Skip to navigation – Site map
Discours institutionnel

L’objet phare au Biodôme, les enjeux du zoo contemporain

Anne Castelas

Abstract

Le modèle du Biodôme a été pensé à la fin du XXe siècle comme une version contemporaine du zoo. L'institution flirte entre sa mission environnementale et son astreinte, en tant qu’institution populaire, à attirer les publics. Cela entraine un paradoxe quant à l’agent légitime à déterminer l’objet phare du musée. La direction de l’institution défend l’absence d’objet phare, puisque, selon elle, l’originalité et l’image du musée est son concept, soit l’exposition de collections vivantes dans des capsules d’environnement. L’espèce vedette du grand public dépendra du type de visiteurs (manchots, paresseux, castors), alors que les campagnes de publicité de l’institution s’appuient sur des thématiques temporaires pour définir l’objet phare de la saison.

Top of page

Full text

1Le Biodôme est un espace muséal pensé pour accueillir en harmonie espèces animales et végétales. De par les origines grecques de son nom, « bios » la vie et « domos » la maison, le Biodôme est conçu en somme telle une maison pour la vie.

  • 1 Martine Bernier. « Biodôme renouvelé, programme et concept muséal ». [Présentation powerpoint]. Jan (...)

2Situé dans la ville de Montréal, il présente cinq écosystèmes des Amériques selon quatre zones climatiques. C’est un parcours au cœur des Amériques qui est proposé au visiteur, revêtant alors les habits de l’explorateur, de la forêt tropicale à l’érablière des Laurentides en passant par le golfe du Saint-Laurent pour achever sa visite dans les régions subpolaires arctique et antarctique (côtes du Labrador et les îles subantarctiques)1.

  • 2 Ibid.
  • 3 « L’Espace pour la vie c’est un mouvement, un mouvement initié par les quatre Muséums Nature de Mon (...)
  • 4 Information tirée du texte de présentation du Biodôme. Récupéré le 22 juin 2014 de

3Cette « maison pour la Vie », inaugurée en 19922, fait partie intégrante, au même titre que le jardin botanique, l’Insectarium et le Planétarium Rio Tinto Alcan de l’ « Espace pour la vie »3. Les collections du Biodôme, constituées uniquement d’êtres vivants, donne à sa mission une définition nouvelle à la différence des autres zoos : « Par ses actions de diffusion, de conservation, d’éducation et de recherche, Espace pour la vie accompagne l’humain pour mieux vivre la nature »4.

4Le Biodôme réunit ainsi dans un même espace le concept du zoo, de l’aquarium et de Jardin Botanique.

  • 5 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées(...)
  • 6 Ibid. p. 82.

5Dans son concept, il permet à la nature de devenir un objet de science humaine. La nature est depuis toujours objet de science mais le fait qu’elle devienne un objet des sciences humaines change le rapport du scientifique au sujet qui lui est proposé et amène un regard nouveau, ce regard que porte le Biodôme et qui veut réconcilier les humains avec la nature. Dès lors, « l’environnement, « [est un] objet qui se situe entre l’objet de science et l’objet anthropologie logique »5. Cet élément marque la spécificité du Biodôme par rapport à d’autres musées d’histoire naturelle. Le musée « n’a plus à imposer ses valeurs, mais à sauvegarder ce qui, au moment présent, est tenu comme patrimoine par les divers acteurs sociaux »6.

  • 7 Construction du Biodôme entre 1971 et 1976. Récupéré le 20 juin de http://patrimoine.ville.montreal (...)
  • 8 Pierre Bourque : Horticulteur, maire de Montréal de 1994 à 2001 et responsable des travaux d’aménag (...)
  • 9 André CyrGilles Amado et Laurent Lapierre, Pierre Bourque. Le jardinier et l'ingénieur.  (Montréa (...)

6Personne n’aurait espéré qu’un projet d’une telle envergure ait pu prendre forme dans un espace urbain tel que Montréal. En effet, reconstituer des milieux naturels dans un espace aussi improbable que le vélodrome7 n’était pas chose facile. Dès sa conception, le Biodôme avait pour mission première, une mission environnementale. Pierre Bourque8, initiateur du projet, lors d’une visite de chantier avec Jean Charest, à l’époque ministre de l’Environnement du Canada, l’avait décrit ainsi : « Le Canada et le carrefour de l’environnement seront au cœur du Biodôme. Les gens vont découvrir les écosystèmes et ce sera le point culminant de la visite : penser globalement et agir localement »9.

7Le contexte de création du Biodôme ainsi que les controverses qu’il a pu susciter permettront d’analyser l’image que l’on se fait de celui-ci, tant du point de vue du personnel de l’institution que de celui des visiteurs. Cela permettra enfin de comprendre quel est l’objet phare du Biodôme et ainsi interroger la définition de l’objet phare.

8Pour introduire le sujet de l'objet phare dans une institution tel que le Biodôme, nous devons redéfinir et réfléchir sur la symbolique de l'objet phare dans ce contexte ; un objet emblématique autour duquel une institution a construit un discours et un processus de muséalisation. Le processus de recherche sur l’objet phare du Biodôme va permettre de questionner sa démarche en tant qu’institution conservant des espèces vivantes. Quel objet emblématique une institution représentant la Nature peut-elle conserver ?

Un projet « phara » mineux

La remise en cause des zoos dans les années 1980

  • 10 Jean Estebanez, « Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ? (...)
  • 11 Gaëlle Crenn, op. cit., p. 65.
  • 12 Jean Estebanez, op. cit., p. 709.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid. p. 717. En 1975, l’ouvrage La libération animale du philosophe Peter Singer inspire différent (...)
  • 15 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50 (2008) (...)
  • 16 Ibid..
  • 17 Genevière Joublin, « Parc zoologique de Paris » Dossier de presse MNHN, février 2014.  
  • 18 Ibid.  
  • 19 Ibid.  

9Une maison pour la vie, un « modèle des nouveaux types de jardins zoologiques »10, ou encore un « musée d’environnement d’un nouveau genre »11 tels sont les différents portraits du Biodôme faisant transparaître une nouvelle approche développée dans les années 1980. Le Biodôme incarnerait ce changement et briserait la longue tradition des zoos par une conception nouvelle dans son rapport à la nature, aux espèces animales et végétales. Cela va se traduire par une évolution de la recherche primitive de domination de l’humain sur la nature à une reconnaissance de celle-ci. Jean Estebanez, auteur de  Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ?, décrit l’évolution du zoo à travers l’histoire en quatre phases principales.12 La période avant la Révolution française durant laquelle il s’agissait pour les rois d’affirmer leur pouvoir ainsi « capables de donner son ordre à la nature »13. Après cette période de Révolution, où le pouvoir de la science prit le relais, la logique encyclopédique voulant classifier les espèces. Aux XIXème et XXème siècles, les zoos ont poursuivi cette quête de démonstration de pouvoir des peuples colonisateurs, jusqu’à atteindre un désir de libération animale14 dans les années 1980. Concernant les conditions de vie des espèces vivantes, notamment celles des animaux, cela n’a pas toujours été adéquat, les auteurs Frédéric Joulian et Christophe Abbeg15 décrivent notamment que dans les zoos classiques certains ont choisi de créer des espaces simplifiés et de privilégier une architecture simple et des sols en béton pour favoriser le nettoyage. Cela provoquait de mauvaises conditions telles que l’ennui extrême chez les animaux captifs16. La perception humaine des espèces vivantes a donc évolué en même temps que ces structures. Nous pouvons ainsi citer le zoo de Vincennes (France) comme un bel exemple de ces métamorphoses au fil du temps. C’est en effet à la suite de l’exposition coloniale de 1931 que Paris se dote d’un parc zoologique. L’engouement des visiteurs pour le zoo a encouragé notamment le Muséum national d’Histoire Naturelle à déposer une demande de projet concernant « la modernisation et l’extension de la Ménagerie du Jardin des Plantes »17. L’organisation du zoo ne sera pas pensé suivant la reconstitution de milieux naturels par zone géographique, ainsi « considérée comme plus scientifique, la présentation zoologique l’emporte : les animaux sont regroupés par grande famille : Ursidés, Félidés, Primates ou encore Ongulés »18. En 1934, le zoo de Paris est inauguré, cinq millions de visiteurs la première année montrent que l’engouement ne s’est pas tari et Paris comme les autres capitales possède maintenant son parc zoologique. Le zoo de Vincennes va alors passer en quatre-vingts ans d’un modèle de muséologie classique à un modèle écosystémique, ce dernier se rapprochant alors du modèle du Biodôme et nomme les nouveaux habitats des animaux des « biozones » 19.

  • 20 Jean Estebanez, op. cit., p.709.

10Si pendant longtemps une « logique de maîtrise et de domination »20 de l’humain sur la nature était présente, il s’avère que dans les années 1980 le milieu scientifique amorce un tournant.

  • 21 Ibid. p.717

l apparaît alors qu’un tournant « environnementaliste » touche une partie des pays industrialisés […] de ce fait, c’est la possibilité même de l’enfermement de spécimens vivants qui pose problème, non pas seulement de manière théorique, parce qu’elle contredisait un nouvel édifice intellectuel, mais bien parce qu’une nouvelle sensibilité a gagné le public 21.

  • 22 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50, 2008, (...)

11De même, les auteurs Frédéric Joulian et Christophe Abbeg notent l’évolution vers des espaces dit « naturalistes » grâce à l’émergence des préoccupations écologiques et de la question de l’éthique animale. Les institutions qui ont connu une baisse de fréquentation repensent alors les pratiques des parcs zoologiques22. En effet :

  • 23 Jean Estebanez, op. cit., p. 717.

[…] la remise en cause de leur légitimité, la plupart des zoos classiques – c'est-à-dire dans lesquels l’enfermement des animaux est manifeste – sont frappés par une image de marque de plus en plus désastreuse. Afin d’échapper à cette crise majeure, le Biodôme fait tout pour essayer de se distinguer de ces institutions en montrant que son projet se fonde sur un concept neuf voire même « unique » : « l’écosystème »23.

La naissance du Biodôme et ses controverses

  • 24 Ibid. p. 712.

12Le Biodôme, né dans un contexte propice aux changements, sort des sentiers battus et du modèle classique du zoo. À Montréal il va élire domicile au sein du vélodrome construit à l’occasion des Jeux Olympiques de 1976. C’est un savant mélange entre le zoo, le jardin botanique et l’aquarium. À partir des installations désuètes de l’aquarium et du jardin zoologique, « la ville de Montréal décide de fusionner ces institutions pour créer le Biodôme »24.

13Malgré toutes les bonnes intentions d’un projet comme le Biodôme, les controverses ont été inévitables. Nous allons nous pencher sur les polémiques qui ont touché le projet du Biodôme en tant qu’institution car elles ont été nombreuses et variées.

  • 25 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées(...)
  • 26 Ibid. p. 72.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid. p. 78.
  • 29 Martine Bernier. Muséologue Espace pour la vie. Entrevue réalisée le 21 juillet 2014 à l’insectariu (...)

14L’une des principales controverses est celle menée par les associations de défenses des animaux25. En 1989 alors que le projet du Biodôme prend forme, l’annonce de la venue de bélugas provoque le mécontentement des associations auquel doit faire face le Biodôme. Cet épisode a marqué les esprits, que ce soit au sein du Biodôme comme en témoigne Yves Paris ou dans les écrits sur le Biodôme. Le projet d'introduire des bélugas au Biodôme était pour les concepteurs un symbole, le béluga étant un « emblème du Québec, […] un bien inaliénable dont le Biodôme répond au nom des Québécois »26. Du point de vue des associations, la nationalisation de la nature et le prélèvement en milieu naturel des espèces ne sont pas choses acceptables. Deux arguments ont été mis en avant par ces associations, d’une part la mise en doute de l’authenticité des préoccupations environnementales du projet, celui-ci aurait également des motivations d’ordre politique comme le révèle Gaelle Crenn ; d’autre part, la mise en cause de la légitimité des acteurs dans le projet du Biodôme, « le musée, qu’il soit municipal ou provincial ne serait pas apte à définir un bien commun environnemental »27. Le projet visant à introduire de bélugas au sein de Biodôme n'aboutira pas mais cela aura eu le mérite de mettre en exergue de nombreuses problématiques sur la légitimité des musées. Paradoxalement les controverses qu’a subies le Biodôme seraient, d’après l’analyse de Gaelle Crenn, une explication de son relatif échec dans ses missions premières de « conscientisation aux enjeux environnementaux »28. Ces propos peuvent être nuancés, Martine Bernier muséologue à l’Espace pour la vie présente lors des débuts du Biodôme n’a pas ressenti plus de controverse pour le projet du Biodôme que pour d’autres projets muséologiques, même si elle se souvient également de l’épisode des bélugas29. « Le Biodôme n’a pas fait plus de controverse que n’importe quel projet qui se soumet à l’analyse et je n’ai pas l’impression que cela est fait tant de controverses que ça ». Alors qu’en est-il du Biodôme aujourd’hui et de son discours ?

Du discours à la réalité

L’image du Biodôme à travers les yeux de ses employés

  • 30 Information tirée du texte de la mission du Biodôme. Récupéré le 22 juin 2014 de :

15À travers sa nouvelle approche et son discours moderne axé sur l’éthique environnementale, le Biodôme nous livre de multiples voies afin de définir son objet phare. La suite de mes recherches s'est traduite par une phase de construction et de déconstruction de l'image du Biodôme véhiculée à travers les différents discours, nous tenterons de comprendre les différents regards portés depuis sa création sur cette institution. En effet, depuis que l’échec du projet d’introduire des bélugas et la prise de position des associations, le Biodôme a continué de se promouvoir comme lieu de conservation et de préservation du patrimoine.30 Sans parler d’oppositions nouvelles, deux visions au sein du Biodôme se sont dessinées et les acteurs, personnel du Biodôme, public ou encore les médias de communication vont se positionner de part et d’autre. D’une part, dans les médias et sur le site internet du Biodôme, tout prête à croire que des espèces telles que le lynx avec la naissance des chatons, le castor animal mythique ou encore le manchot royal, devenu le logo du Biodôme, allaient répondre aux attentes de l'objet phare. Effectivement l'émulation du public pour les animaux aurait pu se traduire par une politique de vedettariat d'une espèce. Le castor et le lynx étant des espèces provenant du Canada, ces pistes étaient envisageables pour définir une identité et un discours officiel pour le Biodôme.

16D’autre part, du point de vue du personnel du Biodôme comme Yves Paris, il s'est avéré que le Biodôme n'entre pas dans une politique de vedettariat d'une espèce phare autour de laquelle l'institution aurait construit son discours. Évidemment, entre la théorie et la pratique certains détails diffèrent et certaines espèces sont mises en avant mais c'est avant tout un prétexte pour traiter de l'environnement, admet Yves Paris. Par exemple, au Biodôme les animaux ne portent pas de nom, c’est l’écosystème dans lequel les espèces animales et végétales vivent qui est important. Si le discours officiel du Biodôme ne met pas en avant une espèce à part entière, comment expliquer l’image externe du Biodôme et son nouveau logo ?

  • 31 Information tirée du texte de présentation de la fondation Espace pour la vie. Récupéré le 22 juin (...)
  • 32 Martine Bernier, Muséologue Espace pour la vie, entrevue réalisée le 21 juillet 2014 à l’insectariu (...)

17D’après Yves Paris il n’y a pas eu de concertation pour le logo entre les différents services. Le Biodôme est en effet composé de trois services principaux, le service de la recherche des collections vivantes, le service de l'éducation et de la programmation, l’accueil et les services au public et le service de marketing et de communication. Le service des communications semble avoir un parti pris marketing qui permet de mettre en lumière le Biodôme, mais de ce fait sort du discours de non vedettariat en mettant en avant une espèce parmi les 230 espèces animales et 750 espèces végétales31 présentes au Biodôme. Récemment l’Espace pour la vie a renouvelé les logos de ses institutions cherchant à « montrer la spécificité de chaque institution et à la fois d’en faire un ensemble avec Espace pour la vie»32.

  • 33 Martine Bernier, « Biodôme renouvelé, programme et concept muséal », op. cit.

18Le logo du Biodôme met en avant le manchot. Animal star ou « animal signature »33 il est à présent l’emblème du Biodôme. De plus, il est intéressant de noter que la présence de ces manchots royaux est unique au Québec, ils représentent un animal exotique et attachant. Cela a permis au service de communication d'en faire le nouveau logo du Biodôme sans que personne ne le remette en question. Si en interne au Biodôme deux tendances se font ressentir, on peut se demander ce qu’il en est du public.

L’image du Biodôme à travers les yeux de ses visiteurs

  • 34 Jean Estebanez, op. cit., p. 718.
  • 35 Ibid. p. 711.

19L’ambiguïté entre les discours du musée et l’attitude des publics est à analyser. En effet, le public opère une hiérarchisation entre les animaux34, mais il n’apparaît pas, dans l’étude interne menée auprès des publics du Biodôme en 199635, une espèce star. Martine Bernier ajoute ici un point de vue intéressant, si le visiteur a un animal vedette, il varierait selon son âge, l’attachement des visiteurs ne serait pas le même envers les mêmes espèces. Par exemple, Martine Bernier prend l’exemple du manchot qui est joueur de nature et donc qui crée une interaction plus facile pour les plus petits. On peut émettre l’hypothèse que le Biodôme à travers ce dilemme garde un certain équilibre entre l’éthique institutionnelle et le marketing culturel qui est en marche.

  • 36 Bernard Schiele. Le musée de sciences. Montée du modèle communicationnel et recomposition du champ (...)

20Dans son rapport avec la nature, le Biodôme a été construit et continu d’évoluer à l'image d'un musée de sciences. En effet la définition d’un musée de sciences faite par Bernard Schiele s’accorde parfaitement avec le concept du Biodôme :  Présenter l'évolution des sciences [...], diffuser la culture scientifique [...] pour la faire connaître, mettre en contexte l’impact des sciences [...], et démocratiser la culture et le savoir »36.

  • 37 Information tirée du texte de présentation de la fondation Espace pour la vie. Récupéré le 22 juin (...)
  • 38 Yves Paris, responsable chef de division de la programmation au Biodôme, entrevue réalisée le 9 oct (...)
  • 39 Jean Estebanez, « Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ? (...)
  • 40 Ibid. p. 719.
  • 41 Ibid. p. 717.

21Le Biodôme traite de l'environnement et décrit clairement un désir d'émerveiller le public à travers les espèces exposées, de donner à voir aux visiteurs ce qu'ils pourraient voir dans la nature.37 Celui-ci montre et démontre à travers les écosystèmes le mode de vie des animaux dans un souci pédagogique : « vous trouvez cela beau, alors préservez-le »38. C’est une recréation d’habitats naturels dont le but est de provoquer une certaine vision et une certaine attitude de la part des visiteurs dans le but de protéger l'environnement. Néanmoins, « ce sont bien les animaux qui rendent les écosystèmes intéressants pour les visiteurs »39, les visiteurs n’attachent pas beaucoup d’importance à l’aspect éducatif de l’institution40. De plus, Jean Estebanez met en avant dans ses recherches le fait que le Biodôme, contrairement aux zoos classiques, ne cherche pas à mettre en valeur les espèces. Ainsi il est possible que le visiteur ne voit, par exemple, pas tous les animaux qui se cachent dans la forêt tropicale41 au cours de sa visite.

22Le double discours énoncé plus haut nous amène à considérer que c’est peut-être là que le Biodôme trouve le juste équilibre entre une médiatisation de ses actions sans pour autant agir comme un zoo classique. Cette première analyse nous permet d’écarter la piste de l’animal phare au sein du Biodôme. À partir de cette information essentielle, nous pouvons nous interroger, puisque le discours ne se tourne pas vers une espèce en particulier, en quel terme pouvons-nous traiter de l’objet phare au sein du Biodôme ?

Quel objet phare ?

L’espace comme objet phare

  • 42 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées(...)
  • 43 Jean Estebanez, op. cit., p. 719.

23Afin de poursuivre la démonstration de l'objet phare, nous allons maintenant nous intéresser au processus de muséalisation, dans le cas présent, nous parlerons de « patrimonialisation de l’environnement »42. Le Biodôme conserve des espèces vivantes et représente la nature en ses lieux. La sauvegarde d’un patrimoine est finalement le point de convergence entre les propos du personnel et du public. Précisons que par patrimoine nous entendons les espèces vivantes dans leur habitat naturel recréé. Le discours tenu par les institutions conservant et protégeant des êtres vivants semble justifier leur place dans notre société. Mais lorsque l’on regarde de plus près les chiffres, il s’avère que seulement 2,8% et 0,6 des espèces possédées43 des espèces menacées vivent au sein du Biodôme. Certains auteurs tels que Jean-François Staszak dans son article « À quoi servent les zoos ? » ou encore Jean Estebanez portent un point de vue critique sur la question :

  • 44 Ibid.

[…] une des meilleures preuves de la puissance du discours diffusé par l’institution est que malgré tout près de 80% des visiteurs pensent que le Biodôme peut avoir un rôle de sauvegarde des espèces en voie de disparition.44

  • 45 Gaëlle Crenn, op. cit., p. 67.

24La nature est un bien qui est de l’ordre de l’immatériel, on ne peut posséder un paysage ou un animal sauvage. Cette notion de patrimonialisation et d'appropriation de la nature peut également permettre de se questionner comme l'a fait Godard « l'application de la catégorie du patrimoine à la nature est un coup de force : le patrimoine désigne l'archétype du bien approprié.[…] Il s'oppose alors sémantiquement au sauvage, à l’inappropriable. »45

  • 46 Jean Estebanez, op. cit., p.710.
  • 47 Ibid.

25Dans le cadre du Biodôme, les écosystèmes des Amériques semblent représenter en majeure partie les paysages canadiens et québécois, l’érablière des Laurentides, le golfe du Saint-Laurent ou encore les côtes du Labrador.46 Cela se traduit par « un processus de construction identitaire »47. En effet :

  • 48 Ibid. p. 724-725

La construction d’une histoire nationale a été chose délicate pour les jeunes nations d’Amérique du Nord, puisqu’elles manquaient tout simplement de lieux mémorables, d’églises, de cathédrales anciennes et de tout autre monument qui puisse fonder avec suffisamment de légitimité une identité nationale. Ce sont les forêts, les montagnes, les chutes d’eau et les formes physiques surprenantes qui vont devenir des monuments nationaux.48

26Estebanez poursuit également en faisant référence au groupe des sept, cet incontournable groupe de peintre des années 1920 qui ont pris pour objectif :

[…] de fonder une véritable peinture nationale afin de créer une communauté nationale […] Ainsi, la figure 7 est un exemple représentatif de la manière dont commencent à se fixer les caractéristiques d’un paysage classique canadien : au premier plan une érablière ou des conifères sur un terrain légèrement vallonné, juste derrière un lac et enfin à l’arrière-plan, une chaîne de montagne.

27Les écosystèmes sont donc une représentation identitaire et corroborent l’hypothèse suivante : l’objet phare du Biodôme se définit dans ses écosystèmes.

Développement autour de la patrimonialisation 

  • 49 Yves Paris. Entrevue op. cit..

28De ces écosystèmes phares se dégagent des valeurs au titre de patrimonialisation. La valeur esthétique qui se traduit par l'émerveillement du public, la valeur symbolique qui permet de démystifier la nature-spectacle car les animaux ne sont pas toujours en activité et le public doit s’en rendre compte et prendre le temps d’observer les espèces. Concernant la valeur historique, le thème du rapport à la nature au sein des premières nations, est essentiel à aborder puisqu’en deux générations, il y a eu une perte de contact avec la nature49. Pour développer le propos, dans l'histoire du Canada, les amérindiens, première population occupant le territoire, avaient une relation privilégiée avec la nature. Ne possédant pas l’écriture, ils font parti de la préhistoire en Amérique du Nord et avait une existence sur le mode de la survie en fonction des saisons. Avec l'arrivée du commerce par les colons et l'industrialisation au XIXème siècle, le contact avec la nature a été perdu. Pour le Biodôme, il s'agit de reconstruire ce lien et ce respect pour la nature.

29Pour ce qui est de la valeur pédagogique, les animaux ont un rôle de sensibilisation envers le public. Étant placés dans un écosystème ressemblant à leur milieu naturel, le public prend conscience de la diversité et aussi de la fragilité des espèces. Ainsi révéler la révélation que le castor était en voie de disparition au début du XXème siècle, a créé chez le visiteur une prise de conscience de la fragilité du rapport de l’animal avec son milieu naturel. Cette valeur pédagogique est ancrée dans la politique du Biodôme, premier établissement muséal à représenter un écosystème d'Amérique du Nord (Golfe Saint Laurent). Cela permet au public, tant touristes que locaux, de prendre connaissance de la diversité de l’écosystème canadien.

  • 50 Jean Estebanez, op. cit., p. 720.

30Pour appuyer notre théorie des écosystèmes phares, nous pouvons citer en exemple l’écosystème des Laurentides dans lequel se situe le castor. Le castor est générateur d'écosystème car il joue un rôle dans les environnements humides et proches des rivières. Il est créateur d'habitat. Les animaux du Biodôme sont sur un même pied d’égalité que les végétaux, même si « pour le public les animaux sont davantage des vedettes et la végétation un décor »50.

  • 51 Ibid. p.729

31Par ailleurs, la notion d'objet complexe de l'environnement abordée par Gaëlle Crenn est intéressante à relever ; « objet complexe où les dimensions scientifiques, politiques et esthétiques s'entremêlent ». Cette définition nous permet de comprendre qu’à travers l’histoire du Biodôme ce sont les changements de la société qui s’y reflètent, qu’ils soient politiques lors de sa construction, scientifiques dans sa conception ou encore esthétiques à travers la présentation des espèces. Cette présentation des animaux reste utopique puisque le rapport d’interdépendance par la chaine alimentaire est ici contourné pour des raisons de préservation des espèces, on ne verra jamais au Biodôme une espèce animale en manger une autre. En somme, « le Biodôme fonctionne comme une sorte de bulle qui assure une séparation matérielle et symbolique avec le monde extérieur »51.

Conclusion

32À travers ce parcours, des origines du zoo à la patrimonialisation de la nature au sein du Biodôme, les écosystèmes représentés au Biodôme se sont révélés l’objet phare.

  • 52 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50 (2008) (...)

33Le zoo en tant qu’institution conservant des espèces vivantes s’est transformé en parallèle de notre société occidentale. Du zoo classique comme démonstration de pouvoir et de domination, nous sommes parvenus au modèle d’ « Arche de Noé »52 où la conservation des animaux est pensée en termes de sauvegarde.

  • 53 Kyeonghi Min et Églantine Pasquier. Étude sur l’impact de l’événement «lent de nature » sur l’état (...)

34Les espèces sont présentes pour éduquer le public. Cette année 2014 avec le thème de la lenteur et leur slogan « dépêchez-vous de ralentir », c’est le paresseux qui est mis en vedette. Le biodôme joue avec les codes connus des visiteurs, se servant des animaux attachant et de son discours pour parler d’environnement avec le public. Néanmoins d’après les premières études de public faites cet été 2014, il semble que le public n’est pas compris le message que voulait faire passer le Biodôme. En effet, 76% du public a perçu une initiative liée à la biodiversité et la protection de la nature en questionnaire post-visite contre 7% pour le thème de la lenteur.53 Ces événements spéciaux comme l’habitat des paresseux créés pour l’événement 2014 sur le thème de la lenteur ou encore la sortie des manchots l’hiver flirtent entre la possibilité d’observation optimale pour les visiteurs et une mise en scène de ceux-ci. On comprend ainsi les enjeux d’une institution comme le Biodôme en ce XXIe siècle à la fois environnementalistes et mercatiques.

35La patrimonialisation au Biodôme se définit par son attachement, au pays dans lequel elle demeure pour en faire un symbole d’identité nationale. On peut donc mieux comprendre pourquoi le projet phare des Bélugas n’a pas abouti, c’était pour mieux laisser place au patrimoine immatériel qui définit le Canada.

Top of page

Bibliography

Ouvrages et périodiques

Y. Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris : Armand Colin, 2011, p.53-69.

G. Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées, Nouveaux regards sur le patrimoine sous la direction de Jean Davallon, n°1 (2003), p. 65-87.

A. Cyr, G. Amado et L. Lapierre, Pierre Bourque. Le jardinier et l'ingénieur, Montréal, Sainte Foy, Presses de l’université du Québec, 1995.

J. Davallon, « Cultiver la science au musée, aujourd'hui? », récupéré le 3 octobre 2013 de http://www.cirst.uqam.ca/pcst3/PDF/Communications/DAVALLON.PDF.

J. Estebanez, « Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ? », Annales de Géographie, n°652 (2006), p708-731.

G. Joublin, « Parc zoologique de Paris », Dossier de presse MNHN, février 2014.  

F. Joulian et C. Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, n°50, 2008, p120-143.

A. Micoud, « Patrimonialiser le vivant ». Espaces Temps, no74-75, 2000, p.66-77.

A. Micoud, « Musée et Patrimoine : deux types de rapport aux choses et au temps ? » Hermès, n°20, 1996,  p. 115-123.

B. Poche,. « Le patrimoine comme artifice à la déréalisation du monde social », Patrimoine et modernité. Paris : L’Harmattan, 1998, p.291-307.

B. Schiele, Le musée de sciences. Montée du modèle communicationnel et recomposition du champ muséal, Paris, L’Harmattan, 2001.

C. Vincent, « Faut-il encore des zoos ? », Le monde, 12 avril, 2014.

Entrevues et documents numériques

Martine Bernier, Muséologue Espace pour la vie. Entrevue réalisée le 21 juillet 2014 à l’Insectarium de Montréal.

Martine Bernier, « Biodôme renouvelé, programme et concept muséal », [Présentation powerpoint], Janvier 2014.

Yves Paris. Responsable chef de division de la programmation au Biodôme. Entrevue réalisée le 9 octobre 2013 au Biodôme.

Internet

Archives vidéo de Pierre Dansereau, un des fondateurs du Biodôme. Récupéré le 20 juin 2014 de http://www.archives-expopd.uqam.ca/autres/recherche.asp?s=Biod%F4me

Archives de Montréal, « Pierre Bourque ». Récupéré le 20 juin 2014 de http://www2.ville.montreal.qc.ca/archives/democratie/democratie_fr/expo/maires/bourque/index.shtm.

Fondation Espace pour la vie, « Espace pour la vie ». Récupéré le 22 juin 2014 de :

http://fondationespacepourlavie.ca/sites/fondationespacepourlavie.ca/files/publication/espace_pour_la_vie.pdf.

« Mission du Biodôme ». Récupéré le 22 juin 2014 de :

http://espacepourlavie.ca/mission-du-biodome.

« Le Biodôme renouvelé » Récupéré le 22 juin 2014 de : http://mtlunescodesign.com/docs/projects/Biodome_PFT_annexes.pdf.

Living Lab Métamorphose, « Espace pour la vie », 2012. Récupéré le 20 juin de http://livinglabinsectarium.com/.

« Qu’est ce que l’Espace pour la vie ? »

Récupéré le 22 juin 2014 de

http://espacepourlavie.ca/quest-ce-que-lespace-pour-la-vie.

Rachel Léger, "Le biodôme fête ses 20 ans", 28 juillet 2012. Récupéré le 20 juin 2014 de

http://blogue.espacepourlavie.ca/2012/biodome/le-biodome-celebre-ses-20-ans/.

« Vélodrome olympique. Inventaire des propriétés municipales d’intérêt patrimonial »

Récupéré le 20 juin de http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/patri_municipal/fiche_bat.php?batiment=oui&requete=simple&id_bat=0046-94-0111-01.

« Visite du Biodôme ». Récupéré le 22 juin 2014 de http://calendrier.espacepourlavie.ca/visite-du-biodome.

Top of page

Notes

1 Martine Bernier. « Biodôme renouvelé, programme et concept muséal ». [Présentation powerpoint]. Janvier 2014.

2 Ibid.

3 « L’Espace pour la vie c’est un mouvement, un mouvement initié par les quatre Muséums Nature de Montréal – le Biodôme, l’Insectarium, le Jardin botanique et le Planétarium – qui unissent leur voix pour créer un espace dédié à l’humain et à la nature » Récupéré le 20 mai de http://livinglabinsectarium.com/.

4 Information tirée du texte de présentation du Biodôme. Récupéré le 22 juin 2014 de

http://espacepourlavie.ca/quest-ce-que-lespace-pour-la-vie

5 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées, n°1 (2003), p. 67.

6 Ibid. p. 82.

7 Construction du Biodôme entre 1971 et 1976. Récupéré le 20 juin de http://patrimoine.ville.montreal.qc.ca/patri_municipal/fiche_bat.php?batiment=oui&requete=simple&id_bat=0046-94-0111-01.

8 Pierre Bourque : Horticulteur, maire de Montréal de 1994 à 2001 et responsable des travaux d’aménagement et d’entretien des espaces verts de l’Exposition universelle en 1965. Récupéré le 20 juin 2014 de http://www2.ville.montreal.qc.ca/archives/democratie/democratie_fr/expo/maires/bourque/index.shtm

9 André CyrGilles Amado et Laurent Lapierre, Pierre Bourque. Le jardinier et l'ingénieur.  (Montréal : Sainte Foy : Presses de l’université du Québec, 1995), p. 165.

10 Jean Estebanez, « Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ? », Annales de Géographie, no 652, 2006, p.708.

11 Gaëlle Crenn, op. cit., p. 65.

12 Jean Estebanez, op. cit., p. 709.

13 Ibid.

14 Ibid. p. 717. En 1975, l’ouvrage La libération animale du philosophe Peter Singer inspire différents mouvements comme Greenpeace. Ce mouvement est en corrélation avec le mouvement des droits des animaux.

15 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50 (2008), p. 120-143. Récupéré le 1er février 2014 de http://tc.revues.org/3945.

16 Ibid..

17 Genevière Joublin, « Parc zoologique de Paris » Dossier de presse MNHN, février 2014.  

18 Ibid.  

19 Ibid.  

20 Jean Estebanez, op. cit., p.709.

21 Ibid. p.717

22 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50, 2008, p. 120-143. Récupéré le 1er février 2014 de http://tc.revues.org/3945

23 Jean Estebanez, op. cit., p. 717.

24 Ibid. p. 712.

25 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées, n°1 (2003), p. 71.

26 Ibid. p. 72.

27 Ibid.

28 Ibid. p. 78.

29 Martine Bernier. Muséologue Espace pour la vie. Entrevue réalisée le 21 juillet 2014 à l’insectarium.

30 Information tirée du texte de la mission du Biodôme. Récupéré le 22 juin 2014 de :

http://espacepourlavie.ca/mission-du-biodome.

31 Information tirée du texte de présentation de la fondation Espace pour la vie. Récupéré le 22 juin 2014 de http://calendrier.espacepourlavie.ca/visite-du-biodome.

32 Martine Bernier, Muséologue Espace pour la vie, entrevue réalisée le 21 juillet 2014 à l’insectarium.

33 Martine Bernier, « Biodôme renouvelé, programme et concept muséal », op. cit.

34 Jean Estebanez, op. cit., p. 718.

35 Ibid. p. 711.

36 Bernard Schiele. Le musée de sciences. Montée du modèle communicationnel et recomposition du champ muséal, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 27.

37 Information tirée du texte de présentation de la fondation Espace pour la vie. Récupéré le 22 juin 2014 de :

http://fondationespacepourlavie.ca/sites/fondationespacepourlavie.ca/files/publication/espace_pour_la_vie.pdf

38 Yves Paris, responsable chef de division de la programmation au Biodôme, entrevue réalisée le 9 octobre 2013 au Biodôme.

39 Jean Estebanez, « Les jardins zoologiques et la ville : Quelle nature pour le Biodôme de Montréal ? », Annales de Géographie, no 652, 2006, p. 722.

40 Ibid. p. 719.

41 Ibid. p. 717.

42 Gaëlle Crenn, « La patrimonialisation de l'environnement au Biodôme de Montréal », Culture & Musées, n°1 (2003), p. 66.

43 Jean Estebanez, op. cit., p. 719.

44 Ibid.

45 Gaëlle Crenn, op. cit., p. 67.

46 Jean Estebanez, op. cit., p.710.

47 Ibid.

48 Ibid. p. 724-725

49 Yves Paris. Entrevue op. cit..

50 Jean Estebanez, op. cit., p. 720.

51 Ibid. p.729

52 Frédéric Joulian et Christophe Abegg, « Zoos et cause animale », Techniques & Culture, no 50 (2008), p. 120-143. Récupéré le 1er février 2014 de http://tc.revues.org/3945.

53 Kyeonghi Min et Églantine Pasquier. Étude sur l’impact de l’événement «lent de nature » sur l’état d’esprit des visiteurs : rapport de stage. [Document non publié]. (Montréal / Paris : Université de Montréal / École du Louvre, 2014).

Top of page

References

Electronic reference

Anne Castelas, « L’objet phare au Biodôme, les enjeux du zoo contemporain », Conserveries mémorielles [Online], #19 | 2016, Online since 18 November 2016, Connection on 28 May 2017. URL : http://cm.revues.org/2345

Top of page

Author

Anne Castelas

Anne Castelas a complété un baccalauréat en Arts visuels à l’Université Paris VIII (France) avant de se spécialiser en maîtrise en muséologie à l’UQÀM (Canada). Son sujet de recherche se penche sur les muséologues québécois et leur rôle dans la modernisation de la muséologie de l’histoire au Québec à partir des années 1960. Aujourd’hui elle est muséologue et chercheure-affiliée au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org