Navigation – Plan du site
Nouvelles approches

L’image de la folie : de la dictature franquiste à la transition démocratique

The representation of madness : from de franquist dictatorship to the democratic transition
La imagen de la locura: de la dictadura franquista a la transición democrática en España
Cristina Bernaldo

Résumés

Dans cet article nous examinerons comment l’image de la folie a évolué du franquisme à la transition démocratique en prenant comme objet d’étude des images documentaires et informatives de la propagande du régime, ainsi que les documentaires qui abordent le sujet pendant la transition jusqu’en 1981, pour voir comment elle fut construite et quelle place elle occupa dans l´imaginaire collectif de l´époque.

Haut de page

Texte intégral

 

1Le cinéma comme média est devenu un instrument de référence dans le domaine des sciences sociales, son discours sert à témoigner de la réalité et de l’ordre social dans différents groupes sociaux. En particulier pour le cinéma documentaire ou la non fiction, genre qui a connu une croissance graduelle puisque actuellement un grand nombre de documentaires nationaux et étrangers sont à l’affiche en Espagne. En plus des projections, nous observons dans ce pays une augmentation des publications académiques traitant de ce cinéma, non seulement sous forme de livres, mais aussi sous forme de textes, articles et autres recherches. Cependant, des espaces restent à explorer, parmi lesquels se trouve la présente proposition. Ce que nous voulons dans notre recherche c’est examiner comment l’image de la folie a évolué du franquisme à la transition démocratique en prenant comme objet d’étude des images documentaires et informatives de la propagande du régime jusqu’aux films documentaires de la transition qui traitent cette question.

  • 1 Le No-Do, acronyme de « Noticiario y Documental », a été responsable de la production de Bulletin d (...)

2Prenant comme point de départ la non fiction, il nous semble important d’étudier l’évolution et la diffusion de la notion de maladie mentale dans le cadre du No-Do – emblème audiovisuel de la propagande du franquisme1- car il constitue une base essentielle pour connaître le discours officiel du régime. Une deuxième ligne de recherche se concentrera sur le même sujet vu par des cinéastes indépendants du régime, afin de comprendre la promotion de nouveaux courants étrangers qui ont commencé à s’introduire en Espagne entre le franquisme tardif et la transition démocratique. Le but de notre recherche n’est pas tant d’aborder la question de la maladie mentale et de ses institutions que d’interroger la façon dont l’image documentaire a représenté la folie et les établissements psychiatriques, et quelle place celle-ci a occupée dans l’imaginaire collectif de l’époque.

3 Pendant le premier franquisme, la psychiatrie était une discipline qui se fit remarquer par les apports théoriques de ses représentants, des médecins associés au régime qui essayèrent de démontrer, dès le début de la guerre civile, la possible déviation mentale des combattants et partisans républicains (González Duro, 2009). Comme nous n’avons pas d’image documentaire de cette étape, nous nous limitons à souligner les apports théoriques des plus importants spécialistes de l’époque, Vallejo Najera, chef des services psychiatriques de l’armée, qui classa la dissidence politique dans la catégorie de la pathologie biopsychologique - théories utilisées jusqu’aux années cinquante - ou le psychiatre López Ibor. Les deux concoururent pour la Chaire de psychiatrie pendant la période d’autarcie et les deux ont été les leaders incontestés de la psychiatrie espagnole jusqu’à la fin des années soixante (Comelles, 1988). La psychiatrie n’était pas étrangère aux événements historiques du moment, par son absence de développement et, surtout, par la volonté d’aniquilation des voix dissidentes. Les projets d’ouverture comme les activités scientifiques ou les revues de recherche qui avaient commencé lors de la deuxième République furent anéantis et leurs promoteurs se réfugièrent en exil (Comelles, 1988).

Dans les bulletins du No-Do

  • 2 Ce Ministère est connu après la dictature comme le Ministère de l’Intérieur
  • 3 La plupart du personnel des asiles était des religieuses. Le personnel qualifié était presque inexi (...)

4Dans les années qui ont suivi la guerre civile et jusqu’à l’ouverture économique des années 1950, le pays fut plongé dans une période d’autarcie où les vaincus étaient dénigrés, privés de leurs biens et surtout de leur dignité, terminant souvent dans les asiles. Les tortures auxquelles ils ont été soumis, lorsqu’ils n’avaient pas été fusillés, les brimades comme l’obligation de renier ou de masquer leur ancienne idéologie, donnèrent lieu à ce qui s’appelle aujourd’hui le stress post-traumatique : anxiété, difficultés d’attention, cauchemars ou idées de suicide. Les asiles étaient dans des conditions misérables et il y avait un intérêt très faible pour l’organisation psychiatrique ; les psychiatres ne s’intéressaient alors qu’à obtenir des postes de direction dans les hôpitaux psychiatriques et à gagner des patients pour leurs consultations privées (González Duro, 1980). Les réformes initiées pendant la deuxième République furent paralysées, marquant un retour vers le modèle d’assistance du XIXe siècle, dépendant du Ministère du Gouvernement (Desviat, 1981)2. Les malades avec moins de ressources économiques tombaient entre les mains de l’aide caritative3. Les asiles étaient surpeuplés, fait qui conduisit aux grandes épidémies de l’époque telles que la tuberculose. La psychiatrie promue pendant la deuxième République fut abandonnée ainsi que toute discipline n’ayant pas de relation avec la médecine, d’où le rejet de la psychanalyse. La pratique médicale était fondée sur des thérapies physiques, pharmacologiques ou chirurgicales : “uso indiscriminado del electroshock y lobotomías, consecuencia también del ahorro de gastos de las instituciones, ya que estos costaban menos que los fármacos, suspendiéndose también casi todas las actividades científicas y la edición de revistas especializadas” (Comelles, 1988).

  • 4 La nouvelle a eu des répercussions dans la presse espagnole. Par exemple, nous avons trouvé que le (...)

5En ce qui concerne l’information audiovisuelle fournie par le régime, elle était représentée dans le cadre du No-Do, qui témoignait de manière exclusive de la vie sociale, culturelle et politique du pays. Les nouvelles liées aux malades n’étaient pas très nombreuses, mais elles reflétent l’état de la psychiatrie à chaque période du franquisme. La succession de nouvelles que nous avons trouvées sont présentées sans ordre, sens ou hiérarchie et dans des sections différentes - chaque étape du No-Do avait des sections différentes, elles étaient nombreuses au début, puis elles se sont réduites et compactées progressivement à la fin de la diffusion du bulletin. Le premier groupe d’informations est constitué de trois nouvelles internationales, qui proviennent de trois pays différents : États-Unis, France et Italie. L’arrivée des bulletins étrangers représente « l’ouverture » qui commence en Espagne au début des années 1950 et qui est proclamée avec son entrée à l’ONU en 1955, principalement du fait de l’engagement espagnol dans la lutte contre le communisme. La nouvelle américaine n’est pas scientifique - malgré les progrès de la discipline après la seconde guerre mondiale -, elle raconte un fait ponctuel qui a eu lieu à New-York concernant un terroriste connu comme le « fou des bombes », Detención en una casa de Conneticut del terrorista del Loco de las Bombas" George Metesky (1957). La voix off énonce des évaluations subjectives sur les performances de l’acteur au moment de l’arrestation « de aspecto pacífico, está encantado de la publicidad que se le hace y confiesa que nunca quiso hacer daño a nadie, sino llamar la atención, lamentando que le hayan detenido precisamente en este momento en que empezaba a fabricar bombas mayores » , sans référence à la schizophrénie dont la presse se fit écho, ni à la remise en question de ses facultés mentales4. Exposición de lienzos pintados por dementes en París (1951) de France ou Captura de un enfermo psiquiátrico en el subsuelo de Turín, provenant dItalie, n’ont pas été analysées en raison de la perte du son de l’archive.

6Comme nous l’avons signalé, à partir du milieu des années cinquante, commence la fin de l’ostracisme international. Plusieurs rencontres internationales ont lieu et le bulletin annonce ces manifestations scientifiques dans différentes nouvelles : Conferencia inaugural del IV Congreso de psicoterapia en la Universidad de Barcelona (1958), Reunión de la federación mundial de la salud mental (1959), où l’accent est mis sur le caractère international des événements : plans qui montrent le nombre élevé de participants ou le dispositif de traduction simultanée pour souligner le multilinguisme des symposiums.

7Le troisième groupe d’informations concerne des inaugurations. Les nouvelles montrent la construction des centres psychiatriques - plans à l’intérieur et à l’extérieur -, en mettant l’accent sur les matériaux et les infrastructures que le régime mettait à la disposition du pays, pour souligner l’essor économique que connaissait l’Espagne grâce au tourisme et aux investissements étrangers : La ciudad sanitaria provincial Francisco Franco. Inauguración de la clínica psquiátrica (1967), El hospital psiquiátrico Alonso Vega (1968). Lors de ces évènements c’est presque toujours Franco qui jouait le rôle principal, accompagné par son entourage, à plus forte raison si l’événement relevait d’une importance particulière de par son impact médiatique sur la société.

8Ces trois sujets montrent que, malgré ce nouveau souffle sur la communauté scientifique et professionnelle espagnole, la dimension sociale a été ignorée ; les apports théoriques ou les inaugurations de nouveaux complexes ont été privilégiés au détriment de la pratique de la discipline.

9Les dernières apparitions du traitement de la maladie mentale dans les actualités du No-Do ont lieu alors que la transition a déjà commencé, elles concernent l’intérêt de la psychiatrie pour les nouvelles thérapies assistancialistes : Una interesante exposición de pinturas de enfermos mentales en la ciudad sanitaria Francisco Franco de Madrid (1974), Entrevista con el Doctor Vallejo Nájera, pintor aficionado (1975), Primeras jornadas de pintura psiquiátrica en Barcelona. Ergoterapia de los enfermos mentales (1977). Le régime voulait transmettre l’image du progrès de la psychiatrie et, pour cette raison, les courants thérapeutiques émergents devaient apparaître au premier plan du discours de propagande. Dans cette dernière étape, le bulletin se consacre à démontrer les avancées et les progrès de cette discipline en se concentrant sur les nouvelles thérapies comme l’ergothérapie, la psychiatrie sociale ou la thérapie du travail - contrairement à ce qu’il avait promu dans l’étape précédente à travers les progrès scientifiques et les nouvelles infrastructures. Cet aspect plus progressiste dans l’approche de la représentation du traitement de la maladie mentale correspond au contexte historique, social et politique que vivait l’Espagne à la même période, ce qui n’était pas très difficile puisque ces innovations reflétaient les changements en cours dans la société en voie de démocratisation.

Dans la production documentaire du No-Do

  • 5 Il sera connu ensuite comme l’École Oficielle de Cinéma.

10La maison de production du No-Do compta, en plus des bulletins d’actualité, un grand nombre de documentaires réalisés entre 1943 et 1981 et pour lesquels, contrairement aux bulletins, No-Do n’avait pas le monopole de la production, pas plus que leur projection n’était obligatoire. Cette ouverture audiovisuelle permit la création de documentaires par de nouveaux réalisateurs. Le No-Do cherchait ainsi à former de nouveaux cinéastes et à contribuer à l’expansion du cinéma documentaire national hors des frontières. Cette vision plus avant-gardiste favorisa l’entrée de certains des meilleurs documentaristes du moment en établissant à partir des années soixante des accords avec l’"Instituto de Investigaciones y Experiencias Cinematográficas"5, amenant ses étudiants à réaliser une partie des documentaires. Outre cette motivation au niveau de la production, nous devons également ajouter les réformes en faveur de l’industrie cinématographique que García Escudero impulsa lors de son deuxième mandat comme directeur général de la cinématographie, qui comprenait l’aide économique et la projection publique de courts-métrages - à propos de ces documentaires nous devons souligner les recherches menées par Álvaro Matud Juristo, qui répertorie les documentaires produits par No-Do de 1943 à 1981.

11Au sein de notre sujet d’étude, nous pouvons voir trois documentaires qui parlent de l’intégration sociale des malades : Un hogar como todos (Ángel Gómez, 1973), Estos niños también crecen (Joaquíen Hualde, 1973) y Un reto a la sociedad (Pedro Llaca, 1981). L’intérêt se déplace vers les handicapés mentaux et le travail comme formation nécessaire à leur intégration dans la société (Matud Juristo, 2009).

12Dans cette section des documentaires produits par No-Do, nous retenons le court métrage Psiquiatría social, dans les productions qui ont voulu montrer la richesse scientifique qu’apportait le régime en matière d’innovation. Réalisé par Horacio Valcárcel en 1970, il se dresse comme un exemple de la valeur que le franquisme tardif accorde à la promotion des nouvelles thérapies psychiatriques. Le discours du documentaire sur les mesures thérapeutiques peut être lu comme la mise en scène d’une conception de la thérapie par le travail, qui unifie d’une part la présentation de la méthode révolutionnaire pour lutter contre la maladie mentale et d’autre part ses conséquences favorables résidant dans l’immersion des malades dans le monde de la productivité.

13Le documentaire analyse verbalement et visuellement, ce que signifient les nouvelles thérapies qui s’appliquent dans les asiles, il illustre le but de la thérapie et insiste sur l’importance de l’appartenance au monde moderne, qui a contribué à créer des situations anomiques, des comportements déviants et une crise d’identité provoquée par les changements dans la population et le processus d’accélération de l’urbanisation.

14 Le montage initial du documentaire met l’accent sur le progrès et la croissance des villes, en faisant comprendre quel est le chemin à parcourir dans la société de l’époque. Il établit un parallélisme entre la société industrielle en général, sans insister sur les zones géographiques, et les nouvelles possibilités de frustration, comme si la modernisation des villes avait été le déclencheur des troubles mentaux, en montrant des plans de centres commerciaux qui soulignent la consommation compulsive, la concurrence ou la peur de l’échec. Le documentaire énumère les succès de la psychiatrie espagnole, il fait référence également à la figure du père Jofré, qui aurait ouvert le premier asile en Europe au XVe siècle, et détaille les progrès et les authentiques communautés thérapeutiques que sont devenus les asiles. Après ce discours, qui occupe la partie centrale de la narration – en montrant les ateliers de réinsertion dans la société -, apparaît un autre élément de propagande du documentaire, l’administration de médicaments aux patients : « El descubrimiento de nuevos psicofármacos permite mayores progresos en la terapia de las enfermedades mentales y mejorar notablemente tanto el pronóstico de los trastornos psíquicos como las condiciones generales de vida de los pacientes en el hospital, unido ello a la creciente humanización en el trato ofrecido al enfermo y a la transformación del sistema disciplinario en una terapéutica ocupacional se consigue establecer en el hospital un clima de libertad y comprensión que contribuye eficazmente a acortar el periodo de internamiento y hace más fáciles las condiciones de paso a una vida normal ». Cette mesure se voit attribuée la même valeur que l’ergothérapie grâce à l’articulation du terme « unido». La distribution de médicaments aux patients par des religieuses travaillant dans un environnement paisible, sans aucun homme présent à l’image, constitue le discours de la séquence, qui, en vertu de la demande de « nouvelles » techniques de réadaptation et de réinsertion, rend légitime l’acceptation de l’utilisation de produits pharmaceutiques et le rôle de l’industrie qui la soutient.

15L’intégration du malade dans la société continue d’être une question de genre. Les tâches des malades femmes consistent à cuisiner et distribuer le menu dans la salle-à-manger au contraire de la partie des hommes où, cette fois, la description du travail à développer pour les malades est liée à des mots comme « compensation économique », « qualité », « catégorie », « autogestion » et même des catégories hiérarchiques. Le montage met en scène les malades comme des ouvriers productifs faisant des travaux de menuiserie ou de forge. Ce clivage de la thérapie par le travail entre le féminin et le masculin, montre les tâches de soins qui étaient réservées aux femmes. Bien que les femmes travailleuses des années 1970 occupent un rôle important dans la société, l’image documentaire continuait à préserver les valeurs féminines promues par le régime de Franco : les tâches ménagères ou les emplois peu productifs. Les femmes avaient, dans la société, le rôle de préserver les traditions, représentées ici par le travail qu’elles effectuent.

16Enfin, une autre nouveauté apparaît dans le documentaire : la représentation reconstituée de la sortie de l’asile d’une jeune femme montrant ce que le documentaire a essayé de transmettre : qu’il existe un avenir après la maladie mentale.

17Malgré les efforts du No-Do, dans la partie documentaire comme dans le bulletin, pour faire la promotion de nouvelles thérapies et de l’investissement de l’État, nous voyons une méconnaissance des asiles en Espagne. Dans Psiquiatría Social, le discours sur la maladie mentale présente une dissonance importante par rapport à l’impact des conflits sociaux à l’intérieur de l’institution psychiatrique qui étaient à la une de la presse, laquelle commençait à se faire l’écho des problèmes existant dans les asiles depuis le début des années 1970. Des revues comme Triunfo (« La asistencia psiquiátrica en España : Institución, represión, contradicción », 1971) ou Sábado Gráfico (« El terrible caso del psiquiátrico de Valencia », 1972) respectivement, ont publié des articles et des images choc dénonçant le mauvais état de quelques asiles en Espagne.

Pendant la transition démocratique

18Deux ans après ce documentaire, le psychiatre Ramón García, médecin de l’Instituto Mental de Santa Cruz de Barcelona, favorable aux nouvelles alternatives psychiatriques mises en place par les Basaglia en Italie, lançait un conflit qui allait se terminer par le licenciement de plusieurs employés. García dénonçait la mauvaise gestion de l’établissement qui avait commencé avec la vente de la zone de santé à une société de construction immobilière et dénonçait d’autre part, les mauvaises conditions de vie dans l´asile alors qu’il tentait de mettre en pratique des mesures thérapeutiques réellement plus participatives et plus proches des malades (García, 1979).

19En Europe continentale, surtout après la Seconde Guerre Mondiale, le mouvement global était de surmonter le modèle d’asiles classique et d’établir un nouveau système de soins de santé mentale communautaire. Mais en Espagne, ce fait a été plus graduel. À la fin des années soixante sont apparues de plus en plus d’associations pour les droits civiques et contre la dictature, développés dans plusieurs institutions de l’État, y compris psychiatrique, qui appelaient au changement et à la réforme de la psychiatrie franquiste (Novella Gaya, 2008). Ceci, en raison de l’augmentation des nouvelles générations qui n’avaient pas vécu la guerre civile ou les pires années de la dictature, et qui s’opposaient à la psychiatrie officielle. L’ouverture vers l’Europe, la visibilité croissante de la philosophie marxiste, l’intérêt de nombreux psychiatres pour les sciences sociales ont été plusieurs des facteurs qui ont prédisposé à ce changement. Plusieurs courants suscitèrent l’intérêt des intellectuels. Parmi eux se trouvait d’une part l’antipsychiatrie, un terme inventé par David Cooper pour définir le mouvement de dénonciation de la situation dans laquelle les asiles, les patients et le personnel se trouvaient à l’époque ; la psychiatrie démocratique menée par les Basaglia à l’hôpital psychiatrique de Trieste, expérience qui fut recueillie par Ramón García, précédemment évoqué, qui avait présenté deux des textes de Basaglia en Espagne, et avait proposé de reprendre cette expérience pour l’amener dans les centres psychiatriques. L’arrivée de la traduction des textes de Michel Foucault, le philosophe le plus influent chez la nouvelle génération des psychiatres qui souhaitaient rapprocher les sciences humaines et la psychiatrie et transformer l’assistance psychiatrique en Espagne (Galván, 2010).

20Un magazine de contre-culture comme El viejo Topo publia plusieurs entretiens avec des représentants de ces alternatives psychiatriques ainsi que différents textes qui revendiquaient le droit à la folie et dénonçaient la situation de certains asiles. Ce magazine ainsi qu’Ajoblanco, dressèrent un constat sur les tendances antipsychiatriques de l’époque, y compris en incluant dans leurs publications des sections d’antipsychiatrie et en facilitant l’expression de la folie, comme l’avaient fait les Cahiers pour la folie français depuis 1970 (Galván, 2010). Ces magazines de contreculture se sont aussi fait l’écho des licenciements de personnel dans plusieurs hôpitaux pour raisons sociales, économiques et aussi politiques.

21Avant de mentionner les films qui représentent la folie dans le cinéma documentaire de la transition démocratique, il faut remarquer que cette période est l’une des plus intéressantes du cinéma espagnol. En plus des changements sociaux, de nouveaux modes d’écriture audiovisuelle apparaissent comme résultat d’une augmentation de l’expression sociale. À la diversité des genres s’ajoutent les différentes perspectives idéologiques qui se rejoignent pour l’élimination des préjugés et pour la créativité artistique. Ce fait se manifeste surtout dans la prolifération des documentaires dont la production, comme nous l’avons vu, était auparavant contrôlée par le régime presque dans son intégralité (Gómez Vaquero, 2012). Les changements politiques, leur impact sur la société et, surtout, la visibilité de ces segments qui n’avaient pas été visibles pendant le régime ont été enregistrés par le cinéma documentaire.

22Il n’y a pas beaucoup de réalisateurs qui ont osé s’attaquer de manière explicite à un sujet aussi important et comportant autant de nuances que la folie, un sujet controversé, qui ne laisse pas indifférent. Ce sujet a été utilisé plutôt dans la fiction, par des cinéastes qui y sont venus à cette même période, soit en recréant un événement réel, soit en utilisant la folie pour créer une autre histoire. Ce que transmettent les documentaires de la transition sur ce sujet, c’est que la folie est une maladie qui touche la société et qu’elle est d’une extrême complexité. Au cours de cette période, trois documentaires ont changé le point de vue de l’imaginaire collectif sur la folie depuis trois perspectives : comme fil argumentatif dans El desencanto, comme fond sociohistorique dans El asesino de Pedralbes, et comme documentaire dans Animación en la sala de espera. À partir de ces trois films, nous allons voir comment l’interprétation de cette question a évolué pendant la transition démocratique.

23En 1974, dans la ville espagnole d’Astorga, se produisit un hommage au poète Leopoldo Panero -douze ans après sa mort -, écrivain franquiste qui mourut en laissant à sa veuve la charge de trois fils d’une santé mentale douteuse. Le projet initial de Jaime Chávarri était au départ de pénétrer dans un hôpital psychiatrique pour enregistrer la vie des fous, mais la proposition d’Elías Querejeta - producteur de référence pendant la transition démocratique - vu le refus qu’avait obtenu la demande du réalisateur, fut d’enregistrer l’hommage à Leopoldo Panero cité précédemment. Chávarri découvrit que ce qu’il vit à Astorga à travers des personnages de la famille Panero donnait matière à faire un long métrage, donnant naissance ainsi à l’un des documentaires de référence de l’histoire du cinéma de la non-fiction en Espagne, El Desencanto.

24Bien que l’imaginaire collectif identifie souvent les films de non fiction aux films de mémoire, le cas de El Desencanto ne se limite pas à décrire les coordonnées thématiques qui appartiennent au passé, mais il renforce en particulier le droit à la folie des protagonistes, donnant lieu à ce que le film soit considéré comme un outil de recherche pour l’exploration d’une réalité sociale et d'un moment historique. Ce qui était pensé comme un portrait pour évoquer la mémoire du père absent, ou un film de famille, finit par être le témoignage des fils envers leur mère, et surtout le lieu des reproches de Leopoldo María à sa mère pour l’avoir faire interner dans un asile, après sa tentative de suicide sans lui avoir demandé les raisons de son geste, tout en confessant que cette expérience avait été horrible. A partir de cette expérience particulière, le documentaire rend compte de la vie dans les asiles à cette époque à travers la voix de Leopoldo María, qui à son tour cite Lacan ou Antonin Artaud pour dépeindre sa propre personnalité : « je me détruis pour savoir que je suis moi et ne suis pas eux ».

  • 6 Le documentaire montre les témoignages des différents psychiatres qui ne se mettent pas d’accord po (...)

25En 1978, le réalisateur Gonzalo Herralde et son équipe étaient entrés dans la prison pour psychopathes de Huesca, après avoir requis les autorisations bureaucratiques appropriées, dans le but d’enregistrer le témoignage d’un homme condamné à mort pour assassinat : José Luis Cerveto. Le réalisateur, ancien étudiant en médecine intéressé par la psychiatrie, la psychanalyse et le nouveau cinéma américain, et motivé par l’autobiographie de Cerveto qu’il avait reçu avant sa publication Autobiografía y diarios íntimos (1976), fit un scénario chronologique pour filmer le documentaire intitulé El asesino de Pedralbes. Le résultat est un film qui montre l’ambiguïté d’un personnage considéré comme un psychopathe et qui fait en même temps, une dénonciation de la réalité sociale et de la marginalisation des malades mentaux et des prisonniers de droit communs de l’époque. Personnage ayant souffert de la répression de la dictature et de son environnement personnel immédiat, Cerveto avait eu des problèmes d’affectivité depuis son enfance. La mort soudaine de son père, le manque d’affection et les mauvais traitements de sa mère, en plus de son comportement délictueux, l’avaient contraint à passer son enfance et son adolescence dans les maisons de correction. Ce type d’institutions, loin de créer une influence positive sur son éducation, avait aggravé son impulsion à commettre des délits et des actes répréhensibles - dont certains, comme la pédérastie, appris du personnel de certaines de ces maisons de correction. Le point culminant arrive lorsque que, dans sa tentative d’avoir une vie normale et de trouver une place dans la société civile, il assassine le couple pour lequel il travaille. Le meurtre entraîne la sentence de deux condamnations à mort dans un procès qui met en évidence le système carcéral et notamment l’utilisation de la psychiatrie (Gómez Vaquero, 2012)6. Malgré l’ouverture vers l’Europe, l’apparition en Espagne de nouveaux courants et d’un personnel jeune, il montre que les centres pour psychopathes ont continué à enfermer les personnages que la société n’avait pas prévu d’intégrer à l’ordre social, en les laissant à la dérive sans réadaptation et sans solution thérapeutique spécialisée.

26Ce documentaire, lauréat d’un Prix au Festival de cinéma de San Sebastián en 1978, a eu un écho qui a remis en question la réalité sociale existant dans les lieux d’enfermement en Espagne pendant la transition démocratique, avant que ce centre cesse d’être nommé centre spécial (pour psychopathes) en 1983 (Carvallo, Martínez Fresneda, Mohedano, 1983).

27En 1978, la maison d’édition Anagrama publiait la traduction du scénario du film Fous à délier que les réalisateurs italiens Bellochio, Petragia, Agosti et Rufi, avaient tourné, suite à la proposition de l’administration de santé de Parma où la nouvelle psychiatrie démocratique était en train de se développer en mettant à l’ordre du jour les problèmes de la réalité politique et sociale de ceux qui sont exclus par la population. Ce film, daté de 1975, a servi en Italie à placer le discours sur la maladie mentale hors du cadre théorique et à le mettre dans la réalité sociale des malades, dans le monde qui les entoure et, en même temps, les exclut. La première projection en Espagne, en 1978, a été suivie de la traduction du scénario, complétée par un rapport de recherche du psychiatre Manuel González de Chávez, examinant le mouvement qui se nomma lui-même « Psychiatrie Démocratique », dont le but était de transformer, en pratique et en théorie, le domaine social complexe qui constitue la psychiatrie en Italie. Le psychiatre fit cet examen en assimilant initialement les personnes internées en asile psychiatrique, maisons de correction ou prisons dans le même groupe des « exclus », puisque pour lui, le fonctionnement et la dynamique des systèmes de contrôle étaient très semblables (González de Chávez, 1978).

28Animación en la sala de espera de Carlos Rodríguez Sanz et Manuel Coronado, clairement influencés par Fous à délier, s´enfonce dans les entrailles de l’asile psychiatrique de Leganés, pour se rapprocher de l’univers de la folie. Le documentaire montre d’un côté comment l’oppression familiale et sociale, ajoutée à une tradition morale et religieuse, créèrent des obsessions chez les personnes ayant des problèmes mentaux et d’un autre côté comment l’enfermement de longue durée ne peut pas conduire à la réintégration dans la vie sociale.

29Dans sa tentative de refléter la vie quotidienne d’un asile et la vie en commun des malades mentaux, les réalisateurs ont passé trois ans à étudier l’asile jusqu’à la finalisation du film qui, en dépit de son impact limité à ses débuts, est un des films de référence dans le cinéma documentaire de la transition démocratique. Suivant la formule du documentaire d’observation et avec une perspective assez intime, le film évoque de manière implicite les rares solutions qui ont été proposées aux patients enfermés pendant une longue période, et les rares perspectives de thérapie qui leur ont été offertes. Les scènes de confession des malades sont très éloquentes et de grande valeur dramatique, on peut se rendre compte qu’ils ne font pas partie d’une fiction, que leur existence est réelle et leur dangerosité inexistante. La caméra est complice de leur vie quotidienne, mais ce sont les sons et les voix-off qui jouent un rôle important comme élément perturbateur au service du contraste entre l’apparente normalité de leur vie et ce que nous, spectateurs, ne définissons pas comme une chose normale.

Conclusions

30Les œuvres audiovisuelles de non fiction qui parlent de la folie entre 1951 et 1981 sont le reflet partiel de ce qui était en train de se passer à chaque étape au niveau social ou politique. Les nouvelles du bulletin d’actualités et les documentaires du No-Do relatifs à la folie ont participé à un double processus : d’une part ils exhibaient la modernité de l’organisation de rencontres scientifiques internationales, d’inaugurations des hôpitaux et d’autre part, ils répondaient à la même mentalité qui demeurait toujours opposée au changement qu’ils proclamaient, en cachant la voix et l’image des protagonistes, les malades mentaux.

31Les documentaires de la transition démocratique sont des documents de grand intérêt qui témoignent d’une circonstance historique où se manifestait l’intérêt pour la transformation de l’imaginaire collectif. Ces derniers films dialoguent avec le contexte dans lequel ils surgissent, le moment où les réalisateurs ont le besoin de dénoncer les manipulations ou le silence. Ils le font depuis le principe de respect et en donnant la parole à ceux qui n’avaient pas eu l’occasion de parler jusqu’alors.

32Le bulletin du No-Do était caractérisé par le poids de la morale et l’invisibilité des malades. Par la suite, la parole des fous est représentée tout à coup, comme si ces réalisateurs avaient suivi les ordres de Foucault préconisant que les fous prennent la parole. Cette prise de parole devient apparente, elle quitte, grâce au cinéma, les visions stéréotypées des fous enfermés dans un asile. Ainsi les quatre films mentionnés ci-dessus ont servi de véhicule articulateur à une représentation jusque-là inconnue pour le spectateur. L’analyse de ce phénomène, si important et si peu étudié, de la dictature à la transition démocratique, fait partie d’une histoire qui résonne encore dans le présent.

Haut de page

Bibliographie

BASAGLIA, Franco, La mayoría marginada, Barcelona, Laia, 1977.

BASAGLIA, Franco, BASAGLIA, Franca et GARCÍA, Ramón, Psiquiatría o ideología de la locura, Barcelona, Anagrama,1972.

CARBALLO, S., MARTÍNEZ-FRESNEDA, G. et MOHEDANO, “Informe sobre una visita realizada a la cárcel de Huesca por la Asociación de Derechos Humanos”, Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, 4(9), 63-72, Récupéré du site de la revue : http://revistaaen.es/index.php/aen/issue/view/1165

CASTILLA DEL PINO, Carlos, « La psiquiatría española » dans CASTELLET, José María, La Cultura bajo el franquismo, Barcelona, Peninsula, 1976.

CASTILLA DEL PINO, Carlos, Vieja y nueva psiquiatría, Madrid, Alianza Editorial, 1976.

CATALÀ, Josep María, CERDÁN, Josetxo TORREIRO, Casimiro, Imagen, memoria y fascinación. Nota sobre el cine documental en España, Festival de Cine Español de Málaga et Ocho y medio, Madrid, 2001.

COMELLES Josep María, “La crisis de la psiquiatría española durante el Tardofranquismo y la Transición. El caso del Institut Mental de la Santa Creu”, Revista de la Asociación Española de Neuropsiquiatría, Nº 19, 1986, Pp. : 619-635.

GALVÁN, Valentín , De vagos y maleantes. Michel Foucault en España, Barcelona, Virus, 2010

GARCÍA, Ramón, ¡Abajo la autoridad ! (Ciencia, manicomio y muerte), Barcelona, Anagrama, 1979.

GÓMEZ VAQUERO, Laura Las voces del cambio. La palabra en el documental durante la Transición en España, Madrid, Ayuntamiento de Madrid, 2012.

GONZÁLEZ DE CHÁVEZ, Manuel, La transformación de la asistencia psiquiátrica, Madrid, Editorial Mayoría, 1980.

MATUD JURISTO, ÁLVARO, El cine documental de NO-DO (1943-1981), thèse non editée, Universidad Complutense, Madrid, 2007.

NICHOLS, Bill, La representación de la realidad : cuestiones y conceptos sobre el documental, Barcelona, Paidós, 1997.

NOVELLA, Enric, “Del asilo a la comunidad : interpretaciones teóricas y modelos explicativos”. Frenia. vol. VIII, 2008, Pp. : 9-32.

POLO, Cándido, Crónica del manicomio. Prensa, locura y sociedad, Madrid, Asociación española de neuropsiquiatría, 1999.

Haut de page

Notes

1 Le No-Do, acronyme de « Noticiario y Documental », a été responsable de la production de Bulletin d’actualités de propagande du régime franquiste dont la diffusion était obligatoire dans tous les cinémas du pays depuis 1942 jusqu’en 1976, et de manière volontaire jusqu’en 1981.

2 Ce Ministère est connu après la dictature comme le Ministère de l’Intérieur

3 La plupart du personnel des asiles était des religieuses. Le personnel qualifié était presque inexistant dans les asiles à l’époque.

4 La nouvelle a eu des répercussions dans la presse espagnole. Par exemple, nous avons trouvé que le journal ABC a suivi le cas de janvier jusqu’en avril 1957 avec six articles.

5 Il sera connu ensuite comme l’École Oficielle de Cinéma.

6 Le documentaire montre les témoignages des différents psychiatres qui ne se mettent pas d’accord pour décider si le protagoniste a des problèmes mentaux ou pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Bernaldo, « L’image de la folie : de la dictature franquiste à la transition démocratique », Conserveries mémorielles [En ligne], #20 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://cm.revues.org/2541

Haut de page

Auteur

Cristina Bernaldo

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org