Navigation – Plan du site
Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

Le nationalisme catalan comme populisme : une approche des discours d’Artur Mas en 2014

Catalan nationalism as a populism. An approach to Artur Mas' 2014 discourses
El nacionalismo catalán como populismo. Una aproximación a los discursos de Arturo Mas (2014)
Jordi Canal

Résumés

Le nationalisme catalan actuel, qui a majoritairement embrassé la solution indépendantiste, est un populisme. L’affrontement ou l’antagonisme réel et symbolique entre deux entités supposément homogènes, un “peuple”, le peuple catalan, et l’“autre”, son ennemi, l’État espagnol ou Madrid, se trouvent aux fondements du nationalisme catalan. Les discours d’Artur Mas comme président de la Generalitat le montrent avec netteté.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le nationalisme catalan actuel, qui a majoritairement embrassé la solution indépendantiste – en théorie, un objectif essentiel de ce mouvement, même s’il a été très souvent reporté au cours de son histoire –, est un populisme. Il s’agit d’un type de populisme parmi tant d’autres, actuels ou passés, bien sûr (HERMET, 1997). Je n’ai pas l’intention d’entrer dans les pages qui suivent dans un débat théorique sur le populisme ni de regretter l’usage habituellement péjoratif qui est fait de ce terme dans la sphère politico-médiatique. Le nationalisme catalan est, en fin de compte, un populisme dans une époque de populisme – même si, évidemment, il y a quelque chose de populiste dans presque toute la politique du siècle dernier –. L’affrontement ou l’antagonisme réel et symbolique entre deux entités supposément homogènes, un “peuple”, le peuple catalan, et l’“autre”, son ennemi, l’État espagnol ou Madrid, se trouvent – aujourd’hui plus clairement que jamais – aux fondements du nationalisme catalan. Les discours d’Artur Mas comme président de la Generalitat, par exemple, dans son rôle assumé de leader populiste – guide du peuple, le montrent avec netteté. La division entre “nous” comme peuple et “eux” définit la nature politique du populisme. Avec le choc, les identités se redessinent et de nouvelles frontières politiques sont tracées (PANIZZA, 2009, 9-49). Les recettes du nationalisme populiste catalan apparaissent aussi simples que démagogiques : l’Espagne nous vole, l’indépendance est la solution à tous nos maux et à tous nos problème, la raison et la démocratie sont de notre côté, les Catalans sont et ont toujours été plus modernes et civilisés que les Espagnols, la faute revient à Madrid.

Populismes catalans, Catalognes populistes

2Dans l’histoire de la Catalogne au XXe siècle et au début de ce siècle, plusieurs leaderships, mouvements ou étapes ont été qualifiés de populistes. Concrètement, deux leaderships et mouvements : le lerrouxisme, au début du XXe siècle, et, à la fin du siècle, le pujolisme. José Álvarez Junco a consacré, en 1990, un excellent ouvrage intitulé El emperador del Paralelo. Lerroux y la demagogia populista à Alejandro Lerroux, surnommé l’Empereur du Paralelo, et au populisme lerrouxiste. Ce mouvement, en ce qu’il constitue selon cet historien une caractéristique des populismes, n’élaborait pas de programme, mais plutôt des manifestes “imprécis et littéraires” ; ne possédait pas d’institutions représentatives, mais un leader charismatique ; ne recrutait pas ses adhérents et ses sympathisants dans une seule classe sociale ou une strate économique, mais se composait d’un “magma difficile à délimiter socialement” (ÁLVAREZ JUNCO, 1990, 433).

3Dans un article publié deux ans auparavant, Álvarez Junco proposait une définition approximative du populisme comme “phénomène politique conjoncturel dans lequel prédomine la mobilisation de masses urbaines, en marge du système légal existant, à partir d’une rhétorique de type émotionnel, manichéen et auto-affirmatif, fondée sur l’idée du ‘Peuple’ comme dépositaire des vertus sociales de justice et de moralité, et avec un lien fort au dirigeant dont la personnalité, plus que le programme ou les tactiques affinées, garantit le triomphe du mouvement” (ÁLVAREZ JUNCO, 1988, 297). Le populisme se développe, selon cet auteur, dans des sociétés considérées comme dualistes du point de vue socio-économique, avec une structure politique oligarchique combinée à certaines libertés formelles et en crise d’identité. Il s’agit nécessairement d’un phénomène transitoire, ce qui s’explique par le fait que le mouvement se fonde sur des principes simples et éthérés et par la haute tension émotionnelle qu’il dégage. Le lerrouxisme correspondait parfaitement à cette caractérisation.

4Laurentino Vélez-Pellegrini a consacré au pujolisme, comme logique, rhétorique et style national-populiste, son volume El estilo populista. Orígenes, auge y declive del Pujolismo, de 2003. Jordi Pujol est présenté comme un dirigeant volontariste et mobilisateur, qui use de rhétoriques populistes et victimaires – il s’agit, selon l’auteur, plus de rhétorique que de doctrine –, dans lesquelles la Catalogne (le “pays”) est conçue comme un “peuple”, en opposition au pouvoir étatique et par-delà les classes, les groupes et les individus. Il distingue trois types de victimisations : politique, économique et symbolique, qui correspondent, respectivement, aux rhétoriques du “peuple lésé”, de la “Catalogne spoliée” et du fait différentiel. Le pujolisme, en tant que “style” d’action politique, constitue une modalité du populisme parmi une multitude d’autres possibles au sein de la typologie phénoménologique étendue qu’en a proposé Margaret Canovan. Ce “national-populisme”, qui a assuré à Pujol et à CiU (Convergència i Unió) le pouvoir autonomique de 1980 à 2003, est considéré, en fin de compte, comme ‘un des phénomènes politiques sans doute les plus importants, de [l’]histoire contemporaine” de la Catalogne (VÉLEZ-PELLEGRINI, 2003, 11).

5À côté des leaderships et des mouvements, deux moments ou étapes de l’histoire catalane ont été, également, désignés par les chercheurs comme populistes : la Deuxième République (1931-1939) et la période ouverte en 2003, avec la fin des mandats de Jordi Pujol, l’arrivée au pouvoir de ce qu’on a appelé le tripartisme et le début de l’aventure de la réforme statutaire. En 1982, l’historien Enric Ucelay-Da Cal a publié La Catalunya populista. Imatge, cultura i política en l’etapa republicana (1931-1939), une des oeuvres les plus réussies et suggestives de l’historiographie catalane du dernier quart du XXe siècle. Par le terme populisme, et tout en assumant sa dimension d’ambiguïté, l’auteur mettait en avant les connexions – et le brouillage des frontières – entre les projets politiques élaborés par les représentants de la bourgeoisie industrielle, les porte-parole de la petite bourgeoisie, les cadres et les leaders ouvriers. La Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) de Francesc Macià fut au centre de ce populisme nationaliste et républicain. Même s’il est certain que le terme populisme, dans l’Espagne des années 1930, désignait surtout les partisans de José María Gil Robles ou d’Ángel Herrera et les lecteurs de El Debate, la gauche catalane du moment était consciente de l’idée de populisme, aussi nébuleuse fût-elle, bien qu’elle n’ait pas utilisé le mot (UCELAY-DA CAL, 1982, 16-17).

6Un disciple de Ucelay-Da Cal, l’historien Xavier Casals, a défini, dans El pueblo contra el parlamento. El nuevo populismo en España, 1989-2013 (2013), deux vagues populistes dans l’histoire de l’Espagne démocratique. La première, qu’il place entre les années 1998 et 2000, eut comme principaux représentants José María Ruiz Mateos, Jesús Gil y Mario Conde, sur un plan politique, et Baltasar Garzón sur un plan judiciaire. Elle constitua, selon l’auteur, un populisme protestataire, centré à Madrid, et conduit à une italianisation – ou berlusconisation – limitée de la vie politique et judiciaire espagnole. La seconde, commencée en 2003 et toujours ouverte, a son épicentre en Catalogne et un caractère identitaire et plébiscitaire. Elle illustre une italianisation de la politique catalane et espagnole, avec une Catalogne dans une situation similaire à celle du nord de l’Italie. La Catalogne est devenue, au XXIe siècle, selon Casals, le brise-lames populiste de l’Espagne.

7Le populisme de ce deuxième moment, au sein duquel il faut inscrire l’indépendantisme catalan actuel, présente trois caractéristiques fondamentales : une italianisation croissante de la vie politique catalane – que l’on songe à la Padanie, à la Lega Nord, à Umberto Bossi et au discours sur “Rome la Voleuse” et le sud parasite –, dans laquelle le discours économique est devenu central dans le passage du nationalisme à l’indépendantisme ; l’entrée dans les institutions de partis protestataires contre l’establishment, et, enfin, la substitution du populisme de l’abondance de la première vague par un populisme de la pénurie. Dans le fond, une double désaffection plane : celle des citoyens envers l’État et envers la classe politique elle-même. Le surgissement de nouveaux partis, plateformes et mouvements a constitué l’une de ses principales conséquences. Mais pas la seule.

8Casals distingue cinq modes d’expression des protestations et des désaffections catalanes. La première est une protestation au sein du système, qui a conduit à l’apparition et à l’émergence institutionnelle de nouveaux partis à partir des élections locales de 2003 : Plataforma per Catalunya, initialement dirigée par Josep Anglada et avec des propositions clairement national-populistes, pour capter l’ancien électorat de gauche, et la CUP (Candidatura d’Unitat Popular), socialiste et libertaire, écologiste et assembléiste, éminemment antisystème ; mais aussi Ciutadans-Ciudadanos et Solidaritat Catalana per la Independència, dirigée à l’origine, en 2010, par l’ex-président du Barça Joan Laporta, l’ex-député de ERC Uriel Bertran et l’ex-membre de CiU et du Conseil d’État Alfons López-Tena. Il s’agit, en définitive, selon l’auteur, d’une gauche et d’une droite nouvelles et populistes et d’un nationalisme catalan et d’un espagnolisme nouveaux et populistes.

9La deuxième voie, cette fois en marge du système, passe par les consultations locales sur l’indépendance qui ont eu lieu entre septembre 2009 et avril 2011. Ces “consultations souverainistes”, comme elles sont appelées et l’exercice du “peuple aux urnes” ont contribué à populariser l’indépendantisme comme option politique respectable. La troisième voie est une voie contre le système, que représente le mouvement des indignés de mai 2011. Ce fut une explosion de populisme plébiscitaire dans laquelle le “Peuple” affronta le Parlement, jusqu’à l’assiéger le 15 juin. La campagne contre le paiement des péages en mai 2012, en tant que tendance à la désobéissance civile, constitue la quatrième voie. Casals soutient qu’elle marque un trait différentiel de la Catalogne par rapport au reste de l’Espagne, car il s’agit d’un territoire plus enclin et mûr pour de grands mouvements d’insoumission civile. Ces quatre voies ont convergé dans une dernière, qui se concrétise dans les demandes pour organiser un plébiscite sur l’indépendance. L’ANC (Assemblea Nacional Catalana), non partisane et transversale sur le plan idéologique, joue un rôle fondamental dans le populisme plébiscitaire.

10Quoi qu’il en soit, la Catalogne serait devenue le grand laboratoire du populisme dans la Péninsule ibérique, avec une lente pénétration capillaire dans une politique espagnole marquée par un bipartisme verrouillé (on se rappelle que le livre de Xavier Casals est publié en 2013 et n’intègre pas des phénomènes comme Podemos ou le saut espagnol de Ciudadanos, mais intègre en revanche le populisme de Bildu, Foro Asturias ou UPyD) : une grande érosion des partis traditionnels, la reproduction de phénomènes et de conflits européens, un populisme plébiscitaire progressivement plus vigoureux, une culture de l’insoumission toujours plus étendue et une vieille tradition de mobilisation citoyenne à Barcelone. Dans la Catalogne actuelle, conclut l’auteur, la sous-politique faite depuis en-bas, depuis la “place”, triomphe (CASALS, 2013).

La politique dans la Catalogne du XXIe siècle

11En 2003, les vingt-trois années de pujolisme prirent fin. S’était construite une des Catalognes possibles. Un pays, en tout cas, beaucoup plus nationalisé qu’en 1980, un an après l’approbation du Statut d’autonomie de la communauté. Ceci est l’un des principaux résultats des mandats de Jordi Pujol à la Generalitat (CANAL, 2016b). Au cours de son dernier mandat, Pujol a préparé la succession dans son parti et au gouvernement. Le President a opté pour Artur Mas, une personne très bien considérée par son entourage familier. En 2001, il l’a nommé conseiller de la Présidence et premier conseiller du gouvernement de la Generalitat. Mas est le candidat de CiU aux élections autonomiques de 2003, qui donnent la victoire en nombre de voix aux socialistes et à CiU en sièges : 46 contre les 42 des listes menées par l’ex-maire de Barcelone Pasqual Maragall.

12Maragall devient, de façon un peu inattendue pour nombre d’observateurs, le nouveau président de la Generalitat à la mi-décembre 2003. Socialistes, indépendantistes et ex-communistes verts joignent leurs forces et forment un gouvernement tripartite fondé sur le dénommé pacte du Tinell. Le principal problème des gouvernements Maragall – de nombreuses destitutions, démissions et réaménagements ont lieu entre 2003 et 2006 – est sa composition même et les difficultés pour harmoniser la pluralité des intérêts de parti. Tandis que les républicains indépendantistes essayent de contrôler les principaux instruments de nationalisation, qui fonctionne avec le vent en poupe et toutes voiles dehors, Iniciativa per Catalunya choisit de se concentrer sur les thématiques environnementales et la bataille mémorielle.

13Le grand projet de Maragall se concrétise dans un nouveau Statut, avec lequel on prétendait réformer le texte de 1979 dans le but d’augmenter les niveaux d’autogouvernement. Le Parlement catalan approuve la proposition en septembre 2005 avec une ample majorité et elle est envoyée au Congrès, où sont introduites quelques modifications, malgré les promesses contraires du président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero, ce qui affecte surtout le financement propre et la définition nationale de la Catalogne. La nouvelle version, négociée entre le PSOE et CiU, est approuvée par les Cortès en mars 2006 et ratifiée par le Parlament, même si ERC vote cette fois contre, en compagnie du PP, à cause des coupures dans le texte. Pasqual Maragall se voit dans l’obligation de démettre les conseillers de la formation indépendantiste, qui s’avère au cours de la législature ne pas être à la hauteur de ce que l’on attendait d’un parti qu’on pouvait considérer comme de gouvernement et non de simple opposition.

14Le Statut, de tendance clairement prolixe et interventionniste, est soumis à référendum en Catalogne, en juin 2005, avec une abstention supérieure à 50 % et près des trois quarts des voix en faveur du oui. Les recours devant le Tribunal Constitutionnel contre le nouveau texte ne manquent pas. La forte abstention ne paraît pas fortuite si l’on tient compte du fait que le Statut répondait plus aux besoins de la classe politique qu’à ceux des citoyens, assez indifférents envers ces questions jusqu’à ce qu’ils soient poussés à se mobiliser par la voie de la crispation, de la victimisation et de la défense de la patrie en danger. Le prix à payer est finalement la détérioration du vivre-ensemble, une inconstitutionnalité partielle du Statut, qui était plus qu’évidente depuis le début, et la quasi-totale inaction du gouvernement catalan au cours du processus.

15Quelques jours après le référendum, un Maragall toujours plus remis en question par le PSOE et le gouvernement de Madrid, et au sein du PSC même, annonce ne pas briguer sa réélection et se retirer de la politique. En novembre 2006, José Montilla devient président de la Generalitat, dans une prolongation du tripartisme. Les élections de cette année, avec une abstention de 44,67 %, donnent la victoire à CiU, qui obtient 48 sièges, tandis que le PSC-Ciutadans pel Canvi en obtient 37. En nombre de voix, les socialistes gagnent par une faible marge. Sont également élus 21 candidats de ERC, 14 du PP, 12 de IC-Esquerra Unida i Alternativa (IU-EUiA) et 3 de Ciutadans-Partido de la Ciudadania (C’s), la formation dirigée par Albert Rivera.

16Dans le gouvernement Montilla sont présents quelques-uns des principaux poids lourds des trois partis alliés. Durant cette législature, la volonté des dirigeants de ERC de renforcer l’indépendantisme devient de plus en plus évidente, alors qu’au sein de la formation fleurissent les divisions, les courants critiques et, finalement, les scissions. Du point de vue nationaliste, les deux gouvernements tripartites ont redoublé, comme le soutient à juste titre Francesc de Carreras, l’impulsion des gouvernements pujolistes, en accentuant même certains traits identitaires (CARRERAS, 2014, 118). La réforme du Statut ou les mesures punitives sur le terrain linguistique en constituent deux illustrations. La Catalogne de 2010 a perdu, par rapport à d’autres communautés autonomes d’Espagne, en dynamisme et est moins compétitive qu’autrefois. Le temps investi par le gouvernement catalan dans les débats identitaires et les confrontations avec d’autres territoires ont eu deux conséquences néfastes : l’absence d’attention envers les problèmes basiques des citoyens et des niveaux élevés de discrédit et de désaffection. La dette générée par des dépenses incontrôlées, y compris en pleine période de crise, a hypothéqué, en bonne part, la gestion des futurs gouvernements.

17La sentence du Tribunal Constitutionnel sur le nouveau Statut de 2006, rendue publique avec un retard injustifié en juin 2010, conduit à une petite coupure dans le texte. La réaction apparaît, au contraire, ample, stimulée par des associations mobilisées en permanence. Le 10 juillet a lieu une importante manifestation, promue par Òmnium Cultural, autour du slogan “Som una nació. Nosaltres decidim” (Nous sommes une nation. Nous décidons).

18En novembre 2010 sont organisées des élections autonomiques, qui offrent une claire victoire à CiU et Artur Mas, avec 62 sièges, à six sièges de la majorité absolue. Les autres formations arrivent loin derrière : PSC-PSOE (28), PP (18), IC Verds-EUiA (10), ERC (10), Solidaritat per la Independència (4) et, enfin, C’s (3). Mas est élu président de la Generalitat de Cataluña, au second tour, le 23 décembre 2010. Le dénommé “pinyol” (os), le noyau de Convergència formé par des jeunes post-pujolistes et indépendantistes, comme David Madí, Francesc Homs, Lluís Corominas, Felip Puig et le fils de l’ex-président Pujol, Oriol, allait avoir une grande influence. Le “gouvernement des meilleurs” promis, cependant, brille par son absence.

19La législature dure peu de temps et les Catalans retournent aux urnes en 2012. Les grandes mobilisations du 11 septembre de cette année et de la précédente, organisées par Òmnium Cultural et la Assemblea Nacional Catalana (ANC), ainsi que le rejet par le gouvernement Rajoy d’un pacte fiscal à la basque pour la Catalogne, incitent Mas et les siens à convoquer des élections dans le but de profiter de l’atmosphère dans la rue. Les résultats sont, cependant, quelque peu inattendus pour ceux qui ont convoqué les élections : CiU perd une douzaine de députés, avec 50 sièges ; ERC-Catalunya Sí, avec Oriol Junqueras comme tête de liste, arrive deuxième avec 21 députés ; le PSC-PSOE recule à 20 sièges et à la troisième place ; le PP en obtient 19 et IC Verds-EUiA, 13 ; Ciutadans passe de 3 à 9 députés tandis que la CUP – les Candidatures d’Unitat Popular, un groupe antisystème – entre au Parlament avec 3 sièges.

20Mas est réélu, en décembre 2012, avec les voix de CiU et ERC, président de la Generalitat. La nouvelle étape au pouvoir de CiU, de 2010 à 2015, se caractérise par les rééquilibrages et les importantes coupes budgétaires pour faire face à la crise et au déficit, ainsi que par la concentration des efforts dans le réarmement nationaliste – surtout lors de la commémoration du tricentenaire de 1714 – et la demande d’un état propre. Les deux étapes de gouvernement de Mas ne passeront pas à l’histoire pour les réussites ou l’action législative, mais pour la conversion à l’indépendantisme du parti au gouvernement, la soumission partielle à des organismes comme Òmnium Cultural ou l’ANC, la pression nationaliste permanente sous la forme du populisme, le peu de talent pour le dialogue – partagé avec le gouvernement espagnol aux mains du PP – et les mauvaises manières de son porte-parole Francesc Homs (remplacé en juin 2015 pour devenir le directeur de campagne des élections autonomiques de septembre de la même année). Le processus souverainiste a constitué, dans le même temps, un excellent paravent aux coupes budgétaires, à la corruption et à la médiocrité de la classe politique.

21La nationalisation de la société, tant au cours des étapes pujoliste et masiste, qu’au cours de celle des gouvernements tripartites, a été très profonde et ses résultats expliquent, avec la crise économique et sociale, la situation catalane actuelle. Cela a été rendu possible, entre autres, par un clientélisme étendu, le bourrage de crâne des politiques et des faiseurs d’opinion, une télévision du régime – TV3, idéologique et d’un coût obscène –, une presse, une radio et des associations fortement subventionnées et, également, l’intensité de la normalisation et de l’immersion linguistique, qui a eu des effets non seulement sur la langue, mais aussi au niveau des idées et des structures mentales.

22Le 9 novembre 2014 est convoqué un simulacre de référendum sur l’indépendance de la Catalogne au cours duquel la participation n’atteint pas les 40 %, bien que des mineurs et des immigrants aient voté. Les résultats du 9-N montrent à ses promoteurs que la force de l’indépendantisme est moindre que ce qu’ils espéraient et, en tout cas, insuffisante pour poursuivre le “processus” sans changements. Cette situation met un coup de frein aux mobilisations et provoque un certain désarroi au sein de la population, tandis que dans le champ politique apparaissent ou s’aggravent les querelles de leadership, les disputes internes et l’impossibilité de continuer à dissimuler dans le rêve indépendantiste le poids de la corruption et l’incapacité à gouverner. L’émergence d’entités comme Societat Civil Catalana a mis en évidence le fait qu’une partie de la population non nationaliste est prête à sortir de la spirale du silence (CRUZ, 2014) dans laquelle elle a vécu pendant des années. La peur d’un conflit interminable et d’une Catalogne hors des institutions européennes ne constituent pas des éléments très attractifs. La société catalane est beaucoup plus divisée et fracturée que par le passé (CANAL, 2015).

23La deuxième partie de l’année 2015 est à nouveau marquée, pour la troisième fois en cinq ans, par des élections autonomiques, auxquelles on prétend cette fois octroyer un caractère de plébiscite. La coalition Junts pel Sí, formée par CiU, ERC et des membres indépendants, s’impose, quoique sans majorité absolue. Son candidat, Artur Mas, n’obtient pas les soutiens suffisants pour l’investiture et doit céder la place à un autre membre de son parti. L’élection in extremis de Carles Puigdemont, maire de Gérone et vétéran de l’indépendantisme, comme nouveau président de la Generalitat en janvier 2016 est précédée par un ensemble de faits – pressions de rue, déclarations sur la nécessité de corriger par la négociation ce qui n’a pas été obtenu par les urnes, enchères honteuses de la présidence de la Generalitat, volonté de saper le système de la part de la CUP sous le regard impassible de ceux qui avaient besoin de ses voix et, enfin, humiliation de l’ex-President lui-même – qui ont contribué à la perte de prestige partielle de l’institution autonomique majeure de Catalogne, déjà suffisamment touchée par près de quinze années d’assez mauvaise gestion, par l’affaire Pujol et d’autres cas de corruption, par les défis à la légalité et la dérive souverainiste. Après l’amère victoire de sa formation et sa propre déroute, Artur Mas continue de contrôler son parti, dont la crise et la détérioration de l’image ont obligé à une refondation à l’été 2016.

Mas guidant le Peuple

24Au cours de la manifestation réussie – sans entrer dans le détail du nombre de manifestants, encore en discussion – du 11 septembre 2014, les discours des présidentes des deux entités initiatrices, Carme Forcadell, de la Assemblea Nacional Catalana (ANC), et Muriel Casals, de Òmnium Cultural, s’accordent sur l’appel au peuple comme origine de tout, comme essence, justification et prééminence. Forcadell affirme : “Nous sommes un peuple et ensemble ici et maintenant nous convoquons la consultation [entendre, pour l’indépendance]. Gouvernement, Parlement, président : sortez les urnes”. Et elle ajoute, dans une référence historique inévitable – les discours du nationalisme catalan n’en manquent jamais –, que “le 11 septembre 1714 est le jour où nous avons perdu nos libertés et le 11 septembre 2014 passera à la postérité comme la date clé pour leur récupération”. Casals suit la même ligne et affirme : “Le Parlament a approuvé une déclaration de souveraineté, réalisons-la ! La liberté, comme l’a dit Pau Casals, n’est pas négociable (…) La voix du peuple est au-dessus de ce que pensent quelques juges du Tribunal Constitutionnel.” (TAPIA, 2015, 22-23)

25Le peuple, en fin de compte, demandait au président de la Generalitat, Artur Mas, à travers les porte-parole de deux associations représentatives, de convoquer des élections et de mettre en péril la légalité. Le peuple était au-dessus des lois et des juges, d’autant plus qu’il s’agissait d’un “eux” opposé à un “nous”. Qui formait ce peuple ? En mai 2013, Carme Forcadell assure que les adversaires sont le PP et Ciudadanos, et que le reste est “le peuple catalan”, qui va obtenir son indépendance (“Forcadell defensava que C’s i PPC no són catalans”, e-notícies, 15 juillet 2015). Le populisme a imprégné la politique catalane, comme le souligne Xavier Casals dans le livre cité plus haut, et se trouve au centre des aspirations indépendantistes du nationalisme catalan. Un populisme qu’a adopté Artur Mas lui-même – qui lutte parfois pour l’incarner, comme une sorte de leader charismatique, face à d’autres politiques ou agitateurs. Ses discours institutionnels et ses déclarations de 2014 le montrent clairement.

26Revenons cependant deux ans auparavant, en 2012. Le supposé appel du peuple ce 11 septembre conduit Mas à convoquer des élections le 25 novembre, qui aboutissent à un recul significatif de CiU, de 62 à 50 députés. Pendant la campagne électorale, Artur Mas, président de la Generalitat et dirigeant de CiU, est plusieurs fois comparé à la figure de Moïse. Les affiches de campagne de la formation nationaliste y contribuent. Mas s’érige, en tout cas, en sauveur et guide d’un peuple vers son supposé destin : l’indépendance et la naissance d’un nouvel État en Europe. On sait seulement que, en s’émancipant des Espagnols, les Catalans seraient heureux, riches et prospères. Les élections du 25-N sont, en quelque sorte, la clé pour un chemin sans retour dans un voyage sans but. Une affiche électorale avec le slogan “La volonté d’un peuple”, accompagnant l’image de Moïse-Mas, constitue un exemple représentatif du messianisme et du pari populiste du nationalisme de CiU (CANAL, 2013). Mas est un illuminé, écrit à la même période Francesc de Carreras dans La Vanguardia (CARRERAS, 2014, 243). Joaquín Leguina, dans un article de El País consacré au national-populisme de Mas, laisse de côté la figure de Moïse guidant le peuple pour se concentrer sur celle du joueur de flûte de Hamelin, qui conduisait ceux qui le suivaient au suicide (LEGUINA, 2014).

27Francesc de Carreras, dans un autre article publié dans le journal La Vanguardia en 2012, réfléchit sur ce slogan, “La volonté d’un peuple”, en faisant remarquer la différence – le détail grammatical, pointe-t-il – entre la volonté d’un peuple et la volonté du peuple : “La volonté du peuple se vérifie à travers la somme des volontés des individus qui le composent, exprimées, par exemple, un jour d’élections à travers le vote. En définitive, ce qu’exprime la volonté du peuple est une pluralité d’opinions qui, dans le futur, doivent dialoguer entre elles pour être ou ne pas être d’accord. La volonté d’un peuple est très différente, c’est une volonté non pas plurielle mais unique, car dans ce cas ce n’est pas la somme des opinions individuelles mais quelque chose déterminé par une histoire passée, ou un destin futur, ou un être métaphysique indifférent au passage du temps quoique certain depuis les origines”. “Qui interprète la volonté d’un peuple ? – se demandait ensuite l’auteur -. Le chef. Celui qui incarne cette volonté.” (CARRERAS, 2014, 248-249). C’est-à-dire le President, Artur Mas.

28Au cours de la conférence prononcée à l’Auditorium du Fòrum de Barcelone, le 25 novembre 2014, deux semaines après la consultation indépendantiste du 9-N, pendant laquelle est réalisé un bilan du “processus” – terme impropre, mais qui, en fin de compte, n’est pas mal choisi puisqu’il rappelle à chaque instant l’œuvre de Kafka –, Artur Mas affirme : “En effet, on ne peut trouver beaucoup d’exemples dans le monde de mouvements populaires avec un degré d’engagement, d’implication et d’esprit constructif comparable à celui que connaît la Catalogne. Le message est très puissant : un peuple peut aspirer à sa liberté depuis la fraternité, sans aucune violence et le sourire aux lèvres. Et, même, le faire en devant constamment surmonter l’attitude hostile de l’État auquel il appartient”. Un peuple exemplaire en définitive, face à un État hostile. Le premier possède, par ailleurs, une grande et profonde histoire, dans laquelle l’autogouvernement a été fondamental : “le désir d’autogouvernement fait partie de façon consubstantielle de l’identité catalane” assure Mas. Le second, au contraire, est le principal responsable de ce qui arrive : “l’État nous a déçus, nous la majorité des Catalanes et des Catalans. Et il continue de nous décevoir”. Cet État, soutient le président de la Generalitat à un autre moment de son intervention, “prétend faire taire la voix et empêcher le vote des Catalanes et des Catalans pour décider du futur politique du pays”. Pour l’éviter, Mas se montre disposé à user de tous les instruments légaux et démocratiques pour faciliter le fait que “le peuple de Catalogne puisse décider librement de son futur comme pays” (MAS, 2014c, 8-10 et 19).

29Tous les éléments clé du discours populiste de Mas se trouvent dans cette discussion : peuple, histoire, ennemi, démocratie. Dans d’autres interventions, il insiste sur ces points. Prenons par exemple le message institutionnel du président de la Generalitat le 11 septembre 2014, la dénommée “Diada nationale”. L’appel depuis le présent au passé, en pensant au futur, apparaît clairement : “Il est nécessaire de connaître notre histoire pour se souvenir combien sont profondes les convictions démocratiques du peuple catalan. Dans des moments où l’on veut minimiser, dénaturer ou nier notre passé comme pays, il est plus nécessaire que jamais de commémorer ce que nous avons été, rappeler que la défense héroïque de Barcelone, et de toute la Catalogne, il y a trois siècles, fut pour défendre des lois qui comptaient parmi les plus avancées du moment et qui contrastaient avec le pouvoir absolu exercé de manière absolue. Et que ce fut précisément l’absolutisme homogénéisateur, vainqueur de la guerre, qui voulut annihiler notre identité, notre langue et nos us et coutumes.” Si la société catalane de 1714 était déjà démocratique – je ne veux pas entrer maintenant dans une contestation historique de cet argument absurde –, celle d’aujourd’hui aussi veut “décider de manière démocratique, en votant”. L’État peut encore, affirme Mas, “écouter le cri pacifique et démocratique de ce peuple”. Et, juste après, il enfonce le clou : “réduire au silence la voix d’un peuple qui veut parler est une erreur” (MAS, 2014a).

30La volonté d’un peuple, du peuple de Catalogne – les peuples ont des droits, qui ne sont jamais prescrits, comme disait Francesc Macià et comme l’a parfois affirmé Mas –, ne peut être arrêtée. Par rien ni personne. Les lois, bien sûr, ne peuvent le faire. La volonté du peuple est au-dessus : la vraie démocratie consiste donc à voter. Le bon peuple – pacifique, avec une longue histoire démocratique, civilisé, pacifique, unanime – veut “voter”, veut “décider”, mais “eux”, l’Espagne, l’État, le gouvernement espagnol, l’en empêchent. Volonté démocratique contre mauvaise qualité démocratique, comme l’a affirmé plus d’une fois le porte-parole d’alors du gouvernement catalan, Francesc Homs.

31La déclaration institutionnelle faite par le président de la Generalitat après la signature du décret de convocation de la consultation du 9-N reprend toutes ces questions : “J’ai l’honneur d’être le 129e Président de la Generalitat de Catalogne, institution créée en 1359 et qui depuis la première présidence de Berenguer de Cruillas a reflété durant près de sept siècles la volonté d’autogouvernement des Catalans. Au long de ces sept siècles, seules des impositions externes ont provoqué la suspension de l’autogouvernement. Un autogouvernement que la volonté expresse du peuple catalan a toujours voulu récupérer. Nos racines sont profondes, comme l’est la solidité de notre sentiment. Mais plus solides encore sont la volonté et la détermination de construire un pays meilleur pour le futur. Un bon pays.” Et, juste après, il ajoute : “Nous voulons voter, nous voulons décider et à présent nous avons le cadre et le moment propice pour le faire.” (MAS, 2014b). Le recours à l’histoire est, en tout cas, problématique. Il est très difficile d’établir des liens de continuité entre l’ancienne Diputació del General et la Generalitat contemporaine. Il s’agit de deux institutions distinctes à des époques et dans des circonstances politiques extrêmement différentes. L’abus des continuités se heurte parfois à la réalité. Le nationalisme catalan a toujours été – et continue d’être – obsédé par le passé (CANAL, 2016a).

32Dans son message de fin d’année de 2014, Mas insiste sur le fait que “pour la première fois en trois siècles les Catalans qui l’ont voulu ont pu voter en faveur du futur politique du pays, y compris pour la liberté politique de la Catalogne” (MAS, 2014d). Aux élections locales, autonomiques ou législatives, on ne déciderait donc pas du futur de la Catalogne ? Le nationalisme populiste construit consciemment un nouveau langage.

Haut de page

Bibliographie

ÁLVAREZ JUNCO, José, “Algunos problemas teóricos alrededor de los populismos”, Revista del Centro de Estudios Constitucionales, 1, 1988, pp. 281-303.

ÁLVAREZ JUNCO, José, El emperador del Paralelo. Lerroux y la demagogia populista, Madrid, Alianza Editorial, 1990.

CANAL, Jordi, “Crónicas de un viaje a ninguna parte (Cataluña, 11-S al 25-N)”, Cuadernos de pensamiento político, 37, 2013, pp. 57-67.

CANAL, Jordi, Historia mínima de Cataluña, Madrid, Turner-Colegio de México, 2015.

CANAL, Jordi, “Genealogía imaginada de un ‘President’”, El País, supplément “Ideas”, 17 janvier 2016a.

CANAL, Jordi, “El pujolismo o la renacionalización de Cataluña : una mirada política”, Cuadernos de pensamiento político, 50, 2016b, pp. 121-128.

CARRERAS, Francesc de, Paciencia e independencia. La agenda oculta del nacionalismo, Barcelone, Ariel, 2014.

CASALS, Xavier, El pueblo contra el parlamento. El nuevo populismo en España, 1989-2013, Barcelone, Pasado y Presente, 2013.

CRUZ, Manuel, Una comunidad ensimismada. Diez años de escritos sobre Cataluña, Madrid, Libros de la Catarata, 2014.

HERMET, Guy, “Populisme et nationalisme”, Vingtième Siècle, 56, 1997, pp. 34-47.

LEGUINA, Joaquín, “Artur Mas, el flautista de Hamelín”, El País, 2 novembre 2014.

MAS, Artur, “Missatge institucional del president de la Generalitat amb motiu de la Diada Nacional de Catalunya 2014”, 11 septembre 2014a :

http://www.president.cat/pres_gov/president/ca/president-mas/discursos.html

MAS, Artur, “Declaració institucional del president de la Generalitat després de la signatura del decret de convocatòria de la consulta”, 27 septembre 2014b :

http://www.president.cat/pres_gov/president/ca/president-mas/discursos.html

MAS, Artur, Després del 9N : temps de decidir, temps de sumar, Barcelone, Generalitat de Catalunya, 2014c.

MAS, Artur, “Missatge del president de la Generalitat amb motiu del Cap d’Any”, 30 décembre 2014d :

http://www.president.cat/pres_gov/president/ca/president-mas/discursos.html

PANIZZA, Francisco, ed., El populismo como espejo de la democracia, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2009.

TAPIA, Joan, ¿España sin Cataluña ? Crónica personal de sesenta días de discordia : del Once de Septiembre al 9-N, Barcelone, Península, 2015.

UCELAY-DA CAL, Enric, La Catalunya populista. Imatge, cultura i política en l’etapa republicana (1931-1939), Barcelone, La Magrana, 1982.

VÉLEZ-PELLIGRINI, Laurentino, El estilo populista. Orígenes, auge y declive del Pujolismo, Barcelone, El Viejo Topo, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jordi Canal, « Le nationalisme catalan comme populisme : une approche des discours d’Artur Mas en 2014 », Conserveries mémorielles [En ligne], #20 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://cm.revues.org/2483

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org