la popularité et l’attention portée à la murale pourraient aujourd'hui la porter à titre d'objet phare de la collection du Musée canadien des civilisations, c'est-à-dire un objet qui vient à incarner l'image du musée. Quelle importance revêt Étoile du matin pour le Musée canadien des civilisations ? La murale pourrait-elle être considérée comme une œuvre icône du musée d'État ? Afin de répondre à ces questions, cet essai tend à retracer l’histoire d'Étoile du matin au musée à travers un ensemble de sources archivistiques et documentaires. Cet état des lieux permettra de mieux saisir le contexte de son acquisition et de comprendre ainsi, les valeurs aujourd'hui attribuées à cette œuvre par le musée. Il conviendra par la suite de porter attention à la situation de l'œuvre d’art contemporain autochtone dans un musée d'histoire et d'ethnologie. Ces recherches nous permettront somme toute de déterminer si Étoile du matin peut trouver sa place en tant qu'objet phare de la collection du Musée canadien des civilisations.

Étoile du matin, une œuvre bien documentée

  • 4 Les archives écrites autour de l’œuvre se composent essentiellement de rapports de restauration, de (...)
  • 5 Lee-Ann Martin est une spécialiste de l’art autochtone contemporain et concentre présentement ses r (...)
  • 6 Lee-Ann Martin and Robert Houle. The Art Of Alex Janvier : His First Thirty Years, 1960-1990. (Thun (...)

2Le Musée canadien des civilisations a considérablement documenté l’œuvre acquise en 1993.4 Les archives de l'institution disposent d'une documentation écrite et audiovisuelle à son sujet constituée majoritairement entre 1993 et 1995. Des informations sur Alex Janvier sont disponibles autant dans les archives que dans la documentation produite à l’extérieur du musée. Lee-Ann Martin5, conservatrice en art autochtone du Musée des civilisations, et Robert Houle, qui a également occupé le poste de conservateur de l'art indien contemporain au même musée (entre 1977 et 1980), ont réalisé une biographie de l’artiste qui retrace l’ensemble de son œuvre, The Art Of Alex Janvier : His First Thirty Years, 1960-1990, publiée par la Thunder Bay Art Gallery. Les auteurs y indiquent que Janvier, en contribuant à développer le champ d’étude de l’histoire de l’art autochtone et la valorisation de cet art, a inspiré toute une génération d’artistes autochtones contemporains6.

  • 7 Joan R. Acland. Artistes des Premières Nations au Canada : un guide biographique/bibliographique 19 (...)
  • 8 Musée canadien des civilisations. Annual General Meeting Tape 51 – Alex Janvier Studio Interview 2 (...)
  • 9 Alex Janvier. Étoile du matin, sa « meilleure œuvre », selon l’artiste dans Musée canadien des civi (...)

3Né en 1935, Alex Janvier appartient au groupe d’affiliation des Tchipewayans et parle le déné. Il est reconnu comme un artiste engagé : de 1961 à 1977, il signait ses œuvres de son numéro de traité. Il a ensuite fait partie du « Groupe des Sept autochtones » qui cherchait à faire reconnaitre, entre autres, l’art autochtone pour ses qualités artistiques et non pas ethnographiques7. Il a conçu de nombreuse murales au cours de sa carrière8 et à ce jour, considère Étoile du matin comme sa plus grande réalisation9.

  • 10 Musée canadien des civilisations, « Étoile du matin », Salle des trésors. Récupéré le 28 septembre (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Alex Janvier, « L’artiste explique le titre Étoile du matin », op. cit..

4L'œuvre d'Alex Janvier évoque une narration historique sur les relations entre Autochtones et non-Autochtones. Les archives retracent également la démarche artistique entourant cette narration. Cette dernière emprunte une forme circulaire divisée en quatre quadrants de couleurs différentes. La forme circulaire rappelle un symbole représentant la philosophie autochtone du cycle de la vie divisé en quatre à la manière des « indicateurs naturels », pour reprendre l’expression d’Alex Janvier, faisant référence à la présence de ce chiffre entre autres dans le cycle des saisons et les points cardinaux10. Chacun de ces cadrans représente une période de cette histoire. La narration se lit dans le sens antihoraire : d’abord, la section jaune symbolise, à travers un équilibre entre les formes et les couleurs, la période pré-européenne, lorsque les cultures autochtones vivaient en harmonie. Par la faible représentation de motifs et de dessins organiques, la partie bleue évoque la période des contacts où la culture européenne domine la culture autochtone. Le quadrant rouge représente une période d’optimisme nouveau alors que les Autochtones s’acceptent et se mobilisent en s’affirmant maîtres de leur avenir. Enfin, le quadrant blanc représente la période du renouveau et de la guérison11. Ces quadrants se rejoignent au centre de l’œuvre, formant le point le plus élevé : l’étoile du matin. L'artiste explique que ce titre fait référence à l’étoile qui servait traditionnellement à son peuple à s’orienter au petit matin lorsqu’il quittait leur campement12. L’Étoile du matin incarne donc un point de repère, une référence commune.

Etoile du matin – Alex Janvier (détail)

Etoile du matin – Alex Janvier (détail)

http://www.museedelhistoire.ca/​etoiledumatin/​

Musée de l’histoire du Canada

5Suivant la volonté de l’artiste, l’œuvre est fortement politique. Le style employé met en lumière la différence de valeurs entre les Européens et les Autochtones ainsi que le traitement oppressif que les premiers ont réservé aux seconds :

  • 13 Nancy Baele, « Scaling New Heights », Ottawa Citizen (June 2nd, 1993), B6. Fonds d’archives du Musé (...)

The organics lines, that are reinforced by the lines of museum architect Douglas Cardinal’s building design, challenge the straight lines and gradations of the color chart, as Janvier himself challenged the kind of categorization that turned him into a number, without a name13.

  • 14 Douglas Cardinal. « L’architecte parle de la signification du site où l’œuvre est présentée » dans (...)

6Autre manifestation politique de son œuvre, Janvier a créé Étoile du matin dans un espace du Musée faisant face au Parlement du Canada. S’élevant à plus de sept étages, Étoile du matin permet de cette manière d’établir un dialogue symbolique entre le tableau et le Parlement14 tout en étant à la vue de tous.

L’histoire de la murale à travers les archives du musée

  • 15 Le Musée canadien de civilisations, aujourd’hui appelé le Musée canadien de l’histoire, a une longu (...)

7Afin de cerner comment Étoile du matin, un tableau réalisé en 1993, est devenue une œuvre majeure de la collection du Musée canadien des civilisations, il est nécessaire de retracer l’histoire de la murale avant même la fondation du musée en 1986 alors que le Musée canadien des civilisations s’appelait toujours le Musée national de l'Homme15.

  • 16 Piché, Claude. La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées. Op. cit.
  • 17 Gerald R. McMaster, « The Canadian Museum of Civilization : Indian and Inuit Art Gallery ». Artscra (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Jean-François Uzel, « L’art contemporain autochtone, point aveugle de la modernité », dans Gui Bell (...)

8Fondé en 1968, le Musée national de l’Homme regroupe l’ensemble des collections ethnographiques et historiques qui tirent leurs origines entre autres de la Commission géologique du Canada. De nature disciplinaire, le Musée national de l’Homme comportait quatre divisions : ethnologie, culture populaire, histoire et archéologie16. Cela dit, lors des années 1970, l'institution modifia sa représentation de l’art autochtone, auparavant considéré sous un angle plus ethnographique qu’artistique. Le musée décida alors d’acquérir des œuvres d’art contemporain amérindien et inuit ainsi que d’intégrer deux conservateurs spécialisés dans ces domaines et à qui il incomberait de « expand the collections and to promote public understanding through exhibitions and writings »17. En 1990, le MCC possédait une collection d’environ 2000 objets dont l’importance ne résidait pas dans le nombre ni la valeur – comparativement à la collection ethnographique du musée, comme le précise Gerald McMaster – mais bien dans leur valeur historique et artistique : la présence d’œuvres provenant des pères de l’art contemporain autochtone, dont Alex Janvier, procurait une grande notoriété à la collection18. Dans les années 1990, alors que peu d’institutions muséales s’intéressaient à l’art autochtone contemporain, le Musée canadien des civilisations possède l'une des plus importantes collections de ce type au pays19.

  • 20 Christy Vodden et Ian Dyck. Un monde en soi : 150 ans d’histoire du musée canadien des civilisation (...)
  • 21 Musée canadien des civilisations, « A stroke of genius », Communiqué de presse. Société du Musée ca (...)
  • 22 Baele, op.cit., B6. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

9Au début des années 1990, l’institution a commandé des œuvres d’artistes autochtones afin de décorer le nouvel édifice situé sur la rue Laurier. Le MCC lance alors un appel aux dons pour mener sa politique d'acquisition d’art contemporain afin de contrer la récession économique de l'époque et la stagnation du budget du musée depuis les années 197020. Un don a ainsi servi à la création de l’œuvre d’Alex Janvier. La commande de cette œuvre est toutefois une initiative des donateurs du musée, Ralph et Roz Halbert, qui ont par conséquent également fait le choix de l’artiste. Par ailleurs, l’acquisition ne sera pas validée préalablement par un comité d’acquisition, comme cela est habituellement de mise21. Les archives du musée font état d’un financement total de 148 000 $ pour le projet, incluant le salaire de Janvier, d'un montant de 50 000 $ défrayé par les donateurs22. En juin 1993, Janvier débute ainsi les travaux qu’il termine en trois mois. Durant cette période, l’équipe de conservation a réalisé plusieurs capsules vidéo à des fins de documentation.

  • 23 Dans les archives, on a notamment collecté les articles « Scaling New Heights » dans Ibid. et « Ale (...)
  • 24 Il est à noter qu’Étoile du matin se trouve encore sur les affiches de la boutique afin de promouvo (...)
  • 25 Allocution de Peter Herndorf dans Musée canadien des civilisations. Open House 1993 : Tape 2 [movin (...)
  • 26 Baele indique par exemple que « The inauguration of Alex Janvier’s painting, Morning Star, was the (...)
  • 27 Manon Lanthier, LeDroit (Ottawa), 13 septembre 1993, p. 4. Fonds d’archives du Musée canadien des c (...)

10L’inauguration d’Étoile du matin est un moment important dans l'histoire de l'œuvre. Le Musée amorce alors une grande promotion autour du travail de l'artiste. Comme Janvier réussit à compléter la murale dans un délai très court, soit en septembre 1993, le Musée décide de la dévoiler au public lors de portes ouvertes, le 12 septembre 1993. Pour l’occasion, une campagne est menée auprès des médias. Dans le communiqué de presse, on la présente comme le « Michelangelo » de l’institution, comparaison récupérée par les médias23. Près de 50 000 $ sont alloués à la publicité du lancement d’Étoile du matin, ce qui inclut la conception d’un logo, la production d’une affiche du MCC avec la murale ainsi que plusieurs autres articles promotionnels24. Ce type d’inauguration par des portes ouvertes n’était pas nouveau : le musée avait également dévoilé de cette manière la sculpture de Bill Reid, L’esprit Haïda Gawaii, un an auparavant25. Toutefois, il permettait sans contredit de mettre en valeur une œuvre chère à l’institution qui peut ainsi la présenter au plus grand nombre de visiteurs. L’inauguration de l’œuvre a constitué le moment « phare » de cette journée porte ouverte, comme en témoignent les journaux26. On estime que 16 207 visiteurs, sur les 18 000 qui ont assisté à la journée, sont allés voir la murale le 12 septembre 199327.

  • 28 Note de service de Lee-Ann Martin adressée à Sandy Lorimer, 2000-I0016, boîte I-508 f.8, 25 juin 19 (...)
  • 29 Danièle Goulet. Rapport Post-mortem du 16 février 1994. « L’Art d’Alex Janvier : les trente premièr (...)

11À la suite du lancement de l’œuvre, le Musée des civilisations a décidé de présenter une exposition portant sur l'artiste intitulée L’art d’Alex Janvier : 1960-1990. Il s'agit d'une exposition itinérante réalisée par la Thunder Bay Art Gallery. Celle-ci a été accueillie au MCC du 27 janvier au 17 avril 1994. Selon les archives de l’institution, cette exposition a été présentée, d’une part, dans la continuité de la présentation d’Étoile du matin et, d’autre part, en raison du nombre élevé de prêts que le MCC a fait à la Thunder Bay Art Gallery afin de la produire28. Dans les archives du MCC, un rapport de la gestionnaire en charge du projet au MCC témoigne que la direction du musée est intervenue au dernier moment de la phase de production de l'exposition à Gatineau. Cette intervention visait à ajouter une vidéo sur Étoile du matin dans le foyer même de l’exposition. Le rapport souligne que cette intervention a de fait bouleversé la charge de travail de l'équipe du musée29. Ces événements permettent de souligner que la mise en valeur de la murale semble donc à cette époque demeurer une préoccupation de la direction du MCC.

  • 30 [s.d.], Ottawa citizen, 27 janvier 1994. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.
  • 31 Gilles Pothier, « The 50 most frequently asked questions at the CMC », Host, SFM, CMC, May 1995, p. (...)

12Cela dit, on constate que les efforts consacrés à faire connaitre l’œuvre au public entre 1993 et 1994 ne furent pas vains. En effet, dès 1994, une journaliste note que Étoile du matin « […] is already a tourist attraction »30. L’année suivante, une étude réalisée par Gilles Pothier pour le MCC révèle que, parmi les 50 questions les plus posées au sein du musée, trois concernent la murale de Janvier, c’est-à-dire : « Who made the painting up there (Morning Star)? – How long did it take to complete? – What does “Morning star“ mean? What does it represent? »31. Étoile du matin intéresse le public qui y afflue. Plus encore, ce dernier se penche sur la provenance, mais également, la signification de l'œuvre.

  • 32 Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniv (...)
  • 33 Musée canadien des civilisations. Étoile du matin – Gambeh Then’, op. cit..

13Bien que depuis 1995 les archives demeurent muettes sur Étoile du matin, l’œuvre continue d'être mise en valeur par le MCC32. Ce dernier offre en effet un atelier de création « Étoile du matin » durant la relâche scolaire et plusieurs rubriques de son site Web lui sont consacrées. On retrouve en particulier des informations relatives à Étoile du matin dans l’exposition virtuelle intitulée La Salle des Trésors et sur la page présentant la Grande Galerie. Pour marquer le 20e anniversaire de Étoile du matin, une seconde contribution des donateurs Ralph et Roz Halbert a permis de financer des projets de revalorisation de l’œuvre33. Le musée a notamment entrepris des travaux de restauration sur la murale et a créé un site Web qui lui est entièrement dédié. Celui-ci est également disponible par une application mobile. Enfin, sous le dôme, le musée a aménagé un espace de repos afin que les visiteurs puissent contempler la murale tout en se relaxant. Au fil des ans, le Musée canadien des civilisations a ainsi réuni un ensemble de conditions pour qu'Étoile du matin rayonne sur tous les plans.

Étoile du matin sous le regard du Musée canadien des civilisations

  • 34 Mark O’Neill, président-directeur général de la Société du Musée canadien des civilisations dans Mu (...)

14Dans le cadre des célébrations du 20e anniversaire, Mark O’Neill, le président-directeur général de la Société du Musée canadien des civilisations, écrivait : « L’anniversaire d’Étoile du matin […] mérite d’être souligné en raison de l’importance culturelle et artistique de ce chef-d’œuvre et aussi de sa grande beauté »34. Le discours du musée met en avant une série de valeurs incarnées par ses dimensions esthétique, architectural, historique et symbolique.

La valeur artistique

  • 35 Lee-Ann Martin dans Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin, une « œuvre importante dan (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin », Salle des trésors, op. cit..
  • 38 Note de service de Lee-Ann Martin adressée à Sandy Lorimer, 2000-I0016, boîte I-508 f.8, 25 juin 19 (...)

15Assemblée, voire produite, par le personnel du musée, la documentation d’Étoile du matin évoque largement les qualités esthétiques de l’œuvre depuis son arrivée au musée. Lee-Ann Martin affirme en effet qu’Étoile du matin est l’une « des œuvres les plus importantes dans l’histoire de l’art autochtone au Canada »35. Du point de vue technique, la conception du tableau était très complexe en raison de la forme concave du dôme.36 L’apparence de l’ensemble devait se concevoir en fonction de ce que les gens voyaient 27 mètres plus bas. De plus, Janvier est un artistique qui a gagné en notoriété dans les dernières décennies. De nos jours, ses œuvres ont acquis une valeur estimable sur le marché, selon le MCC : « [les] tableaux de Janvier sont très recherchés par les collectionneurs d’art et ont fait partie de nombreuses expositions d’art autochtone »37. À ce titre, Martin remarque que, depuis les années 1990, Janvier jouit d’une reconnaissance qu’il n’avait pas auparavant, autant au Canada qu’aux États-Unis38.

La valeur architecturale

  • 39 Frank Corcoran et Victor Rabinovitch. Trésors du Musée canadien des civilisations et du Musée canad (...)
  • 40 Ibid., p.16.
  • 41 Kate Taylor, [s.d.], Globe and Mail (Toronto), 15 octobre 1993. Fonds d’archives du Musée canadien (...)
  • 42 Vodden et Dyck, op.cit., 92 ; Corcoran et Rabinovitch, op.cit., p. 16.

16L’emplacement même de la murale a un impact majeur dans la visibilité et la reconnaissance de l’œuvre par le Musée et le public : la Grande Galerie est l’endroit le plus apprécié par les visiteurs du Musée39. De plus, comme l’œuvre fait partie intrinsèque de l’architecture, elle se combine à d’autres éléments qui font de l’architecture du Musée une exposition permanente en soi40. À ce titre, elle est reconnue ainsi : « […] Janvier’s work is highly successful piece of interior design that complements a spectacular piece of architecture ; once again, it is the museum’s building rather than its ragtag programming that gives delight »41.Dans ses publications, le MCC traite généralement de Étoile du matin comme un élément d’architecture, plutôt qu’un objet faisant partie de ses collections, architecture qui demeure une œuvre spectaculaire en soi et qui constitue un emblème culturel au Canada42.

La valeur historique

  • 43 « Étoile du matin, une « œuvre importante dans l’histoire de l’art canadien », affirme la conservat (...)
  • 44 Uzel, op.cit., pp. 190-193.
  • 45 Musée canadien des civilisations, « Étoile du matin », Salle des trésors, op. cit.

17Étoile du matin s’inscrit dans une période historique importante du point de vue de l’art canadien, mais également des musées. D’une part, les différentes expositions virtuelles sur Étoile du matin produites par le MCC indique que Étoile du matin fut créée à un moment très significatif dans l’histoire de l’art autochtone et dans les relations entre autochtones et non-autochtones, soit au moment de nombreuses célébrations, dont le 500e anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique43. L’année 1992 est également marquée par d’autres célébrations, comme celles dédiées aux 125 ans de la Confédération canadienne et aux 350 ans de Montréal. Au Québec, de manière plus générale, la crise d’Oka a révélé la nécessité d’instaurer un dialogue entre les Amérindiens et le reste du Québec44. Les années 1980 et 1990 marquent une nouvelle affirmation politique des Autochtones au pays sur des questions principalement territoriales et environnementales. Cette période est donc particulièrement prolifique au niveau de l’art autochtone qui est notamment caractérisé par son aspect très engagé, à l’instar d’Étoile du matin. Alex Janvier est l’un de ces « chefs de file de cet éveil politique »45. L’œuvre de Janvier témoigne cette période récente dans l’histoire du Canada.

  • 46 Halpin, Marjorie M. et Michael M. Ames. « Musées et « Premières Nations » au Canada ». Ethnologie f (...)
  • 47 Loft, Steven. « Réflexions sur vingt ans d'art autochtone ». Les Cahiers de la Fondation Trudeau, I (...)

18Dans le domaine muséal, cette affirmation politique est manifeste notamment à travers le boycott de l’exposition The Spirit Sings au Glenbow Museum à Calgary par les Cris du Lac Lubicon en 1988. Dans les années 1980 et 1990, les musées se trouvent au cœur d’une revendication des Autochtones désirant avoir voix au chapitre de l’interprétation du patrimoine.46 Au Musée canadien des civilisations, les conservateurs autochtones Gerald McMaster et de Lee-Ann Martin réalisent en 1992 l’exposition Indigena : Perspectives des peuples autochtones sur les cinq cents ans. En faisant référence à cette exposition, Lee-Ann Martin soutient que, durant cette période au début des années 1990, les conservateurs voulaient aborder la question du colonialisme, voire même, après un certain recul, « choquer les visiteurs du musée dans l’espoir de les affranchir de leur complaisance et de leur ignorance concernant l’histoire autochtone »47. L’acquisition d’Étoile du matin survient donc dans un contexte historique particulier.

La valeur symbolique

19L’œuvre possède également une importance symbolique au regard de l’institution qui l’héberge. Les mots de l’architecte du musée sur l’œuvre sur le site Web consacré à Étoile du matin en témoignent :

  • 48 Douglas Cardinal, « Étoile du matin, « symbole de la collaboration », déclare l’architecte », op.ci (...)

[L'œuvre d'Alex Janvier] a des symboles très forts, les quatre directions et les quatre couleurs, qui symbolisent le rassemblement de personnes de toutes les races, toutes les croyances, toutes les nationalités, qui collaborent en paix et en harmonie. Donc, c’est un symbole qui représente vraiment ce que tous les Canadiens désirent, le rassemblement et la collaboration pour créer une grande nation48.

  • 49 David Dean and Peter E. Rider, « Museums, Nation and Political History in the Australian National M (...)
  • 50 Piché, Claude. La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées, op. cit., (...)

20Ainsi, l’idée centrale de l’œuvre est en concordance avec les valeurs promues par l’institution. Dans les années 1970, l’idée même de créer le nouveau musée qu’est devenu le MCC visait entre autres à revoir les interprétations de l’histoire que proposait le Musée national de l’Homme49. Comme l’explique celui que l’on peut considérer comme le « père » du Musée canadien des civilisations, l’ethnologue George F. MacDonald, le Musée cherche entre autres à « encourager les Canadiens à être fiers de leur culture, [à faire] connaître au monde l’originalité du Canada et [à montrer] comment les peuples de diverses cultures ont façonné le pays et ont été façonnés par lui »50. En abordant les thèmes du processus colonial, mais également de la cohabitation actuelle des différentes nations au Canada, Étoile du matin est une œuvre qui s’inscrit de manière tout à fait pertinente dans un processus de réconciliation entre les Autochtones et la majorité euro-canadienne.

Quelle place pour une œuvre d’art au Musée canadien des civilisations ?

  • 51 Le concept de musée de société s’est développé en France à partir des années 1980 pour désigner les (...)
  • 52 Mazé, Camille dans Métamorphoses des musées de société, op. cit..

21Étoile du matin revêt une importance certaine au regard du Musée canadien des civilisations, notamment du point de vue artistique. Or, il peut être intéressant dans le cadre de cette réflexion de se pencher sur la nature d’Étoile du matin, une œuvre d’art, et de sa place dans un musée d’histoire et d’ethnographie qu’est le Musée canadien des civilisations. Comme la mission du Musée canadien des civilisations est davantage orientée vers l’histoire plutôt que l’art, on peut se questionner à savoir si une œuvre d’art mise de l’avant par le musée pour sa valeur artistique peut avoir le statut d’objet phare dans ce type de musée. En d’autres termes, est-ce qu’un objet phare doit nécessairement représenter le type de collection que le musée a pour principal mandat de collectionner ? Deux éléments importants sont à considérer pour bien répondre à ces questions. D’abord, on pourrait avoir comme hypothèse que le musée a mis de l’avant sa collection d’art afin de faire connaître et contribuer à la notoriété de l’art autochtone contemporain aux yeux du public. Par conséquent, le musée jouerait un rôle d’intermédiaire qui n’était pas assez pleinement assumé par les musées et les galeries d’art au début des années 1990. Suivant cette logique, cela remettrait en doute la légitimité de la présence à long terme des collections d’art au sein du Musée canadien des civilisations. Cela étant dit, comme le remarque Camille Mazé, maître de conférence à l’Université de Bretagne Occidentale, l’art bénéficie aujourd’hui d’une place grandissante dans les musées de société51, comme le Musée des civilisations. Il permet notamment de poser un nouveau regard sur des collections, ou encore, d’exprimer un commentaire sur l’histoire. En ce sens, remarque l’auteure, « […] les frontières entre les types de musées, clairement identifiées par le passé, sont de plus en plus poreuses »52. Sur ce plan, dès lors, la présence d’Étoile du matin au sein des objets icônes du musée semble tout à fait légitime.

Étoile du matin, une œuvre phare du Musée canadien des civilisations

22Après 20 ans d'existence, le Musée canadien des civilisations a été marqué par l'inscription d'Étoile du matin entre ses murs. Aujourd'hui, touristes et Canadiens sont nombreux à déambuler dans la Grande Galerie contempler le tableau qui la surplombe. De cet intérêt populaire, l'œuvre figure sans contredit à titre d'œuvre phare au sein du Musée canadien des civilisations. À travers l’histoire de Étoile du matin au MCC, il semble que l’œuvre bénéficie depuis sa création d’un traitement particulier afin de promouvoir, d’une part, l’art autochtone contemporain et, d’autre part, le message véhiculé par l’œuvre. Certes, cela est tout de même dû à une certaine conjoncture : on peut se questionner à savoir si l’absence de dons aurait entraîné un aussi grand effort de la part du Musée afin de la mettre en valeur. Toutefois, un ensemble d'événements a fait en sorte que, au fil des ans, les visiteurs du Musée canadien des civilisations l'ont reconnu comme une partie intégrante et un symbole de l'institution canadienne. Avec la nouvelle mission du musée et la tangente disciplinaire qu’il a entrepris, il reste à voir quelle lecture de cette œuvre proposera le nouveau Musée canadien de l’histoire dans le futur.

Haut de page

Bibliographie

Chapitres et ouvrages de référence

J. R. Acland, Artistes des Premières Nations au Canada : un guide biographique/bibliographique 1960-1999, Montréal, Institut de recherche en art canadien Gail et Stephen A. Jarislowsky, 2001.

F. Corcoran, et V. Rabinovitch, Trésors du Musée canadien des civilisations et du Musée canadien de la guerre, Gatineau, Société du Musée canadien des civilisations, 2011.

L.-A. Martin, et R. Houle, The Art Of Alex Janvier : His First Thirty Years, 1960-1990, Thunder Bay, Thunder Bay Art Gallery, 1993.

C. Mazé, « Le musée comme lieu de savoirs », dans Denis Chevalier (dir.), Métamorphoses des musées de société, Paris, Documentation Française, 2013.

C. Piché, La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées, Québec, Septentrion, (2012).

J.-F. Uzel, « L’art contemporain autochtone, point aveugle de la modernité », dans Guy Bellavance, Monde et réseaux de l’art : Diffusion, migration et cosmopolitisme en art contemporain, Montréal, Liber, 2000, pp. 189-203.

C. Vodden, et I. Dyck, Un monde en soi : 150 ans d’histoire du musée canadien des civilisations, Gatineau, Société du Musée canadien des civilisations, 2006.

A. Watremez, « Des approches renouvelées des sociétés et des cultures. Trente ans d’expérimentation pour les musées de société », dans Denis Chevallier (dir.), Métamorphoses des musées de société, Paris, Documentation Française, 2013, pp. 21-34.

Articles

D. Dean, et P. E. Rider, « Museums, Nation and Political History in the Australian National Museum and the Canadian Museum of Civilization », Museum and society, 3 (1), 2005, pp. 35-50.

M. M. Halpin, et M. M. Ames, « Musées et « Premières Nations » au Canada », Ethnologie française, 29 (3), 1999, pp. 431-436.

S. Loft, « Réflexions sur vingt ans d'art autochtone », Les Cahiers de la Fondation Trudeau, IV (1), 2012, pp.14-39.

G. R. McMaster, « The Canadian Museum of Civilization : Indian and Inuit Art Gallery », Artscraft, 2 (1), 22-25, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations, 1990.

Articles de quotidiens (archives institutionnelles)

K. Taylor, Globe and Mail, 15 octobre 1993, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

N. Baele, Ottawa Citizen, september 13th, 1993, B.6-7, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

N. Baele, « Scaling New Heights », Ottawa Citizen, June 2nd, 1993, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

M. MacDonald, « Alex Janvier : A Canadian Michaelangelo ? », Today’s Senori, septembre 1993, p.IX, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

M. Lanthier, LeDroit , 13 septembre 1993, p.4, Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

Ottawa Citizen. (27 janvier 1994), Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

Documents officiels du Musée canadien des civilisations

Musée canadien de l’histoire. Le nouveau musée canadien de l'histoire. Récupéré le 10 septembre 2014 de http://www.museedelhistoire.ca/medias/nouvelles/le-nouveau-musee-canadien-de-lhistoire/

Musée canadien des civilisations. Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniversaire. Musée canadien des civilisations. Récupéré le 1er octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/medias/nouvelles/etoile-du-matin-brille-sur-le-web-a-loccasion-de-son-20e-anniversaire/

Musée canadien des civilisations. A stroke of genius, Communiqué de presse. Société du Musée canadien des civilisations (May 25, 1993).

Pothier, G. The 50 most frequently asked questions at the CMC, Host, SFM, CMC (May 1995).

Texte de loi

Loi sur les musées, L.C. 1990, ch. 3

Site Internet

Musée canadien de l’histoire. Histoire du Musée. Récupéré le 10 septembre 2014 de http://www.museedelhistoire.ca/a-propos-du-musee/a-propos-du-musee-2/histoire-du-musee/

Musée canadien des civilisations. Étoile du matin – Gambeh Then’. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/etoiledumatin/

Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin ». Salle des trésors. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/tresors/treasure/283fra.shtml

Musée canadien des civilisations. La mission. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/a-propos-du-musee/la-societe/a-propos-de-la-societe/a-propos-de-la-societe-du-musee-canadien-des-civilisations/

Musée canadien des civilisations. Lee-Ann Martin. Récupéré le 3 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/recherche-et-collections/personnel-de-recherche/lee-ann-martin/

Musée canadien des civilisations. « Relâche scolaire au Musée », Société des Musées canadiens des civilisations. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://www.civilisations.ca/event/relache-scolaire-au-musee/

Patrimoine canadien. La Loi sur le Musée canadien de l'histoire reçoit la sanction royale. Récupéré le 19 juin 2014 de http://www.pch.gc.ca/fra/1386941431221

Université d'Ottawa. Lee-Ann Martin. Récupéré le 3 octobre 2013 de http://www.artsvisuels.uottawa.ca/professeurs/martin.html

Haut de page

Notes

1 Entre le moment de la rédaction de l'article et celui de sa publication, le Musée canadien des civilisations a changé de nom pour le Musée canadien de l'Histoire. Les changements de nom et de mandat de la Société du Musée canadien des civilisations ont été réalisés sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper. Le projet de loi C-7 modifiant la Loi sur les musées est entré en vigueur en décembre 2013 après avoir reçu la sanction royale. Dans Patrimoine canadien. La Loi sur le Musée canadien de l'histoire reçoit la sanction royale. Récupéré le 19 juin 2014 de http://www.pch.gc.ca/fra/1386941431221

2 Musée canadien des civilisations. Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniversaire. Musée canadien des civilisations. Récupéré le 1er octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/medias/nouvelles/etoile-du-matin-brille-sur-le-web-a-loccasion-de-son-20e-anniversaire/

3 Le MCC collectionne des objets en fonction de sa mission, c’est-à-dire « […] à valeur historique ou culturelle principalement axée sur le Canada […] » dans Loi sur les musées, L.C. 1990, ch. 3, art. 8 ; Musée canadien des civilisations. La mission. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/a-propos-du-musee/la-societe/a-propos-de-la-societe/a-propos-de-la-societe-du-musee-canadien-des-civilisations/

4 Les archives écrites autour de l’œuvre se composent essentiellement de rapports de restauration, de notes de service au sujet des activités et expositions, d’articles de presse et de revues que les conservateurs ont accumulées. Les archives audiovisuelles, quant à elles, retracent le processus de création de l’œuvre et du lancement de l’exposition. Dans le cadre de ce travail, les archives suivantes ont été consultées : le dossier d’acquisition de la murale (Acq. Ethno : 94-015, VI-D-276), le fonds Lee-Ann Martin (2004-I0030, boîte I-605), les archives Travelling exhibitions. Temporary exhibitions. (2000-I0016, boîte I-508), ainsi que les archives audiovisuelles V94-1059, V2012-0065, V93-0802, V93-0803 et V94-0972. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

5 Lee-Ann Martin est une spécialiste de l’art autochtone contemporain et concentre présentement ses recherches sur l’œuvre d’Alex Janvier. Elle a occasionnellement travaillé au Musée canadien des civilisations avant 2004, avant d’obtenir sa permanence. Elle a notamment co-réalisé l’exposition Indigena : Perspectives autochtones sur les cinq cents ans au Musée canadien des civilisations, dans : Université d'Ottawa. Lee-Ann Martin. Récupéré le 3 octobre 2013 de http://www.artsvisuels.uottawa.ca/professeurs/martin.html; Musée canadien des civilisations. Lee-Ann Martin. Récupéré le 3 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/recherche-et-collections/personnel-de-recherche/lee-ann-martin/

6 Lee-Ann Martin and Robert Houle. The Art Of Alex Janvier : His First Thirty Years, 1960-1990. (Thunder Bay : Thunder Bay Art Gallery, 1993), p. 7.

7 Joan R. Acland. Artistes des Premières Nations au Canada : un guide biographique/bibliographique 1960-1999. (Montréal : Institut de recherche en art canadien Gail et Stephen A. Jarislowsky, 2001), p. 148.

8 Musée canadien des civilisations. Annual General Meeting Tape 51 – Alex Janvier Studio Interview 2 [moving images]. [cassette vidéo]. V93-0803, 26 août 1993. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

9 Alex Janvier. Étoile du matin, sa « meilleure œuvre », selon l’artiste dans Musée canadien des civilisations. Étoile du matin – Gambeh Then’. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/etoiledumatin/

10 Musée canadien des civilisations, « Étoile du matin », Salle des trésors. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/tresors/treasure/283fra.shtml

11 Ibid.

12 Alex Janvier, « L’artiste explique le titre Étoile du matin », op. cit..

13 Nancy Baele, « Scaling New Heights », Ottawa Citizen (June 2nd, 1993), B6. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

14 Douglas Cardinal. « L’architecte parle de la signification du site où l’œuvre est présentée » dans Musée canadien des civilisations, Étoile du matin – Gambeh Then’, op. cit.

15 Le Musée canadien de civilisations, aujourd’hui appelé le Musée canadien de l’histoire, a une longue histoire qui se tire ses origines de la Commission géologique du Canada fondée au milieu du 19e siècle. Comme son nom l’indique, la Commission se consacrait d’abord à l’étude du territoire, mais les géologues de l’organisation ont également collecté des objets appartenant aux Autochtones présents sur le territoire canadien. En 1910, la Commission ouvre un premier musée à Ottawa. Alors que les travaux d’anthropologues tels qu’Edward Sapir continuent de développer les collections ethnographiques du musée, l’institution change de nom pour le Musée national du Canada en 1927. Les collections de sciences naturelles et ethnographiques sont par la suite divisées, mais cette division disciplinaire ne devient officielle qu’au moment où les musées nationaux de l’homme et des sciences naturelles sont fondés en 1968 pour recevoir chacune de ces collections. Piché, Claude. La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées. Québec : Septentrion, 2012, p. 346.

16 Piché, Claude. La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées. Op. cit.

17 Gerald R. McMaster, « The Canadian Museum of Civilization : Indian and Inuit Art Gallery ». Artscraft, 2, no 1 (Spring 1990) : 23. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

18 Ibid.

19 Jean-François Uzel, « L’art contemporain autochtone, point aveugle de la modernité », dans Gui Bellavance (dir.), Monde et réseaux de l’art : Diffusion, migration et cosmopolitisme en art contemporain, Montréal : Liber, 2000, p. 190.

20 Christy Vodden et Ian Dyck. Un monde en soi : 150 ans d’histoire du musée canadien des civilisations. Gatineau, Société du Musée canadien des civilisations, 2006, p. 81.

21 Musée canadien des civilisations, « A stroke of genius », Communiqué de presse. Société du Musée canadien des civilisations (May 25, 1993), 1. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

22 Baele, op.cit., B6. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

23 Dans les archives, on a notamment collecté les articles « Scaling New Heights » dans Ibid. et « Alex Janvier : A Canadian Michaelangelo ? » dans Mildred MacDonald, Today’s Senori (septembre 1993), IX. ; Musée canadien des civilisations, « A stroke of genius », communiqué de presse. Société du Musée canadien des civilisations (May 25, 1993), 4. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

24 Il est à noter qu’Étoile du matin se trouve encore sur les affiches de la boutique afin de promouvoir le Musée.

25 Allocution de Peter Herndorf dans Musée canadien des civilisations. Open House 1993 : Tape 2 [moving images]. V94-1059, 12 septembre 1993. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

26 Baele indique par exemple que « The inauguration of Alex Janvier’s painting, Morning Star, was the highlight of the Museum’s second annual open house. » dans le Ottawa Citizen (Ottawa), september 13th, 1993, B6-7. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

27 Manon Lanthier, LeDroit (Ottawa), 13 septembre 1993, p. 4. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

28 Note de service de Lee-Ann Martin adressée à Sandy Lorimer, 2000-I0016, boîte I-508 f.8, 25 juin 1993. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

29 Danièle Goulet. Rapport Post-mortem du 16 février 1994. « L’Art d’Alex Janvier : les trente premières années (1960-1990) – The art of Alex Janvier : The First Thrity Years (1960-1990) », 4 mars 1994, 3. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

30 [s.d.], Ottawa citizen, 27 janvier 1994. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

31 Gilles Pothier, « The 50 most frequently asked questions at the CMC », Host, SFM, CMC, May 1995, p. 12. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

32 Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniversaire », Musée canadien des civilisations. Récupéré le 1er octobre 2013 de http://www.civilisations.ca/medias/nouvelles/etoile-du-matin-brille-sur-le-web-a-loccasion-de-son-20e-anniversaire/ ; Musée canadien des civilisations. Étoile du matin – Gambeh Then’, op. cit.. ; Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin », Salle des trésors, op. cit.., ; Musée canadien des civilisations. « Relâche scolaire au Musée », Société des Musées canadiens des civilisations. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://www.civilisations.ca/event/relache-scolaire-au-musee/

33 Musée canadien des civilisations. Étoile du matin – Gambeh Then’, op. cit..

34 Mark O’Neill, président-directeur général de la Société du Musée canadien des civilisations dans Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin brille sur le Web à l’occasion de son 20e anniversaire », op. cit..

35 Lee-Ann Martin dans Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin, une « œuvre importante dans l’histoire de l’art canadien », affirme la conservatrice », Étoile du matin – Gambeh Then’, op. cit..

36 Ibid.

37 Musée canadien des civilisations. « Étoile du matin », Salle des trésors, op. cit..

38 Note de service de Lee-Ann Martin adressée à Sandy Lorimer, 2000-I0016, boîte I-508 f.8, 25 juin 1993. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

39 Frank Corcoran et Victor Rabinovitch. Trésors du Musée canadien des civilisations et du Musée canadien de la guerre, Gatineau, Société du Musée canadien des civilisations, 2011, p. 17.

40 Ibid., p.16.

41 Kate Taylor, [s.d.], Globe and Mail (Toronto), 15 octobre 1993. Fonds d’archives du Musée canadien des civilisations.

42 Vodden et Dyck, op.cit., 92 ; Corcoran et Rabinovitch, op.cit., p. 16.

43 « Étoile du matin, une « œuvre importante dans l’histoire de l’art canadien », affirme la conservatrice », op. cit.

44 Uzel, op.cit., pp. 190-193.

45 Musée canadien des civilisations, « Étoile du matin », Salle des trésors, op. cit.

46 Halpin, Marjorie M. et Michael M. Ames. « Musées et « Premières Nations » au Canada ». Ethnologie française, 29, no. 3, p. 431

47 Loft, Steven. « Réflexions sur vingt ans d'art autochtone ». Les Cahiers de la Fondation Trudeau, IV, no.1, p. 25.

48 Douglas Cardinal, « Étoile du matin, « symbole de la collaboration », déclare l’architecte », op.cit..

49 David Dean and Peter E. Rider, « Museums, Nation and Political History in the Australian National Museum and the Canadian Museum of Civilization ». Museum and society, 3, no 1, mars 2005, p. 36.

50 Piché, Claude. La matière du passé : genèse, discours et professionnalisation des musées, op. cit., p. 348.

51 Le concept de musée de société s’est développé en France à partir des années 1980 pour désigner les musées traitant des cultures et des civilisations dans une optique identitaire. Témoignant de l’influence des sociétés entre elles et de la diversité culturelle, ces nouveaux musées ont adopté une approche interdisciplinaire pour traiter notamment des collections ethnographiques. Watremez, Anne. « Des approches renouvelées des sociétés et des cultures. Trente ans d’expérimentation pour les musées de société ». dans Denis Chevallier (dir.), Métamorphoses des musées de société, Paris : Documentation Française, 2013, p. 21, p. 26 ; Mazé, Camille. « Le musée comme lieu de savoirs ». ibid., p. 84.

52 Mazé, Camille dans Métamorphoses des musées de société, op. cit..

Haut de page

Table des illustrations

Titre Etoile du matin – Alex Janvier (détail)
Légende http://www.museedelhistoire.ca/​etoiledumatin/​
Crédits Musée de l’histoire du Canada
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2338/img-1.png
Fichier image/png, 8,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Hétu, « Étoile du matinGambeh Then’ au Musée canadien des civilisations : Récit d'une œuvre d’art et de son musée », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/2338

Haut de page

Auteur

Vanessa Hétu

Vanessa Hétu est candidate à la maîtrise en muséologie à l’Université de Montréal. Titulaire d’un baccalauréat intégré en Affaires publiques et relations internationales, elle détient une formation en histoire et en anthropologie à l’Université Laval. S'intéressant aux rapports entre les musées et leurs communautés, elle se penche notamment sur les approches d’inclusion et de justice sociale ainsi que sur l’application des théories féministes dans la pratique muséale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org