Skip to navigation – Site map

L’histoire du temps présent Amérique Latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et Fabrique des médiations

Frédérique Langue

Full text

  • 1 Nous tenons à remercier ici tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ces journées et par con (...)

1Dans le prolongement du séminaire qui réunit désormais à l’IHTP des spécialistes de l’histoire du temps présent en Amérique latine et, plus récemment, de l’ensemble des mondes ibériques, ce dossier constitue l’occasion non seulement de donner la parole à de jeunes chercheurs et de réunir des collaborateurs reconnus de l’IHTP et mais également de jeter les bases d’un projet plus vaste, d’un pari à la fois inédit, incontournable (car participant du statut de l’historien) et pluriel1. Trop rares sont en effet les lieux et les réalisations scientifiques où sont conjointement évoquées l’Amérique latine et l’Espagne. Néo-colonialisme qui, dans les sphères intellectuelles, ne dit pas son nom, enfermement dans des catégories qui gagneraient à dépasser les frontières de la comparaison “immédiate” (les Amériques, plus généralement les « aires culturelles »), commodité de la recherche et moindre “prise de risque” fût-elle scientifique, voire réflexion qui se satisferait de cloisonnements et de paradigmes académiques ou officiels ? Les raisons de cet oubli persistant sont diverses. L’amplification de la circulation des idées via les NTIC semble toutefois contribuer à en relativiser la portée. Les études présentées dans ce dossier duel, réunissant jeunes chercheurs et chercheurs plus confirmés, apportent ainsi un premier démenti solidement étayé à ces facilités heuristiques. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un courant historiographique encore objet de questionnements voire de réserves et, dans tous les cas, peu aisé à mettre en œuvre dans les pays concernés jusqu’à une période extrêmement récente : l’histoire du temps présent, en tant que dialectique entre un passé parfois bien peu “révolu” et le temps présent, ses relations complexes avec la mémoire, érigée en valeur cardinale qui fonde désormais l’exigence non pas tant de justice que de « réparation », tant nous sommes passés de « l’ère du témoin » à « l’ère des victimes » . Tel est le deuxième enjeu de cet ensemble.

2L’histoire du temps présent dans les mondes ibériques présente un certain nombre de spécificités. Elle ne peut être appréhendée comme un décalque ou un avatar de la version européenne, pas même dans le cas espagnol. Une relation symbolique à l’histoire (nationale) particulièrement dense, vécue sur le long terme —le plus souvent depuis les révolutions d’Indépendances au début du XIXe siècle—y tire le meilleur parti d’événements fondateurs de la nation —question clé si l’on se souvient des aléas de la formation de l’Etat-nation tout au long XIXe siècle—, se superpose à des temporalités fondées sur les emboîtements d’échelle du social et du politique (du groupe ou de la communauté à l’Etat et à l’échelle continentale). Ces temporalités se caractérisent au XXe siècle par l’absence de conflit majeur, autrement dit d’événement traumatique comparable aux deux guerres mondiales —la “dernière catastrophe” qui fonde l’histoire d’un temps présent européen— malgré l’engagement relevé dans certains pays du Cône sud, dans un contexte paradoxalement de distanciation par rapport à ce « modèle » européen. D’où une tendance marquée à remonter aux événements fondateurs de la nation —guerres et révolutions—, et à privilégier des mémoires compartimentées voire concurrentes (i.e. le discours indigéniste), au profit d’événements de faible intensité. Les guerres civiles en viennent à occuper pour le XXe siècle le devant d’une scène politique internationalisée, inspirées en grande partie de l’expérience cubaine. Le tragique adopte ici toutes les caractéristiques d’une violence de masse, qui est le fait de régimes autoritaires et de dictatures et peut ouvrir la voie à un génocide (Guatemala 1986). La geste révolutionnaire, libératrice par essence, s’inscrit par conséquent dans une configuration qui fait une place de choix aux figures héroïques, omniprésentes dans les panthéons nationaux depuis l’Indépendance (Bolívar, Santander, San Martin…). Plus près de nous, l’exemple mexicain tend par ailleurs à illustrer le poids de cette chape de silence qui s’abat sur toute tentative de revisiter une historiographie mythifiante : la Révolution de 1910 demeure dans ce cas précis un dogme politique fort opportunément conforté par les commémorations conjointes de 2010 (« Révolution » et Indépendance). Les années de guerre froide n’induisent pas de ruptures véritables. En termes de récit historique, plus qu’aux victimes, il est encore fait référence aux “vaincus”, en un récit que les contempteurs de l’Etat de droit font remonter à la conquête espagnole. L’identité enfin des acteurs de cette (ré)écriture de l’histoire officielle depuis la seconde moitié du XXe siècle est multiple : juges, journalistes (médias), à l’occasion historiens “experts” ou plutôt transformés en politiques, et enfin, l’armée, dont la présence dans le monde ibérique, quel que puisse être le degré de « contrôle civil » et le « consensus des élites » (sociales et militaires), demeure à l’opposé du statut de la « grande muette », y compris dans la Péninsule ibérique.

3Centrée majoritairement sur les sorties de dictature, l’histoire du temps présent dans les mondes ibériques s’oriente cependant, depuis ces dernières années, vers des chemins de traverse, faisant une part égale aux non-dits d’une histoire par essence complexe, marquée du sceau de l’imprévisible — ce n’est pas la « fin de l’histoire » —, instrumentalisée toujours par rapport à un passé présenté ou vécu comme traumatique. Son évolution récente, confrontée à l’instrumentalisation des usages du passé et à la délicate élaboration des politiques de mémoire, ne peut se penser qu’à l’aune de la globalisation, en un dépassement constant des « jeux d’échelles » qui faisaient la joie des historiens il y a quelques décennies, perspective « hémisphérique » comprise. Il n’y a plus seulement emboîtement des problématiques mais superposition, ou conjonction voire simultanéité. L’extrême disponibilité (plus qu’accessibilité) des sources, la sensation d’accélération du temps et l’injonction de mémoire, fut-elle négative, contribue à relativiser et à préciser dans le même temps le récit de la victimisation. La tension mémoire/histoire, particulièrement décisive compte tenu de la perte de sens du premier terme, passablement galvaudé, désignant désormais toute relation passé/présent, érigé en marqueur des sociétés démocratiques et plus encore dans des contextes tragiques, apparaît par conséquent à juste titre dans les approches ici proposées, celle de ces chemins de traverse qui parcourent les marges de ce temps présent en faisant une place de choix aux médiations.

4Nous avons choisi de privilégier des contributions qui se réclament de ces approches plurielles ou en font la démonstration par l’emboitement des problématiques abordées. Au-delà de l’exégèse de « années de plomb », il s’agit en effet de sortir des sentiers battus, en une prise de risque là aussi fort éloigné des terrains académiques, et en un décentrement du regard. Inverser la perspective, depuis une Amérique latine forte d’héritages européens revendiqués et porteuse tout aussi bien de perspectives nouvelles et divergentes dans l’ordre des idées politiques, permet enfin de faire la part de l’idéologie et de l’instrumentalisation des émotions (ressentiment, haine fondamentalement). Le discours anti-impérialiste et anticolonialiste mobilisé à l’encontre de la vieille Europe et de certains de ses symboles démocratiques partagés, n’est pas sans participer d’une réactualisation de la « légende noire » imputée en d’autres temps à l’Espagne. L’événement Charlie, ses défenseurs et ses contempteurs, est ainsi prétexte à une instrumentalisation du passé, à la réappropriation biaisée de l’événement, démarche qui n’est pas sans présenter de fortes similitudes avec l’histoire parfois officielle telle que la pratiquent régimes et mouvements autoritaires sur le continent et au-delà. Tel est également le cas avec la prégnance de l’histoire officielle en contexte autoritaire — le Mexique et son historiographie officielle inscrite sur le long terme d’un Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) qui, tel le phénix, renaît de ses cendres sur la scène politique nationale — historiographie que les Cultural Studies tendent paradoxalement à conforter, l’histoire culturelle n’y étant en fait que fort peu présente —. L’une des marges de l’approche de ce temps présent ancré dans un calendrier commémoratif renvoyant au XIXe siècle ou au début du XXe réside également dans la fabrique des héros pour un espace régional rarement appréhendé dans sa globalité comme c’est le cas de l’Amérique centrale. Le débat citoyen renouvelé et toujours à mener autour de l’esclavage — non exempt d’enjeux politiques tout autant qu’historiques pose à nouveau la question du statut de l’historien dans la cité d’un temps présent marqué par des prises de positions idéologiques sans nuance, d’un discours revendicatif et victimaire tout à la fois et une méconnaissance des processus historiques considérés. Autre pan oublié : au croisement du genre et du temps présent, un Mexique appréhendé à travers les corridos (une page d’histoire effacé du politique et que le biais du genre ne parvient pas toujours à faire émerger, les ballades traditionnelles si prisées de la Révolution de 1910 reviennent en tant que moyen d’expression y compris pour parodier des thèmes majeurs comme le trafic de drogue), ou encore les mémoires divergentes de Cuba à travers le regard d’un spécialiste reconnu de sciences sociales.

5Croiser les perspectives autorise par ailleurs un autre regard ou décentrement : le retour sur le passé franquiste tel qu’il s’effectue actuellement dans une Espagne entre deux transitions (celle de la Guerre civile en 1939 et celle du retour à la démocratie après la disparition du caudillo en 1975) s’inscrit dans la continuité de la recherche des disparus dans l’Argentine des années 90, et plus encore si l’on considère le rôle joué par certains acteurs, en l’occurrence le juge Garzon dans la dénonciation de l’une ou l’autre dictature, sans compter la condamnation de Pinochet. Dès lors s’impose un parallèle entre l’existence d’un contexte démocratique et la possibilité, la raison d’être d’une histoire du temps présent, aussi bien pour des raisons politiques que tenant à la discipline elle-même. Le cas de l’Espagne montre la persistance de ce dernier trauma originel (la dictature et non les “trois Espagne”, en d’autres termes la « dernière catastrophe » chère à Henry Rousso) et ce que l’on entend par “transition” (processus long), l’effet à retardement des fantômes de la guerre civile et du franquisme, cette guerre civile dont Santos Juliá avait souligné si justement qu’elle n’avait pas été oubliée mais “jetée dans l’oubli”. L’impératif démocratique est à cet égard très présent dans l’action menée par les engagés espagnols dans la deuxième guerre mondiale. La contraposition du nationalisme et du populisme éclaire à cet égard la situation de la Catalogne, mettant en exergue l’instrumentalisation du passé visant à instaurer une vision univoque du passé, en une exaltation d’un nation en devenir d’Etat (et non d’Etat –nation) —promues aujourd’hui par les historiographes et autres militants de l’indépendance—, et le dialogue délicat entre une option indépendantiste et un renouveau populiste des pratiques politiques.

6Dernier point de ce dossier : la variation de régime d’historicité, en d’autres termes de la manière dont une société traite (de) son passé. Dans la conjoncture particulière des sociétés actuelles, une place de choix est en effet accordée à la “mémoire”, souvent pensée en un processus de confrontation avec l’écriture (scientifique) de l’histoire. Passablement galvaudé, le terme a fini par désigner sans grande nuance tout type de rapport entre passé et présent comme l’a souligné H. Rousso. La fabrique de la mémoire n’est guère exempte d’implications citoyennes, en termes d’acteurs du récit historique. L’enjeu majeur de ce dossier réside de fait dans les sensibilités et les émotions qui en dérivent, qui participent de ce nouveau régime d’historicité et fondent un nouveau régime émotionnel, qu’il s’agisse de l’instrumentalisation de l’histoire (et de la mémoire qui lui est si souvent associée), de l’appréhension d’un événement appelé à marquer les mémoires individuelles et collectives, et enfin des médiations présentes dans ces réécritures historiennes. Précisons enfin qu’il ne s’agit pas pour autant de renvoyer à ce que l’on pourrait qualifier d’”histoire publique” —l’expression elle-même n’est pas sans poser nombre d’interrogations quant à l’espace social qu’elle est censée recouvrir ou à son contournement politiquement ciblé — compte tenu de ses répercussions dans l’opinion publique, de débats dépassant de loin les cénacles universitaires et politiques pour investir la cité. Le propos est ici celui d’une histoire culturelle du temps présent.

Top of page

Notes

1 Nous tenons à remercier ici tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ces journées et par conséquent à l’élaboration de ce numéro spécial, en particulier Olivier Compagnon, Laura Reali et Pascale Thibaudeau, ainsi que les maîtres d’œuvre de l’édition de ce numéro spécial, Alain Zind et Vincent Auzas.

Top of page

References

Electronic reference

Frédérique Langue, « L’histoire du temps présent Amérique Latine, Caraïbes, Espagne. Chemins de traverses mémoriels et Fabrique des médiations », Conserveries mémorielles [Online], #20 | 2017, Online since 03 April 2017, Connection on 23 May 2017. URL : http://cm.revues.org/2482

Top of page

Author

Frédérique Langue

IHTP-CNRS

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org