Navigation – Plan du site
Nouvelles approches

La Lutte des classes face à l'internationalisme sportif.

La gauche communiste uruguayenne à l'heure de la Coupe du monde de 1930.
The Class struggle in front of the sports internationalism
Lucha de clases e internacionalismo deportivo. La izquierda comunista uruguaya ante el Mundial de Montevideo
Lorenzo Jalabert D'Amado

Résumés

La première Coupe du monde de la FIFA de l'histoire à eu lieu en juillet 1930 en Uruguay. Le pays, qui avait remporté quelques années auparavant la médaille d'or en football aux Jeux Olympiques de Colombes (1924) et d'Amsterdam (1928), jouissait déjà d'une solide réputation dans ce milieu sportif. Ces succès internationaux avaient par ailleurs déclenché dans le pays un engouement massif pour le ballon rond. Le projet défendu par le gouvernement pour la réalisation de la Coupe du monde à Montevideo avait donc rencontré un fort enthousiasme au sein de la population à l'exception de certains secteurs du paysage politique national. Parmi ceux-ci, le Parti Communiste d'Uruguay adopta une position de rejet total vis-à-vis du projet gouvernemental tout en faisant la promotion d'une contre-proposition sportive inspirée des modèles en provenance de l'Union Soviétique. L’analyse de ce parti-pris complexe cherche à participer à l'effort d'historicisation de cette première édition du tournoi phare de la FIFA, encore peu traitée par l'historiographie actuelle et pourtant fondamentale compte tenu de son rôle précurseur dans l'établissement matriciel des grandes compétitions sportives modernes en cours durant la période de l'entre-deux-guerres.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Uruguay 

Index chronologique :

1930, 1928
Haut de page

Texte intégral

1Le 12 juillet 1930, l'Uruguay retenait son souffle. Le pays se trouvait à la veille de l'inauguration sur son sol de la première Coupe du monde de football de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). En dépit de l’abstentionnisme massif des équipes européennes invitées et malgré les difficultés matérielles rencontrées lors de la construction des infrastructures d’accueil, les conditions étaient enfin prêtes pour que le cuir sphérique roule sur les gazons montévidéens. Les treize équipes prenant part au tournoi, installées dans leurs hôtels et lieux de résidence de la capitale, attendaient avec impatience les coups d'envois simultanés des rencontres du lendemain. C'est avec les matchs France-Mexique et Belgique-États-Unis qu'allaient s'ouvrir le 13 juillet 1930, la longue série de rencontres de Coupe du monde qui, depuis, parviennent invariablement à monopoliser l'actualité sportive tous les quatre ans.

  • 1 Nous faisons ici référence aux principaux journaux d'époque : soit la presse officialiste avec les (...)
  • 2 Bien que la population ouvrière uruguayenne des années 1920 soit estimée à environ 30 000 individus (...)

2Le tournoi de Montevideo, pensé, voulu et organisé par les pouvoirs politiques uruguayens pour être la pièce couronnant les festivités du Centenaire du Serment de la Constitution de 1830, était célébré par la presse locale comme la preuve tangible aux yeux du monde, de la modernité et de la vitalité de la nation uruguayenne. Contrastant avec cet enthousiasme superlatif quasi-unanime de la presse d'époque1, le journal Justicia, organe officiel du Parti Communiste d'Uruguay (PCU), récemment fondé et numériquement très marginal2, adoptait, lui, un point de vue diamétralement opposé sur la question. L'extrait de l'article suivant permet d'apprécier la virulence dans la prise de position.

"Demain commence le tournoi organisé par l'Association Uruguayenne de Football par et pour le compte de la bourgeoisie avec les deniers qu'elle arrache au prolétariat à coup d'une plus grande exploitation.

La bourgeoisie profite de tous les moyens pour influencer de son idéologie anti-ouvrière les masses de travailleurs et c'est en ce sens qu'elle exploite le sport et principalement le football, qui est celui que les masses laborieuses affectionnent le plus. Et c'est précisément en ces moments où le pays souffre une profonde crise menant à la banqueroute de l'économie capitaliste et à la misère accrue du prolétariat, que la bourgeoisie à le plus besoin du sport enjôleur pour éviter que les masses de la classe prolétaire, les ouvriers et les paysans réunis, qui se convulsionnent dans la misère, le chômage et la faim, ne suivent leur chemin de classe [...].

  • 3 Le texte original en espagnol utilise le terme péjoratif : patrioterismo.

[...] la bourgeoisie réalise ce championnat du monde pour donner un contenu populaire aux festivités du centenaire avec lesquelles elle prétend enivrer d'un patriotisme bas3 la classe laborieuse, pour que celle-ci oublie que dans les moments où l'on parle le plus de "liberté" et "d'indépendance", gisent dans les geôles des prisonniers ouvriers [...]. Les travailleurs n’ont pas à se réjouir de l'organisation de ce championnat du monde comme le font les bourgeois et leur presse, au contraire, ils doivent lutter contre celui-ci [...].

  • 4 Traduction personnelle.

À bas le championnat du monde ! À bas la réaction capitaliste ! Vive la liberté des prisonniers ouvriers et l'ouverture de la Maison des Syndicats ! Vive la Fédération Rouge du Sport.4" (Justicia, Montevideo, édition du 12 juillet 1930)

  • 5 « Aux origines de la Coupe du monde : Montevideo 1930. Culture de masse, usages politiques du sport (...)

3C’est à partir de cet article révélateur que nous nous proposons d’examiner le parti pris par la gauche marxiste uruguayenne d'obédience soviétique lors de la première Coupe du monde de football organisée à Montevideo, et ce grâce principalement à la mobilisation des résultats des recherches menées par Rodolfo Porrini sur le temps libre de la classe ouvrière uruguayenne, ceux d'Andrés Morales sur le football et sa dimension politique dans le pays durant les premières décennies du XXe siècle ainsi que les travaux d'André Gounot portant sur le sport dans l'Union Soviétique. L’analyse de ce parti pris participe de l'effort entrepris dans le cadre de notre recherche doctorale5en faveur d’une historicisation de cette première édition du tournoi phare de la FIFA, encore peu traitée par l'historiographie actuelle et pourtant fondamentale compte tenu de son rôle précurseur dans l'établissement matriciel des grandes compétitions sportives modernes en cours durant la période de l'entre-deux-guerres.

La structure mondiale du sport : une antinomie pour le marxisme.

4Au-delà de la critique littéraire que mérite le style syndico-révolutionnaire de l'article retranscrit, celui-ci présente l'avantage de mettre en lumière le dispositif argumentaire justifiant la posture du Parti Communiste d'Uruguay (PCU) alors que le pays s’apprêtait à accueillir la première édition de la compétition reine de la FIFA. Le point central de la critique formulée par Justicia, réside dans la dénonciation de l'utilisation de l'objet sportif à des fins nationalistes par les autorités publiques en charge de l'organisation de l’événement. Le mécanisme ici pointé du doigt par le journaliste du quotidien d'opinion à travers l’emploi du terme « patrioterismo », dépasse largement la spécificité du tournoi de Montevideo pour se rapporter à un caractère systémique du sport contemporain : sa configuration internationale (au sens littéral du mot : « entre les nations »).

  • 6 Celles-ci ont été permises par les avancées technologiques dans le domaine des transports, avec la (...)
  • 7 Dès 1883 apparaît dans les Îles britanniques le British Home Championship. Ce tournoi de football o (...)

5En effet, l’institutionnalisation du sport moderne en cours à partir de la fin du XIXe a suivi avant tout une logique ascendante. Partie d'une pratique locale des différentes activités physiques en voie de normalisation, elle s'est faite progressivement sur des échelons territoriaux croissants6. L'avènement des compétitions sportives internationales, outre le particularisme britannique7, se concrétise en 1896 avec la première édition à Athènes des Jeux Olympiques de l'ère moderne. Cette rénovation des compétitions antiques inspirées par la redécouverte du site archéologique d'Olympie est dirigée par le président du Comité International Olympique (CIO), le baron Pierre de Coubertin. Selon les mots de ce dernier, le mouvement Olympique visait à « créer de la force nationale par l’entraînement sportif et de l'harmonie internationale par la concurrence sportive » (cité dans ARNAUD, 1998, p. 5).

  • 8 Pour appréhender la diversité dans la réception de la question nationale chez les penseurs marxiste (...)

6Ainsi, dès le tournant du XXe siècle, les compétitions internationales entre athlètes en représentation de leurs pays respectifs deviennent la norme du sport planétarisé. Or, ce paradigme qui se prolonge jusqu'à nos jours – en adéquation parfaite avec l’universalité acquise par le modèle de l’État-nation (THIESSE, 1999, p. 231) – entre nécessairement en conflit avec les idéologies opposées à cette structure, dont la gauche marxiste notamment. En effet, en 1848, Karl Marx affirmait dans le Manifeste du Parti Communiste qu'il avait été « reproché aux communistes de vouloir supprimer la patrie, la nationalité. Les ouvriers n'ont pas de patrie. On ne peut leur prendre ce qu'ils n'ont pas » (ENGELS, 1941, p. 479). Si ces propos lapidaires occultent une réalité sensiblement plus complexe du positionnement marxiste autour de la question nationale8, ils permettent néanmoins d’appréhender le rejet originel par la pensée communiste du cadre politique de la nation, compris comme une construction bourgeoise visant à diviser la classe mondiale des prolétaires de manière à empêcher son soulèvement contre la classe capitaliste. En Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) – après le retrait de la scène politique, dès 1922 de Lénine, qui était favorable au principe d'autodétermination des peuples, et dans le contexte de l'indépendance vis-à-vis de l'ancienne Russie tsariste des pays Baltes et de la Finlande ainsi que des velléités séparatistes de la Géorgie – s'impose la doctrine antinationale prônée par Staline (HAUPT, 1997, p. 325). Il convient de relier ces choix politiques stratégiques au domaine des compétitions sportives.

  • 9 Les quelques réfractaires à ces conditions d'adhésion réunis derrière la figure d'Emilio Frugoni fu (...)

7Le Parti Communiste d'Uruguay était né en 1920 suite à l'adhésion des anciennes forces du Parti Socialiste à la IIIe Internationale – ou Internationale Communiste (Komintern) – créée en 1919 sous l'impulsion de Lénine. Le PCU ratifia en 1921 les « 21 points de Moscou » conditionnant l'entrée officielle de la section uruguayenne au sein du Komintern9. Ce ralliement au mouvement bolchevique russe impliqua un alignement idéologique sur les positions adoptées à Moscou. Le rejet par les communistes uruguayens de la proposition sportive de la FIFA doit donc se comprendre avant tout dans le prolongement des inflexions idéologiques survenues en URSS puis intériorisées par les différentes sections de la IIIe Internationale.

  • 10 Le football naît officiellement en 1863 dans le milieu fortement élitiste des Public Schools anglai (...)

8Si cette Coupe du monde de Montevideo est décriée par le PCU comme étant au service du « sport bourgeois », il est intéressant de constater qu'il ne s'enferme pas pour autant dans une position de rejet total de l'activité sportive dénoncée comme opium du peuple telle qu'elle fut adoptée par exemple par le Parti Socialiste uruguayen d'Emilio Frugoni (MORALES, 2013, p. 139). En effet, les communistes uruguayens accompagnent leur critique de l'utilisation nationaliste du sport d'une contre-proposition sportive en accord avec leur idéologie. C'est à cette alternative prolétarienne du sport que fait référence la dernière ligne de l'article mentionnant la « Fédération Rouge du Sport ». L'existence de cette fédération est attestée depuis décembre 1923 (PORRINI, 2012, pp. 69-95). Dans la logique de l'encadrement militant du temps libre et des proposition de loisirs en plein air, elle avait pour ambition d'éloigner les ouvriers et leurs familles des institutions du sport bourgeois tout en donnant aux activités physiques pratiquées une nette orientation révolutionnaire. Le football, suivant le schéma anglais10, était devenu sport de masse en Uruguay dès le tournant du XXe siècle (LUZURIAGA, 2009, p. 32). C'est donc en sa qualité de premier passe-temps des classes populaires qu'il était préférentiellement pratiqué au sein de l’œuvre sportive communiste.

L'Internationale Rouge du Sport : la réponse communiste au sport bourgeois.

9Pendant la durée de la Coupe du monde, du 13 au 30 juillet 1930, le journal Justicia a constamment appelé ses lecteurs à ne pas assister aux matchs de football de la Coupe du monde, en les invitant au contraire à se rendre à ceux de la « Ligue Rouge », le tournoi de football organisé par la « Fédération Rouge du Sport ». En guise de boycott du tournoi officiel de la FIFA, le journal communiste cessa totalement de couvrir l’événement durant les matchs de poule et dédia l'intégralité de ses pages sportives aux programmations du football ouvrier et à ses résultats. Les noms des équipes apparaissant dans les pages du journal – « Vers l’Égalité », « La Commune », « Ailes Rouges », « Liberté », ... – sont particulièrement révélateurs de l’imaginaire symbolique commun aux secteurs de la gauche marxiste. D'autres, tel que les clubs « Leningrad », « Étoile Rouge », « Soviet » ou encore « Garde Rouge » constituent des références directes à l'expérience communiste en Union Soviétique (PORRINI, 2012, pp. 69-95).

  • 11 Mot-valise russe désignant l''Entrainement Militaire Universel, qui visait à constituer et former d (...)

10La création par les communistes locaux de la « Fédération Rouge du Sport » est une résultante de l'alignement structurel de la section communiste uruguayenne sur la politique moscovite. En effet, dès 1921, le révolutionnaire russe Nikolai Podvoisky – premier Commissaire du Peuple aux affaires de Guerre après la Révolution d'Octobre (ensuite remplacé par Léon Trotsky) et par ailleurs responsable du programme d’entraînement militaire, le Vsevobuch11 – proposa de créer selon ses propres mots « une organisation mondiale de la gymnastique et du sport ouvrier, chargée de diffuser les expériences du prolétariat russe dans tous les pays et de former, à l'aide de ces expériences, une réserve suffisante de combattants révolutionnaires pour les luttes décisives » (cité dans RIORDAN et al., 1997, p. 243). La proposition fut approuvée par le Troisième Congrès du Komintern en juillet 1921 et se concrétisa par la création de l'Internationale Rouge du Sport (IRS), ou Sportintern (CARR, 1964, p. 957). Celle-ci, dont les statuts stipulent que « la Culture Physique, la gymnastique, les jeux et le sport sont des moyens de la lutte des classes, non une fin en soi » est directement mise sous la tutelle politique du Komintern et vise à faire du sport à l'échelle mondiale un espace de mobilisation et d'expression de la lutte des classes.

11L'IRS, de par le projet révolutionnaire classiste qu'elle véhicule, se veut être une riposte aux institutions sportives internationales officielles qui prônent une approche apolitique du sport et de sa pratique mise au profit de l'« harmonie internationale » précédemment mentionnée. L'IRS poussa sa vocation d’alternative au « sport bourgeois » en cherchant à concurrencer les grands rendez-vous sportifs mondiaux que sont en tout premier lieu les Jeux Olympiques. Après le gel des activités du CIO imposé par l'interlude de la Grande Guerre, celles-ci reprirent avec le retour de la paix en Europe. Les Olympiades d'Anvers en 1920, de Colombes en 1924 et d'Amsterdam en 1928 rencontrèrent un franc succès auprès du public et de la presse internationale. Face à ces réussites du « sport bourgeois », le Sportintern planifia la tenue d'un grand événement réunissant sur le sol soviétique les sportifs ouvriers du monde entier pour fêter, dans la communion des peuples, l'anniversaire des dix ans de la Révolution d'Octobre. Ce tournoi ouvrier, fut dénommé Spartakiade, en hommage au principal chef des esclaves révoltés contre la République Romaine lors de la troisième guerre servile (73-71 av. J.-C.), le gladiateur d'origine Thrace, Spartacus. Ce grand événement sportif, organisé en août 1928 à Moscou, devait permettre à la fois de mettre en scène la force et la vigueur de la jeunesse soviétique et de ses alliés internationaux alors que se tenait en parallèle dans la ville le VIe Congrès de l'Internationale Communiste qui, comme le rapporte A. Gounot, était « en train d’entériner les thèses sur le danger imminent d'une agression impérialiste contre l'URSS » (GOUNOT, 2002, p. 59-75). La grande majorité des athlètes présents à Moscou provenaient d'URSS, soit 3000 hommes et 879 femmes. La composante internationale de l’événement était assurée par la présence des 542 hommes et 70 femmes composant les 12 délégations ouvrières étrangères en provenance d'Autriche, d'Allemagne, de Tchécoslovaquie, d'Estonie, de Lettonie, du Royaume-Uni, de Finlande, de France, de Norvège, de Suède, de Suisse et d'Uruguay (GOUNOT, 2002, p. 59-75).

Les ouvriers uruguayens aux Spartakiades de Moscou.

12Parmi les douze pays participant aux premières Spartakiades aux côtés de l'Union Soviétique, deux catégories sont à distinguer. L’une d’elles comprend l'Estonie, la Lettonie et la Finlande qui ont toutes trois appartenu à la Russie tsariste. Bien que ces territoires se soient détachés de l'URSS au moment de sa création pour suivre un chemin autonome, ils faisaient partie d'une matrice historique commune à celle de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (RSFSR) et étaient donc perméables aux courants d'influence bolchevique. L’autre catégorie regroupe l'Autriche, l'Allemagne, la Tchécoslovaquie, le Royaume-Uni, la France, la Norvège et la Suède, à savoir les nations les plus industrialisées du Vieux Continent et possédant les proportions de populations ouvrières les plus élevées au monde. Or, c'est précisément au sein de ces couches laborieuses que s'est historiquement enracinée la pensée socialiste dès le milieu du XIXe siècle, et que se sont développés par conséquent, sous l'influence du bolchevisme soviétique, d’importants partis communistes. En marge de ces deux catégories, dont la présence aux Spartakiades est aisément compréhensible, l'Uruguay fait figure d'étrange intrus. En effet, ni l'Afrique, ni l'Asie, ni l'Océanie, ni même l'Amérique (à l’exception bien sûr de l'Uruguay) ne sont représentés lors de ces compétitions sportives du monde ouvrier. L'absence de ces trois premiers continents peut s'expliquer par le contexte historique. Dans un monde encore largement sous l'emprise des empires coloniaux européens, les activités des quelques partis communistes fondés suite à la IIIe Internationale étaient fortement entravées par les administrations métropolitaines, nuisant ainsi à l'organisation de manifestations visibles dans l'espace public comme l'était le sport ouvrier. Le cas de l'Amérique est sensiblement différent. Dans les années 1920, le communisme d'obédience soviétique est amplement représenté sur le continent notamment en Amérique du Nord : aux États-Unis (1919) et au Canada (1921) ainsi que dans le Cône Sud : en Argentine (1919), en Uruguay (1920), au Brésil (1922) et au Chili (1922). Malgré cette présence communiste et pour des raisons que l'état de la recherche actuelle ne peut encore fournir, l'Uruguay fut le seul pays non européen à prendre part au tournoi de Moscou ; ce qui en fait le participant sui generis des Spartakiades.

  • 12 En 1924 et en 1928, le Parlement Uruguayen vota des subventions à l'équipe nationale de football po (...)

13Le PCU, en tant que parti d'opposition, n'avait pas accès aux coffres publics et la Fédération Rouge du Sport dont étaient issus les joueurs ouvriers qui allaient prendre part aux compétitions de Moscou ne constituait pas non plus un organe sportif officiel affilié ou reconnu par l'Association Uruguayenne de Football (AUF). Il en résulte que les représentants uruguayens aux Spartakiades ne pouvaient prétendre à aucun type de subvention publique, comme cela avait par exemple été le cas pour la sélection de football de l'AUF représentant l'Uruguay aux Jeux Olympiques de Colombes et d'Amsterdam12. Comme le rapporte A. Morales, les communistes uruguayens ont donc dû non seulement trouver dans leurs rangs suffisamment de volontaires pour former une équipe de football compétente, mais aussi et surtout, rassembler les sommes nécessaires pour permettre l'envoi de ces jeunes prolétaires en Russie (MORALES, 2013, p. 155). Les éditions du journal Justicia du premier semestre 1928 font état de la mobilisation du parti communiste local en faveur de la représentation de la section uruguayenne aux Spartakiades de Moscou. Cette représentation devait constituer la réponse ouvrière à l'envoi de la sélection uruguayenne aux Jeux Olympiques d'Amsterdam. Les nombreux appels aux dons publiés par le journal permirent non sans difficultés de réunir les sommes nécessaires au voyage des ouvriers uruguayens vers Moscou (PORRINI, 2012, pp. 69-95).

14La presse sportive d'époque n'a pas ou peu couvert les Spartakiades de Moscou. Il ne s'agissait pas d'une compétition officielle reconnue par les institutions internationales régentes du sport et la volonté des organisateurs d'inscrire cet événement athlétique dans le cadre de la Lutte des classes ne s'accordait pas avec le milieu de cette presse spécialisée dont l'apolitisme était revendiqué. Si la connaissance précise du déroulement des Spartakiades ne peut donc se faire par ces canaux classiques, il est en revanche possible d'y parvenir grâce à l'étude de la presse d'opinon ; la communiste en tout premier lieu. En France par exemple, le journal l'Humanité, fondée par Jean Jaurès en 1904 et devenu après 1920 l'organe officiel du Parti Communiste Français, a proposé une couverture des compétitions moscovites. Son édition du 26 août 1928 dresse notamment le bilan des huitièmes de finale du tournoi de football qui opposèrent l'équipe prolétaire d'Uruguay à celle de Finlande.

Le jeu des Uruguayens ouvriers est aussi artistique que celui des Uruguayens bourgeois que nous avons vus à Paris. Devant les Finlandais, plus puissants mais plus lourds, les Uruguayens menaient par 3 buts à 1, quand un coup franc permit aux premiers nommés de n'être battus que par 3 buts à 2.

Ce match fut un vrai régal grâce aux Uruguayens, joueurs merveilleux. Voici l'équipe qu'ils alignaient : […]. (L'Humanité, Paris, édition du 26 août 1928).

  • 13 Celeste signifie bleu ciel en langue espagnole. C'est le surnom donné à la sélection d'Uruguay d'ap (...)

15La mention des « Uruguayens bourgeois » faite par les journalistes parisiens fait référence à la performance de la Celeste13 qui avait fortement marqué les esprits quatre ans plus tôt lors des Jeux Olympiques de Colombes en région parisienne. Malgré le fait que, durant le tournoi, les Sud-américains aient éliminé l'équipe de France en quart de finale sur un copieux score de 5 buts à 1, le public parisien s'était montré particulièrement enthousiaste face à la virtuosité du jeu des Uruguayens. L'article suivant, publié le 1er juin 1924 par Le Figaro, illustre l'admiration hexagonale pour la qualité footballistique venue d'Uruguay :

Le jeu pratiqué par les Uruguayens a enthousiasmé tous ceux qui ont assisté aux parties qu'ils ont jouées. Procédant du meilleur jeu écossais fait de courtes passes, mais ajoutant à une virtuosité sans égale une grande rapidité d'exécution et une grande vitesse sur la balle, les Uruguayens ont dominé en science, en technique et en tactique tous leurs adversaires. Leur attaque très pénétrante ne cède en rien à une défense de premier ordre qui n'a pas encore permis à ces mêmes adversaires de marquer un seul but. (Le Figaro, Paris, édition du 1er juin 1924).

16 À la lumière de cette comparaison, le ton résolument élogieux choisi par le journaliste de l'Humanité semble faire davantage écho aux prestations de la Celeste à Paris en 1924 qu'il ne cherche à illustrer objectivement le jeux déployé par les volontaires ouvriers sur les terrains du Dynamo de Moscou où se joua la rencontre en question. Au moment du match, en août 1928, l'Uruguay venait de se couronner à Amsterdam double champion Olympique de football en battant sa voisine rivale, l'Argentine. Insister sur la qualité de l'homologue prolétaire de la Celeste à Moscou équivalait pour les organisateurs des Spartakiades et leurs partisans à affirmer l'excellence du niveau de leur compétition qu’ils cherchaient à promulguer comme un événement sportif de premier plan.

  • 14 Il est intéressant de remarquer ici le format particulier qu'ont choisi les organisateurs du Sporti (...)

17Si les jeunes ouvriers uruguayens n'égalèrent pas la sélection de l' AUF, leur prestation n'en demeura pas moins remarquable. En effet, comme en attestent les pages de l'Humanité, les amateurs sud-américains sont parvenus à se hisser jusqu'en demi-finale où ils formèrent aux côtés du fleuron du ballon rond soviétique – les équipes de Leningrad, de Moscou et d'Ukraine14 – le dernier carré de la compétition de football. L’Uruguay possédait donc en 1928 la meilleure équipe de football ouvrière en dehors de l'URSS. Bien qu'il ne s'agisse nullement d'un titre officiel, cela confèrait une légitimité sportive tangible à la Fédération Rouge du Sport, lui permettant de conforter sa position à l'échelon local uruguayen.

Remarques conclusives et mises en perspective

18 L'analyse menée ici sur l’utilisation du football par les ouvriers uruguayens permet de mieux comprendre la posture qu'adopte la gauche uruguayenne d’obédience soviétique en 1930 à l'heure de la tenue à Montevideo de la Première Coupe du monde de football. Celle-ci n'est pas une simple réaction à un événement ponctuel mais s'inscrit dans la logique d'une continuité historique d'extension mondiale. Le tournoi de la FIFA, structuré autour de la compétition symbolique entre les nations participantes, est décrié par le Parti Communiste d'Uruguay comme étant le véhicule d'un chauvinisme jugé d'autant plus affligeant que le monde se remettait à peine de la Grande Guerre et que les mouvements fascistes fleurissaient en Europe. Face à cette utilisation nationaliste du sport international, le PCU faisait la promotion de son alternative sportive : la Fédération Rouge du Sport. Ce choix de positionnement doit être compris dans son jeu d'échelles : il s'inscrit dans la continuité du discours communiste fixé par l'URSS qui s'était dotée en l'objet de l'IRS d'une institution fédérative du sport ouvrier de projection mondiale capable de concurrencer, grâce aux Spartakiades, les principaux rendez-vous sportifs internationaux.

19L'implication de la classe ouvrière uruguayenne dans ces Spartakiades ainsi que les succès relatifs de l’équipe de football envoyée à Moscou contribuent à renforcer l'opposition communiste à la mise en scène de la nation uruguayenne dans le contexte des festivités du Centenaire de l'Indépendance. Ce choix, à contre-courant de l'opinion publique uruguayenne très largement favorable à la Coupe du monde, même dans les couches les plus populaires, peut paraître risqué en termes de logique électorale. La large diffusion qu'a connue la pratique footballistique dans le pays, conjuguée aux succès internationaux de la sélection nationale de l'AUF, avait contribué à la grande popularité de ce sport dans sa version dite « bourgeoise ». Le choix du PCU semble à première vue paradoxal mais s'explique à notre sens par un effet purement conjoncturel. Il convient en effet, d'observer la temporalité du sport ouvrier. Celui-ci, tant au niveau uruguayen qu'au niveau mondial, se trouvait en 1930 à son apogée.

20Cette année-là, la Fédération Rouge du Sport fêtait ses sept années de vie institutionnelle et avait acquis une assise relativement confortable, comme en témoigne la vitalité de son championnat de football décrit dans les pages de Justicia. Cependant, sa consolidation dans le paysage sportif uruguayen fut très tôt bousculée. Dès 1932, la professionnalisation du football dans le pays porta un coup dur à la fédération ouvrière ; les jeunes prolétaires talentueux purent quitter l'usine pour se consacrer entièrement à leur pratique sportive au sein des grands clubs montévidéens affiliés à l'AUF. De plus, le coup d’État civil du président Gabriel Terra en 1933 détériora profondément le cadre démocratique nécessaire à l'épanouissement de ce type d'œuvres sociales politisées. Les difficultés rencontrées par la Fédération Rouge en Uruguay trouvent au même moment leurs équivalents à l'échelle de l'IRS. Si la première édition des Spartakiades fut couronnée de succès, la deuxième, prévue en 1931 à Berlin, constitue un revers pour l'IRS : la compétition fut interdite par le gouvernement SPD de la République de Weimar qui invoqua le risque de troubles provoqués par la tenue de l’événement dans la cité (GOUNOT, 2002, pp. 59-75). En outre, la victoire du Stalinisme au sein du Parti Communiste Pansoviétique (PCP) impliqua le renoncement à l'idée de révolution prolétaire mondiale et l'établissement de la doctrine de consolidation du « socialisme dans un seul pays ». Dans ce contexte, le maintien d'une organisation sportive parallèle aux institutions « bourgeoises », chargée de constituer le fer de lance du prolétariat révolutionnaire, semblait obsolète. Le retard d'exécution de ce revirement stratégique, aggravé par le gel du sport international pendant la Seconde Guerre mondiale, mit fin à l’isolationnisme sportif de l'URSS en 1952 seulement. C'est à cette date que l'Union Soviétique commença à prendre part aux activités du CIO. La Nomenklatura prit en effet conscience du potentiel des Jeux Olympiques comme vecteur privilégié de diffusion mondiale de la réussite du modèle politique soviétique et de la possibilité pour les athlètes, récoltant toujours davantage de médailles d'or, de devenir de parfaits ambassadeurs.

21Ainsi, en 1930, le rejet par les communistes uruguayens du tournoi de Montevideo s’étend sur un court laps de temps, de quelques années seulement, équivalant au moment où une alternative prolétaire du sport mondial paraissait non seulement possible mais également parfaitement viable à la lumière des succès rencontrés lors de ses mises en pratique concrètes.

22 Au-delà de ces considérations qui permettent d'éclairer à la fois les enjeux qui ont entouré la première édition de la Coupe du monde et de comprendre par extension les clivages politiques qu'elle a suscités, ce retour sur le cas uruguayen de 1930 pose surtout différentes question à la recherche scientifique en sciences sociales. Le caractère pionnier de l'investissement des communistes uruguayens au sein de l'IRS invite à analyser, depuis le champ de l'histoire des idées et plus particulièrement de l'histoire du marxisme, cette réalité américaine en perspectives connectées. Quels canaux de diffusion idéologique transatlantiques permettent-ils d'expliquer cette précoce implication du jeune et numériquement modeste PCU ? Quel rapport les élites du parti ont-elles entretenu avec les instances dirigeantes du Komintern en général, et avec son versant sportif – le Sportintern –, en particulier ? Étant donnés les faibles effectifs du PCU, une étude prosopographique de ses principaux leaders semble matériellement réalisable et permettrait de mettre en lumière les réseaux internationaux dans lesquels ces cadres du parti se sont inscrits pour participer à la circulation des idées.

23D'autre part, le cas particulier de cette contre-proposition constructive du PCU concernant le football pousse à repenser la place de ce sport en Uruguay comme véritable terrain de lutte politique. À ce titre, une étude comparée avec le cas italien semble pertinente. Dans un ouvrage intitulé Le contrôle du ballon : les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980, Fabien Archambault explore la lutte pour l'encadrement de la pratique récréative du football en Italie menée entre les projets communistes et les œuvres laïques des secteurs catholiques. Bien que postérieur au cas uruguayen, ce schéma de lutte autour du football permet de saisir les enjeux politiques que peut revêtir une activité physique au premier abord aussi triviale. Si dans le cas italien, ces enjeux relèvent davantage de la volonté d'encadrement idéologique du temps libre des travailleurs italiens, le cas uruguayen – caractérisé par son entrée très précoce sur la scène internationale, tant du côté officiel de l'AUF par l'intermédiaire des Jeux Olympiques et de la Coupe du monde, que du côté de la Fédération Rouge du Sport par l’intermédiaire des Spartakiades – semble indiquer avant tout une quête de projection et de visibilité mondiale grâce à une reconnaissance sportive internationale. Ce particularisme dont il convient de prolonger l'étude, pourrait s'expliquer par les profondes mutations identitaires en cours dans le pays durant la période du Centenaire.

  • 15 "Antes éramos campeónes / Les íbamos a ganar / Hoy somos los sinvergüenzas / Que caen a picotear." (...)

24Enfin, dans la lignée de ces problématiques identitaires, l'exemple traité dans ce travail invite à se pencher plus attentivement sur cette période particulière de l'histoire sportive de l'Uruguay correspondant à la décennie dorée de son football. En effet, durant les années 1920, la sélection de l'AUF remporte l'or olympique en football à deux reprises. Par ailleurs, l’Uruguay devient la nation la plus titrée de son continent en remportant la Copa América, en 1920, 1923, 1924 et 1926, avant de finalement se couronner à domicile premier vainqueur de la Coupe du monde de la FIFA. Quant à la version ouvrière du football uruguayen, elle arrive également à briller sur la scène internationale en s'illustrant sur les terrains moscovites des Spartakiades. Ainsi, durant cette période, à l'instar des articles du Figaro et de l'Humanité cités dans ce travail, le jeune pays du Rio de la Plata se forge une réputation internationale d'excellence footballistique au sein de deux plateformes sportives parallèles : celle du sport dit « bourgeois » et celle de sa contre-proposition communiste. Ce particularisme sportif uruguayen durant la période n'a pas encore été déchiffré de façon convaincante par les sciences humaines, et si son existence dans l'historiographie du sport est avérée, il ne se cantonne pas à la littérature spécialisée. En effet, l'épopée footballistique uruguayenne est encore aujourd'hui profondément ancrée dans la mémoire collective du pays qui intègre cet élément dans un discours mythique sur une excellence passée cristallisée dans le concept du « antes eramos campeones15» tiré des paroles d'une fameuse chanson de 1981. Son historicisation par les sciences humaines, qui permettrait d'articuler ce particularisme historique avec la construction mémorielle dans le pays, reste aujourd'hui fortement déficitaire. L'exemple abordé dans ce travail invite donc à réinsérer ce moment footballistique particulier dans le temps long uruguayen et sud-américain tout en essayant de comprendre dans quelle mesure ce moment a-t-il été le fruit d'une pseudo-sérendipité dépêchée par l'action politique sportive du gouvernement uruguayen de la période ; des propositions qui constituent une ligne directrice de notre travail de recherche doctorale.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, Benedict, L'imaginaire national : réflexions sur l'origine et l'essor du nationalisme, Paris, Éd. la Découverte, 1996

ARCHAMBAULT, Fabien, Le contrôle du ballon : les catholiques, les communistes et le football en Italie, de 1943 au tournant des années 1980, Rome, École française de Rome, 2012

Archives de Presse de la Nation, Jusiticia, Bibliotèque du Pouvoir législatif, Montevideo, Uruguay

ARNAUD, Pierre, RIORDAN, James, Sport et relations internationales, 1900-1941 : les démocraties face au fascisme et au nazisme, Paris, l'Harmattan, 1998

CAETANO, Gerardo, RILLA, José, História contemporánea del Uruguay : de la colonia al MERCOSUR, Montevideo, Editorial Fin de Siglo, 1994

CARR, Edward, Socialism in one country, 1924-1926, Volume 3, Londres, Macmillan, 1964

ENGELS, Friedrich, MARX, Karl, Manifeste du Parti communiste, S.I. Parti communiste français, 1941

GOUNOT, André, « Sport or Political Organization ? Structures and Characteristics of the Red Sport International, 1921-1937 », Journal of Sport History, vol. 28, n° 1, 2001, pp. 23-39

GOUNOT, André, « Les Spartakiades internationales, manifestations sportives et politiques du communisme », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 88, 2002, pp. 59-75

HAUPT, Georges, LÖWY, Michael, WEILL, Claudie, Les marxistes et la question nationale, 1848-1914, Paris, l'Harmattan, 1997

HOBSBAWM, Eric, RANGER, Terence, L'invention de la tradition, Paris, Éd. Amsterdam, 2006

LUZURIAGA, Juan Carlos, El football del novecientos : orígenes y desarrollo del fútbol en el Uruguay (1875-1915), Montevideo, Fundación Itaú, 2009

MORALES, Andrés, Batllismo y fútbol, efdeportes.com Revista Digital Buenos Aires, 2003

MORALES, Andrés, Fútbol, identidad y poder, 1916-1930, Montevideo, Fin de Siglo, 2013

PORRINI, Rodolfo, « Izquierda uruguaya y culturas obreras. Propuestas al ‘aire libre’ : el caso del fútbol (Montevideo, 1920 - 1950) », Diálogos,v.16 n° 1, 2012, pp. 69-95

Presse et revues, Le Figaro, Bibliothèque Numérique Gallica, BNF, Paris, France

Presse et revues, L'Humanité, Bibliothèque Numérique Gallica, BNF, Paris, France

THIESSE, Anne-Marie, La création des identités nationales : Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 1999

Ugón, Armando, Compilación de Leyes y Decretos, Montevideo, 1924-1928

Haut de page

Notes

1 Nous faisons ici référence aux principaux journaux d'époque : soit la presse officialiste avec les quotidiens El Día et La Mañana principalement, proche du Partido Colorado au pouvoir, mais également à ceux issus des secteurs du Partido Nacional, le principal parti d'opposition, avec notamment les quotidiens La Tribuna Popular ou encore El País.

2 Bien que la population ouvrière uruguayenne des années 1920 soit estimée à environ 30 000 individus sur une population totale avoisinant les deux millions d'habitants, le Parti Communiste ne recueillait en moyenne que 3 000 votes. Il s'agit donc d'un parti fortement visible en terme de militance mais de faible poids sur l'échiquier politique du pays. (MORALES, 2003, n°62)

3 Le texte original en espagnol utilise le terme péjoratif : patrioterismo.

4 Traduction personnelle.

5 « Aux origines de la Coupe du monde : Montevideo 1930. Culture de masse, usages politiques du sport et construction nationale ». Thèse de doctorat en cours au sein de l'Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine (IHEAL), Université Paris 3 - Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Denis Merklen et Olivier Compagnon.

6 Celles-ci ont été permises par les avancées technologiques dans le domaine des transports, avec la diffusion du rail notamment. Le raccourcissement temporel des distances qui en résulte a favorisé les rencontres sportives entre équipes en provenance de localités différentes, ce qui permit la mise en place de compétitions d'échelle régionale, nationale et internationale.

7 Dès 1883 apparaît dans les Îles britanniques le British Home Championship. Ce tournoi de football opposait les quatre sélections nationales du Royaume-Uni à savoir celle d’Écosse, du Pays de Galles, d'Angleterre et d'Irlande.

8 Pour appréhender la diversité dans la réception de la question nationale chez les penseurs marxistes, voir : HAUPT, Georges, LÖWY, Michael, WEILL, Claudie, Les marxistes et la question nationale, 1848-1914, Paris, l'Harmattan, 1997.

9 Les quelques réfractaires à ces conditions d'adhésion réunis derrière la figure d'Emilio Frugoni furent exclus du Parti Communiste et refondèrent en parallèle le Parti Socialiste uruguayen (Morales, 2003, n°62).

10 Le football naît officiellement en 1863 dans le milieu fortement élitiste des Public Schools anglaises fréquentées par la descendance de l'élite britannique, mais dès les dernières décennies du XIXe siècle sa pratique se répand rapidement au sein des couches populaires du Royaume-Uni. La finale de la Cup de 1883 qui voit la défaite des joueurs du Old Etonians issus de l'aristocratie face aux ouvriers du Blackburn Olympic est considéré dans l'historiographie comme le marqueur de la curialisation de la pratique footballistique (HOBSBAWM & RANGER, 2006, p. 305).

11 Mot-valise russe désignant l''Entrainement Militaire Universel, qui visait à constituer et former des milices armées ouvrières pour combattre les poches de résistance au pouvoir soviétique dans le territoire de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (RSFSR).

12 En 1924 et en 1928, le Parlement Uruguayen vota des subventions à l'équipe nationale de football pour couvrir les frais encourus lors de la traversée atlantique en bateau pour se rendre aux Olympiades. (Loi n°7730 du 13 juin 1924, Loi n°8201 du 30 mars 1928, Ugón, 1924-1928).

13 Celeste signifie bleu ciel en langue espagnole. C'est le surnom donné à la sélection d'Uruguay d'après la couleur de son maillot.

14 Il est intéressant de remarquer ici le format particulier qu'ont choisi les organisateurs du Sportintern pour ces Spartakiades. Pays étrangers, nations soviétiques et subdivisions territoriales de la Russie soviétique se côtoient. Ce choix montre à la fois la volonté de rompre avec la structure internationale du sport bourgeois tout en mettant en lumière les criantes limites de ce modèle qui n'arrive pas pour autant à s'émanciper totalement des appartenances territoriales.

15 "Antes éramos campeónes / Les íbamos a ganar / Hoy somos los sinvergüenzas / Que caen a picotear." Traduction personnelle : "Avant nous étions les champions / et nous partions les vaincre [les pays du premier monde] / aujourd'hui nous sommes les vauriens / juste bons à venir picorer [référence aux immigrants et réfugiés uruguayens dans le monde]". Extrait de la chanson "Los Olimpicos", 1981, de l'artiste uruguayen Jaime Roos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorenzo Jalabert D'Amado, « La Lutte des classes face à l'internationalisme sportif. », Conserveries mémorielles [En ligne], #20 | 2017, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://cm.revues.org/2559

Haut de page

Auteur

Lorenzo Jalabert D'Amado

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 & Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org