Skip to navigation – Site map
Discours institutionnel

L’atome Logo du Centre des Sciences de Montréal

Tiphaine Léon

Abstract

Parler d’objet phare dans un centre de science n’est pas évident : concepts et expérimentations étant au cœur de l’expérience muséale, l’objet n’y tient qu’une place secondaire. Le Centre des Sciences de Montréal est un établissement scientifique à mission pédagogique qui place l’expérience pratique du visiteur au cœur de l’exposition. Son mandat questionne la notion d’objet phare, puisque les objets exposés, créés pour le musée, sont les médiateurs permettant l’accession d’un savoir ; ils n’ont rien d’emblématique. Cet essai tentera de démontrer la spécificité de la chose scientifique à travers l’absence d’objet phare au sens strict du terme, les concepts étant au cœur de l’expérience muséale. Cependant, l’étude proposera une potentielle extension de l’objet phare, à travers le logo, l’atome rouge, identité visuelle communicationnelle créée par le musée pour ancrer le Centre des sciences dans le paysage culturel local.

Top of page

Full text

  • 1 Centre des sciences de Montréal, Mission. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.centredesscienc (...)

 Les expositions scientifiques [du Centre des sciences de Montréal] sont conçues afin de rendre accessible les sciences et les technologies qui façonnent notre quotidien ; permettre un contact direct et ludique avec des notions scientifiques et des techniques de base ; comprendre l’impact des applications scientifiques et techniques dans notre vie individuelle et collective1

  • 2 Centre des sciences de Montréal, A propos du CSM. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.centred (...)
  • 3 Ibid.

1Le Centre des sciences de Montréal est une institution créée par la Société du Vieux-Port de Montréal, organisme commercial fondé le 26 novembre 1981 par le gouvernement du Canada avec le mandat « de développer et de promouvoir le développement du territoire du Vieux-Port de Montréal ainsi que d’administrer, de gérer et d’entretenir les biens de Sa Majesté2 ». La Société participe au développement économique de Montréal par la création d’une « offre de produits et de services récréotouristiques et culturels de grande qualité3» et assure une « présence fédérale importante » dans la métropole montréalaise. Elle est le gestionnaire du Centre des sciences de Montréal.

  • 4 Exposition interactive à caractère scientifique.

2Situé au cœur du Vieux-Port de Montréal sur le quai King-Edward, le Centre des sciences de Montréal ouvre ses portes en 1987 avec l’exposition EXPOTEC. Centenaire de l’ingénierie4. Sa mission est de contribuer à ce que chaque individu puisse s’approprier les sciences et technologies pour construire son avenir. Pour ce faire, le centre définit sa mission à travers quatre lignes directrices : développer la culture scientifique et technique, donner le goût des carrières en sciences et en techniques, collaborer à la formation des scientifiques, promouvoir les connaissances et le savoir-faire des entreprises montréalaises.

3Depuis son existence, les espaces d’expositions permanentes, présentés comme de véritables expériences attractives, ludiques et pédagogiques, sont divisés selon quatre thématiques principales : un espace de découverte interactif dédié aux enfants de 4 à 7 ans (Clic ! La zone des petits curieux), une exposition d’expérimentation racontant la science à travers son utilisation dans le quotidien (Science 26), une activité basée sur des écrans tactiles dont le but du jeu est de sauver l’humanité de catastrophes écologiques ou humaines (Mission Gaia) et finalement l’atelier idTV, où les visiteurs jouent aux apprentis journalistes en réalisant un reportage. Le Centre des sciences de Montréal dispose également de trois galeries non interactives qui lient les différentes expositions précédemment évoquées : Cargo, sur l’activité du port de Montréal, Vitrines technologiques, qui exposent les différentes avancées technologiques d’aujourd’hui et enfin Les moulins de l’imagination, avec la présentation du premier transformateur d’électricité en eau du monde (PTEEM) et le premier transformateur d’eau en vent du monde (PTEVM). À ces espaces d’expositions permanents s’ajoute de nombreuses expositions temporaires ayant trait à différentes thématiques, entre autres le cinéma (Star WarsMC Identité - L’exposition), le design (La tête, le cœur et la main) ou l’environnement (Aqua).

4Il apparait évident que le Centre des sciences de Montréal n’est pas une institution muséale au même titre qu’un musée d’art, d’histoire ou d’ethnologie. Son essence ne se concentre pas sur la matérialité de l’objet, témoin d’une époque, mais bien sur l’immatérialité du savoir. Institution muséale non centrée sur des collections et la notion de patrimoine, le Centre des sciences de Montréal n’a pas pour mandat la délectation comme un musée d’art, sa mission première est pédagogique.

5D’ailleurs, le dénominatif « centre » impose la considération de ce musée dans une toute autre perspective. Un centre évoque un lieu de partage, d’échange, où les individus de tous les horizons se croisent et se rencontrent. Tout comme un centre-ville regroupe des populations, des bâtisses historiques ou des entreprises – en somme tout ce qui peut être représentatif du tissu urbain moderne – le Centre des sciences de Montréal sous-entend une concentration des savoirs scientifiques et techniques.

6Dès lors, parler d’exposition et de transmission de savoirs pour une institution scientifique catégorisée dans la grande famille « musée » nous amène à étudier la matérialisation de ces savoirs. Le contenu et l’ambition éducative du Centre des sciences de Montréal soulignent le souhait du Centre de transmettre des notions fondamentales en matière de sciences et de techniques afin d’apporter aux visiteurs des clés pour comprendre leur propre environnement.

7Comment ces notions sont-elles abordées? Comment sont-elles représentées ? Comment le visiteur les expérimente-t-il ? Le Centre des sciences de Montréal a développé une série d’installations, de gadgets, de matériels dans le but de permettre aux visiteurs d’interagir avec ces savoirs scientifiques afin de mieux les saisir. Ces installations sont aussi bien des monocycles pour comprendre l’équilibre, qu’un barrage hydraulique de taille réduite ou des circuits électriques.

  • 5 Centre des sciences de Montréal. Doris, Programmation/Expositions permanentes/ Science 26, 6 août 2 (...)
  • 6 Centre des sciences de Montréal, Miranda, Ibid., 28 juillet 2012
  • 7 Centre de sciences de Montréal. Sdc, Ibid., 29 octobre 2012

8Globalement, le Centre des sciences de Montréal présente des « installations » plus que des « objets », des « vraies-choses » comme les définit Cameron plutôt que des « fétiches » comme les sociologues les définissent. Les objets exposés ont été créés pour le Centre et sont mis à la disposition du visiteur. Plus qu’un musée, le Centre des sciences de Montréal bascule dans l’univers du centre d’attraction éducatif. Il n’y a qu’à se rendre sur le forum du site internet du Centre pour saisir les émotions et les réactions qu’une expérience au Centre suscite. Au sujet de Science 26, exposition phare du Centre, on peut lire « C’était super cool, je suis allé avec ma classe. J’ai le goût d’y retourner5 », « J’y suis déjà allé plusieurs fois et à chaque fois c’est génial. C’est vraiment cool et fun6 », enfin « Meilleure expérience de ma vie. Elle était palpitante et très amusante. Je trouve que c’est une bonne expérience pour les jeunes enfants7 ». Cet enthousiasme démontre dans quelle mesure l’intensité de l’attractivité du Centre des sciences de Montréal modifie la perception de l’espace muséal par le public. On y vit une expérience, non pas une sortie culturelle. Ainsi, on sort de l’aspect feutré, calme, déambulatoire du musée traditionnel pour basculer dans un espace-temps différent, où l’éducation par l’amusement est de mise et où l’ensemble des sens est mis à contribution pour inculquer des notions scientifiques et techniques. Comme un grand jeu de société, le Centre des sciences de Montréal participe à la transmission de savoirs qui apparaissent inaccessibles à celui qui connait peu ou pas la science et les techniques. Faire de la science un amusement permet d’appréhender l’enseignement sous un nouveau jour ludique, basé sur la diffusion de la théorie par la pratique.

9Ainsi, parler d’objet phare au sujet du Centre des sciences de Montréal est malaisé. La visite de l’exposition permanente ne nous présente aucun objet distinct, remarquable ou unique capable de répondre à la définition traditionnelle d’objet phare, soit l’objet emblématique d’une institution. En interrogeant les sources orales au Centre des sciences de Montréal – les conférenciers, les animateurs ou les employés – on s’aperçoit que peu comprennent le concept d’objet-phare car l’ensemble des acteurs du musée place la mission éducative au dessus des objets exposés. En interrogeant Maxime Charbonneau, Responsable des relations publiques et médias, voici ce qu’il répond au sujet de l’absence d’objet-phare:

  • 8 Correspondance électronique avec Maxime Charbonneau datée du 16 octobre 2013

« Je me permettrais d’insister sur la mission éducative du Centre des sciences de Montréal. Notre mandat est en premier lieu d’éduquer notre jeune public à travers nos expositions permanentes, temporaires, et aussi nos films IMAX. Cela est vraiment la mission principale du Centre des sciences, initier et intéresser les jeunes à la Science8 ».

10Cette absence de matérialité de l’objet phare pour le personnel du Centre des sciences de Montréal permet d’ouvrir notre réflexion vers un horizon plus large qui transcende le concept même de musée dans son acceptation la plus commune, celui du musée d’objet. Dès lors, notre analyse s’articule autour de trois points qui soulèvent la particularité des musées de sciences et techniques. Premièrement, nous tenterons de discerner la spécificité de la chose scientifique face à l’objet muséal. Deuxièmement, notre analyse s’attachera à faire le parallèle entre le Centre des sciences de Montréal et la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette à Paris, car, à nos yeux, ces deux institutions proches dans leur forme mettent en avant la primauté du concept-phare plutôt que de l’objet-phare. Enfin, il est de mise de parler du logo du Centre des sciences, les « atomes rouges » comme les appellent les employés du Centre, qui se substitue selon eux à l’objet phare, unique identité visuelle du musée.

La chose scientifique et l’objet muséal

11Pour choisir, définir et analyser l’objet phare d’une institution muséale ou culturelle, il faut admettre qu’elle dispose dans son espace d’exposition permanent ou dans ses réserves d’un objet connu, rayonnant, attirant, attractif, poignant, beau, populaire, légendaire etc. qui grâce à son aura et sa particularité permet au musée de l’ériger consciemment ou inconsciemment, à travers de multiples-faire, en objet phare, ce dernier étant reconnu par le visiteur comme unique. Cet objet phare devient alors un des marqueurs identitaires de l’institution. Pour certains grands musées, l’histoire d’un tableau, d’une sculpture, d’un livre ou de tout autre objet muséalisé est leur meilleur ambassadeur hors les murs. L’objet s’impose comme « phare » à travers une évidence historique, esthétique ou sociale, mais aussi grâce à une mise en valeur, pour ne pas dire une instrumentalisation, d’un objet ciblé.

12Pour un musée d’art, il est aisé de disposer d’un objet distinctif exceptionnel associé à l’identité du musée car il expose du visuel esthétique accessible à tous et souvent largement diffusé à travers différents support médiatique. Un chef-d’œuvre peut devenir objet phare ; le Louvre a sa Joconde de Leonard de Vinci, le musée Rodin abrite son Penseur, la Galerie de l’Académie héberge son David de Michel-Ange, le Musée Reina Sofia conserve son Guernica de Picasso, le Palais du Belvédère de Vienne retient le Baiser de Klimt.

  • 1 Jean-Philippe Uzel, « L’art contemporain, sans objet ni mémoire », dans Octave Debary, Laurier Turg (...)

13Pour un centre de science, la focale est mise sur le visiteur. Il ne doit pas tant s’attacher à l’aspect des objets présentés, mais à leurs fonctions scientifiques, technologiques et sociales1. Parler d’objet phare c’est donc globaliser sa perception en incluant la fonction médiatrice de l’objet en tant que tampon entre un savoir et sa réalisation. Cette comparaison entre l’objet d’art et l’objet scientifique nous permet de pointer la particularité du Centre des sciences de Montréal, de comprendre l’absence d’objet-phare au sens strict du terme.

  • 2 Antoine Hennion, Bruno Latour., « Objet d’art, objet de science », Sociologie de l’art, n°6, 1993, (...)

« Il faut prendre la mesure de l’efficacité de ce partage fondateur de notre modernité, entre une science naturelle qui ne s’occupe que des objets pris comme des choses, et une science humaine qui ne voit d’objets que s’ils sont les signes culturels des groupes humains. D’un côté la pesanteur, de l’autre les totems2 ».

  • 3 Ibid., p. 15-24.
  • 4 Ibid., p. 1.

14Le sociologue Antoine Hennion cible avec exactitude la dualité entre science naturelle et science humaine qui s’étend à notre approche de « l’objet » en tant que sujet muséal. Aussi, les institutions culturelles touchant à l’objet scientifique ne peuvent de toute évidence pas être appréhendées selon la même focale que lorsqu’on analyse un musée d’art, d’histoire, d’ethnologie, de société ou toute autre construction culturelle ayant trait aux disciplines humaines et sociales. Car l’objet scientifique se place en dehors des fétiches que conservent et exposent les musées traditionnels. En science, comme c’est le cas au Centre des sciences de Montréal, l’objet représente la réalité des choses, la cause est dans l’objet. A contrario, en art, en ethnologie ou en histoire, l’objet est une construction humaine, la cause est dans les humains qui la projettent sur l’objet3. Le concept muséographique du Centre des sciences de Montréal s’intègre dans ce consensus : si les objets qu’il présente ne sont pas des représentations du monde, des miroirs de la société, s’ils ne sont pas des fétiches auxquels « le vulgaire […] donne des propriétés qu’ils ne peuvent posséder en eux-mêmes, mais qui leur sont au contraire données par la société, laquelle projette sur eux des valeurs et des puissances qu’ils renvoient passivement4 », les objets du Centre des sciences de Montréal sont de simples médiateurs de savoirs, ils ne sont pas la finalité de l’exposition permanente mais les outils qui permettent l’accession aux savoirs. Dès lors, l’objet phare n’a pas de sens ; le concept le remplace.

Centre des sciences de Montréal et Cité des sciences : l’universalité d’un concept

15En devenant un musée attractif, innovant, ludique et éducatif, le Centre des sciences de Montréal a développé une approche particulière. La dynamique qui l’anime est très proche de celle que l’on retrouve à la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette à Paris. Aussi, la littérature scientifique au sujet du Centre des sciences de Montréal  étant relativement limitée, la compréhension de son fonctionnement et du rapport que le visiteur entretient avec l’objet scientifique passe, selon nous, par un rapprochement évident entre le Centre des sciences de Montréal et la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette. Cette dernière a été le fruit de nombreuses études et l’approche muséographique de ces deux établissements se rejoignant, nous souhaitons exposer brièvement le projet de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette afin d’établir des parallèles entre ces deux institutions qui permettraient de cerner la fonction de l’objet selon différents points de vue: l’objet-médiateur, l’objet-médiation et l’objet-chose.

  • 1 Paul Rasse, Les musées à la lumière de l’espace public. Histoire, évolution, enjeux. L’Harmattan, P (...)

16La Cité des sciences et de l’industrie, inaugurée le 13 mars 1986 joue un rôle décisif dans la mutation de l’espace muséal. Au sein de la Cité des sciences et de l’industrie, les zones d’expositions sont pensées en tant que lieu de médiation. L’exposition n’est conçue « que sous l’angle de sa capacité à être un média à part entière destiné à diffuser les messages de vulgarisation1». Paul Rasse souligne le rôle clé joué par la Cité des sciences et de l’industrie, aux côtés des Centres de culture scientifique et technique (C.C.S.T.), dans la mutation muséale qu’ils engendrent:

  • 2 Ibid., p. 128.

« Ils firent appel à des scénographes réputés, s’attachèrent les meilleurs développeurs de programmes interactifs, sollicitèrent le concours des chercheurs en didactique, furent parmi les premiers à réfléchir sur la dimension communicationnelle des expositions, à travailler leur signalétique, à soigner l’accueil des visiteurs, à se doter de services pédagogiques, à encadrer les visites, à organiser des animations2 ».

17Avec les C.C.S.T., la Cité des sciences et de l’industrie contribue à attirer l’attention des muséographes sur la place du visiteur en tant que récepteur au sein de l’espace muséal. Dans un numéro de la Lettre de L’OCIM consacré aux changements survenus depuis les années 1990 dans les musées, Daniel Jacobi souligne l’émergence de la figure du visiteur :

  • 3 Daniel Jacobi, « Les musées sont-ils condamnés à séduire toujours plus de visiteurs », La lettre de (...)

« Il est sûr que mettre en avant de façon obligée la figure du récepteur est un autre signe de l’importance du tournant communicationnel. La perspective communicationnelle, en ancrant l’idée qu’une exposition ne peut être définie à partir de la seule compétence scientifique et esthétique des conservateurs, a contribué à mettre l’accent sur tous ceux qui fréquentent les expositions, c'est-à-dire, ceux que l’on appelle le public3 ».

18Cette courte présentation de la Cité des sciences et de l’industrie met en avant deux faits communs au Centre des sciences de Montréal : l’importance des espaces d’exposition en tant que lieu de médiation et la prise en compte nécessaire du public. L’ambition de ces deux institutions n’est pas l’exposition pour l’exposition, mais l’exposition pour la transmission. Au Centre des sciences de Montréal, l’objet devient secondaire, alors que la culture scientifique qu’il raconte et explique est omniprésente dans l’espace-temps du musée. Sa mission ne s’attarde pas sur les objets mais sur les visiteurs. L’inexistence d’un objet phare devient alors une évidence, le fétichisme n’ayant pas sa place dans un lieu dévolu à l’instruction pure.

Le logo, l’identité visuelle

19Sans objet-phare, comment le Centre des sciences a-t-il développé son identité visuelle ? Dans notre esprit, l’idée des « sciences » se matérialise davantage à travers des lois physiques, des principes technologiques ou des mécanismes sophistiqués, en somme des choses en constante mouvance, souvent impalpables, mobiles, qui ne peuvent illustrer le contenu du Centre des sciences de Montréal. L’usage d’un logo porteur de signification permet de transférer aux publics une image du Centre des sciences de Montréal, en l’occurrence l’atome rouge que l’on retrouve sur tous les supports médiatiques de l’institution.

20La frontière entre objet phare et logo semble évidente pour ne pas se méprendre sur les fonctions de ces deux notions : l’un marque l’identité culturelle ou historique d’une institution là où l’autre revêt une fonction simplement communicationnelle. Or, pour les employés du Centre des sciences de Montréal, le logo est bel et bien l’objet phare. Cette confusion souligne la difficile définition d’objet phare. Car pris dans un contexte communicationnel, publicitaire et visuel, le logo peut être associé à l’objet phare, même s’il n’est pas compris comme l’œuvre d’un artiste précis. Il reste cependant une création choisie par un groupe d’individus pour représenter le musée.

Le logo désigne :

  • 1 Christian Delorme, Le logo. Les éditions d’organisation, Paris, 1991, p.22-23.

21« La représentation graphique ou typographique d’une raison sociale d’entreprise ou d’une dénomination de produit ou de service. C’est la clé de voûte de son identité visuelle […] La multiplication du logo dans notre environnement ne résulte pas d’un phénomène de mode, mais de la manifestation d’un produit de première nécessité dans la plupart des secteurs d’activités. »1 

22Le musée s’intègre dans cette logique afin d’affirmer une identité visuelle que ne lui procure pas sa collection. Pour certains musées, la popularité d’un logo est secondaire tant leurs collections sont connues, tant leur rayonnement est important (on pense au Louvre, au MOMA ou encore au British Museum). Cette notoriété est liée au passé de ces institutions, à l’histoire de leurs collections et aussi à leur catégorie de rattachement : dans les musées d’arts, la primauté mise sur l’objet phare. Pour des musées plus récents, comme c’est le cas du Centre de sciences de Montréal, l’identité et l’ancrage du lieu dans le paysage culturel, montréalais d’abord, québécois et canadien ensuite, passe par l’identification visuelle à un signe distinctif que chacun peut s’approprier. Dans nos sociétés sur-imagées, le logo apparaît comme indispensable. La finalité d’un logo est la reconnaissance visuelle à des fins stratégiques et apparaît comme un outil de survie dans un monde où l’image prime sur le discours.

Conclusion

  • 1 Georges Henri Rivière, propos recueillis par Anne Gruner Schlumberger en 1978, La Muséologie selon (...)

Vois-tu, petite, le succès d’un musée ne se mesure pas au nombre de visiteurs qu’il reçoit, mais au nombre de visiteurs auxquels il a enseigné quelque chose. Il ne se mesure pas au nombre d’objets qu’il montre, mais au nombre d’objets qui ont pu être perçus par les visiteurs dans leur environnement humain. Il ne se mesure pas à son étendue, mais à la quantité d’espace que le public aura pu raisonnablement parcourir pour en tirer un véritable profit. C’est cela le musée. Sinon, ce n’est qu’une espèce « d’abattoir culturel », dont on sort réduit à l’état de saucisson.1

Georges Henri Rivière.

23Cibler et étudier l’objet phare d’une institution, c’est démontrer la portée populaire, symbolique et culturelle d’un objet et de l’institution qui la conserve et l’expose. Cependant, notre cas d’étude montre que l’objet phare n’est pas un élément constant, linéaire, itératif. Dès lors, c’est toute une réflexion sur ce qu’est un objet de musée qui s’engage. Le Centre des sciences de Montréal ne dispose peut-être pas de cet objet phare convoité, mais il est le possesseur d’une richesse concrète, celle de son concept muséographique qui lui permet de se rapprocher précisément d’une pensée novatrice du musée, celle de la transmission par, avec et pour le récepteur.

24Le musée ne devrait plus être le sanctuaire d’objets auquel on le contraint parfois. Penser l’objet phare, c’est créer une hiérarchie, c’est accorder plus de crédit à une production humaine en particulier, c’est en bout de ligne se focaliser sur l’aspect d’une chose, l’extirper de l’espace dans lequel il s’inscrit et le porter sur le devant de la scène :

  • 2 Jacques Hainard, « Le trou: un concept utile pour penser les rapports entre objet et mémoire », dan (...)

« L’objet est polysémique. Ce parti pris est souvent à l’origine d’un conflit entre les conservateurs. D’un côté, il y a ceux qui pensent que l’objet est sacré et par conséquent que nous devons nous plier à la sacralité, de l’autre, il y a ceux qui revendiquent que l’objet est le support matériel d’un regard participant à la construction d’un propos. Cette dernière lecture dynamise la lecture de notre patrimoine et fait sens. Si les objets ne sont que des objets témoins, la partie est perdue2 ». 

Top of page

Bibliography

Y. Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », dans A. Charbonneau, et L. Turgeon, Patrimoines et identités en Amérique française, Presses de l’Université Laval, Québec, 2010, p.149-169.

A. Corbin, L’avènement des loisirs, 1850-1960, Flammarion, Paris, 1995.

C. Delorme, Le logo, Les éditions d’organisation, Paris, 1991.

C. Delporte, , J-Y. Mollier, et J-F. Sirinelli, (dir.), Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, PUF, Paris, 2010.

A. Desvallees, F. Mairesse, , Vers une redéfinition du musée ?, L’Harmattan, Paris, 2007.

P. Dubé, , « Réel et virtuel, la fatale attraction », Continuité, n°99, hiver 2003-2004, p. 24-26.

D. Jacobi, « Les musées sont-ils condamnés à séduire toujours plus de visiteurs », La lettre de l’OCIM, 1997.

J. Hainard, , « Le trou: un concept utile pour penser les rapports entre objet et mémoire », dans O. Debary, , L. Turgeon, , Objets & Mémoires, Les Presses de l’Université Laval, Québec, 2007, p.127-138.

A. Hennion, B. Latour, , « Objet d’art, objet de science », Sociologie de l’art, n°6, 1993, p. 7-24.

Ouvrage collectif, La muséologie selon Georges Henri Rivière, Dunos, Paris, 1989.

R. Prost, (dir.), « La place des nouvelles technologies au Musée de La Villette », Parc de La Villette Paris, Les Etudes du musée national des sciences, des techniques et des industries, 1984, p. 123-141.

P. Rasse, Les musées à la lumière de l’espace public. Histoire, évolution, enjeux, L’Harmattan, Paris, 1999.

Top of page

Notes

1 Centre des sciences de Montréal, Mission. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.centredessciencesdemontreal.com/a-propos-du-csm/mission.html

2 Centre des sciences de Montréal, A propos du CSM. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.centredessciencesdemontreal.com/a-propos-du-csm/historique.html

3 Ibid.

4 Exposition interactive à caractère scientifique.

5 Centre des sciences de Montréal. Doris, Programmation/Expositions permanentes/ Science 26, 6 août 2011. Récupéré le 10 octobre 2013 de http://www.centredessciencesdemontreal.com/expositions/science-26.html

6 Centre des sciences de Montréal, Miranda, Ibid., 28 juillet 2012

7 Centre de sciences de Montréal. Sdc, Ibid., 29 octobre 2012

8 Correspondance électronique avec Maxime Charbonneau datée du 16 octobre 2013

1 Jean-Philippe Uzel, « L’art contemporain, sans objet ni mémoire », dans Octave Debary, Laurier Turgeon, Objets & Mémoires. Les Presses de l’Université Laval, Québec, 2007, p. 183.

2 Antoine Hennion, Bruno Latour., « Objet d’art, objet de science », Sociologie de l’art, n°6, 1993, p. 2.

3 Ibid., p. 15-24.

4 Ibid., p. 1.

1 Paul Rasse, Les musées à la lumière de l’espace public. Histoire, évolution, enjeux. L’Harmattan, Paris, 1999, p. 128.

2 Ibid., p. 128.

3 Daniel Jacobi, « Les musées sont-ils condamnés à séduire toujours plus de visiteurs », La lettre de l’OCIM, 1997, p. 11.

1 Christian Delorme, Le logo. Les éditions d’organisation, Paris, 1991, p.22-23.

1 Georges Henri Rivière, propos recueillis par Anne Gruner Schlumberger en 1978, La Muséologie selon Georges Henri Rivière, Dunod, Paris, 1989, p.7.

2 Jacques Hainard, « Le trou: un concept utile pour penser les rapports entre objet et mémoire », dans Octave Debrary, Laurier Turgeon, Objets & Mémoires, Les Presses de l’Université Laval, Québec, 2007, p.131.

Top of page

List of illustrations

URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2343/img-1.png
File image/png, 1.7M
Top of page

References

Electronic reference

Tiphaine Léon, « L’atome Logo du Centre des Sciences de Montréal », Conserveries mémorielles [Online], #19 | 2016, Online since 07 December 2016, Connection on 22 October 2017. URL : http://cm.revues.org/2343

Top of page

Author

Tiphaine Léon

Diplômée de la maîtrise en Muséologie à l’Université de Montréal 

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org