Navigation – Plan du site
Discours institutionnel

Le Monarque : Roi au Musée ?

Mélanie Presseau-Dumais

Résumé

Dans son analyse de l’Insectarium, l’auteure questionne la pérennité de l’objet phare au sein de l’institution muséale dédiée à l’entomologie. En effet, le monarque, papillon érigé mascotte par le musée dès son ouverture, voit sa position d’objet phare questionnée par le changement d’exposition permanente et la modernisation des modes de communication du musée. L’introduction de phasmes, insectes humanoïdes, et leur importance dans les activités ludo-éducatives du musée, entraine un bouleversement de l’animal phare, référent visuel du musée. L’essai questionne la prééminence du monarque comme objet phare de l’institution, l’arrivée d’un concurrent, à la fois possible complément et potentiel suppléant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fondation Espace pour la vie, « L’insectarium », http://fondationespacepourlavie.ca/sites/fondation (...)

1L’Insectarium de Montréal est entièrement dédié à l’entomologie. Plus de 350 000 visiteurs s’y arrêtent chaque année. Tout comme Espace pour la vie, l’Insectarium tente de sensibiliser l’homme au rôle et à l’importance de la nature tout en mettant l’emphase sur les insectes du Québec1.

  • 2 Claire Langevin, Insectarium de Montréal travail dirigé, UQÀM, 1989. p. 2.

2Avant même l’ouverture de l’Insectarium en 1990, le personnel se questionnait déjà sur le choix de l’insecte emblème du nouveau musée. Claire Langevin explique lors d’une analyse réalisée en 1989, que le choix s’est rapidement arrêté sur le papillon monarque2. Afin d’expliquer cette décision, Stéphane Le Tirant, Conservateur de l’Insectarium, nous indique qu’il s’agit d’un papillon bien connu et d’une grande beauté. Le monarque est en effet l’un des plus grands papillons diurnes au Québec et sa grande migration rend l’espèce très intéressante. Il est donc bien évident que le monarque possède un rôle particulier au sein du musée. Cependant, on peut se demander s’il est possible de l’identifier comme objet phare.

3Afin de répondre à cette question, il est intéressant d’utiliser deux types de sources. D’une part, l’information recueillie sur le site web du musée permettra de cerner le discours officiel de l’établissement en lien avec le papillon monarque, alors que les entrevues avec les employés du musée mettront en évidence la relation qu’ils entretiennent envers le spécimen emblématique. Ces deux sources analysées en parallèle exposera la place du monarque, espèce phare de l’Insectarium à travers les étapes charnières de l’institution: l’ouverture de l’établissement, les transformations dans les années 2000 et l’exposition permanente à ce jour Nous, les insectes.

Le papillon monarque et les débuts de l’Insectarium

  • 3 Ibid. p. 2-3.

4En 1990, une partie de l’exposition permanente est destinée à cet insecte particulier3. En effet, une section est intitulée Hommage au monarque et on y apprend plusieurs choses sur ce nymphalide. Par exemple, une station permet de distinguer le mâle de la femelle et donne des informations sur l’accouplement, sur la chenille et sur la migration de l’espèce. Cette exposition est aussi accompagnée d’une courte vidéo de deux minutes, jouée en boucle montrant la vie du monarque. En plus de sa présence prééminente dans l’exposition permanente de l’époque, le monarque se retrouvait sous sa forme vivante dans la volière et sous forme de sculpture colorée dans l’espace de jeu des enfants. La place importante que cet insecte occupait dès les premiers temps du musée montre que le monarque a joué le rôle d’espèce phare de l’Insectarium de Montréal.

Les premières transformations

  • 4 Jacinthe Leblanc, « Insectarium de Montréal- Une métamorphose est annoncée pour 2015 » 22 novembre (...)

5M. Le Tirant précise que l’exposition Hommage au monarque a été maintenue jusqu’en 2009. En effet, cette année marque une étape importante dans la modernisation de l’Insectarium et de l’utilisation du monarque comme symbole. L’organisation regroupant le Biodôme, le Jardin botanique, l’Insectarium et le planétarium change d’appellation. Ce qui était autrefois les Muséums Nature de Montréal devient Espace pour la vie. Ce changement est accompagné d’un projet de rénovation de l’Insectarium annoncé pour 20154 dont la première phase consiste en la création d’une nouvelle exposition permanente, en 2011. Pour cette occasion, le logo de l’Insectarium se modernise: le papillon n’est plus représenté par une image fidèle, mais par un dessin minimaliste, rouge et jaune, couleurs renvoyant au monarque. On assiste également à l’entrée en scène d’un insecte-personnage dans le cadre de la nouvelle exposition permanente Nous les insectes : le phasme Prosco.

Prosco, le guide de l’Insectarium

  • 5 Cet insecte est familiarisé sous le nom « insecte bâton ».

6En 2011, l’exposition permanente, vieille de plus de vingt ans, laisse la place à Nous, les insectes. Au sein de cette exposition, le proscopidea joue le rôle de mascotte. Il est personnifié par le sympathique Prosco qui est utilisé par le musée pour vulgariser les informations entomologiques.5 Prosco est présent sur cinq maquettes informatives illustrées par le dessinateur Jean Paul Eid. Cette mascotte aussi présente dans les communiqués de presse, dans les publicités à toutes échelles, ainsi que sur l’uniforme des guides-animateurs au musée. Depuis 1990, la place du proscopidea a énormément évoluée au sein de l’Insectarium. Il est intéressant de noter qu’en 1990, lorsque Claire Langevin fait l’étude de l’établissement, le proscopidea n’avait qu’une place marginale au sein de la collection de l’Insectarium : le seul phasme mis en évidence était le phasme épineux - qui ressemble davantage à une feuille qu’à un bâton. En effet, ce n’est que depuis 2011 que l’Insectarium possède quelques spécimens de proscopidea naturalisés. Les responsables pensent à l’utiliser comme outils communicationnels, son aspect inusité et sa forme humanoïde lui permettant d’être un médiateur ludique et humoristique capable de rendre accessible l’information scientifique à un public jeune et néophyte.

Un nouveau rôle pour le monarque

  • 6 Insectarium de Montréal, « Prosco fait la fête: Chacun ses habitudes », http://espacepourlavie.ca/a (...)
  • 7 Insectarium de Montréal, « Parcours Découverte », http://espacepourlavie.ca/activites-educatives/pa (...)
  • 8 Insectarium de Montréal, « Trousse d’élevage », http://espacepourlavie.ca/trousse-delevage-monarque (...)

7Avec la présence grandissante du proscopidea au sein de l’organisation et la popularité du nouvel insecte, on peut penser que ce dernier a remplacé le papillon monarque comme emblème du musée. Selon le personnel du musée et M. Le Tirant, les deux insectes occupent une place égale au sein de l’institution. Elaine Boileau, impliquée depuis les débuts de l’Insectarium de Montréal, précise que le monarque n’a jamais eu un rôle de mascotte. Le proscopidea serait donc complémentaire à l’image du monarque. On peut en déduire qu’il ne perd pas son titre d’ambassadeur avec le changement de la collection, mais le partage dorénavant avec le proscopidea. Le monarque reste emblématique puisqu’il est très connu et très présent au Québec et que son apparence particulièrement élégante fait de lui un logo esthétique. Pour ce qui est du proscopidea, sa morphologie humanoïde est utile aux activités éducatives. Par exemple, il est le personnage central du programme Prosco fait la fête une activité ludoéducative en deux volets. Le premier volet intitulé À chacun ses habitudes porte sur l’adaptabilité des insectes6. Le second volet est le Parcours découverte7 servant à présenter l’exposition permanente aux jeunes de 6 à 12 ans. On peut donc en conclure que les deux insectes ne possèdent pas les mêmes atouts et ils sont utilisés par l’Insectarium pour des motifs différents. Ces rôles ne sont toutefois pas statiques puisque l’image du monarque est aussi utilisée dans le cadre de la plus récente activité éducative qui consiste à créer un oasis pour les monarques8 en proposant aux participants de créer dans leurs propres jardins des conditions optimales à la préservation de l’espèce.

La place du monarque aujourd’hui

  • 9 Fondation Espace pour la vie, « L’insectarium ».

8Le monarque reste un insecte important pour l’Insectarium. Toutefois, il n’a plus sa place particulière au sein de l’exposition permanente. Il est toutefois utilisé pour, au moins, cinq volets de médiation. D’abord, Dans Nous, les insectes, il est possible d’observer plusieurs spécimens de monarques naturalisés. Il est exposé à quatre endroits : dans les deux modules sur les moyens de défense des insectes, dans un module sur la migration du papillon monarque et dans un module témoignant du programme de protection de l’espèce. Ce dernier module est appelé Pour l’amour des insectes, témoignant un fort attachement émotionnel de l’organisation envers ce spécimen. Ensuite, la volière à papillon existe toujours dans la cour aux insectes. Mme Boileau souligne que le monarque est aussi utilisé dans les communications, selon les besoins. Par exemple, il a été la vedette du populaire et du très médiatisé Papillons en liberté en 2013, une activité annuelle du Jardin Botanique. L’Insectarium a toujours été en partenariat étroit avec le Jardin botanique de Montréal. Depuis 1998, les deux institutions mettent de l’avant le papillon ainsi que son rôle, sa diversité et l’importance de la conservation de l’espèce9.

  • 10 Marie-Claude Dion, Développement de l’insectarium de Montréal rapport du travail dirigé, UQÀM, 1988
  • 11 Maxim Larrivée, « La migration des monarques, un phénomène en voie de disparition ? », 17 juillet 2 (...)

9Finalement, l’aspect écologique est aussi grandement mis en valeur par l’Insectarium. La survie du monarque étant en péril, l’Insectarium prend de grandes mesures pour exposer sa vulnérabilité, et ce, depuis sa fondation10. Dès 1994, l’Insectarium travaille avec l’aide de Monarch Watch et met en place plusieurs actions concrètes afin d’éviter la disparition de l’espèce. Ce phénomène est très médiatisé par le musée et plusieurs articles sont diffusés dans les journaux, dans les nouvelles télévisuelles et sur l’internet. Le site web de l’Insectarium traite de cette problématique à travers son blogue. Deux articles s’attardent sur la situation précaire du monarque dans cet outil de médiation11.

  • 12 Insectarium de Montréal, « Oasis pour les monarques », http://espacepourlavie.ca/creez-votre-oasis- (...)
  • 13 Insectarium de Montréal, « L’Odyssée des monarques », http://espacepourlavie.ca/odyssee-des-monarqu (...)

10Il est aussi important de se pencher sur les multiples programmes de préservation de l’espèce proposée par l’institution. Le programme cité plus tôt, Monarch Watch, en français Monarque sans frontière, permet de comprendre le cycle de vie du monarque et de sensibiliser le public. Dans le cadre de ce programme, l’Insectarium distribue des trousses d’élevage aux personnes désireuses de participer à l’enregistrement de données sur l’insecte12. Chaque année depuis 1994, l’Insectarium convie les jeunes et les adultes à l’étiquetage et à la relâche du papillon lors d’Odysée des Monarques13. Encore une fois, c’est l’occasion pour l’Insectarium de sensibiliser la population à la fragilité de l’espèce.

11Pour conclure, lorsqu’on se penche sur les mesures prises par l’Insectarium pour la conservation du papillon monarque et sur la place toujours aussi importante qu’il occupe dans l’institution, on peut affirmer qu’il s’agit bien d’un objet phare pour l’Insectarium de Montréal. Toutefois, en s’attardant sur l’évolution du musée et sur les changements d’expositions, il est explicite que le papillon orangé n’est plus le seul ambassadeur de l’Insectarium. Il partage maintenant sa tâche avec le proscopidea, même s’il est très clair au sein du personnel que ce dernier n’a pas détrôné le monarque.

Haut de page

Bibliographie

Sources Web

S. Charest, « Ensemble pour le monarque », 13 août 2013, http://blogue.espacepourlavie.ca/2013/insectarium/ensemble-pour-le-monarque/ (consulté le 18 octobre 2013).

Fondation Espace pour la Vie, «L’insectarium», en ligne http://fondationespacepourlavie.ca/sites/fondationespacepourlavie.ca/files/publication/insectarium.pdf (consulté le 18 octobre 2013).

Insectarium de Montréal, « L’Odyssée des monarques » en ligne http://espacepourlavie.ca/odyssee-des-monarques (consulté le 18 octobre 2013).

Insectarium de Montréal, « Oasis pour les monarques », http://espacepourlavie.ca/creez-votre-oasis-pour-les-monarques (consulté le 18 octobre 2013).

Insectarium de Montréal, « Prosco fait la fête: Chacun ses habitudes », http://espacepourlavie.ca/activites-complementaires/chacun-ses-habitudes-prosco-fait-la-fete (consulté le 18 octobre 2013).

Insectarium de Montréal, « Parcours Découverte », http://espacepourlavie.ca/activites-educatives/parcours-decouverte (consulté le 18 octobre 2013).

Insectarium de Montréal, « Trousse d’élevage », http://espacepourlavie.ca/trousse-delevage-monarque-sans-frontiere (consulté de 18 octobre 2013).

M. Larrivée, « La migration des monarques, un phénomène en voie de disparition ? », 17 juillet 2013, http://blogue.espacepourlavie.ca/2013/insectarium/la-mig ration-des-monarques-un-phenomene-en-voie-de-disparition/ (consulté de 18 octobre 2013).

J. Leblanc, « Insectarium de Montréal- Une métamorphose est annoncée pour 2015 », 22 novembre 2012, www.ledevoir.com (consulté le 18 octobre 2013).

Sources écrites

M-C. Dion, Développement de l’insectarium de Montréal rapport du travail dirigé, UQÀM, 1988.

C. Langevin, Insectarium de Montréal travail dirigé, UQÀM, 1989.

Haut de page

Notes

1 Fondation Espace pour la vie, « L’insectarium », http://fondationespacepourlavie.ca/sites/fondationespacepourlavie.ca/files/publication/insectarium.pdf (consulté le 18 octobre 2013)

2 Claire Langevin, Insectarium de Montréal travail dirigé, UQÀM, 1989. p. 2.

3 Ibid. p. 2-3.

4 Jacinthe Leblanc, « Insectarium de Montréal- Une métamorphose est annoncée pour 2015 » 22 novembre 2012, www.ledevoir.com, (consulté le 18 octobre 2013)

5 Cet insecte est familiarisé sous le nom « insecte bâton ».

6 Insectarium de Montréal, « Prosco fait la fête: Chacun ses habitudes », http://espacepourlavie.ca/activites-complementaires/chacun-ses-habitudes-prosco-fait-la-fete, (consulté le 18 octobre 2013).

7 Insectarium de Montréal, « Parcours Découverte », http://espacepourlavie.ca/activites-educatives/parcours-decouverte, (consulté le 18 octobre 2013).

8 Insectarium de Montréal, « Trousse d’élevage », http://espacepourlavie.ca/trousse-delevage-monarque-sans-frontiere, (consulté de 18 octobre 2013).

9 Fondation Espace pour la vie, « L’insectarium ».

10 Marie-Claude Dion, Développement de l’insectarium de Montréal rapport du travail dirigé, UQÀM, 1988.

11 Maxim Larrivée, « La migration des monarques, un phénomène en voie de disparition ? », 17 juillet 2013, http://blogue.espacepourlavie.ca/2013/insectarium/la-migration-des-monarques-un-phenomene-en-voie-de-disparition/. (consulté de 18 octobre 2013) et Sonya Charest, « Ensemble pour le monarque », 13 août 2013, blogue.espacepourlavie.ca/2013/insectarium/ensemble-pour-le-monarque/ (consulté le 18 octobre 2013).

12 Insectarium de Montréal, « Oasis pour les monarques », http://espacepourlavie.ca/creez-votre-oasis-pour-les-monarques, (consulté le 18 octobre 2013).

13 Insectarium de Montréal, « L’Odyssée des monarques », http://espacepourlavie.ca/odyssee-des-monarques, (consulté le 18 octobre 2013).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Presseau-Dumais, « Le Monarque : Roi au Musée ? », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2341

Haut de page

Auteur

Mélanie Presseau-Dumais

Titulaire d’un grade M.A en muséologie à l’Université du Québec à Montréal, Mélanie Presseau-Dumais a terminé son baccalauréat en histoire avec un intérêt particulier pour l’aspect social et culturel des grands conflits armés. Ses dernières recherches s’intéressent à la patrimonialisation des conflits contemporains et au concept de commémoration. À ce jour, Mélanie travaille dans le milieu des musées régimentaires, plus particulièrement à l’inventaire des collections du Musée du Royal Montreal Regiment. 

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org