Skip to navigation – Site map
Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

En finir avec l’histoire officielle ? Un bilan critique de l’historiographie internationale sur la révolution mexicaine

To finish with the official history ? A critical Review of international Historiography about Mexican Revolution
Evelyne Sanchez

Abstracts

For many Mexican researchers, writing the history of the Mexican Revolution is still a process of acculturation : even before proposing a new object of analysis or new hypotheses must first get rid of them heroizing history whose narrative is still used to legitimize the ruling party. No Mexican historians who have worked on the revolution played a key role in the evolution of the Mexican historiography on this topic. It’s time, on the eve of the centenary of the Constitution of 1917, to take stock of this contribution. Incidentally, it is not unilateral. If authors like F. Katz, F - X Guerra, J. Meyer and A. Knight are among the historians who have most deeply renewed the historiography, Cultural Studies today have an unfortunate impact at the very time when the availability new sources promises analyzes finer.

Top of page

Full text

1To finish with the official history ? A critical report of the contribution of the international search to the historiography on the Mexican revolution.

Great revolutions typically breed apologetic historiographies. (…)
More clear-eyed, critical deconstructions of large-scale political upheavals (…)
take time to develop and to replace officialist and mythogenic biographies,
demonizing histories of the ancient régime, and triumphalist narratives of
post-revolutionary change. Certainly this trend has been true of the
Mexican Revolution of 1910, whose long teleological shadow is virtually inescapable
in historical writing on modern Mexico.
Eric Van Young, 1999, p. 144.

Introduction

2Dans une réflexion menée sur la relation entre passé et présent dans la production historiographique, Gérard Noiriel avait repris la célèbre affirmation de Benedetto Croce selon laquelle « toute histoire digne de ce nom est histoire contemporaine », pour en souligner toutes les implications car

[…] le point de vue de l’historien n’est pas seulement conditionné par l’époque dans laquelle il vit. Affirmer que l’histoire s’écrit toujours au présent, c’est aussi mettre en relief les présupposés sociaux et politiques qui surdéterminent la recherche scientifique. L’appartenance nationale, le genre, le milieu d’origine jouent un rôle incontestable dans le choix des sujets, la façon de les appréhender (Noiriel, 2001, p. 79).

3Ce bref rappel n’a pas seulement pour objet de poser sereinement un débat qui, bien que légitime, a toutes les chances d’offenser les collègues mexicains. Il permet aussi de souligner la difficulté de construire un discours historiographique renouvelé à partir d’un regard décalé ou « dépaysé »– cher aux courants actuels de l’histoire croisée ou « à parts égales » - lorsque l’on se frotte à l’analyse d’un moment fondateur de son propre pays. Or, l’enfermement de la recherche et de l’enseignement de l’histoire dans les frontières nationales que l’on observe dans l’ensemble des pays latino-américains rend particulièrement difficile une prise de distance pourtant salutaire. Ainsi, le programme de licence d’histoire en place jusqu’en 2009 dans l’Université Autonome de Puebla ne comptait pas moins de 10 cours obligatoires d’histoire « nationale » (les guillemets sont dus au discours nationaliste qui sous-tend une construction téléologique de l’histoire depuis les temps préhispaniques à nos jours) plus 2 d’ « historiographie mexicaine » pour seulement 2 cours sur l’Amérique latine et 4 sur le reste du monde, dans les faits essentiellement l’Europe représentée également dans 2 cours d’historiographie dite « universelle ». Si on y ajoute les cours d’histoire régionale, la spécialisation en Histoire régionale des enseignants, encouragée et parfois même exigée par les institutions, et la production de mémoires d’histoire régionale et locale, on cherche en vain la valorisation d’un quelconque dépaysement du regard, d’une comparaison qui permettrait a minima de situer la Nouvelle Espagne dans l’ensemble de la monarchie espagnole. La périodisation qui a prévalu lors du découpage des cours en dit également long sur les a priori qui en sont la cause aussi bien que sur la volonté de les transmettre aux étudiants puisque la Révolution (1910-1920) est l’objet d’un cours à part entière, coupée de la période qui la précède, c’est-à-dire du Porfiriat (1872-1910), elle-même unie à la République Restaurée (après la chute de l’Empire de Maximilien) et coupée de la Réforme libérale de 1856-57. Ce découpage reproduit un discours sur le XIXe siècle et la Révolution dont la recherche a bien du mal à s’affranchir et dont les grands traits sont les suivants : la construction de l’État mexicain est le principal fait politique du XIXe siècle, son processus non linéaire mais néanmoins certain a connu deux phases d’accélération, le second empire récemment renationalisé par l’historiographie (Pani, 2001) et le Porfiriat ; la crise de régime que connut ce dernier au cours des dix dernières années a abouti à l’éclatement de la Révolution, premier grand projet national auquel les groupes populaires ont véritablement participé. Certes, la production historiographique est plus nuancée et a même pris une certaine distance vis-à-vis de ces discours encore présents dans l’enseignement du premier cycle universitaire. Reste pourtant une approche du XIXe siècle qui ne remet pas en cause la construction et le renforcement de l’État, ce qui conduit au résultat surprenant de voir une révolution mettre fin en à peine six mois à une construction étatique qui n’aurait jamais été aussi solide ! Pour le reste, il existe un véritable infléchissement du discours puisque la révolution n’aurait plus la primeur d’un soutien populaire, des auteurs comme Thomson et Ducey (2008) ont notamment montré comment, après la promulgation des lois de Réforme, les communautés indigènes se sont approprié le programme libéral pour mieux en contrôler les modalités d’application sur le terrain. Par ailleurs, le centenaire de la Révolution, concomitant du bicentenaire du mouvement d’indépendance, a été l’occasion de réfléchir sur la longue durée et de présenter un bilan des travaux qui ont tiré parti des archives régionales récemment mises à disposition des chercheurs (Barrón, 2004, Marván Laborde, 2010).

  • 1 Une photographie de Madero apparaissait par exemple derrière le président sortant Fox, du Parti d’A (...)
  • 2 Plusieurs systèmes de primes se superposent, multipliant par autant le nombre d’évaluations. L’une (...)

4Nous touchons là un point important. L’organisation institutionnelle de la recherche au Mexique oriente en partie le discours tenu par les historiens sur les multiples facettes de la Révolution et ce qui n’est pas le résultat d’un hasard. Pour comprendre la situation, il nous faut rappeler brièvement quelques faits. La Révolution qui a débuté en novembre 1910 s’est rapidement transformée en une guerre civile entre factions révolutionnaires. Pour mettre un terme à l’instabilité et aux violences politiques, le président Plutarco Elías Calles a favorisé en 1929 la constitution d’un parti politique, le Parti National Révolutionnaire, rebaptisé Parti de la Révolution Mexicaine en 1938, puis Parti Révolutionnaire Institutionnel (le fameux PRI) en 1946. Ce dernier a conservé les commandes de l’exécutif fédéral jusqu’en 2000 et de nouveau depuis 2012. Le PNR réunissait l’ensemble des groupements politiques qui avaient participé à la Révolution, laissant en dehors ceux qui n’avaient pas pris part à l’insurrection (Parti Catholique mais aussi ceux qui se réclamaient du socialisme et du communisme). Malgré cela, la Révolution ou du moins certaines de ses figures sont devenues un repère pour tous les principaux partis actuels. Ainsi, lors de la campagne lors des élections présidentielles de 2006, Madero – 1er président révolutionnaire, celui du versant libéral de la révolution mais dont l’assassinat en février 1913 lui a donné un aura de martyre –a été une référence utilisée par les 3 principaux candidats à la présidence1. Pendant cette même campagne, un étudiant de la Universidad de las Américas Campus Puebla, M. A. Pérez Jiménez, tentait de consulter les 11 liasses réunissant les dossiers de l’enquête réalisée après le massacre de plus de 300 Chinois dans la ville de Torreón en 1911 et qui devaient constituer la source principale de son mémoire de licence d’Histoire. L’accès à ces liasses, conservées dans les archives du Ministère des Affaires Étrangères lui a d’abord été refusé avec pour tout motif la mention « Sécurité nationale ». L’étudiant fit alors appel à l’IFAI (Institut Fédéral d’Accès à l’Information) créé récemment et qui était un symbole de la politique de transparence menée sous le gouvernement du président Fox. L’Institut ne lui autorisa que la consultation de la première liasse, malgré le fait qu’un chercheur avait déjà travaillé sur l’ensemble des dossiers de l’enquête et que les fruits de sa recherche avaient été publiés. Après avoir mené sa recherche dans plusieurs fonds d’archives, Pérez Jiménez put faire la démonstration que la famille du président Madero avait tiré parti du massacre des Chinois qui étaient propriétaires des terres de maraîchage qui entouraient la ville de Torreón (2006). Cet épisode n’est pas qu’une simple anecdote : je pourrais multiplier les exemples de refus d’accès aux archives ou à certains fonds pour des motifs qui, pris un par un, semblent provenir d’une paranoïa ou de l’arbitraire de responsables d’archives (notamment dans les Archives Générales Agraires), mais qui ensemble montrent une tentative de mise sous tutelle du discours historiographique et finalement d’une protection d’une histoire officielle. Ces tentatives sont certes inefficaces et souvent aléatoires – ainsi permettre la publication d’un ouvrage et refuser l’accès à un étudiant dont le mémoire a peu de chances d’être lu par d’autres personnes que les membres de son jury est en soi absurde – mais elle n’encourage certainement pas le renouvellement historiographique. Si on y ajoute les conditions d’évaluation des chercheurs, dont le tiers et jusqu’à la moitié des revenus mensuels dépendent de primes concédées en fonction de leur production, c’est toute une organisation institutionnelle qui favorise le «   statu quo2. En effet, ces conditions d’évaluation limitent les prises de risque à travailler sur des hypothèses qui pourraient être invalidées au cours de la recherche ou ne pas cadrer avec les conclusions tirées par des auteurs qui pourraient être aussi les évaluateurs ou bien encore à consulter des fonds pas ou peu organisés comme le sont souvent les archives régionales récemment ouvertes à la consultation. Une des conséquences de cette situation est l’engouement pour l’analyse de sources publiées et le quasi-abandon d’une histoire quantitative qui requiert la manipulation de nombreuses sources.

5C’est là un tableau bien sombre de la recherche au Mexique et qui provient sans doute de la fréquentation d’institutions de provinces, pas entièrement généralisables aux principales institutions de recherche. Il n’en reste pas moins qu’il faut prendre en compte ces raisons structurelles, en plus des raisons culturelles soulignées par G. Noriel, pour comprendre les difficultés à générer de nouvelles interprétations d’un événement souvent considéré comme l’acte de naissance du Mexique contemporain. Comme l’a remarqué L. Barrón (2004), en proposer un bilan historiographique est un défi presque impossible à tenir, spécialement dans le cadre d’un article. Aussi, pour appréhender de façon critique l’apport de l’historiographie internationale sur le thème de la Révolution mexicaine, nous nous centrerons sur deux aspects essentiels des débats actuels. Le premier et le plus ancien est celui de l’histoire agraire, véritable serpent de mer dont on ne parvient à se saisir qu’en procédant à une ouverture chronologique importante. Les Cultural Studies, qui provoquent un certain engouement au Mexique et dans d’autres pays d’Amérique Latine, seront l’objet notre second éclairage des études contemporaines.

Histoire agraire

  • 3 La loi de 1915 désigne directement le Ministère du Développement, qui passait des contrats avec les (...)

6Plus que tout autre aspect du passé mexicain, l’histoire agraire a longtemps été façonnée par les discours libéral et révolutionnaire de deux juristes, Luis Cabrera et Andrés Molina Enríquez. Deux sujets en particulier ont été orientés par le discours officiel proposé par quelques intellectuels formés sous le Porfiriat et qui ont soutenu la Révolution. Le premier est celui de la colonisation des terres promue par l’État mais mise en œuvre par des entreprises, souvent étrangères, dans le but de créer des colonies agricoles. Dès la promulgation de la loi agraire du 6 janvier 1915, cette politique fut désignée comme l’une des principales causes de l’accaparement des terres communales par des entrepreneurs protégés par le régime et donc du soulèvement des communautés asphyxiées par l’application d’une politique inique3. L’affirmation a été reprise telle quelle jusqu’à la fin des années 1980, lorsque R. Holden entreprit de démontrer qu’elle ne reposait sur aucun argument (1988 et 1994). Pour comprendre cet aveuglement de l’historiographie, il faut en reconstituer la genèse. Luis Cabrera a rédigé pour le compte des Constitutionnalistes la loi agraire de 1915, dont la substance a été reprise dans l’article 27 de la constitution promulguée en 1917 et toujours en vigueur. Le pays était alors en révolution depuis plus de 4 ans, il venait d’essuyer une tentative de rétablir l’Ancien Régime menée par le Général Huerta et un neveu de Porfirio Díaz, et était profondément agité par des mouvements souvent concurrents créés autour de leaders charismatiques, à commencer par Emiliano Zapata qui, en 1914, était clairement devenu une menace pour le gouvernement révolutionnaire nouvellement en place. Les revendications agraires radicales qui valaient à Zapata une forte popularité obligeaient les Constitutionnalistes à répondre à la demande des paysans sans toutefois céder aux exigences de Zapata. En somme, il s’agissait de calmer le monde rural sans prétendre mettre fin à la grande propriété en réparant les abus les plus évidents. La loi prévoyait donc la restitution des terres usurpées aux pueblos lorsque ceux-ci pouvaient démontrer qu’ils en étaient les propriétaires légitimes et la dotation de ceux qui en manquaient mais n’étaient pas en mesure d’argumenter juridiquement leurs droits sur les terres réclamées (Caso, 1950). La grande propriété était donc acceptée dans la mesure où elle ne portait pas atteinte à l’existence des communautés villageoises avoisinantes. A l’heure de désigner l’ennemi, il ne fallait donc pas choisir les hacendados, d’autant moins que quelques amis du président Carranza en assumaient le rôle, faisant partie de ce que F. Katz a appelé la nouvelle bourgeoisie révolutionnaire. Des entreprises étrangères en collusion avec le président Díaz ont d’autant plus facilement endossé cette fonction qu’elles permettaient en même temps d’accuser l’ancien dictateur de traîtrise, de malinchismo, en référence à la fameuse maîtresse indigène de Cortés qui avait aidé le conquérant espagnol à vaincre les Mexica.

7Si l’on comprend aisément les enjeux de cette loi et les intentions du gouvernement qui l’a promulguée, il est plus surprenant d’en retrouver le discours intact dans des publications académiques jusqu’en 1984. Il faut tout d’abord souligner que le sujet n’a jamais provoqué d’engouement chez les historiens car, contrairement aux pays du Cône Sud ou du Brésil, l’impact de la politique de colonisation n’a eu que peu de conséquences au Mexique en termes d’immigration européenne, population qui était recherchée pour peupler les colonies agricoles. Longtemps, le seul axe d’approche de ce sujet n’a été que de dénoncer les intentions du gouvernement de Díaz de dépouiller les mexicains de leurs terres au profit d’étrangers qui avaient le droit de conserver la propriété du tiers des terres arpentées, oubliant au passage que cette même politique a été maintes fois essayée depuis les années 1830. La réimpression en 1966 du texte de Cossio publié pour la première fois en 1911 montre à la fois le dédain pour un sujet déjà tranché et le maintien d’un discours à l’identique depuis la révolution. La démarche de l’auteur est aussi intéressante puisqu’il ne s’appuie sur aucune autre source que les listes de contrats passés entre le ministère du Développement (Fomento) et les compagnies et publiés dans le journal officiel, faisant fi du fait qu’à partir des années 1890, tous les contrats avaient été abandonnés et n’avaient donc fait l’objet d’aucune action concrète. Or, on retrouve ces mêmes sources citées par l’historien belge installé au Mexique Jan de Vos dans un article publié dans la principale revue d’histoire du pays en 1984, seulement complétées par des mémoires du ministère de Fomento et 3 ouvrages de Cossio. Outre des erreurs grossières dans la chronologie de la colonisation, le ton de l’article était donné dès son titre et son sous-titre qui semblent tirés d’un pamphlet (voir De Vos, 1984). Ils ont au moins l’avantage d’être représentatifs du contenu puisque, après avoir aligné les quantités des terres à délimiter prévues dans les contrats, il en concluait qu’en 1889, « en raison de la générosité insensée d’un dictateur, moins de trente personnes pouvaient s’approprier plus de 38 millions d’hectares » (p.86) et d’ajouter plus loin que « ceux qui ont imposé et réussi à tirer profit de cette gigantesque vente de terres furent les grands spéculateurs de biens fonciers. Parmi eux se trouvaient de nombreux étrangers et beaucoup de Mexicains vendus aux intérêts étrangers » (p.88). La publication de ce texte dans «  «  Historia Mexicana en dit long sur le degré d’acceptation de cette histoire officielle chez les historiens.

8Il fallut deux publications de R. Holden pour mettre fin à ce discours manichéen. La première est un texte en espagnol courageusement intégré par Enrique Semo au tome 2 de la volumineuse Histoire de la question agraire mexicaine qu’il coordonnait et qui fut publiée en 1988. Ce texte résumait sa démarche qu’il menait dans le cadre de sa thèse à l’Université de Chicago. Holden prenait le problème à bras le corps en étudiant la colonisation réalisée pendant le Porfiriato dans les États où le plus de terres avaient été distribuées, soit le Chihuahua, Sonora, Sinaloa, Durango, Tabasco et Chiapas. Pour cela, il ne se contentait pas de la liste des contrats passés entre l’État et des entrepreneurs privés mais avait consulté les archives agraires qui contenaient les documents relatifs aux gestions foncières menées depuis le Ministère de Fomento, des sources notariales et les archives du Ministère des Affaires Étrangères, les archives judiciaires n’étant à cette époque pas disponibles. De cet énorme travail, il tirait deux conclusions aux antipodes des affirmations précédentes. La première était que, dans les faits, l’arpentage et la colonisation des terres avaient pris fin plus de vingt ans avant le début de la Révolution. Il est difficile dans ce cas de faire un lien entre des tensions possibles liées à cette politique et le mouvement insurrectionnel. Plus encore, il démontre que, lorsqu’il y a eu des conflits autour de terres que des entreprises disputaient aux communautés villageoises, Porfirio Díaz avait agi systématiquement à travers le pouvoir judiciaire en faveur de ces dernières. La version livre de sa thèse publiée en 1994 ratifiait ces conclusions préliminaires en montrant que Díaz n’avait pas seulement passé des contrats avec le secteur privé parce que l’État n’était pas en mesure de mener lui-même le travail d’intégration des terres à une agriculture capitaliste modernisée mais avait aussi su s’en servir comme bouclier pour qu’en cas de conflits qui ne manqueraient pas de surgir (il était impossible de démontrer juridiquement le statut de la plupart des terres), les entreprises soient désignées par les villageois comme les auteurs des abus tandis que Díaz se prévalait du rôle de défenseur de la cause paysanne et des pueblos. C’était là plus qu’un pavé dans le jardin de l’histoire officielle et, bien qu’il s’agisse d’un thème marginal de la production historiographique, il révèle le poids conservé par le discours révolutionnaire pendant de nombreuses décennies. Du coup, le thème de la colonisation a été pratiquement abandonné, la plupart des publications qui lui est consacrée étant produite par les descendants de colons (voir par exemple les nombreuses publications de B. Zilli Manica, descendant de colons italiens installés dans l’État de Veracruz).

  • 4 L’ouvrage de Fr-X Guerra (1985) qui, en référence à Tocqueville et à Fr. Furet, souligne les contin (...)

9Un débat moins stérile, puisqu’il a permis une véritable rénovation de l’historiographie, concerne la question de la modernité dans le monde rural. Le discours révolutionnaire et libéral avait en effet été relayé par une approche marxiste de l’histoire pour dénoncer l’opposition entre une modernisation accélérée du monde urbain tandis que les campagnes mexicaines étaient devenues le symbole du retard de développement du pays, sa faible productivité étant due à un système féodal de travail hérité tout droit de l’époque coloniale. L’endettement des paysans dans les haciendas, par le système de la tienda de raya, aurait servi à créer un servage qui au passage soulignait l’opposition entre masses indigènes et descendants aisés des Espagnols. Les réactions à ce schéma simpliste ne sont pas nouvelles et ne sont pas non plus passé inaperçues. En 1980, D. Brading publiait à Cambridge un ouvrage collectif - traduit en espagnol cinq ans plus tard - sous sa coordination et dans lequel il réunissait les textes d’historiens de premier plan, parmi lesquels se trouvaient A. Knight et F. Katz, tous les deux spécialistes de la Révolution mexicaine. Dans son introduction, Brading faisait le bilan de cette historiographie en plein renouvellement. Il soulignait notamment l’impact qu’eurent les témoignages de Turner, México bábaro (1911), de John Reed, México insurgente (1914), les peintures de Diego Rivera, et surtout avec l’ouvrage de Frank Tannenbaum (1933) qui voyait en la Révolution un mouvement des masses indigènes « sous le commandement de chefs anonymes » (cité dans Brading, 1980, p. 23)4.

  • 5 Luis González dans Pueblo en vilo suit l’histoire d’une hacienda établie dans les terres arides et (...)

10Brading aurait pu remonter plus loin dans sa généalogie du discours désignant la grande propriété comme la cause du sous-développement du Mexique et d’une révolution aux forts accents agraires. Dans un article de journal, le libéral et positiviste Justo Sierra avait déjà dénoncé en 1876 (1991) le manque d’exploitation des terres de la grande propriété, privant l’économie des échanges qu’une production intense aurait permise. Fr. Chevalier, dans son ouvrage classique (1952), avait ratifié certaines de ces critiques : l’absentéisme des  hacendados, l’idéal féodal lié à la propriété foncière, la non rentabilité de la grande propriété, autant d’éléments qui validaient le proverbe mexicain « « padre comerciante, hijo hacendado, nieto pordiosero ». L’auteur était fortement influencé par les textes de deux juristes, Wistano Luis Orozco et Andrés Molina Enríquez pour qui l’hacienda était le lieu de résistance face à une économie de marché qui aurait mis à mal le contrôle de la main d’œuvre. Le renouvellement historiographique vient alors de l’intérêt soulevé pour la petite et surtout moyenne propriété. En effet, l’analyse marxiste simplifiée opposait grande propriété aux terres communales, les secondes étant petit à petit rognées par la première et surtout amputées de leurs parties irriguées. Or, les historiens découvraient soudainement l’existence parfois massive d’autres catégories, la production mexicaine n’étant d’ailleurs pas en reste avec l’ouvrage classique de L. González (1968)5. De son côté, John Womack soulignait en 1968 l’orientation capitaliste et commerciale, et donc non féodale, des plantations sucrières du Morelos où s’enracinait précisément le zapatisme. Enfonçant le clou, F. Katz démontrait que la géographie des insurrections ne correspondait pas à celle de la plus grande exploitation de la main d’œuvre paysanne (1974). De son côté, H. Nickel (1987) s’attaquait à la pratique de la tienda de raya dans les haciendas du Mexique central (essentiellement dans les Etats de Puebla et de Tlaxcala). Son accès à des sources privées – des livres de compte d’haciendas – lui permis de battre en brèche de nombreuses idées reçues sur l’esclavage développé dans la grande propriété à l’époque du Porfiriat. Il démontrait ainsi que les dettes héritées par les peones de leur père étaient extrêmement rares, qu’il y avait un prestige attaché à une forte dette car elle démontrait la confiance de l’hacendado envers son travailleur et que les dettes étaient contractées dès l’engagement du travailleur qui avait besoin d’emblée d’une avance sur salaire. L’auteur ne niait pas pour autant le rôle joué par l’endettement des travailleurs qui étaient responsabilisés en cas de fuite par un système de caution entre peones, et servait surtout à maintenir les salaires bas. Il s’agissait en fait d’un système de rémunération visant à ne pas créer de droits : la dette était gérée comme une sorte de sur-salaire, raison pour laquelle elle ne pesait pas sur les héritiers. Enfin, les prix des denrées vendues à la  tienda de raya étaient bien plus bas que ceux pratiqués dans les villes, par conséquent la forte baisse du salaire réel souvent pointé du doigt comme l’une des causes de la Révolution était moindre dans les grandes propriétés. On pourrait dire que l’histoire officielle finit de s’enliser lorsque Jean Meyer (1975) entreprit d’étudier la Christiade, mouvement souvent comparé à celui des Chouans, dans lequel des paysans s’étaient armés contre une Révolution anticléricale et parfois en défense des haciendas.

11Les réinterprétations mentionnées plus haut ont toutes été publiées dans les années 1970 et 80. Pourtant, si l’on observe l’état actuel de la recherche, il semble que le rythme du renouvellement historiographique se soit considérablement ralenti. Il fallut en effet un article d’E. Kourí (2002) pour que soit enfin examiné en détail l’impact de « l’héritage » de Molina Enríquez sur les études agraires et l’analyse de la Révolution. L’idée d’une modernisation des campagnes ne parvenait décidément pas à faire son chemin, et cela malgré le succès que connût la synthèse rédigée par J. Meyer (1973) et dans laquelle l’auteur ne pouvait être plus clair. Il affirmait en effet que « ce qui est frappant, dans les campagnes mexicaines de 1910, c’est leur modernité, la modernité des haciendas et du secteur qu’elles entraînent, ranchos, petites propriétés, métayers, etc. ». Plus intéressant, l’auteur ajoutait qu’il avait observé dans les sources « une agriculture qui nécessite de lourds investissements, mais dans son prolongement on retrouve le même dynamisme au sein d’une paysannerie en train de se différencier dans les régions les plus ouvertes au changement ». Il définissait même cette paysannerie comme une « bourgeoisie rurale conquérante » (1973, p. 24-25). Par l’intermédiaire du texte de Kourí, la question des investissements qui ont servi à moderniser les grands domaines ont porté leurs fruits : A. Tortolero Villaseñor, qui s’était déjà intéressé à la modernisation technologique des grands domaines (1995) s’est emparé de cette problématique pour l’amener sur le terrain de l’histoire environnementale (2008). Toutefois, les régions étudiées amènent souvent à renforcer l’idée d’une opposition entre haciendas modernisées et communautés indigènes, laissant de côté la question d’une porosité qui aurait permis aux paysans de s’approprier les bénéfices de nouvelles techniques, favorisant l’apparition d’une classe moyenne paysanne particulièrement dynamique. Si les «   «  «  «   p.  rancheros parviennent à attirer l’attention, la petite paysannerie – c’est-à-dire celle que l’histoire officielle de la Révolution présentait comme soumise à l’autoritarisme des grands propriétaires et des jefes políticos (symboles de l’exercice tyrannique du pouvoir à l’échelle locale) – reste oubliée de cette nouvelle histoire agraire. Il faut reconnaître que les rares sources permettant de l’observer ne sont pas souvent disponibles. Les sources notariales permettent d’appréhender certaines tactiques de mise en valeur des terres (le condueñazgo, forme de propriété collective mais non communale qu’étudie Escobar Ohmstede, 2008, 2010) mais la diffusion de la modernité passait par des voies qui laissaient rarement de traces écrites.

  • 6 Archivo Histórico del Tribunal Superior de Justicia del Estado de Tlaxcala, Distrito de Zaragoza, J (...)

12Prenons rapidement un exemple, sans en pousser l’analyse puisque tel n’est pas le but de ce texte. Un procès consulté dans les archives judiciaires de l’État de Tlaxcala met en scène Vicenta Flores, habitante du pueblo de San José Atoyatenco, municipalité de Natívitas, veuve de Miguel González depuis le 2 juillet 1916 et ayant perdu son fils José María González quatre mois auparavant6. La veuve explique avoir prêté à Alberto Bueno, paysan du même village, et avec l’accord de son époux et de son fils défunts, « une mule et un âne, une charrue étrangère “Oliver” et deux chaînes ». Bueno s’était engagé verbalement à payer la location des animaux et du matériel en travaillant et à rendre le tout lorsque le fils de Vicenta en aurait besoin. Profitant de la mort de celui-ci il ne restitue rien malgré l’insistance de Vicenta. Le juge de 1ère instance envoie alors le juge local récupérer les biens réclamés mais ceux-ci ne sont plus en possession de Bueno car le colonel Marcelo Portillo, qui dirigeait un bataillon révolutionnaire, se les était appropriés. Plusieurs éléments sont à souligner ici pour comprendre l’intérêt de cette source et la difficulté pour l’historien de traiter le sujet. Nous avons là un conflit entre deux personnes – ou deux familles – appartenant à la petite paysannerie et si l’on peut parler d’une classe moyenne, il s’agit en fait de son secteur le plus humble, Vicenta est d’ailleurs analphabète et ne possède que très peu de terres. Elle possède néanmoins une charrue importée et celle-ci circule parmi les voisins, y compris chez ceux qui ne sont pas en mesure de payer la location avec de l’argent. Cette circulation locale et populaire d’objets techniques modernes ne fait l’objet d’aucun écrit, elle fait partie des relations de confiance que ne vient rompre ici que la mort de deux acteurs du contrat tacite et le fait qu’une solution à l’amiable est restée lettre morte. Le caractère exceptionnel du conflit est même souligné par le fait que Bueno, indigné par la confiscation des biens par le colonel Portillo, a du coup reconnu que Vicenta en était la légitime propriétaire. Il est bien sûr possible de pister ces indications parmi les nombreux procès conservés dans les archives judiciaires mais ne donnent pas accès aux documents comme cela est le cas à Tlaxcala (non sans une négociation préalable). Les archives judiciaires sont en effet organisées – ou en cours d’organisation selon les États – dans des «  Casa de la Cultura Jurídica, gérées par des avocats et qui appliquent une législation qui ne facilite guère le travail des chercheurs. Dans ces Casas, les historiens doivent en effet travailler sur des documents photocopiés où les noms et prénoms des acteurs des procès sont noircis afin de préserver la vie privée. À moins de pouvoir négocier un accès privilégié aux sources, analyser les réseaux de circulations de la modernité dans la paysannerie dans les très rares documents qui le permettent devient un chantier impossible. Si l’on ajoute à cela qu’en dehors d’une brève période pendant laquelle le CIESAS avait la gestion des Archives Agraires, sa simple consultation semble inspirée des 12 travaux d’Hercule, l’image véhiculée d’une paysannerie miséreuse, dépendante et exploitée a encore de beaux jours devant elle.

Les Cultural Studies

13L’histoire culturelle occupe, dans l’historiographie sur le Révolution mexicaine, une place de choix, au point que L. Barrón dans son bilan historiographique (2004) lui consacre la totalité de son chapitre 2 intitulé « Nouvelles questions, nouvelles méthodologies », le pluriel étant dû au fait qu’il distingue l’histoire culturelle de la Révolution de la nouvelle histoire culturelle que nous désignerons plutôt ici sous le nom de

14«  Cultural Studies puisque son identité disciplinaire est discutable. Ce courant est en effet né sous le nom « Groupe d’Études Subalternes » qui s’est volontairement défini par son champ d’étude et non par sa discipline ce qui, dans le contexte de son apparition, avait un sens : il s’agissait d’utiliser des approches ethnographique et sociologique pour étudier les groupes populaires de l’Inde avant son indépendance. Faute de sources écrites, il fallait générer des sources orales et reconstituer les cultures populaires dans ses différentes manifestations (musique, pratique religieuse, alimentation, etc.). Son importation au Mexique, via les États-Unis, aurait pu avantageusement promouvoir l’interdisciplinarité et aurait pu proposer des solutions permettant de contourner les difficultés rencontrées dans la consultation de quelques fonds d’archives. Mais la greffe a pris une tournure particulière et la question des sources se trouve aujourd’hui au cœur d’une nouvelle bataille idéologique autour de la Révolution.

  • 7 “Revisionist inquiry into Mexican revolutionary history saw the central state as a principal actor (...)

15L’importation des «   Cultural Studies au Mexique date en effet de l’époque où la défiance des citoyens vis-à-vis du PRI devenait évidente, y compris dans les urnes (fin des années 1990). Cette défiance s’est accompagnée d’un refus qui se veut de l’histoire officielle de la Révolution mais qui parfois englobe l’histoire en tant que discipline fondée sur l’analyse de documents. Cette attitude est patente dans les universités où de nombreux étudiants – pourtant inscrits en Histoire - refusent d’aller aux archives qu’ils considèrent comme les lieux de conservation du discours officiel. Les archives sont vues comme des institutions où une mémoire tronquée est classée de manière à orienter la narration tandis que les documents qu’elles conservent, annotés par des représentants de l’État, trahiraient les paroles des classes populaires qui seraient par nature inaudibles. Il n’est qu’à lire l’une des plus ferventes partisanes de ce courant, Mary Kay Vaughan, pour comprendre que ces affirmations, loin d’être une interprétation fantasque d’étudiants de première année, reposent sur des déclarations fermes de la part des chercheurs qui en ont favorisé la diffusion au Mexique7. Aussi, si les Cultural Studies pouvaient originellement offrir des possibilités de renouvellement historiographique, ce contexte d’importation n’a guère favorisé leur fécondité. Face à l’ouverture dans le même temps d’un grand nombre d’archives locales et régionales qui, avec la création d’institutions de recherches comme les Colegios et les centres régionaux du CIESAS, soutiennent les recherches régionales, la légitimité des Cultural Studies peut être questionnée.

16Le débat a d’ailleurs eu lieu, dans un dossier consacré à ce sujet dans l’ Hispanic American Historical Review de 1999, revue dont certains membres du comité éditorial sont des représentants très actifs de ce courant (dont M-K Vaughan). Comme le souligne F. Mallon, l’un des points sensibles concerne la remise en question de l’Histoire en tant que science. Pour les tenants des Cultural Studies, défenseurs d’une approche post-moderniste, il est impossible d’échapper à la subjectivité dont les sources sont porteuses (Mallon, 1999, p. 333). Par conséquent, lorsque l’on étudie des groupes populaires majoritairement analphabètes, opter pour des sources écrites ne permettrait que de connaître le point de vue des élites sur ces groupes. Enfin, comme cette auteure le souligne, nombre des affirmations faites dans le cadre de cette approche semblent a-historiques, extraites de leurs contextes de production et sont toutes centrées sur les notions d’hégémonie et de domination. Aussi, l’idée défendue par Barrón (2004, p. 46) selon laquelle la nouvelle histoire culturelle se définirait comme « l’histoire de la production et reproduction de signifiés socialement construits » paraît erronée et repose sur la surprenante confusion entre p.  p. «  Cultural Studies et l’histoire culturelle du politique.

17Cette dernière, lorsqu’elle examine la construction sociale de ressources culturelles a toutes les chances de nous faire mieux comprendre les processus révolutionnaires. Ainsi, lorsque C. Guarisco (2011) étudie, dans une analyse comparée entre Lima et Mexico, la « reconstitution de l’espace politique indigène » pendant la révolution d’indépendance, elle découvre dans le «  tiangui mexicain un lieu de métissage qui n’existait pas au Pérou et qui devient la clef permettant d’expliquer les différences dans les formes d’appropriation des institutions représentatives issues de la Constitution libérale de Cadix. L’auteure, inspirée par la démarche menée par P. Guardino sur les communautés indigènes des États de Guerrero (1996) et d’Oaxaca (2005) non seulement réussit à démonter les mécanismes sociaux de la culture politique prise non comme un discours mais comme une pratique, mais réussit à l’enrichir en dépassant les frontières d’une histoire nationale. Gageons que l’historiographie mexicaine sur la Révolution de 1910 se défera bientôt du poids des débats idéologiques stériles pour mettre à profit ces propositions épistémologiques ainsi que les sources inépuisables qui sont maintenant offertes aux historiens.

Conclusions

18L’historiographie portant sur la Révolution mexicaine a longtemps – jusqu’aux années 1980 – été emprisonnée dans le carcan d’un discours officiel, même si quelques voix dissonantes se sont fait entendre. Il n’était pas question ici de discuter l’interprétation générale de la Révolution, d’abord conçue comme un événement monolithique, puis comme l’articulation de mouvements régionaux et de certains secteurs de la population (le monde des fabriques, des haciendas, des villes…). Nous nous sommes concentrés sur deux tendances de l’historiographie choisies en raison de la place prépondérante qu’elles occupent aussi bien dans la production académique que dans l’enseignement de l’histoire au Mexique. L’histoire rurale a absorbé des efforts considérables pour renouveler la compréhension du monde paysan dont la complexité a longtemps été niée. Il est remarquable que le véritable débat porte moins sur la réforme agraire en soit menée par les gouvernements révolutionnaires successifs que sur l’état des campagnes et de la paysannerie avant la Révolution. Parmi les auteurs qui ont le plus influencé le renouvellement historiographique, ceux qui sont passés par l’Université de Chicago occupent une place de choix (Holden, Katz, Kourí). La qualité de l’influence des Cultural Studies est elle plus critiquable car porteuse d’une idéologie toute aussi prégnante que celle issue de la Révolution elle-même. Par ailleurs, ses analyses portent sur la période révolutionnaire en soit mais leur étude décontextualisée ne permet pas d’appréhender ce qui est une création de la Révolution et ce qui a pu être hérité d’un passé qui n’est pas défini. L’irruption de l’histoire culturelle du politique sur la scène de l’historiographie mexicaine est une voie beaucoup plus prometteuse dont il faut espérer qu’elle inspirera les recherches à venir.

Top of page

Bibliography

Barrón, Luis, Historias de la Revolución mexicana, Mexico, CIDE, FCE, 2004, 212p.

Brading, David, Caudillos y campesinos en la Revolución Mexicana, Mexico, FCE, [1980] 2005, 336p.

Caso, Ángel, Derecho agrario. Historia, derecho positivo, antología, Mexico, Porrua, 1950, 751p.

Cossio, José Luis. ¿Cómo y por quiénes se ha monopolizado la propiedad rústica
en México ?  México : Editorial Jus, [1911] 1966.

 

Chhevalier, François, La formation des grands domaines au Mexique (terre et société aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Institut d’Ethnologie de Paris, 1952.

De Vos, Jan, “Una legislación de graves consecuencias. El acaparamiento de tierras baldías en México, con el pretexto de colonización, 1821-1910”. Historia Mexicana, XXXIV/2, 1984, 76 -113.

Ducey, Michael, “La comunidad liberal : estrategias campesinas y la política liberal durante la República Restaurada y el Porfiriato en Veracruz”, Connaughton Brian,   Prácticas populares, cultura popular y poder en México, S. XIX, México, UAM, 2008, pp. 303- 332.

pp. 

Escobar Ohmstede, Antonio, “El fraccionamiento privado y comunal en el oriente potosino durante la segunda mitad del siglo XIX. Una aproximación”, Escobar Ohmstede, Sánchez Rodríguez, Gutiérrez Rivas (coords.), Agua y tierra en México, siglos XIX-XX. México, El
Colegio de Michoacán - El Colegio de San Luis, 2008, vol. 1, pp. 209-243.

vol. pp. 

Escobar Ohmstede, Antonio, Las estructuras agrarias : pueblos de indios y propiedades privadas . México. Nostra, 2010.

González, Luis, Pueblo en vilo. Microhistoria de San José de Gracia, Mexico, 1968.

Guardino, Peter, Peasants, Politics and the Formation of Mexico’s National State : Guerrero, 1800-1857 . Stanford, CA : Stanford University Press 1996.

 

Guardino, Peter “The Time of Liberty” : Popular Political Culture in Oaxaca, 1750-1850.  Durham, NC : Duke University Press 2005.

 

Guarisco, Claudia, La reconstitución del espacio político indígena. Lima y el Valle de México durante la crisis de la monarquía española, Castelló de la Plana, Universitat Jaume I, 2011.

Guerra, François-Xavier, Le Mexique. De l’Ancien régime à la Révolution, Paris, l’Harmattan, Publications de la Sorbonne, 1985, 2 vols.

Holden, Robert H., “Los terrenos baldíos y la usurpación de tierras. Mitos y realidades (1876-1911)”, Semo, Enrique (coord.), Historia de la cuestión agraria mexicana, México : Siglo XXI-CEHAM, 1988, pp. 269-289.

 pp. 

Holden, Robert H., Mexico and the Survey of Publics Lands. The Management of Modernization, 1876-1911, Illinois, Northern Illinois University Press, 1994, 235p.

Katz, Friedrich, “Labour Conditions on Haciendas in Porfirian Mexico : Some trends and tendencies”,  Hispanic American Historical Review, n. 54, 1974, pp. 1-47.

pp. 

Kourí, Emilio H., “Interpreting the Expropriation of Indian Pueblo Lands in Porfirian Mexico : The Unexamined Legacies of Andrés Molina Enríquez”,  Hispanic American Historical
Review. Durham, vol. 82, nº 1, 2002, pp. 69-117.

vol. pp. 

Mallon, Florencia E., “Time on the Wheel : Cycles of Revisionism and the ‘New Cultural History’,  Hispanic American Historical Review, 1999, vol. 79, n. 2, pp. 331-351.

vol. pp. 

Marván Laborde, Ignacio (coord.), La Revolución mexicana (1908-1932), FCE, CIDE, CONACULTA, INEHRM, 2010, 334p.

Meyer, Jean, La Christiade. LÉtat et le peuple dans la révolution mexicaine’, Paris, Payot 1975.

Nickel, Herbert J., Relaciones de trabajo en las haciendas de Puebla y Tlaxcala (1740-1914), México,
Universidad Iberoamericana, 1987.

Noiriel, Gérard, Etat, nation et immigration, Paris, Gallimard Folio, 2001, 587p.

Pani, Erika, Para mexicanizar el segundo imperio. El imaginario político de los imperialistas, México, COLMEX-Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora, 2001.

Pérez Jiménez, Marco Antonio, Raza, nación y revolución : la matanza de Chinos en Torreón Coahuila, mayo de 1911 , mémoire de licence, Universidad de la Américas-Campus Puebla, 2006.

Sierra, Justo, “Introducción histórico-legal a un ensayo sobre la colonización”, El Federalista,
México, 17 de Mayo 1876, publié dans Obras completas, tomo IV, Periodismo político. México :
UNAM, 1991.

 

Tannenbaum, Frank, Peace by Revolution : Mexico after 1910 , New York, [1933] 1968.

Thomson, Guy, Politics, Patriotism and Popular Liberalism in Mexico Juan Francisco Lucas and the Puebla Sierra 1854-1917, SR Books, 1999.

Tortolero Villaseñor, Alejandro, De la coa a la máquina de vapor : Actividad agrícola e innovación tecnológica en las haciendas mexicanas, 1880-1914 , México, Siglo XXI, 1995.

Tortolero Villaseñor, Alejandro, Notarios y agricultores. Crecimiento y atraso en el campo mexicano, 1780-1920, México, UAM, Siglo XXI, 2008, 328p.

Van Young, Eric, “Making Leviathan Sneeze : Recent Works on Mexico and the Mexican Revolution”,  Latin American Research Review, vol. 34, n. 3, 1999, pp. 143-165.

vol. pp. 

Vaughan, Mary-Kay, “Cultural Approaches to Peasant Politics in the Mexican Revolution”, Hispanic American Historical Review, vol. 79, n. 2, 1999, pp. 269-305. vol. pp. 

Top of page

Notes

1 Une photographie de Madero apparaissait par exemple derrière le président sortant Fox, du Parti d’Action Nationale de droite lors de spots télévisés et des banderoles de soutien au candidat de gauche Andrés Manuel López Obrador indiquaient « AMLO y Madero ».

2 Plusieurs systèmes de primes se superposent, multipliant par autant le nombre d’évaluations. L’une d’elle se fait au sein de l’Université où travaille le chercheur, une autre est faite dans une instance du Ministère de l’Education Publique, une autre enfin, la plus prestigieuse, par le CONACYT qui évalue aussi bien les trajectoires des chercheurs que les projets à financer

3 La loi de 1915 désigne directement le Ministère du Développement, qui passait des contrats avec les compagnies chargées de l’arpentage et de la colonisation des terres, d’être le principal responsable de la crise du monde paysan : “Que el despojo de los referidos terrenos se hizo no solamente por medio de enajenaciones llevadas a efecto por las autoridades políticas en contravención abierta de las leyes mencionadas, sino también por concesiones, composiciones o ventas concertadas con los ministros del Fomento y Hacienda, o a pretexto de apeos o deslindes, para favorecer a los que hacían denuncios de excedencias o demasías, y las llamadas compañías deslindadoras ; pues de todas estas maneras se invadieron los terrenos que durante largos años pertenecieron a los pueblos y en los cuales tenían éstos la base de su subsistencia”. Préambule de la loi du 6 janvier 1915 (Caso, 1950, p. 492).

4 L’ouvrage de Fr-X Guerra (1985) qui, en référence à Tocqueville et à Fr. Furet, souligne les continuités entre l’Ancien Régime et la Révolution a bien sûr largement contribué à mettre en cause l’interprétation de Tannenbaum. Nous avons néanmoins fait le choix ici de nous centrer sur le renouvellement de l’histoire rurale qui n’occupe pas le centre de l’œuvre de Guerra et qui n’a pas été directement influencée par elle.

5 Luis González dans Pueblo en vilo suit l’histoire d’une hacienda établie dans les terres arides et hautes du Michoacán à la fin du XVIIIè et qui fut divisée dans les années 1860 en 36 ranchos eux-mêmes divisés pour atteindre en 1912 le nombre de 167 propriétés.

6 Archivo Histórico del Tribunal Superior de Justicia del Estado de Tlaxcala, Distrito de Zaragoza, Justicia civil, 1916. Diligencias sobre la devolución de una yunta de mulas aperada (nota : pidiendo informes al juez local).

7 “Revisionist inquiry into Mexican revolutionary history saw the central state as a principal actor and effective manipulator of the masses” (Vaughan, 1999, p. 270). Alors que l’Etat mexicain brille par sa faiblesse au point que nombre de politistes ne le mentionnent jamais, préférant parler de gouvernement, la posture idéologique qui sous-tend les Cultural Studies en font le principal acteur du Mexique post-révolutionnaire.

Top of page

References

Electronic reference

Evelyne Sanchez, « En finir avec l’histoire officielle ? Un bilan critique de l’historiographie internationale sur la révolution mexicaine », Conserveries mémorielles [Online], #20 | 2017, Online since 13 April 2017, Connection on 20 August 2017. URL : http://cm.revues.org/2453

Top of page

Author

Evelyne Sanchez

FRAMESPA-CNRS

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org