Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le cœur du frère André. Musée du patrimoine religieux de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont Royal

Andréanne Charbonneau-Desfossés

Résumé

Le musée du patrimoine religieux de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal accueille dans sa collection la relique du cœur du frère André. Les miracles réalisés par le frère André ont fait de lui pendant sa vie et après sa mort un personnage important. L’auteur relate dans ce texte la vie de Alfred Bessette qui prit le nom de frère André ainsi que l’histoire de la relique.
Le statut identitaire de l’objet que nous allons découvrir est un exemple d’objet relié à un personnage important dans l’histoire québécoise et plus encore de qui il émane une spiritualité comme nous le prouvent les deux millions de visiteurs de l’église du frère André venant d’origines et de confessions différentes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les sociétés chrétiennes, il y a un souci de préserver et de commémorer des témoins matériels de la trace d’une présence divine sur terre. Dieu étant inaccessible, le peuple se choisit des intermédiaires pour s’adresser à lui ; qu’il soit objet (icône, statuette, autel, etc.), ou sous la forme humaine d’un élu. Dans cette perspective, au Moyen Âge, la coutume voulait que le cœur de gens vénérables, élus, soit préservé (surtout le cœur des rois). C’était geste de reconnaissance, un symbole d’admiration tout en étant un honneur.

2C’est cette pratique qui a incité les prêtres de la congrégation de Sainte-Croix à conserver le cœur de frère André après son décès en 1937. Le cœur représente les émotions de l’homme, mais aussi son centre spirituel et moral. Exposer le cœur au grand public afin de perpétuer la vénération envers frère André était prémonitoire à la relique qu’il allait devenir et de l’objet emblématique qu’il allait incarner pour l’Oratoire et son musée. Un phénomène évidemment critiqué par certains, pensons à Marc Laurendeau du groupe Les Cyniques qui blaguait avec les « hot-dogs relique-moutarde » vendus au pied des marches ou encore, le Miracle Mart, « Follow the guide…Ti-gars, remets ça dans le bocal1 ». Néanmoins, l’église du frère André attire deux millions de visiteurs année après année, toutes cultures, origines et croyances confondues2.

  • 3 Auparavant appelé le musée du Frère André.
  • 4 Nous n’avons pas consulté les fonds d’archives à la bibliothèque nationale sur l’Oratoire, c’est-à- (...)

3Notre travail propose le cœur du frère André, devenu relique sainte, à titre d’objet iconique du musée de patrimoine religieux de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal3. Les archives étant inaccessibles, les références trouvées sur l’Oratoire, le frère André, le musée ainsi que notre entrevue avec la conservatrice du musée, Chantal Turbide, nous ont permis d’obtenir les informations nécessaires4. Le cœur du frère André, objet patrimonial, témoin de notre mémoire collective, a un statut hautement intéressant à débattre ; à la fois monument commémoratif, relique sacrée, objet mythique et emblématique de notre identité nationale. Un objet authentique, unique pour le musée, et ce, sans avoir passé par le processus de muséification.

Le musée de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal :

  • 5 Yves Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », André Charbonn (...)

4Le musée de l’Oratoire est situé aux 4e et 5e étages du 3800, chemin Queen-Mary, soit à l’intérieur de l’édifice religieux voué à la prière qu’est l’Oratoire Saint-Joseph, classé lieu historique national. Le sanctuaire se trouve au 6e et est ouvert à tous, tout comme le 4e étage. Le cœur du frère André, sous verrou, se situe à l’entrée du 4e, un espace consacré au fondateur de l’Oratoire. Présent à l’Oratoire avant la construction du musée, le cœur est en quelque sorte la pierre angulaire de l’institution, son 1er morceau. Au pied de la relique, un tapis de papiers et de photos fait office à la fois d’offrande et de demande. Autant les gestes du public que la voûte du musée mettent le cœur en valeur. Avec la chambre forte, le musée remplit à la fois son rôle de « conservatoire » de la mémoire nationale5, ses fonctions de protéger ainsi que de préserver ses objets.

  • 6 Vous pouvez voir les détails d’un an d’inventaire sur Artefacts Canada : http://www.pro.rcip-chin.g (...)
  • 7 Andréanne C.-Desfossés, « Entrevue téléphonique avec Chantal Turbide, conservatrice du musée de l’O (...)

5La mission ainsi que les politiques du musée ne sont pas accessibles au le public, puisqu’il n’y a rien d’écrit. Justement, la conservatrice travaille en ce moment sur la formulation de leurs pratiques actuelles, soit de préserver l’art chrétien et l’œuvre du frère André. En ce sens, le cœur du frère André représente bien la mission du musée. Turbide croit d’ailleurs que le cœur est sans l’ombre d’un doute l’objet phare du 4e étage, mais qu’aucun objet ne ressort du lot au 5e. Turbide se fixe aussi comme objectif de terminer l’inventaire, d’ici quelques années, de la collection estimée entre 30 000 et 60 000 objets6. Elle souhaite pour l’avenir mettre davantage en valeur la variété des objets de la collection tout en maintenant ses thématiques d’art chrétien et de la vie de son fondateur. Bref, le musée de l’Oratoire est un lieu très vivant7.

  • 8 Ibid.
  • 9 Henri Bernard, Le Guide de l’Oratoire Saint-Joseph. (Montréal : Édition Oratoire Saint-Joseph, 1959 (...)

6Créé en 1955, le musée s’oriente vers l’art chrétien et la vie du frère André. Le musée est divisé en trois thèmes ; le frère André, la sainte Famille (les crèches), ainsi que l’art religieux8. Plus précisément, le musée accueille une exposition permanente sur la vie du fondateur de l’Oratoire avec trois « period room » reconstituées ; la reproduction exacte de sa chambre au collège de Notre-Dame lorsqu’il était portier, l’interprétation réaliste de son bureau à l’Oratoire où des milliers de gens sont venus le rencontrer et « la scène authentique » de sa chambre d’hôpital à son décès9. On y expose aussi des photos et des articles de journaux ainsi que d’autres objets relatant l’évolution de sa cause à Rome.

7Au 5e étage, les collections, dont celle de crèches du monde permettent au public de découvrir le patrimoine artistique religieux d’ici et d’ailleurs. Plus précisément, l’exposition montre des crèches en provenance d’une centaine de pays10. Turbide relate qu’année après année, depuis 1980, l’exposition permanente met en valeur une sélection d’environ 200 œuvres d’artistes, croyants ou non, illustrant le thème de la Nativité, de la naissance. À cet étage du musée, qui est payant, se trouve aussi le diorama sur Saint Joseph conçu avec, entre autres, les sculptures de Joseph Guardo de Montréal11. Quant à l’espace des expositions temporaires, il accueillait Trait d’esprit : André Bergeron, Marie-Anastasie, Frère Jérôme jusqu’en avril 2014, où l’on montrait les œuvres picturales d’artistes reconnus et collectionnés, soient des créations modernes de trois membres de la congrégation de Sainte-Croix. Peintures, lithographies et sculptures étaient au rendez-vous.

Le récit d’un cœur ouvert à toutes les détresses 

  • 12 Henri-Paul Bergeron, Le frère André, Montréal, Fides, 1947.

8Dès son enfance, Alfred Bessette (1845-1937) est très pieux. Devenu orphelin jeune, illettré et peu éduqué, il devient en 1870 novice à la Congrégation de Sainte-Croix et prend le nom de frère André. Selon les nombreuses biographies, à l’époque, rien ne laisse présager sa future célébrité. Après tout, il sera pendant 40 ans portier, jardinier, coiffeur, bref, homme à tout faire au collège de Notre-Dame. Or, en 1877, un collègue du frère André, frère Aldéric, souffrant d’une blessure à la jambe, se voyait menacé d’être amputé. Après une cure à l’huile de Saint-Joseph, la jambe s’est rétablie. Une autre guérison « miraculeuse » du frère André s’ensuit à l’infirmerie du collège Notre-Dame où il a calmé la fièvre d’un élève. C’était sa méthode, il tentait de guérir avec de l’huile de Saint-Joseph ou des prières adressées à lui12.

  • 13 Micheline Lachance, Le frère André : l’histoire de l’obscur portier qui allait accomplir des miracl (...)
  • 14 Denise Robillard, Les merveilles de l’Oratoire (1904-2004), Montréal, Fides, 2005, p. 100.

9Malgré le scepticisme du corps médical, les exploits du frère André se sont vite propagés de bouche à oreille. Selon l’auteure Micheline Lachance, rapidement, les éclopés et les malades de la ville envahissaient le collège à la recherche du « petit frère qui guérit tous les maux »13. À partir des années 1880, sa réputation de thaumaturge et de saint fait le tour de la province. Il deviendra ainsi respecté de ses pairs et du peuple tout entier, à l’exception de nombreux médecins suspicieux. La presse a contribué à propager les louanges. Ensemble, la communauté et la presse ont créé le mythe du frère André. En 1909, le frère André reçoit 24 745 lettres pour des demandes précises (financière de carrière, etc.) ou des besoins de guérisons. Selon l’auteure Denise Robillard, la rumeur s’emballe et les gens téléphonent à l’Oratoire pour connaître « à quelle heure se font les miracles?14 ». Les béquilles et les prothèses s’empilent à l’Oratoire, déposées en guise de reconnaissance pour les faveurs obtenues auprès du frère.

10Le frère André a été témoin de nombreuses époques durant sa vie. Devenu célébrité vers les années 1880, il était la lumière dans tout le smog industriel de la ville en pleine expansion, jusqu’à la crise économique de 1929 où l’enthousiasme de plus de 40 000 ouvriers sans emploi a été mis à l’épreuve. En effet, ayant vécu la Première Guerre mondiale, l’épidémie de grippe espagnole et surtout le krach boursier de 1929, le phénomène autour de frère André appartient surtout à une époque noire du Québec, à une période de misère, où les Québécois étaient tous en quête de faveurs. Des centaines de milliers de Québécois ont trouvé réconfort, confiance et espoir auprès du frère André jusqu’à ses 91 ans. De nos jours, son public est international et, même après sa mort, la demande ne cesse. Aujourd’hui, la figure du guérisseur s’efface derrière celle du fondateur de l’Oratoire, de l’homme généreux et rassembleur. Personnage légendaire de notre histoire, le frère André, incarnation de l’espoir, est bien ancré dans notre patrimoine.

  • 15 Radio-Canada, L'oratoire Saint-Joseph : le miracle du frère André. Récupéré de http://archives.radi (...)
  • 16 Groupe TVA Inc., Canonisation du frère André : Claude Poirier a retrouvé le cœur du frère André, 20 (...)

11Victime de son succès, de l’engouement autour de lui, le cœur disparaît dans la nuit du 15 au 16 mars 1974. Entré par une fenêtre, le malfaiteur s’est emparé de l’urne contenant le cœur. Depuis près de vingt ans, le mausolée était déposé sur une base en marbre derrière une grille de fer verrouillée au musée de l’Oratoire. Selon le négociateur Claude Poirier, aucun signe d’infraction n’avait été relevé sur la scène ce qui ajoutait une aura de mystère au vol. À vrai dire, si l'on a facilement dérobé l’objet sous verrou, c’est que le cambrioleur devait avoir la clé. La nouvelle de la disparition du cœur a pris du temps à sortir dans les médias puisque les prêtres ne voulaient pas créer de panique. La Congrégation aurait fait appel au service de Poirier afin de servir d’intermédiaire avec maître Shoofey pour la négociation du retour de la relique. À l’époque, Radio-Canada parle d’une demande de rançon de 50 000 $15. Le coupable, Robert Bob F., aurait plutôt voulu négocier une sentence réduite pour une série d’accusations de vol qualifié16. C’était la chasse au trésor, un dossier médiatisé suivit de près. Le voleur a finalement a permis aux autorités de le retrouver dans une maison du sud-ouest de Montréal, après neuf mois de fouille. Dès lors, le cœur est dans sa chambre forte au musée de l’Oratoire et n’a plus bougé depuis.

La création d’une figure mythique

« La substance du mythe ne se trouve ni dans le style, ni dans le mode de narration, ni dans la syntaxe, mais dans l’histoire qui y est racontée. »
Claude Lévi-Strauss, 1955

  • 17 Micheline Lachance, 2010, op. cit., p. 300.
  • 18 Ibid., p. 380.
  • 19 Denis Robillard, 2010, op. cit., p. 120.

12Soixante ans après ses premières guérisons, le frère André s’éteint. Le Québec connaît un moment éprouvant de son histoire ; on venait de perdre le symbole d’espoir des Québécois. Le père Cousineau demanda aux artistes de Giovanni Filippelli et Pierre Petrucci de mouler le visage du frère17 afin de créer un masque mortuaire. Puis, le docteur Riopelle, anatomopathologiste, vient en aide au docteur Lamy pour l’exérèse du cœur. L’après-midi suivant son décès, le cortège se rend jusqu’en haut du Mont-Royal. La foule veut s’approcher du corps afin de le voir une dernière fois, le toucher ou encore lui demander une faveur. C’est la course aux reliques. Selon Lachance, certains osent lui voler une médaille, un bout de vêtement, une mèche de cheveux. La police doit même intervenir au Mont-Royal, à sa chambre d’hôpital et à son bureau, car certains religieux essayaient de se procurer de ses objets18. Selon Robillard, en seulement vingt-quatre heures, près de 160 000 personnes s’approchèrent de son corps. Pendant ce temps, 324 journaux à travers le monde (561 articles) publient la nouvelle du décès du frère André19.

  • 20 Micheline Lachance, 1982, op. cit., p. 88.

13La cérémonie de l’enterrement est simple et intime. On descend le tombeau de ciment à la crypte dont la construction est terminée. Les médecins offrent ensuite le cœur au père Cousineau. Le premier ministre, Maurice Duplessis, ira installer le mausolée dans la sacristie, au départ jalousement gardé auprès des prêtres. Le vase de verre épais de forme rectangulaire dans lequel le cœur repose est placé dans un coffret d’acier ornementé à l’épreuve du feu20. Il ne sera exposé qu’à l’intérieur des murs de l’Oratoire. Enfin, presque…

  • 21 Henri Bernard, 1959, op. cit., .p. 25.

14Suite à son décès, en 1940, le clergé se rassemble pour monter un dossier pour Rome. Selon la biographie signée par le père Henri-Paul Bergeron, dans la lignée de cette démarche, un premier médecin sera mandaté d’étudier 791 cas de guérisons. Il proposera de présenter une quarantaine de cas au Vatican, l’équivalent de 5% des miracles de guérisons sur lesquels il s’est penché. Des milliers d’autres cas seront analysés par la suite. Selon Le tribunal du merveilleux de 1976, de vénérable à béatifié et à saint, il aura fallu 1001 enquêtes et six papes avant que le septième, Benoît XVI, le canonise en 2010. De cette longue et ardue démarche, on attribue 125 000 guérisons à la puissante foi du frère envers Saint-Joseph. Nombreux sont les pèlerins qui viennent se recueillir auprès de son cœur, de son tombeau, ou encore, qui montent les 278 marches de l’Oratoire en guise d’exercice de piété qui est souvent récompensé par l’obtention de faveurs21.

  • 22 Yves Bergeron, 2010, op. cit., p. 167.

15Les miracles qu’on concède au frère André, sa figure de saint et de guérisseur investit de la force de Saint-Joseph, ce mythe est ce qui a attiré les foules pendant la période difficile de l’entre-deux guerres et c’est ce qui continue à faire affluer les pèlerins à l’Oratoire. Notre objet emblématique démontre que le musée, à titre d’institution gérée par l’élite ecclésiastique, n’a pas comme mission que de « conserver la mémoire nationale, il est aussi un lieu de production de la mémoire22 » collective dans le but de créer un sentiment d’appartenance à l’église, un mouvement rassembleur, de valoriser l’histoire et l’identité culturelle des Canadiens français. En ce sens, comme nous le rappelle Gérard Bouchard, le mythe est principalement un engrenage, un :

  • 23 Gérard Bouchard et Bernard Andrès (dir.), Mythes et Sociétés des Amériques. (Montréal : Éditions Qu (...)

Rouage collectif neutre qui peut recevoir les charges symboliques et nourrir les entreprises diverses (la paix comme la guerre, la liberté aussi bien que l’esclavage). En effet, la propriété première du mythe, comme représentation collective, est d’instituer d’une façon durable une signification prenant la forme d’une valeur, d’une croyance, d’un idéal quelconque. Donnée pour vraie, une telle représentation peut consister dans une vision du monde, un grand rêve collectif, un modèle de conduite, etc.23

  • 24 Ibid.

16Par ailleurs, dans Mythes et Sociétés des Amériques, Bouchard nous explique que le mythe doit passer trois étapes dans l’espace et le temps pour se concrétiser. La première étant celle de la diffusion à petite, moyenne, puis grande échelle. Avec le temps, le mythe doit ensuite s’intégrer dans la sphère des mœurs et des coutumes où il sera ritualisé, c’est-à-dire communiqué, dupliqué, répandu. À la suite de ce long processus, le mythe sera en troisième temps sacralisé, atteignant un statut d’inattaquable24.

  • 25 Marie-Marthe Brault, « Chapitre 5 : L’oratoire Saint-Joseph et le Frère André », dans Jean Simard ( (...)
  • 26 Marcel Mauss cité dans Ibid., p. 290.

17Le mythe autour du frère André et de son sanctuaire en est un bon exemple. Il faut savoir que les gens venaient d’abord à l’Oratoire pour consulter le guérisseur avant de devenir des pèlerins et c’est le frère André qui insistait à ce qu’ensuite ses « clients » se dirigent vers l’Oratoire afin qu’ils démontrent leur reconnaissance à Saint-Joseph25. Pour les chrétiens, le sanctuaire est un palier intermédiaire afin de prendre contact avec Dieu. Selon l’anthropologue Marie-Marthe Brault, le frère André dans la religion populaire était défini comme un agent intermédiaire, tout comme un sanctuaire. Cela rejoint l’idée de Krzysztof Pomian (1987) qu’un objet incarnant une personne sainte, comme la relique, ait cette habileté d’intermédiaire avec le monde invisible, aptitude que la communauté lui confère. Le miracle, la magie, le merveilleux, etc. « ne résident pas nécessairement dans les rapports qu’il peut y avoir entre soi et cette personne que l’on investit de dons particuliers et en laquelle on met toute sa confiance26 ».

Quand l’objet phare est objet sanctifié

18Le culte des reliques est une pratique de longue date bien connue du peuple québécois qui a longtemps été sous la gouverne de l’Église. Plus précisément, le culte de la sainte relique est fondé sur le concept d’une force qui habite un corps et par laquelle les miracles s’opèrent, par laquelle le lien se crée avec le divin. Une force (virtus) que les chrétiens croient être demeurée dans les dépouilles des saints d’où la préservation d’un membre du corps ou une partie de, la conservation d’un bout de tissu, etc. qui incarne cette force sacrée. Elle est donc l’évocation d’un mythe ou d’une figure mythique chrétienne. C’est pourquoi les gens volaient les objets avec lesquels on souhaitait enterrer le frère André, ou encore, qu’on lui coupait un bout de vêtement. La valeur de l’authenticité prend ici tout son sens pour les croyants, car une reproduction ne peut avoir en elle ce lien avec le monde divin. Ces soucis de conservation de la forme matérielle du corps et de son authenticité expliquent pourquoi l’Oratoire conserve le cœur du frère André derrière des barreaux.

  • 27 Krizystof Pomian, « Entre le visible et l’invisible : la collection », Collectionneurs, amateurs et (...)
  • 28 Ibid. p. 27.

19De plus, nous avons débattu en classe sur le processus de patrimonialisation d’un objet muséal qui se doit d’être maintenu hors circuit d’activités économiques, d’être collectionné, car a une valeur symbolique, voir historique, qui prime dorénavant sur sa valeur d’usage. Une fonction symbolique rendant l’objet digne d’être préservé, de devenir un objet de collection muséale, un sémiophore selon l’auteur Krzysztof Pomian27. Or, la relique échappe à la fois à ce processus et à cette définition puisqu’elle garde pour les fidèles sa valeur d’usage, car cet objet n’a cessé d’être un intermédiaire entre ceux qui le regardent et le monde de l’invisible, du spirituel. Selon Pomian, « les reliques représentent non seulement le sacré, mais aussi le passé. Plus exactement : elles représentent le sacré, parce qu’elles sont censées provenir d’une personne qui a sa place dans l’histoire sacrée28 ».

  • 29 Laurier Turgeon, « Introduction. Du matériel à l'immatériel. Nouveaux défis, nouveaux enjeux », Eth (...)
  • 30 UNESCO, Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2012. Récupéré (...)

20Cette « dynamique relationnelle entre les éléments matériels sites, paysages, bâtiments, objets) et immatériels (mémoires, récits, rituels, festivals, savoir-faire), qui produisent du sens, de la valeur, de l’émotion et du mystère29 », c’est ce que l’historien Laurier Turgeon définit comme étant l’esprit du lieu (qui anime ce dernier et vice-versa). Que représente cette dimension immatérielle pour notre objet patrimonial? Selon Bergeron, la dimension immatérielle des objets témoigne de notre rapport à l’objet. De sorte, la pratique religieuse reliée au culte de la relique s’apparente à la définition du patrimoine culturel immatériel qui regroupe les rituels religieux, les pratiques sociales, les évènements festifs, mais aussi selon l’UNESCO, les « représentations, expressions, connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artéfacts et espaces culturels qui leur sont associés - que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel30 ».

  • 31 Ibid.

21L’objet qu’est le cœur du frère André incarne les rituels et pratiques sociales rattachés au culte de la relique, mais aussi les représentations de l’histoire du phénomène mythique qu’est devenu le frère André. En ce sens, l’UNESCO en 2003 énonce aussi que le patrimoine immatériel est « transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine31 ».

Voûte du cœur de saint frère André

Voûte du cœur de saint frère André

Paul Simon, Centre d’archives et de documentation Roland-Gauthier, L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal

22Les équipes du musée et de l’Oratoire se doivent donc de contribuer à la transmission du récit, du mythe du frère André, des évènements festifs et de culte qui ont entouré le personnage afin de garder le passé vivant, porteur de sens, pour notre présent et notre avenir, de contribuer à la construction de l’identité culturelle nationale. Il nous semble important de lier cette dialectique entre dimensions matérielle et immatérielle chez l’objet phare avec le rôle de la mémoire monumentalisée, créatrice d’identité nationale.

Monumentaliser l’homme et la mémoire

  • 32 Micheline Lachance, 2010, op. cit., p.399

23À propos du frère André, Omer Héroux, rédacteur en chef du Devoir à l’époque, avait la vision que : « Cet homme laisse derrière lui une œuvre qui tient du prodige, un monument matériel qui défiera les siècles, un monument spirituel dont personne ne peut mesurer l’importance32 ». Nous croyons que Héroux ne parle pas seulement de l’Oratoire en construction ici, mais de l’ensemble de l’œuvre du frère. Pour tous les Québécois de croyance, origine et culture différentes, le frère André était en soi un personnage plus grand que nature et on se devait de préserver cette tranche de l’histoire nationale.

  • 33 Michel Melot, « Le monument à l’épreuve du patrimoine », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 7.
  • 34 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, De la M (...)
  • 35 Régis Debray, « Trace, forme ou message? », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 27.

24Objet patrimonial, le monument est lié intrinsèquement à son lieu, à tout ce qu’il représente. Pour l’historien de l’art Michel Melot, les monuments délivrent « un message, à l’occasion, souvent, d’événements mémorables. Ils marquaient le lieu d’un culte ou d’une cérémonie […] les monuments transformaient le deuil en hommage et la tragédie en triomphe33 ». De son côté, Nathalie Heinich, sociologue de l’art, explique qu’en patrimoine, dans ses nouvelles tendances vers une certaine ouverture, « ce n’est plus la beauté qui doit guider l’observation, mais la fonction des objets, la description à grande échelle, la recherche d’« explications » des phénomènes observés34 ». Quant à Régis Debray, l’homme derrière les Cahiers de médiologie (1996-2004), décrit le monument comme étant « à la fois un support de mémoire et un moyen de partage35». Cette transmission de mémoire entre générations est autant pédagogique qu’un renforcement de l’identité. C’est ce qui nous fait croire que la relique du cœur du frère André, tout dépendant qui se place devant l’objet, n’est pas qu’objet de culte, mais surtout l’incarnation d’une mémoire à préserver, un monument commémoratif à entretenir pour les générations futures.

  • 36 Michel Melot, 1997, op. cit., p. 8.

25Justement, Debray distingue trois types de monuments dans sa catégorisation : le monument-trace, le monument-forme et le monument-message. Le plus connu, le monument-trace, tel le cœur du frère André, doit être relié à un souvenir, une mémoire. De prime à bord, il n’est pas nécessaire qu’il ait été conçu pour qu’on se remémore de lui et ne prétend pas à un statut d’œuvre. Tel que les musées le font avec les objets dits de société, le sujet ici devient un objet patrimonial « en provoquant un débat esthétique à partir d’arguments émotionnels ou scientifiques, joue le rôle du ready-made, objet utilitaire dont on détourne l’usage36 » jusqu’à un certain point, afin de créer un objet emblématique. On associe donc l’objet à un emblème d’une certaine époque. Il a comme fonction principale d’authentifier son époque et son lieu.

26De sorte, la relique du frère André est plus qu’un objet de culte, quoiqu’il le restera toujours, mais est aussi un monument-trace, un symbole emblématique du Québec d’avant la Deuxième Guerre mondiale. C’est cette fonction mémorielle qui fait du cœur du frère André un monument-trace patrimonial qui témoigne de l’homme qu’il a été, de la marque qu’il a inscrite dans le passé de la société québécoise.

27Bon an, mal an, les informations que nous avons dénichées nous ont permis de dresser un portrait juste et clair sur notre objet phare, du musée de l’Oratoire, de justifier ses valeurs culturelle, historique et patrimoniale, de saisir les discours gravitant autour du mythe du frère André et ce, malgré l’accès non autorisé aux archives. Il faut comprendre que le musée travaille à inventorier, classer et traiter sa collection ainsi que sa documentation, ce qui n’enlève rien à notre objet emblématique. Il y a aussi tout autour du mythe du frère André un savoir oral qui se transmet entre intéressés, puisque nous étions au diapason de plusieurs anecdotes et autres constructions issues de la culture populaire. Nous comprenons aussi que la relique de frère André est plutôt un objet iconique inhabituel pour un musée, qui ne correspond pas au profil habituel, traditionnel (tableau, sculpture, etc.). Le fait que la relique habite le lieu de l’Oratoire avant même que le musée ne soit terminé relève aussi de l'insolite. Cela allait de soi qu’il devienne l’emblème du musée et de l’étage qui est dédié au frère André.

28
De nos jours, frère André attire toujours les foules remplies d’espoir à l’Oratoire. On y croise encore des pèlerins qui montent à genoux les 278 marches conduisant au sanctuaire, on vend toujours des fioles d’huile de saint Joseph à la boutique et les béquilles continuent de s’accumuler. La tradition se perpétue, quoique les « hot-dogs relique-moutarde » ne sont pas restés.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

H.-P. Bergeron, Le frère André, Montréal, Fides, 1947.

Y. Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », dans André Charbonneau et Laurier Turgeon (dir.), Patrimoines et identités en Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 149-169.

H. Bernard, Le Guide de l’Oratoire Saint-Joseph, Montréal, Édition Oratoire Saint-Joseph, 1959.

G. Bouchard, et B. Andrès (dir.), Mythes et Sociétés des Amériques, Montréal, Éditions Québec Amérique, 2007.

M.-M. Brault, « Chapitre 5 : L’oratoire Saint-Joseph et le Frère André », dans Jean Simard (dir.), Un patrimoine méprisé, la religion populaire des Québécois, Montréal, Hurtubise/HMH, Cahiers de Québec, 1979.

Y. Chauffin, et M. Oraison, Le tribunal du merveilleux, Paris, Pion, 1976.

N. Heinich, La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, De la Maison des sciences de l’homme, 2009.

M. Lachance, Le frère André : l’histoire de l’obscur portier qui allait accomplir des miracles, Montréal, Éditions de l’homme, 2010.

K. Pomian, « Entre le visible et l’invisible : la collection », Collectionneurs, amateurs et curieux Paris, Venise: XVIe-XVIIe siècles, Paris, NRF Gallimard, 1987, p. 1-59.

Denise Robillard, Les merveilles de l’Oratoire (1904-2004), Montréal, Fides, 2005.

Périodiques

R. Debray, « Trace, forme ou message? », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 27-44.

M. Lachance, « Comment fabriquer un saint », L’Actualité, mai 1982, p.86-93.

Michel Melot, « Le monument à l’épreuve du patrimoine », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 7-19.

Laurier Turgeon, « Introduction. Du matériel à l'immatériel. Nouveaux défis, nouveaux enjeux », Ethnologie française, 2010/3 Vol. 40, p. 389-399.

Sites Internet :

Groupe TVA Inc., Canonisation du frère André : Claude Poirier a retrouvé le cœur du frère André, 2008. Consulté le 12 octobre 2013 http://icom.museum/la-vision/definition-du-musee/L/2/

Oratoire Saint-Joseph, Le sanctuaire : le musée, s.d. Consulté le 10 octobre 2013 http://www.saint-joseph.org/fr/le-sanctuaire/le-musee

Radio-Canada, L'oratoire Saint-Joseph : le miracle du frère André, 2008. Consulté le 11 octobre 2013 http://archives.radio-canada.ca/societe/religion_spiritualite/dossiers/1431-9227/

Sel et Lumière tv, Les Crèches du Québec à l’honneur, s.d. Consulté le 16 octobre 2013 http://www.youtube.com/watch?v=QKP8_tI0MtY

UNESCO, Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2012. Consulté le 16 octobre 2013 http://www.unesco.org/culture/ich/fr/convention

Entrevue :

Andréanne C.-Desfossés, « Entrevue téléphonique avec Chantal Turbide, conservatrice du musée de l’Oratoire », 17 octobre 2013.

Haut de page

Notes

1 Micheline Lachance, « Comment fabriquer un saint », L’Actualité, mai 1982, p. 86.

2 Oratoire Saint-Joseph, Le sanctuaire : le musée. Récupéré de http://www.saint-joseph.org/fr/le-sanctuaire/le-musee

3 Auparavant appelé le musée du Frère André.

4 Nous n’avons pas consulté les fonds d’archives à la bibliothèque nationale sur l’Oratoire, c’est-à-dire le Fonds du Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Fonds Conrad Poirier et Fonds Armour Landry, car nous avions déjà toutes les informations nécessaires sur ce lieu.

5 Yves Bergeron, « Le rôle des musées dans la construction des identités nationales », André Charbonneau et Laurier Turgeon (dir.), Patrimoines et identités en Amérique française, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010, p. 149.

6 Vous pouvez voir les détails d’un an d’inventaire sur Artefacts Canada : http://www.pro.rcip-chin.gc.ca/bd-dl/artefacts-fra.jsp?upp=0&emu=en.artefacts:/Proxac/ws/human/user/www/ResultSet&w=NATIVE('INSNAME%20EQ%20''MUSEE%20DE%20L''''ORATOIRE%20SAINT-JOSEPH''%20and%20image%20=%20''X''')

7 Andréanne C.-Desfossés, « Entrevue téléphonique avec Chantal Turbide, conservatrice du musée de l’Oratoire », 17 octobre 2013.

8 Ibid.

9 Henri Bernard, Le Guide de l’Oratoire Saint-Joseph. (Montréal : Édition Oratoire Saint-Joseph, 1959), p. 20.

10 Sel et Lumière tv, Les Crèches du Québec à l’honneur. Récupéré de http://www.youtube.com/watch?v=QKP8_tI0MtY

11 Oratoire Saint-Joseph, Le sanctuaire : le musée. Récupéré de http://www.saint-joseph.org/fr/le-sanctuaire/le-musee

12 Henri-Paul Bergeron, Le frère André, Montréal, Fides, 1947.

13 Micheline Lachance, Le frère André : l’histoire de l’obscur portier qui allait accomplir des miracles, Montréal, Éditions de l’homme, 2010, p. 90.

14 Denise Robillard, Les merveilles de l’Oratoire (1904-2004), Montréal, Fides, 2005, p. 100.

15 Radio-Canada, L'oratoire Saint-Joseph : le miracle du frère André. Récupéré de http://archives.radio-canada.ca/societe/religion_spiritualite/dossiers/1431-9227/

16 Groupe TVA Inc., Canonisation du frère André : Claude Poirier a retrouvé le cœur du frère André, 2008. Récupéré de http://icom.museum/la-vision/definition-du-musee/L/2/

17 Micheline Lachance, 2010, op. cit., p. 300.

18 Ibid., p. 380.

19 Denis Robillard, 2010, op. cit., p. 120.

20 Micheline Lachance, 1982, op. cit., p. 88.

21 Henri Bernard, 1959, op. cit., .p. 25.

22 Yves Bergeron, 2010, op. cit., p. 167.

23 Gérard Bouchard et Bernard Andrès (dir.), Mythes et Sociétés des Amériques. (Montréal : Éditions Québec Amérique, 2007), p. 411-415.

24 Ibid.

25 Marie-Marthe Brault, « Chapitre 5 : L’oratoire Saint-Joseph et le Frère André », dans Jean Simard (dir.), Un patrimoine méprisé, la religion populaire des québécois, Montréal, Hurtubise/HMH, Cahiers de Québec, 1979, p. 275.

26 Marcel Mauss cité dans Ibid., p. 290.

27 Krizystof Pomian, « Entre le visible et l’invisible : la collection », Collectionneurs, amateurs et curieux Paris, Venise: XVIe-XVIIe siècles, Paris, NRF Gallimard, 1987, p. 1-59.

28 Ibid. p. 27.

29 Laurier Turgeon, « Introduction. Du matériel à l'immatériel. Nouveaux défis, nouveaux enjeux », Ethnologie française, 2010/3 Vol. 40, p. 389.

30 UNESCO, Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2012. Récupéré de http://www.unesco.org/culture/ich/fr/convention

31 Ibid.

32 Micheline Lachance, 2010, op. cit., p.399

33 Michel Melot, « Le monument à l’épreuve du patrimoine », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 7.

34 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère, Paris, De la Maison des sciences de l’homme, 2009, p. 101.

35 Régis Debray, « Trace, forme ou message? », Cahiers de médiologie, n° 7, 1997, p. 27.

36 Michel Melot, 1997, op. cit., p. 8.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Voûte du cœur de saint frère André
Crédits Paul Simon, Centre d’archives et de documentation Roland-Gauthier, L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andréanne Charbonneau-Desfossés, « Le cœur du frère André. Musée du patrimoine religieux de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont Royal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2350

Haut de page

Auteur

Andréanne Charbonneau-Desfossés

Diplômée au baccalauréat en communication, Andréanne C.-Desfossés poursuit ses études en architecture moderne et patrimoine (D.E.S.S.). En 2016, elle achève une maîtrise en histoire de l'art à l'UQAM dont le mémoire porte sur l'asile Saint-Jean-de-Dieu (1873-1890), l'une des plus prestigieuses institutions montréalaises de l'époque. Parallèlement à ses études, elle est guide touristique à l'église Notre-Dame de Montréal ainsi que conférencière et consultante en patrimoine.   

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org