Navigation – Plan du site
Discours disciplinaire

Les objets phares de la catégorie disciplinaire

Noëlle Charpentier et Vanessa Hétu

Texte intégral

  • 1 ou projecteur Zeiss, du nom de son inventeur.

1Première catégorie de ces objets phares, la catégorie disciplinaire est tributaire de l’une des missions traditionnelles de l’institution muséale : la recherche affiliée au collectionnement ainsi qu'à l’étude des artéfacts, écofacts, voire les archives, qu’acquiert le musée. En effet, dès lors qu’il entre dans la collection, l’objet devient (en théorie, du moins) le support de la recherche, son moteur, le catalyseur de nouvelles connaissances. Ce sont ses qualités intrinsèques qui alimentent le travail intellectuel qui l’entoure et c’est parce qu’il possède ces qualités qu’il est mis en valeur par l’institution. Cette catégorie d’objets, dite disciplinaire, se caractérise donc par le discours scientifique construit autour des objets phares des institutions choisies. Ce terme générique permet le rassemblement, en un seul groupe, d’objets disparates à première vue, car issus de disciplines variées allant de l’histoire de l’art à la phylogénie. Certes, chaque objet phare s’inscrit nécessairement dans un champ disciplinaire. Or, c’est précisément la distinction de cet artéfact, écofact ou archives sur le plan disciplinaire qui prime dans le discours de l’institution. Dans cette catégorie disciplinaire, six objets sont présentés en commençant par la Momie de Thèbes (Musée Redpath, Montréal), le Prince de Miguasha (Musée d’histoire naturelle du parc de Miguasha, Nouvelle) et les Archives photographiques Notman (Musée McCord, Montréal). Par la suite, nous explorerons les discours tenus autour du projecteur Dow1(Musée Rio Tinto Alcan, Montréal) et de la sculpture Loup Garou I (Galerie de l’Université du Québec à Montréal, Montréal).

Tout comme l’objet autour duquel il est construit, le discours que tient l’institution est unique. Dans le cas d’un discours disciplinaire, c’est donc la valeur scientifique de l’objet qui est mise en exergue. Il est toutefois possible d’observer des tendances et d’organiser ces objets selon un cheminement logique. Cet agencement de la série n’est pas un découpage, il ne s’agit pas de sous-catégories mais d’une gradation relativement flexible.

2Au premier stade de cette évolution, nous avons choisi de présenter les objets qui se retrouvent le plus au centre du discours, c’est-à-dire ceux dont les qualités matérielles (scientifiques, esthétiques, etc.) sont, en quelque sorte, supplantées dans le discours institutionnel par la recherche qui a permis de les populariser. C’est donc la recherche scientifique qui prime sur l’objet lui-même et c’est la raison pour laquelle le musée a choisi de les mettre en relief au détriment d’autres artéfacts ou écofacts. Nous retrouvons donc dans cette section le Prince de Miguasha, par exemple, dont la popularité est la conséquence des intenses activités de recherche engagées par le Musée, dans la course au « chaînon manquant » de la conquête terrestre, ou encore, la momie de Thèbes et les archives Notman. Ce sont les « objets » dont la place est la plus légitime au sein de cette catégorie disciplinaire puisque la science et ses avancées sont le moteur de leur reconnaissance. Ce sont aussi les objets dont la « célébrité » est la plus précaire et dont le rôle symbolique est le plus sujet à évolution, car la science étant sans cesse en mouvement, de nouveaux paradigmes, de nouvelles technologies, risquent à tout moment de remettre en question leur statut.

3Dans un deuxième temps, nous étudierons le cas de certains objets dont l’argumentaire de placement démontre la subjectivité du discours construit par l’institution. Celui-ci n’est pas obligatoirement représentatif des activités de recherche de l’institution, mais participe davantage à la valorisation d’une discipline ancrée dans la mission de l’institution et par là, à la valorisation de l’institution elle-même. Tel est le cas, par exemple, du projecteur Dow au Planétarium de Montréal, ou encore, de l’œuvre Loup-Garou 1 de David Altmejd à la Galerie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Ces objets phares sont au centre d’une relation ou d’un attachement particulier de la part du Musée pour eux-mêmes ou leur auteur. De cette situation partiale naît une ambiguïté qui place donc ces artéfacts à la limite des catégories disciplinaire et institutionnelle.

Haut de page

Notes

1 ou projecteur Zeiss, du nom de son inventeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noëlle Charpentier et Vanessa Hétu, « Les objets phares de la catégorie disciplinaire », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2370

Haut de page

Auteurs

Noëlle Charpentier

Noëlle Charpentier a obtenu, en 2013, sa maîtrise en Archéologie, codirigée par Luc Jallot de l’Université Montpellier III et Adrian Burke de l’Université de Montréal. Ses sujets de recherche principaux sont l’outillage lithique et les musées comme outils de réappropriation des communautés culturelles. Elle a depuis redirigé sa carrière vers le théâtre.

Articles du même auteur

Vanessa Hétu

Vanessa Hétu est candidate à la maîtrise en muséologie à l’Université de Montréal. Titulaire d’un baccalauréat intégré en Affaires publiques et relations internationales, elle détient une formation en histoire et en anthropologie à l’Université Laval. S'intéressant aux rapports entre les musées et leurs communautés, elle se penche notamment sur les approches d’inclusion et de justice sociale ainsi que sur l’application des théories féministes dans la pratique muséale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org