Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le premier drapeau acadien du Musée acadien de l’Université de Moncton

Patrick-Olivier Meunier

Résumé

L’acadie, qui fut un territoire amérindien, a été colonisée par les français assimilant leurs langues et leurs cultures. En 1713, c’est la conquête anglaise, mais pourtant une centaine d’année plus tard, c’est un drapeau bleu, blanc, rouge avec une étoile de la vierge Marie qui est choisi comme un des symboles acadiens. Patrick Olivier Meunier analyse et retrace ici l’histoire du drapeau. Sa construction identitaire est forte, comme il est souligné dans le texte, « parler du drapeau acadien revient à parler de l’identité acadienne ».
Depuis 1969 il est de retour sur les terres du Nouveau Brunswick, ancienne Acadie, où il est exposé au Musée acadien de l’Université de Moncton. « L’histoire du drapeau acadien suit l’histoire de ceux qui l’ont mis au monde », ainsi découvrez son histoire.

Haut de page

Texte intégral

Le premier drapeau acadien du Musée acadien de L’université de Moncton

  • 1 Université de Moncton. Site officiel du musée acadien. http://www.umoncton.ca/umcm-maum/node/16
  • 2 White, Danette. Confection de l’étoile du Drapeau. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’U (...)
  • 3 Robichaud, Deborah muséologue. À Mrs Eva Burnham, Head textile conservation dept. CCI. 17 aout 1983

1C’est sous le titre d’une « aventure acadienne »1 que le musée acadien fait défiler devant nos yeux, objets, récits et symboles de l’histoire acadienne vieille de 409 ans. Au travers de cette histoire illustrée, il est impossible de ne pas s’arrêter devant la vitrine qui contient le plus vieux symbole de l’Acadie, le premier drapeau acadien. Le drapeau s’impose de lui-même par sa taille de 1,83m de haut par 2,75m de longueur. Il est divisé en trois rectangles de couleur bleu, blanc et rouge, eux-mêmes divisés en quatre petits rectangles de laine. Dans le haut du rectangle bleu se trouve l’étoile symbolique de la Vierge Marie et du peuple acadien. L’étoile, d’un diamètre de 44,45 cm, est faite d’un seul morceau de laine jaune, « It appeare … she cut into the flag the shape of a star... appliqued the start by machine-stitching… »2. La dernière composante est une bande blanche de 4,44 cm qui accueille les œillets de métal servant à accrocher le drapeau. Au cours de sa vie, le drapeau eut quelques dommages, comme le dit la conservatrice en 1983 ; « ... there are many areas witch are weak due to tears, insect damage, etc »3 les dommages furent réparés par l’ICC et ils ne paraissent aucunement à l’œil nu, ne laissant pas entrevoir la vie tumultueuse du drapeau depuis sa création.

  • 4 Histoire du drapeau acadien. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton.

2L’historique entourant cette pièce de musée comprend les éléments de son ascension, il est donc primordial de le parcourir. Le drapeau fut créé à l’époque de la renaissance acadienne. À cette époque les élites religieuses et civiles du peuple acadien décidèrent d’organiser des conventions acadiennes, pour établir les bases d’une nation leur appartenant. Lors de la deuxième convention, en août 1884, les symboles (hymne national, journée nationale, drapeau et autre) de cette nation en devenir furent choisis. Le soir du 14 août, l’Abbé Marcel-François Richard, ayant participé à l’élaboration du concept de drapeau la journée même, approche Marie Babineau pour qu’elle confectionne le drapeau pour le lendemain afin de le présenter lors de la dernière séance du conseil des délégués. « La tradition populaire veut que le drapeau... fût confectionné par Marie Babineau...En réalité ce drapeau consiste en un tricolore français de fabrication commercial sur lequel fut ajoutée l’étoile confectionnée par Mlle Babineau4 ». Le drapeau se fit hisser pour la première fois le 16 août après le conseil des délégués. À la fin de la convention, le drapeau fut installé au mât du St-Lawrence, un bateau à vapeur qui fit le transport entre l’Île-du-Prince-Édouard et Shediac, lieu de résidence de la plupart des délégués. Par la suite le drapeau tombe entre les mains d’un certain Anselme Léger, probablement dû à son statut de délégué de la région de Shediac à la convention. Monsieur Léger, comme de nombreux Acadiens, doit partir pour les États-Unis pour se trouver un emploi.

  • 5 Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. LEBLANC, Bernard. Musée acadien de l’U (...)

3Le drapeau tombe ici dans l’oubli, car aucune mention de celui-ci n’est faite jusqu’en 1940 où le fils de Monsieur Léger, Marcel Léger vivant à Waltham, Massachusetts, le reçoit en héritage. Marcel Léger décide de contacter Clarence Léger, curé de Lakeburn, N.-B, pour lui donner le drapeau afin qu’il le rapporte à Moncton. Clarence Léger confie le drapeau au musée de la cathédrale Notre-Dame-de-l’Assomption toute nouvellement réaménagée. Il semble que ce petit musée ait une exposition appelée la salle des souvenirs, donc on peut imaginer, sans certitude, que le drapeau fut mis en exposition lors de sa durée dans la cathédrale. Le drapeau bougea à nouveau en 1969, lors de l’intégration complète de la collection à celle du musée national acadien. Le drapeau se trouva alors dans le sous-sol de la bibliothèque Champlain. « Le nombre d’objets exposés représentait alors environ les deux tiers de la collection du musée – le reste étant entreposé dans la réserve »5. Il est donc fort probable que le drapeau se retrouva dans l’exposition. En 1980, dû à l’expansion de la collection et au manque de place pour la conserver, un nouveau bâtiment est construit, pour le musée et la galerie d’art de l’Université. Durant le déménagement, la préoccupation de la conservation face au drapeau apparait. La conservatrice, Deborah Robichaud, contacta le Canadian Conservation Institut pour commencer une réflexion sur la création d’une boite d’exposition qui permettrait une conservation optimisée. La réflexion devient réalité trois ans plus tard, lorsqu’en septembre 1983 le drapeau est finalement ramené dans l’exposition après l’investissement du musée pour sa conservation.

  • 6 Ibid.

4Cet investissement révèle le désir du musée de conserver cette pièce historique pour l’avenir, mais aussi l’importance d’avoir une telle pièce pour le musée. L’envie des conservateurs d’exposer le drapeau et de le considérer comme «un des trésors du musée»6, explique pourquoi le projet de la construction de la boite a duré trois ans. L’aide demandée auprès d’Éva Burnham, la directrice du département de conservation du textile au Canadian Conservation Institute, démontre sans équivoque un désir d’un travail d’expert pour maximiser la vie du drapeau. De nos jours, le musée se préoccupe toujours d’augmenter la durée de vie de cette relique par tous les moyens possibles. La conservatrice Jeanne Mance Cormier pense, lors du changement d’exposition temporaire, mettre le drapeau à plat ou même le mettre en réserve pour prolonger sa durée de vie. Cette importance démontrée par les conservateurs dans leurs actions pour sauvegarder cette pièce indique la valeur élevée de celle-ci pour le musée.

D’un drapeau français à un symbole national

5Le drapeau à la base n’est que peu de choses, un simple drapeau français et une étoile jaune cousue à la machine. Pourtant, ce morceau de tissu passa à l’histoire et s’incrusta dans la culture acadienne, non pas en tant qu’objet, mais en tant que symbole matériel. Le départ du drapeau hors des frontières canadiennes s’inscrit dans une grande vague d’émigration des Acadiens vers les États-Unis. Comme eux, le lien qu’il entretenait avec la population acadienne fut diminué, pourtant les valeurs qui lui avaient été données par son statut de premier drapeau acadien firent probablement en sorte qu’il soit devenu une pièce importante de la communauté acadienne de Waltham. Pour le reste de la nation acadienne sa disparition pendant presque 60 ans fut le début de sa mise en valeur par cette même population. Quand l’abbé Clarence Léger fut contacté pour qu’on lui donne le drapeau, il décida automatiquement de le rapatrier pour le conserver dans un musée.

  • 7 Yves Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopé (...)
  • 8 Nicolas, Landry. Nicole, LANG. Histoire de l’Acadie. (Québec : Édition septentrion, 2001)
  • 9 Inconnu. (1970,11 avril)Le premier drapeau acadien. Acadie Nouvelle.
  • 10 John, Wishart. (1984, 13 août) Acadian flag issue, creates council flap. The Times.

6Le drapeau fit un bond de l’objet commun à l’objet symbolique, dans la pyramide de reconnaissance de la valeur des objets7. Par son absence, il avait le statut d’objet historique, étant une relique d’une autre époque et un objet symbolique d’un moment historique dans l’histoire de ce peuple. Le premier saut se fit quand Marcel Léger décida de redonner le drapeau à l’abbé pour qu’il le rapporte dans sa patrie natale, car il s’agit d’une preuve de la reconnaissance par les Acadiens des valeurs qu’incarne le drapeau. Le deuxième saut se fit lorsque l’abbé décida de joindre le drapeau à la collection du musée de Notre-Dame-de-l’Assomption, acte par lequel l’objet devint un objet patrimonial. L’importance accrue du drapeau en si peu de temps est causée par son absence de la patrie natale depuis cinq ans, mais aussi par son rapatriement lors de la « réforme sociale profonde et par l’affirmation nationaliste »8. Cette symbolique nationaliste est attribuée au drapeau indirectement par l’importance que le peuple porte au symbole; « Tous les Acadiens sont fiers de leur drapeau tricolore avec l’étoile dorée piquée dans le bleu »9. Le drapeau atteint le stade d’objet muséal en 1969 d’après mes recherches lors de son transfert de la collection religieuse à la collection d’histoire acadienne du musée acadien de l’Université de Moncton. Lors du transfert toute la signification profonde du drapeau est mise en valeur. Le drapeau aurait pu intégrer les collections du musée acadien de Caraquet, pourtant il va être exposé au centre de la nation acadienne, à l’endroit même où elle se forme avec les élites en devenir. Cette symbolique est puissante pour le drapeau, surtout après la construction du bâtiment Clément Cormier, où il prit une place d’importance majeure dans l’exposition, mais aussi dans la ville. « City of Moncton officials were scrambling for Acadian flags late Wednesday after some complaints were received from residents upset about the absence of their banner form city streets »10. On peut donc comprendre que le premier drapeau acadien après sa redécouverte ait pris de l’importance d’un point de vue muséal.

L’importance du Drapeau de nos jours

  • 11 Inconnu. (1996,15 aout) Notre drapeau...notre fierté. Acadie Nouvelle, section spéciale.
  • 12 Ibid.
  • 13 Jeanne Mance Cormier. Directrice du Musée Acadien. À Patrick-Olivier Meunier. Septembre, octobre 20 (...)

7On remarque que les discours sur le drapeau sont presque inexistants, car parler du drapeau revient à parler de l’identité acadienne qu’il symbolise. Les diverses mentions du drapeau se divisent en deux catégories, celle faite par les conservateurs, culture savante du musée et celle faite par les articles de journaux, reflet de la culture populaire. Celle des conservateurs mentionne seulement l’historique du drapeau et la mise en valeur de celui-ci dans les conventions acadiennes. Les journaux s’en servent, quant à eux, comme un objet rassembleur soit dans son entier « Notre drapeau...notre fierté »11 ou bien en faisant référence à la signification nationaliste de l’étoile qui est vue comme « l’étoile de la mer qui guide le marin à travers les orages et les écueils »12. Les discours pro-patriotiques reflètent plus ou moins l’importance du drapeau dans sa présentation au musée. La présentation internet du musée n’offre aucune photo du drapeau sauf dans une bande passante parmi plusieurs autres objets divers. Sur place, on remarque que la boutique vend certains objets avec le drapeau illustré dessus, et que dans la collection, il s’impose de lui-même par le fait qu’il est exposé dans une caisse transparente en plein milieu de l’exposition. La place qu’il occupe dans l’exposition est importante, car il est à la fin de l’exposition historique et au début de l’exposition thématique. Un panneau expliquant l’historique du drapeau et sa signification est placé devant la vitrine pour les visiteurs, et lors de visites guidées, la plupart des guides s’arrêtent devant pour en parler ou faire une mention spéciale. Même dans un avenir rapproché, l’emplacement du drapeau dans l’enceinte du musée est incertain. Par contre, l’idée de le présenter couché fait son chemin dans la tête de la conservatrice13. Une chose est certaine, le message porté par le drapeau n’a pas changé énormément depuis son arrivée au musée et ne semble pas être en voie de changer.

8Ce message, tout en restant celui décrit plus haut, n’a pas le même impact aujourd’hui que celui qu’il avait dans le passé; il est plus discret, presque comme une tradition qu’on ressort pour le 15 août ou bien lors de dates à signification historique. Il est pourtant intriguant de voir que le peuple acadien s’identifie énormément à l’événement du 15 août, un peu à la manière de la Saint-Jean au Québec, arborant des objets tels que des drapeaux, des tatouages temporaires, des pièces de vêtement, mais dans la vie de tous les jours le drapeau reste présent et discret. Par discret, j’entends la présence du drapeau sur plusieurs objets du quotidien des acadiens (autocollant sur l’automobile, cahiers, crayons, chandail ...etc.) ou bien comme décoration pour leur demeure et environnement. Bien que le drapeau soit arboré par presque tous les Acadiens d’une façon ou d’une autre, le message qu’il porte de nos jours est vague et revient à une interprétation très personnelle de la part de chacun des Acadiens.

9L’histoire du drapeau acadien suit l’histoire de ceux qui l’ont mis au monde. Il s’éleva en même temps que la nation acadienne, s’exila en même temps qu’eux et sut retrouver la route d’une Acadie montante dans sa définition identitaire et dans les valeurs qu’elle met en premier plan. Le drapeau incarne cette Acadie changeante, prenant une importance particulière pour le peuple acadien et le musée acadien, car provenant d’une époque révolue qui fut le début de l’Acadie moderne, la signification qu’il porte rappelle l’évolution des Acadiens. Les acteurs de l’Acadie, qu’ils soient des membres de la sphère politique, ecclésiastique, ou commerciale, démontrèrent cet attachement au drapeau en le propulsant au statut d’objet muséal. Même si les discours sur le drapeau réduisent en nombre avec les années, la popularité du drapeau français à l’étoile jaune revient chaque année le 15 août pour refaire surgir les déclamations à son sujet. Il n’y a aucun doute que le drapeau est d’une importance primordiale pour la communauté d’aujourd’hui. Cependant la réflexion sur son avenir est liée à celle du fait acadien qui avec le temps s’amenuise en signification et qui change, prenant d’autres directions. Il faut alors se demander si cet objet phare du musée acadien aura encore une place aussi importante en 2017 lors du renouvellement de son exposition permanente ou si son statut changera pour accommoder une vision future de l’Acadie.

Haut de page

Bibliographie

Documents (dossier de l’objet):

Histoire du drapeau acadien. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton.

Dimensions du drapeau acadien original ( Shémas). Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton.

. Historique du drapeau acadien. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton. SignifiantTreasures, CFFM, 1996.

Bob, Éliott. Info sur le drapeau acadien. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton. 2 novembre 1994.

Danette, White. Confection de l’étoile du Drapeau. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton. 1987

Presse

Inconnue. (1996,15 aout) « Notre drapeau...notre fierté ». Acadie Nouvelle, section spéciale.

John, Wishart. (1984, 13 août) “Acadian flag issue, creates council flap”. The Times.

Inconnu. (1970,11 avril) « Le premier drapeau acadien ». Acadie Nouvelle.

Correspondances 

Deborah Robichaud, muséologue. À Mme Hélène Hickey. 24 octobre 1983

Deborah Robichaud, muséologue. À Mrs Eva Burnham, Head textile conservation dept. CCI. 17 aout 1983.

Deborah Robichaud, muséologue. À Mrs Eva Burnham, Head textile conservation dept. CCI. 24 octobre 1983.

Valerie, Dorge. Andrew,Todd. (CCI) Report on visit to Musée acadien, Moncton. 10,11,12 novembre 1980.

Ouvrages :

N. Landry, N. LANG. Histoire de l’Acadie. Édition septentrion, 2001, Québec.

A. Desvallées, F. Mairesse, Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Édition Armand Colin, 2011.

Internet 

Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. LEBLANC, Bernard. Musée acadien de l’Université de Moncton. Consulté le 09 octobre 2013 http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-661/Mus%C3%A9e_acadien_de_l%E2%80%99Universit%C3%A9_de_Moncton.html#.UkbljoZyG25

Université de Moncton. Site officiel du musée acadien. Consulté le 09 octobre 2013

http://www.umoncton.ca/umcm-maum/accueil

Haut de page

Notes

1 Université de Moncton. Site officiel du musée acadien. http://www.umoncton.ca/umcm-maum/node/16

2 White, Danette. Confection de l’étoile du Drapeau. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton. 1987. p. 1

3 Robichaud, Deborah muséologue. À Mrs Eva Burnham, Head textile conservation dept. CCI. 17 aout 1983.

4 Histoire du drapeau acadien. Dossier du drapeau acadien. Musée acadien de l’Université de Moncton.

5 Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française. LEBLANC, Bernard. Musée acadien de l’Université de Moncton. Consulté le 09 octobre 2013 http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-661/Mus%C3%A9e_acadien_de_l%E2%80%99Universit%C3%A9_de_Moncton.html#.UkbljoZyG25

6 Ibid.

7 Yves Bergeron, « Collection », André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p.60.

8 Nicolas, Landry. Nicole, LANG. Histoire de l’Acadie. (Québec : Édition septentrion, 2001)

9 Inconnu. (1970,11 avril)Le premier drapeau acadien. Acadie Nouvelle.

10 John, Wishart. (1984, 13 août) Acadian flag issue, creates council flap. The Times.

11 Inconnu. (1996,15 aout) Notre drapeau...notre fierté. Acadie Nouvelle, section spéciale.

12 Ibid.

13 Jeanne Mance Cormier. Directrice du Musée Acadien. À Patrick-Olivier Meunier. Septembre, octobre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick-Olivier Meunier, « Le premier drapeau acadien du Musée acadien de l’Université de Moncton », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

Patrick-Olivier Meunier

Patrick-Olivier Meunier détient un Baccalauréat en Spécialisation Histoire et une Maitrise en Muséologie de l’Université de Montréal. Son sujet de recherche à la maitrise était le patrimoine religieux et sa gestion. Présentement au HEC il s’intéresse principalement à la gestion muséale. 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org