Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le Surtout de Monsieur Cartier de la Maison Cartier à Parcs Canada

Annie Lussier

Résumé

Le surtout de Monsieur Cartier reflète la vie de cet homme politique et l’admiration que lui vouaient ses électeurs en lui offrant ce cadeau. C’est un objet identitaire qui véhicule des symboles et des valeurs identitaires de la « canadienneté » que nous allons découvrir dans ce texte. Le processus de muséalisation suit la pyramide des valeurs érigée par Yves Bergeron, d’un symbole de reconnaissance, il tombe dans l’oubli pour être à nouveau mis en avant et exposé, encore aujourd’hui, au lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne Cartier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parcs Canada, Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier et raison de l'importance historiqu (...)
  • 2 Claire Desmeules, Le surtout de George-Étienne Cartier. Fiche descriptive. Service du patrimoine cu (...)
  • 3 Yves Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopé (...)

1En 1863, sir George-Étienne Cartier, premier ministre de la Province du Canada d’août 1858 à mai 1862, et l'un des principaux artisans de la Confédération1, reçoit en cadeau de ses électeurs de Montréal un surtout en argent massif en témoignage des services qu'il a rendus au pays2. 150 ans plus tard, en 2013, cet objet fait partie de l'exposition permanente du lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier, et en constitue l'objet phare. Afin de déterminer comment ce surtout est devenu l'objet emblématique de ce lieu historique, je décrirai d'abord l'objet et je ferai état des circonstances entourant sa découverte. Ensuite, j'analyserai le parcours de l'objet à travers la pyramide des valeurs muséales selon le modèle proposé par Bergeron3. Finalement, je terminerai en me penchant sur le discours relié à l'objet phare, et sur l'importance du surtout pour Parcs Canada aujourd'hui et dans le futur.

Surtout de Monsieur Cartier

Surtout de Monsieur Cartier

Photographie de J Beasdsell pour Parc Canada.

 J. Beardsell, Parcs Canada, 2008.

  • 4 Office québécois de la langue française. Surtout. Fiche terminologique. 2002. Récupéré le 13 octobr (...)
  • 5 Claire Desmeules, op. cit.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Information tirée du texte de présentation de l'objet dans l'exposition permanente.
  • 9 Claire Desmeules, op. cit.
  • 10 Ibid.

2Le surtout (Figure 1), est un objet décoratif destiné à orner le centre d'une table4. Celui de monsieur Cartier est fait d'argent massif, et est « en forme de candélabre à six branches représentant un érable »5. Les six branches sont ornées de feuilles d'érable et supportent des vases en verre d'aspect floral6. La tige centrale de l'objet, représentant le tronc de l'arbre, est entourée de trois personnages, soit Jacques Cartier, le marquis de Montcalm et monseigneur Joseph-Octave Plessis7. La base tripode sur laquelle reposent les trois personnages porte trois médaillons : un dans lequel on retrouve l'inscription des donateurs, un représentant le portrait de la reine Victoria et le dernier représentant le portait de George-Étienne Cartier8. Finalement, le surtout est posé sur « un plateau circulaire garni d’un miroir enchâssé dans une galerie en argent »9. Cette base d'argent est décorée de motifs de feuillage ainsi que de trois castors en relief, chacun faisant face à un des pieds de la base tripode du surtout. Cet objet est très imposant : il mesure, en hauteur, 103,5 cm, et son plateau 10 cm10.

  • 11 David Ledoyen, Communication personnelle. Entretient ayant eu lieu le 1er octobre 2013, au lieu his (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Ross Fox “Design, Presentation Silver and Louis-Victor Fréret (1801-1879) in London and Montreal”, (...)
  • 14 David Ledoyen, Les Cartiers et leur surtout. [Courriel destiné à Céline Laberge]. Archives de Parcs (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 David Ledoyen. op. cit.
  • 17 Claire Desmeules, op. cit.
  • 18 Yvan Fortier, « Le festin de Lady Cartier : la table et l’étiquette au Québec, vers 1865 », Continu (...)
  • 19 David Ledoyen. op. cit.

3Le surtout de monsieur Cartier fait aujourd'hui partie de l'exposition permanente du lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier. Pourtant, jusqu'en octobre 2006, à Parcs Canada, plusieurs croyaient que cet objet presque légendaire était perdu11. En effet, malgré le fait que l'on connaissait son existence grâce à quelques mentions dans des journaux montréalais entre mars et septembre 1863, ainsi qu'à une photo de l'objet parue dans l'Album universel le 22 juillet 1905, on ignorait où se trouvait le surtout1213. Mais en octobre 2006, l'objet refait surface : Benoît Cartier, arrière-petit-neveu de sir George-Étienne Cartier, se présente au lieu historique pour discuter d'un prêt à long terme de l'objet à Parcs Canada14. Les parents de Benoît Cartier, Paul Cartier et Thérèse Deschênes-Cartier, propriétaires de l'objet, allaient probablement déménager, et leur fils, ne sachant que faire du surtout chez lui, a voulu explorer la possibilité que cet objet soit exposé au lieu historique15. Quelque temps après cette visite, une équipe de Parcs Canada s'est rendue chez Paul Cartier, où le surtout se trouvait au sous-sol16. À la suite de cette découverte, le surtout a fait l'objet d'une restauration en 2008, car l'argent était très oxydé, le vase central était cassé et un des petits vases était manquant17. Depuis sa restauration, le surtout est exposé dans le petit salon de la maison Cartier, lieu où l'on recevait les invités lors des réceptions18. Le processus d'acquisition de cet objet par Parcs Canada n'est pas complété à ce jour : le surtout fait toujours l'objet d'un prêt à long terme et demeure la propriété de la famille Cartier19.

4

  • 20 Claire Desmeules, op. cit.
  • 21 Yves Bergeron, op. cit.

5Comment cet objet en est-il venu à incarner la mission du lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier? La documentation consultée en lien avec sa découverte témoigne déjà de l'importance historique de l'objet. En effet, la correspondance par courriel de David Ledoyen, adjoint aux services à la clientèle au lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier, ainsi que le dossier de conservation préparé par Claire Desmeules, conservatrice au Service du Patrimoine culturel en 2008, démontrent bien le lien direct entre sir George-Étienne Cartier et l'objet lui ayant appartenu, notamment à travers l'historique de propriété20. Cependant, c'est en examinant le parcours de l'objet que l'on pourra déterminer comment Parcs Canada a construit sa valeur muséale et en est venu à le considérer comme l'objet emblématique du lieu historique. L'analyse du processus de muséalisation qui suit est basée sur le modèle de la pyramide des valeurs muséales proposé par Bergeron21.

6

  • 22 Inscription visible sur une photo de l'objet prise par J. Beardsell © Parcs Canada. Photo fournie p (...)
  • 23 Ross Fox, op. cit., p. 36-37.
  • 24 Ibid. p.25-43.
  • 25 Ibid., p.35.
  • 26 Ibid.
  • 27 Claire Desmeules, Le surtout de Sir George-Étienne Cartier. [Présentation powerpoint]. Service du p (...)
  • 28 Marthe Lacombe, La maison George-Étienne Cartier, rue Notre-Dame à Montréal. Travail inédit numéro (...)
  • 29 Ibid.
  • 30 Marthe Lacombe, op. cit., p. 47.

7Tout d'abord, le surtout de monsieur Cartier lui a été offert en cadeau par ses électeurs de Montréal le 26 décembre 1863, comme en témoigne l'inscription dans un des médaillons figurant sur l'objet même : « Offert à l’honorable George-Étienne Cartier. C.R.M.P.P. Par ses constituants de la division Est de la Cité de Montréal en Témoignage des services qu’il a rendus au Pays. Montréal 26 décembre 1863 »22. La commande de cet objet à un orfèvre local, Robert Hendery, est rapportée à quelques reprises dans les journaux montréalais durant l'année 1863, notamment dans La Minerve où Hendery aurait annoncé la commande du surtout dédié à George-Étienne Cartier23. L'annonce dans La Minerve mentionnait également, selon Fox 24, le nom de celui qui aurait dessiné la pièce, soit le nouvel employé de Hendery, l'artiste dessinateur Louis-Victor Fréret25. Toujours selon Fox (2008), Fréret serait désigné comme le dessinateur de l'objet dans la publication Les Beaux-Arts, parue le 1er juin 186326. Suite à la réception du cadeau, il semblerait que George-Étienne Cartier aurait prononcé un discours à ses électeurs de Montréal-Est pour les remercier, le 27 décembre 1863, à Montréal27. Dix ans plus tard, à sa mort, en 1873, George-Étienne Cartier lègue le surtout à ses deux filles28. L'inventaire après décès mentionne le surtout, ou « épargne en argent massif », dans la liste des biens des « demoiselles Cartier »29. Même si l'inventaire n'indique pas où cet objet se trouvait dans la maison, il serait vraisemblable de croire que celui-ci se trouvait dans la salle à manger30. Lacombe affirme que si l'on tient compte des goûts de l'époque, la présence d'un surtout dans la salle à manger est importante, et il est probable que celui occupant le centre de la table durant ces dernières années ait été celui offert à Cartier par ses électeurs.

  • 31 Claire Desmeules. Présentation powerpoint, op. cit.
  • 32 Testament de Sir George-Étienne Cartier. (1873-1983). Archives de Parcs Canada.
  • 33 Claire Desmeules. Fiche descriptive, op. cit.
  • 34 John Boyd, « Sir George-Étienne Cartier, Baronnet. Sa vie et son temps. Histoire politique du Canad (...)
  • 35 « L'hommage à Sir Geo. Étienne Cartier offert par la Cité de Montréal et pesant 150 livres d'argent (...)
  • 36 Testament de Sir George-Étienne Cartier. (1873-1983). Archives de Parcs Canada.
  • 37 Ibid.

8Selon la volonté exprimée dans le testament de George-Étienne Cartier31, le surtout serait probablement resté la propriété des deux filles Cartier, Joséphine et Hortense, jusqu'au décès de Joséphine, célibataire, en 188632. À la suite du décès de Joséphine, il n'est pas clair que le surtout ait été transmis à Hortense, ou s'il a été mis en la possession de Jacques Cartier, le neveu de George-Étienne Cartier. En effet, l'historique de possession de Parcs Canada stipule que Hortense Cartier aurait été en possession du surtout jusqu'à son décès en 194133, par contre, une biographie de George-Étienne Cartier publiée en 1918 mentionne que le surtout aurait été en la possession de Jacques Cartier à Saint-Antoine à ce moment34. Les archives de la famille Cartier comptent un article de journal35 dont une photocopie a pu être consultée. Cet article porte sur le surtout de monsieur Cartier, qui au moment de la parution du journal était la propriété de Jacques-Antoine Cartier, fils de Jacques Cartier, décédé en 192036. Malheureusement, ni le journal, ni la date de parution de l'article n'ont pu être identifiés au cours de cette recherche, et, par conséquent, il est impossible de déterminer à quel moment Jacques-Antoine Cartier a reçu le surtout. Cet article serait la dernière trace écrite traçant l'historique de propriété, jusqu'à ce que Benoît Cartier visite Parcs Canada en 2006. Sachant que le propriétaire du surtout en 2006 était son père Paul Cartier, il semblerait que l'objet aurait été transmis à celui-ci par son père Côme Cartier, qui lui l'aurait hérité de son frère, Jacques-Antoine Cartier, décédé en 196537.

  • 38 « L'hommage à Sir Geo. Étienne Cartier offert par la Cité de Montréal ». Archives de la famille Car (...)
  • 39 L'Album universel. La famille Cartier au Canada : Sir Geo. Etienne Cartier. 22 juillet 1905, p. 360(...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ross Fox, op. cit. p. 37; John Boyd. Sir George-Étienne Cartier, Baronnet. Sa vie et son temps. His (...)
  • 43 Correspondance entre Ross Fox, conservateur associé au Musée Royal de l'Ontario, et Thomas Piché, d (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 David Ledoyen. op. cit.

9Par sa transmission de génération en génération, le surtout acquérait une valeur historique, et passait tranquillement d'objet usuel à objet historique. En effet, la famille Cartier semble avoir voulu préserver ce souvenir au sein de ses membres, sans nécessairement l'utiliser comme centre de table, l’utilité première de cet objet. La photo parue dans le journal préservé par la famille Cartier montre Jacques-Antoine Cartier debout à côté du surtout, conservé dans une vitrine comme celles que l'on pourrait retrouver dans un musée. Il semble qu'à ce moment, le surtout était considéré par la famille comme un objet « hommage », un témoin précieux de la vie politique de George-Étienne Cartier qui valait la peine d'être préservé38. De plus, la parution de l'objet dans les journaux semble avoir contribué à la construction de la valeur historique de l'objet. En effet, déjà en 1905, dans l'Album universel, on remarquait que le surtout avait été offert en hommage à un « grand homme d'État » et que le destinataire de l'objet rejoignait dans un même souvenir trois autres « gloires canadiennes », soit les personnages représentés sur le surtout39. De plus, dans ce même article, on faisait allusion au fait que George-Étienne Cartier avait longtemps cherché à établir un lien de parenté le liant à Jacques Cartier « le découvreur du Canada », mais sans succès40. On mentionne sous la photo du surtout la présence de la représentation de Jacques Cartier sur l'objet, en écrivant que ce souvenir faisait « une discrète allusion à l'affiliation qui existait entre Sir George et le héros de Saint-Malo »41. Le mythe du lien familial entre Jacques Cartier et George-Étienne Cartier a été entretenu par ce dernier durant sa vie selon Boyd, cependant, aucune preuve n'a pu être établie sur l'existence d'un lien familial direct réel42. Par contre, la persistance de ce mythe pourrait avoir eu une influence sur la perception de cet objet. Aussi, durant les années où le surtout avait « disparu » des médias, soit entre la dernière publication le mentionnant et l'année 2006 où il a refait surface, des chercheurs tentaient de le retrouver. La correspondance entre Ross Fox, conservateur associé au Musée Royal de l'Ontario, et Thomas Piché, de Parcs Canada, indique qu'entre les années 2001 et 2003, Fox cherchait le surtout pour une étude sur l'argenterie canadienne, mais qu'à Parcs Canada on ignorait où se trouvait l'objet43. Cette correspondance démontre que Fox connaissait l'importance de cette pièce, voulant l'inclure dans le livre qu'il préparait sur l'argenterie canadienne44. En somme, les médias semblent avoir contribué à établir la valeur historique de l'objet, en soulignant que le surtout était un témoin de la vie politique de George-Étienne Cartier, et en faisant allusion au mythe de son affiliation avec Jacques Cartier le découvreur. Ensuite, en quittant la sphère publique par son absence dans les médias, l'objet devenait un objet recherché, un objet qui devenait peu à peu comme une légende à Parcs Canada45.

  • 46 Ibid.
  • 47 Ross Fox, op. cit., p.36.
  • 48 Ibid., p. 39.
  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., p. 40.
  • 51 Ibid.

10Dans son parcours initiatique, le surtout est passé d'objet usuel dans la maison des Cartier à un objet historique conservé précieusement par la famille, légué de génération en génération, et recherché par des chercheurs et Parcs Canada46. Le passage à la prochaine étape du processus de muséalisation de l'objet semble avoir été occasionné par l'étude sur l'argenterie canadienne de Ross Fox mentionnée plus haut. Fox a étudié la photo du surtout parue en 1905 dans l'Album universel, ainsi que d'autres pièces d'argenterie dessinées par Fréret, et a publié un article dans la Revue de la culture matérielle au printemps 2008. Dans cet article, il reconnaît la valeur artistique et ethnographique de l'objet. En effet, Fox soutient que les mentions du surtout dans les journaux montréalais en 1863 témoignent de l'importance de l'objet en tant que réalisation marquante au sein de l'histoire de l'argenterie au Canada47. Le surtout de Cartier fait partie des quatre seuls surtouts produits par Hendery sur une période de dix ans, et ces quatre surtouts sont les seules pièces d'argenterie canadiennes attribuées au dessinateur Fréret48. Ces surtouts fabriqués au Canada sont très rares, car l'élite recherchait à cette époque le prestige des pièces luxueuses fabriquées à Londres et à New York notamment49. Par contre, malgré sa production très limitée de pièces d'argenterie honorifiques, Hendery aurait surpassé certaines entreprises internationales au niveau du calibre de ses pièces produites au 19e siècle au Canada50. Un autre aspect contribue également à la valeur artistique de l'objet : Fréret était un dessinateur français, ayant travaillé plus de vingt ans chez un prestigieux argentier de Londres avant d'arriver au Canada, et l'étude de Fox démontre que les pièces dessinées par Fréret, dont le surtout de Cartier, représentent un cas rare où l'apparition au Canada d'un style venant de Grande-Bretagne, plus exactement de Londres à Montréal, peut être documentée à travers l'œuvre de l'artiste51.

11

  • 52 Ibid. p. 36.
  • 53 Ibid. p. 37.
  • 54 Ibid.
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid.
  • 57 Yves Bergeron, op. cit., p. 61.

12En plus de reconnaître la valeur artistique de l'objet, Fox aborde également l'importance des symboles véhiculés par le surtout. Il souligne d'abord le fait que le surtout est associé à son prestigieux destinataire, soit George-Étienne Cartier, un des politiciens canadiens les plus influents52. Ensuite, il soutient que le fait que les électeurs de Cartier aient choisi de commander le surtout à un argentier local contribue à la « canadienneté » de l'œuvre53. Cette « canadienneté » de l'objet est aussi présente de façon symbolique. Selon Fox, le surtout représente une conscience nationale en émergence. L'abondance des feuilles d'érable et les trois castors qui ornent le surtout constituent des emblèmes qui, depuis les années 1840, étaient souvent associés et devenaient de plus en plus représentatifs de l'idéologie patriotique canadienne-française54. De plus, la présence de trois illustres personnages de la Nouvelle-France sur le surtout, soit Jacques Cartier, le marquis de Montcalm et monseigneur Joseph-Octave Plessis, suggère que George-Étienne Cartier était perçu comme leur digne successeur55. L'ensemble de ces emblèmes nationaux sur le surtout témoigne de l'émergence de la conscience nationale qui se développait au 19e siècle56. Donc, si l'objet constitue une trace tangible de la vie politique de Cartier grâce à l'inscription de ses donateurs, il incarne aussi de façon symbolique l'idéologie patriotique canadienne-française et le sentiment national émergent à l'époque de sa fabrication. L'article de Fox reconnait ainsi la valeur ethnographique de l'objet selon la définition de Bergeron, qui affirme que l'objet acquiert cette valeur lorsqu'on le considère comme un témoin « d'une culture et d'une société à un moment précis de l'histoire »57.

13

  • 58 Ibid., p.62.
  • 59 Ibid.
  • 60 David Ledoyen. op. cit.

14L'étape suivante dans le parcours initiatique de l'objet vers le statut d'objet de musée est le purgatoire. Selon Bergeron, c'est l'étape où l'objet disparait ou est sauvegardé58. Bergeron affirme que « les greniers et marchés aux puces servent souvent de purgatoire aux objets avant qu'on ne les redécouvre »59. Dans le cas du surtout de Cartier, c'est le sous-sol de Paul Cartier qui a servi de lieu de purgatoire. En 2006, les Cartier vendent leur maison et cherchent alors un organisme qui pourrait éventuellement récupérer le surtout pour en prendre soin et possiblement le mettre en valeur. C'est à ce moment que l'équipe de Parcs Canada, dont David Ledoyen faisait partie, a reconnu la valeur patrimoniale de l'objet et a conclu une entente de prêt à long terme avec les propriétaires60.

  • 61 Yves Bergeron, op. cit., p. 62.
  • 62 David Ledoyen. op. cit.
  • 63 Parcs Canada. Lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier, Plan directeur, 200 (...)

15L'objet, ayant acquis une valeur historique, artistique et ethnographique, fut « extirpé du purgatoire » et reconnu comme objet patrimonial61 : à partir de ce moment, il fut restauré et protégé par Parcs Canada. En effet, Ledoyen affirme que Parcs Canada reconnaissait à ce moment la valeur patrimoniale de l'objet, le considérant comme une « ressource culturelle »62, soit un objet directement lié à George-Étienne Cartier et ayant une signification culturelle et une valeur historique reconnue63 associée à un objectif de commémoration.

16

  • 64 David Ledoyen. op. cit..
  • 65 Claire Desmeules. Fiche descriptive, op. cit., p. 2.
  • 66 Yves Bergeron, op. cit., p. 63.
  • 67 Parcs Canada. Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier et raison de l'importance historiqu (...)

17Selon le modèle de Bergeron, le surtout avait alors atteint la dernière étape du processus de reconnaissance qui le ferait entrer dans la catégorie des objets de musée. Parcs Canada, selon les termes de l'entente du prêt à long terme, s'engageait à protéger et à exposer l'objet dans sa collection permanente64. Le surtout, exposé au lieu historique, sert maintenant à commémorer la vie politique George-Étienne Cartier et à témoigner du « mode de vie des familles bourgeoises de l’époque victorienne »65. Aujourd'hui un « objet mémoriel »66, le surtout est associé aux valeurs collectives nationales, perpétuant le souvenir d'un homme politique canadien ayant joué un rôle important dans le développement du pays, en étant à l'origine du système politique canadien actuel, et étant considéré comme un des Pères de la Confédération67.

18

  • 68 La visite du lieu historique et ces entretiens avec le personnel ont eu lieu le 27 septembre 2013.
  • 69 La rencontre avec David Ledoyen a eu lieu le 1er octobre 2013, au lieu historique.
  • 70 David Ledoyen. Communication personnelle, 2013.
  • 71 Parcs Canada. Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier, 2007, p.1.
  • 72 David Ledoyen. Communication personnelle, 2013..
  • 73 Ibid.

19L'étude du parcours du surtout à travers le processus de muséalisation permet de comprendre comment Parcs Canada a construit la valeur muséale de l'objet, jusqu'à en faire l'objet emblématique du lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier. Après avoir acquis une valeur historique à travers les médias qui soulignait l'importance du surtout comme témoin de la vie politique de George-Étienne Cartier et en devenant un objet recherché après sa disparition de la sphère publique, l'objet a obtenu le statut d'objet de valeur artistique et ethnographique durant les recherches de Fox sur l'argenterie canadienne. Incarnant de façon symbolique l'idéologie patriotique canadienne-française et le sentiment national émergeant à l'époque de sa fabrication, le surtout fut sauvegardé par Parcs Canada pour sa valeur patrimoniale, étant considéré comme un objet directement lié à George-Étienne Cartier ayant une signification culturelle et une valeur historique reconnue. Aujourd'hui, la valeur muséale de l'objet est soulignée dans le discours du musée surtout à travers le personnel et les visites guidées. En effet, en interrogeant la personne à l'accueil du lieu historique ainsi qu'une guide68, il a été vite établit que l'objet emblématique était sans aucun doute le surtout, car à lui seul il incarne tout ce que Parcs Canada tient à commémorer au lieu historique : l'importance de la vie politique de George-Étienne Cartier, ainsi que la vie des familles bourgeoises de son époque. Cette affirmation a été validée durant une rencontre avec David Ledoyen69, adjoint au service à la clientèle au lieu historique. Ledoyen70 remarque tout de suite la correspondance entre l'objectif des électeurs qui ont commandé la fabrication du surtout en témoignage pour les services que George-Étienne Cartier a rendus au pays, et la mission du lieu historique qui est de commémorer « l'importance de George-Étienne Cartier dans la création du Canada et dans la vie politique canadienne »71. Le surtout est donc considéré comme un objet mémoriel de première importance qui incarne directement la mission du lieu historique où il est exposé. De plus, selon Ledoyen, le surtout prendra encore plus d'importance au sein du lieu historique dans l'avenir, car on cherche à le mettre davantage en valeur dans l'exposition et le rendre visible sur le site internet72. Aussi, le surtout a été choisi par Parcs Canada pour représenter le lieu historique lors du 150e anniversaire de la Confédération canadienne73.

20

  • 74 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desv (...)
  • 75 Op. cit., David Ledoyen, 2013.
  • 76 Ibid.

21En conclusion, la reconstitution du processus de muséalisation à travers la pyramide des valeurs muséales a permis d'identifier comment Parcs Canada et le lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier ont construit la valeur du surtout de monsieur Cartier. L'analyse permet également de mettre en lumière, comme le souligne Bergeron, le fait que ce processus de reconnaissance est basé sur le regard et les décisions des acteurs impliqués à chacune des étapes.74 Ce sont les choix des propriétaires de l'objet, des médias, des chercheurs, et des spécialistes de Parcs Canada qui ont fait en sorte que l'objet est perçu et mis en valeur comme l'objet incarnant la mission du lieu historique aujourd'hui. Pour certains, à Parcs Canada, on confère presque une « âme » ou une « vie » à l'objet. Durant les années où Fox recherchait l'objet pour son étude, Ledoyen effectuait des recherches à temps-perdu pour retrouver l'objet, sans succès75. Mais Ledoyen affirme, en riant, que lorsque Benoît Cartier s'est présenté au lieu historique en 2006 dans le but de prêter l'objet à Parcs Canada, « c'était comme si le surtout nous avait trouvés!»76.

J. Boyd, Sir George-Étienne Cartier, Baronnet. Sa vie et son temps. Histoire politique du Canada de 1814 à 1873. 485p. ,1918. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://ia701203.us.archive.org/​17/​items/​sirgeorgetiennec00boyd/​sirgeorgetiennec00boyd.pdf

C. Desmeules, (2008/05/23). Le surtout de George-Étienne Cartier. Fiche descriptive. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec.

C. Desmeules, Le surtout de Sir George-Étienne Cartier. Présentation PowerPoint. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec, 2008.

Discours aux électeurs de Montréal-Est. (27 décembre 1863). Dans : Desmeules, Claire. Le surtout de Sir George-Étienne Cartier. Présentation PowerPoint. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec. 2008.

Y. Fortier, Le festin de Lady Cartier : la table et l’étiquette au Québec, vers 1865.Continuité, n° 52, 1992, p. 7-14. Récupéré le 24 septembre 2013 de http://id.erudit.org/​iderudit/​17721ac

R. Fox, , Design, Presentation Silver and Louis-Victor Fréret (1801-1879) in London and Montreal.Material Culture Review, n° 67, Spring 2008, p.25-43.

M. Lacombe, , La maison George-Étienne Cartier, rue Notre-Dame à Montréal. Travail inédit numéro 240, 1977, Parcs Canada.

L'Album universel. (22 juillet 1905).La famille Cartier au Canada : Sir Geo. Etienne Cartier. p. 360. Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Récupéré le 2 octoble 2013 de http://collections.banq.qc.ca/erezFullScreen?erezLang=english&fsiFile=http://collections.banq.qc.ca/​fsi/​306135.fsi

D. Ledoyen, (2013). Communication personnelle. Entretient ayant eu lieu le 1er octobre 2013, au lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier.

D. Ledoyen,. (2006). Les Cartiers et leur surtout. Courriel envoyé à Céline Laberge,

le 30 octobre 2006.

Office québécois de la langue française. (2002). Surtout. Récupéré le 13 octobre 2013 de http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/​ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8362552.

Parcs Canada. 2007. Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier et raison de l'importance historique nationale du lieu, 2 p. Récupéré le 11 octobre 2013 de http://www.pc.gc.ca/​lhn-nhs/​qc/​etiennecartier/​game_cartier/​images/​Sir-George-Etienne-Cartier_f.pdf.

Parcs Canada, Lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier. Plan directeur, 59 p, 2006. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.pc.gc.ca/​fra/​lhn-nhs/​qc/​etiennecartier/​plan/​plan1.aspx.

Testament de George-Étienne Cartier. (10 novembre 1866). Dans : Desmeules, Claire. Le surtout de Sir George-Étienne Cartier. Présentation PowerPoint. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec. 2008.

Testament de Sir George-Étienne Cartier. (1873-1983). Archives de Parcs Canada.

Haut de page

Bibliographie

Y. Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 53-69.

Haut de page

Notes

1 Parcs Canada, Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier et raison de l'importance historique nationale du lieu, 2007, p.1. Récupéré le 11 octobre 2013 de
http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/qc/etiennecartier/game_cartier/images/Sir-George-Etienne-Cartier_f.pdf.

2 Claire Desmeules, Le surtout de George-Étienne Cartier. Fiche descriptive. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec, (2008/05/23), p.1.

3 Yves Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 53-69.

4 Office québécois de la langue française. Surtout. Fiche terminologique. 2002. Récupéré le 13 octobre 2013 de http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8362552.

5 Claire Desmeules, op. cit.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Information tirée du texte de présentation de l'objet dans l'exposition permanente.

9 Claire Desmeules, op. cit.

10 Ibid.

11 David Ledoyen, Communication personnelle. Entretient ayant eu lieu le 1er octobre 2013, au lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier.

12 Ibid.

13 Ross Fox “Design, Presentation Silver and Louis-Victor Fréret (1801-1879) in London and Montreal”, Material Culture Review, n° 67, Spring 2008, p. 25-43.

14 David Ledoyen, Les Cartiers et leur surtout. [Courriel destiné à Céline Laberge]. Archives de Parcs Canada, 30 octobre 2006.

15 Ibid.

16 David Ledoyen. op. cit.

17 Claire Desmeules, op. cit.

18 Yvan Fortier, « Le festin de Lady Cartier : la table et l’étiquette au Québec, vers 1865 », Continuité, n° 52, 1992, p. 7-14.

19 David Ledoyen. op. cit.

20 Claire Desmeules, op. cit.

21 Yves Bergeron, op. cit.

22 Inscription visible sur une photo de l'objet prise par J. Beardsell © Parcs Canada. Photo fournie par David Ledoyen.

23 Ross Fox, op. cit., p. 36-37.

24 Ibid. p.25-43.

25 Ibid., p.35.

26 Ibid.

27 Claire Desmeules, Le surtout de Sir George-Étienne Cartier. [Présentation powerpoint]. Service du patrimoine culturel, centre de service du Québec, 2008.

28 Marthe Lacombe, La maison George-Étienne Cartier, rue Notre-Dame à Montréal. Travail inédit numéro 240. Archives de Parcs Canada, 1977, p. 89-90.

29 Ibid.

30 Marthe Lacombe, op. cit., p. 47.

31 Claire Desmeules. Présentation powerpoint, op. cit.

32 Testament de Sir George-Étienne Cartier. (1873-1983). Archives de Parcs Canada.

33 Claire Desmeules. Fiche descriptive, op. cit.

34 John Boyd, « Sir George-Étienne Cartier, Baronnet. Sa vie et son temps. Histoire politique du Canada de 1814 à 1873 » 1918, p. 410. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://ia701203.us.archive.org/17/items/sirgeorgetiennec00boyd/sirgeorgetiennec00boyd.pdf

35 « L'hommage à Sir Geo. Étienne Cartier offert par la Cité de Montréal et pesant 150 livres d'argent massif, n'ira pas dans un « pawn shop» de la rue Craig. ». Publication inconnue provenant des archives de la famille Cartier. Dossier de conservation préparé par Claire Desmeules en 2008, Parcs Canada.

36 Testament de Sir George-Étienne Cartier. (1873-1983). Archives de Parcs Canada.

37 Ibid.

38 « L'hommage à Sir Geo. Étienne Cartier offert par la Cité de Montréal ». Archives de la famille Cartier.

39 L'Album universel. La famille Cartier au Canada : Sir Geo. Etienne Cartier. 22 juillet 1905, p. 360. Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://collections.banq.qc.ca/erezFullScreen?erezLang=english&fsiFile=http://collections.banq.qc.ca/fsi/306135.fsi.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ross Fox, op. cit. p. 37; John Boyd. Sir George-Étienne Cartier, Baronnet. Sa vie et son temps. Histoire politique du Canada de 1814 à 1873. 1918, p. 3.

43 Correspondance entre Ross Fox, conservateur associé au Musée Royal de l'Ontario, et Thomas Piché, de Parcs Canada, échangée entre les années 2001 et 2003. Archives de Parcs Canada.

44 Ibid.

45 David Ledoyen. op. cit.

46 Ibid.

47 Ross Fox, op. cit., p.36.

48 Ibid., p. 39.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 40.

51 Ibid.

52 Ibid. p. 36.

53 Ibid. p. 37.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Yves Bergeron, op. cit., p. 61.

58 Ibid., p.62.

59 Ibid.

60 David Ledoyen. op. cit.

61 Yves Bergeron, op. cit., p. 62.

62 David Ledoyen. op. cit.

63 Parcs Canada. Lieu historique national du Canada de Sir-George-Étienne-Cartier, Plan directeur, 2006, p.18. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.pc.gc.ca/fra/lhn-nhs/qc/etiennecartier/plan/plan1.aspx.

64 David Ledoyen. op. cit..

65 Claire Desmeules. Fiche descriptive, op. cit., p. 2.

66 Yves Bergeron, op. cit., p. 63.

67 Parcs Canada. Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier et raison de l'importance historique nationale du lieu, 2007, p.1. Récupéré le 11 octobre 2013 de
http://www.pc.gc.ca/lhn-nhs/qc/etiennecartier/game_cartier/images/Sir-George-Etienne-Cartier_f.pdf.

68 La visite du lieu historique et ces entretiens avec le personnel ont eu lieu le 27 septembre 2013.

69 La rencontre avec David Ledoyen a eu lieu le 1er octobre 2013, au lieu historique.

70 David Ledoyen. Communication personnelle, 2013.

71 Parcs Canada. Résumé biographique de sir George-Étienne Cartier, 2007, p.1.

72 David Ledoyen. Communication personnelle, 2013..

73 Ibid.

74 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), p.63.

75 Op. cit., David Ledoyen, 2013.

76 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Surtout de Monsieur Cartier
Légende Photographie de J Beasdsell pour Parc Canada.
Crédits  J. Beardsell, Parcs Canada, 2008.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2358/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Lussier, « Le Surtout de Monsieur Cartier de la Maison Cartier à Parcs Canada », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/2358

Haut de page

Auteur

Annie Lussier

Annie Lussier a obtenu son baccalauréat en anthropologie avec une mineure en histoire de l’art à l'Université McGill. Elle a effectué sa maîtrise en muséologie à l'Université de Montréal. Ses intérêts de recherches portent sur les relations entre les musées et les autochtones et sur les pratiques éthiques dans les réserves muséales. Elle travaille présentement en tant qu'agente de recherche à l'Université de Montréal au sein du projet Tshiue-Natuapahtetau-Kigibiwewidon.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org