Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le bain généreux de l’Écomusée du fier monde

Margot de Roquefeuille

Résumé

On classe également le bain Généreux dans la catégorie des objets phares identitaires puisqu’il réfère à une époque mais aussi à un quartier. En effet, ce bain public, un des premiers à être gratuit, commandité par la ville et caractéristique du mouvement Art déco, est empreint de l’époque des années 1900, période d’industrialisation. Le lieu se fait ainsi le témoin des conditions de vie et d’hygiène, particulièrement précaires, de toute une population ouvrière qui ne possédait pas l’eau courante. L’auteure décrit alors la façon dont le statut de l’édifice a évolué tout au long du XXème siècle, d’utilité à désuétude et d’oubli à redécouverte, pour aujourd’hui abriter l’écomusée du fier monde qui, par sa mission, renforce la mémoire que renferme le bâtiment tandis que le bâtiment se fait l’écho du discours du musée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A partir d’un échange de courriels avec Eric Giroux, Directeur adjoint, responsable de la recherche (...)

1En tant qu'écomusée, l’écomusée du fier monde considère avoir deux collections. D'abord une collection « muséale », composée d'objets, de photographies ou de documents, qui lui appartiennent et qu’il conserve en réserve, comme les autres institutions muséales. Puis, Au cours des dernières années, l’écomusée a particulièrement travaillé sur le concept de collection « écomuséale » qu’il souhaite développer en « désignant » des éléments spécifiques du patrimoine matériel et immatériel du quartier Centre-Sud. Dans la collection muséale, il n'y a pas de véritable objet phare défini, mais surtout des objets que l'on peut associer à certaines entreprises du quartier, quelques outils ou composantes de machines, des objets du quotidien dans un quartier ouvrier. Aucun de ces objets ne se démarque spécialement1.

  • 2 Définition de la collection écomuséale, site internet de l’écomusée du fier monde, rubrique définit (...)

2
Pour ce qui est de la collection « écomuséale », René Binette directeur et Eric Giroux responsable des collections, ont récemment procédé à la désignation d’un premier élément, le bain Généreux. Disposé à l’entrée du musée, un panneau d’interprétation retrace l’histoire du bain Généreux, en y intégrant plusieurs photos qui témoignent de l’époque où le bain public était encore en fonction. En 1996, l’écomusée à également édité sous la responsabilité de René Binette et de Lise Saint Georges une brochure explicative au sujet de l’importance du bâtiment et sa signification pour le musée2.

Une importance patrimoniale et historique

Le bain généreux dans son contexte d’apparition

  • 3 Wolferstan Thomas, gérant de la Banque Molson, affirme que « the city would be reimbursed for its e (...)

3Les bains publics sont le symbole d’une d’époque, le reflet des quartiers ouvriers lors de l’industrialisation. Dans les années 1900, ces quartiers sont surpeuplés. En raison de la pauvreté qui y règne les conditions de vies sont très précaires. L’accès à l’eau demeure un problème majeur, ainsi que la propagation d’épidémies3. Si cette époque voit naître les premiers bains publics, ces bâtiments connaîtront un nouvel essor lors de la crise de la désindustrialisation des quartiers ouvriers. Le chômage et la pauvreté touchent la plupart de la population. Les bains publics connaissent une popularité étonnante. A la fois lieu d’hygiène et de détente, ils deviennent le centre de la vie de quartier.

  • 4 Raymond Vezina, Les bains publics 1835-2002, recueil de textes. Montréal, Janvier 2002, p. 48.
  • 5 Lise Saint Georges, Le bain Généreux : reflet d’un quartier, Montréal, Ecomusée du Fier Monde, 1996 (...)
  • 6 « Les bains publics leur constitution », La Patrie, 3 mars 1883, p. 3 (reproduit dans le recueil).
  • 7 « Ouverture des bains », La Presse, 20 mai 1904 (reproduit dans le recueil).

4L’histoire des bains publics à Montréal remonte au début du XIXème siècle. « À l’époque où l’eau n’était pas propriété municipale, quelques établissements privés offraient au public la possibilité de prendre un bain moyennant un prix d’entrée »4. Au début du XXème siècle les autorités municipales se donnent pour principal objectif d’assurer la santé publique cela en ouvrant un bain public par quartier. En effet, un rapport annuel de la ville paru en 1905 évalue que « les ¾ des logements du quartier n’ont ni bain ni douche »5. En 1883, la construction de bains publics flottants, le bain Wellington sur le canal Lachine ou encore le premier bain Hochelaga sur le Saint Laurent, constitue la première installation municipale pour mettre en applications les nouvelles préoccupations hygiéniques de l’époque. « Ces bains sont constitués de bassins immergés directement dans les cours d’eau existants »6. Le 20 mai 1904, La Presse annonce l'ouverture des cinq Bains publics municipaux, gratuits, « construits par la ville, et entretenus à ses frais, pour l'usage et le bénéfice du peuple. C'est sa propriété, et il doit y être tout à fait chez lui »7. Le bain généreux fait partie des premiers bains publics gratuits à être chauffés et ouverts toute l’année. L’édifice est inauguré officiellement le 31 août 1927 par le maire Médéric Martin en présence de l’échevin Damase Généreux. Il prendra le nom de l’Échevin du quartier, une pratique partisane presque systématique. Les bains publics sont une part importante de l’histoire du développement de la ville de Montréal, un patrimoine d’une grande valeur historique à prendre en compte.

Description du bain généreux – architecte et architecture.

  • 8 Guy Pinard, Montréal son histoire son architecture, vol. 6, Montréal, Méridien, 1995, p. 199.

5Le bain Généreux est un bâtiment important pour la ville de Montréal qui en est le commanditaire et le propriétaire depuis sa construction jusqu’aujourd’hui. Il s’agit de protéger les bâtiments qui ont une valeur particulière, pour la ville, aussi bien historique qu’architecturale. En 1915, le conseil municipal prévoit la construction d’une « piscine ou bain Amherst ». Pourtant ce n’est qu’en 1926 que Jean Omer Marchand, architecte du bain Généreux, est mandaté pour compléter les plans de l’édifice. Il est alors question « d’une future piscine saint Jacques qui donnerait surement le nom au quartier dans laquelle on la construit »8. Le bain se situe dans le quartier de Ville Marie, anciennement Saint Jacques, au 2050 rue Amherst.

  • 9 Guy Pinard, op. cit., p. 199.
  • 10 Johanne Perruse, Jean Omer Marchand premier architecte Canadien diplômé de l’école des beaux arts d (...)

6Jean Omer Marchand est un architecte Montréalais. Il est le premier canadien à être diplômé de l’école supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il maintient des liens avec la France toute sa vie. Cela apparaît notamment à travers son style et sa capacité à faire la synthèse entre son enseignement français et ses influences nord-américaines. En 1900, lors de l’exposition universelle à Paris, il aménage les installations canadiennes dans les pavillons des colonies britanniques. Jean Omer Marchand marque la ville de Montréal par ses réalisations multiples et très variées. Il est un personnage essentiel du patrimoine architectural montréalais. En effet, « on lui doit la résidence Rodolphe Forget, la maison mère de la congrégation Notre Dame, l’annexe de l’Hôtel de Ville de Montréal et la prison Bordeaux ainsi que plusieurs plans pour des écoles de la commission des écoles catholiques de Montréal »9. Le bâtiment s’inscrit dans le mouvement Art déco nord-américain des années 1920 et 1930. Un mouvement très important qui a un rayonnement partout en Europe, aux États-Unis, au Canada. Le bain Généreux témoigne de « l’éclectisme des œuvres tardives de l’architecte10 », mais aussi des réalisations d’une époque.

  • 11 Description : Guy Pinard, op. cit., p. 200.

Le bâtiment mesure 51,5 pieds de largeur sur 145,75 de profondeur. La façade s’élève à 34 pieds au dessus du niveau de la rue. Le bassin est quant à lui surmonté d’une voûte cintrée qui s’élève à 45 pieds. La structure est en béton armé, comme revêtement l’architecte a privilégié la brique Kittanning de couleur chamois. La base est parée de gros blocs de pierre gris de Montréal11.

  • 12 Ibid. p. 203.

7La corniche très proéminente, caractéristique du style Art déco, est ornée d’un bandeau de cuivre. Un peu plus bas figure l’inscription : bain Généreux. Le projet initial de Marchand prévoyait une immense naïade en façade au dessus de la porte, ornement typiquement Art déco, celle-ci sera finalement remplacée par une figure de Neptune en calcaire. Lorsqu’on pénètre dans l’édifice on arrive dans le vestibule, au-dessus se trouve l’ancien logement du gardien. Un escalier en fer à cheval permet de descendre jusqu’au bassin. Les douches étaient situées en bordures ouest, donnant sur la rue saint Timothée12.

Conserveries mémorielles, mai 2015.

De la fonction utilitaire à l’institution muséale.

  • 13 Construction du bain Mathieu en 1931.
  • 14 Lise Saint Georges, op. cit., p. 12.
  • 15 Guy Pinard, op. cit., p. 199.

8Le bain Généreux a changé de fonction au cours de l’histoire, de bâtiment au but hygiénique à institution muséale. Il y a deux vagues de construction, une dans les années 1910 en réponse à des problèmes d’hygiène dans des quartiers surpeuplés, en pleine mutation. La deuxième vague se situe à l’époque de la désindustrialisation vers 1930, la pauvreté extrême de la population qui subit le chômage amène la ville à construire de nouveaux bains. « Les grands travaux sont vus aussi comme un moyen de solution à la crise13 ». La fréquentation des bains est en continuelle augmentation. En 1940 c’est le bain qui reçoit le plus de baigneurs de Montréal, en partie dû à sa situation géographique en plein cœur d’un quartier populaire. Le règlement du bain Généreux met l’accent sur l’hygiène, « on ne peut accéder au bassin sans passer par la douche. L’utilisation de savon est obligatoire. Il est interdit de cracher ou de fumer près du bassin14 ».Après son inauguration le bâtiment ne subit aucune modification pendant près de 30 ans. En 1956, il ferme pour d’importants travaux : « nouveaux filtres, nouvelle ventilation, nouvelles salles de douches, et constructions de deux galeries capables d’accueillir 400 personnes. »15 Il ouvre de nouveau en 1957.

  • 16 « Le panier des pauvres dans les piscines municipales », Le devoir, 28 décembre 1965.
  • 17 Lise Saint Georges, op. cit., p.14.

9La construction de cette galerie pouvant accueillir 400 personnes est l’image d’un tournant dans l’histoire du bain. La fonction hygiéniste n’a jamais exclu les fonctions sportive et récréative. Mais à partir de 1951, ces dernières prennent plus d’importance. Des 1937, un instructeur donne des cours de natation. Lors de « la soirée des pauvres » dans toutes les piscines de Montréal organisée par France Moquin, régisseur du service des parcs, « le club Concordia présentera nage de fantaisie, exhibition de plongeon et courses entre les membres16 ». « En 1967 l’ancien logement du gardien est converti en bureaux, pour le club de natation mais aussi pour des groupes de théâtre qui se produisent auprès des enfants17 ».

10En juin 1992 suite à de graves problèmes de chauffage et de plomberie, la ville de Montréal ferme l’édifice face à l’ampleur des travaux.

  • 18 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Entre l (...)

11La troisième époque du bain définit un nouveau but culturel. C’est à ce niveau qu’intervient la transformation de la valeur du bâtiment, lors de sa redécouverte. De 1993 à 1995 il est loué par des producteurs de films, sera notamment tourné « le 12 du 12, chili avait le blues » pour lequel le bain public sera transformé en gare. Pourtant la plus grande partie du temps, l’édifice est peu utilisé et malgré sa valeur patrimoniale il demeure inaccessible au public ainsi que peu entretenu. A l’occasion de la redécouverte du bain c’est aussi son histoire qui est fouillée. L’édifice acquiert un nouveau statut. Il a perdu sa fonction utilitaire et se redéfinit comme un symbole d’une époque et un témoin de l’histoire. Il entre dans la catégorie « d’objet muséologique »18 selon Pomian, le bain est devenu sémiophore.

  • 19 Lise Saint Georges, op. cit., p. 16.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

12Après des travaux de rénovation, l’ancien bain abrite l’Écomusée du fier monde. Les travaux sont confiés à l’architecte Felice Vaccaro. L’institution met un point d’honneur à conserver « la majorité de ses caractéristiques architecturales extérieures tel que sa volumétrie, le rythme et l’ordonnance de ses façades, ses matériaux d’origine, ainsi que ses éléments décoratifs. Des éléments intérieurs, comme le vestibule et la double galerie latérale ont été conservés. »19 L’ancien logement du surveillant accueille les bureaux. Les espaces d’expositions sont aménagés dans la piscine, les douches et les mezzanines. Au sous-sol on trouve les archives et les salles nécessaires au montage d’exposition. « Le réaménagement a été fait dans le respect de la valeur patrimoniale et architecturale du bâtiment. Tout en répondant aux besoins du nouveau musée. »20 Le 30 septembre 1996, l’Écomusée du fier monde est inauguré. Le bâtiment revêt alors une nouvelle fonction culturelle et éducative.21 Il redevient utile à la communauté en lui ouvrant de nouveau ses portes. L’Écomusée est une institution accréditée par le ministère de la Culture et des communications du Québec, c’est donc également en réponse à une politique de conservation des bâtiments publics municipaux que la décision de réhabilitation du bain est prise. Finalement, on remarque également que l’Écomusée du fier monde s’inscrit dans une certaine tendance de reconversion des bains publics. Plusieurs bains ont changé de vocation ou sont en mutation, tel que le bain Saint Michel, désormais espace pour la création contemporaine.

Le discours de l’Écomusée.

13En s’installant au bain Généreux, le musée voit ici non seulement l’opportunité de l’intégrer à sa collection mais également à son discours en tant que symbole du quartier ouvrier et industriel Centre Sud. Le musée met alors en place un discours autour de l’objet afin de renforcer sa signification au regard de la mission de l’institution.

  • 22 Définition de Georges Henri Rivière, Dictionnaire de Français Larousse.
  • 23 Hugues de Varine, consultant en développement local et communautaire, et directeur du Conseil inter (...)

14Dans les années 1970 se développe le concept d’écomusée. George Henri Rivière dans les années 1950 en avait déjà proposé une définition comme « institution culturelle assurant sur un territoire donné les fonctions de recherche, de conservation, de présentation et de mise en valeur d'un ensemble de biens naturels et culturels représentatifs d'un milieu et des modes de vie qui s'y sont succédé22 ». A lieu en 1972 la table ronde organisée par l’Unesco à Santiago du Chili, qui placera au cœur de sa réflexion cette question de l’écomusée. Durant cette même période le rôle du musée se redéfinit. Partout en Europe, aux États-Unis et au Canada, l’institution muséale se fixe comme objectif de se concentrer sur ses publics. L’écomusée est alors le résultat de ces réflexions, « L’écomusée […] est d’abord une communauté et un objectif : le développement de cette communauté23 ».

  • 24 Site internet du l’écomusée du Fier Monde, rubrique collections de l’écomusée - le bain généreux. C (...)
  • 25 Lise Saint Georges, op. cit.
  • 26 Cf citation La Presse, 20 mai 1904.

15L’Écomusée du fier monde était anciennement situé rue Champlain avant de s’installer au 2050 rue Amherst. Le choix du musée se porte sur le bain Généreux en 1995. L’édifice s’érige en point de repère physique pour l’Écomusée. La curiosité du visiteur est d’entrée piquée par l’aspect extérieur du bâtiment qui dénote des autres édifices de la rue Amherst. Le bain Généreux est placé au cœur de Centre Sud, sur la rue Amherst face du marché Saint Jacques, en bas du parc Lafontaine. L’Écomusée a disposé un grand panneau explicatif visible depuis l’entrée, qui reprend de manière chronologique l’histoire du bain publique, agrémentée de photographies d’archives. Le site internet de l’institution met lui aussi en avant le bain Généreux en lui consacrant une section particulière détaillant plus en profondeur le contenu du panneau d’entrée24. L’Écomusée a également édité en 1996 une brochure sur l’histoire du bain Généreux à travers les époques.25 Dans ce cas d’étude, on ne parle ni d’objet, ni par conséquent d’exposition. Pourtant on peut lui rapporter le critère de visibilité caractéristique à « l’objet phare » d’une institution, en effet, par son statut de lieu d’exposition il est constamment visible, exposé au regard et ouvert aux visites. C’est dans un souci de réappropriation du bâtiment par la communauté que l’Écomusée développe ces moyens de communication. « Avec l’ouverture du musée le bâtiment retrouve sa vocation publique première »26. En effet l’un des points majeurs du discours du musée est axé sur la remise à disposition du patrimoine de la communauté, par la documentation en ligne ou sur place. Cet édifice est intégré dans l’histoire du quartier ouvrier avant même que l’Écomusée le réinvestisse. Il a donc déjà une valeur pour la population du Centre Sud. La communauté se reconnaît en ce bâtiment. Le musée choisit alors de mettre le bain Généreux en valeur comme porteur du discours du musée, il en est l’image.

  • 27 Site internet de l’écomusée du Fier Monde, rubrique missions et valeurs. Consulté le 12 octobre 201 (...)

16Le second point particulièrement mis en valeur est la mémoire d’un quartier à travers la grande histoire de l’ère industrielle. Le Centre sud est un quartier ouvrier, place de naissance des premiers bains publics d’où l’importance de ce bâtiment. L’Écomusée du fier monde a pour mission de se concentrer sur l’histoire et la mise en valeur du patrimoine du Centre Sud « témoin de la Révolution industrielle de l’ancienne métropole du Canada27 » notamment dans la seconde moitié du 19ème. L’établissement du musée dans un bâtiment de l’époque industrielle a beaucoup plus de sens que s’ils avaient simplement construit un nouvel édifice, en regard au mandat de mise en valeur du patrimoine industriel. La visite du musée et par conséquent du bâtiment permet à la population de mieux appréhender la période industrielle puisque le visiteur se trouve au cœur d’un édifice d’époque, qui occupait une place centrale dans la vie de quartier. Les reproductions de photographies ainsi que les objets de la collection permanente permettent une mise en contexte supplémentaire venant s’ajouter au bâtiment. En effet, la priorité de l’Écomusée du fier monde est d’intervenir sur un patrimoine plus large que les objets dont il est propriétaire. C’est dans cet esprit qu’il s’est doté, en 2011, de sa collection écomuséale dont fait partie le bain, s’articulant autour de trois principes : La responsabilité patrimoniale de l’Écomusée du fier monde, la participation citoyenne, la transmission de cet héritage. Le musée en mettant l’accent sur le bain Généreux permet une affirmation de l’histoire d’un quartier qui à beaucoup évolué, en s’appuyant sur les thèmes du travail, de l’industrie et de la culture.

17Le bain Généreux premier « objet » de cette collection a une signification importante pour l’Écomusée. Il semble être la synthèse de toutes les missions que s’est données l’institution, à savoir la valorisation et la transmission d’un patrimoine citoyen. Le bain emblème de démocratisation dans un quartier ouvrier est devenu symbole représentatif d’un écomusée de quartier populaire. On peut simplement s’étonner que le musée n’ait pas constitué de dossier d’archives sur le bain Généreux, pourtant au cœur de sa collection.

18J. Burgess, Paysages industriels en mutation, Montréal, Ecomusée du fier monde, 1997.

19G. Pinard, Montréal son histoire son architecture, vol. 6, Montréal, Méridien, 1995, pp. 198 à 205.

20J. Perruse, Jean Omer Marchand premier architecte Canadien diplômé de l’école des beaux arts de Paris , et sa contribution a l’architecture de Montréal au début du XXème, mémoire présenté au départements des arts de l’université Concordia, septembre 1999.

21K. Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Entre l’invisible et le visible la collection, Paris, Gallimard, 1987.

22L. Saint Georges, Le bain généreux reflet d’un quartier, Montréal, Ecomusée du Fier Monde, 1996.

23R. Vézina, Bains publics de Montréal 1835-2002, recueil de textes, Montréal, janvier 2002.

24Articles de presse

25« Les bains publics leur constitution », La Patrie, 3 mars 1883, p3.

26« Ouverture des bains », La Presse, 20 mai 1904.

27« Le panier des pauvres dans les piscines municipales », Le Devoir, 20 décembre 1965.

28Labonne Paul, « Montréal à l’heure des bains », Continuité, n° 69, 1996, p. 9-10.

29Catalogue d’exposition :

30Au-delà des façades, Montréal, écomusée du fier monde, 1988.

31Sports et divertissement populaires à Montréal au XIXème, réalisée par le groupe de recherche en art populaire « GRAP » de l’université du Québec à Montréal à la galerie de la bibliothèque nationale du Québec. 1976.

Haut de page

Notes

1 A partir d’un échange de courriels avec Eric Giroux, Directeur adjoint, responsable de la recherche et des collections à l’Écomusée du Fier Monde, 5 octobre 2013.

2 Définition de la collection écomuséale, site internet de l’écomusée du fier monde, rubrique définition des collections. Consulté le 7 octobre 2013 http://ecomusee.qc.ca/collections/definition-des-collections/. Ceux ci correspondant aux propos d’Éric Giroux recueillis par courriel le 9 octobre 2013.

3 Wolferstan Thomas, gérant de la Banque Molson, affirme que « the city would be reimbursed for its expenditure by the diminution of drunkennes, brutality and petty thieving if baths were established ». The Herald, 31 juillet 1897.

4 Raymond Vezina, Les bains publics 1835-2002, recueil de textes. Montréal, Janvier 2002, p. 48.

5 Lise Saint Georges, Le bain Généreux : reflet d’un quartier, Montréal, Ecomusée du Fier Monde, 1996, p. 4.

6 « Les bains publics leur constitution », La Patrie, 3 mars 1883, p. 3 (reproduit dans le recueil).

7 « Ouverture des bains », La Presse, 20 mai 1904 (reproduit dans le recueil).

8 Guy Pinard, Montréal son histoire son architecture, vol. 6, Montréal, Méridien, 1995, p. 199.

9 Guy Pinard, op. cit., p. 199.

10 Johanne Perruse, Jean Omer Marchand premier architecte Canadien diplômé de l’école des beaux arts de Paris, et sa contribution a l’architecture de Montréal au début du XXème. Mémoire présenté au département des arts de l’université Concordia, septembre 1999. p.163.

11 Description : Guy Pinard, op. cit., p. 200.

12 Ibid. p. 203.

13 Construction du bain Mathieu en 1931.

14 Lise Saint Georges, op. cit., p. 12.

15 Guy Pinard, op. cit., p. 199.

16 « Le panier des pauvres dans les piscines municipales », Le devoir, 28 décembre 1965.

17 Lise Saint Georges, op. cit., p.14.

18 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris, Venise : XVIe-XVIIIe siècle, Entre l’invisible et le visible la collection (Paris : Gallimard, 1987). p. 18-58. Même si c’est un bâtiment, on pourrait lui appliquer les mêmes critères de définition.

19 Lise Saint Georges, op. cit., p. 16.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Définition de Georges Henri Rivière, Dictionnaire de Français Larousse.

23 Hugues de Varine, consultant en développement local et communautaire, et directeur du Conseil international des musées de 1964 à 1974, site internet de l’écomusée du Fier Monde rubrique définition d’un écomusée, En ligne : http://ecomusee.qc.ca/ecomusee/definition-dun-ecomusee/ consulté le 12 octobre 2013

24 Site internet du l’écomusée du Fier Monde, rubrique collections de l’écomusée - le bain généreux. Consulté le 9 octobre 2013 http://ecomusee.qc.ca/collections/collections-ecomusee/le-bain-genereux/

25 Lise Saint Georges, op. cit.

26 Cf citation La Presse, 20 mai 1904.

27 Site internet de l’écomusée du Fier Monde, rubrique missions et valeurs. Consulté le 12 octobre 2013 http://ecomusee.qc.ca/ecomusee/mission-et-valeurs/

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Conserveries mémorielles, mai 2015.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2361/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot de Roquefeuille, « Le bain généreux de l’Écomusée du fier monde », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2361

Haut de page

Auteur

Margot de Roquefeuille

Margot de Roquefeuil est diplômé d’un baccalauréat de droit et d’histoire de l’art à la Sorbonne. Elle est titulaire d’une maitrise en muséologie et en conduite d’évènements culturels dans l’espace public. Elle occupe aujourd’hui un poste de chargée de lien social dans une association de l’économie sociale et solidaire. Ses recherches portent sur les résidences d’artistes et leurs impacts sur le territoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org