Navigation – Plan du site
Discours disciplinaire

La momie de Thèbes au musée Redpath?

Loïc Lefebvre

Résumé

Loïc Lefebvre présente un cas disciplinaire où la mise en valeur de l’objet repose sur la valeur scientifique que lui confèrent au fil du temps les avancées de la recherche. La momie de Thèbes, de la collection ethnographique du Musée Redpath à Montréal, a sans cesse éveillé la curiosité populaire depuis son intégration à la collection du Musée en 1925. D’abord prisée pour sa nature même, la momie livre, encore aujourd’hui et grâce à la technologie, une quantité importante de données ethnographiques qui lui permettent de rester au centre de l’attention du Musée. Les collaborations avec des institutions de la communauté montréalaise ont grandement contribué à ces avancées scientifiques. Cela a même donné lieu à une première mondiale en 1995 : le premier scan hélicoïdal d’une momie, réalisé en partenariat avec l’Hôpital Saint-Luc de Montréal. Après avoir été exposée ailleurs dans la communauté muséale, la momie de Thèbes est désormais un passage obligé au 3e étage de l’institution montréalaise et fait l’objet d’une importante médiation. L’institution souligne notamment l’ensemble du processus de recherche entourant son joyau, une démarche qui a été grandement médiatisée. Comme la recherche est une composante importante du mandat du musée universitaire, il ne faut probablement pas s’étonner que l’engouement scientifique pour la momie de Thèbes justifie son statut d’objet phare.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Musée Redpath. Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (2013). Récupéré le 19 septemb (...)
  • 2 Musée Redpath. Histoire et énoncé de mission. (2013). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.m (...)
  • 3 Musée Redpath. Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (2013). op.cit.

1Considéré comme l'un des plus anciens établissements muséaux du Canada1, le projet de réalisation du Musée Redpath a été initié par le principal de l'Université McGill de l'époque, Sir William Dawson, afin d'y recevoir ses collections de sciences naturelles (spécimens naturalisés, géologiques, etc.). Conçu par les architectes A.C. Hutchison et A.D. Steele dans le style classique victorien, le musée a été inauguré en 1882 au nord-est du campus de l'Université McGill à Montréal2. Il fût alors destiné aux professeurs et membres du Collège et de l'Université. L'institution est devenu accessible au public qu'à partir de 1952 en tant que musée d'histoire naturelle, et ce jusqu'en 1971 lorsque le manque de ressources financières l'obligea à restreindre l'accès pour se concentrer dans le domaine de la recherche et de l'enseignement. Il faudra attendre 1985 pour que le Musée ouvre de nouveau ses portes au grand public3.

2Fort de constater un engouement historique, ethnographique et scientifique pour la civilisation de l'Égypte ancienne à travers la constitution et l'étude de collections au cours de l'histoire, notre regard se portera sur le processus de muséalisation d'un objet au sein du musée Redpath, issu de cette civilisation. En passant au travers du mandat et des collections du musée, nous soulignerons le contexte de la découverte, l'histoire et l'acquisition d'un bien culturel qui suscite un fort intérêt de la part du public et des chercheurs, plus précisément celui de la momie de Thèbes. Ainsi, nous relèverons la démarche de muséalisation de ce bien culturel et, enfin, nous verrons comment sa valeur culturelle et le discours autour de celle-ci ont évolué au fil du temps.

Le musée et ses collections

Un musée universitaire et sa mission

  • 4 Musée Redpath. Histoire et énoncé de mission. (2013). op.cit.
  • 5 Musée Redpath. Programme d'automne 2013. (Montréal : Musée Redpath, 2013).

3Considéré comme une unité de l'Université McGill, le Musée Redpath a pour mission de donner l'opportunité aux visiteurs, étudiants et chercheurs d'apprécier notre patrimoine naturel et culturel par le biais de l'étude de ses collections, grâce à un large programme de médiation4. Pour assurer sa mission, le musée présente une exposition permanente, des expositions temporaires, itinérantes et virtuelles, des ateliers-découverte, des conférences, des diffusions de films, des visites guidées, des lectures, des applications, et même des cours destinés aux étudiants universitaires5.

Les collections du Musée

  • 6 Le terme écofact désigne des fragments issus du règne végétal ou animal, n'ayant subi aucune transf (...)
  • 7 Donald J.C. Phillipson. Dawson, sir John William. (2007). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://w (...)
  • 8 Club du Musée Redpath, Redpath Museum Journal : Behind The Roddick Gates, II. (Musée Redpath : Mont (...)
  • 9 Musée Redpath. Préface de Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (Musée Redpath : Mo (...)

4Inspiré des grands musées européens du XIXème siècle, le Musée Redpath a été conçu et achevé en 1882 pour recevoir les collections de sciences naturelles - écofacts6 - de Sir William Dawson qui est alors chercheur en géologie et en sciences naturelles7. Au fil du temps, l'institution a constituée d'importantes collections documentant la paléontologie, la zoologie, la minéralogie ou encore l'ethnologie. Qualifiés comme une ressource fondamentale par de nombreux intervenants canadien, les objets de la collection du musée représentent dans de nombreux cas les premiers objets conservés dans une institution muséale nord-américaine8. Avec aujourd'hui plus de 3 millions d'artefacts, de mentefacts, et d'écofacts, la collection muséale de l'institution a été progressivement enrichie au fur et à mesure que les conservateurs, chercheurs, professeurs et étudiants découvrirent et documentèrent les splendeurs naturelles et culturelles9.

La collection ethnologique de l'Égypte ancienne

  • 10 Musée Redpath. Expositions. (2013). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/f (...)
  • 11 Yves Bergeron, « Collection », dans Dictionnaire encyclopédique de muséologie, sous la dir. de Andr (...)
  • 12 Lydia Bhérer-Vidal nous décrit brièvement les collections égyptologiques présentes sur le territoir (...)

5Étudiée par la conservatrice de la collection des Cultures du monde Barbara Lawson, la collection d'Égypte ancienne se compose de plus de 2 000 artefacts, dont certains se voient actuellement exposés au troisième étage de l'édifice muséal10. Dans cet espace d'exposition, il est alors possible d'admirer une collection in vitro composée « d'objets de musée »11, où l’on peut observer la momie de Thèbes et son sarcophage orné de hiéroglyphes, deux momies de l'époque du Nouvel Empire (entre 1 580 et 1 085 ans avant notre ère), des momies de différentes espèces animales, des poteries des époques prédynastique et dynastique, des objets cérémoniels et religieux, un moulage de la pierre de Rosette et de nombreux artefacts, tous issus de l'Ancienne Égypte12.

La démarche de muséalisation de la momie de Thèbes

L'histoire de la momie et sa découverte

  • 13 Yves Bergeron, op. cit.
  • 14 Capitale de l'Égypte au Moyen et au Nouvel Empire, comprenant les temples et Palais de Karnak et de (...)

6Importée sur le territoire Canadien en 1859 par James Ferrier, membre du conseil des gouverneurs de l'Université McGill et maire de Montréal de 1944 jusqu'à 1946, la momie de Thèbes a été achetée sur un marché égyptien d'antiquités. Datée de l'époque Ptolémaïque (332 - 30 avant notre ère), sa valeur historique13 était davantage mis en avant du fait qu'elle provenait probablement de fouilles archéologiques réalisées sur le site antique de la ville de Thèbes14, l'actuel Louxor, dans le cadre d'explorations au cours de la première moitié du 19e siècle. Dès lors, les recherches effectuées par les différents intervenants scientifiques ont permis de déterminer que la momie était une femme d'environ 35 à 40 ans, mesurant 1,67 m, et issue d'un milieu réservé à la haute société.

L'acquisition de la momie et sa muséalisation

  • 15 « Société d'Histoire Naturelle de Montréal », dans La Bibliothèque Canadienne. Tome V. (Montréal, 1 (...)

7Le 20 juillet 1827, le quotidien The New Montreal Gazette annonce la formation d'une association qui marquera le paysage muséal montréalais de l'époque : The Natural History Society of Montreal (Société d'Histoire Naturelle de Montréal). Cette association se donne alors pour mandat de mettre en place une institution muséale qui a pour objectif d'étudier les nombreuses productions naturelles, et de proposer au public un dispositif éducationnel capable de démocratiser les sciences naturelles15.

8La Société d'Histoire Naturelle de Montréal, qui voyait siéger le principal John William Dawson à son conseil d'administration, avait pour membre le gouverneur de l'Université McGill, James Ferrier. À la suite d’un voyage au Moyen-Orient, le gouverneur de l'université revient avec un certain nombre d'antiquités égyptiennes, y compris une momie datant de plus de 2 000 ans qu'il trouve remarquable pour sa valeur ethnographique. À son retour, James Ferrier fait don de la majorité des objets à la Société d'Histoire Naturelle de Montréal où ils reçurent une place d'honneur en tant que collection d'objets patrimoniaux.

  • 16 Hervé Gagnon, "The Natural History Society of Montreal's Museum and the socio-signifiance of museum (...)

9Malgré une période de succès auprès de nombreux concitoyens, la Société d'Histoire Naturelle de Montréal ne pu continuer de substituer après la Grande dépression - crise économique qui toucha le Canada de 1873 à 1896 - et le déménagement de la Commission Géologique du Canada à Ottawa en 1881. Après sa fermeture en 1925, le momie de Thèbes ainsi que de nombreux autres artefacts furent transférés au Musée Peter Redpath au cours de la même année. Lors de son acquisition par le musée, l'aspect spectaculaire et sensationnel de la momie a été davantage mis en avant que sa valeur patrimoniale16. À cette période, la date de son décès avait été déterminé par des méthodes scientifiques permettant d'estimer sa mort au cours du Nouvel Empire (entre 1550 et 1070 avant notre ère). Avec l'engouement général et croissant pour l'ethnographie, la science et la préservation du patrimoine au fil du temps, la momie de Thèbes a vu son statut d'objet de curiosité évoluer à celui de muséologique.

Les découvertes scientifiques contemporaines

  • 17 Sylvain Campeau , « Une opération scientifique ». ETC, no 38 (1997) : 42-43

10Une technique permettant de raisonner la vision à l'aide de mécanismes a permis aux photographes et cinéastes Madelon Hooykaas et Eisa Stansfield de sonder l'épiderme desséché de la momie au début des années 1990. Cette méthode a ainsi révélé que la momie datait en réalité de la Basse Époque (entre 750 et 30 avant notre ère)17.

11Durant l'année 1995, la momie de Thèbes, alors appelée Red-II, a été examinée par les spécialistes des musées McCord et Redpath à l'aide d'un scanneur hélicoïdal. Cette première mondiale, rendue possible grâce à la collaboration de l'Hôpital Saint-Luc de Montréal avec les institutions muséales, a permis de déterminer son âge (entre 35 et 40 ans) et sa taille moyenne lors de son décès. De ce fait, les résultats de la recherche ont été présentés au grand public au cours de la même année au Musée McCord dans le cadre de l'exposition "L'invisible se révèle", à l'occasion du 100e anniversaire de la découverte des rayons-X. Pour l'occasion, une application interactive a été développée afin de faire découvrir les examens effectués aux visiteurs. Après sa présentation au Musée McCord, elle fut mise en itinérance au Musée des Sciences et de la Technologie d'Ottawa dès juin 1996 pendant une année entière. Dès son retour à Montréal, Red-II et l'application développée auparavant prirent place dans l'espace de l'exposition permanente au sein du Musée Redpath. Dès lors, la momie fut devenue un artefact emblématique du musée, incontournable pour de nombreux visiteurs.

  • 18 Internet Mummy Photo Archive and Communication Technology. IMPACT Radiological Mummy Database. Récu (...)
  • 19 Pauline Gravel, « La vie après la mort. » Le Devoir (Montréal), 26 janvier 2013. Récupéré le 27 sep (...)
  • 20 Pendant longtemps, les momies ont été étudiées au moyen d'une autopsie très instructive, mais très (...)
  • 21 Pauline Gravel, op.cit.
  • 22 Examen fournissant aux chercheurs des images tridimensionnelles des momies, en très haute résolutio (...)
  • 23 Pauline Gravel, op.cit.
  • 24 Ibid.

12Mises en place dans le cadre du projet de base de données en 2011, un programme intitulé "The IMPACT RadiologicalMummyDatabase"18 a permis d'enrichir les connaissances sur la culture de l'Égypte ancienne en examinant les restes humains. En effet, l'organisme IMPACT, en partenariat avec 49 établissements internationaux (instituts, universités et institutions muséales), a élaboré un projet collaboratif où les connaissances et les recherches de chacun sur les restes momifiés et les traditions reliées à la momification sont partagées19. La technologie d'imagerie médicale non destructive20 est ainsi mise en avant pour l'approfondissement de la compréhension et des connaissances actuelles sur des cultures disparues. D'après un anthropologue de l'Université de Western Ontario, Andrew Wade, « ces données permettent de faire des comparaisons et de constater les changements survenus au cours du temps et selon les régions dans les pratiques de momification »21. Effectuées à l'Institut et Hôpital Neurologique de Montréal, les analyses anthropologiques de la momie ont permis de récolter des données, nous révélant ainsi de nombreux détails sur la momification, le statut socio-économique et la santé des êtres humains à cette époque. Ces informations, dites paléo-pathologiques, obtenues par tomodensitométrie22 ont permis de « démontrer un haut degré de variabilité dans la pratique mortuaire égyptienne », variabilité qui n'est généralement pas reconnue dans la littérature et les recherches précédentes23. La datation au radiocarbone des bandelettes de momification a également permis d'affiner la précédente découverte sur la datation et de clarifier son statut social. En effet, celle-ci remonterait à l'époque Ptolémaïque (entre 332 - 30 avant notre ère) et aurait été membre de l'élite égyptienne. Contrairement aux hypothèses établies lors de précédentes recherches, cet examen a révélé que des doigts manquants n'avaient pas été coupés après sa mort, mais que leur perte avait été provoquée par une blessure ante-mortem qui avait très bien été soignée et cicatrisée, ce qui confirme son statut social et nous éclaire sur les avancées médicales de l'époque. Andrew Wade affirme alors que c'était la première fois que l'on découvrait ce genre de détails, ce qui est très important pour le corps scientifique car cela permet de mieux connaître les Égyptiens, et aussi de découvrir les origines et l'évolution de notre médecine24.

  • 25 Ibid.

13Grâce à ces données obtenues à partir du squelette par scanneur CT et à des analyses par radiocarbone, un artiste spécialiste du médico-légal au Collège John Abbott et des anthropologues de l'Université de Western Ontario de London ont réussi à reconstruire le visage et la coiffure de la momie de Thèbes ainsi que de deux autres momies conservées au Musée Redpath. Des imprimantes tridimensionnelles ont ainsi permis de façonner la forme du crâne qui a été scannée durant les examens. Ensuite, une étude sur les tissus mous a été effectuée à l'aide d'un appareil échographique sur différents points stratégiques du visage dans le but de répertorier les caractéristiques faciales de la momie. L'analyse du voile porté par la momie et les précédents rapports anthropologiques ont contribué à la réalisation de la coiffure de la momie, un élément historique très important permettant de déterminer sa hiérarchie sociale. Comme le remarque Barbara Lawson, ces reconstitutions sont une opportunité pour transmettre les recherches au public. C'est pour cela que le personnel a décidé de mettre en lumière toutes les étapes de ce travail à travers une nouvelle vitrine réalisée spécialement pour l'occasion25.

Le lieu de présentation et la stratégie de mise en valeur

  • 26 Hominidés.com. [s.d.] Momie, momification naturelle. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.homin (...)

14Exposée dans la nouvelle Galerie des Cultures du Monde au troisième étage, la momie de Thèbes est disposée sous une vitrine, juxtaposée aux côtés de sa radiographie. Pour la protéger de toutes détériorations, la momie a été mise en place dans un environnement à hygrométrie stable et sèche simulant le climat égyptien aride où les corps étaient enfouis dans le sable et se conservaient naturellement, du fait que les bactéries ne s'y développent pas26.

  • 27 Jean Davallon, « La mise en exposition », dans L'exposition à l’œuvre. Stratégie de communication e (...)

15L'exposition de la momie se veut être une « situation de rencontre permettant au visiteur de voir, de contempler, d’être en contact », avec l'objet27, mais aussi de comprendre l'expôt ici présenté. En effet, le musée a adopté un langage esthétique et didactique où la momie est mise en valeur pour que les visiteurs puissent l'admirer, mais également pour analyser, comprendre et étudier l'objet présenté et les connaissances de l'Égypte ancienne auxquelles il renvoie. Ainsi, la technique d'exposition se fait discrète pour laisser place à l'œuvre et ne pas distraire l'attention du visiteur. En adoptant cette technique, le regard de la conservatrice a été inévitablement conduit vers les interactions entre les visiteurs et l'objet exposé.

16Aux abords de la vitrine présentant la momie de Thèbes, une borne interactive propose aux visiteurs un programme leur permettant d'explorer les résultats de l'examen radiographique effectué en 2011. Suite aux nouvelles découvertes dans le cadre du programme "The IMPACT Radiological Mummy Database", le musée a l'intention de concevoir un nouveau programme dans le but d'optimiser et d'augmenter le contenu scientifique, mais également pour pallier aux erreurs et lacunes qu'il est possible de rencontrer.

17Depuis le 25 janvier 2013, les reconstitutions en tridimensionnalité nous sont présentées dans une nouvelle vitrine, et nous présentent le visage de la momie de Thèbes ainsi que celui des momies d'un jeune homme et d'une femme plus âgée. La face arrière de la vitrine nous dévoile également les différentes étapes de réalisation qui ont mené les chercheurs au résultat actuel, un travail conséquent.

La médiation autour de la momie de Thèbes

  • 28 Raymond Montpetit, « Médiation » dans Dictionnaire encyclopédique de muséologie, op.cit., 216-218.
  • 29 Ibid.

18Dans le cadre de la collection sur l'Égypte ancienne et des découvertes relatives à la momie de Thèbes, un programme de médiation a été conçu pour l'occasion. En effet, « l'éclatement et la multiplication des savoirs, de même que l'accélération des recherches et des connaissances nouvelles »28 nécessitent des moyens de médiation de la part du musée pour qu'il puisse assurer sa mission. Pour cela, le musée a choisi de mettre en place une stratégie de communication à caractère éducatif qui mobilise autour de l'objet une technologie, de la documentation, des visites guidées, des ateliers, et de nombreuses activités « pour mettre à la portée des visiteurs des moyens de mieux comprendre certaines dimensions de l'objet et de partager des appropriations »29.

19Chaque vendredi, l'institution convie gratuitement le public aux Freaky Fridays. Durant cet évènement, le public a la chance de rencontrer un scientifique de l'Université qui a pour objectif de « casser un mythe de la science » à travers une conférence. Une autre activité, appelée Cutting Edge, a été mise en place un jeudi par mois où le musée propose une série de conférences qui invitent des scientifiques des quatre coins du monde. Pour encourager les dialogues entre les visiteurs et les conférenciers, le Musée Redpath offre généreusement chacun à un vins et fromages après la conférence. En fin de semaine, le public est également invité à faire une visite guidée gratuite de la collection égyptologique, notamment à découvrir les récentes découvertes sur la momie. Des ateliers sont également proposés à tous les enfants afin d'éveiller leurs connaissances. Il est intéressant d'observer que d'autres organismes utilisent les travaux développés par le musée à des fins pédagogiques. Par exemple, le site 1 jour 1 actu propose à un public de moins de 12 ans des fiches pédagogiques telles que Comment faire revivre une momie ?, permettant d'acquérir des notions sur l'Antiquité égyptienne et les avancées scientifiques entre autres à travers les découvertes du Musée.

20À l'occasion de la révélation de la reconstitution faciale de la momie de Thèbes et des deux autres momies conservées par le musée, de nombreuses conférences de presse et entrevues journalistiques ont été organisées avec des médias locaux et nationaux tels que Le Devoir, La Presse, RDI, TVA, Télé-Québec, CBC, Global ou encore CTV. Cette médiatisation a ainsi permis à l’institution d'augmenter sensiblement son taux de fréquentation.

Conclusion

21Nous avons pu constater que les avancées technologiques et scientifiques ont permis de faire de nombreuses découvertes autant dans le domaine historique que dans le domaine anthropologique.

22Ainsi, le Musée met en avant les techniques scientifiques utilisées du fait qu'elles représentent un moyen utile pour l'approfondissement de la compréhension des civilisations anciennes, notamment en étudiant les restes humains conservés. Pendant plusieurs siècles, l'aspect visuel de l'Égypte ancienne était basé sur des images à travers des monuments sculptés, des vestiges archéologiques et de nombreux artefacts mis à la lumière du jour. Désormais, les avancées scientifiques et la collaboration entre différents chercheurs et spécialistes nous donnent l'opportunité de découvrir le vrai visage de cette civilisation disparue.

23A travers cette présente recherche, nous avons pu observer que les différentes découvertes dans le temps ont fait évoluer le discours du musée à propos de la momie de Thèbes. Cependant, ces découvertes imposent à l'institution de former son personnel régulièrement et de mettre à jour les informations textuelles et technologiques en raison de leur importance pour l'histoire, l'anthropologie et la science. Les techniques de reconstitution faciale fournissent également des moyens permettant de générer des nouvelles pistes de réflexion sur les civilisations d'autrefois. Ces récentes découvertes demandent alors au musée une interprétation actualisée afin de stimuler et de renouveler l'intérêt des visiteurs tout en faisant la promotion de la recherche.

24Par sa mise en valeur dans l'exposition permanente, son itinérance au cours de l'exposition L'invisible se révèle, la coopération entre les intervenants, les découvertes scientifiques, le discours de l'institution, le programme de médiation, les publications, les entrevues et reportages effectués, et l'engouement du public, nous pouvons affirmer que la momie de Thèbes représente un objet emblématique du Musée Peter Redpath et même représentatif de la recherche sur l'Égypte ancienne.

Haut de page

Bibliographie

Y. Bergeron, « Collection », dans A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, 2011, p. 53-68)-.

L. Bhérer-Vidal, Une collection rare à Québec ou Comment situer la collection égyptienne du Séminaire de Québec au Musée de la civilisation en regard des autres collections nord-américaines ? (p.207-216). Actes du 7e colloque étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval, Université Laval, Québec, 2007.,Québec, Presses de l’Université Laval, 2007.

S. Campeau, « Une opération scientifique », ETC, (38), juin 1997, p. 42-43.

Club du Musée Redpath, Redpath Museum Journal : Behind The Roddick Gates, II. (Musée Redpath, Montréal, 2012).

J. Davallon, « La mise en exposition », Dans L'exposition à l’œuvre. Stratégie de communication et médiation symbolique, Paris, L'Harmattan, 1999, p. 157-194.

P. Gravel, « La vie après la mort », Le Devoir, 26 janvier 2013. Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/369297/la-vie-apres-la-mort

Hominidés.com. [s.d.] Momie, momification naturelle. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.hominides.com/html/dossiers/momie-momification-naturelle.php

Internet Mummy Photo Archive and Communication Technology. IMPACT Radiological Mummy Database. Récupéré le 29 septembre 2013 de http://impactdb.uwo.ca/IMPACTdb/Index.html

M. Lambert, « Momie : un Musée dévoile trois reconstructions faciales d'Égyptiens morts il y a plus de 1 500 ans », Maxi Sciences, 25 janvier 2013. Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.maxisciences.com/momie/momie-un-musee-devoile-trois-reconstructions-faciales-d-039-egyptiens-morts-il-y-a-plus-de-1-500-ans_art28412.html

R. Montpetit, « Médiation », dans A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie (p. 215-233). Paris : Armand Collin. (2011).

Musée Redpath, Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath, Musée Redpath, Montréal, 2012.

Musée Redpath, Expositions, 2013. Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/exhibits

Musée Redpath. Histoire et énoncé de mission, en ligne, 2013. Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/about

Musée Redpath, Musée Redpath, 2013. Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr

Musée Redpath, Programme d'automne 2013, Montréal, Musée Redpath, 2013.

Musée Redpath, Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath, 2013. Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/about/history/

J.C. Phillipson, sir John William Donald Dawson, 2007. Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.thecanadianencyclopedia.com/fr/article/sir-john-william-dawson/

Société d'Histoire Naturelle de Montréal, dans La Bibliothèque Canadienne, Tome V, Montréal, 1827, p. 117-118.

A. Van Fossen, T. Aldred, et I. Birker, Thé et Fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. Montréal, Université McGill, 2012.

Haut de page

Notes

1 Musée Redpath. Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (2013). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/about/history/

2 Musée Redpath. Histoire et énoncé de mission. (2013). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/about

3 Musée Redpath. Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (2013). op.cit.

4 Musée Redpath. Histoire et énoncé de mission. (2013). op.cit.

5 Musée Redpath. Programme d'automne 2013. (Montréal : Musée Redpath, 2013).

6 Le terme écofact désigne des fragments issus du règne végétal ou animal, n'ayant subi aucune transformation intentionnelle de l'homme.

7 Donald J.C. Phillipson. Dawson, sir John William. (2007). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.thecanadianencyclopedia.com/fr/article/sir-john-william-dawson/

8 Club du Musée Redpath, Redpath Museum Journal : Behind The Roddick Gates, II. (Musée Redpath : Montréal, 2012).

9 Musée Redpath. Préface de Thé et fossiles, une brève histoire du Musée Redpath. (Musée Redpath : Montréal, 2012).

10 Musée Redpath. Expositions. (2013). Récupéré le 19 septembre 2013 de http://www.mcgill.ca/redpath/fr/exhibits

11 Yves Bergeron, « Collection », dans Dictionnaire encyclopédique de muséologie, sous la dir. de André Desvallées et François Mairesse. (Paris : Armand Colin, 2011), 62-63

12 Lydia Bhérer-Vidal nous décrit brièvement les collections égyptologiques présentes sur le territoire nord-américain, dans Une collection rare à Québec ou Comment situer la collection égyptienne du Séminaire de Québec au Musée de la civilisation en regard des autres collections nord-américaines ? Actes du 7e colloque étudiant du Département d'histoire de l'Université Laval, Université Laval, Québec, 2007. (Québec : Presses de l’Université Laval, 2007), 208-209.

13 Yves Bergeron, op. cit.

14 Capitale de l'Égypte au Moyen et au Nouvel Empire, comprenant les temples et Palais de Karnak et de Louxor, la Vallée des Rois et des Reines, Thèbes est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979.

15 « Société d'Histoire Naturelle de Montréal », dans La Bibliothèque Canadienne. Tome V. (Montréal, 1827), 117 - 118.

16 Hervé Gagnon, "The Natural History Society of Montreal's Museum and the socio-signifiance of museums in 19th-Century Canada", Scientia Canadensis. (Montréal, 1994), 112

17 Sylvain Campeau , « Une opération scientifique ». ETC, no 38 (1997) : 42-43

18 Internet Mummy Photo Archive and Communication Technology. IMPACT Radiological Mummy Database. Récupéré le 29 septembre 2013 de http://impactdb.uwo.ca/IMPACTdb/Index.html

19 Pauline Gravel, « La vie après la mort. » Le Devoir (Montréal), 26 janvier 2013. Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/369297/la-vie-apres-la-mort

20 Pendant longtemps, les momies ont été étudiées au moyen d'une autopsie très instructive, mais très destructrice. Le scanneur permet de procéder à une dissection virtuelle livrant d’importantes quantités d'informations tout en laissant la momie intacte pour les futurs chercheurs.

21 Pauline Gravel, op.cit.

22 Examen fournissant aux chercheurs des images tridimensionnelles des momies, en très haute résolution, afin de distinguer le squelette, les muscles, le cerveau et le cœur s'ils n'ont pas été retirés, mais également les cheveux et les bandelettes qui permettent d'envelopper le corps.

23 Pauline Gravel, op.cit.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Hominidés.com. [s.d.] Momie, momification naturelle. Récupéré le 2 octobre 2013 de http://www.hominides.com/html/dossiers/momie-momification-naturelle.php

27 Jean Davallon, « La mise en exposition », dans L'exposition à l’œuvre. Stratégie de communication et médiation symbolique. Coll. Communication. (Paris : L'Harmattan, 1999), 158-160.

28 Raymond Montpetit, « Médiation » dans Dictionnaire encyclopédique de muséologie, op.cit., 216-218.

29 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Lefebvre, « La momie de Thèbes au musée Redpath? », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 22 février 2017. URL : http://cm.revues.org/2372

Haut de page

Auteur

Loïc Lefebvre

Diplômé en architecture et muséologie, Loïc Lefebvre intervient en tant que scénographe d'exposition et designer d'environnement sur des projets de musées et d'exposition à travers le monde. Son sujet de recherche comprend la scénographie d'exposition comme une pratique de médiation spatiale.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org