Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le cinématographe n°16 de la cinémathèque

Christine Gaudet

Résumé

Le cinématographe numéro 16 est un objet novateur datant de 1895 et qui a traversé l’océan Atlantique avec les frères Lumière. L’auteure nous amène à comprendre l’importance de cet objet au-delà de son caractère disciplinaire en soulevant sa valeur identitaire. En effet, il est le seul cinématographe connu ayant survécu depuis la traversée de la France au Québec jusqu’à nos jours. C’est cent ans plus tard, plongé dans un contexte référendaire, que le cinématographe sort de l’ombre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hubert Van Gijseghem, « Le Surinvestissement de l’objet », La quête de l’objet. Pour une psychologi (...)
  • 2 Ibid., p.22.

1Hubert Van Gijseghem, collectionneur et psychanalyste, parle de l’objet de collection comme étant un double du collectionneur : « Dans son objet, en effet, le possesseur se voit lui-même […] le collectionneur exige de l’objet qu’il soit un autre de lui-même, une parfaite réflexion de soi»1. Un parallèle peut facilement se mettre en place entre l’objet-trésor des collectionneurs et l’objet-phare d’institutions muséales. Ce qui fait la particularité de l’objet-phare, à l’inverse des autres objets collectionnés, est qu’il incorpore la mission, voire même qu’il prolonge l’identité de l’institution. Van Gijseghem parle également d’une attitude de « montré-caché »2 envers l’objet-trésor, qui peut s’appliquer à l’objet-phare de la Cinémathèque Québécoise. En effet, cet objet est largement « montré », en ayant voyagé avec de nombreuses expositions hors-Cinémathèque, mais aussi largement « caché », principalement d’un point de vue intellectuel en étant physiquement absent dans son propre musée. Malgré son importance, la variété d’informations réellement accessibles sur l’objet peut facilement laisser planer un doute sur la valeur qu’on lui accorde. La médiathèque, un centre de documentation public situé au sous-sol de l’édifice, n’avait dans ses dossiers annuels que des communiqués de presse, des articles de journaux ou de revue sur la découverte de l’objet ou sur les expositions dont il a fait partie, et personne ne semblait enclin à me rencontrer pour approfondir mes recherches. Cependant, le cinématographe #16 est un incontournable. Les membres du personnel de la cinémathèque rencontrés, le personnel d’accueil et archivistique, semblaient non seulement prendre pour acquis l’inéluctabilité de l’objet, mais étaient également tous d’accord sur sa représentativité de la cinémathèque dans son sens le plus profond : sa mission. Cet article tentera de rendre compte de la documentation trouvée sur le cinématographe, d’identifier le discours sur l’objet, de déterminer une valeur culturelle relative, de reconstituer le processus de muséalisation et d’avoir un regard critique sur la muséalisation.

La cinémathèque québécoise et son cinématographe

  • 3 Cinémathèque québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Mont (...)
  • 4 Odile Tremblay, « Un art au service de l’image », La Presse, 28 janvier 1996.
  • 5 Odile Tremblay, « Sur les traces du cinématographe », Le Devoir, 23 décembre 1995.
  • 6 Cinémathèque québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Mont (...)

2Il y a peu de description physique de l’objet dans la documentation qui a été mise à disposition, et comme personne n’était disponible pour me répondre à ce sujet, la quantité d’informations recueillies est limitée. Heureusement, un document d’information sur le cinématographe a permis de recueillir la plupart des informations descriptives relatives à l’objet. Tout d’abord, il est important de mentionner que l’appareil a originellement été construit pour être « réversible », c’est-à-dire permettant d’assurer aussi bien la prise de vue que la projection. De prime à bord, il se présente « sous la forme d’une boîte rectangulaire en noyer dont les deux faces constituent deux portes fermées par des crochets »3. Pesant un peu moins de 8 lbs4, il est muni d’une « lanterne en métal Moltoni d’époque, de deux dispositifs d’éclairage adaptés aux besoins fluctuants du temps »5, soit un avec un bec à gaz et un avec un arc d’électricité, d’un ballon de verre destiné à absorber la chaleur ainsi que d’un jeu d’objectifs permettant de transformer la lanterne en lanterne magique. De plus, le bien connu directeur de la photographie, cadreur, réalisateur et producteur québécois, Michel Brault, lui a même confectionné un tréteau de bois6.

  • 7 La plupart des informations du présent paragraphe sont tirées du document d’information de l’objet (...)
  • 8 Jean-Pierre Tadros, « La cinémathèque québécoise en cris. Devra-t-elle mettre la clée dans la porte (...)
  • 9 Suzanne Colpron, « La Cinémathèque : lieu unique sur la planète », La Presse, 2 février 1997.

3Le cinématographe a été découvert dans un contexte assez particulier.7 En effet, à l’été 1995, dans le cadre de la préparation de son film La conquête du grand écran, l’équipe de recherchistes d’André Gladu a appris l’existence d’un cinématographe dans une famille aylmeroise. Le réalisateur a alors contacté le conservateur des collections non-film de la Cinémathèque québécoise, Pierre Véronneau. Le conservateur se rend alors sur les lieux, à Aylmer, pour faire l’expertise de la pièce. Il découvre alors que la pièce est en excellente condition, et que le numéro 16 est bel et bien à l’intérieur de l’appareil. Pour en faire l’acquisition, le producteur et philanthrope René Malo a fait un don monétaire à la Cinémathèque québécoise du montant de l’achat de l’objet. Il ne faut pas oublier que les faits se déroulent en 1995, au cœur de tout le débat sur la souveraineté et à quelques mois du référendum. Dans l’optique où aucune trace des premiers balbutiements du cinéma canadien n’a été retrouvée à ce jour, le cinématographe constituait alors une découverte majeure pour le patrimoine cinématographique québécois, renforçant ainsi le sentiment identitaire québécois. Hormis les circonstances politiques, la découverte de l’objet coïncide également avec le centenaire du cinéma, ainsi qu’avec un « re-financement » de l’organisation par le Ministère de la Culture et des Communications de Jacques Parizeau. En effet, la Cinémathèque, tombant littéralement en désuétude8, avait mis sur la table un projet de rénovations et d’agrandissement des locaux. Ce projet avait pour but de non seulement rajeunir l’institution, mais aussi de la transformer en « un lieu unique sur la planète »9 avec les dernières technologies mises à la disposition du public. Le cinématographe représente donc un vent de renouveau pour le musée.

Processus de muséalisation

4La Cinémathèque justifie que cet objet est non pas fondateur, puisqu’il a été découvert assez récemment et donc bien après la fondation de l’établissement, mais emblématique. En fait, le cinématographe a traversé l’Atlantique à peine 6 mois après la première projection des frères Lumière. Il a pu faire la première projection en sol Nord-Américain, à Montréal le 27 juin 1896, à laquelle aurait assisté le célèbre cinéaste Léo Hernest-Ouimet. Ainsi, le cinématographe porte les origines du cinéma québécois, suivant de quelques mois seulement les débuts du cinéma français. De par sa situation dans tout ce contexte historique, l’objet concorde parfaitement avec la mission de la cinémathèque.

  • 10 André Desvallées et François Mairesse (dir.). Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (Paris : A (...)
  • 11 Ibid., p.62.
  • 12 André Desvallées et François Mairesse (dir.). Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (Paris : A (...)

5Le processus de muséalisation s’est déroulé, dans ce cas précis, très rapidement : moins d’un an. Le cinématographe constituait un objet usuel lorsqu’il fut acheté par M. Stubbs, puis devenu un objet historique lorsqu’il était dans la famille Nicholson, les descendants de M. Stubbs, à Aylmer : objet rare, ayant un passé lointain et témoignant de changements de société importants10. Puis, il devient objet ethnographique lorsque la famille est contactée par l’équipe d’André Gladu pour les mettre en contact avec Pierre Véronneau, le conservateur non-film de la Cinémathèque. C’est à ce moment qu’il fait l’objet d’un collectionnement, soit qu’il acquière un potentiel à « être collectionné », et qu’il « a suscité l’intérêt de collectionneurs ou de spécialistes du patrimoine»11, M. Véronneau en l’occurrence. Ce n’est qu’une fois l’acquisition et les restaurations faites qu’il va acquérir le statut d’objet de musée. Statut dont il fera l’objet assez tôt puisque seulement quelques mois après son acquisition, il sera intégré à l’exposition Lumière sur la projection présentée du 18 janvier au 2 juin 1996 au Musée National des Sciences et des Technologies. Ainsi, le cinématographe devient sémiophore de par la perte de son usage, de sa fonction originelle, la perte de sa valeur d’échange, mais également de par l’acquisition de nouvelles significations12 tel que montré précédemment.

Discours sur le cinématographe

  • 13 Cinémathèque Québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Mont (...)
  • 14 Ibid., p.4.
  • 15 Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 13 juin 1996.
  • 16 Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 19 juin 1996.

6Les discours sur le cinématographe qui ont pu être relevés des documents de la médiathèque de l’établissement vont tous dans le même sens : il s’agit d’un objet très rare, témoignant des premiers balbutiements du cinéma, qui témoigne d’une révolution technologique, ayant eu une influence plus que marquante sur le cinéma québécois. Le document d’information de la Cinémathèque avance même que « Le Cinématographe a révolutionné la reproduction photographique du mouvement en passant de la vision individuelle – comme elle existait avec le kinetoscope d’Edison par exemple – à la projection visible par une assistance nombreuse »13 et qu’il « témoigne, à lui-seul, du commencement de l’activité cinématographique au Québec »14. Lorsque l’objet est ramené à Montréal, les communiqués de presses de la Cinémathèque parlent de l’évènement comme d’un retour du sauveur : « Après 100 ans, grâce au généreux soutien de René Malo, Le cinématographe no.16 enfin de retour à Montréal »15 ou «  Le public montréalais pourra enfin voir le Cinématographe, cent ans, presque jour pour jour, après avoir servi à la première projection de films au Canada »16. Le même discours suit jusqu’en 1997, année de réouverture de l’établissement suite aux rénovations majeures. Par la suite, le discours entourant l’objet perd un peu de son souffle jusqu’à être quasi-inexistant : il est totalement absent de leur site internet, des documents d’informations promotionnels.

7Tel est le parcours du cinématographe, objet qui a suscité un regain d’intérêt dans les années 1990 dans le cadre du centenaire du cinéma. Les contextes politique, financier et social de sa découverte font de lui un objet incontournable pour la Cinémathèque québécoise. Il est dommage que l’objet n’ait pas plus de visibilité pour le 50e anniversaire de la Cinémathèque québécoise ayant eu lieu en 2013. Il fut rapidement exposé au mois de mai dernier dans son institution d’attache, puis a été déménagé au Musée de la Civilisation de Québec pour l’exposition Paris en scène 1889-1914 où il se situe encore aujourd’hui. Il est également étrange que si peu d’informations soient disponibles au public à la médiathèque de l’établissement. Objet phare de la Cinémathèque et patrimoine québécois par excellence, cet objet symbolise non seulement très bien son institution-mère, son renouveau architectural et son tournant social, mais aussi une volonté de forger l’identité québécoise.

8A. Desvallées, et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011.

9S. Colpron, « La Cinémathèque : lieu unique sur la planète », La Presse, 2 février 1997.

10Cinémathèque Québécoise, Sur les traces du cinématographe, n°16, Document d’information.

11Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 13 juin 1996.

12Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 19 juin 1996.

13J.-P. Tadros, « La cinémathèque québécoise en crise. Devra-t-elle mettre la clée dans la porte? », Cinétvvidéo, 5 avril 1995.

14O. Tremblay, « Un art au service de l’image », La Presse, 28 janvier 1996.

15O. Tremblay, « Sur les traces du cinématographe », Le Devoir, 23 décembre 1995.

16H. Van Gijseghem, La quête de l’objet. Pour une psychologie du chercheur de trésor, Montréal, Hurtubise HMH, 1985.

Haut de page

Notes

1 Hubert Van Gijseghem, « Le Surinvestissement de l’objet », La quête de l’objet. Pour une psychologie du chercheur de trésor. (Montréal : Hurtubise HMH, 1985), p.21.

2 Ibid., p.22.

3 Cinémathèque québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Montréal).

4 Odile Tremblay, « Un art au service de l’image », La Presse, 28 janvier 1996.

5 Odile Tremblay, « Sur les traces du cinématographe », Le Devoir, 23 décembre 1995.

6 Cinémathèque québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Montréal).

7 La plupart des informations du présent paragraphe sont tirées du document d’information de l’objet fait par la Cinémathèque.

8 Jean-Pierre Tadros, « La cinémathèque québécoise en cris. Devra-t-elle mettre la clée dans la porte? », Cinétvvidéo, 5 avril 1995.

9 Suzanne Colpron, « La Cinémathèque : lieu unique sur la planète », La Presse, 2 février 1997.

10 André Desvallées et François Mairesse (dir.). Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (Paris : Armand Colin, 2011), p.53-69.

11 Ibid., p.62.

12 André Desvallées et François Mairesse (dir.). Dictionnaire encyclopédique de muséologie, (Paris : Armand Colin, 2011), p.53-69.

13 Cinémathèque Québécoise, « Sur les traces du cinématographe No. 16 », Document d’information, (Montréal), 1.

14 Ibid., p.4.

15 Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 13 juin 1996.

16 Cinémathèque Québécoise, Communiqué de presse, 19 juin 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Gaudet, « Le cinématographe n°16 de la cinémathèque », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2367

Haut de page

Auteur

Christine Gaudet

Christine Gaudet détient un baccalauréat en anthropologie sociale et culturelle et une maîtrise en muséologie. Ses principaux sujets de recherche portent sur la gestion muséale, plus particulièrement sur la structure organisationnelle, la gestion de la créativité et les dynamiques collaboratives.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org