Skip to navigation – Site map
Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

Faire mémoire par le trait ou les tribulations latino-américaines de Charlie

When the stroke makes memory. Charlie and Latin America, trials and tribulations
Frédérique Langue

Abstracts

In an adverse context for freedom of thought in the so called public sphere (both in Europe and Latin America), this essay explores the sense that is supposed to have from Latin America one of the "recent disasters" of present times, as was the attack against the satirical newspaper Charlie Hebdo in January 2015. Political caricature appears to be the expression of a traumatic experience and a shared political culture through republican and democratic practices as well. However, on a democratized continent which is still grappling with memory and the traumatic past of dictatorships in a conflicting present-day, this imaginary is also strongly questioned by authoritarian ideological options. A figure impacts decisively on new historicity regime bounded with the end of dictatorships: the victims, yet overhelming official histories through the stigmatization of “black legend” (i.e.: spanish colonization). They not only replace "the era of witnesses" highly valued by the history of present time but also integrate an instrumentalized regime of emotions finally leading to a skewed view of history, emphasized by social networks.

Top of page

Full text

  • 1 Cette étude a tiré le plus grand parti d’une présentation dans le cadre du séminaire interne de l’I (...)
  • 2 Se dit des partisans d’un gouvernement ou d’un parti au pouvoir (Amérique latine).
  • 3 Dossier de El País sobre « Libertad de prensa en América Latina » 2015-2016 http ://elpais.com/tag/ (...)

1Dans la rubrique des “dernières catastrophes” de ce début du XXIe siècle, l’événement semble effectuer son retour dans une actualité mondialisée qu’amplifie sans conteste la caisse de résonnance médiatique, et plus encore lorsque la dimension de cette actualité touche au tragique1. Les attentats perpétrés à l’encontre de Charlie Hebdo (7 janvier 2015) ont ainsi acquis un sens et un statut particuliers dans les mémoires aussi bien collectives qu’individuelles. Dans de nombreux pays occidentaux, la conjoncture était déjà marquée par le retour de tendances autoritaires dans la vie politique. L’espace public était devenu le lieu de contrôle des libertés publiques et individuelles, en vertu d’arguments à la fois politiques, idéologiques ou sécuritaires. Près de nous, l’Espagne a ainsi adopté en juillet de la même année la “loi du baillon” (ley mordaza), destiné à limiter la liberté d’expression et de manifestation. Son adoption ne manqua pas de faire remonter d’une manière brutale et sans équivoque l’amertume de ce “passé qui ne passe pas”, en d’autres termes, l’ombre de ce franquisme qui tend désormais à renaître par le biais de nombreuses initiatives officielles ou associatives. Les usages reformulés du passé y débouchèrent sur des tentatives d’imposition d’une nouvelle histoire officielle. Tel fut le cas avec le dictionnaire d’histoire de l’Espagne, réhabilitation en bonne et due forme de la période franquiste, et les limitations apportées à la consultation des archives récentes, en particulier celle de la guerre d’Espagne (1936-1939) et des décennies qui l’ont suivie. On pourrait en dire tout autant de la multiplication des cas de censure relevés pour un XXIe siècle latino-américain peu favorable aux médias non officialistes2 et à la liberté d’opinion, qu’il s’agisse de la presse écrite, en ligne, ou du discours visuel élaboré par des caricaturistes osant la différence et défiant le régime en place par leur liberté de pensée et le réalisme de leurs caricatures. Nous évoquerons plus particulièrement le cas du Venezuela, du Mexique, et de l’Equateur, qui ont occupé l’actualité récente par les restrictions apportées à la liberté de la presse via des épisodes renouvelés de censure, d’amendes, d’agressions et même, d’assassinats3.

  • 4 Nous avons exposé dans un premier temps cette problématique dans une brève entrée du Carnet de l’IH (...)
  • 5 Il ne s’agira pas ici de faire de l’analyse de discours, qui se fonde sur des critères linguistique (...)

2Nous ne pouvons à cet égard que souscrire à la définition proposée par Henry Rousso : l’histoire du temps présent se fonde essentiellement sur la tension existant entre la mémoire et l’histoire, la connaissance et l’expérience, la distance et la proximité, l’objectivité et la subjectivité, l’historien et le témoin, « impératif social et moral » du témoignage compris. Croisant des temporalités et des régimes d’historicité distincts — au sens des relations qu’une société tisse avec son passé et qui rendent possible l’élaboration d’un récit historique —, cet essai vise à restituer une « dialectique particulière entre le passé et le présent », tel un « arrêt sur image » inséré dans un imaginaire à la fois républicain et démocratique. Il s’agit, in fine, de reconsidérer un passé dont la mémoire globalisée s’est amplement diffusée dans l’espace public et au-delà des frontières, du fait de sensibilités graphiques partagées, comme en témoigne l’appréhension des événements abordés, qui oscille entre solidarité démocratique et ressentiment communautarisé (ROUSSO, 2012 : 12 y 2015. HARTOG, 2003. LANGUE, 2015 : 12-32). L’histoire du temps présent semble dans une certaine mesure trouver sa « raison d’être » dans la « dernière catastrophe », dans des moments de violence paroxystique déclencheurs parfois d’une prise de conscience, et qui, dans tous les cas, entraînent des traumatismes objets de mémoire ou d’oubli. La Shoah représente à cet égard l’exemple le plus abouti de ce lien entre un passé traumatique et la problématique « récupération » de celui-ci. Pour l’historien du temps présent, témoin en première instance des faits observés — avec la distance minimale que confère une réflexion critique fondée sur des sources précisément identifiées et interprétées —, caricature politique et histoire des idées politiques tendent à se rejoindre en un même champ de recherche étendu au Vieux Continent et à l’Amérique dite latine. Elles convergent également en une expérience personnelle, que l’historien(ne) n’évoque qu’avec réticence, si ce n’est dans le cadre épistémologique de l’ego-histoire. Or, cette expérience se superpose parfois à celle du témoin, de l’observateur, et pose incontestablement la question du statut de l’historien dans la cité du temps présent4. Faire de l’histoire du temps présent comporte le risque d’être confronté(e) à la censure dans un espace (semi) public pour des raisons se situant aux antipodes du propos scientifique, aux confins de la croyance, de l’idéologie, voire des intérêts économiques. Tel fut en effet le point de départ et catalyseur de cette réflexion : la manipulation de l’histoire en direct, dont sont coutumiers les idéologues de service, et l’un de ses avatars, à savoir la censure, dans e cas précis d’une brève entrée de blog portant sur l’événement Charlie. En ce sens, cet événement, au-delà du symbole qu’était devenu le journal satirique avant même l’attentat et les menaces diverses dont il a été la cible — nous fournit une occasion exceptionnelle de revenir sur une modalité d’expression et d’irrévérence qui est loin de faire consensus, thématique que nous n’avions jusqu’alors abordée que de manière tangentielle pour les mondes ibériques et sur laquelle les synthèses demeurent particulièrement rares (ROUSSO, 2016 : 265 et sq ; CAPDEVILA, LANGUE, 2009 ; RICŒUR, 2000)5.

Culture politique et événement traumatique

  • 6 La doyenne de la faculté de journalisme de l’Université de La Plata et kirchneriste convaincue (par (...)

3Cette étude ne vise pas à considérer les approches graphiques et humoristiques d’une Amérique latine vue depuis l’Europe mais de contextualiser un événement tragique aux résonnances mondialisées en partant précisément de sa « réception » outre Atlantique. Cette réception met en effet en évidence une culture politique partagée et des sensibilités communes ou, en revanche, rejetées en fonction de considérations idéologiques quelque peu décontextualisées (MALAMUD, 2015)6. La perspective des journalistes et des caricaturistes peut bien évidemment coïncider avec l’analyse historienne lorsqu’elle a pour objet des événements qui, en raison du degré de violence et par conséquent de sidération qui les accompagne, vont être le point de départ d’une temporalité nouvelle. Ce type d’événement tend en effet à créer un discours, à forger un langage et à faire mémoire, ouvrant la voie à des phénomènes de confrontation ou de consentement. Aussi bien les articles que les dessins de presse se prêtent à des effets de miroir parfois critiques, solidaires à l’occasion, mais jamais indifférents, depuis une Amérique latine ancrée dans un imaginaire politique partagé et contesté à la fois. La caricature et, plus généralement, le dessin de presse, se présente depuis ses origines comme un genre figuratif hybride, occupant un espace intermédiaire entre les artistes proprement dits et les journalistes (AAVV, La caricature… Et si c’était sérieux?, 2015 : 15, intr. de Pascal ORY).

  • 7 Entretien avec Pascal Ory : « Le terrorisme 2015 est très individualiste, la réaction de la société (...)

4Dans la mesure où l’événement se « fabrique », se forge et se déploie dans le champ des émotions — essentiellement indignation et peur —, entre deux visions, celle du passé et celle d’un avenir attendu, ce type d’analyse ne peut faire abstraction des relations fluctuantes qui se tissent entre démocratie, catastrophes —au sens de situations extrêmes voire paroxystiques— et l’émouvante condition de victimes au présent. L’événement fait sens lorsqu’il s’exprime par le biais d’émotions, de mots voire de silences, articulant singularité et intériorité de l’individu avec un collectif spécifique, résultant d’expériences générationnelles, d’altérités diverses. Il peut tout aussi bien être nié ou passé sous silence pour des raisons politiques si l’on considère l’exemple de la décolonisation. C’est donc bien la réception de l’événement, son souvenir et, ultérieurement, la mémoire que l’on en a qui en déterminent le sens. L’événement n’existe pas a priori. Dans Ce que dit Charlie, Pascal Ory considère que le « 15 janvier » — de même que l’on dit « mai 68 » — est un événement fondateur à plusieurs échelles. Son extrême violence en fait la « métonymie d’une crise plus générale » dont la compréhension passe par la connaissance du rôle de la presse et plus particulièrement de la presse satirique. L’irruption brutale de cet « événement global » est par ailleurs révélateur de notre temps, en termes de représentations et d’histoire culturelle, ce qu’expriment précisément les caricatures. Ces « moments historiques » mettent en évidence la précarité des valeurs héritées des Lumières, tout comme la fragilité de la liberté d’expression dans un contexte appréhendé comme une situation de guerre. D’où, de même que dans d’autres pays connaissant au même moment une situation de guerre intérieure ou cibles du terrorisme, les marches dites « républicaines » de janvier — après l’attentat contre Charlie —, les monuments spontanés et éphémères de janvier place de la République suite aux attentats de novembre 2015, toutes manifestations qui procèdent cependant d’un engagement individuel fort en faveur d’une liberté d’expression collectivement vécue (FARGE, 2002 ; LE GOFF et NORA, 1974, I : 210-229 ; ORY, 2015 : 13, 23-24)7.

  • 8 Hilda Sabato, « Contra toda historia oficial », Tiempo Argentino, 18/12/2011 http://tiempo.infonews (...)

5Ce « retour de l’événement » tel que Pierre Nora l’avait évoqué (1974) caractérise la « modernité démocratique » depuis l’Affaire Dreyfus, modernité intrinsèquement liée au rôle de contre-pouvoir joué par la presse de l’époque y compris dans son acception satirique, fondé sur des sensibilités sociales et politiques, dans une conjoncture médiatique naissante. D’où l’évolution du genre dessin de presse-caricature, qui ne sont pas de simples illustrations, en particulier après la Iere Guerre mondiale : désormais, l’idée et la légende compteront davantage que le dessin lui-même. Dès lors, le trait, le langage figuré et l’allusion dominent dans les caricatures européennes de l’entre deux guerres et en période de crise (i.e. guerres de décolonisation, mai 68), avec des publications de tendance libertaire comme Charlie Hebdo, Siné Massacre o L’Enragé. On observe une évolution similaire en Amérique latine, dans des conjonctures de conflits aussi bien sur le plan intérieur qu’à l’échelle internationale, l’histoire du temps présent reposant toutefois sur des paradigmes quelque peu différents de ceux observés en Europe (AAVV: La caricature…, 2015). Ils déterminent en grande partie l’appréhension, dans un sens ou dans un autre, de l’événement Charlie, appréhension renforcée par le fait que la caricature, plus que la presse satirique, y est fermement installée en ligne (sites web et réseaux sociaux), éludant ainsi conditions matérielles peu favorables (i.e pénurie de papier au Venezuela) ou censure. La première de ces différences réside dans la relation symbolique à l’histoire, l’écriture de l’histoire trouvant son point de départ dans les révolutions d’Indépendance et un XIXe siècle dont les élites gouvernantes se préoccuperont constamment d’écrire l’histoire : de Mitre en Argentine à Stroessner au Paraguay, à Fidel Castro et Hugo Chávez pour les décennies plus récentes. Plus encore : l’instrumentalisation de l’histoire (nationale) par le biais de symboles et par la mobilisation d’un imaginaire qui fait grand cas des commémorations y est une réalité incontournable, malgré l’essor de l’histoire « académique » et universitaire au XXe siècle. Les enjeux mémoriaux nous renvoient ainsi à un XIXe siècle encore bien présent dans les mémoires individuelles et collectives. Ils remontent parfois à la Conquête de l’Amérique et à un passé précolombien mythifié dans les mémoires indigènes, réinventé selon les nécessités idéologiques ou recréé en vertu de l’invocation multiculturaliste. De même des temporalités distinctes y sont-elles identifiables, associées à des revendications identitaires manichéennes : l’altérité et ses menaces inexprimées, sous la forme du voisin, de l’ « empire » — espagnol puis américain—, ou du néolibéralisme. La relation à l’histoire ne peut en ce sens faire l’économie de cette rhétorique de l’ennemi et de la légitimation de la violence politique qui la sous-tend. Les vainqueurs sont opposés aux vaincus, les courants historiographiques aux tendances mémorielles et à l’histoire officielle, comme l’ont montré sans ambigüité aucune les commémorations du Ve Centenaire de la découverte de l’Amérique (1492), du Bicentenaire des Indépendances (1810-1811) ou encore du centenaire de la Révolution mexicaine de 1910. Il en fut de même de la polémique suscitée par le « révisionnisme historique » qui mobilisa en Argentine universitaires et chercheurs contre la création en 2011 d’un « Institut national du révisionnisme historique » (CAPDEVILA et LANGUE, 2009 ; LANGUE, 2015)8.

6Autre caractéristique notable de ce temps présent latino-américain : le continent n’a pas été le théâtre d’événements traumatiques comparables aux deux guerres mondiales sur le sol européen. On y relève, au XXe siècle, des affrontements de moindre intensité dérivés en grande partie du « modèle » cubain et de l’exportation de sa révolution, la Guerre froide ne constituant pas même une rupture avec le passé. Ces circonstances influèrent en grande mesure sur l’inertie des figures héroïques qui constituent le socle des histoires officielles, figures fondamentalement plurielles, voire démultipliées, en particulier dans les sociétés à forte composante indigène. L’événement violent ou le conflit y sont vécus dans le cadre de communautés ou d’Etats pour, ensuite, passer à une échelle continentale : tel est le sens de la geste des Libérateurs, de Bolívar à Sucre ou San Martín (héros des révolutions d’Indépendance), de la lutte armée à l’alter mondialisme, de Bolívar à Fidel ou Chávez. Les traumatismes du XXe siècle seront la conséquence de régimes autoritaires et de dictatures militaires auxquelles peu de pays ont échappé sur le continent. Le « devoir de mémoire » revêt par conséquent un sens bien différent de celui connu en Europe. Les « commissions de la vérité » créées lors des sorties de dictature et dans le cadre d’un processus de démocratisation de la société dans son ensemble travaillent certes à obtenir « réparation » mais également à répondre à une exigence de justice, de lutte contre l’oubli de ces « années de plomb » plus que de réconciliation parfois et, in fine, de défense et de préservation de la démocratie. D’où la nécessité d’appréhender ce passé toujours fortement présent, « à vif », d’en reconstituer véritablement l’histoire comme en témoigne le projet « Historizar el pasado vivo en América Latina » mis en œuvre depuis le Chili par Anne Pérotin-Dumon (2007) (CAPDEVILA et LANGUE, 2009 : 15 y ss.; LEFRANC, 2002)9.

Républiques fragiles et liberté d’expression

  • 10 El Deber (Santa Cruz de la Sierra), Carlos Morales y agencias, “Visión de Charlie Hebdo divide opin (...)

7Dans ces circonstances, l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, événement tragique après d’autres, fut incontestablement générateur d’unanimité. Il fut officiellement condamné en Amérique latine par les défenseurs de la démocratie, gouvernements, syndicats, intellectuels, artistes confondus. Sa compréhension fut cependant biaisée dans certains médias « révolutionnaires », d’extrême gauche et altermondialistes, prompts à recycler des anathèmes anticolonialistes et anti-impérialistes passablement décontextualisés. Abstraction faite du « bruit médiatique » et de la variété des opinions exprimées dans le monde occidental (incluant la déploration des « excès » et les « blasphèmes » à l’endroit des grandes religions monothéistes), ainsi que de la diplomatie prévalant sur la scène internationale, la réaction des organisations « officialistes » et de certains gouvernements d’inspiration populiste et autoritaire d’Amérique latine se situa très exactement aux antipodes des condamnations émanant du monde démocratique. Les gouvernements de Cuba, d’Argentine, du Nicaragua, du Venezuela, de la Bolivie et de l’Equateur (pays réunis au sein de l’ALBA, Alliance bolivarienne pour les Amériques créée en 2004 à La Havane sous la houlette de Hugo Chávez et Fidel Castro) condamnèrent les attentats avec tiédeur, s’abstenant de faire référence à une liberté d’expression et de presse mise à mal dans les pays précités. Plusieurs universitaires ne manquèrent pas de réagir, tel l’ancien chancelier argentin Dante Caputo, ou encore des représentants des médias hostiles à cette nouvelle forme de « censure de la part de la gauche hégémonique ». « Etre ou ne pas être Charlie Hebdo est un dilemme en Amérique latine », écrivit le quotidien bolivien El Deber. Pour Dante Caputo, préoccupé par l’absence d’engagement démocratique des médias pro-gouvernementaux et sensible au passé récent de l’Argentine (les attentats contre des associations juives en 1994 et en 2015, l’assassinat du procureur chargé de l’enquête), « ce fut une tentative d’intimider le monde occidental et notre culture de libertés ». Dans tous les pays dont les gouvernants s’abstinrent de mentionner le fait que cette attaque terroriste visait à faire taire une voix critique et à intimider les médias occidentaux, des lois liberticides « régulent » médias et communication en général au profit de la propagande officialiste. Tel est le cas de la loi dite de « responsabilité sociale à la radio et à la télévision » (loi RESORTE, littéralement « ressort »), cette autre « loi du bâillon » promulguée en 2004 au Venezuela10.

8Sur Twitter et les autres réseaux sociaux, le hastag #YoNoSoyCharlie (#JenesuispasCharlie) fut le pendant presque immédiat de #YoSoyCharlie ou #JesuisCharlie. Comme l’a souligné Carlos Malamud, ce discours aux fondements pour le moins contradictoires (liberté, nationalisme et révolution d’un côté, refus de condamner l’attentat voire satisfaction de l’autre) trouve ses origines dans un anti-américanisme aux racines anciennes, où l’identification de l’ennemi passe par un anti-européanisme et un anti-occidentalisme manifestes, en réaction au discours d’élites nationales formées à l’étranger et ouvertes à son influence. L’argument des contradicteurs consistait à invoquer les limites de la liberté d’expression, les « insultes » (racistes) à l’encontre des « minorités ». S’il est vrai que, sur le continent latino-américain dans son ensemble, les caricatures revendiquant la liberté de ton voire la provocation chères à Charlie Hebdo sont rares, les caricaturistes s’emparèrent du mot d’ordre et hastag #YoSoyCharlie. Quino (Joaquín Lavado), le créateur de la légendaire Mafalda11, rappela à cette occasion qu’il avait eu l’occasion d’être confronté à une « sensibilité exagérée », en particulier à l’endroit des thèmes religieux (RODRIGUEZ, 2006 ; COSSE, 2014)12. De fait, le revanchisme inspira les commentaires sur l’événement, en une sorte de réactualisation de la « légende noire »13. Le « kirchnérisme  dur » en vint à comparer l’ « auto attentat » à l’incendie du Reichstag et exigea que le « contexte » soit pris en compte afin d’en relativiser la portée. L’historien du temps présent ne peut, bien évidemment, rester indifférent face à ce type de radicalité politique conduisant à une malversation militante de l’histoire, à la méconnaissance des faits et à l’instrumentalisation des émotions. Et plus encore si l’on se souvient de l’engagement des caricaturistes assassinés en faveur de la démocratie en Amérique latine et ailleurs. (MALAMUD, 2015 ; CAPDEVILA et LANGUE, 2014 ; LANGUE, 2014 : 121-142)14.

  • 15 La Nación, 9/01/2015 : "¿Por qué no condenaron la matanza de Estados Unidos en Irak?", replicó Hebe (...)

9Dans le cas de Charlie, on se souviendra de la satisfaction exprimée par la fondatrice du collectif des Mères de la place de Mai, expression de ressentiment manifeste accumulé par les mouvements d’extrême gauche altermondialiste, adeptes d’une propagande anti-impérialiste sans nuances, d’une violence « révolutionnaire » généralisée et défenseurs de gouvernements de gauche autoritaire. La méconnaissance de l’histoire dont ils prétendent être les acteurs et les porte-parole, la confusion et le caractère pour le moins spécieux de l’argumentation conduisirent leurs représentants à rendre la France, « puissance coloniale » à l’origine de guerres impériales et coloniales au même titre que les Etats-Unis et l’Espagne (sic), responsable de l’existence même de la dictature argentine (sic) : « La France colonialiste n’a aucune autorité morale pour parler de terrorisme criminel ». Il convient à cet égard de rappeler que Hebe Bonafini, défenseure des FARC ou de l’ETA, n’en était pas à sa première prise de position en porte-à-faux face à des faits tragiques. A la suite du 11 septembre, alors qu’elle se trouvait à Cuba, elle s’était publiquement « réjouie » (alegrado) de la situation. De la même façon, oubliant les liens étroits tissés depuis les pays de l’ALBA avec des régimes peu respectueux de la démocratie (ainsi au Proche-Orient), le politologue et éditorialiste proche du Parti communiste argentin et admirateur du chavisme, Atilio Borón, prix de la Casa de las Américas de Cuba en 2004 pour son ouvrage Imperio e imperialismo (2002), auteur également de Crisis civilizatoria y agonía del capitalismo. Diálogos con Fidel Castro (2009) et América Latina en la Geopolítica del Imperialismo (2012), s’efforça de justifier l’injustifiable par la « genèse de la terreur », mélangeant faits et contextes (la CIA en Afghanistan, Ben Laden, l’Irak et l’intervention américaine ou encore la Libye). En d’autres cas, on se contenta de souligner avec un peu plus de décence l’inégalité de traitement de l’information et notamment celle portant sur d’autres parties du monde (ainsi le Nigéria au moment de l’attentat), de charge symbolique moindre pour le monde occidental. En mai 2015, le caricaturiste Jul, collaborateur de Charlie Hebdo, fut considéré persona non grata par le gouvernement de Daniel Ortega et expulsé du Nicaragua (pays membre de l’ALBA). Il s’y était rendu afin de participer à un forum d’écrivains, « Centroamérica cuenta », organisé avec un mot d’ordre : « paroles en liberté » (palabras en libertad)15.

  • 16 Le Monde, 25/12/2015.

10Dans le cadre d’un débat démocratique, l’étude des relations entre caricature et culture politique ne manque pas de mettre en évidence l’enjeu véritable de cet attentat contre le journal satirique : les principes mêmes de la démocratie, la liberté d’expression (et de conscience), tout particulièrement en ce qui concerne la liberté de la presse sur les deux rives de l’Atlantique. En quelques mots, une « culture de libertés », pour reprendre la formulation de Dante Caputo. D’où le format diversifié des émotions qui se sont exprimées à cette occasion, aussi bien en France même qu’à l’échelle internationale afin de défendre la démocratie et la tolérance16. Tel fut également le sens de la solidarité manifestée par le « père » de Mafalda, le caricaturiste Quino, et ses collègues argentins depuis Musée de l’humour à Buenos Aires (Mu-Hu). Le rôle joué par le Mu-Hu, dont l’inauguration remonte à 2012 et où sont présentées les « œuvres des grands maîtres du dessin, de l’illustration et de la caricature » — en 2013 s’y est tenue une exposition sur la caricature française du XIXe siècle — est significative à bien des égards du « traitement » graphique, plus largement visuel, de la dictature in situ. Autre lieu, même solidarité : à Bogota, capitale d’un pays confronté à une violence politique séculaire, une manifestation eut lieu le 14 janvier avec l’appui des autorités locales. Le mot d’ordre : « Bogota est Charlie ». Il reste que l’histoire, au moins dans l’hexagone, ne se souviendra pas tant du tragique 7 janvier 2015 que du 11 du même mois, lorsqu’eut lieu une imposante manifestation parisienne, spontanée et unitaire, contre la barbarie et ses répliques mondiales, en hommage aux caricaturistes et aux journalistes assassinés et via les « lieux de mémoire », de République à Nation. A partir de ce moment, la République devint, de vocable confiné à l’espace politique, un mot (d’ordre) et une idée partagés et débattus, dans d’autres villes et d’autres pays (LAURENTIN, 2015).

11Nous n’insisterons pas ici sur les circonstances de la naissance de cette « République fragile » et de la liberté d’expression née avec la Révolution, ses acquis comme ses excès, jusqu’à ses déclinaisons coloniales et au débat sur les identités hexagonales, tels que les spécialistes de la question les relevèrent après l’attaque contre Charlie. Il reste que la satire, les caricatures voire le blasphème, transgressifs par nature, procèdent sur les deux rives de l’Atlantique de cette « invention du rire » expression de valeurs sociales par excellence. De Machiavel à Rabelais cette arme politique jamais univoque tend à s’imposer dans des conjonctures de violence, afin de lutter contre celle-ci sous toutes ses formes (intolérance, fanatisme etc.) fussent-elles symboliques (SERNA, 2015 : 13; FAVRET-SAADA, 2015). La tradition graphique satirique telle que nous la connaissons a pris son essor dans les premières décennies du XIXe siècle, s’associant très précocement à la défense de la République. Arme de propagande et d’émancipation à partir des années 1830, le dessin de presse se veut un vecteur de combats politiques, comme en témoignent l’exemple d’Honoré Daumier, puis, sous la IIe République, les polémiques surgies à l’occasion de la promulgation des lois laïques par Jules Ferry.

12« Nous tous, humoristes graphiques/du dessin, devons beaucoup à l’impulsion que les Français donnèrent au genre [satirique] dans les années 1830. Aujourd’hui, le monde est différent, la manière de plaisanter ou les technologies permettant de diffuser nos travaux également », fut-il indiqué lors de la présentation de l’exposition du Mu-Hu consacrée à la caricature française su XIXe siècle (Buenos Aires, 2013). « Mais la lutte qui commença alors afin de pouvoir exprimer une pensée critique et indépendante se poursuit aujourd’hui encore à travers le monde ». Pour le musée, la caricature a valeur d’ « élément indispensable au débat démocratique des XIXe et XXe siècles »17.

  • 18 Girard, Quentin «"Charlie" n’a pas changé, c’est la France qui a changé», Libération, 13/09/2015 ht (...)

13Malgré cette généalogie commune, les configurations nationales latino-américaines ne présentent pas toujours des caractéristiques similaires ou avec des décalages, au sens où la tradition républicaine de la caricature en France s’appuya sur la loi fondamentale de 1881 sur la liberté de presse. Les mots d’ordre de la construction républicaine furent laïcité (et plus encore après 1905), suffrage universel, enseignement gratuit et obligatoire, liberté de presse, dans un contexte de mobilité sociale et de formation des élites politiques de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle. Dans l’entre-deux-guerres, après 1945 et lors de la décolonisation, ces avancées politiques et sociales se virent remises en question par les attaques portées à l’encontre des institutions républicaines. Avec la conversion des droites ultra à la République, la « fragilité » prit fin. Commença alors l’ère des difficultés pour la « gueuse » confrontée aux errements du système démocratique. La dimension « oppressive » de la caricature fut présente dès cette période dans les grands médias, autorisée, officialisée, nantie d’un statut plus bourgeois et moins subversif. Elle fut même utilisée à des fins de provocation, dans le registre de l’antisémitisme et, plus généralement, du racisme, débouchant y compris sur une caricature de la haine (ALMEIDA, 2013 ; MATARD-BONUCCI, 2015 ; ORY, 2015 : 28, 89, 104 et suiv.)18.

14Le propos démocratique des caricaturistes de Charlie Hebdo participe de cet héritage. Charlie est en outre l’héritier d’un autre journal d’inspiration parodique et sans concessions, Hara Kiri, « journal bête et méchant », qui tomba sous le coup d’une interdiction de paraître en 1970, suite à la disparition du Général de Gaulle et au scandale créé par sa couverture consacrée au « bal tragique à Colombey – un mort ». L’ordre et l’autorité, cibles privilégiées de l’équipe, deviendront celles de ses successeurs : ainsi du premier Charlie (1969-1985) fondé par Cavanna et Choron, adepte de l’humour noir et de la provocation. La plupart des dessinateurs de Charlie avaient été formés à Hara Kiri (Reiser, Cabu, Gébé, Wolinski o Willem), et collaborèrent à L’Enragé (Mazurier, 2013). Là encore, le genre caricature ne peut guère être dissocier de l’indispensable liberté d’expression et de la critique militante exercée à l’encontre des pratiques politiques et des croyances les plus diverses dans un Etat de droit. Charlie n’hésita pas à dénoncer les dictatures et l’autoritarisme, en Amérique latine comme en Espagne. Dans les années 1987-1988, Cabu et Honoré — deux des victimes de l’attentat de 2015 — dénoncèrent la dictature la plus ancienne d’Amérique latine, celle d’Alfredo Stroessner, l’homme fort du Paraguay de 1954 (coup d’Etat) à 1989. Ils dédicacèrent leurs caricatures, réunies d’ailleurs dans un album, Pour le Paraguay ! publié par le Comité Français de Solidarité et de Soutien au Peuple du Paraguay (1987-1988), à Napoleón Ortigosa, « le plus ancien prisonnier politique d’Amérique latine, emprisonné depuis 25 ans par l’un des régimes les plus totalitaires de la planète ». Napoleón Ortigosa, le « Nelson Mandela du Paraguay », un capitaine de cavalerie condamné à mort en 1963 pour conspiration à l’encontre du dictateur S. Stroessner, avait passé 25 ans en prison dans des conditions inhumaines avant de devenir le protagoniste d’une fuite spectaculaire vers l’Espagne via l’ambassade de Colombie à Asunción, avec la complicité de ses avocats. La justice paraguayenne reconnut son innocence en 1997 (alors que la démocratie était revenue dans le pays) et en 2001, une cour d’appel lui accorda une indemnisation. Cette contribution des dessinateurs de Charlie fut opportunément rappelée en janvier 2015 dans un hommage rendu par un quotidien paraguayen en ligne à Cabu et Honoré. Nombreux furent les médias paraguayens qui s’y associèrent, et c’est le jour même que le gouvernement paraguayen condamna l’attaque terroriste19.

15Pendant le franquisme, Charlie avait consacré l’un de ses premiers numéros (le n°3) à « Franco assassin », personnage fréquemment représenté en compagnie du précédent. Les dénonciations graphiques et satiriques les plus marquantes ont dans leur grande majorité concerné le Chili, et plus encore à la suite du procès international intenté à Pinochet : Willem y Tardi en 1998, n°335, 337, Riss en 2000, n°403, n°425, Jul en 2006, n°756, se déchaînèrent contre le dictateur. A l’occasion du décès du dictateur alors que la violence envahissait les stades de football, Jul publia une caricature du défunt « interdit de stade », en référence au « lieu de mémoire » qu’est le stade Chile, lieu d’emprisonnement et de torture après le coup d’Etat de 1973. Une autre couverture restée dans les mémoires fut celle du mandat d’arrêt international lancé contre Pinochet en 1998 (n°335) par plusieurs pays européens (Suisse, Espagne, France, Suède) alors que le dictateur était réfugié à Londres : « Pinochet, on se l’arrache ! ». A cette date, Pinochet occupait déjà une place privilégiée dans l’imaginaire visuel des dessinateurs en tout genre, depuis le coup d’Etat de 1973 et la mort tragique du président Salvador Allende jusqu’à l’épisode de l’arrestation à Londres —qui « réveilla » véritablement la mémoire des (anciens) exilés chiliens et la « re-signifia » en une « bataille de la mémoire » qui se voulait une lutte contre l’impunité, les exilés se transformant en justiciers— et de l’extradition (GARATE, 2016). L’arrestation du dictateur à Londres contribua à remobiliser l’imaginaire des caricaturistes européens (Gébé en 1998 pour Charlie Hebdo, édition du 4/11). L’année suivante, Charlie publie un « Top 50 des dictateurs » (Riss, 28/07/1999, n°371). A la suite de l’attentat contre Charlie, nombre de portails d’information et de médias chiliens ne manquèrent pas de rappeler cet engagement constant du journal en faveur de la démocratie et des droits humains au Chili, repris en grand partie par la presse française (VAYSSIERE, 2005 ; GARATE, 2015b)20.

16Le cycle prit fin en 2006 avec la mort du « monstre ». L’intérêt du cas chilien pour l’histoire culturelle —et visuelle — du temps présent latino-américain réside dans le fait que, des décennies plus tard et bien après les 33 années qui séparèrent le coup d’Etat de la mort du dictateur, le Chili demeure identifié à l’image du dictateur, et plus précisément à une photographie emblématique reprise très souvent par les dessinateurs, le représentant les bras croisés et portant des lunettes noires, œuvre du photographe hollandais Chas Gerretsen quelques jours à peine après le 11 septembre 1973. Pinochet devint l’incarnation du mal, une « icône de la trahison politique, de la répression et de la violation massive des droits humains » y compris à l’échelle mondiale (en opposition à la figure du militant de gauche à la fois héros et martyre), que l’on représenta non plus en « gorille » mais en chaise roulante (GARATE, 2015a&b, 2016). Fidel Castro en 2006 (« Le communisme ou la mort… ou les deux », n°738 caricature de Charb), Hugo Chávez en 2009 (Charb : « Chávez gagne son référendum », avec Fidel lui glissant en une formule prémonitoire que l’éternité lui sera bien courte, n°870) firent également la une du journal satirique et même de quotidiens généralistes comme Le Monde, avec des caricatures tout aussi féroces de Plantu qui, des années plus tard, publia son « autre 11 septembre » sur son compte Twitter21.

Sensibilités graphiques partagées : un « terrorisme graphique » ?

  • 22 « Fallece el emblemático caricaturista venezolano Pedro León Zapata », El Nuevo Herald, 6/02/2015, (...)

17Ce « mai 68 de la sensibilité » que fut d’après Jacques Julliard l’attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie présente la spécificité de s’inscrire dans la lignée mémorielle d’autres attentats perpétrés à l’encontre de la liberté d’expression en Europe (ainsi au Danemark en 2005, contre le Jyllands Posten). Le statut de la caricature comme élément clé de la culture politique s’en trouve conforté, réaffirmant les valeurs de solidarité et de résistance dans des conjonctures tragiques. Ce type de configuration n’est pas sans rencontrer de nombreux échos en Amérique latine, et plus encore lorsqu’il y a coïncidence d’événements, comme ce fut le cas avec la disparition du caricaturiste vénézuélien Zapata le 6 février 2015. Disciple du peintre mexicain Diego Rivera, humoriste et directeur de la revue satirique El sádico ilustrado à la fin des années soixante (au nombre de ses collaborateurs figurèrent le musicien Simón Díaz, les écrivains Salvador Garmendia, Luis Britto García et Elisa Lerner), Zapata fut un caricaturiste engagé dans la défense de la démocratie vénézuélienne, notamment à partir de 1965 depuis le quotidien El Nacional. Il est considéré comme « le journaliste qui fit du journalisme un combat quotidien pour la liberté », d’après la une de El Nacional du 7 février 2015, dans un pays à la longue tradition humoristique et de lutte contre le dogmatisme et les abus de pouvoir (OTERO SILVA, 1982) : depuis le Morrocoy azul (ennemi juré du dictateur Pérez Jiménez) aux « zapatazos » de ces dernières décennies et des sites d’information parfois parodiques tels que Caraota digital ou La Patilla. Aujourd’hui, un compte Twitter fait revivre l’esprit du caricaturiste, célébré également par le populaire hastag #SiempreZapata et #EternamenteZapata. Très symboliquement, l’un des premiers affrontements du caricaturiste avec la Révolution bolivarienne et son leader avait été un « zapatazo » du 20 octobre 2000, dans lequel apparaissait un sabre (alors que l’un des symboles les plus prisées de la « Révolution » était l’épée du « Libérateur » Simón Bolívar) accompagné de l’affirmation suivante : « Moi j’aime la société civile au garde à vous et à ma disposition ». Chávez en avait fait un cadeau de marque, réservée aux dignitaires des pays amis récipiendaires dans le même temps de l’ordre du Libertador. Pas moins de 18 copies furent ainsi offertes à des personnages aussi divers que Khadafi, Putin, Mugabe, Evo Morales, ou Fidel Castro, ou encore à l’armurier russe Mikael Kalashnikov22.

18Dans les derniers mois de 2014, la caricaturiste Rayma Suprani, internationalement consacrée, membre de l’association fondée par Plantu, Cartooning for Peace, fut censurée et licenciée à la suite de la publication par le quotidien El Universal d’une caricature représentant les désastres de la santé publique au Venezuela : il s’agissait d’un encéphalogramme plat, accompagné de la signature de Hugo Chávez. Pour Plantu, Rayma demeure l’un des symboles de la résistance contre un régime autoritaire pratiquant la censure à l’encontre des médias, autocensure comprise. La caricaturiste victime de l’ « hégémonie communicationnelle », attaquée avec régularité depuis le site chaviste Aporrea, avait passé pas moins de 19 ans à illustrer les colonnes de El Universal, quotidien passé aux mains de partisans du régime. Privée de moyens de subsistance, la « terroriste graphique » est contrainte de s’exiler aux Etats-Unis (2016), comme le souligne Le Monde au mois d’août de la même année. En 2015, La Patilla et El Nacional furent l’objet de procès pour diffamation à la demande du président de l’Assemblée nationale, Diosdado Cabello (AGELVIS, 2010)23. L’affirmation politique et militaire du « processus » (el proceso, terme utilisé par ses partisans), en d’autres termes de la Révolution bolivarienne puis du Socialisme du XXe siècle, est allé de pair avec une nette remise en question de la liberté d’expression dans le domaine de la presse et des moyens de communication en général24. Dans un autre pays de l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les Amériques), l’Equateur, le caricaturiste Xavier Bonilla, plus connu sous le nom de Bonil, a été la cible d’attaques émanant des milieux officialistes et de la présidence de la République après avoir dessiné la perquisition au domicile d’un leader issu de la société civile. En Argentine, Hermenegildo Sabat et sa caricature de la présidente la bouche close d’un ruban adhésif rouge déclenchèrent des représailles à son encontre et à l’encontre du quotidien qui l’avait publiée, Clarín25.

19Les caricatures ont certes joué un rôle de soupape de sécurité et de catharsis face à la censure politique et éditoriale exercée sur le continent. En ce sens, la caricature comme symbole de liberté et de « pratiques » iconoclastes, participant d’un ensemble de représentations collectives, en vint à jouer un rôle de révélateur de tensions et de préoccupations partagées, des tensions ayant toutefois un arrière-plan historique parfaitement perceptible sur le temps long. L’histoire sociale de la culture va ici de pair avec une histoire culturelle du social. Les sensibilités et les émotions y acquièrent une importance majeure s’agissant de la « réception de l’événement » à ses différentes échelles, du local au global, avec l’amplification et  voire la capacité de mobilisation propres aux nouveaux moyens de communication et à ce qu’il convient d’appeler « réseaux sociaux numériques » (RSN). Ces derniers tendent en effet à cultiver une apparente compassion— à l’égard des victimes — voire à relayer rébellion et indignation. Or, cette indignation s’avère être à la fois d’ordre politique et moral, mais également une émotion constructive et porteuse de valeurs — à l’instar du mouvement des Indignados initié depuis L’Espagne— (CAPDEVILA et LANGUE, 2014 : intr. SMYRNAIOS et RATINAUD, 2013 ; AMBROISE-RENDU et DELPORTE, 2008).

20Dans un texte désormais classique, The Cartoonist’s Armoury (1963), l’historien de l’art Ernst Gombrich propose une synthèse du pouvoir de la caricature. Il rappelle que la caricature utilise un langage qui transforme les idées en images, convoquant les imaginaires et forgeant des métaphores graphiques fondées sur un sens moral et politique affirmé26. La « bataille des images », parfois d’un format populaire, a en effet presque toujours accompagné des situations de tensions, de crises, voire de guerre sur le continent latino-américain. Au-delà des deux guerres mondiales et de leurs répercussions hors d’Europe dans des journaux tels que comme Caras y Caretas (Buenos Aires) et Careta (Rio de Janeiro), le genre irrévérent semble avoir trouvé sa place dans la presse locale à partir de la fin du XIXe siècle. L’un des exemples les plus significatifs est celui de la guerre de la Triple Alliance (1864-1870, qui opposa le Paraguay à l’Argentine, au Brésil et à l’Uruguay), dûment retranscrite dans les colonnes des quotidiens Cabichui et Centinela au Paraguay et Sentinela do Sul au Rio Grande do Sul (Brésil). Au Mexique, Daniel Cabrera alias Figaro manie la critique graphique contre le gouvernant positiviste Porfirio Díaz et est emprisonné à plusieurs reprises. Au Venezuela, le conflit politique (les « libéraux jaunes » du XIXe siècle) ou diplomatique (le blocus des côtes vénézuéliennes en 1902 par les puissances occidentales dont la Grande-Bretagne et l’Allemagne, avec l’appui des Etats-Unis) occupent les colonnes des quotidiens nationaux par le biais de caricatures peu respectueuses de la position du gouvernement. Dès le XIXe siècle, la caricature s’y transforme en une arme contre le « personnalisme politique » (en tant que style de gouvernement fondé sur un pouvoir personnel et autoritaire) mis en œuvre depuis les sommets de l’Etat. A ce titre, elle est partie intégrante de la stratégie d’opposition au premier gouvernement d’Antonio Guzmán Blanco (1870-1877). Dans leurs caricatures, Aramburiu, Paolo, Lumet, Puch, Flash, entre autres, pratiquent la critique sociale et politique et font de la dénonciation du caudillisme leur priorité. Le débat électoral lui-même inclut la publication de caricatures destinées à défendre les libertés mises à mal, comme ce fut le cas, certes plus tardivement, dans la Colombie voisine27 pendant le gouvernement du Front national et tout particulièrement à partir de la fin de la dictature du Général Gustavo Rojas Pinilla (1953-1957) : le caricaturiste Hernando Turriago « Chapete » se lança dans le combat politique au moyen de caricatures publiées dans le quotidien El Tiempo dans la décennie 1960. Les liens entre caricature et politique, entre graphique et satire, trouvent des illustrations remarquables dans l’exposition consacrée en 2009-2010 par la bibliothèque Luis Angel Arango à la caricature en Colombie depuis l’Indépendance, à l’occasion précisément du Bicentenaire28. La Colombie est à notre connaissance le seul pays latino-américain qui a explicitement fait le choix de célébrer aussi clairement ce mode d’expression en le situant dans le cadre d’une commémoration officielle, dont il faut se souvenir des implications à la fois nationale et continentale. Les antécédents ne manquent certes pas : ainsi, lors de la révolution d’Indépendance néo-grenadine, l’affrontement à la fois verbal et graphique entre partisans et opposants de Nariño, sans compter la rivalité sans merci entre les deux « Libérateurs », Bolívar et Santander : Nuevas aleluyas (fondé sur un genre religieux à l’origine, proche de l’estampe) fut la première caricature politique de Colombie, reflet de la lutte entre les partisans des Libérateurs, devenus ennemis irréconciliables à partir de 1828. Après l’Indépendance s’imposa le journal satirique El Charivari bogotano, d’inspiration ouvertement européenne de par son titre (Le Charivari, de Charles Phillipon mais aussi ses équivalents el London Charivari—, del Berliner Charivari y del New York Charivari) mais conservateur assumé sur le plan social et politique. Les années 1830-40 virent également s’affronter, au-delà de la caricature sociale zoomorphe, les maçons et leurs contempteurs. Dans les décennies suivantes, l’affrontement conservateurs/libéraux s’exprimera également par la caricature et la représentation de la violence et de tableaux de mœurs (ainsi Adolfo Samper dans les années 1940, considéré comme le « père de la caricature » et de la critique libérale dans le pays). La dictature de Rojas Pinilla (1953-1957) viendra porter un coup d’arrêt à un genre dont le premier salon s’était tenu en mars 1953, entraînant la mobilisation des dessinateurs censurés. Le retour de la liberté de presse (1959) ouvrit la voie à l’essor transgressif de la critique sociale par le trait (Nueva Prensa, Alternativa) à l’encontre de la « grande presse » pourtant adepte elle-même de la caricature (El Tiempo, El Siglo). Quelques caricaturistes et polémistes majeurs (Héctor Osuna, porté sur les caricatures politiques et plus particulièrement présidentielles, et fort apprécié de Gabriel García Márquez) s’imposèrent dans les mémoires graphiques, avant qu’une nouvelle génération ne revendique un genre plus humoristique, moins politisé bien qu’admirateur de Quino, orientation elle-même remise en question par le retour d’un coup de crayon plus politique (Héctor Osuna, Pepón, Antonio Caballero, Ari, Luisé, Ugo Barti). Il s’agit alors de dénoncer la corruption depuis les plus grands quotidiens, mais aussi d’aborder le thème de la guérilla et de l’intolérance. On peut considérer que le continent est actuellement confronté à un changement d’échelle — globalisation qui concerne au premier chef la circulation des images et tend par conséquent à dépasser l’interprétation en termes de transferts culturels qu’autorisait le XIXe siècle à travers la notion de centre émetteur et de vecteurs spécifiques, voire, dans ses premières décennies, le XXe— plus que de paradigme en ce qui concerne la diffusion et la critique de l’information sous forme graphique —associée à la critique politique — et sa répétition tragique (GOMBRICH, 1963 ; ESCOBAR, 2007 : 509-523; ALVES, 2006 ; GANTUS, 2009 ; AAVV, Los liberales amarrillos, 1982 ; PEREZ-VILA, 1979 ; ABREU, 2005 ; HELGUERA, 2012 ; ACEVEDO TARAZONA, 2015 ; ACEVEDO, 2009 ; ESPAGNE, 2013).

21Dans l’ « humour graphique » continental, l’Argentine occupe une place majeure aussi bien en ce qui concerne les usages politiques de l’humour pendant le péronisme qu’au temps présent. Les antécédents de cet « humour graphique » et en particulier de la caricature politique remonteraient aux guerres d’Indépendance du Rio de la Plata (« Révolution de mai » 1811) : pour la faction adverse, le Libérateur San Martín lui-même est représenté sous les traits d’un léopard assoiffé de sang. Autre étape significative : à la chute du dictateur Juan Manuel Rosas, la caricature s’épanouit dans les journaux El Diablo de Buenos Aires et La Bruja Duende, avant de se généraliser à la fin du XIXe siècle grâce aux dessinateurs de peintures de mœurs. En ces premières décennies du XXe siècle voient le jour des revues qui allaient marquer l’histoire culturelle du pays, telles Caras y Caretas, PBT, ou encore Tía Vincenta, fermée avec d’autres publications pendant le régime militaire de Juan Carlos Onganía (1966-1970). La revue Descamisada, publiée de 1946 à 1949 avec la participation de dessinateurs de Forja, devint toutefois une publication officialiste au moment même ou le genre caricature était à son apogée, apogée coïncidant avec celle de bandes dessinées de type historietas, officiellement promus depuis la Secretaría de Información. Dans la conjoncture du premier péronisme, la bande dessinée « José Julián, l’héroïque sans-chemise » se veut l’expression de la relation étroite entre culture de masse et politique dans l’Argentine contemporaine. Les caricatures publiées dans les revues Cascabel ou Descamisada — « l’inspiratrice par excellence du rire péroniste » selon M. Gené — s’élevèrent au niveau d’une « satire visuelle » et constituèrent des dispositifs de création de modèles dichotomiques, anti-péroniste-oligarque-« gorille » versus péroniste-cabecita negra (littéralement : petite tête noire), participant de la construction des identités politiques du XXe siècle argentin et de l’essor des publications péronistes. Dans La Vanguardia du début de 1946 —périodique fermé peu de temps après sa création, en même temps que Cascabel—, on stigmatisait Perón sans états d’âmes, dénonçant l’orgueil et l’autoritarisme d’un leader représenté en uniforme et tenant un sabre ressemblant à un garrot, l’autre main dans la poche de sa veste — l’un des codes de l’ « humorisme graphique » —, entouré de vices et de tentations incarnées par des femmes légères (LEVIN, 2015 : 61 et suiv.; GENE, 2008 y 2005a).

22De plus en plus fréquemment, les caricatures sont incorporées aux pages des quotidiens nationaux. Malgré la censure, le quotidien Clarin sera sur ce plan l’un des protagonistes de la décennie 1973-1983, avec ses bandes dessinées et caricatures. Un espace d’autonomie se profile, mais pas nécessairement de résistance affichée (F. Levin). Des humoristes et caricaturistes tels que Landrú parvinrent à éluder la censure d’une manière ambiguë, « en évitant de nommer l’événement lorsqu’ils faisaient allusion au coup d’Etat du 24 mars » (1976). Cette représentation « fuyante » sera moins évidente à la fin du « vidélisme » (régime du Général Jorge Rafael Videla, 1976-1981). Les humoristes, comme le souligna alors Hermenegildo Sabat —attaqué pour ses caricatures à la fin du kirchnérisme— et qui était déjà, à cette époque, dessinateur à Clarín, comprirent immédiatement qu’à partir du coup d’Etat, il n’était plus possible de représenter d’une manière trop évidente les membres de la junte militaire. Les caricatures de Videla, pas toujours situées dans un cadre ou avec des uniformes militaires, acquirent ainsi un ton moins critique que celles dénonçant d’autres dictateurs (i.e. Pinochet). D’où « la difficulté de différencier clairement peur et appui pendant la première étape du régime militaire » et, par conséquent l’autocensure et la mise entre parenthèses du pouvoir subversif de la caricature (LEVIN, 2012 et 2013; GENE, 2005b et 2010).

  • 29 Du dictateur Stroessner.

23Le rôle et l’impact de la caricature en Amérique latine demeure cependant difficile à évaluer compte tenu de l’absence de synthèses sur le sujet, à l’exception de l’Argentine, ou de périodes très précises des différentes histoires nationales –dictatures, crises, catastrophes, blocus—. Malgré ces limitations, les études existantes tendent à mettre en exergue le rôle dévolu à l’ « humour graphique » — bande dessinée, dessins de presse, caricatures proprement dites — comme « discours social » et acte de subversion d’un ordre politique perçu comme autoritaire, oppresseur voire dictatorial, et de lutte contre celui-ci. La morale est certes présente, mais la religion singulièrement absente, sauf exceptions notables et à la différence du cas français. L’ « humour graphique » est par conséquent l’expression qui semble le mieux caractériser la production continentale. Ces premières approches montrent en effet que l’imaginaire populaire et la satire voire l’engagement politique sont les caractéristiques majeures des caricatures de la région (Cône sud), un exemple des plus significatif étant celui du journal paraguayen El Pueblo à la veille de la chute de la dictature stroniste29 (SOLER, 2015).

L’ « ère des victimes » et la force des images

  • 30 Alejandra Dandan, « El humor negro como testimonio del horror », Página/12, 28/12/2015 http://www. (...)

24Les histoires et mémoires nationales de ces dernières décennies étant promptes à se (re)centrer au fil des événements tragiques, évoquer une « société des victimes », n’est pas dépourvu de sens malgré la surexposition médiatique, tant est présente l’unanimité dans le rejet et la condamnation de la barbarie. Résilience et résistance deviennent de la sorte des maitre-mots qui, depuis les attentats du 15 novembre à Paris, font partie intégrante de l’analyse des faits (Erner, 2006). Associé précédemment à l’  « ère des témoins », le temps présent s’est transformé progressivement en une ère des victimes, justifiant des commémorations fréquentes associées à un « patrimoine sensible » qui se différencie toutefois de la mémoire collective par le caractère intentionnel du processus de préservation de ses répertoires. Désormais, le sensible est objet de partage, en fonction d’une expérience commune et l’affirmation de manière d’être, d’agir et de s’exprimer (WIEVIORKA, 1998 ; AUZAS et TRAN, 2010 : introduction ; RANCIERE, 2000). Omniprésentes, les victimes sont le signe voire le symbole ambigu d’une époque héritière de conflits mondiaux (plus localisés s’agissant de l’Amérique latine) dont les échos persistent au présent (ROUSSO, 2016 : 287). Elles deviennent dans une certaine mesure « l’une des figures importantes de cette mondialisation de la mémoire » fondée sur un rapport spécifique à l’information, proche parfois d’une « histoire publique » aux accents plus populaires, occasionnellement revendicative par rapport au discours scientifique. Les « vaincus » constituent une catégorie similaire, qui répond à des fins politiques ou idéologiques particulièrement actuelles sur le continent latino-américain. Le chapelet de lamentations, protestations et revendications, presque toujours fondées sur des émotions négatives (la haine de l’autre dans le populisme/péronisme) implique la recherche non seulement de compensation, de reconnaissance, de pouvoir, mais aussi de vengeance ici et maintenant. La violence révolutionnaire n’a pas d’autre  « justification » et ressort de l’action que cette victimisation constante d’un passé plus ou moins proche et le souvenir persistant des crimes du passé. Par conséquent, il ne s’agit pas d’une quête de vérité et de justice, ni même de réconciliation comme ce fut le cas dans plusieurs pays latino-américains avec les commissions de la vérité, y compris dans le cadre d’une transition issue d’un « pacte » comme au Chili (LANGUE, 2014 ; FERRER, 2015). A l’occasion des procès qui se sont ouverts récemment en Argentine, l’humour (noir) est devenu pour les survivants de l’ESMA — l’Ecole de la marine, transformée en lieu de torture par la junte militaire— un témoignage de l’horreur, l’expression de la résistance et le souvenir de la quotidienneté vécue en ce lieu de mémoire. Appréhendée en 1977, Lelia Margarita Bicocca fut l’une des victimes de la dictature. Pendant son emprisonnement, elle dessina Il Capuchino, sorte de bande dessinée que la CONADEP (Commission nationale sur la disparition de personnes, créée en 1983 par le président de la République Raúl Alfonsín, et qui recensa pas moins de 10 000 disparus) conserva pendant près de trente ans. Empreinte d’humour noir, Il Capuchino présente de silhouettes avec des cannes, attachées au moyen de chaînes ou menottées, des os et des squelettes. Le juge la considéra comme un témoignage parmi d’autres de dénonciation, dans le style de la caricature politique dont elle reprend précisément la sobriété du trait30.

  • 31 « “Nadie es Haití”, una viñeta que conmueve y cuestiona la falta de interés mundial », Clarín, 12/1 (...)

25Le thème des victimes nous renvoie sans équivoque à une condition perçue et ressentie comme insupportable pour les contemporains, renvoyant à la souffrance voire à la douleur et au pardon au niveau des Etats et des institutions (Cf. la création en France en 2004 d’un secrétariat d’Etat aux droits des victimes). La miséricorde et la piété de l’époque moderne ont cédé la place à la compassion. Dans les démocraties d’aujourd’hui, le non humain n’est plus l’esclave ou le barbare, mais le monstre, qui se caractérise par son incapacité à « partager », à la différence des héros mis en avant par les histoires nationales. Face à la multiplication des victimes appréhendées comme catégorie sociale reconnue ou instrumentalisée, la compassion est devenue un sentiment démocratique, tel que l’avait identifié Tocqueville. Dès lors, les droits des victimes en viennent à prendre le pas sur les droits humains et le rejet de la souffrance participe d’une « sensibilité démocratique » dérivant du principe d’égalité. La souffrance, physique ou psychologique, tend à devenir plus insupportable que la mort elle-même. La victime, celle d’hier ou d’aujourd’hui (dans le cas d’événements traumatiques) en est « sacralisée », le point de départ de cette assimilation remontant à mai 68 pour l’Europe (« Nous sommes tous des Juifs allemands »). Cette évolution a eu pour conséquence une certaine méfiance à l’égard de deux types de discours pourtant incontournables dans une société démocratique ou se prétendant telle : celui des chercheurs (en sciences sociales) et celui des humoristes. Proposer une explication dérange dans la plupart des cas et confine au blasphème lorsque la condition de victimes justifie (i.e. législation ou (auto)censure) et réunit, bénéficiant d’une reconnaissance à la fois individuelle et collective, sans pour autant être assimilée à la justice comme le souligna P. Ricœur. De ce fait, la victime peut faire obstacle à la mise en œuvre de la justice. Elle sera ainsi à l’origine de polémiques identitaires comme cela fut (et continue d’être) le cas avec la « réparation » de l’esclavage. Tel fut le sens du mot d’ordre « Je suis Charlie », des affiches et des couvertures du journal lui-même et des bougies allumées reprises par les hommages graphiques (ERNER, 2006 : 21, 49). L’indignation mondialisée (médias et réseaux sociaux confondus) demeure toutefois tristement sélective, si l’on considère l’absence de solidarité suite au passage de l’ouragan Matthew à Haïti en octobre 2016, dans un pays déjà confronté à des désastres naturels et politiques répétés. Aucun hastag relatif à cette tragédie ne fit la une des couvertures, comme le souligna à juste titre le quotidien argentin Clarín. L’alerte de sécurité Safety Check de Facebook, permettant à chacun d’indiquer sa situation en cas de drame (ce qui avait été le cas cependant pour la Floride au même moment, et, auparavant, lors des attentats de Paris, Bruxelles, Yola (Nigeria), du Pakistan et d’Orlando, ainsi que du tremblement de terre du Népal en avril 2015), ne fut pas même activé31.

  • 32 “El drama de los refugiados. La foto del niño muerto en la playa divide a la prensa internacional » (...)

26Une fois passée l’émotion des attentats parisiens de janvier 2015 ont cependant surgi d’autres images et d’autres caricatures qu’il est indispensable d’évoquer en raison de leur apparente proximité dans l’interprétation graphique des faits et leur circulation en Amérique latine : celle de l’enfant syrien mort sur une plage, insérée dans une litanie de discours visuels plus ou moins explicites face au drame humain en temps de guerre et de conflit. La presse du dernier trimestre 2015 ne manqua pas d’en souligner l’analogie avec la petite fille de la guerre du Vietnam — brûlée au napalm, image iconique des massacres de la guerre— à l’occasion de la nouvelle guerre des images qui se déclencha sur le thème des réfugiés — sinistre souvenir par ailleurs d’images de la vieille Europe il y a quelques décennies —. Depuis les autres attentats tragiques du 13 novembre contre des lieux de sociabilité fréquentés par une génération ouverte et culturellement métissée, ce sont à Paris des lieux de désolation, des dessins de liberté, des devises réappropriées (Fluctuat nec mergitur) et des bougies allumées qui occupèrent les espaces de circulation de l’information, médias et réseaux sociaux confondus (à noter l’extrême réactivité de ces derniers dans des moments tragiques) y compris sur le continent américain. La peur en vint à conforter son statut non seulement d’émotion diffuse dans l’espace public mais également d’ « idée politique », ni irrationnelle ni spontanée, constitutive de la relation gouvernants/gouvernés, bien que sans les circonstances particulières qui présidèrent à l’adoption du Patriot Act. La « mémoire obstinée bien que fragile », la persistance de traces commémoratives en des lieux bien précis (à la différence des sociétés « habituées » à la peur comme Israël) et la relative dégradation du débat dans l’espace public conduisent dès lors à la « dénaturation des institutions politiques ». Or, de la « mise en mémoire de l’espace public » participent précisément les images, y compris dans leur dimension graphique (BOUCHERON & ROBIN, 2015 ; ORTIZ, 2008 y 2012, à propos de l’attentat d’Atocha, Madrid, le 11 mars 2004)32.

27Il ne s’agit cependant pas d’inscrire les événements tragiques comme l’attentat contre Charlie Hebdo et ceux qui le suivirent dans le registre exclusif de la douleur et de libertés individuelles mises à mal mais de les resituer dans une culture démocratique partagée. Nous renvoyons sur ce point à cet autre exemple que constitue le « printemps arabe » en Tunisie (FAKHFAHet TLILI, 2013) — et à l’une de ses modalités les plus immédiates d’expression artistique et médiatique. Pendant la « révolution de jasmin » (2010-2011), l’artiste peintre, dessinatrice de presse et enseignante d’arts plastiques tunisienne Nadia Khiari — formée en France et publiant dans le Courrier International et Siné mensuel — accède à la notoriété grâce à son chat Willis from Tunis et aux réseaux sociaux qui se font l’écho des très démocratiques et satiriques réflexions félines (Willis from Tunis vit le jour sur Facebook), de sa chronique de la « révolution » et de sa critique des censeurs… de tous poils. Willis from Tunis devint l’une des icônes de la révolution tunisienne et N. Khiari reçut en 2012 le prix Honoré Daumier lors de la deuxième réunion des dessinateurs de Cartooning for Peace. Après l’attentat contre Charlie Hebdo, elle dessina un chat en train de faire ses courses : « du papier, un crayon et un gilet pare-balles »33. Dans l’historiographie américaniste, rares sont les synthèses sur cette question du partage de la culture démocratique et de la liberté d’expression qui l’accompagne. Dans le meilleur des cas, ce sont des périodes bien précises des histoires nationales ibéro américaines qui émergent, celles-là mêmes qui tendent à diviser la société civile de manière persistante ou prolongée. Les caricaturistes (viñetistas) en retracent les circonstances —faisant acte de mémoire— d’un trait sans concession, se centrant sur un moment particulier et sa captation émotionnelle et/ou symbolique, distinct du récit photographique ou cinématographique. L’existence d’un régime émotionnel spécifique et d’émotions ambivalentes oriente in fine de la caricature, dont le pouvoir est précisément de susciter l’émotion dans l’opinion publique. Il suffit pour s’en convaincre de se souvenir des réactions hostiles provoquées par les caricatures sur les réfugiés et notamment la mort du petit Aylan. Le dessin de l’enfant mort sur une plage alors même que le calendrier français était celui de la rentrée scolaire, dessin « poétique, symbolique » pour son auteur Emmanuel Chaunu (qui l’avait publié sur son compte Facebook) se veut l’expression d’un humour visant à dénoncer l’attitude de l’Europe sur le thème des réfugiés. Ce qui valut à son auteur de recevoir des menaces de mort, alors que Charlie Hebdo était accusé à nouveau et dans le même temps de racisme et de xénophobie. Presque au même moment, une rencontre de dessinateurs de presse et caricaturistes au Mémorial de Caen, autre lieu de mémoire, donna lieu à des interrogations quant à la récupération politique et à l’(auto)censure prévalant chez les caricaturistes. Il fut souligné à cette occasion que ce n’était pas Charlie et ses caricatures irrévérentes qui avaient changé mais le pays lui-même qui avait changé34.

28La réconciliation des caricaturistes et de leurs cibles politiques face à la barbarie constituerait-elle la caricature en symbole internationalisé de la liberté d’expression, avec ses excès et ses dérives (DELPORTE, 2015 : 56) ? La caricature s’inscrirait à l’encontre des « usages politiques de la peur », et permettrait de la conjurer. Sur ce point, il ne s’agit pas seulement de vigilance démocratique mais de dérive vers une obéissance marquée par l’  « urgence » (BOUCHERON, 2015). La caricature serait parallèlement une manifestation bien qu’éphémère de (bon) fonctionnement de la démocratie —tel est le sens d’un éditorial du grand quotidien espagnol El País— et d’une presse défendant sa liberté. Les derniers événements tragiques des dernières décennies, sur le continent latino-américain, en Europe et au-delà, la caisse de résonnance médiatique créée à l’échelle d’Internet (web et réseaux sociaux) ne laissent pas de conforter cette appréciation sur une forme d’expression considérée à tort comme un genre mineur. Le blog « Twitter caricature politique » (Twitter Caricatura Política), se présente ainsi comme un suivi de l’actualité politique vénézuélienne à travers les caricatures diffusées… via Twitter. A l’exception de la synthèse rapide réalisée par Florencia Levin (dont une partie est consacrée aux origines américaines des bandes dessinées et autres cartoons), les études d’ensemble sur les origines et les manifestations de cette forme d’expression en Amérique latine, y compris sous ses formes les plus contemporaines, font défaut. La seule exception, fort relative cependant, serait celle des passés traumatiques, « qui ne passent pas », des « années de plomb » ou encore du « nunca más » (« plus jamais cela »), celle des conjonctures de répression et de dictatures dans le Cône sud, au Brésil, en Argentine, au Chili —on peut d’ailleurs se poser la question de savoir s’il y aurait sur ce pays un effet Charlie, compte tenu des solidarités évoquées et de l’intérêt manifestée par la presse européenne et ses dessinateurs pour ces années tragiques—. Le thème des caricatures, qu’il renvoie à des pratiques politiques controversées en démocratie ou aux abus commis par des régimes autoritaires, semble au premier abord rendre plus délicat le travail de l’historien, qui se retrouve au centre des débats qui ont inspiré ces dessins, parfois sans l’indispensable distance critique dans le temps et dans l’espace. Ces circonstances ne rendent que plus indispensable l’étude d’un phénomène clé de l’histoire culturelle du temps présent, particulièrement sur le continent latino-américain. Elles impliquent tout aussi bien d’en sauvegarder les témoignages si l’on considère l’initiative prise par l’université de Harvard de créer dès 2015 une base de donnée en ligne sur les attentats contre Charlie. Ces témoignages visuels symboliseraient en quelque sorte l’état du débat démocratique en Occident (ARAGAO, 2012 ; GARATE, 2015a)35.

  • 36 Les caricatures de Weil sont disponibles sur le site du quotidien Tal Cual et reprises dans Caraota (...)

29Charlie est devenu par conséquent le symbole d’une liberté d’expression à défendre et d’une écriture « alternative » de l’histoire, y compris face à une violence, réelle ou symbolique, que « justifierait » pour ses défenseurs (la gauche autoritaire latino-américaine) son caractère « révolutionnaire ». Le récit de l’attentat lui-même, tel qu’il fut repris par les médias latino-américains, tend par ailleurs à réaffirmer le statut de l’image comme représentation d’un passé récent ainsi qu’une « idée visuelle » de l’histoire : en d’autres termes, d’une manière de « comprendre le passé comme image et comme culture ». La caricature parodique du dessinateur vénézuélien Weil sur « morale et lumières » — l’un des « moteurs » de la Révolution bolivarienne d’après la redéfinition pragmatique de celle-ci à partir de l’année 2007 — et « nos nécessités premières » dans un contexte de destruction de l’économie nationale (2016), résume sans ambigüité le rejet d’une censure qui guette aussi bien l’essayiste, le journaliste, que le caricaturiste tentant de « dessiner l’histoire », voire l’historien du temps présent. Sur les deux rives de l’Atlantique, ces caricatures irrévérentes par nature mettent en exergue l’exigence renouvelée et incontournable d’une liberté d’expression « non négociable » et participent de la définition de démocraties confrontées à des formes d’autoritarismes et à la résurgence d’extrémismes. En situation de crise politique et institutionnelle, elles relaient en ligne, à la fois par choix stratégique et pour contourner une réalité de fait, le combat pour la démocratie et l’Etat de droit, comme ce fut le cas à la fin de l’année 2016 au Venezuela (GENOUDET, 2015 : 55, 78-79)36.

Top of page

Bibliography

ABREU, Daniel L. (2005) “El papel de la caricatura en la estrategia de oposición al primer gobierno de Antonio Guzmán Blanco (1870-1877)”, Extramuros (Caracas), 23 http://www2.scielo.org.ve/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1316-74802005000200010&lng=es&nrm=i [consulté le 11/7/2016].

ACEVEDO TARAZONA, Alvaro, PINTO MALAVER, Maria Lilina (2015) “Contienda electoral durante el Frente Nacional (1958-1974). Las caricaturas de Chapete sobre Rojas Pinilla y la ANAPO en Colombia ». Historela, n°13, 295-343.

ACEVEDO, Darío (2009) Políticas y caudillos colombianos en la caricatura editorial, 1920-1950, Medellín, La Carreta.

AGELVIS, Valmore (2010) “Zapata y la caricatura”, Anuario GHRIAL, Universidad de los Andes (Mérida, Venezuela), 01-Diciembre, 4, 43-62.

ALMEIDA, Fabrice d’ (2013) Une histoire mondiale de la propagande de 1900 à nos jours, Paris, La Martinière.

AMBROISE-RENDU, Anne-Claude, DELPORTE, Christian (dir.) (2008) L’indignation. Histoire d’une émotion politique et morale XIXe-XXe siècles, Paris, Nouveau Monde Editions.

ARAGAO, Octavio (2012) “Brazilian Science Fiction and the Visual Arts, From Political Cartoons to Contemporary Comics”, in GINWAY, Elizabeth, BROWN, Andrew (eds.), Latin American Science Fiction. Palgrave Macmillan US, 185-202.

AUZAS, Vincent, TRAN, Van Troi (2010) Patrimoines sensibles : mots, espaces, pratiques, Presses de l’Université Laval, Québec.

AAVV (1982) Los Liberales amarillos en la caricatura venezolana‬. Biblioteca Nacional (Venezuela), Caracas, Fundación para el Rescate del Acervo Documental Venezolano‬ - Publicaciones Instituto Autónomo Biblioteca Nacional y Fundación par el Rescate del Acervo Documental Venezolano.

AAVV (2015) La caricature… Et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique, Paris, Nouveau Monde éditions.

BOUCHERON, Patrick, ROBIN, Corey (2015) Exercice de la peur : usages politiques d’une émotion, Lyon, PUL.

CAPDEVILA, Luc, LANGUE, Frédérique (coords.) (2014) Le passé des émotions. D’une histoire à vif Amérique latine et Espagne. PUR, Rennes.

CAPDEVILA, Luc, LANGUE, Frédérique (coords.) (2009). Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Rennes, PUR.

COSSE, Isabella (2014) Mafalda: historia social y política, Buenos Aires, FCE, 2014.

DAS NEVES ALVES, Francisco (2006) “Fontes para o estudo da história do Rio-Grande do Sul no acervo da biblioteca rio-grandense: o jornal Sentinella do sul e a guerra do Paraguai”, Biblos (Rio Grande do Sul), 20, 79-91.

DELPORTE, Christian (2015) “Les ambivalences du pouvoir et des politiques”, in AAVV, La caricature et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique, Paris, Nouveau Monde éditions, 49-57.

ERNER, Guillaume (2006) La société des victimes, Paris, La Découverte.

ESCOBAR, Ticio (2007) “L’art de la guerre. Les dessins de presse pendant la Guerra Guasú”, in Les guerres du Paraguay aux XIXe et XXe siècles, dir. Luc Capdevila, Nicolas Richard, Capucine Boidin, Paris, CoLibris, 509-523.

ESPAGNE, Michel (2013) “La notion de transfert culturel”, Revue Sciences/Lettres, 1, http://rsl.revues.org/219 ; DOI : 10.4000/rsl.219

FAKHFAH, Souheil, TLILI, Rachida (2013) “La caricature à l'épreuve du « printemps arabe”, Sociétés & Représentations, 36, 143-165.

FARGE, Arlette (2002) “Penser et définir l’événement en histoire”, Terrain, 38, http://terrain.revues.org/1929 ; DOI : 10.4000/terrain.1929

FAVRET-SAADA, Jeanne (2015) Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Fayard.

FERRER, Anita (2015) Assessing the Long-term Impact of Truth Commissions. The Chilean truth and reconciliation in historical perspective, NY, Routledge.

Gantús, Fausta (2009) Caricatura y poder político. Crítica, censura y represión en la ciudad de México, 1876-1888, México, El Colegio de México.

GARATE CHATEAU, Manuel (2015a) “El nacimiento de un monstruo. El Golpe de Estado en Chile y la imagen de Augusto Pinochet a través de las caricaturas de la prensa escrita francesa (1973-1990)”, Caravelle, 104, 87-114 http://caravelle.revues.org/1588

GARATE CHATEAU, Manuel (2015b) « Augusto Pinochet dans la caricature de presse française et anglo-saxonne, 1973-2006 », Monde(s), n°8, 2015, 105-120 http://www.cairn.info/revue-mondes-2015-2-page-105.htm

GARATE CHATEAU, Manuel (2016) « “¡Lo agarraron!” Representaciones del arresto de Augusto Pinochet en Londres y el despertar del exilio chileno en Europa (1998-2000) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 07 juillet 2016, consulté le 07 juillet 2016. URL : http://nuevomundo.revues.org/69482  ; DOI : 10.4000/nuevomundo.69482

GENE, Marcela (2005a) « Los rostros del General Perón : Perón, del retrato protocolar a la caricatura », Prohistoria, n°9, 83-103.

GENE, Marcela (2005b) Un mundo feliz. Imágenes de los trabajadores en el primer peronismo (1946-1955), Buenos Aires, FCE.

GENE, Marcela (2008) ““José Julián, el heroico descamisado”. Una historieta peronista”, Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 8, DOI : 10.4000/nuevomundo.30547

GENE, Marcela (2010) « Risas, sonrisas y carcajadas en tiempos de Perón. Pasando revista al humor político », in Soria, Claudia, Cortés Rocca, Paola, Dieleke, Edgardo (eds.), Políticas del sentimiento. El peronismo y la construcción de la Argentina moderna, Buenos Aires, Caras y Caretas, 81-93.

GENOUDET, Adrien (2015) Dessiner l’Histoire. Pour une histoire visuelle, Paris, Ed. Le Manuscrit.

GOMBRICH, Ernst (1963) “The Cartoonist’s Armoury, South Atlantic Quarterly, 62, 189-223. Reprinted in Meditations on a Hobby Horse and other essays on the theory of art, London, Phaidon, 1963.

HARTOG, François (2003) Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil.

HELGUERA, León (2012) “Notas sobre un siglo de la caricatura política en Colombia: 1830-1930”, Anuario Colombiano de Historia Social y de la Cultura, 16-17, 115-140.

LANGUE, Frédérique (2014) “Ressentiment et messianisme du temps présent vénézuélien”, in CAPDEVILA, Luc, LANGUE, Frédérique (coords.) Le Passé des émotions. D'une histoire à vif Amérique latine et Espagne, Rennes, PUR, 121-142.

LANGUE, Frédérique (2015) “Desafíos y retos de la historia del tiempo presente”, in Construcción social y cultural del poder en las Américas, Gabriela DALLA CORTE, Ricardo PIQUERAS, Meritxell TOUS MATA (coords), Barcelona, Universidad de Barcelona- Edición Km13774-Fundació Casa América Catalunya, 12-32.

LAURENTIN, Emmanuel (dir.) (2015) Histoire d'une République fragile (1905-2015), Paris, Fayard.

LEFRANC, Sandrine (2002) Les politiques du pardon, Paris, PUF.

LEVIN, Florencia (2012) “El humor reprimido. Tiras y viñetas del diario Clarín durante los años de represión y censura (Argentina, 1974 – 1982)”, Confluenze, 2, 232-273. https://confluenze.unibo.it/article/view/3441

LEVIN, Florencia (2013) Humor político en tiempos de represión. Clarín, 1973-1983, Buenos Aires, Siglo XXI.

LEVIN, Florencia (2015) Humor gráfico. Manual de uso para la historia, Buenos Aires, Ediciones UNGS.

MALAMUD, Carlos (2015) “Charlie Hebdo y la libertad de expresión en América Latina”, Infolatam, 11/01/ http://www.infolatam.com/2015/01/11/charlie-hebdo-y-la-libertad-de-expresion-en-america-latina/ [consulté le 11/7/2016].

MATARD-BONUCCI, Marie-Anne (2015) “Quand la caricature se met au service de la haine”, in AAVV, La caricature. Et si c’était sérieux ? Décryptage de la violence satirique, Paris, Nouveau Monde éditions, 81-89.

MAZURIER, Stéphane (2013) “De De Gaulle à Mitterrand : l'assaut de Charlie Hebdo (1969-1982)”, Sociétés & Représentations, 36, 125-141.

NORA, Pierre (1974) “Le retour de l’événement”, in Le Goff, Jacques & Nora, Pierre (dir), Faire de l’histoire, vol. I, Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard.

ORTIZ GARCIA, Carmen (2008) “Memoriales del atentado del 11 de Marzo en Madri”, Cadernos de Estudos Africanos, 15, 47-61.

ORTIZ GARCIA, Carmen (2010) “Duelo y memorialización en el espacio público tras los atentados del once de marzo de 2004”, in Bernabéu, Salvador y Langue, Frédérique (coords.), Fronteras y sensiblidades en  las Américas, Madrid, Doce Calles, 367-392.

ORY, Pascal (2015) Ce que dit Charlie. Treize leçons d’histoire, Paris, Gallimard/Le Débat.

OTERO SILVA, Miguel (1982) Un Morrocoy en el infierno. Humor… humor… humor, Caracas, Editorial Ateneo de Caracas.

PEREZ VILA, Manuel (1979) La caricatura política en el siglo XIX, Caracas, Centro Gumilla-Lagoven.

RANCIERE, Jacques (2000) Le partage du sensible : esthétique et politique ? Paris, La Fabrique.

Ricœur, Paul (2000) La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Le Seuil.

RODRIGUEZ, Juan Manuel (2006) “La caricatura de Mahoma y la libertad de información”, Chasqui Revista latinoamericana de Comunicación, n°93, 66-73.

ROUSSO, Henry (2012) La dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard.

ROUSSO, Henry (2016) Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin.

SERNA, Pierre (2015) La politique du rire. Satires, caricatures et blasphèmes XVIe-XXIe siècles, Ceyrézieu, Champ Vallon.

SMYRNAIOS, Nikos, RATINAUD, Pierre (2013), « Comment articuler analyse des réseaux et des discours sur Twitter », tic&société, Vol. 7, N° 2 http://ticetsociete.revues.org/1578 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.1578

SOLER, Lorena Marina (2015) “¿De qué se ríe el pueblo? La crisis del régimen stronista en las caricaturas del semanario del partido revolucionario febrerista en Paraguay (1984-1987)”, Historia Actual Online, 38 (3), 37-49 http://www.historia-actual.org/Publicaciones/index.php/haol/article/view/1195/1015 [consulté le 11/7/2016].

VAYSSIERE, Pierre (2005) Le Chili d’Allende et de Pinochet dans la presse française. Passions politiques, information et désinformation (1970-2005), Paris, L’Harmattan.

WIEVIORKA, Annette (1998) L’Ère du témoin, Paris, Plon.

Top of page

Notes

1 Cette étude a tiré le plus grand parti d’une présentation dans le cadre du séminaire interne de l’IHTP. Que ses commentateurs — non satiriques — en soient ici remerciés, en particulier Christian Ingrao et Anne Pérotin-Dumon. Adaptation actualisée de l’essai « La caricatura política desde un siglo XXI iberoamericano. Una historia cultural del tiempo presente”, paru dans Culture and Digital History Journal (CSIC Madrid), Vol 5, No 2 (2016), http://cultureandhistory.revistas.csic.es/index.php/cultureandhistory/article/view/107/367

2 Se dit des partisans d’un gouvernement ou d’un parti au pouvoir (Amérique latine).

3 Dossier de El País sobre « Libertad de prensa en América Latina » 2015-2016 http ://elpais.com/tag/c/e29c1c2d29cd4515204369934a44283d/

4 Nous avons exposé dans un premier temps cette problématique dans une brève entrée du Carnet de l’IHTP avant d’en faire le point de départ de cette réflexion: https://ihtp.hypotheses.org/448 (« La República frágil, Charlie y los dictadores », 6/5/2015).

5 Il ne s’agira pas ici de faire de l’analyse de discours, qui se fonde sur des critères linguistique précis et ne relève pas directement de notre propos.

6 La doyenne de la faculté de journalisme de l’Université de La Plata et kirchneriste convaincue (partisane de Néstor et Cristina Kirchner, respectivement présidents de l’Argentine en 2003-2007 et 2007-2015 et héritiers politiques de la mouvance péroniste), Florencia Saintout, souligna sur Twitter que « les crimes n’avaient jamais de justifications mais qu’ils avaient bel et bien des contextes » (cité par C. Malamud).

7 Entretien avec Pascal Ory : « Le terrorisme 2015 est très individualiste, la réaction de la société l’a été tout autant » par Sonya Faure et Cécile Daumas (http://www.liberation.fr/auteur/3975-cecile-daumas); Libération, 3/01/2016 http://www.liberation.fr/debats/2016/01/03/pascal-ory-le-terrorisme-2015-est-tres-individualiste-la-reaction-de-la-societe-l-a-ete-tout-autant_1424076

8 Hilda Sabato, « Contra toda historia oficial », Tiempo Argentino, 18/12/2011 http://tiempo.infonews.com/notas/contra-toda-historia-oficial y la declaración de los historiadores (diciembre de 2011), déclaration des historiens argentins reproduite dans en Nuevo Mundo Radar (décembre 2011) : https://nuevomundoradar.hypotheses.org/89294

9 Historizar el pasado vivo en América Latina: http://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php?categoria=Chile%3A+los+caminos+de+la+historia+y+la+memoria&titulo=El+pasado+est%E1+presente.+Historia+y+memoria+en+el+Chile+contempor%E1neo

10 El Deber (Santa Cruz de la Sierra), Carlos Morales y agencias, “Visión de Charlie Hebdo divide opiniones en la región”, 18/01/2015 http://www.eldeber.com.bo/mundo/vision-charlie-hebdo-divide-opiniones.html Dante Caputo, “El crimen de París enciende otra luz roja para la Argentina », Clarín, 19/01/2015 http://www.clarin.com/opinion/Charlie_Hedbo-China-America_Latina-Libertad_de_Expresion-Francisco_0_1288071215.html Ludmila Vinogradoff, «Venezuela aprueba "Ley mordaza" para el control de Internet y las redes sociales», ABC, 22/12/2010 http://www.abc.es/20101221/internacional/internet-venezuela-201012202327.html Andrés Oppenheimer, « Latinoamérica ante Charlie Hebdo », El Nuevo Herald, 14/01/2015 http://www.elnuevoherald.com/opinion-es/opin-col-blogs/andres-oppenheimer-es/article6520131.html

11 Personnage principal d’une bande dessinée publiée de 1964 à 1973 en Argentine, Mafalda est une fillette issue, comme son créateur Quino, de la classe moyenne progressiste. Très populaire dans toute l’Amérique latine et jusqu’en Europe (elle est désormais cinquantenaire), la série Mafalda se caractérise à la fois par son humour et son engagement politique. Un autre personnage, Libertad, incarnera le lien entre la lutte armée et l’humour, contribuant ainsi à la visibilité de la guérilla et plus généralement de la radicalisation politique, sans pour autant faire allégeance à la ligne politique défendue par Fidel Castro ou à se revendiquer de mouvements tercermundistas. Pendant la dictature, Quino se refusa à l’utilisation de Mafalda lors d’une campagne de presse des militaires et fut contraint de s’exiler (Cosse, 2014 : 131)

12 “#JeSuisParis, en dessins », Libération, 14/11/2015 http://www.liberation.fr/auteur/13090-liberation “#YoNoSoyCharlie: un lema discordante en América Latina », El Observador (Uruguay), 18/01/2015, http://www.elobservador.com.uy/yonosoycharlie-un-lema-discordante-america-latina-n296169

Diario política, 9/01/2015 : http://diariopolitica.com/el-kirchnerismo-relativiza-la-masacre-de-paris-y-habla-de-autoatentado/

13 Créée au début du XXe siècle, l’expression a été et continue d’être appliquée à l’histoire de la colonisation espagnole et aux violences exercées par les colonisateurs et leurs descendants. Elle ressurgit régulièrement en Amérique latine, récupérée par des mouvements protestataires en tout genre, indigénistes, et « révolutionnaires » Cf. sur ce point la synthèse de Joseph Pérez, La légende noire de l'Espagne, Fayard, 2009.

14 Diario Política, 9/01/2015 : http://diariopolitica.com/el-kirchnerismo-relativiza-la-masacre-de-paris-y-habla-de-autoatentado/

15 La Nación, 9/01/2015 : "¿Por qué no condenaron la matanza de Estados Unidos en Irak?", replicó Hebe de Bonafini sobre los atentados en Francia. Infobae, 14/01/2015 : « Dura respuesta del embajador de Francia a Hebe de Bonafini » : "Ni un solo defensor de los derechos humanos podría suscribir sus palabras", sostuvo el diplomático sobre los dichos de la titular de Madres de Plaza de Mayo sobre los ataques terroristas ». Rojas, Rafael, « Fanon y el terrorismo », La Razón, 29/04/2016 (http://www.razon.com.mx/spip.php?page=columnista&id_article=244186 « Le caricaturiste Jul interdit d’entrée au Nicaragua » (AFP), Le Monde, 20/05/2015 http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2015/05/20/le-caricaturiste-jul-collaborateur-de-charlie-hebdo-interdit-d-entree-au-nicaragua_4637252_3236.html El Universal (Venezuela), « Nicaragua prohíbe la entrada a caricaturista de Charlie Hebdo » 15/05/2015 http://www.eluniversal.com/noticias/internacional/nicaragua-prohibe-entrada-caricaturista-charlie-hebdo_72299 González Harbour, Berna, « Palabras en libertad, autores no siempre », El País, 22/05/2015 http://cultura.elpais.com/cultura/2015/05/22/actualidad/1432325806_542117.html François-Xavier Gómez, « En Argentine, la fronde de la vieille dame au foulard blanc », Libération, 5/8/2016 : accusée de détournements de fonds publics, la polémique présidente des « Mères » faisait l’objet à la mi 2016 d’un mandat d’arrêt qui lui donna l’occasion d’un nouveau « show médiatique » http://www.liberation.fr/planete/2016/08/05/en-argentine-la-fronde-de-la-vieille-dame-au-foulard-blanc_1470514

16 Le Monde, 25/12/2015.

17 http://www.buenosaires.gob.ar/museodelhumor/exposiciones/pasadas/caricaturafrancesa

18 Girard, Quentin «"Charlie" n’a pas changé, c’est la France qui a changé», Libération, 13/09/2015 http://next.liberation.fr/culture-next/2015/09/13/charlie-n-a-pas-change-c-est-la-france-qui-a-change_1381644

http://www.ahoranoticias.cl/mundo/las-portadas-que-charlie-hebdo-dedico-a-augusto-pinochet.html ; http://www.biobiochile.cl/2015/01/07/la-caricaturas-que-el-semanario-charlie-hebdo-dedico-contra-pinochet.shtml ; http://www.lanacion.cl/noticias/mundo/francia/revise-las-portadas-que-charlie-hebdo-le-dedico-a-pinochet/2015-01-07/160334.html

19 http://www.paraguay.com/nacionales/dibujantes-de-charlie-hebdo-contra-stroessner-122677 « Napoleón Ortigoza, ex preso político paraguayo », El País, 19/01/2006 http://elpais.com/diario/2006/01/19/agenda/1137625206_850215.html

20 http://www.ahoranoticias.cl/mundo/las-portadas-que-charlie-hebdo-dedico-a-augusto-pinochet.html ; http://www.biobiochile.cl/2015/01/07/la-caricaturas-que-el-semanario-charlie-hebdo-dedico-contra-pinochet.shtml ; http://www.lanacion.cl/noticias/mundo/francia/revise-las-portadas-que-charlie-hebdo-le-dedico-a-pinochet/2015-01-07/160334.html

21 Gárate, Manuel « Los caricaturistas de Charlie Hebdo, el Golpe de 1973 y el caso Pinochet », Puroperiodismo, 8/01/2015 http://www.puroperiodismo.cl/?author_name=manuel-garate Plantu sur Twitter (@plantu), 12/09/2015 : https://twitter.com/plantu/status/642653928644050944

22 « Fallece el emblemático caricaturista venezolano Pedro León Zapata », El Nuevo Herald, 6/02/2015, http://www.elnuevoherald.com/noticias/mundo/america-latina/venezuela-es/article9399860.html y « Fallece Pedro León Zapata »  El Universal 6/02/2015 http://www.eluniversal.com/arte-y-entretenimiento/150206/fallece-pedro-leon-zapata BBC Mundo, « Pedro León Zapata, el hombre que mejor analizaba a Venezuela en caricaturas », 06/02/2015 y https://twitter.com/zapata_zos?lang=es El Nacional, 07/02/2015 https://twitter.com/360mundo/status/564027603334725632 y http://www.el-nacional.com/sociedad/Fallecio-caricaturista-Pedro-Leon-Zapata_0_569943031.html ; Lisseth Boon, “Los “Zapatazos” que sacaron la piedra al chavismo », Runrunes, 06/02/2015 http://runrun.es/uncategorized/185965/los-zapatazos-que-sacaron-la-piedra-al-chavismo.html « Desde hace 50 años la realidad se cuenta a “Zapatazos”, El Nacional, 20/1/2015 http://www.el-nacional.com/escenas/hace-anos-realidad-cuenta-Zapatazos_0_559744207.html Héctor Silva Michelena, « El el mismo cielo ?, Tal Cual Digital, 24/11/2014 http://www.talcualdigital.com/Nota/110722/en-el-mismo-cielo

23 https://twitter.com/zapata_zos?lang=es Los sitios citados: http://caraotadigital.net http://www.lapatilla.com/site/ « Venezuela: despiden a caricaturista del diario El Universal por viñeta sobre crisis de salud », BBC Mundo, 18/09/2014 http://www.bbc.com/mundo/ultimas_noticias/2014/09/140917_ultnot_venezuela_eluniversal_rayma_en Dávila Torres, Daniela, « 10 caricaturas de Zapata que desafiaron al poder », Runrunes, 06/02/2015 http://runrun.es/nacional/185828/10-caricaturas-de-zapata-que-desafiaron-al-poder.html Alfredo Meza, « La policía venezolana irrumpe en la sede de ‘El Nacional’ y ‘La Patilla’”, El País, 10/10/2015 http://internacional.elpais.com/internacional/2015/10/10/actualidad/1444492368_920134.html Paulo A. Paranagua, « Rayma, « terroriste graphique en exil », Le Monde, 18/09/2016 http://abonnes.lemonde.fr/festival/article/2016/08/19/rayma-terroriste-graphique-en-exil_4984820_4415198.html

24 Littéralement : créole. Terme d’usage courant au Venezuela pour désigner les nationaux.

25 http://www.infolatam.com/2015/05/19/el-cpj-alerta-de-censura-a-caricaturistas-en-paises-como-venezuela-y-ecuador/

26 The Gombrich Archive, University of Birmingham (2005) https://gombrich.co.uk

27 González, Beatriz (2010) “La caricatura en Colombia a partir de la Independencia”. http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/exhibiciones/la-caricatura- en-colombia/texto18.html#ref60

28 http://www.banrepcultural.org/blaavirtual/exhibiciones/la-caricatura-en-colombia/texto01.html Exposition de 2009-2010 organisée par Beatriz González Aranda (Banco de la República/Biblioteca Luis Angel Arango)

29 Du dictateur Stroessner.

30 Alejandra Dandan, « El humor negro como testimonio del horror », Página/12, 28/12/2015 http://www.pagina12.com.ar/diario/elpais/1-289116-2015-12-28.html

31 « “Nadie es Haití”, una viñeta que conmueve y cuestiona la falta de interés mundial », Clarín, 12/10/2016 http://www.clarin.com/mundo/Nadie-Haiti-conmueve-cuestiona-mundial_0_1667233323.html?link_time=1476286339#utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter&utm_term=Autofeed

32 “El drama de los refugiados. La foto del niño muerto en la playa divide a la prensa internacional », El País, 4/09/ 2015 http://internacional.elpais.com/internacional/2015/09/03/actualidad/1441279075_345000.html Carmen Pérez-Lanzac, “Cuando me duelen las heridas, rezo », El País, 18/09/2015 http://sociedad.elpais.com/sociedad/2012/09/18/actualidad/1347994763_897201.html « La niña del napalm' de Vietnam logra un tratamiento para acabar con el dolor », La Vanguardia, 29/10/2015 http://www.lavanguardia.com/internacional/20151029/54437527133/nina-napalm-vietnam-tratamiento-acabar-dolor.html Patrick Boucheron : «Les événements de janvier nous somment, ceux de novembre nous assomment», Libération, 6/01/2016. http://www.liberation.fr/debats/2016/01/06/patrick-boucheron-les-evenements-de-janvier-nous-somment-ceux-de-novembre-nous-assomment_1424729

33 « Nadia Khiari, des caricatures contre les dictatures », Le Monde, 9/9/2016 http://www.lemonde.fr/festival/article/2016/09/09/nadia-khiari-des-caricatures-contre-les-dictatures_4994968_4415198.html#WTVSl0exp84lCqD7.99 Willis from Tunis sur Facebook : https://www.facebook.com/WillisFromTunis-145189922203845/

34 Sophie Gindensperger, « Aylan en écolier : «C'est un dessin poétique, symbolique» », Libération, 8/09/2015, http://www.liberation.fr/france/2015/09/08/aylan-en-ecolier-c-est-un-dessin-poetique-symbolique_1378263 et Libération 16/09/2015 http://www.liberation.fr/planete/2015/09/16/les-caricatures-d-aylan-ne-sont-pas-racistes-le-new-york-times-explique-pourquoi_1383768

35 https://pioven.wordpress.com Harvard University, « The Charlie Archive Documents a Global Response » (2015) : http://library.harvard.edu/10262015-1514/charlie-archive-documents-global-response

36 Les caricatures de Weil sont disponibles sur le site du quotidien Tal Cual et reprises dans Caraota Digital: http://caraotadigital.net/site/2016/03/21/caricatura-de-weil-21-3-2016/ « Moral y luces », 14/03/2016. Bastenier, Miguel Angel, « Suis-je Charlie ? ? El Pais, 13/01/2015 http://internacional.elpais.com/internacional/2015/01/13/actualidad/1421179567_461493.html Caricatures de lutte au Venezuela, relayées sur le compte Twitter @CaricaturasVE https://twitter.com/CaricaturasVe/status/791384374637895680?lang=fr et https://twitter.com/CaricaturasVe?lang=fr publiées le 27/10/2016 lors de la mobilisation en vue de la « prise du Venezuela », suite à l’annulation du processus référendaire par le pouvoir en place. Schamis, Héctor, « Sin caricatura no hay democracia », El País, 21/03/2015 http://internacional.elpais.com/internacional/2015/03/21/actualidad/1426977676_545344.html Yves Mamou, « Les dessins de la colère », Le Monde, 26/03/2007 http://www.lemonde.fr/livres/article/2007/03/26/les-dessins-de-la-colere_887960_3260.html

Top of page

References

Electronic reference

Frédérique Langue, « Faire mémoire par le trait ou les tribulations latino-américaines de Charlie », Conserveries mémorielles [Online], #20 | 2017, Online since 03 April 2017, Connection on 20 August 2017. URL : http://cm.revues.org/2472

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org