Navigation – Plan du site
Discours disciplinaire

Le Prince de Miguasha au musée du Parc de Miguasha

Gaëlle Mazé

Résumé

L’argumentaire de placement du Prince de Miguasha n’a pas posé de réel problème dans la mesure où Gaëlle Mazé expose clairement son statut. L’espèce Eusthenopteron foordi date d’environ 375 millions d’années. Découverte pour la première fois en 1879 dans la formation géologique d’Escumiac en Gaspésie, Eusthenopteron foordi appartient à la classe des Sarcoptérygiens ou vertébrés à membres charnus1. En 1980, lors de la publication de l’étude d’Erik Jarvik dont le texte fait mention, Eusthenopteron foordi était la plus ancienne espèce décrite possédant les critères biologiques nécessaires à la colonisation du sol terrestre. Depuis, les paléontologues du parc de Miguasha ont mis au jour Elpistostege watsoni, une espèce datant de 380 millions d’années et ayant donc précédé Eusthenopteron dans la course à la conquête du sol2. A l’époque de la rédaction du texte ci-dessous, Elpistostege n’avait pas encore été découvert mais cela ne change pas la teneur du discours construit autour d’Eusthenopteron. Les nombreuses études portant sur ses restes osseux, son importance dans la classification des espèces amphibies et, plus encore, terrestres confirment sa valeur scientifique et justifie sa présence au sein des objets-phares à fonction disciplinaire. Il semble que si le musée du Parc de Miguasha l’a mis en avant plus que tout autre écofact de sa collection, ce soit en vertu de la reconnaissance internationale qu’a acquis l’espèce en très peu de temps et de la course au fossile qui a eut lieu et se déroule encore au cœur de la formation d’Escumiac.

Haut de page

Texte intégral

  • 3 Paul Lemieux, « Historical overview: The Fossil-Lagerstätte Miguasha, Its past and present history (...)
  • 4 Ces articles sont tellement nombreux qu’il a fallu sélectionner ceux se retrouvant dans Richard Clo (...)

1Lorsque l’on parle du Prince de Miguasha, il faut reconnaître dans l'appellation l’espèce Eusthenopteron foordi. Le poisson représenté ci-dessus est un fossile majeur et important, retrouvé sur le site de la Formation géologique d’Escuminac en Gaspésie3. A priori, il semble n’être qu’un simple poisson retrouvé dans les limbes d’une couche terrestre particulière qui représente la période géologique du Dévonien. Cette période est caractéristique de l’évolution des poissons vers les premières formes de vie terrestre. Aux yeux des visiteurs, rien ne dit l’importance de ce morceau de roche extrait de la falaise, sans explications plus approfondies. Il est le témoin de la grandeur du site archéologique fossilifère de Miguasha, mais aussi de l’importance de cette découverte pour la recherche actuelle, puisqu’il s’avère l’espèce de poisson fossile qui permet de mieux comprendre le passage de la vie aquatique à la vie terrestre. Le Prince est le spécimen phare du musée d’histoire naturelle du parc national de Miguasha, et c’est ce que révèlent les archives de la collection du parc principalement composées de textes scientifiques4et de recherches documentaires sur Eusthenopteron foordi.

Reconstitution artistique d’un Eusthenopteron foordi

Reconstitution artistique d’un Eusthenopteron foordi

Dessin de François Miville-Deschênes publié dans Richard Cloutier. Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre. Collection In Situ, n°3, Longueil, Publication MNH, 2002.

Une découverte fantastique

  • 5 Joseph Franklin Whiteaves, « On some remarkable fossil fishes from the Devonian rocks of Scaumenac (...)
  • 6 Paul Lemieux, op. cit., p. 11.
  • 7 Edward D. Cope, « On the phylogeny of vertebrate ». Academy of Natural Sciences (ANS), 30, 1892, p. (...)
  • 8 Les robustes nageoires d’Eusthenopteron foordi (Eusthenopteron; nom tiré du grec qui signifie « nag (...)
  • 9 Paul Lemieux, « Historical overview: The FossiI-Lagerstätte Miguasha, Its past and present history (...)

2La première découverte attestée de matériel fossile d’Eusthenopteron foordi remonte à l’été 1879 par Ralph Wheelock Ells, membre d’une équipe de la Commission géologique du Canada. L’existence de cette nouvelle espèce est annoncée le 14 mars 1881 dans une publication, par le paléontologue Joseph F. Whiteaves5, et cette même année, près de 60 spécimens d’Eusthenopteron foordi sont localisés au Museum of Geological Survey of Canada, connu maintenant sous le nom du Musée Canadien de la nature à Ottawa6. Dès 1892, une première tentative est faite pour positionner Eusthenopteron foordi dans un cadre évolutif7, en comparant le squelette interne de ses nageoires paires avec celui des premiers tétrapodes; les amphibiens8. Tous les spécimens de cette espèce proviennent de la Formation d’Escuminac, la formation sédimentaire fossilifère qui affleure dans la falaise du parc. C’est dans cette falaise qu’a été fait l’ensemble des découvertes paléontologiques depuis la première découverte du site en 1842, par le Dr Abraham Gesner, du Service de géologie du Nouveau-Brunswick, lors d’une expédition de recherche de site de charbon.9

  • 10 Richard Cloutier, « Taxonomy review of Eusthenopteron », dans Devonian fishes and plants of Miguash (...)
  • 11 Parc National de Miguasha. [s.d.] Les premières découvertes. Récupéré de http://www.miguasha.ca/mig (...)
  • 12 Richard Cloutier. Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre, n°3, Longueil, Publication MNH, 2002, p (...)

3L’histoire a conservé les noms de scientifiques et paléontologues qui ont contribué à enrichir par des fouilles sur la falaise, les collections d’Eusthenopteron foordi à travers le monde tels que, Woodward, Traquair, Stensiö, Jarvike et bien d’autres10. De nombreuses collections de l’espèce se retrouvent donc respectivement au British Museum of Natural History, au Royal Scottish Museum, au Musée d’Histoire naturelle de Stockholm en Suède, etc. Cependant, la majorité des découvertes qui ont permis de décrire l’espèce, est imputable au scientifique Arthur Humphreys Foord, d’où le nom Eusthenopteron foordi11.Depuis les premières recherches, près de 500 nouveaux spécimens sont découverts chaque année et viennent agrémenter la collection unique du parc de Miguasha. Cette récolte est menée par les fouilles régulières de la falaise. La collection du musée compte aujourd’hui un peu plus de 12 000 spécimens provenant de Miguasha dont plus de 2600 d’Eusthenopteron foordi.12

  • 13 Selon les archives du musée : P.222 est célèbre car il est le spécimen fossile d’Eusthenopteron foo (...)
  • 14 Nouvelle exposition permanente, De l’eau à la terre, « 60 ans de recherche, une seconde vie pour Eu (...)

4Toutefois, il existe bien un spécimen de l’espèce Eusthenopteron foordi qui se valorise particulièrement, qui est mentionné dans les archives du musée et pratiquement dans tout article traitant de recherches fossilifères qui lui sont liées, le spécimen fossile P.22213. Acquis par le Swedish Museum of Natural History de Stockholm et étudié par Erik Jarvik, paléontologue, il fut découvert lors du dynamitage effectué dans le cadre de la construction du quai de Miguasha. Le spécimen fut acquis par les Suédois auprès de Joseph Landry, collectionneur, pour la somme de 50 $ CDN et acheminé en Suède en 192514.

Eusthenopteron foordi – spécimen fossile P222

Eusthenopteron foordi – spécimen fossile P222

Photographie d’une réplique réalisée au Japon

Parc national de Miguasha

Renommé certifiée

  • 15 René Bureau, « Des chercheurs de fossiles », Revue Gaspésie, XXI, n°2, 1963, p. 12-25.
  • 16 C’est d’ailleurs en l’honneur de cette famille que le scientifique Örvik nomme le genre Plourdostau (...)
  • 17 Radio-Canada. Entrevue de Paul Lemieux du musée de Miguasha, un grand collectionneur de fossiles. C (...)
  • 18 René Bureau, op. cit., 16.

5Nous oublions parfois l’impact de cette réserve fossilifère sur le peuple vivant aux alentours du site de Miguasha. En effet, les archives de la collection du musée du parc dévoilent que la popularité d’Eusthenopteron foordi provoqua l’arrivée en masse de fouilleurs à partir de 1882, suite aux publications des travaux de Joseph Franklin Whiteaves15, mais aussi que certains habitants participèrent à cette grande aventure. Nous retenons un nom particulier, celui des Plourde16. Par une connaissance importante de la falaise, étant eux même collectionneurs, ils devinrent de précieux collaborateurs des chercheurs étrangers et participèrent à la découverte de nombreux fossiles17. D’autres, comme la famille de Théodore Landry, lui aussi collectionneur, offraient l’hospitalité aux visiteurs en leur fournissant le gîte et le couvert18. C’est ainsi que depuis les années 1880, les fouilles n’ont pratiquement jamais cessé dans la falaise de Miguasha.

6C’est en grande partie l’importance du site fossilifère de Miguasha et la renommée mondiale acquise durant les vingt dernières années qui lui vaut en décembre 1999 une place au sein du patrimoine mondial de l’humanité, désigné par l’UNESCO, comme «site le plus représentatif du Dévonien»19. Ce titre souligne la valeur patrimoniale du site fossilifère, mais aussi l’importance de la découverte d’Eusthenopteron foordi et de vingt autres espèces fossiles de poissons pour la recherche mondiale. Le monde moderne accorde ce titre prestigieux à plus de 830 sites naturels et culturels à travers le monde dont seulement quatorze sont canadiens.20Avec l’arrondissement historique du Vieux-Québec, Miguasha est le seul site québécois à faire partie de cette prestigieuse liste21.

Un trésor muséal

  • 22 Paul Lemieux, op. cit., p. 18
  • 23 Ibid., p. 16

7En 1960, le «Projet Miguasha» de créer un Parc National sur le site fossilifère de Miguasha est initié par René Bureau alors directeur du Musée de Géologie de l’université Laval à Québec22. En1972, le gouvernement québécois réalise qu’une partie de la région de Miguasha risque de passer aux mains des États-Unis. Le ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche acquière alors une portion de la falaise afin d’en protéger son contenu. C’est en juin 1978, qu’un centre d’interprétation et des laboratoires de recherches prennent place directement sur le site fossilifère pour faire découvrir les fossiles au public.23

  • 24 Parc de Miguasha. 2007. Entrevue Eric Jarvik. Récupéré le 29 septembre 2013 de http://www.miguasha. (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Olivier Matton et France Charest, « Eusthenopteron foordi: comme un poisson dans l’eau! », Bulletin (...)
  • 27 Eric Jarvik, « The evolutionary importance of Eusthenopteron foordi », dans Devonian fishes and pla (...)
  • 28 Ibid., p. 285.

8Dans une entrevue de 2007, Erik Jarvik reconnaît l’importance de l’espèce Eusthenopteron foordi pour le musée24. Le spécimen est extrêmement bien conservé et permet de montrer au public l’importance de l’espèce pour l’évolution et la recherche : «On peut voir toute son anatomie interne et sa tête, et ainsi retracer l’évolution du passage de la vie aquatique à la vie terrestre»25. Les poissons sarcoptérygiens de Miguasha atteignent une diversité nulle part égalée dans le monde mais Eusthenopteron foordi occupe toutefois une place de choix, puisqu’il s’agit de l’espèce de poisson dont les fossiles sont les mieux conservés et les plus découverts depuis l’ouverture du parc26. Des spécimens tridimensionnels parfaitement conservés ont permis d’avoir une idée juste de l’apparence de nombreux poissons. Des crânes d’Eusthenopteron foordi non écrasés ont pu être radiographiés et étudiés de l’intérieur27. C’est d’ailleurs grâce à la qualité de préservation de ces fossiles que la Formation d’Escuminac mérite son titre de Lagerstätte, précisément Konservat-Lagerstätten qui, en allemand, signifie que les dépôts sont connus pour l'excellente préservation des organismes fossiles qu'ils contiennent. Selon Jarvik, on peut comparer Eusthenopteron foordi aux animaux actuels, comme les grenouilles, et «faire des parallèles avec l’homme et la femme à plusieurs égards»28.

Le discours de l’objet

Un «Prince», un trône muséal

  • 29 Christopher Varady-Szabo. 1998. Sculpture publique, «L’Envol». Centre d’interprétation du fossile M (...)
  • 30 Richard Cloutier, « Le Parc de Miguasha : de l’eau à la terre », op. cit., p. 122.

9Eusthenopteron foordi s’impose comme objet phare dès que le visiteur met le pied dans l’enceinte du parc. En effet, une sculpture, «l’Envol», du sculpteur Christopher Varady-Szabo, placée à l’entrée du centre d’interprétation, rend hommage à l’évolution d’Eusthenopteron foordi 29. Toutefois, en levant la tête vers les armoiries du parc, l’œil averti du scientifique remarquera que le poisson censé représenter la vie aquatique ancienne, n’est aucunement l’espèce fossile emblématique attendu. Le slogan du parc étant «Ex Aqua Ad Terram» (« de l'eau à la terre »), il paraîtrait logique de voir Eusthenopteron foordi puisqu’il semble être l’espèce fossile représentant le plus proche lien entre les poissons primitifs et les premiers tétrapodes terrestres. Pourtant, l’espèce présente sur les armoiries est Elpistostege watsoni. Aucune mention dans les archives ne précise pourquoi la préférence allait à cette espèce. Toutefois, Elpistostege watsoni n’était connu que sur la base de quelques rares fragments (trois spécimens incomplets ont été retrouvés lors de la rédaction de cette recherche). L’espèce demeure donc encore une forme énigmatique, même si l’étude de son anatomie suggère qu’il devait respirer à la surface.30On suppose alors que pour représenter le potentiel de découvertes restant encore à faire au parc de Miguasha (aucune autre découverte n’est plus attendue que du nouveau matériel d’Elpistostege watsoni), c’est ce dernier qui a été choisi pour figurer sur les armoiries du parc.

  • 31 Nouvelle exposition permanente: Sections 11-M et 12-M, Grande vitrine au sol, 6.4TSb6 , texte placé (...)

10Le slogan est aussi le nom de l’exposition permanente qui insiste sur l’importance de Miguasha et d’Eusthenopteron foordi dans notre compréhension de l’émergence des tétrapodes à partir de poissons du Dévonien. Dans la structure actuelle de l’exposition, Eusthenopteron foordi est le cœur du concept de mise en valeur. Le discours véhiculé par l’équipe d’éducation converge vers cette espèce et plus particulièrement l’histoire du spécimen P.22231. On retrouve une quinzaine de spécimens en exposition, parmi les plus beaux, les mieux conservés, qui retracent la vie du Dévonien, les particularités physiques et anatomiques d’Eusthenopteron foordi, son histoire depuis sa découverte et son importance capitale dans les recherches.

  • 32 Parc de Miguasha. Bulletin de conservation. Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.sepaq.com/p (...)
  • 33 Olivier Matton et France Charest, op. cit., p. 33.

11Le Prince de Miguasha est une icône importante du Parc de Miguasha, puisqu’il apparaît comme image principale du site. De nombreuses recherches scientifiques lui sont dédiées et il est le sujet de nombreux bulletins de conservation, ce qui dénote l’importance de l’espèce pour les chercheurs.32Il est un objet phare pour le musée à titre de symbole de l’institution puisqu’il incarne la mission même du musée: il s’inscrit dans une valeur éducative environnementale afin de faire découvrir les fossiles au public. De plus, les nombreuses découvertes de cette espèce appuient l’importance de la recherche et de la conservation du site fossilifère à travers le monde.33

Une bataille pour la royauté scientifique

  • 34 Ibib., p. 32.
  • 35 Ibib., p. 33.
  • 36 Ibib.
  • 37 Ibib.

12Bien que nous ayons une meilleure connaissance de l’anatomie externe et interne d’Eusthenopteron foordi, et de son écologie, son image s’est trouvée transformée au fil du 20e siècle. Au fur et à mesure des nouvelles découvertes sur l’espèce et sur les formes fossiles qui y sont apparentées divers modèles ont été étudiés. Il était notamment proposé à l’origine qu’un poisson comme Eusthenopteron foordi devait être amphibie. Il devait utiliser ses nageoires robustes pour quitter l’eau douce en période de sécheresse à la recherche d’autres points d’eau34. On considérait dans ce modèle que les premiers tétrapodes étaient déjà terrestres. Or, ce n’est plus le scénario actuel, puisque une réinterprétation paléoenvironnementale de la strate fossilifère de Miguasha a démontré que le site n’était pas un milieu d’eau douce mais un environnement salée transitionnel, tel que les estuaires35.Eusthenopteron foordi n’utilisait donc pas ses nageoires pour sortir de l’eau, car à aucun moment l’espèce n’aurait été confrontée à des risques de sècheresse36. L’origine des tétrapodes ne serait donc pas directement terrestre et ou de milieux aquatiques d’eau douce, mais proviendrait des milieux marins (et très certainement d’une autre espèce de poisson), où l’apparition de la patte locomotrice serait survenue plus tard37.

  • 38 Jason P. Downs et al. « The Cranial Endoskeleton of Tiktaalik Roseae ». Nature, no 455 (2008) : 925 (...)
  • 39 Olivier Matton et France Charest, « Eusthenopteron foordi, comme un poisson dans l’Eau! », op. cit. (...)

13En 2007, selon le bulletin de la SÉPAQ, de nouveaux candidats au titre de prince détrôneraient la place dominante de l’espèce. La place relative d’Eusthenopteron foordi dans l’arbre évolutif a changé également, avec la découverte du groupe des elpistostégaliens possédant les genres : Elpistostege de Miguasha (Québec, Canada), Tiktaalik de l’île d’Ellesmere (Nunavut, Canada) et Panderichthys (Lettonie)38. L’étude de l’endosquelette du crâne de Tiktaalik, ainsi que de quelques fragments retrouvés de l’Elpistostege watsoni (un spécimen complet a depuis ce travail été découvert) révèlent que ces elpistostégaliens et particulièrement Elpistostege watsoni sont plus proches phylogénétiquement parlant des tétrapodes terrestres39, bien qu’Eusthenopteron foordi est encore considéré étroitement apparenté. Ce qui place Elpistostege watsoni, comme nouveau candidat en titre.

Conclusion

  • 40 Ibid.
  • 41 Yves Potvin, « Les premiers timbres canadiens sur la préhistoire ». Cap-aux-Diamants : la revue d'h (...)
  • 42 Nouvelle exposition permanente. Vitrine murale, 6.4É42, « Du petit prince au grand ambassadeur »

14En conclusion, en raison de son abondance, de son état de conservation exceptionnel qui fait sa renommée, du caractère complet de son anatomie et des études approfondies et soutenues dans le temps portant sur lui, Eusthenopteron foordi peut être considéré dans une certaine mesure comme un « organisme modèle » en paléontologie, un statut privilégié des chercheurs, qui permet «d’étudier la séquence d’acquisition de caractères anatomiques ayant permis la colonisation de la terre ferme par nos lointains parents»40. Le musée profite de ce statut, et fait d’Eusthenopteron foordi un élément essentiel de la valeur environnementale et historique du site d’où il est extrait. Eusthenopteron foordi est d’une telle popularité et si représentatif de Miguasha, qu’il fut choisi comme modèle pour l’un des timbres de la série «Vie préhistorique au Canada; l’âge des vertébrés primitifs», émis par la Société canadienne des postes en 1991.41 C’est le spécimen adulte de la collection représenté sur la vitrine murale du centre d’interprétation, qui en est le modèle42.

  • 43 Serge Lamothe. Le procès de Kafka suivi du Prince de Miguasha. (Alto, 2005), p. 174.

15Autre fait intéressant, le Prince de Miguasha est l’objet d’une pièce de théâtre en un acte de Serge Lamothe, auteur également du Procès de Kafka, où le Prince est appelé « une star»43. Les centaines de documents concernant Eusthenopteron foordi sont tels, que sa valeur ne peut être remise en cause. Toutefois, la science étant un monde toujours en mouvement, quelle place Eusthenopteron foordi gardera-t-il pour la recherche scientifique dans les années à venir? Il semble en effet qu’il reste de nombreuses découvertes à faire sur l’étude de l’espèce, sur le site même du parc de Miguasha, et à travers le monde (comme le prouve la découverte d’autres espèces importantes citées plus haut). Des trésors archéologiques et fossilifères échappent encore aux chercheurs sur la planète Terre.

Haut de page

Bibliographie

R. Bureau, « Des chercheurs de fossiles », Revue Gaspésie. XXI(2), 1963, p. 12-25.

R. Cloutier, « Taxonomy review of Eusthenopteron », dans R. Cloutier et H.-P. Schultze (dir.), Devonian Fishes and Plants of Miguasha, Québec, Verlag Dr Friedrich Pfeil, München, 1996, p. 273-283.

R. Cloutier, Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre. Publication MNH. Collection In Situ, n°3., 2002, p. 120-130.

E.D. Cope, « On the phylogeny of vertebrate », Academy of Natural Sciences, Phil. Soc. (30), 1892, p. 278-281.

J. P. Downs, E.B. Daeschler, F.A. Jenkins, et N. Shubin, “The Cranial Endoskeleton of Tiktaalik Roseae”, Nature, 2008, p. 925-929.

E. Jarvik, “The evolutionary importance of Eusthenopteron foordi”, dans R, Cloutier et H-P Schultze (dir.), Devonian Fishes and Plants of Miguasha Québec, Canada, Verlag Dr Friedrich Pfeil, München, 1996, p. 285-315.

S. Lamothe, Le procès de Kafka et le Prince de Miguasha, Québec, Alto, 2005.

P. Lemieux, “Historical overview: The FossiI-Lagerstätte Miguasha, Its past and present history”, dans R. Cloutier et H.-P. Schultze (dir.), Devonian Fishes and Plants of Miguasha Québec, Verlag Dr Friedrich Pfeil, München, 1996, p. 2-22.

O. Matton, et F. Charest, « Eusthenopteron foordi: comme un poisson dans l’eau! », dans Sepaq (dir.), Bulletin de conservation, 2012-2013. Récupéré de http://www.sepaq.com/resources/docs/pq/mig/mig_bulletin_2012.pdf.

F. Miville-Deschênes, Première de couverture [Illustration d’Eusthenopteron foordi].  Dans R. Cloutier (dir.), Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre. Collection In Situ. 3. Publication MNH(2002).. Fonds d’archive du Parc de Miguasha.

Parc de Miguasha. De l’eau à la terre, Zone 6, sous-zones 6.4 et 6.5. Fonds d’archive du Parc de Miguasha.

Parc de Miguasha. (2007). Entrevue avec Erik Jarvik. Récupéré de http://www.miguasha.ca/mig-fr/erik_jarvik_et_le_prince_de_miguasha.php

Parc de Miguasha. [s. d.]. Section « Bulletin de conservation ». Recherches scientifique, Sepaq. Récupéré de http://www.sepaq.com/pq/mig/conserver/bulletin-de-conservation.dot.

Parc de Miguasha. [s. d.]. Les premières découvertes. Récupéré de http://www.miguasha.ca/mig-fr/les_premieres_decouvertes_v.php.

Parc de Miguasha. [s. d.]. Photographie d’un spécimen d’Eusthenopteron foordi [photographie]. Récupéré de http://www.sepaq.com/pq/mig/.

Potvin, Y. (1990). Les premiers timbres canadiens sur la préhistoire. Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, (23), 67. Récupéré de http://id.erudit.org/iderudit/7716ac.

Radio-Canada. (2012, 24 juillet). Entrevue de Paul Lemieux du musée de Miguasha, un grand collectionneur de fossiles. [Webradio]. Récupéré de Chronique historique http://ici.radio-canada.ca/emissions/bon_pied_bonne_heure/2011-2012/chronique.asp?idChronique=234456

UNESCO. [s. d.]. Parc national de Miguasha. Récupéré de http://whc.unesco.org/fr/list/686.

UNESCO. [s. d.]. Liste du patrimoine mondial, Canada. Récupéré de http://whc.unesco.org/fr/list/

Varady-Szabo, C. (1998). L’Envol. [Sculpture publique]. Centre d’interprétation du fossile Miguasha. Récupéré de http://www.christophervarady-szabo.com/chris/public2.html

Whiteaves, J. F. (1881). On some remarkable fossil fishes from the Devonian rocks of Scaumenac bay, in province of Quebec. Annals and Magazine of Natural, 8(5), 159-162. Récupéré de http://dx.doi.org/10.1080/00222938109487434

Haut de page

Notes

1 Olivier Matton et France Charest, « Eusthenopteron foordi: comme un poisson dans l’eau! », Bulletin de conservation (SÉPAQ, 2012-2013), 31

2 Ibid., 33

3 Paul Lemieux, « Historical overview: The Fossil-Lagerstätte Miguasha, Its past and present history », dans Devonian fishes and plants of Miguasha, sous la dir. de Richard Cloutier et Hans-Peter Schultze. (Québec, Canada : Verlag Dr Friedrich Pfeil, München, 1996), 9.

4 Ces articles sont tellement nombreux qu’il a fallu sélectionner ceux se retrouvant dans Richard Cloutier et Hans-Peter Schultze. op.cit.

5 Joseph Franklin Whiteaves, « On some remarkable fossil fishes from the Devonian rocks of Scaumenac Bay, in the Province of Quebec ». Academy Magazine of Natural History (AMNH), 5, 8, 1881, p. 159-162.

6 Paul Lemieux, op. cit., p. 11.

7 Edward D. Cope, « On the phylogeny of vertebrate ». Academy of Natural Sciences (ANS), 30, 1892, p. 278-281.

8 Les robustes nageoires d’Eusthenopteron foordi (Eusthenopteron; nom tiré du grec qui signifie « nageoire robuste ») possèdent un ensemble d'os permettant de faire les premiers pas dans un environnement terrestre ou semi-aquatique et forment un patron caractéristique retrouvé chez les premiers animaux terrestres, les tétrapodes, au niveau de leurs pattes antérieures et postérieures.

9 Paul Lemieux, « Historical overview: The FossiI-Lagerstätte Miguasha, Its past and present history », op cit., p. 9.

10 Richard Cloutier, « Taxonomy review of Eusthenopteron », dans Devonian fishes and plants of Miguasha, sous la dir. de Richard Cloutier et Hans-Peter Schultze. op. cit., p. 272-283.

11 Parc National de Miguasha. [s.d.] Les premières découvertes. Récupéré de http://www.miguasha.ca/mig-fr/les_premieres_decouvertes_v.php

12 Richard Cloutier. Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre, n°3, Longueil, Publication MNH, 2002, p. 129-130.

13 Selon les archives du musée : P.222 est célèbre car il est le spécimen fossile d’Eusthenopteron foordi qui a été le plus étudié par Jarvik. Sa première publication date de 1942, la dernière publication de Jarvik sur « son » poisson, est parue en 1996.

14 Nouvelle exposition permanente, De l’eau à la terre, « 60 ans de recherche, une seconde vie pour Eusthenopteron foordi ». Zone Sections 12-M et 13-M (numérotation des illustrations de 6.4É43 à 6.4É59).

15 René Bureau, « Des chercheurs de fossiles », Revue Gaspésie, XXI, n°2, 1963, p. 12-25.

16 C’est d’ailleurs en l’honneur de cette famille que le scientifique Örvik nomme le genre Plourdostaus pour désigner l’espèce décrite par Woodward; Coccosteus canadensís. Dans Paul Lemieux, op. cit., p. 15

17 Radio-Canada. Entrevue de Paul Lemieux du musée de Miguasha, un grand collectionneur de fossiles. Chronique historique. [Webradio]. 24 juillet 2012,. Récupéré de http://ici.radio-canada.ca/emissions/bon_pied_bonne_heure/2011-2012/chronique.asp?idChronique=234456

18 René Bureau, op. cit., 16.

19 Unesco. « Parc national de Miguasha ». Récupéré le 28 septembre 2013 de http://whc.unesco.org/fr/list/686

20 Unesco. Liste du patrimoine mondial, Canada. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://whc.unesco.org/fr/list/

21 Ibid.

22 Paul Lemieux, op. cit., p. 18

23 Ibid., p. 16

24 Parc de Miguasha. 2007. Entrevue Eric Jarvik. Récupéré le 29 septembre 2013 de http://www.miguasha.ca

25 Ibid.

26 Olivier Matton et France Charest, « Eusthenopteron foordi: comme un poisson dans l’eau! », Bulletin de conservation (SÉPAQ, 2012-2013), p. 31-35.

27 Eric Jarvik, « The evolutionary importance of Eusthenopteron foordi », dans Devonian fishes and plants of Miguasha, sous la dir. de Richard Cloutier et Hans-Peter Schultze, op. cit., p. 285-315.

28 Ibid., p. 285.

29 Christopher Varady-Szabo. 1998. Sculpture publique, «L’Envol». Centre d’interprétation du fossile Miguasha. Récupéré le 29 septembre 2013 de http://www.christophervarady-szabo.com/chris/public2.html

30 Richard Cloutier, « Le Parc de Miguasha : de l’eau à la terre », op. cit., p. 122.

31 Nouvelle exposition permanente: Sections 11-M et 12-M, Grande vitrine au sol, 6.4TSb6 , texte placé sur la section 14-M, entre les deux grands panneaux, et selon un traitement graphique rendant sa lecture incontournable, panneau P-222 , « 60 années de recherche, et une belle histoire ».

32 Parc de Miguasha. Bulletin de conservation. Récupéré le 27 septembre 2013 de http://www.sepaq.com/pq/mig/conserver/bulletin-de-conservation.dot

33 Olivier Matton et France Charest, op. cit., p. 33.

34 Ibib., p. 32.

35 Ibib., p. 33.

36 Ibib.

37 Ibib.

38 Jason P. Downs et al. « The Cranial Endoskeleton of Tiktaalik Roseae ». Nature, no 455 (2008) : 925-929.

39 Olivier Matton et France Charest, « Eusthenopteron foordi, comme un poisson dans l’Eau! », op. cit., p. 34.

40 Ibid.

41 Yves Potvin, « Les premiers timbres canadiens sur la préhistoire ». Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, no 23 (1990) : 67. Récupéré le 28 septembre 2013 de http://id.erudit.org/iderudit/7716ac

42 Nouvelle exposition permanente. Vitrine murale, 6.4É42, « Du petit prince au grand ambassadeur »

43 Serge Lamothe. Le procès de Kafka suivi du Prince de Miguasha. (Alto, 2005), p. 174.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reconstitution artistique d’un Eusthenopteron foordi
Légende Dessin de François Miville-Deschênes publié dans Richard Cloutier. Le Parc de Miguasha: de l’eau à la terre. Collection In Situ, n°3, Longueil, Publication MNH, 2002.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Eusthenopteron foordi – spécimen fossile P222
Légende Photographie d’une réplique réalisée au Japon
Crédits Parc national de Miguasha
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Mazé, « Le Prince de Miguasha au musée du Parc de Miguasha », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 21 février 2017. URL : http://cm.revues.org/2374

Haut de page

Auteur

Gaëlle Mazé

Gaëlle Mazé est diplômée de Sciences Biologiques de l'Université de Montréal et Maître en Muséologie. Elle est chargée de projets pour diverses associations écologiques et travaille dans le domaine du tourisme. Son sujet de recherche est les applications du desin biophilique au Biodôme de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org