Navigation – Plan du site
Nouvelles approches

La réception de la Première Guerre mondiale dans le champ culturel équatorien

The reception of First World War in the Ecuatorian cultural field
La recepción de la Primera Guerra mundial en el campo cultural ecuatoriano
Elodie Lenoël

Résumés

La Première Guerre mondiale est un événement à l'impact sans précédent à travers le monde. Le centenaire de sa célébration est l'occasion de s'interroger sur sa réelle dimension « mondiale ». D'où l'intérêt de porter son attention vers des espaces éloignés, très peu étudiés jusqu’alors et pourtant révélateurs, comme l'Equateur. Ce pays ne prend pas part aux combats mais doit se positionner. De plus, les conséquences économiques de la guerre l'ont fortement touché. L'impact du conflit ne se limite pourtant pas aux champs diplomatiques et économiques. La guerre se manifeste dans la vie culturelle du pays. Elle est omniprésente dans les journaux mais aussi dans les discours et productions culturelles équatoriennes. Des images circulent, des imaginaires se mettent en place. L'éloignement du conflit produit un prisme d'observation spécifique. Quelles réceptions de la guerre s'observent ? Quelles visions du conflit émergent ? Quelles évolutions du regard sur l'Europe la guerre entraîne-t-elle ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La Serbie fait également partie du camp allié. Le Japon s'y alliera en 1914, puis l'Italie (1915), (...)
  • 2 La Bulgarie les rejoindra en 1915.
  • 3 Voir bibliographie « Ouvrages et articles sur l'Amérique latine et la Première Guerre mondiale. »
  • 4 En ce sens aussi une dynamique nouvelle se met en place.

1Les années actuelles sont celles de la célébration du centenaire de la Première Guerre mondiale. L'occasion est idéale pour questionner l'événement sous des angles spécifiques. Conflit opposant les Alliés (France, Grande-Bretagne, Russie principalement1) aux Puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie, Empire ottoman principalement2) de 1914 à 1918, il est considéré comme le premier « mondial ». Or dans quelle mesure l'est-il réellement ? A-t-il vraiment impacté toutes les nations ? Porter son attention sur d'autres territoires que ceux habituellement étudiés permet de comprendre d'autant plus pleinement l'impact du conflit. Cet événement phare du XXe siècle a été très travaillé dans les études historiques européennes. L'historiographie de la Première Guerre mondiale est restée longtemps centrée sur les principaux pays prenant part de manière directe au conflit. L'Amérique Latine a longtemps été délaissée. De récents travaux3 ont cependant embrayé une certaine dynamique. Au sein de cet espace d'étude, la région andine reste alors peu considérée4. Or si ce conflit peut être justement qualifié de « mondial », l'analyse de son impact peut être menée sur l'ensemble du globe. Certains pays comme l'Equateur seraient-ils restés étrangers au conflit, en dehors d'un événement que l'on dit avoir secoué le monde dans son ensemble ? Les sources, dès leur premier abord, démentent cette idée. Elles sont très nombreuses, variées et riches. Si l'analyse de ce pays dans sa relation à la Grande Guerre peut de premier abord sembler étonnante, elle est d'autant plus révélatrice de l'aspect total du conflit. Ce questionnement permet d'appréhender des prismes d'interprétation du conflit divergents du fait de la distance avec laquelle il est perçu. Il permet également d'enrichir l'historiographie équatorienne en soulignant comment l'histoire de ce pays est profondément liée aux événements internationaux, et non pas à l'écart des « centres mondiaux ».

L'Equateur dans la Première Guerre mondiale : contexte général

  • 5 6 avril 1917.

2Le 17 août 1914, quelques semaines après l'annonce de la guerre, l'Equateur, à l'image de tous les pays latino-américains, déclare sa neutralité par décret présidentiel. Cette position est défendue avec force et conviction pendant les trois années suivantes. Et ce jusqu'en octobre 1917, date à laquelle le gouvernement équatorien décide de rompre ses relations diplomatiques avec l'Allemagne, quelques mois après la déclaration de guerre des Etats-Unis5.

  • 6 ABFL, Rapport du ministre des Relations Extérieures à la Nation de 1915.

3L'Equateur se trouve touché d'une façon particulière par le conflit suite à deux incidents concernant son territoire. L'armée allemande débarque des prisonniers anglais sur les îles Galapagos en octobre 1914. Suite à l'inefficacité des plaintes du gouvernement équatorien, les gouvernements anglais, français et américains demandent avec succès le départ de ces troupes et le respect de l'intégrité du territoire équatorien. Un autre incident survient à Guayaquil. Les gouvernements français et anglais accusent le gouvernement équatorien d'avoir permis une communication entre un navire de guerre allemand et le consul d'Allemagne en Equateur. Cette affaire retentit fortement dans les journaux mais est réglée par le ministre des affaires étrangères qui explique qu'il s'agit d'un malentendu et qu'aucune connexion n'a pu être établie étant donné le mauvais état du poste concerné6.

  • 7 L'auteur signale également la présence d'infirmières équatoriennes sur les fronts européens.

4En comparaison avec d'autres pays latino-américains comme l'Argentine ou le Brésil (Rodriguez, 2010), le nombre d'engagés volontaires équatoriens dans le conflit est faible. Trois officiers, Stuardo Vallejo, Luis Clemente Canales, et Enrique Vinueza ainsi que deux soldats, Rodolfo Seminario et Rafael Leal s'engagent pour les Alliés. Quelques Equatoriens sont également présents dans les services de santé, comme le docteur Teodor Maldonado (Rendón, 1920, p. 39)7.

5L'impact économique de la guerre est très fort pour l'Equateur (Bulmer-Thomas, 1998, pp. 185‑228). Au début du XXe siècle, c'est un pays mono-exportateur de cacao. La guerre provoque une baisse de la demande en cacao ainsi que des difficultés de transport des produits. Cette baisse des exportations a alors des répercussions très néfastes sur l'économie équatorienne. Ces conséquences bouleversent la vie interne du pays qui entre dans une crise sans précédent.

Vers une analyse de l'impact culturel de la Grande Guerre en Equateur

6Le positionnement diplomatique et les conséquences économiques révèlent déjà la pénétration du conflit jusqu'au territoire équatorien. Cependant, un domaine primordial pour comprendre son impact réel dans le pays se trouve être le champ culturel. Quelle diffusion de la guerre s'observe en Equateur ? Quelle réception lui est faite ? Quelles images circulent ? Quels imaginaires se créent ? L'éloignement crée un prisme d'observation spécifique qui offre une réfraction particulière du conflit. Nous proposons ici de nous concentrer sur les images de la guerre présentes dans le champ culturel équatorien. Celles-ci naissent d'opinions spécifiques sur la guerre. Elles peuvent révéler des enjeux dépassant les relations diplomatiques. Elles soulignent également des changements de regard sur des espaces longtemps considérés comme des modèles à atteindre.

La guerre incontestablement présente

  • 8 “La penuria fiscal”, El Comercio, 13 avril 1915. Traduction personnelle, en espagnol dans le texte  (...)

“L'Equateur n'a pas été un peuplé isolé, à l'écart du concert universel, pour qu'il ne soit pas affecté par la furieuse tempête déchaînée dans cette bonne partie de ce grand tout qu'on appelle le monde civilisé.”8

  • 9 Publié à Quito, la capitale.
  • 10 Publié à Guayaquil.

7Comme le souligne l'auteur anonyme de cet article, pendant les quatre années que dure le conflit, la guerre est nettement présente dans le champ culturel équatorien. Tous les journaux, en pleine expansion à l'époque, parlent du conflit. Le principal journal du pays, El Comercio9, consacre pendant quatre ans au moins un quart de chacune de ses éditions quotidiennes à la Grande Guerre. El Grito del Pueblo Ecuatoriano10 publie à partir de 1915 une édition hebdomadaire exclusivement dédiée à la guerre. Même dans des villes de moindre importance, comme Riobamba à travers El Observador, les journaux publient sur la guerre. Ils retranscrivent les télégrammes reçus de différentes villes d'Europe. Ils relaient intensément les nouvelles de la guerre. Ces nouvelles rapportent son déroulement avec une grande précision. Les lecteurs équatoriens peuvent suivre ville par ville, front par front l'évolution du conflit. Des photographies sur la guerre, pourtant relativement rares dans les journaux de l'époque, sont régulièrement publiées. Elles représentent des champs de combat, des soldats dans des tranchées, des généraux en costume, des villes ou villages détruits, des machines de guerre.

  • 11 El Comercio, 13 août 1914, p.4. Traduction personnelle, en espagnol dans le document : « Intervenci (...)
  • 12 El Comercio, 2 octobre 1914, p.4. Traduction personnelle, en espagnol dans le document : « Murió el (...)

8La guerre est donc un thème porteur pour les journaux. Preuve en est un détail étonnant que l'on retrouve à de nombreuses reprises dans El Comercio. Le journal publie de nombreuses publicités et petites annonces au fil de ses pages. Or celles-ci portent parfois des titres tels que « Intervention des Etats-Unis dans la guerre européenne »11, alors que le texte qui suit vante une entreprise de farine. La publicité pour une maison est ainsi intitulée « Le Kaiser est mort »12. La guerre attire l'oeil du lecteur, et fait partie de son quotidien par le biais des journaux.

  • 13 Il ne nous a pas encore été possible d'accéder directement à des archives cinématographiques ou à d (...)

9Comme nous le verrons par la suite, la guerre est un sujet d'inspiration littéraire pour les écrivains équatoriens. Elle est aussi diffusée à travers le cinéma, qui fait son apparition à l'époque13. Une diffusion importante des évènements européens se remarque donc jusqu'en Equateur. Les acteurs concernés sont avant tout les élites alphabétisées. On peut cependant supposer que l'information circule de manière orale vers des acteurs de classes sociales moins aisées, même s'il est difficile de s'en assurer et de savoir dans quelle mesure l'attention vers le conflit a pénétré l'ensemble de la société équatorienne. Malgré cette limite observable, la Grande Guerre est le premier conflit dont l'information circule avec autant d'intensité à travers le monde entier.

Entre image externe et image interne : l’enjeu de la neutralité

  • 14 En 1914, la France et l'Allemagne font partie des principaux partenaires commerciaux de l'Equateur.
  • 15 L'Equateur est un des pays les plus enthousiastes à l'idée d'organiser un congrès des neutres entre (...)

10Le gouvernement opte pour la neutralité pendant les trois premières années du conflit. Ce choix s'explique tout d'abord pour des raisons de politique et d'image externe. Le pays entretient des relations commerciales (Rendón, 1920, p. 75)14 et diplomatiques harmonieuses avec chacun des deux camps. S'opposer à l'un des deux lui serait préjudiciable. De plus, l'Equateur suit ainsi la position de son continent, qui tente de faire émerger un certain panaméricanisme, une ligne d'entente entre les différentes républiques latino-américaines15. L'Equateur, petit pays qui a besoin de s'allier avec ses voisins pour avoir plus de force, est attentif à son image d'intégration dans le sous-continent. Cette neutralité est alors défendue avec force et conviction, d'autant plus après les incidents des Galapagos et du poste TSF de Guayaquil qui lui ont valu des soupçons de la part de la France et de l'Angleterre.

  • 16 ABFL, Rapport du Président de la République au Congrès Ordinaire de 1914. Traduction personnelle, e (...)

11La neutralité, pour l'Etat, n'est pas seulement un enjeu de politique extérieure, de positionnement sur une question internationale. Elle est aussi un enjeu de politique interne. Elle se rapporte à l'image que le gouvernement veut se donner auprès de sa population. Depuis 1912, le pays est secoué par une guerre civile entre l'Etat et la guérilla révolutionnaire de la faction libérale radicale menée par Carlos Concha, dans la province d'Esmeraldas, au Nord-Ouest du pays. Le gouvernement tente de combattre ce soulèvement sous l'argument de la « pacification ». Or cette volonté de paix en interne concorde avec une position neutre dans le conflit international. L'image de « gardien de la paix » que veut se donner le pays se remarque alors autant en interne qu'en externe. Les deux discours concernant la guerre interne d'un côté et la guerre européenne de l'autre se croisent d'une manière intéressante dans les discours du gouvernement. Les discours présidentiels en constituent une illustration : « Mon bonheur serait de pouvoir vous déclarer que la République consacre son énergie dans le noble projet de la paix interne et externe, que la grande majorité de nos citoyens désirent assurément, qui fut toujours une des ses plus grandes aspirations, et au service de laquelle j'ai employé mes efforts constants. »16.

  • 17 « En el silencio y la sombra », El Grito del Pueblo Ecuatoriano, 12 février 1916, p.1.

12Les journaux, dans leur majorité, s'attachent à respecter et suivre ce positionnement. Si la situation change au fur et à mesure des années, et surtout après 1917, les organes de presse principaux ne prennent pas parti pour l'un ou l'autre camp. El Comercio diffuse les télégrammes venant à la fois des Puissances Centrales et des Alliés. Les chroniques de guerre et récit-reportages qu'il publie donnent à voir la situation dans un camp comme dans l'autre. Le gouvernement surveille ce positionnement des journaux. Son image auprès des pays belligérants passe aussi par la presse. Il sait que ces pays surveillent les positions des nations du monde entier. Ces tentatives de contrôle du gouvernement se remarquent particulièrement avec le cas du journal El Grito del Pueblo Ecuatoriano, qui se démarque au fil du temps comme de plus en plus franchement alliadophile. Des journalistes, le plus souvent en empruntant un pseudonyme, écrivent des articles à la faveur des Alliés. La précaution du pseudonyme s'explique par le statut qu'occupent ces hommes. Certains sont des consuls en poste dans des villes européennes. En février 1916, le gouvernement diffuse une circulaire demandant formellement aux consuls d'observer la plus parfaite neutralité. Le journal réplique cependant d'une manière fort critique, soulignant que les auteurs n'ont pas écrit sous la plume officielle mais en tant qu'hommes, possédant leur libre arbitre17. Ce rappel à l'ordre de l'Etat montre son souci pour afficher une neutralité irréprochable.

La guerre, un sujet-spectacle qui attire et inspire

13La forte présence des évènements belliqueux dans la presse prouve à quel point ce sujet attire l'attention des lecteurs. Le conflit est un thème attrayant, qui rapporte aux éditeurs. Il est présent sous différentes formes. Les journaux diffusent des photographies, des illustrations. Celles-ci donnent à voir le matériel de guerre moderne, inédit. Les technologies nouvelles à l'oeuvre dans ce conflit sans précédent impressionnent. On y voit des photographies ou dessins de zeppelins, de chars, d'armes ou d'uniformes. Les décors créés par les combats sont également représentés, ou décrits. Les villes en ruines vues du ciel, les bâtiments détruits par les bombardements, les tranchées sont des éléments récurrents. Les journaux publient des photographies de scènes de vie du front mais aussi de l'arrière. La guerre n'intéresse pas seulement pour les combats, l'avancée d'un camp sur l'autre. Toute l'esthétique qu'elle entraîne, les situations dans lesquelles elle plonge les Européens attirent l'attention des lecteurs équatoriens. La guerre devient presque un topique, un lieu de décor récurrent pour des récits et illustrations.

  • 18 Quotidien publié à Quito.
  • 19 « Folletín de El Dia – Emociones de la guerra – Diario de un estudiante español en Paris », El Día, (...)
  • 20 De son vrai nom Agustí Calvet Pascual, journaliste et écrivain espagnol (1887 – 1964).
  • 21 « Folletín de El Dia – Emociones de la guerra – Diario de un estudiante español en Paris », El Día, (...)

14Les journaux publient des « chroniques de guerre ». Ce sont des feuilletons qui, sur plusieurs exemplaires, content des histoires fictives ou des témoignages littéraires relatifs au conflit. Ces textes sont repris d'ouvrages européens ou parfois de reportages de journaux latino-américains. Ce sont des textes littéraires, écrits pour divertir et informer d'une manière différente. Par exemple, El Día18 dans les premiers mois de 1915 publie un feuilleton intitulé « Emotions de guerre. Journal d'un étudiant espagnol à Paris »19. Ces extraits sont tirés d'un ouvrage en partie biographique Diario de un estudiante en Paris. L'auteur, Gaziel20, relate le quotidien d'un jeune espagnol dans un Paris secoué par la guerre. Il y décrit le quotidien des Parisiens, les scènes auxquelles la guerre donne lieu, comme celle-ci : « Dimanche 16 août. (Suite). Les larmes en venaient presque aux yeux de la bonne Mme Philippot alors qu'elle parlait ainsi. Aujourd'hui, il ne doit pas y avoir en France une seule femme qui ne rêve en pensant à la gloire du héros, pâle et émacié, couvert de sang, le regard ardent, debout sur un tas de cadavres et serrant entre ses mains crispées le drapeau impérial. Aujourd'hui est un bon jour, après tant d'attente inutile, les journaux sont pleins de nouvelles extrêmement vagues, mais exprimées avec une ardeur qui apporte de l'enthousiasme. L'offensive française dans les Vosges a commencé (...) »21. Nombreux sont les feuilletons de ce genre dans la totalité des journaux équatoriens étudiés.

15Le champ littéraire équatorien s'inspire de l'évènement, et ce jusque dans les années suivant le conflit. Falquez Ampuero publie en 1916 Sintiendo la batalla, roman compilant des récits se déroulant en pleine guerre. Le prologue de N.A. Gonzalez vante l'impressionnant réalisme des descriptions qui transportent le lecteur sur le terrain. Eduardo Samaniego et Alfredo Gangotena, deux jeunes poètes équatoriens publient en 1918 Deux élégies à la guerre européenne, longs poèmes de six pages chacun dédiés au conflit. En 1924 est publiée la pièce Les Marraines de guerre de Victor Manuel Rendón. Il y met en scène quatre jeunes filles hispano-américaines vivant à Paris, qui ont décidé d'être marraines de guerre de soldats français. La courte pièce met en scène le moment où un des filleuls de guerre rend visite par surprise à sa marraine, qui est alors accompagnée de ces trois amies. Elles y racontent les souffrances contées par leurs filleuls, les peurs qu'elles même ressentent en entendant les zeppelins passer au dessus des maisons.

16Il existe donc une véritable circulation des écrits de guerre, des images du conflit, de ses représentations et imaginaires, et ce jusqu'en Equateur. A son tour, les artistes équatoriens sont inspirés par le conflit et écrivent à son sujet.

Des points de vue partisans

17Si le gouvernement garde, et tente de faire garder aux organes de presse, corps diplomatiques et intellectuels, une position neutre, des positionnements partisans tendent à se détacher.

18Pour ce qui est du domaine diplomatique, le ministère des relations extérieures reçoit une propagande importante de la part des deux camps. Chaque pays en guerre tente de dénoncer les atrocités inacceptables de son adversaire. De nombreux rapports décrivant les méfaits du camp opposé sont reçus. Cependant, la position officielle du pays reste la stricte neutralité, jusqu'à la rupture des relations diplomatiques qui ne signifie pourtant pas une totale hostilité envers les Puissances Centrales.

19Les journaux publient parfois des articles, ou même des caricatures soutenant l'un ou l'autre camp. El grito del Pueblo Ecuatoriano se distingue comme journal clairement alliadophile. Le 11 mars 1916 celui-ci publie, par exemple, dans son édition spéciale dédiée à la guerre une caricature mettant en scène un fort antagonisme entre les Alliés défenseurs du Droit et les Puissances Centrales démoniaques :

Edition spéciale d' El Grito del Pueblo Ecuatoriano (Guayaquil, Ecuador), 11 mars 1916

Edition spéciale d' El Grito del Pueblo Ecuatoriano (Guayaquil, Ecuador), 11 mars 1916

20Une allégorie de la liberté surplombe le camps des Alliés. Elle porte la couronne de laurier de la victoire et un étendard où est inscrit « Droits ». Le diable représentant les Puissances Centrales transperce de sa fourche un ruban qui porte les inscriptions « humanité, vérité, honneur », pour montrer que les Puissances Centrales détruisent ces valeurs. Il est entouré de nuages menaçants. Le Bien (les Alliés) est ici opposé au Mal (les Puissances Centrales). Une autre représentation récurrente de l'Allemagne dans ce journal est celle de la Grande Faucheuse, semeuse de mort et de détresse.

  • 22 Ecrivain et diplomate équatorien (1884 – 1965).
  • 23 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « Francia, la nación que los americanos amamos (...)

21Des représentations imagées et partisanes apparaissent chez certains intellectuels. L'antagonisme entre une France juste et civilisée et une Allemagne barbare et assassine s'y retrouve. La guerre se représente alors au moyen de métaphores, de comparaisons. Gonzalo Zaldumbide, intellectuel équatorien22, parle de la « raison victorieuse de Alliés » face aux « turbulentes forces animales de l'Allemagne » (Zaldumbide, 1920, p. XIV). La Francophilie remarquable chez les élites équatoriennes depuis l'Indépendance est toujours notable. Dans le prologue qu'il écrit à Sintiendo la Batalla , N.A. Gonzalez le dit par ces mots : « La France, cette nation que nous les américains nous aimons et admirons tant »23 (Falquez Ampuero, 1916, p. XIV).

22Ainsi, même dans un pays qui maintient pendant trois ans une neutralité des plus absolues, des opinions partisanes se développent dans le milieu des élites, des intellectuels. Si ces prises de positions sont plus marquées par une alliadophilie probablement majoritaire, d'autres s'attachent à défendre le camp allemand.

Une guerre barbare et injustifiable

  • 24 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « horrorosa conflagracion.. », « naufragio de l (...)

23La guerre n'est pas seulement reçue comme un événement spectaculaire et attrayant, ni comme l'affrontement de deux camps pour l'un desquels on prendrait parti. La guerre est également perçue puis rediffusée à travers un prisme d'analyse critique. De nombreux écrits et images rendent comptent d'une perception de la guerre comme un événement sombre, terrible pour l'humanité. L'image de la guerre comme un événement barbare et injustifiable se fait de plus en plus percevoir pendant la durée du conflit. Le conflit d'une ampleur sans précédent est érigé comme conflit universel, impliquant l'humanité toute entière. Victor Manuel Rendón le souligne : « Le monde entier souffrant de ses conséquences, la guerre d'abord européenne est devenue universelle » (Rendón, 1920, p. 52). Cette guerre totale concerne tous les hommes de toutes les nations car elle est l'affrontement de pays longtemps considérés comme modèles de civilisation. Les pays du nord-ouest européen sont depuis longtemps des modèles en matière d'organisation, de philosophie, de politique, de droits humains, de justice. Toutes ces valeurs semblent s'effondrer dans cet affrontement inédit. Victor Manuel Rendón parle de « criminelle banqueroute de la civilisation » (Rendón, 1920, p. 43). Dans un article du 10 octobre 1917 de El Ecuatoriano, le journaliste parle d'une « horrible conflagration » qui signe un « naufrage des idéaux »24. Alfredo Gangotena représente cette chute de l'Europe et l'ancienne admiration portée sur elle par ces quelques vers :

  • 25 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : “Y las esbeltas torres que hacia el cielo / Se (...)

« (…) Et les sveltes tours qui jusqu'au ciel,
S'érigeaient fièrement,
Cachant là-haut leurs hautes coupoles,
Existant en silence
Et elles étaient une précieuse récompense du sol ;
Les cloches mystiques
Qui de leur son plaisant
Convoquaient aux joyeuses prières,
Et nous faisaient oublier les vaines
Querelles, en invoquant
La mémoire, que le temps est passager,
Que la vie va offrir la mort ;
Belles constructions,
admiration de tout l'univers,
Gisent abattues sur la terre
Avec aussi l'art des Nations.
Tout n'est que désolation, tout n'est qu'amertume :
On ne voit que pleurs et malheurs
(…)
Ainsi sur la terre,
Dans une fratricide guerre,
Les hommes se détruisent. » (Gangotena, 1918, p. 3-4)25

24Ces « tours » représentent les pays européens, monuments de civilisation, d'« art », suscitant l'« admiration de tout l'univers ». Elles sont désormais à terre, détruites. La « désolation » est celle de cultures longtemps admirées et imitées, qui désormais sont mises à mal par les hommes qui les ont créées mais les détruisent en se détruisant eux-mêmes. Ce sujet du dernier vers, « les hommes », est général, il englobe toute l'humanité.

25La guerre est critiquée, remise en question. Or cette remise en question se fait également envers les pays qui la mènent. Le regard sur l'Europe, longtemps admiratif, subit une transformation. Un recul se prend par rapport au modèle. La guerre amène les élites et les intellectuels équatoriens à remettre en question le regard qu'ils portent sur l'Europe.

Conclusion

26Ces différentes remarques sur la réception de la Première Guerre mondiale en Equateur soulignent que les regards sont tournés vers l'Europe qui se déchire. La guerre fait partie de la réalité culturelle équatorienne pendant les années du conflit et encore après, et ce sous une multitude d'approche. L'Equateur n'est pas un pays à l'écart mais bel et bien lié aux évènements internationaux. Ce regard tourné vers un conflit si destructeur invite à penser son impact sur le long terme.

27La guerre tend à bouleverser l'image d'une Europe longtemps considérée comme un modèle de civilisation pour les pays latino-américains (Compagnon, 2013). Tout au long du XIXe siècle, l'Equateur est tourné vers les pays européens pour sa construction propre. Les gouvernements s'inspirent de leurs avancées politiques, culturelles, scientifiques. Or à partir des années 1920, on peut apercevoir dans différents domaines un retournement du pays vers lui-même, un détachement de ces modèles européens.

  • 26 FRANK Robert, «Penser historiquement les relations internationales», Annuaire français de Relations (...)
  • 27 Idem.

28Ainsi, à plus grande échelle, le sujet s'inscrit dans une analyse historique des relations culturelles internationales. Comprendre la réception de la guerre et son impact sur la construction culturelle de l'Equateur permet de saisir les relations d'influence, de rayonnement de certains pays sur d'autres. Mais cette compréhension permet aussi de dépasser ces concepts pour voir quels sont les phénomènes d'appropriation, de rejet, de changement dans les relations culturelles entres les nations. Elle permet de saisir si la Grande Guerre a été un point d'inflexion dans les relations culturelles internationales. Elle vise à concevoir quels jeux de regard se mettent en place dans un pays par rapport aux agissements d'autres nations. Dans ce temps long de la construction culturelle, la réception de la Première Guerre mondiale peut apparaître comme une « force profonde »26 dans les relations internationales. Elle met en jeu des imaginaires qui interprètent la réalité par des prismes particuliers. Le conflit sur le long terme crée une modification des identités, qui se reconstituent suivant de nouvelles matrices. Selon Robert Franck27, certains évènements marquent les mémoires de manière transnationale. Ils ont des effets variés à différentes échelles mais sont présents dans la construction des identités collectives, directement ou indirectement. La Première Guerre mondiale semble être un de ces évènements. Se déroulant sur une superficie restreinte, elle a cependant été perçue par l'ensemble du globe et a impacté durablement chacune des nations.

Haut de page

Bibliographie

Archives :

Archivo-biblioteca de la Función Legislativa (ABFL), Quito, Equateur.

Archivo de la Cancilleria (AC), Quito, Equateur.

Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine (BDIC), Nanterre, France.

Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS), Paris, France.

Biblioteca del Ministerio de la Cultura (BMC), Quito, Equateur.

Biblioteca Ecuatoriana Aurelio Espinosa Pólit (BEAEP), Quito, Equateur.

Archives du Ministère des Affaires étrangères (MAE), La Courneuve, France.

Ouvrages sources :

Falquez Ampuero F.J., Sintiendo la batalla, Guayaquil, Casa Editorial Jouvin, 1916.

García Calderón Ventura, Fernández Guardia Ricardo, Morales Villazon N., Rendon Victor Manuel, Zaldumbide Gonzalo, L’Amérique latine et la guerre, Paris, Librairie du Groupement, 1920.

Rendón Victor Manuel, Madrinas de guerra. Sainete, en un acto y en prosa, Guayaquil, Julio T. Foyain Impresor, 1924.

Rendón Victor Manuel, Ecos de Amor y Guerra, Paris, Editions « Le Livre Libre », 1927.

Samaniego E. et Gangotena A., Dos Elegias a la guerra europea, Quito, Tipografia y Encuadernacion de la « Prensa Catolica », 1918.

Ouvrages et articles sur l'Amérique latine et la Première Guerre mondiale :

Bulmer-Thomas Victor, « Chapitre IV », La historia ecónomica de América latina desde la Independencia, Mexique, Fondo de Cultura Ecónomica, 1998, pp. 185‑228.

Compagnon Olivier, « 1914-18 : The Death Throes of Civilization. The Elites of Latin America face the Great War », Uncovered fields. Perspectives in First World War Studies, Leiden, Brill Academic Publishers, 2004, pp. 275‑295.

Compagnon Olivier, « Entrer en guerre  ? Neutralité et engagement de l’Amérique latine entre 1914 et 1918 », Relations internationales, 137, 2009, pp. 31‑43.

Compagnon Olivier, L’adieu à l’Europe  : l’Amérique latine et la Grande Guerre. Argentine et Brésil, 1914-1939, Paris, Fayard, 2013.

Fey Ingrid Elizabeth, « Chapter VIII. The Dilemna of the Great War : Latin Americans in Paris ans the First World War », First tango in Paris : latin americans in turn-of-the-century France, 1880 to 1920, Ann Arbor (Michigan – Etats-Unis), University Microfilms International, 1996, pp. 485 – 537.

Gaillard Gaston, Amérique latine et Europe occidentale  : l’Amérique latine et la guerre, Paris, Berger-Levrault, 1918.

Rausch Jane M., Colombia and World War I : The Experience of a Neutral Latin American Nation during the Great War and Its Aftermath, 1914–1921, Lexington Books, 2014.

Rausch Jane M., « Ecuador and World War I  : One Nation’s Experience on the Periphery of the Great War and During its Aftermath, 1914-1924 », International Relations and Diplomacy, 3-5, 2015, p. 341‑356.

Rodriguez Manuel, Les engagés volontaires latino-américains pendant la Grande Guerre. Profils de volontaires, raisons de l’engagement et représentations du conflit., Master en histoire (dir. Emmanuelle Loyer et Olivier Compagnon), Institut d’Etudes politique de Paris, 2010.

Ouvrages généraux sur l'histoire de l'Equateur :

Ayala Mora Enrique (éd.), Nueva Historia del Ecuador. Epoca republicana III  : cacao, capitalismo y Revolucion liberal, vol. 9., Quito, Equateur, Corporacion Editora Nacional, 1983.

Bethell Leslie, « Capitulo 6. Ecuador desde 1930 », Historia de América latina. 16 Los paises andinos, Barcelone, Critica, 2002, p. 417.

Bethell Leslie, « Capitulo 11. Ecuador, c.1880-1930 », Historia de América latina. 10. América del Sur, c. 1870-1930, Barcelone, Critica, 1992, p. 304‑313.

Bethell Leslie, « Capitulo 10. Colombia, Ecuador, Venezuela. », Historia de América latina. 10. América del Sur, c. 1870-1930, Barcelone, Critica, 1992, p. 280‑283.

Cuvi Pablo, Núñez Endara Pablo, Asociación de Funcionarios y Empleados del Servicio Exterior Ecuatoriano, Ecuador in the world, 1830-2006  : the foreign policy of the republic,(version PDF sur CD-Rom), Quito (Equateur), AFESE Ecuador, 2006.

Salvador Lara Jorge, Breve historia contemporanea del Ecuador, México, Fondo de cultura economica, 1994.

Autre :

Frank Robert, « Penser historiquement les relations internationales», Annuaire français de Relations internationales, vol. 4, Bruxelles, 2003, pp. 42-65.

Haut de page

Notes

1 La Serbie fait également partie du camp allié. Le Japon s'y alliera en 1914, puis l'Italie (1915), la Roumanie et le Portugal (1916), les Etats-Unis, la Grèce, la Chine, le Panama, Cuba, le Brésil (1917), le Guatemala, le Costa Rica, le Nicaragua, Haïti et le Honduras (1918).

2 La Bulgarie les rejoindra en 1915.

3 Voir bibliographie « Ouvrages et articles sur l'Amérique latine et la Première Guerre mondiale. »

4 En ce sens aussi une dynamique nouvelle se met en place.

Jane Rausch a récemment publié un ouvrage sur la Colombie (Rausch Jane M., Colombia and World War I: The Experience of a Neutral Latin American Nation during the Great War and Its Aftermath, 1914–1921, Lexington Books, 2014). Elle a également publié un article sur l'Equateur (Rausch Jane M., « Ecuador and World War I : One Nation’s Experience on the Periphery of the Great War and During its Aftermath, 1914-1924 », International Relations and Diplomacy, 3-5, Mai 2015, p. 341‑356) qui traite avant tout de l'aspect diplomatique de la question.

Au coloquio internacional à Mexico « América latina y la Primera Guerra mundial . Una historia conectada », 26 et 27 juin 2014, Carlos Contreras Carranzas a donné une présentation intitulée « La Gran Guerra y la economia peruana, 1914-1920 », Gérard Borras a présenté « Moi mon colon celle qu'je préfère... Entre objetos musicales, imagenes y versos. Recepciones de la « conflagracion europea » en Lima. (1914-1918) ».

5 6 avril 1917.

6 ABFL, Rapport du ministre des Relations Extérieures à la Nation de 1915.

7 L'auteur signale également la présence d'infirmières équatoriennes sur les fronts européens.

8 “La penuria fiscal”, El Comercio, 13 avril 1915. Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « El Ecuador no ha sido un pueblo aislado, fuera del concierto universal, para que no le afectara la furiosa tempestad desencadenada en una buena parte de ese gran todo que se llama el mundo civilizado. »

9 Publié à Quito, la capitale.

10 Publié à Guayaquil.

11 El Comercio, 13 août 1914, p.4. Traduction personnelle, en espagnol dans le document : « Intervención de los EEUU en la guerra de Europa. »

12 El Comercio, 2 octobre 1914, p.4. Traduction personnelle, en espagnol dans le document : « Murió el Kaiser ».

13 Il ne nous a pas encore été possible d'accéder directement à des archives cinématographiques ou à des programmes de cinémas de l'époque. Cependant, en ayant vu l'annonce dans la presse, des cinémas diffusent des actualités de guerre à Quito et Guayaquil.

14 En 1914, la France et l'Allemagne font partie des principaux partenaires commerciaux de l'Equateur.

15 L'Equateur est un des pays les plus enthousiastes à l'idée d'organiser un congrès des neutres entre pays latino-américains. Plusieurs fois avancée, l'idée ne se réalise définitivement pas.

16 ABFL, Rapport du Président de la République au Congrès Ordinaire de 1914. Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : “Fortuna mía fuera la de poder declararos que la República desenvuelve sus energías en el noble ambiente de la paz interna y externa, cual lo anhela seguramente la gran mayoría de nuestros conciudadanos y cual fue siempre de más grande aspiración, en servicio de la que empleé los más constantes esfuerzos”.

17 « En el silencio y la sombra », El Grito del Pueblo Ecuatoriano, 12 février 1916, p.1.

18 Quotidien publié à Quito.

19 « Folletín de El Dia – Emociones de la guerra – Diario de un estudiante español en Paris », El Día, du premier janvier 1915 au 23 janvier 1915.

20 De son vrai nom Agustí Calvet Pascual, journaliste et écrivain espagnol (1887 – 1964).

21 « Folletín de El Dia – Emociones de la guerra – Diario de un estudiante español en Paris », El Día, 20 janvier 1915, p.1. Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « Domingo, 16 de agosto. (Continuación). A la buena Mme Philippot, mientras hablaba de esta manera casi se le saltaban las lágrimas de los ojos. Hoy no habrá en Francia una sola mujer que no sueñe en la gloria del héroe, pálido y demacrado, cubierto de sangre, con los ojos ardientes, puesto de pie sobre un montón de cadáveres y estrujando entre sus manos crispadas la bandera imperial. El de hoy es un día bueno, después de tanto esperar inútilmente. Los periódicos andan llenos de noticias sumamente vagas, pero comunicadas con un ardor que entusiasma. Ha empezado la ofensiva francesa en los Vosgos. (...)”

22 Ecrivain et diplomate équatorien (1884 – 1965).

23 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « Francia, la nación que los americanos amamos y admiramos tanto ».

24 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : « horrorosa conflagracion.. », « naufragio de los ideales ».

25 Traduction personnelle, en espagnol dans le texte : “Y las esbeltas torres que hacia el cielo / Se erguían orgullosas, / Sus altas cúpulas allí escondiendo, / Calladas existiendo, / Y eran precioso galardón del suelo ; / Las místicas campanas / Que con són (sic) placentero / A las oraciones alegres convocaban, / Y nos hacían olvidar las vanas / Querellas, invocando / La memoria, que el tiempo es pasajero, / Que la muerte la vida va minando ; / Hermosas construcciones, / Admiración de todo el universo, / Yacen sobre la tierra derribadas, / Con el arte también de las Naciones. / ¡ Todo es desolación, es amargura : / Solo se encuentran llanto y desventura !/ (…) / Así sobre la tierra, / En fratricida guerra, /Los hombres se destrozan. »

26 FRANK Robert, «Penser historiquement les relations internationales», Annuaire français de Relations internationales, vol. 4, Bruxelles, 2003, pp. 42-65.

27 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Edition spéciale d' El Grito del Pueblo Ecuatoriano (Guayaquil, Ecuador), 11 mars 1916
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Lenoël, « La réception de la Première Guerre mondiale dans le champ culturel équatorien », Conserveries mémorielles [En ligne], #20 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/2550

Haut de page

Auteur

Elodie Lenoël

Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine - Sorbonne Nouvelle-Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org