Navigation – Plan du site
Chemins de traverses mémoriels et fabrique des médiations

La fabrique des héros. Usages politiques de Francisco Morazán en Amérique Centrale au XXe siècle (1942-1992)

The Making of the Heroes. Political uses of Francisco Morazán in XXth Century Central America
La fábrica de los héros : usos políticos de Francisco Morazán en Centroamérica - siglo XX
Catherine Lacaze

Résumés

Cet article porte sur la mémoire de Francisco Morazán, caudillo libéral hondurien qui fut président de la République Fédérale d’Amérique Centrale durant la décennie de 1830. Après avoir retracé la transformation du personnage historique en héros entre sa mort en 1842 et le centenaire de celle-ci, nous analysons la commémoration de 1942 et les nouveaux usages politiques qui ont été faits de cette figure jusqu’au bicentenaire de sa naissance en 1992. L’objectif est ici de déterminer dans quelle mesure le culte de Morazán s’est popularisé au cours du XXème siècle, en privilégiant une perspective comparative à l’échelle centraméricaine (Guatemala, El Salvador, Honduras, Nicaragua et Costa Rica).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vers tirés du poème « Al héroe » de Rigoberto Paredes (Honduras, 1982).

Bájate
Descabalga esas alturas
Dale historia y quehaceres a tu espada.1

1Le 28 juin 2009, un coup d’État au Honduras renverse le gouvernement de Manuel Zelaya en réaction à son choix de se rapprocher des pays latino-américains prônant un « socialisme du XXIème siècle ». Spontanément, un mouvement social s’organise pour dénoncer les autorités illégitimes qui sont soutenues par l’armée, l’Église et les États-Unis. Le nom de Morazán apparaît dans plusieurs slogans et c’est le visage de cette figure qui est choisi comme emblème de la principale force d’opposition, le Front National de Résistance Populaire (FNRP).

2José Francisco Morazán Quezada est né en 1792 à Tegucigalpa, aujourd’hui capitale du Honduras. Il a dirigé politiquement et militairement le courant libéral en faveur d’une fédération centraméricaine face aux partisans du modèle colonial centralisé autour du Guatemala. De 1830 à 1839, il occupe le poste de président de la République Fédérale d’Amérique Centrale, fondée quelques années après la proclamation d’indépendance et composée de cinq États : Guatemala, Salvador, Honduras, Nicaragua et Costa Rica. Suite à une rébellion dont le caractère populaire est discutable, Morazán est fusillé dans la capitale costaricienne le 15 septembre 1842, jour anniversaire de l’indépendance de l’Amérique Centrale.

3Depuis cette exécution et la désagrégation de République Fédérale, la figure de Morazán a fait l’objet d’un processus d’héroïsation commencé par certaines élites centraméricaines. A l’échelle de l’Amérique hispanique, les héros ont été placés au cœur des Historias Patrias pour soutenir la construction des nations suite aux processus indépendantistes. Dès le XIXème siècle, les gouvernements ont pris en charge l’organisation de cultes héroïques pour diffuser un sentiment d’appartenance et légitimer leur action. De nos jours, ces héros nationaux traditionnels continuent de représenter des luttes politiques avec une charge émotionnelle qui est ravivée. Comment un personnage historique peut-il incarner des espoirs au présent plus de 150 ans après sa mort ?

  • 2 Il s’agit d’une synthèse de notre thèse de doctorat en Histoire intitulée Le processus d’héroïsatio (...)

4La narration héroïque est actualisée en fonction des intérêts politiques qui évoluent au cours du temps. Nous cherchons ici à déterminer dans quelle mesure le culte de Morazán se popularise durant le XXème siècle avec la participation de nouveaux acteurs sur la scène politique centraméricaine. Nous commencerons par retracer la transformation du personnage historique en héros, pour ensuite analyser la célébration du centenaire de sa mort en 1942. Enfin, ce sont les nouveaux usages politiques de la figure qui seront mis en relief, en considérant la période allant jusqu’au bicentenaire de sa naissance en 1992.2

Francisco Morazán, du personnage historique au héros (1842-1942)

5Contrairement au reste de l’Amérique hispanique, l’Amérique Centrale obtient son indépendance sans combats militaires face à la couronne espagnole et en étant annexée à l’empire mexicain de Agustín de Iturbide (1821-1823). La période fédérale qui suit, marquée par des luttes d’influence et des conflits armés, a ainsi rapidement été considérée comme un mythe fondateur. Morazán s’est très vite engagé dans ces conflits et fut progressivement érigé en caudillo centraméricain luttant pour une fédération souhaitée principalement par les élites salvadoriennes face à la domination du Guatemala. Devenu président de la République Fédérale, il mène une politique libérale concernant notamment la sécularisation de la société. Cependant, la lutte pour l’hégémonie entre les élites locales et les problèmes financiers compliquent la mise en place d’un projet véritablement centraméricain. Morazán est régulièrement amené à laisser son poste pour se mettre à la tête de l’armée et faire face à de nombreuses révoltes dans les différents États. En 1840, la victoire militaire et politique de son principal adversaire, le guatémaltèque Rafael Carrera, renverse la situation au point d’ériger Morazán en « ennemi commun » de l’Amérique Centrale. Carrera est lui-même célébré comme le « caudillo adoré des peuples » en tant que défenseur de la religion catholique. La mort de Morazán en 1842 est alors décrite comme la chute du tyran et la fin d’une période « anarchique ». Pourtant, la mise en scène de son exécution comme un sacrifice au nom du bien commun, et de manière générale la préoccupation du personnage historique vis-à-vis de la postérité de son image, facilitera l’héroïsation de Morazán. Ses partisans, les Coquimbos, élaborent une mémoire héroïque en reprenant les valeurs cristallisées autour de sa figure pour s’opposer à l’influence conservatrice de Carrera qui s’étend désormais à travers l’isthme. Ils entreprennent la mise en place d’un culte de leur caudillo défunt qui légitime leur projet politique dans le but de récupérer le pouvoir.

6L’exhumation du corps de Morazán décidée par le gouvernement costaricien (1848), son « rapatriement » effectué vers le Salvador (1849), et l’inhumation officielle réalisée en grande pompe dans la capitale salvadorienne (1858), constituent les premiers pas de son héroïsation, marqués par le deuil de la présence physique du caudillo. En célébrant le symbole fédérateur associé à l’image de Morazán, les quelques gouvernements libéraux temporairement en place voulaient fortifier leurs liens malgré l’échec des nouvelles tentatives d’union politique de l’Amérique Centrale. Les Coquimbos occupant des fonctions gouvernementales ont articulé des mémoires personnelles à l’échelle de la région de manière à assurer la transmission d’une image héroïque aux générations futures. L’incorporation de cérémonies religieuses dans le rituel civique a encouragé la participation de la population traditionnellement impliquée dans les célébrations catholiques. Ainsi, même si l’historiographie dominante durant la période « conservatrice » participe au dénigrement de Morazán, ses partisans s’y sont opposés en mettant en place un culte héroïque exaltant la nation centraméricaine dont l’État salvadorien serait le bastion.

7L’officialisation du héros est consolidée à partir des années 1880, durant la première étape de la période libérale. Des statues en son honneur sont inaugurées à San Salvador (1882) et Tegucigalpa (1883), un parc « Morazán » est créé dans la capitale costaricienne (1888), et le centenaire de sa naissance célébré en 1892 a généré une polémique particulièrement forte au Guatemala. Le culte du héros est alors inscrit dans l’idéologie du progrès et est soutenu par une historiographie abondante, mais il provoque des débats passionnés qui donnent à voir de profondes divisions quant au projet de nation à développer. Un panthéon centraméricain est élaboré dont la composition et la hiérarchie varient selon les pays en fonction d’un processus d’appropriation locale de l’image de Morazán. Dans le même temps, la rhétorique unioniste est intégrée à la construction des États-nations séparés. Le Salvador est ainsi défini comme le « peuple de prédilection » du héros et le Honduras comme son « berceau ». En dix années, le culte s’étend sur le plan social et géographique dans ces deux États, alors qu’au Costa Rica et au Guatemala, les tentatives pour l’institutionnaliser ont généré des controverses qui ont participé à la consolidation des identités locales. Le Nicaragua est l’État qui met le plus de temps à établir un gouvernement ouvertement libéral, et c’est aussi celui qui se maintient le plus éloigné de la polémique. À l’échelle de l’isthme, une différenciation entre le personnage historique et le symbole a été opérée, de la même manière que l’on distingue l’utopie politique des projets à concrétiser au présent.

8Avec le changement de siècle, une part de plus en plus importante de la société veut participer au projet national, à commencer par les artisans et ouvriers urbains (ACUÑA ORTEGA, 1993). En 1921, l’Amérique Centrale s’apprête à célébrer le centenaire de son indépendance et des efforts sont engagés pour reconstruire l’union politique. L’influence du Parti Unioniste Centraméricain (PUCA) est déterminante, d’autant plus que ce mouvement compte désormais des adeptes jusqu’au Guatemala où une commémoration d’ampleur centraméricaine est organisée le 15 septembre. Dans ce contexte d’enthousiasme unioniste, la mémoire de Morazán est mise en avant et une certaine massification du culte peut être observée. La narration héroïque est actualisée en insistant sur le caractère pédagogique du héros, et des textes scolaires unionistes sont diffusés. La perspective historique est aussi modifiée afin d’accorder au peuple le rôle d’acteur tout en soulignant la nécessité de leaders, et l’optique téléologique est renouvelée par un langage spirituel destiné à promouvoir une définition plus intégratrice de la nation. Dans le même temps, l’intervention des Etats-Unis dans les domaines politique, militaire et économique en Amérique Centrale est consolidée. Le fait que les autorités étasuniennes aient envisagé l’isthme comme une seule entité d’intérêt géostratégique (tout en s’opposant à la reconstruction de l’union politique) et qu’elles aient choisi Morazán pour la représenter, a poussé les réticents à adopter son image comme un outil diplomatique.

9Suite à l’échec de la reconstruction de la République Fédérale en 1921, l’unionisme est relégué au plan de la nostalgie et ce sont les panthéons incarnant les États-nations qui sont fortifiés. Morazán ne conserve la première place qu’au Honduras, où il est né, mais sa mémoire continue malgré tout de représenter les liens culturels entre les pays de l’isthme. La radicalisation des mouvements sociaux et la consolidation de l’influence étasunienne en Amérique Centrale conduisent à un nationalisme officiel de type dictatorial. À partir des années 1930, l’institution armée cherche à s’approprier le héros de manière à légitimer son ascension au pouvoir. Une « militarisation » de la mémoire est ainsi développée jusqu’au centenaire de la mort de Morazán.

Le centenaire de la mort de Morazán (1942)

10L’entrée en guerre des États-Unis contre les puissances de l’Axe à la fin de l’année 1941 pousse les dictateurs alors à la tête des États centraméricains à faire de même. La seconde guerre mondiale a ainsi été l’occasion de rallier momentanément les différents acteurs politiques face à un ennemi universalisé comme étant le « Mal » à détruire. Ce contexte international a légitimé la réactivation du mythe guerrier dans le cadre du centenaire de la mort de Morazán en 1942. Malgré la multiplication des usages politiques du héros, un consensus est établi autour du symbole de la démocratie pour valoriser le rôle de la région à l’échelle mondiale. Afin de maintenir l’apparence démocratique, les rituels organisés par les dictatures ont recours au sport : l’exaltation de la force physique passe par le modèle de l’athlète pour dissimuler celui du militaire.

11La commémoration officielle a été minutieusement organisée au Honduras où Morazán est consacré Père de la patrie. Le rituel civique a servi à mettre en scène l’intégration de l’État-nation sur le plan social (avec l’implication des militaires, des élèves, des maîtres d’école, des ouvriers, des universitaires…) et géographique (avec la participation de l’ensemble des municipalités, en particulier San Pedro Sula, deuxième plus grande ville du pays). En plus de la publication de nouveaux textes scolaires, les outils de la culture de masse ont été utilisés pour assurer la circulation de la mémoire officielle à travers le pays. J. Fidel Durón a ainsi créé une pièce de théâtre d’une durée de deux heures intitulée Les derniers jours de Morazán destinée à être retransmise à la radio (FIDEL DURÓN, 1952). L’iconographie autour de Morazán est également multipliée et les tableaux historiques du peintre espagnol Alberto C. Ferrant, résidant alors au Honduras, sont régulièrement mentionnés parce qu’ils sont considérés comme un apport important au développement du culte (il a notamment peint l’exécution du héros et l’inhumation de son corps). Le portrait de profil de Morazán qui circule depuis le siècle précédent continue également d’être diffusé sur divers supports matériels (timbres, reproductions dans la presse, etc).

Portrait de profil de Morazán

Portrait de profil de Morazán

Portrait inspiré de l’original réalisé en 1838 par le peintre hollandais Frederich Van Dolvetz / Photographie du numéro du 14 septembre 1942 du Diario Comercial de San Pedro Sula

12La narration est ouvertement actualisée et le héros popularisé pour que tous les milieux de la société puissent s’identifier à lui. M. Carías Reyes, secrétaire privé de la présidence hondurienne, insiste sur le caractère humain de Morazán. Il prône une désacralisation du héros en revalorisant des aspects de son intimité autrefois passés sous silence, comme ses relations extraconjugales. Morazán est ainsi comparé à « Monsieur tout le monde » (Juan Nadie) qui a vécu avec un corps bien réel : « qu’il ait été un être supérieur est indéniable, mais même les hommes les plus supérieurs vont aux toilettes » (CARÍAS REYES, 1942). La vie quotidienne et les sentiments du héros sont ainsi mis en relief, ce qui permet d’insister sur l’importance de la famille dans une perspective chrétienne. La mémoire de María Josefa Lastiri est alors exaltée en tant qu’épouse « dévouée » de Morazán. Cette revendication facilite l’inclusion des femmes dans la définition de la nation alors même que la pleine citoyenneté leur est refusée, leur rôle se limitant à soutenir dans le champ privé l’action publique des hommes.

13La participation à la fois de l’Église et de la franc-maçonnerie à la commémoration du centenaire montre la recherche d’un consensus autour d’un Morazán devenu désormais catholique. Le langage spirituel utilisé tend à promouvoir une morale à caractère religieux au-delà du champ politique. Alors que Morazán avait été qualifié d’hérétique étant donné sa politique anticléricale, la tradition orale développée notamment par les descendants du caudillo a modifié profondément cette représentation en faisant du héros « un bon chrétien ». Le centenaire est l’occasion d’officialiser ce qui semble être l’expression d’un sentiment populaire, dont l’élaboration est soutenue autant par des intellectuels tels que Salvador Turcios (TURCIOS, 1942) que par des curés comme celui de Santa Bárbara qui insiste sur le repentir du héros (GÓMEZ, 1942). Le statut de martyr de Morazán est ainsi légitimé et le lien entre les religions catholique et patriotique en sort renforcé. Nous pouvons ici faire un parallèle avec le mécanisme observé par G. Carrera au Venezuela où le régime dictatorial des années 1940 a instauré le culte de Bolivar comme une deuxième religion afin de promouvoir une idéologie anti-communiste (CARRERA DAMAS, 2003, p. 47). Cet auteur considère ainsi que les sphères officielles ont manipulé la religiosité populaire en faisant du héros un demi-dieu pour transformer le culte du peuple en un culte pour le peuple.

14Dans le même temps, au Salvador, les autorités tentent d’attribuer à nouveau la première place du panthéon à Morazán. Les « marques territoriales » (JELIN, 2003, p. 4) qui lui sont associées à travers le pays sont utilisées pour raviver le culte héroïque et mettre en scène la modernisation de l’État. Les monuments sont considérés comme des outils pédagogiques et la communauté scolaire est placée au premier plan de la commémoration pour en compenser l’aspect guerrier. De même qu’au Honduras, une doctrine citoyenne est élaborée autour de Morazán mais ici l’accent est mis sur la dimension centraméricaine malgré la consolidation de l’identité salvadorienne. Le mausolée du héros est d’ailleurs érigé à cette occasion comme un lieu de pèlerinage pour l’ensemble de la région. Le contexte de seconde guerre mondiale est également utilisé au Salvador pour légitimer la dictature de M. Hernández Martínez au nom de la démocratie et sous couvert de spiritualité. La confiserie El Sol profite du centenaire pour diffuser une annonce publicitaire rendant hommage à un Morazán divinisé avec Washington à sa gauche et Bolivar à sa droite, reprenant ainsi la trinité héroïque du panaméricanisme (Diario de Hoy, San Salvador, 14 septembre 1942). La commercialisation du symbole confirme la vitalité de la mémoire héroïque dont on prétend effacer le caractère politique pour éviter toute récupération subversive.

15Dans le reste de l’Amérique Centrale, Morazán est utilisé autant par les groupes unionistes anti-impérialistes que par les sphères du pouvoir qui soutiennent l’idéologie panaméricaniste. Ces divergences sont illustrées par les conflits ayant opposé les membres du PUCA (tels que Salvador Mendieta et Joaquín Rodas) aux dictateurs A. Somoza García au Nicaragua et J. Ubico Castañeda au Guatemala. Le journal costaricien Trabajo, organe du parti communiste, publie des articles en faveur de la célébration de « l’initiateur de la révolution de la petite bourgeoisie centraméricaine » (Trabajo, San José, 5 septembre 1942). La rédaction veut se joindre à l’hommage que « les centraméricains conscients » rendent au héros et insiste sur la portée continentale de son image. Toutefois, un autre article publié dans ce journal remet en cause la pertinence du culte en considérant que les voies de communication (et donc l’aspect économique) œuvrent davantage pour l’union que l’épée et le sacrifice de Morazán. L’essai de la Société de Géographie et d’Histoire du Costa Rica justifiant l’exécution du caudillo au nom du droit à l’insurrection du peuple contre un gouvernement tyrannique y est d’ailleurs reproduit (FERNÁNDEZ et YGLESIAS, 1942). La rédaction conseille aux lecteurs de conserver ces articles en précisant que cette « histoire bien documentée » a été approuvée par divers partis politiques (voir les numéros des 22 et 29 août 1942 de Trabajo). Il semble que les communistes n’aient pas souhaité effectuer une appropriation partisane de Morazán, peut-être pour ne pas attenter à l’identité nationale à une époque où le Costa Rica est le seul État centraméricain à autoriser légalement l’existence de ce parti. Sans doute le caractère nationaliste de la représentation de Morazán, contraire au principe de révolution internationale, était-il aussi pour l’heure un obstacle à l’élaboration d’une mémoire héroïque communiste.

  • 3 « Ha de volver Morazán, vencedor para siempre, más hermoso que en el mármol y más invencible que en (...)

16Bien que présentant des aspects très variés dans l'isthme comme nous venons de le voir, la commémoration de 1942 dépasse les frontières de l’Amérique Centrale. Dans la capitale mexicaine, l’avenue « Balbuena » est rebaptisée « Morazán ». Le hondurien Rafael Heliodoro Valle prononce un discours à cette occasion dans lequel il consolide le caractère prophétique du culte : « Morazán doit revenir, vainqueur pour toujours, plus beau que dans le marbre et plus invincible que dans le bronze, et les hommes diront dans leur hommage qu’il y a plus d’un siècle, dans le silence des montagnes du Honduras, un jour est née la lumière » (VALLE, 1942).3 Il insiste sur l’éducation populaire prônée par Morazán et célèbre le précurseur de la « démocratie réelle » à l’échelle du continent. Le discours de R.-H. Valle peut être interprété comme une mise en garde contre les régimes dictatoriaux en place en Amérique Centrale et le journal Trabajo reproduit d’ailleurs certains de ses articles. Toutefois, la plupart de ses écrits sur le héros sont publiés dans les journaux centraméricains liés aux pouvoirs, ce qui montre que sa narration n’est pas considérée comme subversive. Au Honduras notamment, T. Carías Andino veut faire de R.-H. Valle un soutien de son gouvernement et inaugure une école portant son nom. Les narrations héroïques pouvant représenter une mémoire alternative sont alors intégrées au discours officiel pour en diminuer la portée révolutionnaire. Ce n’est que quelques années plus tard, en 1947, que cet intellectuel fonde au Mexique un comité luttant contre la dictature hondurienne.

17En 1941, Luis Chávez Orozco, historien et diplomate mexicain, avait été invité par le comité de direction de l’Institut International de la Culture hondurienne à donner une conférence dans laquelle il avait voulu « payer la dette » des mexicains envers Morazán. L. Chávez considère en effet que la Réforme mise en place au Mexique est l’héritière de la politique menée par le centraméricain, ce qui permet l’insertion de Morazán dans un panthéon de dimension continentale (CHÁVEZ OROZCO, 1942). Les articles de presse publiés au Mexique et reproduits en Amérique Centrale célèbrent à la fois le leader des « masses populaires avides de libération, des forces de la petite bourgeoisie et des éléments progressistes » et le représentant de la démocratie sur le modèle des États-Unis (ORTEGA, 1942). Nous pouvons interpréter cette perspective comme une redéfinition du panaméricanisme insistant, d’une part, sur le rôle du peuple et, d’autre part, sur l’importance des pays latino-américains à l’échelle du continent. La politique étasunienne, en passant de la doctrine du Gros Bâton à celle du Bon Voisinage, a facilité la revendication d’une « âme particulière ».

18L’importance géostratégique de l’Amérique Centrale, et ce d’autant plus en temps de conflit mondialisé, favorise la reconnaissance du héros en dehors des frontières. La célébration du « Bolivar centraméricain » permet ainsi de valoriser l’identité régionale à l’échelle internationale. Aux États-Unis également, des festivités ont eu lieu dans le cadre du centenaire : à Washington, un repas en présence de l’ensemble du corps diplomatique latino-américain est organisé pour rendre hommage à Morazán au nom de l’unité continentale (« El centenario de la muerte de Morazán en Washington », El Cronista, Tegucigalpa, 4 septembre 1942). Même si c’est le héros national du Honduras qui est avant tout célébré, le centenaire a été l’occasion de consacrer Morazán comme le représentant de l’Amérique Centrale aux yeux du monde.

Nouveaux usages politiques de Morazán (1942-1992)

19Peu de temps après le centenaire de la mort de Morazán, les mouvements sociaux s’opposant aux dictatures se renforcent au point de faire tomber celles installées au Salvador et au Guatemala en 1944 et au Honduras en 1949. Les événements prennent une ampleur régionale bien que la dynastie des Somoza arrive à se maintenir au Nicaragua. Ces mouvements s’appuient sur une contre-mémoire appelant à prendre les armes pour mettre fin à l’injustice, notamment parmi les travailleurs, les universitaires mais aussi certains militaires. Un usage subversif du mythe guerrier est alors développé qui constitue une rupture dans le processus d’héroïsation de Morazán. Une comparaison peut être faite avec Sandino en tant qu’icône révolutionnaire même si Morazán reste dans le même temps un héros national aux multiples facettes.

Morazán et Sandino, icônes révolutionnaires centraméricaines

  • 4 Ce texte écrit en 1942 est publié pour la première fois au Guatemala en 1952 par l’imprimerie natio (...)

20L’inscription de la vie de Morazán dans une lutte transcendante entre le Bien et le Mal autour des principes démocratiques se poursuit et l’envergure continentale du culte se consolide. Depuis Buenos Aires, A. Mejía Nieto publie une biographie du héros dans laquelle il rend hommage au symbole d’émancipation sociale (MEJÍA NIETO, 1947). Le libéral A. Zúñiga Huete, en exil au Mexique, écrit lui aussi un ouvrage en 1947 où il affirme que le héros contemporain a cessé d’être une divinité. Il place Morazán sur un « piédestal réaliste » : il n’est « ni un saint ni un personnage de légende, ni un surhomme du style de Nietzche » mais le célèbre au nom de la démocratie (ZUÑIGA HUETE, 1947). L’actualisation de l’image de Morazán a donc bien été appropriée, y compris parmi les opposants à T. Carías. Les écrits de A. Zúñiga, ainsi que ceux de J. Jiménez Solís (JIMÉNEZ SOLÍS, 1999),4 auraient d’ailleurs servi d’outils idéologiques pour la révolution d’octobre 1944 au Guatemala en mettant en avant le caractère populaire de Morazán (EURAQUE 2008, p. 122). Au Honduras, F. Randazzo établit une rupture historique avec la grève de 1954 qui a mobilisé près de 30 000 travailleurs, en particulier des plantations bananières, et paralysé le pays durant 69 jours (RANDAZZO, 2006, p. 108). C’est aussi cette année-là que réapparaît le Parti communiste hondurien. L’usage révolutionnaire de Morazán se consolide alors pour soutenir une mémoire alternative justifiant le recours à la force armée.

21À partir des années 1960, diverses organisations politico-militaires d’idéologie marxiste sont créées en Amérique Centrale pour faire face à l’instauration de nouveaux régimes autoritaires. Plusieurs d’entre elles font référence à des figures héroïques, la plus importante étant le Front Sandiniste de Libération Nationale (FSLN) au Nicaragua. Il s’agit d’un nouveau processus d’héroïsation : la mémoire de Augusto C. Sandino, guérillero ayant lutté contre l’invasion des Marines et assassiné en 1934, est alors sortie de l’oubli. Sa figure est récupérée pour s’opposer à l’historiographie diffusée sous la dynastie des Somoza et cette contre-mémoire sera officialisée avec le triomphe de la révolution sandiniste en 1979. Après sa mise en place, le nouveau gouvernement cherche à étendre le « sandinisme » à l’échelle nationale avec des projets de grande ampleur comme la Croisade Nationale d’Alphabétisation (CNA). Au Honduras, un mouvement révolutionnaire créé en 1964 a pris le nom de Morazán, un Front Morazaniste pour la Libération du Honduras (FMLH) est fondé en 1979 et un Front Patriotique Morazaniste (FPM) est constitué en 1987. Le héros officiel est alors revisité selon l’idéologie marxiste pour attribuer un contenu plus populaire à la définition de la nation tout en mobilisant le modèle du soldat-citoyen élaboré par les sphères du pouvoir.

22Les personnages choisis pour représenter la révolution n’ont donc pas le même profil et ne bénéficient pas du même degré d’héroïsation. La question de la rétro-alimentation entre les cultes mérite d’être posée : Sandino et Morazán ont-ils fait partie d’une même culture politique et d’un unique panthéon révolutionnaire ? Le poète salvadorien Oswaldo Escobar Velado mentionne régulièrement les deux figures (voir par exemple « Canto al General Francisco », 1959). Le contexte centraméricain doit être envisagé dans son ensemble étant donné l’ampleur des guerres civiles qui secouent le Nicaragua, le Salvador et le Guatemala à la fin des années 1970 et durant la décennie suivante. Même si un conflit d’une telle violence n’a pas eu lieu au Honduras, l’échelle régionale est à prendre en compte en prêtant attention à la circulation des idées et des pratiques. Un Parti Révolutionnaire des Travailleurs Centraméricains a d’ailleurs été fondé en 1976 avec une branche militarisée en reprenant l’idéal morazaniste. Sandino lui-même avait écrit une proclamation d’union centraméricaine au nom de l’Armée Autonomiste d’Amérique Centrale en 1933 dans laquelle il célébrait Morazán en tant que symbole unioniste (RAMÍREZ, 1984, pp. 347-349).

  • 5 Morazán n’apparaît pas dans le manuscrit, et P. Neruda l’a sûrement rajouté une fois arrivé au Mexi (...)

23Avec le triomphe de la révolution cubaine puis celui de la révolution sandiniste, l’image de Sandino se diffuse à travers le continent et plusieurs artistes et intellectuels anti-impérialistes comme la poétesse chilienne Gabriela Mistral et l’historien argentin Gregorio Selser participent à son héroïsation. En un sens, la reconnaissance extérieure du héros a facilité son acceptation au sein du Nicaragua. À l’échelle de l’Amérique Latine, voire mondiale, nous pouvons considérer que Sandino, et Morazán dans une moindre mesure, ont été des représentants centraméricains de la lutte anti-impérialiste. Le poète chilien Pablo Neruda, communiste, a par exemple hésité entre les deux figures à l’heure d’inclure un héros centraméricain dans son Canto General publié en 1950 au Mexique, se décidant finalement pour Morazán (EURAQUE, 2008, pp. 122-123).5 Le titre de son poème Alta es la noche y Morazán vigila (« Haute est la nuit et Morazán veille ») est aujourd’hui devenu un slogan contestataire. Notons qu’en 1944, un poème en hommage au héros écrit par le communiste hondurien Claudio Barrera avait déjà été publié en échappant à la censure de T. Carías (RANDAZZO, 2008, p. 108).

24L’action des personnages historiques est actualisée dans le but de mobiliser la société contre l’impérialisme des États-Unis et le système oligarchique, et ce grâce aux idéologues des mouvements de libération nationale. Au Nicaragua, C. Fonseca Amador a été l’un des premiers à comprendre l’intérêt d’héroïser Sandino dans la lutte contre la dictature (FONSECA AMADOR, 1984). Le hondurien F. Díaz Chávez a, quant à lui, publié plusieurs ouvrages proposant une interprétation marxiste de Morazán (DÍAZ CHÁVEZ, 1986). Déjà en 1965, il avait écrit un livre intitulé La Révolution morazaniste dans lequel il plaçait Morazán aux côtés de Sandino. Plusieurs poètes engagés ont aussi célébré les héros pour légitimer la lutte armée ; leurs vers sont alors pensés comme des outils de diffusion massive d’une idéologie. Le nicaraguayen Ernesto Cardenal a chanté l’immortalité de la mémoire de Sandino et des extraits de ses poèmes ont été mis en musique par Carlos Mejía Godoy, facilitant ainsi la circulation des références. Morazán est interpelé dans les vers du salvadorien Roque Dalton (« Morazán y la juventud », 1974) et des honduriens Roberto Sosa (« Morazán vivo », 1966) et Rigoberto Paredes (« Al héroe », 1982). L’histoire monumentale y est critiquée et le héros est appelé à descendre de son piédestal pour entrer véritablement dans le quotidien du peuple. Dans ces poèmes, le caractère guerrier de Morazán est inscrit dans une lutte contre « les conservateurs et les impérialistes de tous les temps » et en faveur du peuple centraméricain ; la dimension régionale étant donc toujours présente.

25Les métaphores tirées de la Bible utilisées depuis le XIXème siècle dans une perspective romantique sont alors réactualisées, en particulier celles de la semence féconde et de la lumière :

  • 6 « Eres bajo el lodo / una espada continua. / […] / Estás entre nosotros, Bajo la misma noche, / Rep (...)

Tu es sous la boue
Une épée perpétuelle. […]
Tu es parmi nous,
Sous la même nuit,
Diffusant la lumière tous les jours.6

  • 7 V. Wünderich a étudié l’impact de cette rhétorique chrétienne sur le processus d’héroïsation de San (...)

26La comparaison avec le Christ et la rhétorique de la rédemption, de la réincarnation et de l’immortalité sont réemployées pour revendiquer un héros non plus de marbre mais de chair et de sang.7 Le rapprochement entre les discours chrétien et marxiste est construit notamment à travers la théologie de la libération et l’éducation populaire (ROUQUIÉ, 1992, pp. 127-162). Cette particularité a donné naissance à des doctrines adaptées aux contextes nationaux, qu’elles soient nouvelles comme le sandinisme ou nées d’une appropriation du discours officiel comme le morazanisme. Les dimensions politique et religieuse sont entremêlées et un équilibre entre sacralisation et popularisation du culte est recherché pour façonner l’archétype de l’homme nouveau.

27Sandino, et Morazán à moindre échelle, sont devenus des icônes : un chapeau, une silhouette ou un portrait dans le premier cas, un visage de profil pour le second (qui sera repris notamment dans le logo du FNRP). La physionomie des personnages a une grande place dans l’héroïsation car elle permet un processus parallèle d’« iconisation », par des images ou des slogans (LACAZE, 2012).

Logo du Front National de Résistance Populaire créé suite au coup d’Etat du 28 juin 2009 au Honduras

Logo du Front National de Résistance Populaire créé suite au coup d’Etat du 28 juin 2009 au Honduras

http://www.hondurastierralibre.com/​2013/​01/​honduras-los-caminantes-las-calles-este.html

28La codification est un mécanisme inhérent aux processus d’héroïsation car il s’agit de personnifier un projet social. Étant donné que ces mouvements de libération ont une vocation nationale, l’homogénéisation idéologique, culturelle et ethnique est aussi recherchée, à plus forte raison quand le pouvoir politique est obtenu. La volonté du gouvernement sandiniste de contrôler l’ensemble du territoire nicaraguayen a été confrontée aux revendications autonomistes des populations indigènes et afro-descendantes majoritaires sur la côte atlantique (TORRES RIVAS, 1993, pp. 187-189). Beaucoup de Miskitos ont finalement décidé de s’engager dans la contre-révolution. L’intention de divulguer l’idéal du métis à travers la figure de Sandino a participé à cette confrontation. Au Honduras, Juan Ramón Ardón publie un roman dans les années 1970 où sont mis en scène des habitants de la Mosquitia qui ont l’habitude de donner à leurs enfants des noms de personnages historiques célèbres, en particulier Morazán (UMAÑA, 1995, p. 53). L’omniprésence de la figure dans la littérature hondurienne jusqu’à nos jours est sans doute à interpréter comme le reflet de l’imprégnation du héros dans le « sentiment populaire » mais l’analyse de sa mémoire sur la côte atlantique serait à approfondir parce que depuis le siècle précédent, Morazán est identifié aux racines occidentales de la « race ».

29La construction d’un modèle révolutionnaire, la fabrique d’un étendard partisan en même temps que la recherche d’un archétype national génèrent ainsi certaines contradictions. C’est également l’ordre patriarcal qui est en jeu. En 1991, l’écrivaine hondurienne Elvia Castañeda de Machado a publié un ouvrage intitulé La Bataille de l’amour pour rendre hommage à la mémoire de María Josefa Lastiri en tant que « compagne idéale et affectueuse » de Morazán. Célébrer des héroïnes parce qu’elles ont été les épouses de grands hommes en insistant sur leur abnégation ne remet que partiellement en question le rôle subalterne attribué à la population féminine. Les sandinistes ont, quant à eux, mis en avant les femmes qui ont pris part à la lutte armée pour valoriser leur place dans la société. Elles s’affirment ainsi capables de défendre leur honneur et celui de la patrie au même titre que les hommes. Le lien entre la physionomie et l’héroïsme peut être transformé quand il s’agit de figures féminines comme le suggère D. Arias (ARIAS, 2014), mais la conception de la virilité basée sur la force armée et la notion de sacrifice ne semble pas pour autant être renouvelée.

Morazán, un héros national aux multiples facettes

  • 8 Cette polémique a commencé dans le cadre de la commémoration de 1942 et elle concerne également la (...)

30Au Honduras, la nationalisation de Morazán est consolidée au point que sa mémoire est utilisée autant par les mouvements révolutionnaires que par les sphères du pouvoir. L’armée donne par exemple son nom à des plans de combats. Mais ce n’est pas seulement le mythe guerrier qui perdure : son image est aussi liée au système éducatif. Un institut morazanique est fondé en 1952, une école supérieure de professeurs prend son nom en 1956 (elle devient en 1989 l’Université Pédagogique Nationale Francisco Morazán), et une chaire morazanique est créée en 1968. On insiste ainsi sur le caractère pédagogique du culte sans oublier la dimension économique avec la tentative de stimuler le tourisme en créant un itinéraire morazanique à travers le territoire hondurien. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur le sens à donner aux statues à l’effigie de Morazán rajoutées sur des sites où des obélisques avaient été érigés dans les années 1920, comme à La Trinidad. La dimension collective qui peut être associée à la forme abstraite des monuments semble ainsi être remise en question pour développer un culte centré sur l’individu, idéal pour des gouvernements autoritaires qui cherchent à entretenir une hiérarchisation de la société. La dimension mythique accordée à Morazán a aussi généré une polémique autour de l’authenticité de la statue de Tegucigalpa. La rumeur a couru que le monument avait été trouvé dans un dépôt de sculptures à Paris et qu’il représentait le maréchal Ney. Cette rumeur perdure : elle a notamment été relayée par Eduardo Galeano dans son livre Les veines ouvertes de l’Amérique Latine et reprise par Gabriel García Márquez dans son discours lors de la remise du prix Nobel de littérature en 1982. Des travaux récemment publiés au Honduras ont démontré l’authenticité de la statue (LEIVA VIVAS, 1992 ; et CÁLIX SUAZO, 2005).8

31À partir des années 1950, plusieurs institutions régionales ont été créées comme l’Organisation des États Centraméricains (ODECA) et le Marché Commun Centraméricain (MCCA). Cette intégration du marché a eu des retombées économiques favorables selon certains mais une crise a lieu à la fin des années 1960 avec la « guerre de cent heures » opposant le Honduras au Salvador. Le Belize et le Panama participent désormais aux réunions et le fait de privilégier ouvertement la dimension économique renouvelle la perception de l’identité régionale. Avec le processus de paix commencé en 1986-87 (Accords de Esquipulas I et II), le champ politique a aussi été pris en compte en créant le Parlement Centraméricain (PARLACEN). Diverses réunions officielles ont été organisées pour mettre fin à l’état de guerre dans la région et l’année 1990 annonce un changement d’époque avec les élections présidentielles nicaraguayennes qui renversent le gouvernement sandiniste. En 1993, le Système d’Intégration Centraméricaine (SICA) est mis en place pour un « développement intégral » de l’isthme prenant en compte également les aspects sociaux, culturels et écologiques.Selon N. Demyk, le SICA a été influencé par le modèle communautaire européen bien qu’aucune transformation des institutions ne soit clairement définie (DEMYK, 1997). La place accordée à Morazán dans cet unionisme renouvelé semble diminuer mais l’usage du héros comme outil diplomatique perdure y compris à l’extérieur des frontières de l’Amérique Centrale : des bustes le représentant ont en effet été inaugurés dans différentes capitales latino-américaines comme La Havane, Lima, Caracas et Santiago du Chili mais aussi à la Nouvelle Orléans et à Madrid.

32Le symbole unioniste n’a pas disparu et les commémorations liées au héros sont encore l’occasion d’exprimer le désir de reconstruire la Fédération. Le président hondurien s’est lui-même exprimé en ce sens lors de la célébration du bicentenaire de la naissance de Morazán en 1992 (EURAQUE, 2008, p. 118). La dimension économique du projet unioniste semble bien être privilégiée : des pièces de monnaie en or représentant le visage du héros sont mises en circulation avec l’écusson de la Fédération centraméricaine gravé sur l’envers. Une série de timbres commémorative a été éditée multipliant les représentations de Morazán (debout ou à cheval, avec ou sans uniforme…) et le gouvernement salvadorien a lui aussi émis un timbre commémoratif avec le profil du héros. Cette commémoration a été l’occasion de développer les supports de diffusion de la mémoire héroïque. L’écrivaine María Eugenia Ramos a remporté un concours littéraire avec un conte intitulé Une certaine nostalgie. Le peintre Ezequiel Padilla a aussi gagné un prix, de même que le compositeur Jorge Mejía avec son œuvre Une fantaisie symphonique qui met en musique le poème « Morazán vivo » de Roberto Sosa. Des romans portant sur Morazán ont également été publiés (ESCOTO, 1992), ainsi que des anthologies poétiques (ZÚÑIGA RODEZNO, 1992). Cette profusion artistique autour du héros national reflète le dynamisme du culte, sous contrôle toutefois des autorités qui cherchent à garder la main sur sa signification.

33Si Morazán a fait l’objet de nombreux écrits, la plupart des auteurs se prononcent pour ou contre son héroïsation en s’inscrivant dans une dimension partisane de manière plus ou moins explicite. Pour les honduriens comme R. Leiva Vivas, il s’agit de défendre l’orgueil national tout en prétendant établir « la vérité historique » (LEIVA VIVAS, 1988 ; voir aussi : OQUELI, 1984). C’est également la perspective de H. Umaña qui étudie la figure héroïque dans la littérature hondurienne sur la longue durée (UMAÑA, 1995). La commémoration de 1992 a donné lieu à de nombreuses publications soutenant l’héroïsation de Morazán y compris parmi ceux qui en font un emblème de la lutte anti-impérialiste et précurseur de l’éducation populaire (BECERRA, 1992 et 1993). Des auteurs étrangers à l’Amérique Centrale ont aussi publié à cette occasion des ouvrages en l’honneur du symbole unioniste (SANTANA, 1992). Les honduriens résidant à l’étranger ont également cherché à consolider la dimension continentale du héros (PAZ BARNICA, 1993). D’autres historiens s’attachent à compiler des documents historiques autour de Morazán, comme le fait M. Cálix Suazo dans l’objectif de réhabiliter son image au Costa Rica (CÁLIX SUAZO, 1990-1996 ; voir aussi : ORTEGA, 1988-1992). Quelques costariciens ont d’ailleurs participé à cet effort de revalorisation à travers la reproduction d’archives (CORDERO CROCERI, 1993 ; et MELÉNDEZ CHAVERRI, 1996). L’historienne costaricienne C. Obregón Quesada, pour sa part, reprend les arguments dénigrant la figure pour expliquer la rébellion du peuple costaricien et justifier l’exécution (OBREGÓN QUESADA, 1992). L’écriture de l’histoire continue ainsi d’être motivée par des sentiments patriotiques, entretenant un nationalisme méthodologique. Très peu d’auteurs ont tenté d’établir un dialogue entre les analyses conflictuelles comme le fait P. Konrad qui tente de concilier l’interprétation de l’étasunien W. Griffith avec celle du hondurien F. Díaz Chavez à propos de l’implication du réseau économique de Morazán sur la domination britannique de la région (KONRAD, 1996).

34Plus récemment, des recherches menées au musée Casa Morazán de Tegucigalpa ont porté sur la place accordée au héros dans la construction de la nation hondurienne depuis le XIXème siècle (EURAQUE, 2008). J. Amaya (AMAYA, 2011) et E. García (GARCÍA, 2012) ont chacun mené une réflexion sur l’héroïsation de Morazán durant la période libérale au Honduras. Ces travaux sont à mettre en perspective avec celui de C.-G. López qui a consacré une partie de son ouvrage sur l’invention de la nation salvadorienne à l’étude du culte du héros durant la seconde moitié du XIXème siècle (LÓPEZ BERNAL, 2007, pp. 96-103). D. Díaz a aussi abordé la question du parc « Morazán » créé en 1888 à San José dans son livre sur la célébration de la fête de l’indépendance au Costa Rica (DÍAZ ARIAS, 2007, pp. 103-108). Les travaux de X. Cuenin insistent sur l’importance de l’idéal unioniste dans les imaginaires nationaux et c’est dans cette optique qu’il a écrit un article sur la commémoration du centenaire de la naissance de Morazán au Guatemala en 1892 (CUENIN, 2008). L’intention de notre recherche a ainsi été de mieux rendre compte de la complexité du processus d’héroïsation de Morazán et de ses usages politiques en Amérique Centrale en privilégiant la longue durée et la perspective comparative.

Conclusion

35L’adulation envers le caudillo a été transformée en un projet identitaire mené par les élites qui a circulé en Amérique Centrale. Divers milieux sociaux se sont ensuite approprié le héros pour mieux négocier leur place et leur rôle dans l’Histoire. Ce processus a évolué selon des facteurs autant intérieurs qu’extérieurs aux frontières centraméricaines. La multiplication des usages de la figure de Morazán montre la difficulté d’assurer une entreprise nationale qui soit consensuelle, mais elle exprime en même temps l’intention de divers groupes de participer au débat public. Au-delà de la légitimation du pouvoir, l’étude de la fabrique du héros révèle les mécanismes d’instauration de l’ordre social. La définition d’un archétype du citoyen constitue un outil fondamental de l’homogénéisation (culturelle, ethnique, idéologique…) recherchée dans toute communauté nationale. Son analyse permet ainsi de dégager comment les modes de gouvernement tentent d’influencer les pratiques sociales, et inversement.

36La militarisation de la société centraméricaine à partir des années 1930 renouvelle le mythe du soldat comme garant des intérêts du peuple. Le centenaire de la naissance de Morazán, qui a lieu en 1942 dans le contexte de la seconde guerre mondiale, est l’occasion de consacrer le demi-dieu de la patrie, notamment au Honduras. On célèbre alors un héros catholique, élément introduit dans la mémoire officielle dans le but de rassembler les différents milieux sociaux participant à la construction de la nation. La rhétorique de la guerre sainte est utilisée par les dictatures militaires en place dans la région mais les mouvements révolutionnaires y ont également recours à partir des années 1960. D’un côté comme de l’autre, c’est un équilibre entre sacralisation et popularisation du culte qui est recherché. Le resserrement des liens entre les champs politique et religieux, la complémentarité des cadres de référence identitaires (étatique et régional), et le poids du regard extérieur dans les imaginaires nationaux ont été trois axes sous-tendant le processus d’héroïsation. Ces mêmes éléments fondent l’actualisation de l’image de Morazán, revisitée selon l’idéologie marxiste pour soutenir un discours en faveur d’une « démocratie réelle ». C’est en ce sens que nous avons fait un parallèle avec l’héroïsation du guérillero nicaraguayen Sandino, figure sortie de l’oubli pour élaborer un programme politique justifiant la conquête du pouvoir par les armes au nom du peuple. La comparaison entre ces deux icônes révolutionnaires centraméricaines mériterait d’être développée pour mieux rendre compte des constructions de « l’homme nouveau ».

37Les publications parues dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Morazán en 1992 montrent à quel point les passions partisanes et patriotiques sont toujours vives. Même la gauche costaricienne a cherché à s’approprier la figure en tant que combattant unioniste, anti-impérialiste et défenseur de la démocratie, afin de l’inscrire dans le projet bolivarien de Hugo Chávez (MOLINA, 2008).

Haut de page

Bibliographie

ACUÑA ORTEGA, Víctor Hugo, « Clases subalternas y movimientos sociales en Centroamérica (1870-1930) », dans Víctor Hugo Acuña Ortega (ed.), Historia General de Centroamérica, Madrid, Ed. Siruela, 1993, t. IV, chap. 4, pp. 255-323.

AMAYA, Jorge Alberto, « La Reforma liberal y la construcción de la figura de Francisco Morazán como imaginario de la nación », conférence donnée durant la Semaine Morazanique du musée Casa Morazán, Tegucigalpa, 2011.

ARIAS MORA, Dennis, « El rostro del héroe. Significaciones corporales de la política y sus cultos heroicos », communication donnée au Colloque International La Fabrique des Héros en Amérique Latine, XIX-XXème siècles, Université du Costa Rica, août 2014.

BECERRA, Longino, Morazán revolucionario: el liberalismo como negación del iluminismo, Tegucigalpa, Ed. Baktun, 1992.

BECERRA, Longino, Ideas pedagógicas de Francisco Morazán: Vigencia de la educación popular, Tegucigalpa, Ed. Baktun, 1993.

CÁLIX SUAZO, Miguel, La posteridad nos hará justicia, San José, Jiménez & Tanzi, 1990-1996, 6 vol.

CÁLIX SUAZO, Miguel, Autenticidad de la estatua de Morazán en el parque central de Tegucigalpa, Tegucigalpa, Ed. Guardabarranco, 2005.

CARÍAS REYES, Marcos, « Morazán hombre », El Cronista, Tegucigalpa, 1 septembre 1942.

CARRERA DAMAS, Germán, « Del heroísmo como posibilidad al héroe nacional-padre de la patria », dans Manuel Chust et Víctor Mínguez (ed.), La construcción del héroe en España y México (1789-1847), Université de Valence, 2003, pp. 31-48.

CASTAÑEDA DE MACHADO, Elvia, La batalla del amor, María Josefa Lastiri, Tegucigalpa, Academia de Geografía e Historia de Honduras, 1991.

CHÁVEZ OROZCO, Luis, « Héroe continental », Boletín del distrito central de Honduras, Edición en homenaje al héroe inmortal de la unión de Centro-América en el primer centenario de su muerte, Tegucigalpa, 1942.

CORDERO CROCERI, José R., La leyenda negra de Francisco Morazán, Tegucigalpa, Ed. morazanistas, 1993.

CUENIN, Xavier, « La conmemoración del centenario del nacimiento de Morazán y las ambigüedades de la construcción nacional en Guatemala », Diálogos, 2008, pp. 2180-2194.

DEMYK, Noëlle, « América central: entre la integración regional y la globalización continental. Un proceso de recomposición geopolítico » dans Philippe Bovin (coord.), Las Fronteras del istmo. Fronteras y sociedades entre el sur de México y América central, México, CIESAS – CEMCA, 1997, pp. 233-240.

DÍAZ ARIAS, David, Rituales cívicos, memoria, identidad nacional y poder: la fiesta de la independencia en Costa Rica 1821-1921, San José, Ed. Universidad de Costa Rica, 2007.

DÍAZ CHÁVEZ, Filánder, Pobre Morazán pobre, Tegucigalpa, Editorial Universitaria, 1986.

ESCOTO, Julio, El general marcha a batallar desde la muerte, San Pedro Sula, Centro Editorial, 1992.

EURAQUE, Darío (coord.), Proyecto, Museo y Casa de Morazán, Tegucigalpa, INAH, octobre 2008.

FERNÁNDEZ GUARDIA, Ricardo, et YGLESIAS, Rubén, « Las verdaderas causas de la caída y de la muerte del general don Francisco Morazán », Revista de los Archivos Nacionales, San José, année VI, num. 1-2, janvier-février 1942.

FIDEL DURÓN, Jorge, Últimos días de Morazán, Tegucigalpa, Talleres Tipografía Nacionales, 1952.

FONSECA AMADOR, Carlos, Obras, Managua-Caracas, Ed. Nueva Nicaragua-Ed. Centauro, 1984, 2 tomes.

GARCÍA BUCHARD, Ethel, « La mirada de los historiadores liberales centroamericanos sobre Francisco Morazán y el imaginario nacional hondureño (1870-1892) », Cuadernos intercambio, année 9, num. 10, 2012, pp. 101-123.

GÓMEZ, Basilio, « Misa de campaña en La Trinidad », El Cronista, Tegucigalpa, 12 septembre 1942).

JELIN Elizabeth, et LANGLAND, Victoria (comp.), Monumentos, memoriales y marcas territoriales, Madrid, Siglo XXI, 2003.

JIMÉNEZ SOLÍS, Jorge, Francisco Morazán: su vida y obra, Managua, Centro de Investigación de la Realidad de América Latina, 1999.

KONRAD, Pat, « Las concesiones de la caoba y la red política de Morazán. 1835-1840 », III Congreso Centroamericano de Historia, San José, 1996, pp. 1-17.

LACAZE, Catherine, « El FSLN y la «iconización» de Sandino », Caravelle, num. 98, 2012, pp. 59-75.

LACAZE, Catherine, Le processus d’héroïsation de Francisco Morazán et ses usages politiques en Amérique Centrale (1842-1942), thèse de doctorat en Histoire, Université de Toulouse, 2016.

LEIVA VIVAS, Rafael, Francisco Morazán y sus relaciones con Francia, Tegucigalpa, Editorial universitaria, 1988.

LEIVA VIVAS, La Estatua de Morazán, Tegucigalpa, comisión organizadora del Bicentenario del nacimiento del General Francisco Morazán, 1992.

LÓPEZ BERNAL, Carlos Gregorio, Tradiciones inventadas y discursos nacionalistas: el imaginario nacional de la época liberal en El Salvador, 1876-1932, San Salvador, Editorial Universitaria, 2007.

MEJÍA NIETO, Arturo, Morazán, presidente de la desaparecida República Centroamericana, Buenos Aires, Ed. Nova, 1947.

MELÉNDEZ CHAVERRI, Carlos, Escritos del general Morazán, Tegucigalpa, Banco Central de Honduras, 1996.

MOLINA JIMÉNEZ, Iván, « Morazán reinventado », La Nación, San José, supplément du numéro du 20 juillet 2008, p. 10.

OBREGÓN QUESADA, Clotilde María, « General de la confederación », La Nación, suplemento, San José, 8 novembre 1992.

OQUELI, Ramón, La Fama de un héroe, Tegucigalpa, Ed. Universitaria, 1984.

ORTEGA, José Juan, « Una calle de Morazán en México », Diario de Hoy, San Salvador, 14 octobre 1942 (article tiré du journal mexicain El Nacional).

ORTEGA, Miguel, Morazán, laurel sin ocaso, Tegucigalpa, Lithopress, 1988-1992, 3 vol.

PAILLER, Claire, Mitos primordiales y poesía fundadora en América Central, Toulouse, CNRS, 1989.

PAZ BARNICA, Edgardo, Morazán o El Quijote de la Historia: en el bicentenario del nacimiento del héroe, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1993.

RAMÍREZ, Sergio (ed.), Augusto. C. Sandino, el pensamiento vivo, Managua, Ed. Nueva Nicaragua, 1984, tome 2.

RANDAZZO, Francesca, Honduras, la patria de la espera, ensayos sobre nación y poesía, Tegucigalpa, Litografía López, 2006.

ROUQUIÉ, Alain, Guerres et paix en Amérique Centrale, Paris, Seuil, 1992.

SANTANA, Adalberto, El pensamiento de Francisco Morazán, México, UNAM, 1992.

TORRES RIVAS, Edelberto, « La sociedad: la dinámica poblacional, efectos sociales de la crisis, aspectos culturales y étnicos », dans Edelberto Torres Rivas (ed.), Historia General de Centroamérica, Madrid, Ed. Siruela, 1993, t. VI, chap. 4, pp. 163-208.

TURCIOS, Salvador, « Conociendo la historia patria », El Cronista, Tegucigalpa, 16 novembre 1942.

UMAÑA, Helen, Francisco Morazán en la literatura hondureña, San Pedro Sula, s.n., 1995.

VALLE, Rafael Heliodoro, « Morazán en la Historia », El Cronista, Tegucigalpa, 29 août 1942.

WÜNDERICH, Volker, Sandino, una biografía política, Managua, IHNCA-UCA, 2010 (2e édition).

ZUÑIGA HUETE, Ángel, Morazán representante de la democracia americana, México, Ed. Botas, 1947.

ZÚÑIGA RODEZNO, Leda Leonor, Antología poética morazánica, Tegucigalpa, Alin Editorial, 1992.

Haut de page

Notes

1 Vers tirés du poème « Al héroe » de Rigoberto Paredes (Honduras, 1982).

2 Il s’agit d’une synthèse de notre thèse de doctorat en Histoire intitulée Le processus d’héroïsation de Francisco Morazán et ses usages politiques en Amérique Centrale (1842-1942) réalisée sous la direction de Michel Bertrand et soutenue en 2016 à l’Université de Toulouse. Le propos est ici élargi à la seconde moitié du XXème siècle. Je remercie l’Institut des Amériques, l’Université du Costa Rica et le Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines pour avoir permis la réalisation de cette thèse.

3 « Ha de volver Morazán, vencedor para siempre, más hermoso que en el mármol y más invencible que en el bronce, y los hombres dirán en su homenaje que hace más de un siglo, en el silencio de las montañas de Honduras, un día nació la luz. » (trad. en français de l’auteure de cet article).

4 Ce texte écrit en 1942 est publié pour la première fois au Guatemala en 1952 par l’imprimerie nationale.

5 Morazán n’apparaît pas dans le manuscrit, et P. Neruda l’a sûrement rajouté une fois arrivé au Mexique en se rendant compte de l’importance de cette figure. Il aurait d’abord envisagé de célébrer Sandino pour représenter l’Amérique Centrale.

6 « Eres bajo el lodo / una espada continua. / […] / Estás entre nosotros, Bajo la misma noche, / Repartiendo la luz todos los días », vers tirés du poème « Morazán vivo » de Roberto Sosa (trad. en français de l’auteure de cet article). Dans son travail sur la poésie dédiée à Sandino, C. Pailler souligne que la métaphore de la semence féconde facilite un processus d’assimilation d’autres héros au Père fondateur (PAILLER, 1989, p. 37).

7 V. Wünderich a étudié l’impact de cette rhétorique chrétienne sur le processus d’héroïsation de Sandino (WÜNDERICH, 2010).

8 Cette polémique a commencé dans le cadre de la commémoration de 1942 et elle concerne également la statue de Morazán à San Salvador. Selon R. González Sol, le monument avait été construit à l’origine par la colonie espagnole résidant au Pérou pour célébrer l’amiral Méndez Nuñez. Voir les numéros des 1 et 6 octobre 1942 du Diario de Hoy, San Salvador, « La estatua de Morazán es de Morazán », série d’articles signée « A.G.L. ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de profil de Morazán
Légende Portrait inspiré de l’original réalisé en 1838 par le peintre hollandais Frederich Van Dolvetz / Photographie du numéro du 14 septembre 1942 du Diario Comercial de San Pedro Sula
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2515/img-1.png
Fichier image/png, 200k
Titre Logo du Front National de Résistance Populaire créé suite au coup d’Etat du 28 juin 2009 au Honduras
Légende http://www.hondurastierralibre.com/​2013/​01/​honduras-los-caminantes-las-calles-este.html
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2515/img-2.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Lacaze, « La fabrique des héros. Usages politiques de Francisco Morazán en Amérique Centrale au XXe siècle (1942-1992) », Conserveries mémorielles [En ligne], #20 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2515

Haut de page

Auteur

Catherine Lacaze

Centre d’Études Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org