Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Toi Moko du musée des beaux-arts de Montréal

Violette Loget

Résumé

Cet essai se penche sur un objet phare éphémère, communicationnel, appuyant un discours officiel du musée. Le Toi Moko, archétype de l’objet muséal encombrant, dont la conservation est entachée de la domination occidentale et des pratiques racistes du XIXème siècle, est un double objet phare. D’abord pour la communauté maorie, qui en a fait l’emblème de la réappropriation de son histoire à travers la médiatisation internationale des demandes systématiques de leur rapatriement. Mais aussi pour le Musée des beaux-arts de Montréal, qui a fait de la cérémonie de restitution une vitrine de sa politique moderne prônant la transparence des dossiers sensibles touchant le musée. Cet essai s’attache à démontrer l’instrumentalisation communicationnelle d’un objet phare éphémère, tout en engageant une réflexion sur la nature intrinsèque définissant les objets phares.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 novembre 2012, la cérémonie de restitution du Toi Moko détenu dans les collections du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), dernière tête sacrée momifiée conservée par un musée canadien, a été l’occasion, pour la direction de l’institution muséale d’affirmer sa position sur le dossier sensible des demandes de rapatriement à l’ère post-coloniale.

  • 1 Inventaire # 1649.Pc.14.
  • 2 Précisons qu’en 1948 les membres de l’Art Association décident de renommer l’organisme Musée des Be (...)
  • 3 Le MBAM énonce que sa vocation est d’acquérir et de promouvoir les œuvres des artistes d’hier et d’ (...)
  • 4 Reprenant les recherches de Jean Davallon, Ivo Maroevic et Yves Bergeron, on peut définir les musea (...)
  • 5 Terence Barrow. An illustrated guide to Maori Art. (Nouvelle-Zélande, Methuen, 1984), p.11-25.
  • 6 Près de 500 têtes auraient été dispersées dans le monde selon Corinne Hershkovitch, Didier Rykner. (...)

2Le Toi Moko1, acheté en Août 1949 à la Berkeley Galleries à Londres, a été donné en 1949 par F. Cleveland Morgan, collectionneur d’antiquités et de curiosités, conservateur bénévole de la collection d’arts décoratifs entre 1916 et 19622 et membre du conseil d’administration du Musée de 1948 à 1957. Au premier abord, cet objet ne semble pas correspondre à la définition d’objet phare de l’institution. En effet il n’incarne pas de facto l’identité du musée, puisqu’il ne répond pas directement à sa mission principale, qui est d’exposer les beaux-arts3. De plus, l’artefact n’a quasiment jamais été accessible au public (mis à part un intervalle de deux ans, entre 1982 et 1984), il aura donc été entreposé dans les réserves pour la majeure partie de sa vie muséale. Cette pièce funéraire sacrée ne reprend pas les critères classiques d’un objet phare et fait l’objet de controverses, de par sa conservation par un musée d’art occidental et de par les significations ambivalentes rattachées à cet artefact encombrant. D’abord, son statut d’objet cérémoniel ethnographique le rend différent des musealias4 communément conservées par un musée d’art, même si le MBAM se défend de préserver une collection à valeur encyclopédique. Ensuite, le Toi Moko, tête sacrée momifiée célébrant un être cher ou la victoire sur un ennemi de guerre5, incarne la culture maorie tout en renvoyant aux erreurs du colonialisme, puisqu’il fait écho aux profanations et aux collectes massives entreprises par les colons et collectionneurs européens en Océanie entre le XVIIIe et le XIXe siècle6.

3Cet essai veut démontrer la construction d’un objet-phare éphémère, en analysant la valeur exemplaire dont le MBAM a paré le Toi Moko. Le temps d’une cérémonie, grâce à un discours consciencieusement instrumentalisé construit autour de l’évènement, et grâce à une gestion communicationnelle intelligemment menée par le service des relations publiques du MBAM et parfaitement reléguée par les médias, le musée montréalais s’est servi de l’artefact comme d’un médiateur illustrant la modernité de sa gestion des dossiers sensibles, avec altruisme et respect.

La charge du passé, le Toi Moko, objet muséal encombrant

  • 7 La description qui suit reprend les notes concernant l’état de conservation de l’objet conservé par (...)
  • 8 La fiche descriptive du MBAM détaille les tatouages faciaux : « lignes curvilinéaires parallèles al (...)
  • 9 La fiche descriptive mentionne la couleur claire des déchirures.

4Le Toi Moko, aliéné le 21 novembre 2012 par le MBAM, est daté du XIXe siècle et provient de la Polynésie7. La tête sacrée, d’une taille de 27 centimètres de haut, est momifiée et repose sur une couronne végétale tressée et cousue à même la peau. Le visage est tatoué de motifs circulaires caractéristiques de la tradition maorie8, et on relève des poils de moustache ainsi qu’une coiffure travaillée en demi-cercle concave de cheveux courts sur le front, s’allongeant à l’arrière. Le rapport de conservation s’attarde sur le pauvre état de préservation de la pièce : la peau a subi de nombreuses commotions, certains traumatismes semblent récents9, elle se décolle au niveau du crâne, alors que la joue droite ainsi que la peau du cou manquent. La bouche est cernée de deux rangées de trois incisions à intervalles réguliers, qui devaient vraisemblablement servir à maintenir les lèvres closes par un lien. Les paupières, rembourrées de fibres végétales, ont été cousues et le nez a été obturé par une résine brune.

  • 10 Reverend Richard Taylor, 1855: « this was done in order that great warriors might show the heads of (...)
  • 11 Laure Cadot. En chair et en os : le cadavre au musée : valeurs, statuts et enjeux de la conservatio (...)

5La pièce est représentative de l’art maori classique ancien. Chez les maoris la culture sacrée repose sur le Mana, une force spirituelle qui émane de chaque chose (individus, plantes, objets), et, chez l’individu, le siège du Mana est la tête, partie la plus sacrée du corps humain. Une des pratiques culturelles ancestrales maories est le Ta Moko, un art subjectif de marquage corporel s’effectuant au cours d’un rituel de passage pratiqué à la puberté. Lors du Ta Moko, l’artiste tatoueur représente visuellement la place du tatoué dans la société maorie en recourant à des motifs personnalisés incisés et colorés sur son corps, en fonction de son Mana, de sa position généalogique et de son affiliation tribale. Du Ta Moko au Toi Moko, il y a la mort. À son décès, l’individu est célébré selon son rang et son apport à la tribu. Deux circonstances mènent au rituel de préservation de la tête, le Toi Moko : la vénération d’un grand guerrier ou d’un être cher10. Les têtes sont momifiées, légèrement réduites par l’exposition au soleil et les orbites colmatés11. Elles sont conservées dans un endroit sacré le temps que l’âme des défunts soit honorée et quitte le corps, après quoi les têtes sont inhumées ou cachées à proximité des villages. Dans la culture maorie, tous les objets d’art, y compris les Toi Moko, ont une fonction symbolique et sont emprunts d’un esprit magique puissant, nécessitant le respect des rituels d’enterrement de manière à maintenir la stabilité du groupe social.

  • 12 Près de 500 têtes auraient été dispersées dans le monde selon Corinne Hershkovitch et Didier Rykner (...)
  • 13 Laure Cadot, Op. cit., p. 78.
  • 14 Laurent Berger, (2008). « Des restes humains, trop humains? », La vie des idées, p. 9.

6Mais le respect de cette croyance n’a pas été la priorité des colons européens, qui, dès leur arrivée en Nouvelle-Zélande au XVIIIe siècle, sont emprunts d’une curiosité macabre pour la pratique culturelle du Toi Moko. L’intérêt se diffusera en Europe et en Amérique du Nord par le biais du développement des cabinets de curiosité, des collections scientifiques et des musées d’anthropologie et de civilisation12. Les collectes prennent de l’ampleur au XIXe avec l’essor de la colonisation, le recul de la pensée catholique et l’utilisation des Toi Moko et autres pièces rituelles pour appuyer la recherche pseudo-scientifique évolutionniste (déterminisme, phrénologie, racialisme)13. Pour répondre à la demande, des tribus maories vont alors se mettre à fabriquer des têtes réduites d’ennemis ou d’esclaves, copiant volontairement les Toi Moko sacrés. Ces copies sont destinées au commerce avec les européens14. Les Toi Moko, authentiques et copies, se retrouvent dispersés dans différents musées occidentaux.

7À la fin du XXe siècle, le poids du passé fait de ces objets des pièces muséales encombrantes. La décolonisation, l’instauration de Conventions internationales de protection du patrimoine illégalement exporté, l’extension des droits de l’Homme et de la Femme au respect du corps humain mort, la mondialisation et les revendications identitaires des communautés offensées dans leurs pratiques et rites qui demandent réparation des exactions commises en font des objets au coeur de non-dits et de débats particulièrement sensibles. Leur conservation, par les musées d’États importateurs de biens culturels de pays colonisés, est alors entachée par la domination occidentale, les pratiques racistes révolues et le non-respect de l’intégrité du corps humain.

  • 15 Philippe Peletier, Magali Mélandri (2012). « Chronologie concernant les têtes tatouées et momifiées (...)
  • 16 L’exposition ouvre le 10 septembre 1984 au Met de New York, elle sera transportée au Saint Louis Mu (...)
  • 17 Le programme Karanga Aotearoa comprend le retour des restes squelettiques Koiwi et des têtes tatoué (...)
  • 18 Notons que le mouvement d’informatisation des réserves des collections à partir des années 1990 a g (...)
  • 19 Natacha Gagné (2010). Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France de (...)

8Dans les années 70, des mouvements autochtones maoris contestent publiquement la présence de restes de leurs ancêtres dans les musées. Ils obtiennent peu à peu leur retrait des vitrines d’exposition puis enclenchent des demandes de restitution. À l’échelle de la Nouvelle-Zélande, l’affirmation de la culture maorie comme outil de revendication politique s’amorce en 1970 avec la redécouverte de l’art du tatouage (Ta Moko) par les jeunes maoris en milieu urbain dans leur recherche de signe identitaire15. En 1984, c’est dans l’enceinte des musées que le mouvement de réappropriation du passé s’institutionnalise, avec l’exposition Te Maori. Créée en collaboration étroite entre le Metropolitan Museum de New-York et des membres de la communauté maorie, l’exposition voyagera pendant trois ans dans différentes villes des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande16. Le mouvement populaire se politise en 1980, lorsque le musée Te Papa de Wellington constitue une délégation en charge de solliciter les rapatriements. À partir de 2001, elle met en place un programme destiné à faire enterrer les restes humains détenus par les musées dans leurs communautés d’origine, de manière à réparer les offenses du passé et respecter la mémoire de leurs ancêtres17. Le musée est officiellement soutenu dans son action par le gouvernement par un mandat en 2003. Porte-parole des tribus maories sur la scène internationale, le Musée Te Papa se fait représentant du droit à l’autodétermination des maoris à travers sa politique de réclamation systématique, dès la prise de connaissance de leur présence dans les musées internationaux, sans réclamation préalable par une tribu18. Depuis 1992, le musée comptabilise 190 restes rapatriés depuis 14 pays19. La médiatisation internationale de ces restitutions a pour effet une prise de conscience mondiale des vexations d’un peuple dont la culture et les morts ne sont pas respectés. Les Toi Moko éparpillés dans le monde entier deviennent les instruments d’une politique revendiquant la reconnaissance et le respect du droit de contrôle de la communauté maorie sur sa culture et son destin collectif. Symboles de la lutte d’un peuple pour sa souveraineté culturelle, les demandes de restitution des Toi Moko obligent les pays importateurs et les musées occidentaux à repenser leurs rapports au peuple maori.

Objet phare identitaire, le Toi Moko au service de la revendication du droit à l’autodétermination culturelle maorie

  • 20 Sylvie Poirier (2004). La dépolitisation de la culture?, Anthropologie et Sociétés, volume 28, numé (...)
  • 21 Entre autres, en 1990, la Taonga Maori conférence sur le rapatriement des Toi Moko, et en 1992 la c (...)
  • 22 Comme l’énonce Laurent Berger (2008). Op.cit., p. 6.

9La mentalité internationale face aux demandes de rapatriement va changer. Comme l’explique Sylvie Poirier20, pour affirmer sa singularité, la culture traditionnelle, condamnée à l’époque coloniale comme frein au développement social, devient un symbole du droit à l’existence dans la différence : la culture se fait à la fois outil politique, objet de revendication identitaire et appui au discours de reconnaissance de la singularité des peuples. Des représentants (chefs, chercheurs, politiciens, muséologues) vont s’efforcer de théoriser les moyens entre les mains des autorités tribales pour retrouver contrôle et autodétermination sur le patrimoine maori et les restes humains : conférences et séminaires se multiplient dans les années 9021. Le mouvement politique maori conteste publiquement la présence des restes de leurs ancêtres dans les musées, la muséographie occidentale qui encadre maladroitement leur patrimoine et leur non-implication dans le processus muséal. Il doit être entendu dans un contexte plus global de réclamation de la reconnaissance d’une forme de souveraineté du peuple autochtone sur sa culture : un droit au contrôle sur son destin collectif, un droit à l’autodétermination et à la libre-identification des générations futures aux objets rapatriés22.

  • 23 Joel Best, cité par Tiffany Jenkins. Contesting human remains in museum collections: the crisis of (...)
  • 24 Jane Legget l’énonce clairement dans le rapport d’État à l’attention des Musées britanniques « Try (...)

10L’analyse du discours des activistes en faveur de l’autodétermination culturelle des peuples colonisés par le sociologue Joel Best23, met en avant ce que nous identifierons comme trois catégories d’arguments. D’abord, la nécessité d’une réparation des dommages et abus, puisque la patrimonialisation des objets funéraires et des restes humains est ressentie comme de l’irrespect et comme une négation envers la culture des maoris ; les communautés, offensées dans leurs pratiques et rites, réclament alors réparation des exactions commises. Ensuite, la possibilité d’une thérapie, puisque le retour des restes humains permettra une réappropriation du patrimoine communautaire, la guérison des blessures ainsi que la possibilité d’enterrement dans le respect des traditions et de la dignité du corps humain. Finalement, la nécessité de la reconnaissance de l’implication des musées dans les versants obscures du colonialisme, puisque les expositions non-respectueuses des biens et coutumes traditionnelles s’inscriraient dans les suites du colonialisme. De plus, il est nécessaire que les anciens musées coloniaux fassent face à leur implication dans le colonialisme pour changer leur approche parfois peu respectueuse des objets rituels et devenir des lieux dépositaires de patrimoines vivants. Les musées, dans leur prise en charge des dépouilles doivent s’autoréguler, et, en cas de réclamation externe, ils sont libres de négocier l’entente à leur guise, au cas par cas, de manière à trouver un juste équilibre entre respect de la dignité de l’individu, exploitation scientifique raisonnée et volonté de se départir du sentiment de culpabilité historique24.

  • 25 On peut définir le sémiophore comme un objet naturel ou artificiel symbolique maintenu hors du temp (...)
  • 26 Élise Dubuc, Laurier Turgeon, « Musées et Premières Nations : la trace du passé, l’empreinte du fut (...)
  • 27 Les instances supranationales vont reconnaitre des droits fondamentaux de restitution et de reposse (...)
  • 28 Au Canada, c’est la Loi sur l’exportation et l’importation de 1990, modifiée en 2005. Elle interdit (...)
  • 29 On peut citer, entre autres : le Groupe de travail sur les nations premières en 1989, l’Internation (...)
  • 30 Par ordre chronologique :
  • 31 La Déclaration sur l’importance et la valeur des musées universels signée par une vingtaine des plu (...)
  • 32 Pour traiter au mieux les demandes de retour de restes et artefacts humains dans les communautés, l (...)

11La politique systématique de demande de rapatriement a permis de poser des questions éthiques et morales liées à la conservation de restes humains indigènes dans les musées. Leur patrimonialisation, par les puissances occidentales, avait ôté leur caractère humain et sacré, mais ces sémiophores25 sont avant tout des objets sensibles impliquant dignité et respect quant à leur usage. Les réclamations externes contraignent les musées occidentaux à questionner leur rôle de dépositaires des objets culturels et imposent un nouveau regard sur le Musée26, alors que les instances supranationales27, les États, par des lois en faveur des rapatriements28 ou des règles non contraignantes, ainsi que groupes de travail et comités d’éthique muséale29 se positionnent rapidement en accord avec les restitutions d’objets d’enterrement. L’étude de différents codes d’éthique30 nous montre un changement d’attitude des musées, à l’origine plutôt réfractaires aux demandes de rapatriement31. Il est conseillé aux musées de coopérer et d’impliquer les peuples autochtones dans le travail d’interprétation des objets, de respecter la dignité humaine, les traditions locales, les intérêts et les croyances des communautés dans l’exposition et l’entreposage des objets sensibles, et de traiter toutes les demandes dans une démarche impartiale, fondée sur des principes scientifiques, professionnels et humains avec tact et respect32.

  • 33 Avec les restes humains, on pense aux avancées technologiques comme la radiographie, ou les codes g (...)

12Il est impératif pour les musées de s’autoréguler de manière à atteindre un juste équilibre entre le respect de la dignité de l’individu et l’exploitation scientifique raisonnée d’artefacts parfois capables d’appuyer la recherche scientifique33, tout en surmontant le sentiment de culpabilité historique lié à l’appropriation illégitime d’objets sensibles. Les conservateurs de musées se doivent d’agir avec professionnalisme à leurs égards. Instrumentalisés à des fins de revendication d’autodétermination et de souveraineté culturelle, ils sont des outils politiques capables de modifier les pratiques traditionnelles muséales. Dorénavant, de plus en plus enclins à leur rapatriement, les musées occidentaux (comme le MBAM) profitent des retours pour mettre en avant la modernité de leur gestion conciliante, ouverte et proactive dans l’administration de leur patrimoine sensible. De nouveaux rapports, respectueux avec les communautés autochtones internationales apparaissent et illustrent le dépassement symbolique des tensions issues du colonialisme.

Le Toi Moko, objet phare institutionnel éphémère promouvant l’action civique pro-active du musée

  • 34 Trois fragments humains du Museum of Anthropology de l’Université de British Columbia ainsi que les (...)

13C’est dans ce contexte international et national que la demande de rapatriement du Toi Moko du MBAM est formulée par la délégation du Musée Te Papa de Wellington. Nous ne disposons pas de date précise quant à la réception de la demande formelle. Cependant, il est courant que les groupes activistes fassent des réclamations simultanées à l’ensemble des musées dépositaires de restes humains à l’échelle nationale. Or, quatre autres Toi Moko ont été restitués en 200834 par les provinces de Colombie Britannique et d’Ontario.

  • 35 Thomas Bastien. (2012, 21 novembre). Le Toi Moko du Musée des beaux-arts de Montréal rejoint ses te (...)
  • 36 « Au cours des recherches que nous avons menées sur nos collections des cultures du monde pour réal (...)
  • 37 On déplore d’ailleurs que les médias ne poussent jamais leurs réflexions au-delà des marges du comm (...)
  • 38 Laurence, J.-C (2012, 22 novembre). La tête maori retourne chez elle. La Presse.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.
  • 41 P.C. (2012, 22 novembre). Metro, p.36.
  • 42 Paré, I. (2012, 22 novembre). Le débat éthique sur l’exposition des restes humains reste ouvert, Le (...)
  • 43 Espie-Bourseau, F. (2012, novembre-décembre). Des chants et des restes humains, Le Vieux-Montréal, (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Paré, I. Op.cit.
  • 47 Laurence, J.-C, Op.cit.
  • 48 Lebeuf, P. (2012, 21 novembre). Un musée perd la tête, radio nrj.ca.
  • 49 Paré, I. Op.cit.
  • 50 Mayoff, J. (2012, 21 novembre). Montreal Museum returns Maori head to New-Zeland, CBC News.
  • 51 Banerjee, S. (2012, 21 novembre). Canadian museum gives up mummified head, The Chronicle.
  • 52 Poulin, S. (2013, 10 octobre). E tù Ake : Màori debout Communiqué. Récupéré de www.mcq.org.

14Le choix de médiatiser la restitution du MBAM, non pas pour la valeur anthropologique ou esthétique de la tête momifiée, mais pour ses répercussions sociales et politiques, est l’occasion, en 2012, pour le musée de clarifier sa relation à un artefact encombrant. Le service de presse met l’accent sur la démarche constructive du musée - dans le dialogue et non le regret – grâce à cette tête sacrée, devenue le symbole de l’évolution des mœurs des conservateurs, de l’institution, de la province du Québec et de l’État canadien. Le communiqué de presse35 relatif au rapatriement du Toi Moko du MBAM, le 21 Novembre 2012, met en avant la prise de position résolument conciliante et moderne de la direction ; il cite la conservatrice en chef, Nathalie Bondil, qui s’exprime sur le rapatriement, « moralement la seule chose à faire » puisque le « corps humain n’est pas une propriété » ainsi que le vote à l’unanimité du conseil d’administration en faveur du retour des restes dans leur communauté d’origine36. Le service de la relation au public, structure son argumentaire en trois axes : la signification des Toi Moko dans la culture maorie, le rapatriement par le Musée Te Papa et l’exposition « E Tù Ake – Màori debout » présentée au Musée de la Civilisation de Québec du 21 Novembre 2012 (jour de la restitution du Toi Moko du MBAM) au 8 Septembre 2013. Un paragraphe supplémentaire, destiné aux journalistes, mentionne l’orientation modernisatrice de la direction ces dernières années, notamment grâce à l’inauguration du Pavillon Claire et Marc Bourgie pour l’art canadien et québécois. L’analyse de la couverture médiatique, reprenant les articles parus les 22 et 23 novembre 2012 dans les journaux papiers (8) et les médias en ligne (19) montre une très bonne gestion du contenu par le porte-parole du musée : le Toi Moko, objet phare éphémère permet de véhiculer les valeurs de l’institution. Le message clé de la transparence et de la modernité de gestion de la demande est parfaitement repris par l’ensemble des médias, qui ne s’écartent aucunement de l’argumentaire du communiqué37. L’ensemble des articles est structuré selon quatre étapes. D’abord, la description de l’objet en mentionnant parfois la donation au musée en 1949 et sa relégation rapide dans les réserves. Ensuite, une mise en perspective historique rapide rappelant l’emballement des colons pour les têtes maories au XIXe. Puis, est mentionné le travail de la délégation néo-zélandaise qui s’affaire aux restitutions des restes maoris à l’échelle internationale depuis 20 ans ; en précisant que 320 restes humains sont encore détenus par des musées au niveau international, ce qui permet aux journalistes - très rarement (à deux reprises) - de préciser la situation du Canada par rapport au reste du Monde (on ne recense que deux comparaisons : les pays scandinaves précurseurs en matière de restitutions et les refus ou complications en France). Viennent ensuite la description de la cérémonie de restitution - centrale dans les articles - et l’attitude positive du MBAM dans sa gestion du dossier sensible. Les médias locaux et nationaux s’attardent sur la beauté et la spiritualité de la cérémonie (chants et danses rituels) qui a eue lieu au MBAM (les termes « soignée »38, « beauté des chants »39, « émotion »40, « traditionnelle »41, « dignité »42, « touchante »43, « grande spiritualité »44, « à l’image du peuple cherchant ses ancêtres »45, « dans le respect de la tradition maori »46 parsèment les articles). Le moment est énoncé comme exceptionnel, « digne d’une aventure de Tintin »47, le musée « perd la tête »48, « l’héritage honteux s’achève »49, « la mission (de la délégation) au Canada est finie »50, ce Toi Moko étant le dernier entreposé dans un musée canadien. Tous les articles de la presse écrite (généralement plus fournis) mentionnent l’interdiction de photographier le Toi Moko et sa présence dans une boîte opaque, le cachant respectueusement des regards de l’audience51. L’illustration la plus utilisée pour accompagner l’article est le nez à nez (Hongi) échangé par Nathalie Bondil, conservatrice en chef, et Rahin Papa, maître du rituel sacré, comme marque d’entente et de respect mutuel. Finalement, en rappelant sa participation et son soutien à l’exposition itinérante « E Tù Ake – Màori debout » conçue par le Musée Te Papa et présentée au Musée de la civilisation à Québec, le MBAM illustre l’attitude respectueuse, pacifique et tolérante des musées canadiens ayant mis fin à la conservation des restes humains sacrés en menant une gestion double, mêlant restitution et collaboration avec les Nations Premières. Cette exposition qui traite de la culture ancienne et contemporaine maorie est centrée sur la dignité du peuple et le concept d’autodétermination culturelle52. Depuis 2011, elle a été présentée à Wellington, Paris, Mexico et Québec, affirmant ainsi la reprise de contrôle par la minorité néozélandaise de son histoire et permettant la mise en place de relations internationales entre les musées.

  • 53 Terme récurrent dans le rapport de Jane Legget, Op.cit.
  • 54 Natacha Gagné (2012). Op.cit.
  • 55 « Museums should drop their traditional claims to knowledge and truth and instead become spaces in (...)
  • 56 Élise Dubuc, Laurier Turgeon, Op. cit, p.7.
  • 57 Comme le mentionne Tiffany Jenkins, Op. cit, p.64.
  • 58 On trouve la notion de « plurivocalité » dans l’article d’Élise Dubuc et Laurier Turgeon, Op.cit.
  • 59 Rapport de l’Assembly of First Nations et de l’Association des Musées Canadiens. (1994). Tourner la (...)
  • 60 Ce tournant vers la transparence comprend aussi la politique de recherche (et sa médiatisation) sur (...)

15Les images et informations véhiculées par la presse sont fortes. La médiatisation, axée sur la modernité d’un musée pro-actif 53 dans sa gestion du patrimoine sensible et sa relation aux communautés autochtones, a été parfaitement intégrée par les médias. Pour conclure, il semble que davantage qu’un objet phare, c’est la cérémonie de restitution du Toi Moko qui est institutionnellement phare, puisqu’elle permet au MBAM de revendiquer le dépassement des conflits issus du colonialisme, de se présenter comme un lieu de débat et d’expression des revendications, un vecteur d’implication sociale des minorités dans la prise en charge de leurs histoires, un promoteur de la médiatisation des luttes légitimes, de la réappropriation de l’identité de la culture d’un peuple, et de la mise en place de relations internationales. En accueillant une cérémonie de rapatriement maorie, dont le rituel a beaucoup gardé de sa forme traditionnelle, en langue maorie sans traduction simultanée, ponctuée de chants et danses traditionnelles ainsi que du rituel du Hongi, et de la signature d’une entente de rapatriement, le musée concourt, à son échelle, à soutenir l’affirmation politique d’autodétermination culturelle des maoris54. En médiatisant la cérémonie de restitution du Toi Moko, le MBAM véhicule sa nouvelle politique de transparence dans les affaires sensibles liées aux restitutions et s’illustre comme un lieu de débats comme le conseillaient le sociologue Tony Bennett et de l’Association des Musées Canadiens (AMC). En effet, le premier recommande aux musées de mettre de côté leur monopole de transmission – unilatérale - du savoir pour devenir des lieux de débats55. Le musée, à l’ère post-coloniale56, se doit de définir et d’affirmer les identités et de reconnaître les besoins des indigènes à réinterpréter leur histoire57. Alors que l’AMC conseille aux institutions culturelles de développer des stratégies éthiques en travaillant de concert avec les peuples autochtones ; elle énonce trois moyens pour destituer le régime colonial dans le musée : l’implication des peuples dans l’interprétation58, leur meilleur accès aux collections et le rapatriement des restes et artefacts dans les communautés prouvant un lien direct avec les objets. L’AMC énonce encore qu’ « il n’est pas acceptable de retenir des restes humains aborigènes pour des périodes de temps prolongées contre le désir exprimé des Premières Nations »59. Le Toi Moko, objet phare par l’instrumentalisation médiatique qui l’entoure, illustre le tournant moderne constructeur du MBAM vers une gestion davantage transparente de ses dossiers sensibles60. Cette orientation engage le musée, au-delà de l’image et de la médiatisation, à être un lieu de débat sur la fonction sociale du musée au XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

La culture maorie

Musée Te Papa, Why were Toi Moko made? Récupéré le 10 octobre 2013 de www.tepapa.govt.nz/aboutus/repatriation.

P. Peletier, M. Mélandri, « Chronologie concernant les têtes tatouées et momifiées maori ou toi moko », Journal de la Société des Océanistes, Vol. 134, 2012, p. 28-30.

Les restes humains dans les musées

J. Berger, « Des restes humains, trop humains? », La vie des idées, 2008, récupéré le 5 décembre 2013 de http://www.laviedesidees.fr/Des-restes-humains-trop-humains.html

L. Cadot, En chair et en os : le cadavre au musée : valeurs, statuts et enjeux de la conservation des dépouilles humaines patrimonialisées. Paris, Mémoire de recherche de l’École du Louvre, 2009.

Jenkins, T. Contesting human remains in museum collections: the crisis of cultural authority. New-York : Routledge, 2011.

Les rapatriements

N. Gagné, « Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France des Toi Moko à la Nouvelle-Zélande en perspective » Journal de la Société des Océanistes, 2012, Vol. 134, p. 5-24.

C. Hershkovitch, D. Rykner, La restitution des œuvres d’art : solutions et impasses, Paris, Hazan, 2011.

T. Legget, Restitution and repatriation, guideline for good practice, Londres, Museums and Galleries Commission, 2000.

Musée Te Papa. Karanga Aotearoa Repatriation Programme. Récupéré le 10 octobre 2013 de www.tepapa.govt.nz.

Recommandations internationales et éthiques en matière de retour

P. Askerud, F. Cléments, La lutte contre le trafic illicite des biens culturels : guide pour la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO de 1970. Paris, Unesco, 1997.

Canada, Loi sur l’exportation et l’importation de biens culturels L.R.C., 1985, ch. C-51. Récupéré le 27 novembre 2013 de www.laws-lois.justice.gc.ca

G. Erasmus, et al., Tourner la page : forger de nouveaux partenariats entre les musées et les Premières Nations, Ottawa, AMC, 1992.

L. Prott, « Traffic Illicite », dans P. Boylan, dir. Comment gérer un musée, Manuel Pratique. Paris : Icom-Unesco, 2006, p. 197-205. Récupéré le 5 décembre 2013 de http://unesdoc.unesco.org

Institut Canadien de Conservation, Préserver le patrimoine autochtone : approches techniques et traditionnelles, 2007. Récupéré le 20 novembre 2013 de www.cci-icc.gc.ca/symposium/2007

Icom, Code déontologique pour les musées, Paris, 2006. Récupéré le 20 novembre 2013 de www.icom.museum.

T. Legget, Restitution and repatriation, guideline for good practice, Londres, Museums and Galleries Commission, 2000.

Musée canadien des civilisations, Politique sur le rapatriement. Ottawa, Musée canadien des civilisations, 2011. Récupéré le 20 novembre 2013 de www.civilisations.ca

Musée de la civilisation, Politique du musée de la civilisation à l’égard des peuples autochtones, Québec, Musée de la Civilisation, 2012. Récupéré le 20 novembre 2013 de www.mcq.org

Organisation Internationale du Travail, Les droits des peuples autochtones et tribaux dans la pratique – un guide sur la Convention 169 de l’OIT, 2009. Récupéré le 20 novembre 2013 de www.ilo.org

Unesco, Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, La Haye, Unesco, 1954. Récupéré le 27 novembre 2013 de www.unesco.org

Unesco, Convention concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicite des biens culturels. La Haye : Unesco, 1970. Récupéré le 27 novembre 2013 de www.unesco.org

Unesco, Recommandation concernant les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’exportation, l’importation et le transfert de propriété illicite des biens culturels, La Haye, Unesco, 1964. Récupéré le 27 novembre 2013 de www.unesco.org

Unidroit, Convention sur les biens culturels volés ou illicitement exportés, 1995. Récupéré le 27 novembre 2013 de www.unidroit.org

Objets phare

Publications

S. Poirier, « La dépolitisation de la culture? Réflexions sur un concept pluriel », Anthropologie et Sociétés, 2004, Vol. 28, n°1, 9-13.

E. Dubuc, , L. Turgeon, « Musées et Premières Nations : la trace du passé, l’empreinte du futur », Anthropologie et Sociétés, 2004, Vol 28, n°2, p. 7-18.

Communiqués de presse

Bastien, T., Le Toi Moko du Musée des Beaux-Arts de Montréal rejoint ses terres ancestrales au Musée Te Papa Tongarewa de Nouvelle-Zélande, MBAM. 2013, 21 novembre. Récupéré le 10 octobre 2013 de https://www.mbam.qc.ca/bibliotheque/media/Communique-ToiMoko-MBAM.pdf

Poulin, S., E tù Ake : Màori debout, Musée de la civilisation. 2013, 10 octobre. Récupéré le 10 octobre de www.mcq.org

Presse écrite

J.-P. Angers, « Don, Restitution et Acquisition de trois tableaux au MBAM », Huffington Post, Québec, 23 Avril 2013.

S. Benerjee, « Museum gives up mummified head », Huffington Post, Québec, 21 novembre 2012.

F. Espie-Bourseau « Des chants et des restes humains », Le Vieux Montréal, Montréal, vol.9, n°6 novembre – décembre 2012, p. 7.

J.-C. Laurence, « La tête maori retourne chez elle », La Presse, Montréal, 22 novembre 2012.

P. Lebeuf, «  Un musée perd la tête », Radio NRJ.ca, Montréal, 21 novembre 2012.

J. Mayoff, « Montreal Museum returns Maori head to New-Zeland », CBC News, Montréal, 21 novembre 2012.

I. Paré, « Le débat éthique sur l’exposition des restes humains reste ouvert », Le Devoir, Montréal, 22 novembre 2012.

P.C, Metro, 22 novembre 2012, p. 36.

Presse internet

Art Daily. « Toi Moko leaves Montreal Museum to return to its ancestral home of New-Zealand ». Récupéré le 5 octobre 2013 de www.artdaily.com

S. Banerjee, « Museum gives up mummified head », Canadian Press (Penticton Herald, Global News, The Chronicle Journal, The Now Newspaper, Updated news, Castanet.com, The Windsor Star, Winnipeg Free Press, Yahoo !QC). Récupérés le 5 octobre 2013 de www.pentictonherald.ca, www.globalnews.ca, www.chroniclejournal.com, www.thenownewspaper.com, www.updatednews.ca, www.castanet.net, www.winnipegfreepress.com, www.windsorstar.com, www.qc.yahoo.com

GG-ART. « Canadian museum gives back mummified Maori head »Récupéré le 5 octobre 2013 de www.gg-art.com

J.-C. Laurence, « La tête d’un groupe maori récupérée par la Nouvelle-Zélande », La presse. Récupéré le 5 octobre 2013 de http://www.lapresse.ca

J. Mayoff, « Montreal Museum returns mummified head during traditional ceremony », CBC News. Récupéré le 5 octobre 2013 de www.cbc.ca/news/montreal :

MSN. « Une tête maorie remise à une délégation à Montréal », MSN Divertissement. Récupéré le 5 octobre 2013 de http://www.divertissement.ca.msn.com

Patwhite. « Remise du Toi Moko au Musée de la Nouvelle-Zélande par le MBAM ». Récupéré le 5 octobre 2013 de http://www.patwhite.com

Radio Canada. « La Nouvelle-Zélande récupère la tête d’un guerrier maori à Montréal ». Récupéré le 5 octobre 2013 de www.radio-canada.ca

Radio New-Zélande News. « Toi Moko returning from Canada ». Récupéré le 5 octobre 2013 de www.radionz.co.nz

Haut de page

Notes

1 Inventaire # 1649.Pc.14.

2 Précisons qu’en 1948 les membres de l’Art Association décident de renommer l’organisme Musée des Beaux-Arts de Montréal.

3 Le MBAM énonce que sa vocation est d’acquérir et de promouvoir les œuvres des artistes d’hier et d’aujourd’hui pour offrir un accès privilégié au patrimoine artistique universel, tout en rappelant qu’en 1994 le Comité d’orientation a défini comme l’un des principes directeurs du musée la vocation universelle et encyclopédique des collections, aux côtés de l’implication du musée dans le milieu culturel montréalais et de la fonction éducative. Musée des beaux-arts. À propos du musée. Récupéré le 24 Août 2014 de https://www.mbam.qc.ca/a-propos-du-mbam#/a-propos-du-musee/historique.

4 Reprenant les recherches de Jean Davallon, Ivo Maroevic et Yves Bergeron, on peut définir les musealias comme des objets de collection retirés de leur réalité pour devenir des objectivateurs de la culture immatérielle.

5 Terence Barrow. An illustrated guide to Maori Art. (Nouvelle-Zélande, Methuen, 1984), p.11-25.

6 Près de 500 têtes auraient été dispersées dans le monde selon Corinne Hershkovitch, Didier Rykner. La restitution des œuvres d’art : solutions et impasses. (Paris, Hazan, 2011), p. 96.

7 La description qui suit reprend les notes concernant l’état de conservation de l’objet conservé par le Service des archives du MBAM (numéro d’inventaire de l’objet : 1649.Pc.14).

8 La fiche descriptive du MBAM détaille les tatouages faciaux : « lignes curvilinéaires parallèles allant par cinq sur le front, spirales imbriquées sur les joues et narines, crochets sur la partie supérieure du front ».

9 La fiche descriptive mentionne la couleur claire des déchirures.

10 Reverend Richard Taylor, 1855: « this was done in order that great warriors might show the heads of all the distinguished chiefs they killed. But this art was not employed for that purpose alone, it enabled them to preserve heads of those who were dear to them, and to keep these remembrances of beloved objects ever near. » Musée Te Papa. Why were Toi Moko made? Récupéré le 10 octobre 2013 de www.tepapa.govt.nz/aboutus/repatriation.

11 Laure Cadot. En chair et en os : le cadavre au musée : valeurs, statuts et enjeux de la conservation des dépouilles humaines patrimonialisées. (Paris, Mémoire de recherche de l’Ecole du Louvre), p. 51-52.

12 Près de 500 têtes auraient été dispersées dans le monde selon Corinne Hershkovitch et Didier Rykner. La restitution des œuvres d’art : solutions et impasses. (Paris, Hazan), p.96.

13 Laure Cadot, Op. cit., p. 78.

14 Laurent Berger, (2008). « Des restes humains, trop humains? », La vie des idées, p. 9.

15 Philippe Peletier, Magali Mélandri (2012). « Chronologie concernant les têtes tatouées et momifiées maori ou Toi moko », Journal de la Société des Océanistes, vol 134, 1e sem. 2012, p. 28.

16 L’exposition ouvre le 10 septembre 1984 au Met de New York, elle sera transportée au Saint Louis Museum, au Memorial Museum de San-Francisco, au Field Museum de Chicago, puis voyagera en Nouvelle-Zélande à Wellington, Christchurch, Dunedin et Auckland entre 1984 et 1987.

17 Le programme Karanga Aotearoa comprend le retour des restes squelettiques Koiwi et des têtes tatouées Toi Moko Te Papa Tongarewa, Karanga Aotearoa. Récupéré le 10 octobre 2013 de www.tepapa.govt.nz.

18 Notons que le mouvement d’informatisation des réserves des collections à partir des années 1990 a grandement favorisé la démarche en imposant davantage de transparence dans la conservation.

19 Natacha Gagné (2010). Affirmation et décolonisation : la cérémonie de rapatriement par la France des Toi Moko à la Nouvelle-Zélande en perspective, Le Journal de la Société des Océanistes, n° 134, 1e semestre 2012, p.7. Elle y fait mention d’un document muséal rédigé en 2012 mentionnant un total de 190 restes rapatriés depuis 14 pays.

20 Sylvie Poirier (2004). La dépolitisation de la culture?, Anthropologie et Sociétés, volume 28, numéro 1, p. 9-13.

21 Entre autres, en 1990, la Taonga Maori conférence sur le rapatriement des Toi Moko, et en 1992 la création du Cultural conservation advisory Council chargé de mettre en place un programme de rapatriement.

22 Comme l’énonce Laurent Berger (2008). Op.cit., p. 6.

23 Joel Best, cité par Tiffany Jenkins. Contesting human remains in museum collections: the crisis of cultural authority. (New-York : Routledge, 2011), p. 16-23.

24 Jane Legget l’énonce clairement dans le rapport d’État à l’attention des Musées britanniques « Try to create an atmosphere of trust and mutual respect and understanding, particularly where highly personal or strongly emotional issues are involved ». Jane Legget. Restitution and repatriation, guideline for good practice. (Londres : Museums and Galleries Commission, 2000).

25 On peut définir le sémiophore comme un objet naturel ou artificiel symbolique maintenu hors du temps et de son contexte d’origine. Objet porteur de significations, il perd sa fonction d’usage. Au sein d’un musée, il perd sa fonction d’usage, est exposé au regard des visiteurs et est soumis à une protection spéciale contre le vol et les détériorations. Krzystof Pomian. « Entre le visible et l’invisible : la collection », Collectionneurs, amateurs et curieux Paris, Venise : XVIe-XVIIe siècles. (Paris : NRF Gallimard, 1987).

26 Élise Dubuc, Laurier Turgeon, « Musées et Premières Nations : la trace du passé, l’empreinte du futur ». Anthropologie et Sociétés, Québec, vol. 28, n°2 (2004), p. 7-18.

27 Les instances supranationales vont reconnaitre des droits fondamentaux de restitution et de repossession de leurs cultures pour les peuples colonisés.

- En 1954, la Convention de la Haye Pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé de l’UNESCO impose le respect des biens culturels, à l’article 3 les pays signataires s’engagent à « interdire, à prévenir et au besoin, à faire cesser tout acte de vol, de pillage ou de détournement de bien culturel, pratiqué sous quelque forme que ce soit ».

- En 1964, les Recommandations concernant Les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’exportation, l’importation et le transfert de propriété illicite des biens culturels de l’UNESCO énonce dans ses articles 15 et 16 que les « États devraient s’efforcer de s’aider mutuellement » et que les « États, services de protection des biens culturels, musées et toutes les institutions compétentes devraient se prêter une collaboration mutuelle en vue d’assurer et de faciliter la restitution ou le rapatriement des biens culturels exportés illicitement ».

- En 1970, la Convention concernant Les mesures à prendre pour interdire et empêcher l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicite des biens culturels de l’UNESCO déclare dans son article 2 que les États « reconnaissent que l’importation, l’exportation et le transfert de propriété illicite des biens culturels constituent une des causes principales de l’appauvrissement du patrimoine culturel des pays d’origine de ces biens » et, l’article 7 alinéa 2 précise que les États doivent mettre en place des lois nationales capables de prévenir et faire cesser le commerce illicite.

- En 1995, la Convention UNIDROIT sur Les biens culturels volés ou illicitement exportés complète et renforce la Convention en 1970, à l’article 3 les États signataires reconnaissent que « le possesseur d’un bien volé doit, dans tous les cas, le restituer » et qu’en cas de transmission du bien, « le bénéficiaire est soumis aux même obligations que le possesseur de bonne foi »

- En 2007, la Convention sur Les droits des peuples autochtones de l’ONU affirme que « les peuples autochtones sont égaux à tous les autres peuples, tout en reconnaissant le droit de tous les peuples d’être différents, de s’estimer différents et d’être respecté en tant que tels » et reconnait un droit à l’autodétermination économique, sociale et culturelle pour les peuples autochtones en son article 3, ainsi qu’un droit d’observer et de revivifier leurs traditions culturelles, notamment de conserver, de protéger et de développer les manifestations de leur culture en son article 11. L’article 7 se charge d’obliger les États signataires à mettre en place des « mécanismes de prévention et de réparation efficaces visant tout acte ayant pour but ou pour effet de priver les autochtones de leur intégrité ».

28 Au Canada, c’est la Loi sur l’exportation et l’importation de 1990, modifiée en 2005. Elle interdit l’importation et l’exportation des biens culturels étrangers illicites. Pour ce qui est des demandes de rapatriement, l’État n’a pas légiféré, chaque demande doit être prise en compte au cas par cas par le musée.

29 On peut citer, entre autres : le Groupe de travail sur les nations premières en 1989, l’International Council of Museums dans ses avant-propos en 2004 et le Canadian Museum Association.

30 Par ordre chronologique :

- Les recommandations de l’Association des musées canadiens en 1994 suite au rapport de 1992 Tourner la page : forger de nouveaux partenariats entre les musées et les Premières nations.

- Les conseils de Restitution and repatriation: guideline of good practice. (Londres : Museums and Galleries Commission, 2000).

- Le Code déontologique de l’ICOM pour les musées en 2004.

- Le Manuel de l’ICOM et de l’UNESCO sur la gestion des musées en 2006.

- La Politique de rapatriement du Musée canadien des civilisations en 2011.

- La Politique du Musée de la Civilisation à l’égard des peuples autochtones en 2012.

31 La Déclaration sur l’importance et la valeur des musées universels signée par une vingtaine des plus grands musées européens et américains en 2002 peut être interprétée comme un refus d’entamer le dialogue sur les questions de restitution comme l’analyse Peter-Klaus Schuster. « Les trésors des cultures du monde dans le musée public ». Les nouvelles de l’ICOM, (2004) : p. 4-5.

32 Pour traiter au mieux les demandes de retour de restes et artefacts humains dans les communautés, les musées doivent faire l’inventaire de leurs collections pour recenser les objets sensibles, ils doivent mettre en place une politique muséale définissant clairement les conditions de retrait d’objets des collections et traiter toutes les demandes de retour.

33 Avec les restes humains, on pense aux avancées technologiques comme la radiographie, ou les codes génétiques capables de nous renseigner de manière très complète sur une large variété d’informations comme la médecine, la nutrition, le phénomène migratoire.

34 Trois fragments humains du Museum of Anthropology de l’Université de British Columbia ainsi que les Toi Moko du Musée Canadien des Civilisation à Ottawa et du Royal Ontario Museum à Vancouver.

35 Thomas Bastien. (2012, 21 novembre). Le Toi Moko du Musée des beaux-arts de Montréal rejoint ses terres ancestrales au Musée Te Papa Tongarewa de Nouvelle-Zélande Communiqué. Récupéré de http://www.mbam.qc.ca/bibliotheque/media/Communique-ToiMoko-MBAM.pdf.

36 « Au cours des recherches que nous avons menées sur nos collections des cultures du monde pour réaliser l’an dernier le Musée réinventé, une réponse positive à la demande du Te Papa s’est imposée (...). C’est pour nous un soulagement de savoir que ces restes humains reposeront désormais sur la terre de leurs ancêtres. C’est aussi justice de penser qu’ils ne seront plus jamais livrés à la curiosité du public ou entreposés comme artefacts dans des réserves muséales. Notre regard s’éduque et nous trouvons aujourd’hui normal que la dignité humaine soit respectée, même si persistent, à mon sens, des questions d’éthique sur ce que nous donnons à voir, notamment dans le cas de certaines expositions de cadavres. Cette problématique demeure très actuelle.», déclare Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM, Communiqué du 21 novembre 2012, Op.cit.

37 On déplore d’ailleurs que les médias ne poussent jamais leurs réflexions au-delà des marges du communiqué officiel du musée. En effet, aucun journaliste ne souligne des questions délicates, comme par exemple, les conditions de rapatriement, l’avenir de la tête momifiée sur le territoire néo-zélandais ou les quatre années de retard du musée par rapport à ses condisciples canadiens quant au rapatriement.

38 Laurence, J.-C (2012, 22 novembre). La tête maori retourne chez elle. La Presse.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 P.C. (2012, 22 novembre). Metro, p.36.

42 Paré, I. (2012, 22 novembre). Le débat éthique sur l’exposition des restes humains reste ouvert, Le Devoir, p.1.

43 Espie-Bourseau, F. (2012, novembre-décembre). Des chants et des restes humains, Le Vieux-Montréal, p.7.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Paré, I. Op.cit.

47 Laurence, J.-C, Op.cit.

48 Lebeuf, P. (2012, 21 novembre). Un musée perd la tête, radio nrj.ca.

49 Paré, I. Op.cit.

50 Mayoff, J. (2012, 21 novembre). Montreal Museum returns Maori head to New-Zeland, CBC News.

51 Banerjee, S. (2012, 21 novembre). Canadian museum gives up mummified head, The Chronicle.

52 Poulin, S. (2013, 10 octobre). E tù Ake : Màori debout Communiqué. Récupéré de www.mcq.org.

53 Terme récurrent dans le rapport de Jane Legget, Op.cit.

54 Natacha Gagné (2012). Op.cit.

55 « Museums should drop their traditional claims to knowledge and truth and instead become spaces in which diverse values and narrative can be debated » Jenkins, Tiffany. Op.cit, p.65.

56 Élise Dubuc, Laurier Turgeon, Op. cit, p.7.

57 Comme le mentionne Tiffany Jenkins, Op. cit, p.64.

58 On trouve la notion de « plurivocalité » dans l’article d’Élise Dubuc et Laurier Turgeon, Op.cit.

59 Rapport de l’Assembly of First Nations et de l’Association des Musées Canadiens. (1994). Tourner la page : forger de nouveaux partenariats entre les Musées et les Premières Nations.

60 Ce tournant vers la transparence comprend aussi la politique de recherche (et sa médiatisation) sur la provenance d’œuvres ayant intégrées la collection entre 1933 et 1945 dont la généalogie des propriétaires est incomplète, de manière à faciliter la localisation des œuvres d’art spoliées. Il se trouve que, dans cette continuité, le 23 avril 2013, le musée a restitué la toile Le Duo, 1623-24 de Gerrit Van Honthorst à la famille Spiro et dédié à la mémoire d’Ellen, de Bruno Spiro et des victimes de l’Holocauste leur nouvelle acquisition Femme accordant un luth, 1624 de Gerrit Van Honthorst. Angers, J.-P. (2013, 23 avril). Don, Restitution et acquisition de trois tableaux au MBAM, Huffingtonpost.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violette Loget, « Toi Moko du musée des beaux-arts de Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2340

Haut de page

Auteur

Violette Loget

Violette Loget est titulaire d’une bi-licence en droit et histoire de l’art de l’Université Paris I et d’une maîtrise en muséologie de l’Université de Montréal. Adjointe à la gestion des subventions au Musée des beaux-arts de Montréal, elle est lauréate du Prix Roland Arpin 2016 pour sa recherche sur l’évolution du phénomène de la philanthropie dans les musées, ainsi que l’impact du renouvèlement générationnel sur l’acte de don.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org