Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Dryden de Serge Lemoyne du musée des Beaux-Arts de Montréal

Camille Lavallée Prairie

Résumé

L’œuvre de Serge Lemoyne, Dryden jouit de nos jours d’une renommée créée par la popularité de l’artiste, mais aussi par la représentation culturelle qui réside dans l’œuvre. Cette réputation acquise au fil du temps, par divers moyens, lui permet, par une suite d’étapes entreprises principalement par le musée, d’atteindre le statut d’objet muséal identitaire. L’identité transmise par l’œuvre trouve écho dans la culture du hockey, plus précisément dans la culture des partisans des Canadiens de Montréal de l’époque de Ken Dryden jusqu’à nos jours. En revanche, la principale identité de l’œuvre transmise par le musée est le lien étroit entre la carrière de l’artiste et le mouvement pop dont il faisait partie. Il y a donc apparition d’une identité de groupe reliée aux admirateurs des Canadiens et de hockey et de l’autre côté reliée à la communauté artistique. Dans les deux cas, il est clair que le cheminement de l’œuvre et ce qu’elle représente pour la communauté montréalaise qu’elle soit sportive ou artistique explique sa présence dans la catégorie identitaire, au niveau d’une communauté.

Haut de page

Texte intégral

Titre de l’œuvre

Dryden

Lieu

Musée des Beaux-Arts de Montréal, collection permanente, Pavillon Bourgie

No d’acquisition

2000.8 1-2

Médium et support

Acrylique sur toile (dyptique)

Artiste

Serge Lemoyne

Date

1975

Dimension

224 x 236 cm

Type d’acquisition

Achat, fonds de l’Association des bénévoles du Musée des Beaux-Arts de Montréal

  • 1 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desv (...)
  • 2 Objet du quotidien

1L’objet phare du Musée des Beaux-Arts de Montréal, issu de la collection d’art québécois et canadien, est un symbole d’une identité montréalaise mais aussi des arts visuels québécois. Son importance au sein du musée est rendue possible grâce à un processus qui s’apparente à celui que parcourt un objet muséal1. En passant d’une catégorie à l’autre, l’objet prend plusieurs connotations symboliques et une valeur différente également. L’objet d’art est quelque peu différent d’un autre objet que l’on pourrait qualifier d’usuel2. Le tableau de Serge Lemoyne n’est pas l’exemple parfait de la muséification d’un objet phare, il ne se retrouve pas dans toutes les catégories avant d’atteindre le sommet de la pyramide, l’objet muséal. Pourtant les traces laissées dans le paysage québécois sont d’une importance capitale pour l’identité montréalaise.

  • 3 Correspondance par courriel avec M. Stéphane Aquin, conservateur de l’art contemporain au musée des (...)
  • 4 Jacques Desrochers (sous la direction), Art québécois et canadien, Collection du MBAM-Volume 1, Mus (...)

2Le Musée, pour M. Stéphane Aquin3, conservateur de l’art contemporain, détermine également l’œuvre de Lemoyne comme un objet phare de sa collection. Tel que M. Aquin le présente, Dryden est un tableau iconique de la collection car il représente un des cycles les plus importants de l’artiste, il arbore des qualités esthétiques importantes pour une œuvre de son temps et s’inscrit également dans une recherche identitaire de la culture montréalaise. L’œuvre représente un symbole de l’équipe des Canadiens de Montréal, durant les années 1970. Le symbole du joueur de hockey dans les images journalistiques aura été le point de départ de la réflexion artistique de Lemoyne4. L’importance de ce symbole et de son appartenance à un des grands mouvements artistiques au Québec durant les années 1970 sera discutée plus loin.

  • 5 Rapport annuel du Musée des Beaux-Arts, 2000-2001

3L’œuvre fut achetée par l’entremise du Fonds de l’Association des Bénévoles du musée des Beaux-Arts en 2000. Le rapport annuel5 de l’institution confirme cette acquisition, de même que le dossier d’acquisition monté par M. Stéphane Aquin. La toile fut achetée deux ans après la mort subite du peintre.

Le hockey comme symbole d’une identité

  • 6 Revue Beaux-Arts Éditions, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Issy-les-Moulineaux, France, 2001, 135 (...)

4Le tableau de Serge Lemoyne présente un détail de l’uniforme du joueur de hockey Ken Dryden, portant les couleurs du Canadiens de Montréal. On le reconnaît ainsi grâce à son symbolique masque 6 de gardien de but. Les trois couleurs utilisées par l’artiste renvoient également à cette appartenance au club de hockey, on ne distingue pas le visage du joueur sous le masque. Les traits de peinture sont larges et des coulures de chacun des traits tombent sur le masque et sur les traits dans le bas de toile. L’œuvre est constituée de deux toiles de la même dimension qui sont accrochées au mur de façon à dissimuler l’effet d’un dytique et à présenter l’œuvre comme un seul support.

  • 7 Léandre Normand, Légendes du Canadien; 100 joueurs qui ont marqués l’histoire. (Éditions de l’Homme (...)

5Comme mentionné plus haut, le joueur n’est pas représenté par son propre visage mais plutôt par son association au club de hockey auquel il appartient. Évidemment le titre de l’œuvre permet une identification rapide, sans lequel il faut compter sur la culture du visiteur qui doit associer l’image emblématique du masque7 au joueur. Le masque devient la représentation de l’homme, et son association à la culture sportive montréalaise. Ce casque fait référence au fait que Ken Dryden occupait la position de gardien de but au sein de la formation, d’où le masque couvrant le visage.

  • 8 Gilles Daigneault, « La rébellion pop », Art canadien et Québécois. (Collection du MBAM, 2011), p. (...)
  • 9 Ibid, p. 307
  • 10 Ibid, p. 306
  • 11 Jacques Desrochers (sous la direction), Art québécois et canadien, Collection du MBAM-Volume 1, Mus (...)

6Cette œuvre fait partie de la série bleu-blanc-rouge du peintre, qui est caractéristique de la période des années 19708. Ces années sont marquées au Québec par de grandes transmutations politiques, sociales et culturelles. Cette période d’avant-garde au Québec est propice à une grande fertilité culturelle. Les changements opérés sur et par la société québécoise sont ainsi à la base d’un questionnement sur l’identité. La série bleu-blanc-rouge se retrouve dans cette œuvre surtout par l’utilisation des coloris qui ont fait la renommée de l’équipe professionnelle de hockey, « à l’occasion d’une telle performance, présentée en 1969, Lemoyne transforme la Galerie 20-20 de London (Ontario) en patinoire de hockey9 ». C’est alors le début de la série qui porte sur le même thème et de laquelle est extraite Dryden. L’appartenance à cette série permet de situer l’œuvre dans le temps et dans l’ensemble de l’œuvre de l’artiste, mais également de la positionner face au mouvement pop québécois. Lemoyne est inclus dans ce mouvement qui critique l’art des automatistes et des plasticiens au Québec. Dans une entrevue, Lemoyne présente son art comme une façon de « (…) déconstiper l’espèce de bourgeoisie picturale qu’ils (les plasticiens et les automatistes) ont atteinte »10. Dans le même esprit que les autres artistes américains reliés au courant pop, comme Roy Lichtenstein, Lemoyne s’inspire de l’imagerie journalistique pour présenter ses œuvres picturales11 et dans le but de présenter une œuvre populiste, qui rejoint la génération qui a vu naître les légendes du hockey.

L’identité montréalaise d’un musée

  • 12 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie,(sous la dir.) André Desva (...)
  • 13 Ibid., p.60

7L’œuvre de Serge Lemoyne s’intègre à la pyramide des valeurs dans différentes étapes. Cette ligne du temps de la muséalisation d’un objet permet de retracer le parcours d’un objet, ou dans le cas précis une œuvre d’art à travers le temps. Comme je l’ai mentionné plus tôt, l’œuvre d’art n’a pas escaladé toutes les étapes de la muséification de façon notoire, par exemple elle ne possède pas de valeur usuelle, sinon celle d’être exposée dans l’atelier de l’artiste avant sa mise en marché. Il est cependant possible d’associer le passage de l’œuvre à un autre niveau avec une augmentation de la reconnaissance par le milieu artistique. En effet, afin de passer au niveau objet historique12, l’œuvre doit être transmise à une autre génération13, ce qui est vrai pour Dryden de Serge Lemoyne. Son acquisition par le musée des Beaux-Arts de Montréal en 2000 témoigne de l’importance du geste de transmission de l’œuvre à une autre génération, et s’assure ainsi de son accessibilité au public. La valeur historique est également liée au mouvement pop et à son importance pour le champ des arts visuels québécois des années 1970.

8Étant donné que l’œuvre peinte n’est pas une technologie avancée qui devient désuète rapidement, il est difficile d’associer cette connotation de désuétude technologique à la construction de la valeur historique, mais Dryden passe au prochain stade néanmoins. L’œuvre a acquis une valeur ajoutée en faisant partie d’un des cycles importants de l’artiste, il ne s’agit pas d’une toile isolée qui est en dehors du développement du discours de l’artiste14.

  • 15 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie,(sous la dir.) André Desva (...)
  • 16 Exposition rétrospective au Musée du Québec en 1988. Récupéré de http://www.galeriesimonblais.com/f (...)

9Par la suite, la valeur esthétique ou statut d’œuvre d’art est atteint par l’œuvre, grâce « […] au système de reconnaissance des œuvres d’art (galeries, critiques d’arts, collectionneurs qui sélectionnent ce qui mérite le statut d’œuvre d’art ».15 Cette reconnaissance s’effectue dans le cas de Serge Lemoyne par le biais de plusieurs expositions rétrospectives de son œuvre dans différents milieux, que ce soit une galerie d’art, ou un grand musée comme le Musée du Québec en 198816. La complication de ce travail de reconnaissance se situe dans la mesure ou il est difficile de tracer une ligne entre l’artiste et son œuvre. La reconnaissance de l’œuvre se fait lorsqu’elle entre au musée et que ce dernier la considère comme un objet phare de sa collection pour les raisons énumérées plus haut. Cependant, l’artiste, Serge Lemoyne, faisait preuve d’une grande notoriété avant que son œuvre n’entre au musée. Cette notoriété de l’artiste fait en sorte également que l’œuvre soit reconnue et qu’elle obtienne un statut d’œuvre d’art.

  • 17 Ibid., p.62
  • 18 Musée d’art contemporain de Montréal, www.macm.org, consulté le 10 octobre 2013

10Dryden se retrouve dans la collection du Musée des Beaux-Arts de Montréal en ayant passé par les deux derniers niveaux de la ligne du temps, un objet patrimonial et devient ensuite un objet muséal. L’objet patrimonial, « (…) est par définition un objet historique qui a acquis le statut d’objet ethnographique et qui fait l’objet d’un collectionnement »17. À ce titre, il est possible de considérer l’achat d’autres œuvres de Serge Lemoyne par le MBAM comme précurseur à l’achat de l’œuvre discutée ici. Les œuvres de l’artiste font également partie de plus petites collections avant d’entrer au MBAM, par exemple de galeries, ou au Musée d’art contemporain de Montréal18.

  • 19 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desv (...)

11Finalement, le dernier stade atteint par l’œuvre est le statut d’objet muséal. Il est atteint par l’œuvre lorsque le choix du conservateur M. Stéphane Aquin est accepté par le comité d’acquisition du musée qu’en 2000, l’œuvre entre dans les murs du Musée, dans sa collection permanente. L’objet de musée est défini comme un objet qui est passé à travers tous les stades, et qui a perdu en quelque sorte sa fonction initiale pour en retrouver une nouvelle, qui lui attribue aussi de nouvelles valeurs19. Dans le cas de Dryden sa fonction initiale, la propre conservation par l’artiste dans son atelier, laisse la place à une plus grande visibilité pour le public montréalais et international du MBAM et ajoutant ainsi à l’œuvre un nouvel ensemble de valeurs, telle que la diffusion, l’éducation, l’identité et la pérennité de sa conservation.

Le musée et l’œuvre : discours identitaire 

12Le musée des Beaux-Arts de Montréal a produit une bonne quantité d’ouvrages sur la nature de ses collections. Dans le cas de l’œuvre de Serge Lemoyne, le discours tenu par le musée est présenté dans ces ouvrages généraux, mais également dans des ouvrages qui présentent plus précisément la collection d’art québécois et canadien. Comme il l’est proposé dans le chapitre « Collection » (Bergeron, 2011) du Dictionnaire encyclopédique de Muséologie, le processus de reconnaissance d’un objet ou d’une œuvre est presque entièrement relié au conservateur en place lors de l’acquisition.

13L’œuvre Dryden est donc premièrement reliée au choix du conservateur d’acquérir cette pièce, qui entre dans la collection. Elle sera aussi présentée dans le musée de manière permanente en intégrant les salles d’expositions réservées à la collection. Sa place stratégique à l’entrée du pavillon de cette collection lui confère une valeur supplémentaire. Il ne s’agit plus alors d’une œuvre faisant partie de la collection, mais plutôt d’une œuvre que le musée peut exposer en permanence en raison de sa pertinence avec la mission et l’histoire du musée. Son emplacement à l’entrée du pavillon Bourgie rend également compte de son importance au sein du musée des Beaux-Arts de Montréal. Les visiteurs sont, dès leur entrée dans la salle, confrontés à l’œuvre qui les englobe. Les couleurs utilisées par l’artiste rappellent immédiatement au spectateur montréalais un souvenir récent de l’histoire sportive de la ville, tandis que le public touristique peut s’approprier un des grands symboles de Montréal par la culture. Le texte autour de l’œuvre présente quelques éléments historiques qui sont également relevés dans la plupart des textes parcourus.

  • 20 Stéphane Aquin et al., Guide du Musée, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montréal, 2007, p. 249.

14Le discours du Musée s’articule surtout sur l’importance de l’artiste et de cette œuvre au sein des arts visuels québécois, et de son intégration au mouvement pop, comme je l’ai présenté plus haut. Un élément qui revient également fréquemment dans les ouvrages écrits sous la direction du MBAM est la fonction identitaire qui se rattache à l’œuvre, comme un symbole de la ville de Montréal. Les ouvrages citent l’artiste qui parle du caractère populaire de son œuvre en évoquant le sport, « Le hockey représente pour moi plus qu’un sport, (…) c’est le phénomène par excellence, celui qui touche le plus de monde quel que soit le milieu, intellectuel, ouvrier, cols bleus (…)»20.

15Puisque l’œuvre a été acquise récemment par le MBAM, il est difficile de tracer une évolution du discours élaboré et qui ne peut s’échelonner sur plusieurs années. Le discours sur l’œuvre s’est construit grâce au statut de l’artiste et à son entrée dans les grandes collections. Ces deux derniers aspects facilitent l’accès et la prolifération des discours.

16L’importance de l’objet aujourd’hui est surtout défendue par son intégration dans le nouveau pavillon dont le but est de présenter la richesse et la diversité de la collection d’art québécois et canadien, le musée continue à consacrer son objet phare en le proposant comme représentant publicitaire de l’institution : par la couverture d’ouvrages ou encore littéralement comme élément de marketing pour le musée des Beaux-Arts sur les affiches extérieures. La possibilité d’un changement dans la vision du musée quant à sa représentation par un objet qui devient l’emblème de l’institution, pourrait affecter l’œuvre, le discours et le regard porté sur elle par les historiens d’art, les montréalais et les touristes. Cependant, le phénomène ne sera pas visible durant les premières années de son acquisition. Seul le temps pourra nous dire si les générations futures considéreront Dryden de Lemoyne comme un digne représentant du musée des Beaux-Arts de Montréal.

Haut de page

Bibliographie

L. Normand, Légendes du Canadien; 100 joueurs qui ont marqués l’histoire, Éditions de l’Homme, 2009.

S. Aquin, et al., Guide du Musée, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montréal, 2007.

Y. Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, pages 53-70.

Rapport Annuel du Musée des Beaux-Arts de Montréal 2000-2001, Version en Ligne

G. Gogeval, et N. Bondil, Le Musée des Beaux-Arts; Montréal, Fondation BNP Paribas et Musée des Beaux-Arts de Montréal et Réunion des musées nationaux, 2001.

J. Desrochers (dir.), Art québécois et canadien, Collection du MBAM-Volume 1, Musée des Beaux-Arts de Montréal et Éditions la Martinière, 2011.

G.-H. Germain, Un musée dans la ville ; une histoire du Musée des Beaux-Arts de Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montréal, 2007.

Galerie Simon Blais. Consulté le 7 octobre 2013 http://www.galeriesimonblais.com/fr/biographie/sergelemoyne/

A. Lafleur, Galerie Orange / Lacerte Art Contemporain. (2007). Serge Lemoyne. Œuvres choisies 1974-1998, Catalogue d’exposition, Montréal, Galerie Orange.

A. Laurin-Lamothe, « La culture se joue-t-elle ici? Les implications de la corporation du Canadient de Montréal pour la société québécoise» In Le Canadien de Montréal : Une légende repensée, Presses de l’Université de Montréal, 2011, p. 93 à 106

Musée d’art contemporain de Montréal. Consulté le 15 octobre 2013 www.macm.org

Musée des Beaux-Arts de Montréal-Collection-Art québécois et Canadien. Consulté le 8 octobre 2013 http://www.mbam.qc.ca/collections/art-quebec-canada

Haut de page

Notes

1 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), 53-69.

2 Objet du quotidien

3 Correspondance par courriel avec M. Stéphane Aquin, conservateur de l’art contemporain au musée des Beaux-Arts de Montréal

4 Jacques Desrochers (sous la direction), Art québécois et canadien, Collection du MBAM-Volume 1, Musée des Beaux-Arts de Montréal et Éditions la Martinière, 2011, p.305.

5 Rapport annuel du Musée des Beaux-Arts, 2000-2001

6 Revue Beaux-Arts Éditions, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Issy-les-Moulineaux, France, 2001, 135 p.

7 Léandre Normand, Légendes du Canadien; 100 joueurs qui ont marqués l’histoire. (Éditions de l’Homme, 2009)

8 Gilles Daigneault, « La rébellion pop », Art canadien et Québécois. (Collection du MBAM, 2011), p. 307

9 Ibid, p. 307

10 Ibid, p. 306

11 Jacques Desrochers (sous la direction), Art québécois et canadien, Collection du MBAM-Volume 1, Musée des Beaux-Arts de Montréal et Éditions la Martinière, 2011, page 305 ainsi que AQUIN, Stéphane et al., Guide du Musée, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montréal, 2007, p. 249

12 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie,(sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), 53-69.

13 Ibid., p.60

14 Annie Lafleur, Galerie Orange / Lacerte Art Contemporain. (2007). Serge Lemoyne. Œuvres choisies 1974-1998, [Catalogue d’exposition]. Montréal : Galerie Orange.

15 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie,(sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), 53-69.

16 Exposition rétrospective au Musée du Québec en 1988. Récupéré de http://www.galeriesimonblais.com/fr/biographie/sergelemoyne/

17 Ibid., p.62

18 Musée d’art contemporain de Montréal, www.macm.org, consulté le 10 octobre 2013

19 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), p.62

20 Stéphane Aquin et al., Guide du Musée, Musée des Beaux-Arts de Montréal, Montréal, 2007, p. 249.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lavallée Prairie, « Dryden de Serge Lemoyne du musée des Beaux-Arts de Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2354

Haut de page

Auteur

Camille Lavallée Prairie

Camille Lavallée Prairie est titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’art et candidate à la maîtrise en muséologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle occupe présentement le poste de responsable du développement à l'Arsenal art contemporain à Montréal et Toronto. Ses recherches portent sur le collectionnement des oeuvres performatives au Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org