Skip to navigation – Site map
Discours identitaire

La maison Saint-Gabriel

Joana Joachim

Abstract

La Maison Saint Gabriel constitue également un très bon exemple d’objet phare que l’on classe dans la catégorie « identitaire ». En effet, cette ancienne ferme construite vers 1660 témoigne encore de nos jours du style de vie rural traditionnel mais aussi conventuel de l’époque. Elle est également considérée comme une des premières résidences au Québec. Du point de vue muséologique, l’auteure met en avant l’ambivalence du lieu, qui constitue à la fois le musée et son objet phare, et démontre comment la Maison Saint Gabriel témoigne de l’évolution de la ville de Montréal.

Top of page

Full text

  • 1 Sœur Sainte-Henriette, Histoire de la Congrégation Notre-Dame de Montréal: Première Partie (1620-17 (...)
  • 2 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)
  • 3 Sylvie Paré, Stage à la Maison Saint-Gabriel Site Historique situé à la Pointe Saint-Charles effect (...)

1La Maison Saint-Gabriel connu, au fil du temps, par les noms suivants : ouvroir de la Providence (17e s.); ferme de la Pointe (18e s.); ferme Saint-Charles (19e s.); ferme Saint-Gabriel (1930)1 ; est un des joyaux historiques bien cachés de la ville de Montréal. Situé dans le quartier Pointe Saint-Charles de l’arrondissement du Sud-ouest de Montréal cet édifice est un témoin silencieux de l’évolution constante de la ville2. Ce musée témoigne du style de vie rurale qui existait à Ville-Marie en présentant des pièces reconstituées selon les inventaires de 1722, 1723 et 1767 pour permettre « d’appréhender et d’imaginer qu’est-ce que pouvait être la vie des gens qui vivaient et travaillaient à la métairie de la Pointe Saint-Charles »3.

  • 4 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)

2Quand on traite de la notion d’objet phare la Maison Saint-Gabriel présente un exemple particulier, car, cette dernière joue un rôle double. Non seulement la Maison est l’emplacement physique du musée mais, elle est aussi l’objet phare du musée donc le visiteur, dès son arrivée sur les lieux, fait face à l’emblème même du site historique4. Ce texte tentera de brièvement cerner les enjeux qui englobent la Maison Saint-Gabriel et qui font d’elle une icône non seulement du site où elle se trouve mais, peut-être pourrions-nous même dire, de la ville de Montréal en son ensemble.

État des connaissances

  • 5 Ibid.
  • 6 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)
  • 7 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)
  • 8 Sœur Sainte-Henriette, op. cit.,  p. 20.
  • 9 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)

3La Maison Saint-Gabriel, édifice en pierre des champs, a été construite par François LeBer au début des années 1660 pour ensuite être achetée, avec les terres environnantes, par Marguerite Bourgeoys en 16685. Marguerite Bourgeois prend possession des premières fermes de Point-Saint-Charles le 25 août 16626 suite à une concession de M. de Maisonneuve7. Ce dernier fut, lors de leur première rencontre, « pénétré d’estime et de confiance pour sœur Marguerite, [et] désira procurer à la colonie naissante un si riche trésor de grâces et de mérites, et lui demanda si elle serait disposée à passer à Ville-Marie pour y instruire chrétiennement les enfants »8. Ceci mène à l’éventuel départ de la sœur vers la Nouvelle-France où elle fonde la Congrégation de Notre-Dame9.

La maison Saint-Gabriel

La maison Saint-Gabriel

La maisons St-Gabriel – musée et site historique - http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca/​

  • 10 Sœur Sainte-Henriette, op. cit., p. 2-75.
  • 11 Congrégation de Notre-Dame, Congrégation de Notre-Dame. Consulté le 30 septembre 2013 www.cnd-m.org
  • 12 Étienne-Michel Faillon ; Vie de la Sœur Bourgeoys fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame (Tome (...)
  • 13 Sœur Sainte-Henriette, op. cit., p. 49.

4Dès son début, la Maison et ses fermes sont consacrées à assurer la subsistance des religieuses de la Congrégation de Notre-Dame fondée par Marguerite Bourgeoys. Ces religieuses donnent bénévolement de l’éducation aux jeunes filles de la nouvelle colonie incluant les Filles du Roy de1668 à 1681 ; c’est la première école ménagère au Québec.10 C’est par « l'éducation des femmes et des filles françaises et autochtones de la colonie »11  que Marguerite Bourgeoys comptait contribuer à l’évolution de la nation naissante. « … Cet ouvroir ‘avait pour but de procurer aux filles du pays un nouveau moyen de persévérer dans la vertu, leur apprendre d’honnêtes états qui les missent à même de subsister du produit de leur travail’ »12. Le taux de mariage des jeunes filles au sein de la population, principalement masculine, de la colonie naissante était très élevé à l’époque à cause du besoin de peupler les lieux rapidement. Le rôle que jouait la Congrégation était important pour préparer ces jeunes demoiselles à la vie qui les attendaient13.

  • 14 Ibid., p. 2-75.
  • 15 Sylvie Paré, Stage à la Maison Saint-Gabriel Site Historique situé à la Pointe Saint-Charles effect (...)
  • 16 Ibid.

5La Congrégation de Notre-Dame poursuivit ainsi son mandat pendant plusieurs décennies jusqu’à ce qu’un incendie détruise la Maison Saint-Gabriel mettant alors fin aux activités de l’école et de l’ouvroir. La ferme continua par contre ses activités pour ensuite céder sa place au musée à cause de l’industrialisation s’emparant de plus en plus rapidement des terres de la Pointe Saint-Charles14. En 1957, les derniers lots sont vendus et le terrain de la ferme se limita dorénavant à 3 arpents et demi15. Une promesse fut alors faite pour prohiber la construction d’infrastructures dans les environs qui bloqueraient de la vue la Maison Saint-Gabriel – malheureusement cette promesse fut brisée16.

De la ferme au musée

  • 17 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, La Métairie de Marguerite Bourgeoys à la Pointe Saint-Charles, Mo (...)
  • 18 Sylvie Paré, op. cit., p. 11.
  • 19 Gouvernement du Canada, Bibliothèque et archives Canada, [http://collectionscanada.gc.ca] (site con (...)
  • 20 Sylvie Paré, op. cit., p. 11.

6À partir du moment où les activités de la ferme furent mises à terme, on remarqua que le processus de muséalisation de la Maison était déjà bien enclenché. Au tout début du 20e siècle, il y eut un éveil de la conscience canadienne-française à l’endroit de son histoire et de ses vestiges laissés par une civilisation qu’elle commençait à apprécier17. La Sainte Soeur Dominique-de-Marie entreprit un projet de restauration et dès 1959, elle entama un inventaire préliminaire de la « chambre des souvenirs » une salle réservée à l’étage des Parloirs. Il y avait une volonté évidente de la part des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de conserver le patrimoine de la Maison ainsi que ses « trésors et mémoires ». Éventuellement la Sainte Sœur Dominique-de-Marie obtient l’assistance de l’ethnologue et antiquaire Jean pour finaliser la tâche18. Un ancien collègue de Marius Barbeau ; l’artiste, cinéaste et restaurateur, Jean Palardy, est aussi impliqué dans cette initiative19. C’est de lui que vient l’idée de reconstituer la salle de la Maison Saint-Gabriel selon les inventaires anciens20.

  • 21 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p. 258.
  • 22 Sylvie Paré, op. cit., p. 12.
  • 23 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p. 258.
  • 24 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)
  • 25 Sylvie Paré, op. cit., p. 9-14.

7Le propos d’Émilia Chicoine, sœur de la Congrégation de Notre-Dame, n’est aucunement erroné lorsqu’elle exprime que « une maison aussi riche de passé que la Maison Saint-Gabriel et aussi typique de l’architecture canadienne des débuts de Montréal ne pouvait manquer d’attirer l’attention des historiens et ethnologues, en même temps que son apparence archaïque attirait peintres et photographes »21. D’ailleurs dès 1961, le site commença à recevoir du support extérieur tel que celui du maire et du conseil exécutif de la ville de Montréal pour la protection du site. La Commission des Monuments Historiques prit le site sous sa protection en 1965. Toutes ces étapes menèrent à l’éventuelle ouverture officielle du musée en 196622. Il y eu aussi un intérêt démontré par les institutions d’éducation, par la municipalité et même par le gouvernement fédéral qui se mirent au fur et à mesure à reconnaître la valeur du site lui permettent de passer au statut d’objet patrimonial23. Le 28 avril 1992 – « le ministère de la Culture et des Communications du Québec a déclaré officiellement le site comme étant historique ce qui fait un lieu unique et privilégié de la sensibilisation à notre histoire et au patrimoine québécois, à partir du Régime français24 », cet événement fut marqué par la commémoration du 300e anniversaire de l’octroi d’une terre à Marguerite Bourgeoys par M. de Maisonneuve, une plaque est placée devant la maison25.

  • 26 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)

En 2007, le Gouvernement fédéral reconnaît l’importance historique nationale de la Maison Saint-Gabriel. En 2010, la Maison Saint-Gabriel fut désormais transformée avec l’ouverture d’un pavillon d’accueil, nommé pavillon Catherine-Crolo et d’un magnifique jardin évoquant les 350 ans d’histoire de ces lieux26.

  • 27 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desv (...)
  • 28 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)

8Le tableau ci-dessous schématise de manière efficace le cheminement de la Maison Saint-Gabriel dans le processus de muséalisation au moment où elle passe du purgatoire à l’objet patrimonial. Grâce à l’initiative de la Saint Sœur Dominique-de-Marie, la maison ne passa pas très longtemps dans la phase de purgatoire car elle y porta un intérêt et reconnût sa valeur patrimoniale très tôt lui permettant ainsi de passer facilement au statut d’objet patrimonial.27 L’inauguration du musée en 1966 marqua le passage du site au statut final d’objet muséal.28

Cheminement de la maison dans le processus de muséalisation

Statut

Catégorie

Autorité

Date

Classement

Immeuble patrimonial

Ministre de la Culture et des Communications

1965-10-19

Délimitation

Aire de protection

Ministre de la Culture et des Communications

1979-06-29

Désignation (Canada)

Lieu historique national du Canada

Commission des lieux et monuments historiques du Canada

2007-06-08

Ministère de la Culture et Communication du Québec, Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec, [www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca] (site consulté le 14 Octobre 2013)

Analyse de la valeur patrimoniale de l’objet

  • 29 Ministère de la Culture et Communication du Québec, Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec. Co (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)

9Il est possible de parler longuement de l’intérêt patrimonial que présente la Maison Saint-Gabriel, que se soit pour sa valeur historique ou architecturale. D’abord, une valeur indéniable doit lui être attribuée en lien à son ancienneté. La Maison Saint-Gabriel est la propriété de la Congrégation de Notre-Dame depuis plus de 300 ans, ce fait en soi est rare au Canada. Ce site historique fut témoin de l’ouverture du canal Lachine en 1825 et du chemin de fer en 1847. De plus la Maison vît l’industrialisation et l’urbanisation progressive de Montréal menant à la disparition du mode de vie rural à Pointe Saint-Charles29. « … [La] Maison Saint-Gabriel témoigne de la période initiale d’occupation permanente de l’île de Montréal. Elle constitue le plus ancien témoin de la réalité rurale montréalaise et figure parmi les plus anciennes résidences subsistant au Québec »30. La Maison Saint-Gabriel est d’ailleurs un des seuls vestiges de la vie rurale au 17e s. qui existe encore dans son entièreté à Montréal31.

  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid.

10La Maison Saint-Gabriel témoigne également du style de vie rural traditionnel et conventuel à travers l’aménagement intérieur et l’emplacement des dépendances. Ceux-ci démontrent la fonctionnalité de l’habitation et de la vie en communauté le la Congrégation. La chapelle et la niche à statue quant à elles attestent l’importance de la piété. De plus, la rusticité et sobriété démontrent la simplicité de vie conventuelle à la Maison Saint-Gabriel32. La Maison Saint-Gabriel est un symbole de l’importance de la communauté religieuse féminine au Québec et est un lieu de mémoire pour l’histoire féminine au Québec. Il faut de ce fait tenir compte de la valeur historique reliée à Marguerite Bourgeoys et la Congrégation de Notre-Dame ainsi que leur impact sur l’histoire du Québec dans son ensemble. La métairie de Marguerite Bourgeoys est considérée comme l’un des 1ers lieux d’éducation féminine au Québec et elle joua un rôle déterminant dans l’éducation québécoise33.

  • 34 Ibid.
  • 35 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)
  • 36 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p.134-140
  • 39 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)
  • 40 Ibid.

11A ceci nous devons forcément ajouter la valeur architecturale, le site historique en question comporte les traits distinctifs de la maison rurale d’inspiration française soit le toit aigüe avec deux versants droits à faible débordement, les cheminés dans des murs pignons et des fenêtres à petits carreaux34. « Située à Pointe-Saint-Charles, cette magnifique maison tricentenaire est l’un des plus beaux exemples de l’architecture traditionnelle de la Nouvelle-France »35. La Maison Saint-Gabriel se différencie, par contre, à travers son « vaste corps de logis à deux étages et demi » - qui rappellent les demeures urbaines du Régime français par la présence d’une cave et de fenestration abondante36. Elle témoigne, entre autre, du savoir-faire et de l’adaptabilité des artisans par la solidité du bâtiment37 et fait preuve d’une ingénieuse architecture durable de la part des premiers bâtisseurs38. Nous remarquons qu’à travers les décennies, il y a eu un souci pour la conservation de la cohésion architecturale des ajouts. La lucarne ajoutée en 1777 et l'addition d’une annexe en 1826 en sont la preuve39. La grange de pierre datant de 1870 est un élément architectural rare au Québec, malgré ceci elle est en harmonie avec la maison et la rend unique. En bref, il est admissible de considérer la Maison Saint-Gabriel en tant qu’exemple d’architecture traditionnelle québécoise40.

La Maison Saint-Gabriel aujourd’hui

  • 41 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 (...)

12Le site internet de la Maison Saint-Gabriel décrit sa mission éducative comme suit : « Être une vitrine qui présente et explique le rôle de Marguerite Bourgeoys dans le développement de la métairie de Pointe-Saint-Charles ainsi que dans l’œuvre des Filles du Roy ; le début de l’implantation de la colonie dans cette partie de l’île de Montréal; la vie en milieu rural du 17e siècle au 19e siècle et son héritage culturel, religieux et social41 ».

  • 42 Ibid.
  • 43 Journal La Presse de Montréal, La presse. Consulté le 14 octobre 2013 www.lapresse.ca. Article publ (...)
  • 44 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les (...)
  • 45 Services Montréal, Service Montréal. Consulté le 14 octobre 2013 http://www.servicesmontreal.com

13A part la page dédiée à l’histoire des fermes de la Congrégation, le discours de la Maison Saint-Gabriel sur l’objet traité est limité. Même dans ces cas, on n’aborde pas nécessairement « d’objet phare » ou « d’objet icône ». L’importance de la Maison est évidente à travers sa place au centre même des activités du musée. Le contenu du musée ne porte pas explicitement sur la Maison en tant que telle mais son importance capitale est indéniable car, sans elle, le musée ne peut exister42. Une grande portion du discours sur la Maison Saint-Gabriel est faite par des journalistes à travers des articles de journaux. Ces articles journalistiques discutent, entre autre, les nouvelles additions, expositions et inaugurations qui ont lieu à la Maison Saint-Gabriel dont l’ouverture du nouveau pavillon Catherine-Crolo en 201043, l’inauguration du potager à la mode du 17e s. en 200144 et, plus récemment, l’exposition « Oser le Nouveau Monde : Les filles du Roy » en honneur du 350e anniversaire de l’arrivée des 1e Filles du Roy en Nouvelle France45.

Intérieur de la Maison St-Gabriel : la cuisine

Intérieur de la Maison St-Gabriel : la cuisine

La maisons St-Gabriel – musée et site historique - http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca/​

Conclusion

  • 46 Ministère de la Culture et Communication du Québec, Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec. Co (...)
  • 47 Sylvie Paré, op. cit., p.14

14Il est incontestable que la Maison Saint-Gabriel présente une riche source de savoir sur la tradition, la culture, le style de vie ainsi que l’architecture de Montréal et du Québec. Sa présence permet non seulement de maintenir un discours sur l’évolution de la ville mais aussi d’en voir un témoignage concret46. Il est donc malheureux de noter que, malgré le fait que, dès 1982, le musée entame des services de pédagogie par divers programmes d’animation pour les groupe scolaires, ce dernier reste assez méconnu des montréalais depuis son ouverture au public47.

Top of page

Bibliography

M.L.  BEAUDOUIN, Les premières et les filles du roi à Ville-Marie. 2e éd.  Montréal : Les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame, 1971.

Y. BERGERON, « Collection », dans Dictionnaire Encyclopédique de muséologie, Paris, Édition par Armand Colin, 2011, p. 53-69.

E. CHICOINE, et M. Trudel, La Métairie de Marguerite Bourgeoys à la Pointe Saint-Charles, Montréal, La Corporation des Éditions Fides, 1986.

Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Récupéré de www.cfqlmc.org

Congrégation de Notre-Dame. Congrégation de Notre-Dame. Récupéré de www.cnd-m.org

E-M. FAILLON, Vie de la Sœur Bourgeoys fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame (Tome II). Ville Marie, Montréal, 1853.

Gouvernement du Canada. Bibliothèque et archives Canada. Récupéré de http://collectionscanada.gc.ca/

Gouvernement du Canada. Infrastructure Canada. Récupéré de www.infrastructure.gc.ca

Journal La Presse de Montréal. La presse. Récupéré de www.lapresse.ca

S. Paré, Stage à la Maison Saint-Gabriel Site Historique situé à la Pointe Saint-Charles effectué du 7 juin au 11 septembre 1999 : Rapport de Stage, Montréal, Département de la maitrise en muséologie, Janvier 2000.

Maison Saint-Gabriel musée et site historique. Maison Saint-Gabriel. Récupéré de http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

Ministère de la Culture et Communication du Québec. Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec. Récupéré de www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca 

Sœur Sainte-Henriette, Histoire de la Congrégation Notre-Dame de Montréal : Première Partie (1620-1700) vol 1. Montréal : C.N.D. : 1910.

Services Montréal. Service Montréal. Récupéré de http://www.servicesmontreal.com

Société d’histoire de Pointe-Saint-Charles. Société d’histoire de Pointe-Saint-Charles. Récupéré de http://www.shpsc.org

Top of page

Notes

1 Sœur Sainte-Henriette, Histoire de la Congrégation Notre-Dame de Montréal: Première Partie (1620-1700.) vol. 1, Montréal, C.N.D., 1910, p. 2-75.

2 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

3 Sylvie Paré, Stage à la Maison Saint-Gabriel Site Historique situé à la Pointe Saint-Charles effectué du 7 juin au 11 septembre 1999 : Rapport de Stage, Montréal, Département de la maitrise en muséologie, Janvier 2000, p. 4.

4 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

5 Ibid.

6 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

7 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

8 Sœur Sainte-Henriette, op. cit.,  p. 20.

9 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

10 Sœur Sainte-Henriette, op. cit., p. 2-75.

11 Congrégation de Notre-Dame, Congrégation de Notre-Dame. Consulté le 30 septembre 2013 www.cnd-m.org

12 Étienne-Michel Faillon ; Vie de la Sœur Bourgeoys fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame (Tome II) ; Ville Marie (Montréal) ; 1853 ; p. 61.

13 Sœur Sainte-Henriette, op. cit., p. 49.

14 Ibid., p. 2-75.

15 Sylvie Paré, Stage à la Maison Saint-Gabriel Site Historique situé à la Pointe Saint-Charles effectué du 7 juin au 11 septembre 1999 : Rapport de Stage (Montréal : Département de la maitrise en muséologie, Janvier 2000), p. 11.

16 Ibid.

17 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, La Métairie de Marguerite Bourgeoys à la Pointe Saint-Charles, Montréal, La Corporation des Éditions Fides, 1986, p. 258.

18 Sylvie Paré, op. cit., p. 11.

19 Gouvernement du Canada, Bibliothèque et archives Canada, [http://collectionscanada.gc.ca] (site consulté le 20 Juin 2014)

20 Sylvie Paré, op. cit., p. 11.

21 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p. 258.

22 Sylvie Paré, op. cit., p. 12.

23 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p. 258.

24 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

25 Sylvie Paré, op. cit., p. 9-14.

26 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

27 Yves Bergeron, « Collection », Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (sous la dir.) André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), 53-69.

28 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

29 Ministère de la Culture et Communication du Québec, Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec. Consulté le 14 octobre 2013 www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

30 Ibid.

31 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

36 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15 octobre 2013 www.cfqlmc.org

37 Ibid.

38 Emilia Chicoine et Marcel Trudel, op. cit., p.134-140

39 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15octobre 2013 www.cfqlmc.org

40 Ibid.

41 Maison Saint-Gabriel musée et site historique, Maison Saint-Gabriel. Consulté le 25 septembre 2013 http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca

42 Ibid.

43 Journal La Presse de Montréal, La presse. Consulté le 14 octobre 2013 www.lapresse.ca. Article publié le 2 novembre 2010 à 7h51 (mis à jour à 7h51 même jour)

44 Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs, Commission Franco-Québécoise sur les lieux de Mémoire Communs. Consulté le 15octobre 2013 www.cfqlmc.org

45 Services Montréal, Service Montréal. Consulté le 14 octobre 2013 http://www.servicesmontreal.com

46 Ministère de la Culture et Communication du Québec, Répertoire du Patrimoine Culturel du Québec. Consulté le 14 octobre 2013 www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

47 Sylvie Paré, op. cit., p.14

Top of page

List of illustrations

Title La maison Saint-Gabriel
Credits La maisons St-Gabriel – musée et site historique - http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca/​
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2363/img-1.jpg
File image/jpeg, 5.0M
Title Intérieur de la Maison St-Gabriel : la cuisine
Credits La maisons St-Gabriel – musée et site historique - http://www.maisonsaint-gabriel.qc.ca/​
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2363/img-2.jpg
File image/jpeg, 2.8M
Top of page

References

Electronic reference

Joana Joachim, « La maison Saint-Gabriel », Conserveries mémorielles [Online], #19 | 2016, Online since 07 December 2016, Connection on 28 July 2017. URL : http://cm.revues.org/2363

Top of page

Author

Joana Joachim

Joana Joachim est présentement en voie d’obtention d’un doctorat en histoire de l’art à l’Université McGill, elle a complété sa maitrise en muséologie en 2015 à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse aux enjeux de la représentation des Noirs dans les musées d’art  et dans la culture populaire au Canada. Elle opère selon une perspective antiraciste et afroféministe pour examiner les impacts de ces représentations dans la société canadienne et québécoise

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org