Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le canot de César du lieu historique national du commerce de la fourrure à Lachine

Camille Molina

Résumé

Devenu un objet usuel, le canot de César est porteur d’un discours identitaire en tant que « témoignage vivant de la culture amérindienne». Sa fabrication relève d’un savoir-faire transmis de génération en génération auquel la culture amérindienne est fortement attachée. Le canot présent dans les collections est une reproduction des embarcations caractéristiques du XVIIIe siècle exécuté par l’artisan César Newashish de la nation Attimatek de la réserve Manawan. Ce type de canot n’étant plus produit aujourd’hui dans un objectif commercial suite au déclin de la traite de la fourrure auquel il était spécifiquement destiné, cet existant reste un témoin important d’un artisanat séculaire et se révèle constitutif de l’identité culturelle d’un peuple. Un rôle qui s’illustre dans l’histoire des Premières Nations dont la présence est encore évidente sur le territoire canadien.

Haut de page

Texte intégral

Identification de l'objet muséal et de son espace d'intégration

  • 1 Information délivrée par Madame Claire Desmeules, conservatrice, direction des collections et de la (...)
  • 2 Bernard Gosselin, Paul Larose, César et son canot d'écorce. Office National du Film du Canada, (197 (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Information donnée par Madame Claire Desmeules, conservatrice, direction des collections et de la c (...)
  • 5 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la B (...)
  • 6 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure (...)
  • 7 Ibid., p.42.
  • 8 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la B (...)

1Le canot de César est entré dans les collections du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine en 1983 au moment de l'installation de l'exposition permanente sous le numéro EWR.83.1.11. Il s'agit d'un canot réalisé selon une technique ancestrale par César Newashish, un artisan de la nation Attimatek de la réserve Manawan, située au Québec, dans la région administrative de Lanaudière2. Cet artisan conçoit des canots en utilisant seulement les ressources naturelles issues du territoire canadien selon une pratique amérindienne : la coque est constituée d'une écorce de bouleau découpée d'une seule pièce sur l'arbre coupé au début du printemps ou en hiver lors de températures moyennes. Cousu uniquement avec des racines d'épinette, il a été imperméabilisé avec de la sève gommante recueillie sur les arbres, puis décoré de motifs propres à l'artisan. Le membrage et le lattage sont réalisés en bois de cèdre et de sapin3. D'une longueur de 36 pieds, cette embarcation reproduit l'esthétique des canots de « la première moitié du XVIIIème siècle »4 spécialement utilisés par les marchands dans l'acheminement des marchandises légères, et indispensables à la traversée des rapides de Lachine jusqu'à la région des Grands Lacs5. Ce type de canot n'existe plus, sa fabrication ayant évolué avec et grâce à l'expansion du commerce de la fourrure ; sa présence souligne donc ici l'importance de cette période d'échanges commerciaux entre les nations françaises, anglo-saxonnes et amérindiennes à l’origine de bouleversements historiques, économiques, culturels et sociaux6 sur le territoire. Incarnation de l'époque rayonnante du commerce de la fourrure, il « symbolise la vocation de l'entrepôt, lieu de transit »7 et s'intègre au discours du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine axé sur la démonstration du « rôle premier joué par Montréal et Lachine dans le commerce des fourrures grâce à leur emplacement géographique » selon une période phare de 1800 à 1850 « où ont [eu] lieu des modifications majeures »8. L'utilisation de ce type de canot réalisé par les Amérindiens dans des proportions de plus en plus larges, uniquement pour faciliter un acheminement plus conséquent des pelleteries et des marchandises dans les deux sens de l'échange, était primordiale au commerce.

2Le lieu qui accueille l’embarcation est directement et historiquement rattaché à cette dernière activité et symbolise de manière efficace l’usage du canot et sa dimension culturelle.

  • 9 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure (...)

3Le bâtiment du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine a été construit en 1803 par Alexander Gordon « ancien commis dans la traite des fourrures aux portes de Témiscamingue et un actionnaire de la Compagnie du Nord-Ouest » dans le but d'entreposer les pelleteries et les marchandises. Cédé au gouvernement fédéral en 1977, il sera restauré à la suite d'un incendie par Parcs Canada dans les années 1980, puis destiné à la commémoration de la traite de la fourrure et du patrimoine canadien. Situé « à proximité du complexe muséologique de Lachine » et sur les rives du canal, il s'intègre à la thématique historique liée au commerce de la fourrure et « au cœur du Vieux-Lachine », référence historique de l'île de Montréal9.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

4Propriété successive de la Compagnie de la baie d' Hudson, l'une des deux plus importantes compagnies spécialisées en pelleteries au XIXème siècle puis de la communauté religieuse Sainte-Anne, ce bâtiment incarne l'évolution d'un commerce qui a façonné l'histoire et la société du Québec, jusqu'à son déclin au début du XXème siècle. En effet la région de Montréal a joué un rôle de première importance dans l'acheminement des marchandises à travers le territoire et c'est le transit des pelleteries qui a principalement contribué à son essor économique10. Situé en amont « des rapides qui bloquent le Saint-Laurent à la hauteur de Montréal, Lachine est le point de départ et d'arrivée des expéditions de traite »11 d'où les canots partaient au printemps après le dégel puis revenaient. L'édifice de la Compagnie de la Baie d'Hudson a donc été choisi par la Commission des Lieux et Monuments Historiques du Canada :

  • 12 Ibid.

en juin 1970, suite à un second rapport historique [...] concernant l'examen de l'état physique d'édifices rattachés au commerce des fourrures à Lachine, Terrebonne et Montréal [comme étant] le plus convenable des trois bâtiments proposés pour une interprétation du commerce de la fourrure.12

5Cet entrepôt est donc l'ultime trace construite témoignant de l'entreposage des pelleteries.

  • 13 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure (...)

6L'objectif pour Parcs Canada et selon les avis de la Commission des Lieux et Monuments Historiques du Canada est de « communiquer au public la valeur historique de ces ressources » et d'en assurer « l'intégrité commémorative [afin] de les protéger et les mettre en valeur pour le bénéfice, l'éducation et la jouissance des générations actuelles et futures, avec tous les égards que mérite l'héritage précieux et irremplaçable que représente [ce lieu] et ses ressources »13.

7Afin de mettre en valeur ce message destiné au public, il est décidé d’axer l'exposition permanente sur la première moitié du XIXème siècle et de démontrer le rôle important de Montréal et de Lachine dans la traite des fourrures grâce à leur emplacement stratégique.

Un objet à valeur historique, ethnographique et symbolique

8Le canot de César présent dans cette collection est une reproduction des canots existants au XVIIIème siècle et destinés à la traite des fourrures. Il atteste de l'importance des liens commerciaux entre les autochtones amérindiens et les colons français et britanniques dès le XVIIIème siècle. Ces liens étaient essentiels au développement de la traite pelletière à travers le Québec et la région des Lacs Supérieurs, en effet certains territoires étaient uniquement accessibles par les rivières et seuls les canots légers, construits selon les pratiques amérindiennes et plus spécifiquement algonquines, pouvaient affronter les rapides. Ainsi :

with the fall of Montreal in 1760, the war between the French and the British in North America came to end. The conquerors found themselves lords of a vast wilderness that was rich in the furs that found a ready market in Europe – a wilderness, too, in which exploration had really only begun. Most of the newly claimed territory was accessible, as it had been for many years, only by bark canoe.

  • 14 Kenneth G. Roberts et Philip. Shackleton, The Canoe: a history of the craft from Panama to the Arti (...)
  • 15 Ibid., p.197, “William Tomison wrote to the London Committee of the Hudson 's Bay Company from York (...)

9Les britanniques ont donc rapidement encouragé l'artisanat en matière de fabrication de canot afin de s'assurer la mainmise sur le commerce de la fourrure ; en quelques années, ils surent de visu quelles particularités une bonne embarcation devait développer pour la navigation des marchandises. Une production artisanale se développe alors “the Indians made canoes for the fur trade” et détermine de nouveaux “standards of size, design, and promptness14. Dans la ville de St.Lawrence, on construit à peu près “100 canoe every year15.

  • 16 Ibid.

10Le canot exposé au Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine illustre donc la collaboration entre les nations pour améliorer la navigation et permettre les échanges commerciaux dans la région de Montréal et des rapides de Lachine. Ainsi “John Long, trader and interpreter, observed in 1777 that the canoes of Trois Rivières were superior to those built elsewhere and that they were sent in large numbers for sale at Lachine, the eastern terminus of the Montreal-based fur trade16.

11Ses proportions très larges sont le fruit d'une évolution des pratiques depuis le XVIIème siècle et son intégration à l'espace d'exposition permet ainsi au public d'apprécier sa valeur historique.

12Il est également un témoignage vivant de la culture amérindienne et de sa transmission à travers les siècles, s’inscrivant dans la définition même du patrimoine culturel immatériel donnée par l’UNESCO en 2003 selon laquelle :

  • 17 Unesco. Patrimoine immatériel. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.unesco.org/culture/ich/index.p (...)

on entend par « patrimoine culturel immatériel” les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire - ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés - que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire17.

13César Newashish est un artisan reconnu dans sa communauté et au Québec, sa créativité revêtant la fonction de vecteur d’identification et de continuité au sein de la culture amérindienne doublée d’une promotion de sa diversité. Si cet entrepôt illustre une thématique historique choisie entre 1800 et 1850, afin de communiquer sur une activité aujourd'hui beaucoup plus réduite, qui a permis le développement des nations et du Québec, l'exposition de ce canot présente néanmoins une réalité contemporaine. La traite des fourrures s'effectue aujourd'hui autrement mais les traditions artisanales des Amérindiens restent vivantes malgré les changements observés au cours des derniers siècles.

  • 18 Edwin Tappan Adney et Howard I. Chapelle, Bark Canoes and Skins Boats of North America. (New-York : (...)
  • 19 Bernard Gosselin et Paul Larose, César et son canot d'écorce. Office National du Film du Canada, (1 (...)
  • 20 Edwin Tappan Adney et Howard I. Chapelle, Bark Canoes and Skins Boats of North America. (New-York : (...)

14Dès la prise de contrôle des Britanniques sur le Canada, une partie de la nation Iroquoise se déplacera vers le Québec et sera employée majoritairement dans la construction des canots. On distingue alors le type « nadowe chiman or adowe chiman » ou « Iroquois Canoe », qui est paradoxalement un canot fabriqué par les Algonquins18. César Newashish fait partie de cette nation anciennement connue sous le nom « Tête de Boules » ou « Cri »19 et on retrouve dans ses réalisations les typologies déjà reconnues au XVIIIème siècle ; les canots sont déjà longs de “36 feet overall[...]. The beam at gunwale was roughly 66 inches […]. The width of the building frame that formed the bottom would be somewhere around 42 inches20. La présence de cette embarcation au Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine reflète non seulement une partie de l'histoire d'un pays mais également l'histoire de la nation de l'artiste entre passé, présent et futur. Elle incarne la transmission des savoirs, des valeurs culturelles et de la vivacité de la culture algonquine, une singularité qui démarque le canot du reste de la collection et qui peut éveiller au sein du public d'autres considérations telles que la fragilité et la force des interactions résultants de la diversité culturelle.

Inscription du Canot de César dans la muséographie et la médiation du lieu d’interprétation

  • 21 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la B (...)
  • 22 Ibid., p. 52. Selon le schéma représentant le dénivelé entre Montréal et les Lacs Supérieurs.

15Lors de la réalisation de l'exposition permanente en 1983, le Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine devait accueillir une structure d'acier représentative d'un canot de maître de façon à attirer le public et illustrer l'activité de l'entrepôt au XIXème siècle21. Visible depuis la rue, ce canot en tubes métalliques devait également être accompagné d'un panneau informatif référant à l'histoire de la traite des fourrures et de l'importance de ces embarcations pour remonter les rapides de Lachine jusqu'au lac St-François et le lac Ontario22.

  • 23 Entretien téléphonique du mercredi 17 octobre 2013 avec Monsieur David Ledoyen.
  • 24 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la B (...)

16Le canot de César est exposé « retourné » et en hauteur dans l'entrepôt au niveau des poutres, de façon à ce que le public puisse prendre connaissance de sa construction et de ses possibilités de stockage23.Divers ballots de marchandises sont suspendus sur les deux bords afin que ses capacités de contenant puissent également être visualisées. Ainsi le canot revêt de manière scénographique son utilisation primordiale dans le commerce de la fourrure. Cette exposition est premièrement destinée à rappeler au visiteur « que le principal canot utilisé en partance de Montréal était bien plus long que celui que l'on connaît aujourd'hui », il devient ainsi un objet muséal intégré à un design d'exposition « suffisamment évocateur » pour illustrer la thématique choisie24. Sa position centrale lui confère une grande visibilité au sein de l'entrepôt mais également une dimension symbolique comme lien indéfectible entre les nations puisqu'il permet les échanges commerciaux et culturels tout en apportant des changements sociaux considérables pour la population autochtone et les colons britanniques.

  • 25 Le commerce de la Fourrure. Consulté le 10 octobre 2013 http://www.furtradestories.ca/french.html. (...)
  • 26 Kenneth G. Roberts et Philip. Shackleton, The Canoe: a history of the craft from Panama to the Arti (...)

17Le canot de César est également présenté comme un « canot de maître »25, mais il ne s'agit pas ici d'une dénomination faisant référence à la qualité de sa fabrication par un « maître» artisan, ce qui pourrait porter à confusion et faire oublier la signification première de cette appellation. Les canots de maître ont été fabriqués à partir du XVIIIème siècle à la ville de Trois Rivières pour la North West Company26. Le voyageur et aquarelliste anglais John Lambert remarque en 1808 que :

  • 27 Ibid.

among the builders there, [...] was a family named Le maître, “who built canoes which carried from 12 to 20 men, apart from baggage and merchandize.”. This craft, which became known as a canot du maître, was the big model used in the trade between Lachine and Grand Portage at the head of Lake Superior.27.

  • 28 Archives Nationales du Québec à Montréal. Montreal, Plaque tournante de la traite des fourrures, de (...)

18Plus tôt en 1742, Ignace Gamelin, un marchand de Montréal, fait état dans une déclaration de livraison qu'« il aurait fait marché avec le nommé Lemaître, demeurant aux Trois-Rivières, pour lui fournir tous les canots d'écorce de grand gabarit »28.

  • 29 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la B (...)

19Présenté de manière orale quand la visite est effectuée en présence d'un guide, ce canot ne possède pas de texte informatif particulier mais sa position au sein de l'exposition centralise de manière indirecte chaque sujet abordé dans les zones de l’exposition : la dimension humaine, la dimension géographique et la dimension socioculturelle de la traite des fourrures. Les moyens de médiation utilisés dans ces zones rappellent également l’authentique utilisation de cette embarcation. Par exemple, il est possible d'entendre des chants de « voyageurs » - noms donnés aux hommes assurant le transport des marchandises sur les canots - ou des sons rappelant les remous des rapides de Lachine. La visite totale du lieu se divise en trois catégories pour le visiteur29 :
* la présentation du commerce des fourrures à Montréal
* un retour en pays de traite où se faisaient les échanges mais également les luttes pour le monopole
* puis l'installation à Lachine de la Compagnie de la Baie d'Hudson lorsque le marché de la fourrure commence son déclin

20Grâce à sa position centrale, le canot interagit avec le reste de la collection et de la médiation mise en place, ainsi chacune des parties rappelle l'usage du canot et sa fabrication dans la période choisie du XIXème siècle tandis qu'il incarne à lui seul, la transmission des pratiques traditionnelles et l'évolution de la culture Attimatek à l'avenir.

21Objet d’appropriation du territoire d’un point de vue géographique et historique, ce canot s’illustre donc dans l’espace muséal en tant qu’objet-témoin garant d’un patrimoine immatériel amérindien, riche de pratiques ancestrales réévaluées au fil des époques et pourtant inscrit dans une contemporanéité sujette à la fragilité de la continuité et de la conservation de la mémoire.

  • 30 Je souhaite remercier Monsieur David Ledoyen, chef d'équipe spécialisé en expérience du visiteur de (...)

22Porteur de sens pour le lieu d’interprétation du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine au passé emblématique dont il est le point central, il exprime un lien actif avec la communauté Attimatek en exerçant une sensibilisation à la sauvegarde et au respect de la culture et de la communauté amérindienne au sein du territoire canadien et de sa diversité humaine. Il symbolise également une culture commune résultante d’une coordination et d’une confrontation des échanges entre pratiques culturelles et économiques des Premières Nations et des colons dès la fin du XVIIIème siècle30.

  • 31 Antoine Gauthier, (dir.). (2012, mai). Les mesures de soutien au patrimoine immatériel. Consulté le (...)
  • 32 Musée Mc Cord. Porter son identité, La collection des Premiers Peuples, Textes de l’exposition. Con (...)
  • 33 Industrie Canada, Gouvernement du Canada, Biens immatériels autochtones au Canada. Consulté le 7 ju (...)
  • 34 Réginald Vollant et Élise Dubuc, «  L’implantation d’un musée dans une communauté autochtone : les (...)
  • 35 Industrie Canada, Gouvernement du Canada. Thom, Brian. « Les perspectives d’avenir ». Dans Biens im (...)

23La reconnaissance du patrimoine immatériel en 2003 par l’UNESCO a permis une réévaluation des objectifs définis par le Canada pour la sauvegarde des biens culturels et a contribué à un engagement durable auprès des communautés autochtones31. Un positionnement qui s’inscrit au cœur du débat social et identitaire en constante évolution chez les Premières Nations, impliquées dans la préservation de leurs traditions ancestrales et donc de leur appartenance culturelle32. Il s’ancre cependant dans un processus minutieux car la reconnaissance des biens immatériels diffère selon chaque communauté présente sur le territoire canadien. Ces dernières ayant une relation spécifique à leurs savoirs et expressions traditionnels, eux-mêmes inhérents à l’environnement originel des individus autochtones. Aussi à travers les mutations sociales, économiques, géographiques et culturelles vécues par ces communautés, un sentiment commun se dégage : le besoin de préservation de leur identité culturelle grâce à une transmission intergénérationnelle est ressenti comme plus constructif et bénéfique qu’un élan d’innovation33. La vision de la propriété intellectuelle établie par l’institution canadienne ne s’accorde également pas systématiquement au dynamisme des lois et protocoles coutumiers de chaque groupe culturel. Quant au rôle muséal en matière de conservation et de diffusion de la culture autochtone, il reste à redéfinir comme vecteur de partage, créateur de lien et de réflexion34. Une compréhension approfondie et détaillée permettra d’établir des politiques gouvernementales adaptées à chaque situation35.

Haut de page

Bibliographie

Catalogue de l'exposition. Montreal, Plaque tournante de la traite des fourrures, des origines à 1820, Montreal, Les Archives Nationales du Québec, mai 1985.

J.-T. Kent, Birchbark Canoes of the Fur Trade, vol. 1, Ossineke, Silver Fox Enterprises, 1997.

Parcs Canada, Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Unité de Gestion de Montréal, janvier 2000.

Parcs Canada. Plan directeur du Lieu historique National du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Unité de Gestion de l'Ouest du Québec, octobre 2007.

Roberts, G. Kenneth et Shackleton, Philip. The Canoe : a history of the craft from Panama to the Artic, Toronto, Macmillan of Canada, cop. 1983, pp 197.

Tappan Adney, Edwin et Chapelle, Howard I. Bark Canoes and Skins Boats of North America, New-York, Skyhorse, 2007, pp 136.

A. Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983.

Webographie

E. Dubuc, et R. Vollant, L’implantation d’un musée dans une communauté autochtone : les cinq premières années du musée Shaputuan à Uashat mak Mani Utenam, Anthropologie et Sociétés, vol. 28, n° 2, 2004, p. 155-166. Consulté le 8 juillet 2014 http://www.erudit.org/revue/as/2004/v28/n2/010613ar.pdf

A. Gauthier (dir.). (2012, mai). Les mesures de soutien au patrimoine immatériel. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.academia.edu/2108397/Les_mesures_de_soutien_au_patrimoine_immateriel

B. Gosselin. et P. Larose, (1971). César et son canot d'écorce. Office National du Film du Canada. [vidéo]. Consulté le 2 octobre 2013 http://www.youtube.com/watch?v=VRFCxxAKafc

Industrie Canada, Gouvernement du Canada. Biens immatériels autochtones au Canada. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.ic.gc.ca/eic/site/ippd-dppi.nsf/fra/ip01222.html#sect6_1

Industrie Canada, Gouvernement du Canada. Thom, Brian. « Les perspectives d’avenir ». Dans Biens immatériels autochtones au Canada : une étude ethnographique. Consulté le 8 juillet 2014 https://www.ic.gc.ca/eic/site/ippd-dppi.nsf/vwapj/Thom_Final_Report_f_MCM_10nov04.pdf/$FILE/Thom_Final_Report_f_MCM_10nov04.pdf

Parcs Canada, Lieu Historique Nationale du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.pc.gc.ca/fra/lhn-nhs/qc/lachine/index.aspx

Musée Mc Cord. Porter son identité, La collection des Premiers Peuples, Textes de l’exposition. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.mccord-museum.qc.ca/pdf/exhibits/Textes_Porter_identite_FR.pdf/

Le commerce de la Fourrure. Consulté le 10 octobre 2013 http://www.furtradestories.ca/french.html

Unesco. Patrimoine immatériel. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00002

Haut de page

Notes

1 Information délivrée par Madame Claire Desmeules, conservatrice, direction des collections et de la conservation de Parcs Canada, dans son mailing du 10 octobre 2013 à Monsieur David Ledoyen.

2 Bernard Gosselin, Paul Larose, César et son canot d'écorce. Office National du Film du Canada, (1971) [vidéo]. Récupéré le 2 octobre 2012 http://www.youtube.com/watch?v=VRFCxxAKafc. Le film présente l'entière fabrication d'un canot par l'artisan, de l'abattage de l'arbre à la mise à l'eau du canot.

3 Ibid.

4 Information donnée par Madame Claire Desmeules, conservatrice, direction des collections et de la conservation de Parcs Canada, dans son mailing du 10 octobre 2013 à Monsieur David Ledoyen, « la fiche du SIA donne très peu d'information : il s'agit d'une reproduction d'un canot correspondant à la première moitié du 18e siècle fabriqué à la réserve indienne de Manouane, près de Saint-Michel des Saints ».

5 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983, p.26.

6 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Unité de Gestion de Montréal, janvier 2000, p.7.

7 Ibid., p.42.

8 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983, «C'est à dire dans un premier temps, la fin de ce commerce axé sur Montréal et dans un second temps, l'acheminement de Montréal vers l'industrialisation », p.26.

9 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Unité de Gestion de Montréal, janvier 2000, p.11.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Parcs Canada. Enoncé d'intégrité Commémorative, Lieu Historique National du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, Unité de Gestion de Montréal, janvier 2000, p. 1.

14 Kenneth G. Roberts et Philip. Shackleton, The Canoe: a history of the craft from Panama to the Artic. (Toronto: Macmillan of Canada, cop. 1983), p. 197.

15 Ibid., p.197, “William Tomison wrote to the London Committee of the Hudson 's Bay Company from York Factory in 1786”.

16 Ibid.

17 Unesco. Patrimoine immatériel. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00002

18 Edwin Tappan Adney et Howard I. Chapelle, Bark Canoes and Skins Boats of North America. (New-York : Skyhorse, 2007), p.136.

19 Bernard Gosselin et Paul Larose, César et son canot d'écorce. Office National du Film du Canada, (1971) [vidéo]. Consulté le 2 octobre 2013 http://www.youtube.com/watch?v=VRFCxxAKafc. Bernard Gosselin le présente ainsi, il s'agit d'une ancienne appellation usitée par les colons français pour désigner les Amérindiens Attimatek.

20 Edwin Tappan Adney et Howard I. Chapelle, Bark Canoes and Skins Boats of North America. (New-York : Skyhorse, 2007), p.138.

21 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983, p.42.

22 Ibid., p. 52. Selon le schéma représentant le dénivelé entre Montréal et les Lacs Supérieurs.

23 Entretien téléphonique du mercredi 17 octobre 2013 avec Monsieur David Ledoyen.

24 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983, p. 12.

25 Le commerce de la Fourrure. Consulté le 10 octobre 2013 http://www.furtradestories.ca/french.html. La page du site de Parcs Canada par exemple ne départage pas cette distinction.

26 Kenneth G. Roberts et Philip. Shackleton, The Canoe: a history of the craft from Panama to the Artic. (Toronto : Macmillan of Canada, cop. 1983), p. 197.

27 Ibid.

28 Archives Nationales du Québec à Montréal. Montreal, Plaque tournante de la traite des fourrures, des origines à 1820, extrait CN601-329/11 du catalogue de l'exposition, Montreal, Les Archives Nationales du Québec, mai 1985, p. 26.

29 Annette Viel, Programme de réalisation de février 1983, Parc Historique national l'Entrepôt de la Baie d' Hudson, 1983, p.25.

30 Je souhaite remercier Monsieur David Ledoyen, chef d'équipe spécialisé en expérience du visiteur des Lieux historiques nationaux de Sir-George-Étienne-Cartier et du Commerce-de-la-Fourrure-à-Lachine, pour sa disponibilité et ses précieuses informations qui ont contribué à la rédaction de ce devoir de recherche.

31 Antoine Gauthier, (dir.). (2012, mai). Les mesures de soutien au patrimoine immatériel. Consulté le 7 juillet 2014, http://www.academia.edu/2108397/Les_mesures_de_soutien_au_patrimoine_immateriel. Allocution de Madame Christine St-Pierre, p.14.

32 Musée Mc Cord. Porter son identité, La collection des Premiers Peuples, Textes de l’exposition. Consulté le 7 juillet 2014

http://www.mccord-museum.qc.ca/pdf/exhibits/Textes_Porter_identite_FR.pdf, p.2.

33 Industrie Canada, Gouvernement du Canada, Biens immatériels autochtones au Canada. Consulté le 7 juillet 2014 http://www.ic.gc.ca/eic/site/ippd-dppi.nsf/fra/ip01222.html#sect6_1, p.50.

34 Réginald Vollant et Élise Dubuc, «  L’implantation d’un musée dans une communauté autochtone : les cinq premières années du musée Shaputuan à Uashat mak Mani Utenam », Anthropologie et Sociétés, vol. 28, n° 2, 2004, p. 155-166. Consulté le 8 juillet 2014 http://www.erudit.org/revue/as/2004/v28/n2/010613ar.pdf, propos de Reginald Vollant, p.162.

35 Industrie Canada, Gouvernement du Canada. Thom, Brian. « Les perspectives d’avenir ». Dans Biens immatériels autochtones au Canada : une étude ethnographique. Consulté le 8 juillet 2014 https://www.ic.gc.ca/eic/site/ippd-dppi.nsf/vwapj/Thom_Final_Report_f_MCM_10nov04.pdf/$FILE/Thom_Final_Report_f_MCM_10nov04.pdf, p.51.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Molina, « Le canot de César du lieu historique national du commerce de la fourrure à Lachine », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/2356

Haut de page

Auteur

Camille Molina

Camille Molina Rothschuh est diplômée d'un Master en Ingénierie de la Culture et de la Communication - Université de Versailles et s'est spécialisée en Muséologie à l'UdeM. Elle est chargée d'expositions sur Paris en France. Ses sujets de recherches sont orientés sur la conservation et la mise en valeur du patrimoine textile.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org