Navigation – Plan du site
Discours disciplinaire

Le projecteur Dow au Planétarium de Montréal

Marc-Olivier Cloutier

Résumé

Acquis par le Planétarium de Montréal à la fin des années 1960, le projecteur Dow (ou Zeiss, du nom de son inventeur) restera en service jusqu’en 2012. Objet emblématique de l’ancien planétarium de Montréal et outil de technologie de pointe à l’époque de l’inauguration du bâtiment en 1966, le projecteur Dow ne fait cependant l’objet d’aucun dossier d’œuvre, aucune fiche technique ni entrée au catalogue des collections. Il a donc fallu que Marc-Oliver Cloutier se fie entièrement au discours du musée et à ses choix concernant l’objet pour identifier la fonction du projecteur. Or, celle-ci a évolué avec le temps. Aujourd’hui placé au centre des regards, sur un piédestal qui supporte sa masse, il s’est mué en objet de curiosité. Les visiteurs ne peuvent plus se fier qu’aux cartels qui l’accompagnent pour apprécier sa technologie considérée comme avancée à l’époque de sa construction. En plaçant l’appareil à l’entrée du nouveau Planétarium, les conservateurs en font ainsi un objet à valeur identitaire et souhaitent rappeler aux visiteurs une époque où Montréal se tenait à l’avant-scène de l’actualité internationale et au centre de l’attention médiatique. Or, si c’est en raison de sa rareté et de sa technologie de pointe que le projecteur Dow avait acquis une fonction disciplinaire dans le discours de l’ancien Planétarium, la frontière entre institutionnel et disciplinaire est aujourd’hui moins nette. Le nouveau Planétarium Rio Tinto Alcan appuie cependant davantage sur la valeur pédagogique du projecteur Dow.

Haut de page

Texte intégral

1En muséologie, un objet phare représente une œuvre emblématique d’un musée, l’objet qui est omniprésent dans les catalogues ou, tout simplement, l’objet que les visiteurs associent spontanément à un musée. La plus grande difficulté pour cet essai fut de trouver de l’information dans les bases de données et sur internet, car le planétarium Rio Tinto Alcan ne possède aucun dossier d’œuvre, catalogues ou fiche d’artefact sur l’ancien projecteur, car jusqu'à récemment, il était un objet utilitaire, sans valeur muséologique. Après avoir retracé un bref historique du planétarium Dow et de son projecteur, nous évaluerons le parcours patrimonial de l’objet et sa mise en valeur.

Crédit: Planétarium de Montréal

Historique de l’objet

  • 1 Julie Fontaine. « Connaitre l’histoire de Montréal. Avril 1966: le planétarium Dow ouvre ses portes (...)
  • 2 Diane Sabourin. « Le Planétarium de Montréal ». L’encyclopédie canadienne. [2014]. Récupéré le 20 j (...)
  • 3 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». Espace pour la vie Montréal. Récupéré le 6 octobre (...)
  • 4 Bouchra Ouatik, « Rideau au planétarium. » Le Devoir (Montréal), 6 octobre, 2011. Récupéré le 20 ja (...)
  • 5 Héritage Montréal. « Sous observation: Planétarium Dow ». Héritage Montréal. Récupéré le 20 janvier (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». op.cit.

2L’idée d’établir un planétarium à Montréal date du milieu des années 1930, alors qu’un groupe de mécènes anglophones souhaite établir un tel équipement près du Jardin botanique1. Le projet se concrétise en 1962, avec l’aide du professeur de chimie Pierre Gendron, ainsi qu’avec le soutien financier de la brasserie Dow, une des brasserie les plus importantes des années 1960 et qui deviendra par la suite la brasserie O'keefe2, car Gendron présidait le conseil administratif3. L’idée principale était de doter Montréal d’un établissement astronomique moderne à temps pour l’Exposition universelle de 1967. Avoir un planétarium à ce moment se voyait indispensable pour une métropole tournée vers l’avenir et la modernité. Avec l'intérêt grandissant pour les sciences, notamment l'astronomie, et entre la guerre froide et la conquête de l'espace, le maire Drapeau peint Montréal comme une ville internationale et moderne4. La construction s’entame en 1964 et se termine avec l’inauguration le 1er avril 1966 de l’établissement qui est alors nommé Planétarium Dow, situé à proximité de la Brasserie commanditaire5. L’architecture de l’édifice conçue par les architectes David et Boulva est impressionnante par son « jeu des volumes, notamment la forme tronquée du toit qui révèle la présence de la salle sphérique »6. Lors de sa première exposition intitulée Nouveau Ciel pour une nouvelle ville, le planétarium a une capacité maximale de 400 places assises7. Il représente l’un des plus importants planétariums au monde, possédant une technologie de pointe, dont le projecteur de la société Zeiss. Après le déménagement du planétarium en 2012, l’ancien projecteur est remplacé par un modèle plus récent, mais reste en exposition dans les nouveaux locaux, car il occupe une place importante dans l’histoire du planétarium de la ville de Montréal.

  • 8 ZEISS international, « ZEISS history ». ZEISS. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://www.zeiss.com/c (...)
  • 9 Ibid
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». op. cit.
  • 13 Bouchra Ouatik, « Rideau au planétarium. », op. cit.

3Bien que l’ancien projecteur Zeiss du planétarium Dow de Montréal soit maintenant considéré comme un objet d’exposition pour le Planétarium Rio Tinto Alcan, il n’a pas toujours eu cette fonction. L’entreprise Zeiss a été fondée en 1846 par Carl Zeiss, dans la ville allemande d’Iéna8. À ses débuts, l’entreprise fabrique des microscopes, puis se tourne vers la production d’appareils photographiques au début du 20e siècle9. C’est en 1923 que Zeiss crée le premier projecteur de planétarium dit moderne10, le modèle Mark I. C’est un modèle plus récent, le mark IV, qu’acquiert la ville de Montréal en 1964. Il est composé de deux gros cylindres et d’un axe central contenant 150 projecteurs amovibles représentant le Soleil et les planètes. À la fin des années 1960, le modèle Mark IV est remplacé par le Mark V11, qui lui est similaire, mais de plus grande taille. D’une hauteur de plus de deux mètres, ce projecteur de grande taille et de couleur noire, ressemble à ses prédécesseurs, avec ses deux cylindres et ses nombreux projecteurs représentant différentes planètes et étoiles. C’est ce modèle qui restera au planétarium jusqu’en 2012, pour être ensuite remplacé lors de l’ouverture du nouveau site, situé dans l’Espace pour la vie, près du Jardin botanique et du Biodôme, comme le voulaient les mécènes au milieu des années 193012. Tout comme la statue de l’astronome Nicolas Copernic et le cadran solaire installés devant l’édifice actuel, le projecteur est exposé bien en vue au nouveau Planétarium13.

Valeur de l’objet

  • 14 Yves Bergeron, « Collection », dans André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire ency (...)

4Dans le chapitre « Collection » du Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Yves Bergeron décrit comment un objet usuel se transforme en un objet de musée en acquérant successivement des valeurs historique, ethnographique et patrimoniale14. Pour le projecteur Dow le chemin est différent, car il est introduit immédiatement comme objet ayant une fonction scientifique dans un lieu d'interprétation, mais il commence tout de même sa vie comme un objet usuel.

5Pour l’institution, l’ancien projecteur Zeiss est sans aucun doute un objet fondateur, car il représente le lien entre l’ancien planétarium Dow et le nouveau planétarium Rio Tinto Alcan. Le choix de remplacer le projecteur et de le conserver, plutôt que de le jeter, démontre la valeur de l’objet pour les dirigeants du planétarium. Plus encore, le projecteur est le premier élément que les visiteurs voient dès leur entrée dans l’édifice avant même d’avoir payé leurs frais d’admission.

  • 15 Ibid.
  • 16 International Planetarium Society, « Planetarium of the world », International Planetarium Society. (...)
  • 17 Yves Bergeron, « Collection », op. cit.
  • 18 Héritage Montréal. « Sous observation: Planétarium Dow ». op.cit.; Diane Sabourin. « Le Planétarium (...)

6Dès le moment de sa fabrication, le projecteur du planétarium est considéré comme un objet usuel, car il est remplaçable. Cependant, « à partir du moment où le temps où les technologies sélectionnent les œuvres ou les objets usuels et que ceux-ci se font de plus en plus rares, ils acquièrent une valeur historique »15. Il n’existe que quelques centaines de planétariums dans le monde16, le projecteur peut donc être considéré comme un objet rare dès le moment de sa fabrication. Il faut aussi que les objets aient acquis une valeur ajoutée qui les différencie des objets usuels17. Cette valeur ajoutée se traduit également par le fait que la région métropolitaine ne possède qu’un seul projecteur et que celui-ci est le premier planétarium public au pays18.

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

7Par la suite, l’objet historique devient objet d’ethnographie alors qu’il témoigne d’une civilisation, d’une autre époque ou de certaines valeurs19. Le projecteur peut être considéré comme un objet à valeur ethnographique, car il représente un vestige d’une institution muséale importante pour la ville de Montréal. Il fut le premier projecteur d’astronomie dans la région métropolitaine. Représentant des avancées dans le domaine de l’astronomie, le modèle mark V est sans conteste un « objet de civilisation »20. De plus, les objets ethnographiques ne sont pas simplement usuels, ils acquièrent aussi d’autres fonctions outre celle d’origine21. Par exemple, le projecteur Dow, maintenant exposé dans le nouveau planétarium Rio Tinto Alcan, a acquis une fonction éducative, en plus de sa fonction scientifique initiale. Il témoigne également de la place qu’occupaient les sciences au milieu des années 1960.

  • 22 Ibid., 61
  • 23 Ibid., 62

8L’objet ethnographique acquiert une valeur patrimoniale au moment où il suscite l’intérêt des collectionneurs ou des spécialistes du patrimoine.22 Le projecteur de l’ancien planétarium Dow fait l’objet d’un collectionnement dès lors que le conseil d’administration décide de le transposer dans les nouveaux locaux. Il devient à ce moment un objet de musée que Bergeron définit comme « ayant obtenu le statut d’objet de collection par un processus de reconnaissance »23. Le projecteur a ainsi intégré la collection d’un musée, il bénéficie donc d'une protection particulière, mais, plus encore, il se trouve au cœur d'un discours de l'institution sur la muséologie scientifique.

Discours de l’objet

  • 24 Julie Fontaine. « Connaitre l’histoire de Montréal, Avril 1966: le planétarium Dow ouvre ses portes (...)

9Comme on peut l’observer dans le cas du Planétarium de Montréal, le discours que construit le musée autour d’un objet peut évoluer. Lors de l'ouverture du premier planétarium en 1966, ce discours est à teneur scientifique. Le public est amené à explorer l'univers avec l'aide de cette toute nouvelle technologie. Le planétarium a ensuite diversifié ce discours en créant des expositions et des présentations à thèmes comme Les premiers pas sur la Lune. Cette nouvelle programmation lui permet d’attirer les écoles et les touristes en plus de conserver son public d'intellectuels. Le projecteur Zeiss est alors au centre de toutes ses activités24. La fermeture du planétarium Dow et l’aménagement dans de nouveaux locaux a par la suite offert à l’institution l’opportunité de renouveler son matériel et de construire un nouveau discours autour du projecteur désuet. Au nouveau planétarium, l’ancien projecteur Zeiss est aujourd’hui présenté comme une œuvre d’art : il est posé sur une base surélevée noire, des tiges en métal le soutiennent et conservent l’angle qu’il avait lors de son utilisation. Il n’y a aucun objet à côté ou par-dessus. Seul dans ce décor épuré, il donne l’impression d’être encore plus grand qu’il ne l’est déjà. Cet espace réservé au projecteur sert aussi à interpréter le premier planétarium Dow avec des photos et des affiches des premières expositions datant des années 1960.

Conclusion

10D’objet vedette de l’ancien planétarium Dow le projecteur est devenu un objet phare de la nouvelle institution Rio Tinto Alcan. Comme nous l’avons démontré, ce projecteur fait le lien historique, ethnographique et patrimonial entre les deux institutions. Souvenir d’une période du Québec où la science devenait populaire auprès du grand public alors que l’espace était considéré pour la première fois comme accessible, le projecteur Dow représente ce nouveau rapport à l’astronomie qui se manifeste dans la province. Il a donc été très important lors de son inauguration, car il jouait un rôle majeur en éducation muséale. La mémoire collective liée à cet objet a poussé le nouveau planétarium à prendre le projecteur comme objet icône. Outre sa fonction utilitaire d’autrefois, il est maintenant un objet témoin important sur le plan scientifique pour la société québécoise. Bien que le discours sur l’objet a changé au fil du temps, le projecteur est resté au cœur du planétarium, soit comme élément central des spectacles de projection, soit comme objet phare.

Haut de page

Bibliographie

Y. Bergeron, Collection. dans A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Collin, 2011, p. 53-68.

J. Fontaine, « Connaitre l’histoire de Montréal, Avril 1966: le planétarium Dow ouvre ses portes ». Ville de Montréal. 2006. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://archivesdemontreal.com/2006/04/27/avril-1966-le-planetarium-dow-ouvre-ses-portes/

D. Sabourin, « Le Planétarium de Montréal ». L’encyclopédie canadienne. 2014. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/montreal-planetarium/

Ville de Montréal. [s.d.]. « Histoire du Planétarium ». Espace pour la vie montréal. Récupéré le le 6 octobre 2013 de http://espacepourlavie.ca/histoire-du-planetarium

B. Ouatik,. Rideau au planétarium. Le Devoir. 6 octobre 2011. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/333032/rideau-au-planetarium

Héritage Montréal. [s.d.]. « Sous observation: Planétarium Dow ». Héritage Montréal. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.heritagemontreal.org/fr/sous-observation-planetarium-dow/

ZEISS international. [s.d.]. « ZEISS history ». ZEISS. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://www.zeiss.com/corporate/en_de/history.html

International Planetarium Society. [s.d.]. « Planetarium of the world », International Planetarium Society. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.ips-planetarium.org

Haut de page

Notes

1 Julie Fontaine. « Connaitre l’histoire de Montréal. Avril 1966: le planétarium Dow ouvre ses portes ». Ville de Montréal. [2006]. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://archivesdemontreal.com/2006/04/27/avril-1966-le-planetarium-dow-ouvre-ses-portes/

2 Diane Sabourin. « Le Planétarium de Montréal ». L’encyclopédie canadienne. [2014]. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/montreal-planetarium/

3 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». Espace pour la vie Montréal. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://espacepourlavie.ca/histoire-du-planetarium

4 Bouchra Ouatik, « Rideau au planétarium. » Le Devoir (Montréal), 6 octobre, 2011. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/333032/rideau-au-planetarium

5 Héritage Montréal. « Sous observation: Planétarium Dow ». Héritage Montréal. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.heritagemontreal.org/fr/sous-observation-planetarium-dow/

6 Ibid.

7 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». op.cit.

8 ZEISS international, « ZEISS history ». ZEISS. Récupéré le 6 octobre 2013 de http://www.zeiss.com/corporate/en_de/history.html

9 Ibid

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ville de Montréal. « Histoire du Planétarium ». op. cit.

13 Bouchra Ouatik, « Rideau au planétarium. », op. cit.

14 Yves Bergeron, « Collection », dans André Desvallées et François Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 60

15 Ibid.

16 International Planetarium Society, « Planetarium of the world », International Planetarium Society. Récupéré le 20 janvier 2015 de http://www.ips-planetarium.org

17 Yves Bergeron, « Collection », op. cit.

18 Héritage Montréal. « Sous observation: Planétarium Dow ». op.cit.; Diane Sabourin. « Le Planétarium de Montréal ». op.cit.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid., 61

23 Ibid., 62

24 Julie Fontaine. « Connaitre l’histoire de Montréal, Avril 1966: le planétarium Dow ouvre ses portes ». op.cit.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Crédit: Planétarium de Montréal
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2388/img-1.png
Fichier image/png, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Olivier Cloutier, « Le projecteur Dow au Planétarium de Montréal », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2388

Haut de page

Auteur

Marc-Olivier Cloutier

Marc-Olivier Cloutier est détenteur d'un baccalauréat en anthropologie et d'une maîtrise en Muséologie à l’Université de Montréal. Il est présentement adjoint aux évènements et à la diffusion des ressources éducatives à la Fondation Azrieli. Ses principaux sujets de recherche sont les minorités ethniques et le rapatriement des objets ethnographiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org